* Coups de cœur et déceptions/4 : Bourgogne

Ceux qui me « suivent » depuis le premier Guide savent que j’aime la Bourgogne, ses vins et ses hommes. La force des sols est omniprésente, et on ne doit s’intéresser qu’aux vignerons dignes de ce nom, ceux qui pratiquent l’amour du terroir associé à une convivialité exemplaire, et c’est ce qui compte ici, tant cela peut manquer dans d’autres régions. Car ici, le vin est avant tout un art de vivre. On partage un moment (et on boit un “canon” en même temps) avec ces vignerons talentueux et passionnés, souvent très discrets, mais avec lesquels on partage, quand on les connaît, une convivialité rare.
Ici, il y a donc les incontournables qui élèvent quelques-uns des plus grands vins rouges du monde : Lamarche (l’extraordinaire Grand Cru Monopole La Grand’Rue illustre cet article), d’Angerville, Gelin, Rebourseau…), ou blancs bien sûr, tant cette catégorie ne supporte pas de comparaison (Clos des Perrières, Ampeau Antonin Guyon, Tremblay, Laroche ou Pinson à Chablis…); d’autres avec des vins vraiment exceptionnels pour leur rapport ­qualité-prix-typicité (Blondeau-Danne, Prunier, Marey, Doudet-Naudin, Chevillon…), et enfin un véritable vivier de crus que l’on retrouve notamment dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans l’ensemble des appellations : vous les retrouverez dans MILLESIMES.
Bien sûr, il s’agit de savoir faire le bon choix, tant la complexité des classements en crus, clos, climats, et le fait qu’un vigneron puisse posséder une multitude de crus dans un périmètre très restreint (quelques ares…) ne peuvent que multiplier les différences.

Les terroirs bourguignons renvoient à un jardin d’enfants les « manipulations œnologiques » d’autres vins

La Bourgogne est un paradoxe à l’état pur, où la nature, au travers des terroirs et des microclimats, est omniprésente. Comment expliquer que l’on puisse trouver autant de différence entre un Nuits-Saint-Georges ou un Pommard, un Meursault ou un Montrachet, quand on sait que le cépage (Pinot noir ou Chardonnay) est unique, et que l’on ne peut pas “jouer” sur la proportion des raisins ? Quand on se promène entre les murets qui entourent les vignes des Grands Crus, on voit qu’à quelques mètres de distance le sol ne produit pas les mêmes crus. L’altitude des vignes, selon qu’elles se situent à 150 ou 300 m, l’inclinaison des pentes (les meilleurs vins proviennent des mi-pentes), la richesse des sous-sols en ressources minérales, en sodium, en oligoéléments… Tout concourt ici, dans un “mouchoir de poche”, à faire la différence entre un bon vin et un vin sublime. Ajoutez à cela l’exposition (fondamentale) face aux mouvements du soleil, un territoire pauvre où la terre est rare, et vous comprendrez l’extrême diversité des grands vins bourguignons. Globalement, les Grands Crus sont régulièrement “supérieurs” aux Premiers Crus, l’exception et le talent de l’homme confirmant la règle.

– Pourtant, mes déceptions sont assez nombreuses (les déclassés, donc) : Trapet, Chaude-Ecuelle (Chablis), Chandon de Briailles (j’aime bien les vins mais le rapport qualité-prix de certains rouges est difficile à cautionner), Escoffier, le Château de Chassagne-Montrachet, Charache-Bergeret, Chartron (les vins sont très bons certes, mais vraiment bien chers !!!), Château de Fuissé… d’autres étant carrément éliminés du Classement pour l’instant : Jean et Fils, Voillot, Amiot-Servelle, Brocard, Maroslavac, Bocard, Belleville, André Delorme, Fichet, Moniot, Chollet

– Ceux qui « montent » sont rares : Naulin, avec des Chablis typés et très abordables, Patrick Miolane (savoureux Chassagne-Montrachet), Bachelet, François Berthau, Girard et Laleure-Piot (qui passent dans la hiérarchie des « Premiers », grâce à des prix sages),
Ici comme ailleurs, quelques producteurs élèvent des vins trop “travaillés” (et bien trop chers) où le fût neuf est employé à l’extrême, ce qui n’est pas pour arranger le Pinot noir notamment, qui demande de la finesse. Il en va de même pour certains blancs, où la barrique (et tout le baratin que l’on va vous raconter) ne remplace pas le terroir…
Mes Classements 2010 vous permettent de faire le point, en tenant compte qu’il existe une véritable hiérarchie interne à chaque catégorie et qu’il ne faut pas comparer, bien sûr, un classement d’une appellation à celui d’une autre appellation…

LES APPELLATIONS

– Les appellations qui comptent : Auxey-Duresses, Chablis, Chambolle-Musigny, Corton-Charlemagne, Gevrey-Chambertin, Meursault, Nuits-Saint-Georges, Marsannay, Mercurey, Morey-Saint-Denis, Pernand-Vergelesses, Puligny-Montrachet, Pouilly-Fuissé, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Vosne-Romanée

– Les appellations qui commencent à compter : Chassagne-Montrachet, Corton, Côtes-de-Nuits-Villages, Fixin, Pommard, Santenay,

– Celles qui ont encore du travail : Givry, Monthélie, Saint-Aubin

– Et celles dont on n’entend pas parler : Crémant de Bourgogne, Hautes-Côtes-de-Beaune, Hautes-Côtes-de-Nuits, Irancy, Ladoix, Mâcon, Pouilly-Vinzelles, Viré

LES MILLÉSIMES

voir la Vintage Code®

Pour les rouges
– les grands : 2009, 2008, 2005, 2003, 2002, 2000, 1999, 1995, 1990, 1989, 1985, 1983, 1979, 1978, 1976, 1978, 1971, 1970.
– les bons : 2007, 2006, 2004, 2001, 1998, 1996, 1993, 1988, 1986, 1979.

Pour les blancs
– les grands : 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2002, 2000, 1999, 1998, 1995, 1990, 1989, 1986, 1985, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1970.
– les bons : 2003, 2001, 1997, 1996, 1994, 1988, 1987, 1971.

Alsace Charles Schleret


PINOT GRIS
Ingénieur dans l’âme et de tempérament méticuleux et d’avant-garde, Charles Schléret s’attache à appliquer à ses vignes situées sur l’excellent terroir de Turckeim, sa connaissance des techniques modernes. Vinificateur très expérimenté il privilégie de suite les équipements de pointe avec le souci Constant d’améliorer la qualité. Précurseur de la vinification moderne sous contrôle des températures, Charles Schléret sait préserver ainsi rapidement la fraîcheur aromatique intense de ses vins, c’est ce qui fera la renommée de ses cuvées. Ses efforts sont d’ailleurs régulièrement récompensés par une multitude de médailles et de références au palmarès de concours prestigieux. Une reconnaissance méritée et confirmée par une fidèle clientèle qui profite également d’un excellent rapport qualité/prix de ses belles cuvées de prestige issues de vignes de plus de 35 ans, des vins bien typés marqués par leur terroir, des vins comme nous les aimons, un bel exemple de réussite qualitative due aux efforts incessants d’un vigneron passionné respectueux des belles traditions alsaciennes, figurant régulièrement aux palmarès des grands concours de vins en France et à l’étranger : grands prix d’excellence de l’Union Française des onologues. Médailles d’or aux sélections Mondiales de Montréal. Plusieurs vins primés au Concours Mondial de Bruxelles et aux Vinalies Internationales de Paris. Grand Prix d’honneur au Challenge International du Vin et des Arts, et de nombreuses médailles d’Or au concours Général de Paris.

Pomerol Château Haut-Ferrand

Château HAUT FERRAND

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble de 4,5 ha (70% Merlot et 30% Cabernet franc). Remarquable Pomerol 2006, corsé et charpenté, avec des arômes puissants et persistants de griotte et de framboise macérées, un vin ample, complexe, étoffé, qui poursuit son évolution. Beau 2005, de bouche pleine et riche, aux nuances complexes de fruits des bois et de fumé, typé, un beau vin qui convient particulièrement aux plats épicés. Le 2004 est un vin où la finesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits, aux tanins amples, de belle charpente. Le 2003, au nez puissant et subtil à la fois, aux connotations de petits fruits mûrs et de truffe, est fondu en bouche et prometteur. Le 2002, charpenté, corsé, de belle robe soutenue, est ample et distingué en bouche, au nez légèrement épicé, aux tanins bien présents et fondus à la fois, très charmeur. Remarquable 2001, aux notes délicates de fruits et d’humus, très classique et puissant, de belle couleur soutenue et avec des arômes de fruits rouges intenses, d’une jolie finale comme ce 2000, charnu, très parfumé, savoureux et complexe, aux tanins riches, de garde, qu’il faut savourer sur un magret de canard. Leur Pomerol Château Ferrand 2006 (12 ha) est un vin de caractère, très parfumé (griotte, réglisse), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit. Séduisant 2004, intense, associant finesse et charpente, un vin coloré et riche, très parfumé (truffe, griotte, cuir). Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

Château HAUT FERRAND

(POMEROL)
Henry Gasparoux et Fils
Chemin de la Commanderie
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 21 67
Télécopie : 05 57 25 01 41
Email : contact@chateau-ferrand.com
Site : www.chateau-ferrand.com

Laurent-Gabriel

LAURENT-GABRIEL

Belle place dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés. En 1982, Daniel Laurent reprend l’exploitation familiale de ses parents. Son père ne produisait qu’une infime partie de sa récolte en Champagne qu’il réservait à quelques amis et clients, le reste était vendu au négoce champenois, à la vendange, en raisins. Dès son arrivée, il a décidé de produire son propre Champagne, avec l’aide de son épouse, ils sont épaulés par leur fille Marie-Marjorie. L’exploitation est très modeste, avec 2, 5 ha de vignes situées sur deux terroirs : 90% à Avenay-Val-d’Or, classé 1er Cru, et à Avize, classé Grand Cru. L’exemple typique d’un Champagne provenant d’un terroir propre. Beaucoup aimé leur Champagne cuvée Prestige Millésime 1999 (80% Pinot Noir, 20% Chardonnay), issu d’une vinification sans fermentation malolactique et sans passage au froid, élevage environ 6 mois en fûts de chêne, un vin très bien élevé, de belle robe, au nez de petits fruits, ferme et suave, un Champagne vineux et très fin à la fois, tout en harmonie, de bouche ronde et distinguée, légèrement épicée comme il se doit. Le Champagne brut Carte d’Or (75% Pinot Noir, 15% Chardonnay, 10% Pinot Meunier) est tout en arômes, un mariage très réussi des 3 cépages champenois, à ouvrir sur une sole meunière. À leurs côtés, la cuvée Grande Réserve brut (75% Pinot Noir, 15% Chardonnay, 10% Pinot Meunier), où l’on retrouve des notes dominantes de pêche cuite et de miel, intense, distinguée, dense en bouche, alliant saveur et distinction, très persistante au palais. Excellent rosé brut, riche et distingué, de bonne bouche avec des nuances de framboise, d’une belle robe rose soutenu. La cuvée Spéciale brut Limite (80% Pinot Noir, 15% Chardonnay, 5% Pinot Meunier) brut sans année, assemblage 98 et 96, au nez subtil et tenace, de jolie mousse, aux arômes de noisette et de pain grillé est tout en bouche persistante, d’évolution remarquable.

LAURENT-GABRIEL

Daniel Laurent
2, rue des Remparts
51160 Avenay-Val-d’Or
Téléphone :03 26 52 32 69
Télécopie : 03 26 59 92 08
Email : champagnelaurent-gabriel@vinsdusiecle.com
Site : vinsdusiecle.com/champagnelaurent-gabriel

* Coups de cœur et déceptions/3 : Provence et Rhône

Cette semaine, deux régions qui me tiennent à cœur tant j’ai suivi de près l’évolution des vins depuis le premier Guide. J’ai toujours adoré le Lubéron (ah !!! les bals d’été de Ménerbes et Bonnieux) et la grande Provence (moins la côte, souvent galvaudée), longtemps passé mes vacances ici, en étendant mes péribles de Bormes-les-Mimosas en Avignon, de Bandol à Mougins, de Roquebrune-Cap Martin à Châteauneuf-du-Pape. J’y ai beaucoup d’amis, certains très proches, vignerons, artistes ou restaurateurs, bref, je connais les querelles de clochers (celles de Châteauneuf…), les purs et durs et les margoulins.

Encore pas mal d’éliminés tant de vins rouges m’ont déçu cette année, de moins en moins typés, de plus en plus “barriqués”, trop concentrés. À leurs côtés, un bon nombre de cuvées garantes d’un mal de crâne, en blancs, et aussi en rosés pour lesquels c’est la fuite en avant, tant ces vins semblent devenir l’eldorado. Et certains rapports qualité-prix sont tout bonnement inexcusables, dans les trois couleurs. C’est pourtant lui qui doit compter, associé à une typicité réelle, sans se laisser prendre au jeu des cuvées spéciales, où les raisins spécifiques à la région sont ridiculement remplacés par le Cabernet-Sauvignon par exemple (les bonnes exceptions sont rares).
Misez donc sur ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle ou Ugni blanc, dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux, élèvant des vins formidables dans toutes les appellations provençales.

En Provence, mon Classement n’est pas trop chahuté pour l’instant. En rosés, j’ai « sorti » Rimauresq et Rouvière, et j’ai été assez déçu par des rosés des Côtes de Provence qui nous matraquent le crâne. Il s’agit donc de ne pas se tromper. Les Bandol retenus sont de grandes valeurs sûres, les Coteaux d’Aix appuient leur légitimité, certains Coteaux Varois progressent et s’affirment avec talent.

En Blancs, ce sont souvent les mêmes qui atteignent les sommets : Saint-André-de-Figuière, Rasque, Fontlade, Saint-Louis (vrai coup de cœur), Fontcreuse, Maestracci et Peraldi pour la Corse, Bastide Blanche, Bunan et Lafran-Veyrolles, à Bandol. Et, croyez-moi, ce n’est pas le plusc facile de semaintenir au top comme ils le font depuis des années !

Pour les Rouges, il y a deux grands « styles » de vins : ceux qui conservent une prédilection pour la typicité, en faisant ressortir l’osmose des sols avec les cépages traditionnels (Cinsault, Grenache, Mourvèdre…). On se doute qu’ils sont ma préférence. Il y a Rasque, Jas d’Esclans, Houchart et ceux qui sont à la tête de cette hiérarchie, Ollières et Grand Fontanille qui progressent bien, comme Cabran ou Jas des Oliviers. Des déceptions et des déclassements avec Rimauresq encore (trop puissant, trop concentré, trop « dur »), Calissanne, Révaou, Fonscolombe, Saint-Jean-de-Villecroze, Suffrene, Rouet, Brigue, Sainte-Roseline (exposer des œuvres d’art n’est pas un but en soi pour un vignoble), Vannières… Ils seront largement remplacés par d’autres producteurs notamment par ceux des Coteaux Varois, une appellation où j’ai fait de très belles dégustations cette année. Et… gare aux prix des Côtes-de-Provence : une bouteillec de rosé à 15 €, il s’agit qu’elle soit vraiment bonne !

Pour Malherbe, j’attends. La chère Mireille Ferrari prend du champ et passe la main à son fils et à, une nouvelle équipe. Pas sûr que la qualité soit la même si la passion y est moins présente. Wait and see, donc.

On l’aura compris, pas mal de propriétaires, les uns plus imbus que les autres, ont cru qu’en s’offrant (fort cher) un vignoble dans le coin, ils allaient faire un « grand » vin. Pas si simple, donc.

En Rhône, cela fait longtemps que ne n’ai pas suivi la mode d’encenser des crus du « nord » (Hermitage, Côte-Rôtie…) comme s’y sont englués d’autres « critiques ». Il y a des prix inexcusables dans ce coin, et la qualité d’un vin n’est pas en rapport avec sa production trop minime) à l’hectare. Chapoutier et d’autre ne sont plus dans mon Classement depuis longtemps, et d’autres sont sur la voie (Guigal…). Ce n’est que de l’esbroufe ! Petrus n’a pas besoin de limiter sa production à 30hl/ha pour être le roi !

C’est souvent la même démarche à Cornas ou à Châteauneuf, hélas, et les seuls c… qui s’y laissent encore prendre sont les Américains ou les Japonais…

Que ce soit à 10 e ou à 30 e, il faut aujourd’hui payer juste et se méfier des cuvées “spéciales” qui ne méritent pas leur prix. Quand on débouche un Châteauneuf-du-Pape Mont-Redon ou Fortia à 20 € et que l’on en trouve un autre au double (et plus, hélas), quand on ouvre un Côte-Rôtie de Drevon à 25 € et que je reçois des cuvées du Lubéron, de Cornas ou de Saint-Joseph au même prix, il y a de quoi se poser des questions. Autre gamme avec les cuvées de Redortier ou celles des remarquables caves de Rasteau ou Visan, qui devraient faire revenir sur terre ceux qui font des vins qui ne leur arrivent pas à la cheville, à des prix bien plus élevés. Les rendements trop limités, l’élevage abusif en barriques… ne sont pas forcément des gages de qualité. Le terroir et la main de l’homme font la différence, et cela se retrouve dans le Classement 2010.

Dans cette grande région, mieux vaut frapper à la porte des vignerons qui ne singent pas les snobs bordelais et s’attachent à élever des vins classiques (mais modernes) à des prix sages. Pour les grandes ppellations, on le voit avec Mont-Redon, Drevon, Vieux-Lazaret, Fortia On peut rester humble et élever des vins formidables.

Dans les appellations où le rapport qualité-prix-typicité est exceptionel, deux caves s’imposent : celles de Rasteau et de Visan. À leurs côtés, une foule de vignerons : Redortier bien sûr, puis Moulin du Pourpré, Canorgue, Montine, Verquière, Champ-Long, Deurre, Beauvalcinte… à des prix qui feraient rougir un grand nombre de soi-disants « seigneurs ».

Des déclassés, il y en a : la Cave de Gigondas, Cabrières, Charbonnières, Despesse, Grangette, etc… et pas mal de déceptions dans les appellations Tavel et Lirac, entre autres.

Les grands millésimes : 2008, 2005, 2004, 2003 et 2001 (et 2000, superbe), 98, 96, 95, 89, 88, 85, 83, 78, 70, 67 et 61.
Les bons : 2007, 2006, 99, 97, 94, 90, 86, 82, 81.

Semaine prochaine : les prochains Classements des Bourgogne, rouges et blancs, où l’on aura aussi des surprises…

Côtes de Bourg Château L’Hospital

Château L'HOSPITAL

Vignoble de 8 ha sur terroir argilo-limoneux (culture raisonnée sans emploi de désherbant ni d’insecticide, vendanges manuelles, éraflage à 100%, élevage en fûts 24 mois…). Le Côtes-de-Bourg 2005, élevé en fûts de chêne, est de bonne bouche, au nez où dominent les fruits cuits, un vin de couleur profonde, bien parfumé (cassis), où la souplesse prédomine et qui poursuit une belle évolution. Le 2004, de robe pourpre, intense, aux tanins puissants, est un vin à la fois riche et souple, au nez de fruits confits et d’humus, légèrement épicé, tout en bouche. Goûtez la cuvée L’Estocade, un vin fort en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample et persistant en bouche, aux tanins enrobés.

Château L’HOSPITAL

(CÔTES-DE-BOURG)
Christine et Bruno Duhamel
Earl ALVITIS
33710 Saint-Trojan
Téléphone :05 57 64 33 60
Télécopie : 05 57 64 33 60
Email : alvitis@wanadoo.fr

Moulis Château Maucaillou

Château MAUCAILLOU

Superbe Moulis 2006, très parfumé, dense et riche, qui allie distinction et structure, de belle base tannique, tout en bouche, et demande un peu de patience. Très beau 2005, reconnaissable à ses arômes de griotte, de cannelle et de fumé, très charnu, de couleur grenat, savoureux en bouche, concentré, un vin gras et persistant, avec un beau volume en finale, vraiment exceptionnel. Le 2004, associant concentration aromatique et souplesse, avec ces nuances d’épices et de griotte, est un vin très réussi, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante comme le 2003, harmonieux, équilibré, avec des senteurs de cassis mûr, d’épices, dense, puissant et structuré, savoureux, de très bonne garde. Château Aigues-Vives en Corbières : À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Magali Dourthe se passionne pour sa propriété familiale de 30 ha de vignes (39% Syrah, 29% Grenache, 18% Mourvèdre et 14% Carignan) plantées sur un joli terroir de grès rouge. Philippe Dourthe (voir le Château Maucaillou, à Moulis) a été envoûté par la fabuleuse histoire du peuple cathare et a été subjugué par le charme de ce pays enchanteur. Le vin vieillit en barriques de chêne merrain neuves (50 à 75%) durant 14 mois. Beau Corbières cuvée d’Exception 2005, de couleur intense, racé, un beau vin concentré, au nez puissant, tout en nuances aromatiques où dominent la réglisse et les épices, de bouche riche. Le Château Aigues Vives blanc, pur Maccabéo, tout en rondeur, où s’entremêlent les fruits secs et les agrumes, bien équilibré, rond et sec à la fois, est à déboucher sur une blanquette de dinde.

Château MAUCAILLOU

(MOULIS)
Philippe Dourthe

33480 Moulis-en-Médoc
Téléphone :05 56 58 01 23
Télécopie : 05 56 58 00 88
Email : chateau@maucaillou.com
Site : www.guidedesvins.com/medoc.php
Site : www.chateau-maucaillou.com


Médoc Domaines Lapalu

Domaines LAPALU

Savoureux Médoc Château Patache d’Aux 2005, riche en couleur comme en charpente, tout en complexité d’arômes (fruits noirs bien mûrs, poivre), typé, de bonne base tannique, associant structure et finesse, qui poursuit sa belle évolution. Le 2004, de couleur pourpre intense, aux notes de cassis mûr et d’épices, est un vin puissant, aux tanins très harmonieux, de bouche complexe et persistante. À ses côtés, le Médoc Château Lacombe Noaillac 2005 est une réussite, avec des tanins mûrs et fermes à la fois, complexe au nez comme en bouche, dominé par le cassis et les épices. Tout en nuances, le 2004 est de couleur profonde, avec beaucoup de structure, dense et ample en bouche, au nez complexe où prédominent les fruits frais. Beau Haut-Médoc Château Liversan 2005, charnu, tout en souplesse, tout en bouche, bien épicé, avec des senteurs de cassis et d’humus, des tanins très équilibrés, de très bonne garde. Le Haut-Médoc Château Liversan cuvée Sophie 2005, cuvée produite en très petite quantité sur deux parcelles les plus anciennes du domaine, dont les arômes fruités se marient avec le torréfié de la barrique, aux tanins concentrés, souples, est un vin très harmonieux. Il y a encore leur excellent Haut-Médoc Château Lieujean 2005, un vin bien charpenté, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, d’une belle finale aux notes de cassis, de pruneau et d’épices.

Domaines LAPALU

(MÉDOC)
Jean-Michel Lapalu
1, rue du 19 Mars
33340 Bégadan
Téléphone :05 56 41 50 18
Télécopie : 05 56 41 54 65
Email : info@domaines-lapalu.com
Site : www.domaines-lapalu.com

Pomerol Château Certan de May

Historiquement, le nom du Château est celui d’une grande famille écossaise, installée en France dès le Moyen-Âge, et à Pomerol à la fin du XVIe siècle. La noblesse de cette famille lui permit d’obtenir le fief de Certan par ordonnance royale. Selon les archives locales, la propriété fut la première à être autorisée par le Roi à pratiquer la culture de la vigne à Pomerol. Le domaine fut ensuite partiellement morcelé sous la Révolution, et repris par la famille Barreau-Badar en 1925. Aujourd’hui, Odette Barreau poursuit l’exploitation du vignoble, secondée par son fils Jean-Luc, qui assume les vinifications, son autre fils, Patrick, et sa fille Isabelle. Le Château Certan de May de Certan se trouve situé au sud-est du (très) fameux plateau de Pomerol, les 5 hectares de vignes très anciennes se trouvant plantées sur ce terroir argilo-silicieux qui produit les meilleurs crus de l’appellation. Le vin (2/3 de Merlot, 1/3 de Cabernet franc) est élevé de la façon la plus traditionnelle : une récolte manuelle à parfaite (et tardive) maturité, des fermentations à l’ancienne, lentes et longues, un vieillissement de 20 mois en fûts de chêne, dont 80% renouvelés chaque année…, pour seulement quelques 24.000 bouteilles, et moins selon les millésimes. On comprend mieux pourquoi la commercialisation est confidentielle et la qualité des vins reconnue mondialement. Certan de May de Certan est un très Grand Cru extrêmement charmeur, puissant, charnu, corsé et souple à la fois, d’une structure de “cathédrale”, d’une grande élégance, très riche en arômes avec cette note de truffe fraîche caractéristique. Un vin à forte personnalité, que l’on reconnait, de très grande classe dont les Barreau peuvent être fiers. Madame Barreau est également propriétaire du Château Poitou, un excellent Lussac-Saint-Émilion, très typé lui aussi, très exceptionnel.

La dégustation :

2006 : belle robe rubis, on retrouve au nez des notes d’épices et de tabac. Un millésime dans la lignée du 2005. Tanins soyeux sans agressivité, la finale est très longue et onctueuse, très joli potentiel, à boire avant le 2005.

2005 : d’une belle robe sombre au nez marqué par des notes de cuir et d’épices avec une belle fraîcheur. Un vin charnu, plein, de bonne structure, d’une finale soyeuse et longue avec beaucoup de complexité.

2004 : belle robe grenat, profonde. Le bouquet exprime les fruits mûrs, la cannelle, la réglisse. Harmonieux en bouche avec des Tanins souples, ronds et fondus. Ce vin bien équilibré se révèle encore très jeune et gagnera à être attendu quelques années.

2003 : belle robe pourpre ornée de reflets violines. Le nez exhale des senteurs d’épices orientales, de tabac blond et de réglisse. La bouche, à la fois riche et élégante, nous amène sur des arômes de noyau de cerise mêlés à un boisé bien fondu, racé et en parfaite harmonie avec le vin. La finale est caractérisée par des Tanins soyeux et par une persistance qui témoigne d’un grand terroir. Un grand vin de garde à conserver précieusement dans sa cave mais qui pourra être apprécié dans trois à quatre ans.

2002 : belle robe grenat, soutenue et sombre. Au nez, la complexité aromatique nous révèle petit à petit des notes fumées et vanillées, puis des arômes de fruits noirs tels que la mûre, pour terminer sur des arômes de pruneaux. L’attaque en bouche est fraîche et suave. Tanins riches et fondus qui se raffermissent en finale et demandent quelques années de patience.

Château CERTAN de MAY de CERTAN

(POMEROL)
Odette, Jean-Luc, Patrick et Isabelle Barreau

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 41 53
Télécopie : 05 57 51 88 51
Email : chateaucertandemay@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucertandemay

Coteaux Varois : les trois incontournables

Domaine de FONTLADE

Domaine de FONTLADE

(COTEAUX VAROIS)
Scea Baronne Philippe de Montrémy

83170 Brignoles
Téléphone :04 94 59 24 34
Télécopie : 04 94 72 02 88
Email : fontlade@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateau-de-fontlade
Site : www.chateau-de-fontlade.com

Au sommet. “Rigueur et Passion”, pourrait être la devise de ce domaine. Rigueur dans les méthodes de culture et d’élaboration des vins, passion pour le métier et la mise en valeur du terroir. Le vignoble de 40 ha, propriété de la baronne Philippe de Montremy depuis plus d’un demi-siècle, s’étend sur des coteaux calcaires. Les étés chauds et secs de ces dernières années, nous ont permis d’élaborer des vins puissants, aromatiques et élégants. On le voit avec ce remarquable Coteaux Varois en Provence rouge cuvée de l’Ermitage Vieilles Vignes 2005 (60% Syrah, 30% Grenache et 10% Cabernet), élevé 8 mois en fûts de chêne, de robe pourpre, souple et corsé à la fois, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent les fruits rouges bien mûrs (pruneau) et la cannelle, de bouche dense, très réussi, de belle évolution, à ouvrir sur un gigot à la ficelle. La cuvée Saint-Qvinis rosé 2007 est un vin de belle robe limpide, avec des notes subtiles de rose et de mûre, ample, souple et sec à la fois, d’un bel équilibre, rond et persistant. Le blanc est dans la lignée, finement bouqueté avec des notes de noisette et d’aubépine, avec un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité, suave, très élégant.


Domaine du LOOU Scea Di Placido

Domaine du LOOU Scea Di Placido

(COTEAUX VAROIS)

83136 La Roquebrussanne
Téléphone :04 94 86 94 97
Télécopie : 04 94 86 80 11
Email : domaine-du-loou@wanadoo.fr
Site : www.domaineduloou.com/presentationdomaine.htm

Longtemps propriété du clergé de l’Abbaye de Saint-Victor à Marseille, le Domaine du Loou, labour en provençal, appartient depuis 1956 à la famille Di Placido. Beau Coteaux Varois en Provence rouge cuvée Vieilles Vignes 2004, avec des arômes de fruits noirs (mûre, cassis), riche, complet et très équilibré. Excellent rouge Les Terres du Loou 2004, (60 % Syrah, et parts égales de Grenache et de Cabernet-Sauvignon), de belle robe grenat, riche et structuré, au nez persistant où dominent des notes de fraise et d’humus, d’excellente évolution. Excellent blanc cuvée Esprit de blanc 2007 (60% Rolle et 40% Sémillon), fleuri et suave très parfumé (fleurs blanches, miel), rond avec une finale fraîche bien caractéristique. Savoureuse cuvée Rosée de Printemps 2008, vinifié par macération pelliculaire à basse tempértature, un rosé qui privilégie la finesse des Cinsault et des Grenache, d’un beau rose franc et brillant, aux arômes de fruits frais, subtilement poivré, un vin de bonne structure à apprécier sur des tagliatelles aux fruits de mer.


Domaine de TRIANS

Domaine de TRIANS

(COTEAUX VAROIS)
Jean-louis Masurel
Chemin des Rudelles
83136 Néoules
Téléphone :04 94 04 08 22 et 01 42 96 01 96
Télécopie : 04 94 04 84 39 et 01 42 15 16 70
Email : trians@wanadoo.fr
Site : www.trians.com

Coup de cœur pour ce Coteaux Varois en Provence T Trians Tradition Terroir 2004 (30% Grenache 35% Cabernet-Sauvignon 35% Syrah), charnu, au nez de violette et de fruits rouges surmûris, un vin ferme et dense, de robe pourpre soutenu, aux tanins structurés, aux notes de cassis, de prune et d’épices en bouche, qui commence à peine à s’ouvrir. Le rosé 2007 est de robe brillante, au nez délicat de rose et de fruits mûrs, à la fois souple et friand, avec cette touche épicée persistante, d’une belle finesse aromatique, idéal sur les terrines. Le blanc 2006 (Sémillon, Rolle, Ugni Blanc et Clairette, élevage sur lies fines) associe finesse et suavité. Excellente cuvée T de Trians blanc 2006, pur Viognier, avec ce bouquet très complexe de pêche et d’abricot mûr, tout en subtilité, avec cette touche épicée persistante, un vin tout en nuances.

Pauillac Château Fonbadet

Château FONBADET

Pascale Peyronie, et son père, Pierre, “couvent” leur Pauillac 2006, un beau vin ample, de couleur intense, racé, aux tanins riches et bien équilibrés, aux connotations de cassis, de mûre et de poivre, tout en bouche, rond et velouté, prometteur. Grand 2005, avec beaucoup de matière, au nez subtil où dominent les petits fruits cuits et la réglisse, alliant richesse et souplesse des tanins, concentration et subtilité aromatique, avec ce côté charnu très caractéristique et tout en charme. Beau 2004, une robe exquise, chatoyante, d’un beau pourpre. Un nez ramassé qui s’ouvre très vite avec une symphonie olfactive de fruits rouges très mûrs sur des connotations de cassis, de framboise et des odeurs torréfiées. Beaucoup de relief, belle garde. Le 2003 est puissant, dense et riche, avec ces nuances de cuir et de fruits confits, de belle charpente, alliant distinction et structure, de belle base tannique, tout en bouche, un vin qu’il faut attendre. Le 2002, très parfumé, intense, fondu et persistant, est ample, aux tanins bien présents, de bouche complexe et très charnue, prometteur. Le 2001 est une réussite, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, un vin gras et distingué, aux tanins amples.

Château FONBADET

(PAUILLAC)
Pierre et Pascale Peyronie

33250 Pauillac
Téléphone :05 56 59 02 11
Télécopie : 05 56 59 22 61
Site : www.chateaufonbadet.com

Baron Albert

BARON ALBERT

Une place très enviée dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés. Coup de cœur pour ce Champagne La Préférence Millésime 2003, assemblage de 7 crus d’une année remarquable, avec des notes de noisette et d’abricot sec, où s’associent rondeur et distinction, fraîcheur et finesse. Savoureuse cuvée A.L brut, dont l’étiquette est particulièrement réussie, en hommage à Albert Louis Baron, fondateur en 1947 de la maison, pur Chardonnay, vinifié et élevé en fûts de chêne, issu uniquement des meilleurs cœurs de cuvées, dont le tirage est limité à 5512 exemplaires, tout en arômes, de bouche distinguée où dominent les fruits secs et la pêche jaune, de belle teinte dorée, très savoureux. Un Champagne riche, tout en subtilité, d’une belle longueur, très fin, de mousse intense, très agréable sur une cuisine légèrement relevée. Excellent brut Carte d’Or (Pinot Meunier, Chardonnay et Pinot Noir), de belle robe, avec des notes de fruits frais et d’épices, de mousse fine, qui allie richesse aromatique et persistance. Beau Jean de La Fontaine 2002 (Chardonnay, Pinot Noir et Pinot Meunier), un Champagne qui dégage des nuances de fleurs blanches avec une pointe de miel, d’une belle couleur Or, avec des arômes bien présents de fruits mûrs et des notes de tilleul, finement bouqueté et parfaitement charpenté, d’une grande élégance. Le Millésimé 99, de belle robe jaune Or, au nez de fruits frais, est riche et puissant, d’une belle finale, tout en vivacité. Le brut Tradition, à dominante de Pinot Meunier (70%, le reste en Chardonnay) est très bien vinifié, parfumé, typé, aux notes d’agrumes et une pointe épicée.

BARON ALBERT


Claude Baron
1, rue des Chaillots – BP 12 Grand-Porteron
02310 Charly-sur-Marne
Téléphone :03 23 82 02 65
Télécopie : 03 23 82 02 44
Email : champagnebaronalbert@wanadoo.fr


* Coups de cœur et déceptions (suite) : Languedoc et Sud-Ouest

Chose promise, chose dûe, voici les mouvements dans les Classements de ces régions :

– En Languedoc, il y a des producteurs, marchands et grands groupes qui nous (et vous) font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade (en Coteaux-du-Languedoc et en vins de cépages notamment), où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais). Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

Toujours incontestablement au sommet : mon ami Aimé Guibert (Daumas-Gassac) qui relève, chaque année, le pari d’élever un vin rare, classique, marqué par l’osmose des cépages et du terroir, et bien loin devant la ribambelle des cuvées à la mode qui ne sont que des macérations œnologiques et des vins écœurants comme de l’encre. Plus fort, de sa (semi) retraite irlandaise, il a su transmettre sa passion (voir la vidéo) à ses enfants, ce qui n’est pas rien. J’ai ouvert avant-hier un 1986 de haute volée, sur un civet de marcassin.

Les bonnes surprises de l’année, et donc, ceux qui montent en 1ers Grands Vins, sont : Mourviels en Cabardès, Herbe Sainte en Minervois, Angles en Coteaux-du-Languedoc, Bourdic en Vins de Pays. Deux autres confirment leur place dans le Classement : Bergerie Capucin et Clarmon. Je réfléchis encore un peu pour décider si les vignobles de la famille Bonfils (Vaugelas, Cantaussels…) doivent conserver leur place, ou non.

Ceux qui confirment leur haut niveau qualitatif : Fontsainte, Saint-Martin-des-Champs, Peyregrandes, Fabas, Grand Caumont, Mire-l’Etang, Chichet, Nidolères, Etang des Colombes, Malautié, Barroubio, Martinolle, Casa Blanca

Ceux qui changent de hiérarchie (de 1ers en 2es) : Antech, Croix Belle et Pinet.

– En Sud-Ouest, là aussi, les déceptions sont nombreuses. Les appellations de Gaillac, Cahors et Fronton jouent les abonnés absents. cette région est l’une des plus décevantes. Peu de vignerons semblent intéressés par envoyer leurs échantillons, tout spécialement en Bergerac, Jurançon, Madiran et Gaillac, et je comprends mieux pourquoi on n’entend de moins en moins parler de ces vins. Chacun fait ce qu’il veut, et il ne me semble pas non plus nécessaire de faire le voyage à sens unique. On peut tout autant regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix totalement incautionnable. Gare donc aux vins de mode dans cette région où les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran? À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot.

A Cahors, il est loin le temps où Reutenauer (un autre de mes amis, loin des modes) imposait ses vins dans toute la restauration parisienne, où l’on tentait avec les « Seigneurs » de tirer l’appellation par le haut (je le sais, c’est moi qui ait écrit leur livre)… la dernière erreur, qui date de 2 à 3 ans, étant de s’être embarqué dans une communication « Malbec » en liaison avec l’Argentine (un comble), alors que, tout au contraire, ce n’est pas le cépage qu’il faut mettre en avant mais les disparités des terroirs. Décevant, tout cela, et quel gâchis !

Bref, le Classement s’en ressent fortement cette année : sont rétrogradés (certains d’un petit cran), Chambert, Triguedina (des vins bien trop « noirs », en effet), Carlat, La Reyne, Pineraie, Léret, Caïx, Pelvillain ou Le Passelys.

En Bergerac, idem pour Haut-Pécharmant, Moulin Caresse, Costes, Theulet-Marsalet. En Gaillac, c’est aussi le cas pour Mayrargues, Adélaïde, Payssel, Arlus…; en Madiran, sont déclassés Peyros, Gassiot, Maouries, Lafitte-Teston

Il y a encore, toutes appellations confondues, Donzac, Rabany, Cave Irouléguy, Perchade

Par contre, toujours de vrais coups de cœur avec La Coutale, Bouscaillous, Lamouroux, Pichard ou Plaisance, incontestablement à la tête de leurs appellations respectives, suivis par Eugénie, Delmouly, Lecusse, Pialentou, Pouypardin, Ménard… et les autres classés en 1ers Grands Vins, chacun à un degré hiérarchique différent. De très belles bouteilles dégustées également avec les cuvée’s de Ressaudie, Croze de Pys, Sarabelle ou Emeillé qui accèdent au sommet.

Saumur Château de Beauregard

Le vignoble de 26 hectares appartient à la même famille depuis 4 générations. Ici le souci permanent est de respecter la vigne et le sol, d’où la pratique d’une culture raisonnée.
On élève ici cet excellent Saumur rouge, aux notes de mûre, de bonne charpente, de très bonne évolution. Plusieurs autres vins sont remarquables comme le Saumur mœlleux et la cuvée Christine, une cuvée spéciale qui n’est produite que les années où la qualité des vins de base est grande. Elle est issue d’une sélection rigoureuse de vendange, d’une vinification séparée, d’un subtil assemblage de Chenin-Chardonnay. Cette cuvée représente tout le savoir-faire du Château de Beauregard, la série est limitée et représente un rapport qualité/prix exceptionnel. La cuvée Christine est diffusée uniquement chez certains cavistes et sa réservation est établie pour l’année.

COORDONNEES
Nom du propriétaire : Alain Gourdon
Nom du responsable : Alain Gourdon
Adresse : 4, rue Saint-Julien 49260 Le-Puy-Notre-Dame
Téléphone : 02 41 52 25 33 / 06 08 43 43 73
Télécopie : 02 41 52 29 62
E-Mail : chateaubeauregard@vinsdusiecle.com
Site Vins du Siècle : www.vinsdusiecle.com/chateaubeauregard
Site personnel :

Lire la suite

Pernand-Vergelesses Domaine Piere Marey et Fils

Domaine Pierre MAREY et Fils

At the top. Pierre and Eric Marey take care with love on their nice vineyard of 10 ha. The wines are maturing in oak barrels and are followed by a laboratory during all their evolution. The wines are mainly sold with the winegrowing near faithful customers of private individuals, and the remainder is dispatched with the restoration, at cellars with wine, in France like abroad. Envoûtant Corton-Charlemagne 2006, where the sweetness is combined with a freshness of a great intensity, with mineral and floral scents complex, of beautiful evolution, a wine which agrees as well with shellfish as on a veal escalope to the cream. Corton Grand Cru 2006, with the aromas of leather, spices and raspberry, with supple but very well-balanced tannins, is of unctuous mouth, at the same time delicate and powerful, of fort beautiful evolution. The 2005 are a great wine with silky, solid and fleshy tannins, of a beautiful harmony, very full, mouthfull. Beautiful Pernand-Vergelesses Les Fichots Premier Cru red 2006, of color intense crimson, with rich and tasty tannins, very scented (ripe, spices…), associating fleshy and intensity, of good guard. The 2005, a great success in this exceptional vintage, are a wine spiced, rich and complex, mouthfull, agreeably robust, of guard of course like this other red Pernand-Vergelesses Les Belles Filles 2006, with tannins present, rich and scented, marked well by its soil, with these crystallized, combining structure and subtle velvety prune notes stops some, full and fleshy, of guard. Taste also Pernand-Vergelesses Sous Frétille white Premier Cru 2006, with aromas of fern and fruits fresh, rich, tasty and full, typified well.

Domaine Pierre MAREY et Fils

(PERNAND-VERGELESSES)
Pierre et Éric Marey
rue Jacques Copeau
21420 Pernand-Vergelesses
Téléphone :03 80 21 51 71
Télécopie : 03 80 26 10 48
Email : erichristine.marey@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domaine-pierremarey

Saint-Émilion Grand Cru Classé Château Grand Corbin-Despagne

Château GRAND CORBIN-DESPAGNE

El nombre Despagne se liga a la tierra saint-émilionnaise desde más de un mediomilenio (1665), la propiedad pertenece a la familia Despagne desde 1812, la 7.o generación tomó la dirección en 1996 de este viñedo de 26 Ha. situado sobre una capa arenosa (arenas sobre arcillas, arenoso argilo). Belleza Saint-Émilion GCC 2006, coloreado y perfumado, de una gran sutileza en boca, a las notas de casis, violeta y trufa, un vino cuerpo y estructurado, a los taninos firmes pero de una gran elegancia, de gran evolución. El 2005 es potente y coloreado, a aromas de guinda y especias, cuerpo, amplio, con taninos ricos, un vino potente en aromas como en estructura, muy de bonita evolución. El 2004 con aromas de cereza negra y humus, es un vino de boca aduladora y rica a la vez, suave, con taninos aterciopelados pero potentes. El fumado 2003, de color púrpura, con notas de frutas cocinadas y, de sedoso y denso, se prueba perfectamente con cordero asado.

Château GRAND CORBIN-DESPAGNE

(SAINT-ÉMILION)
François Despagne

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 08 38
Télécopie : 05 57 51 29 18
Email : f-despagne@grand-corbin-despagne.com
Site : www.grand-corbin-despagne.com

Classée 1er Grand Vin, la Cave Les Coteaux de Visan

“Nous avons toujours été précurseurs, précise Théo Théodosiou : nous avons instauré la sélection parcellaire en 1992, ainsi que la classification et le tri à la vendange par cépage et par terroir, la vendange manuelle, la rémunération à la qualité et cela depuis de nombreuses années. Si l’on parle souvent de la qualité des vins, il faut réaliser le travail en amont que nous effectuons. Nous avons les conseils et le suivi d’un technicien viticole chargé des sélections parcellaires. De plus, depuis 1968, nous avons toujours fait une vinification bien distincte des Villages, Visan et Côtes du Rhône avec une sélection rigoureuse des apports. La mise en place d’une agriculture biologique constitue la suite logique de la politique de culture raisonnée et de respect de l’environnement entreprise depuis de nombreuses années par la Cave Les Coteaux de Visan. Un groupe d’une dizaine de viticulteurs, amoureux de l’authentique et proches de la nature, s’est engagé dans cette voie et met tout en œuvre pour apporter le maximum de satisfaction aux consommateurs qui partagent leurs convictions et leur passion du naturel.” La cave de Visan fut créée en 1897 par Ferdinand Delaye, un véritable pionnier de la viticulture visanaise. Cette cave hors du commun bénéficie d’un terroir exceptionnel, des coteaux argilo-calcaires caillouteux exposés plein sud. Les responsables de la cave ont en effet très vite compris que pour offrir des vins de qualité, il fallait être performant dans les différentes étapes du vin. La certification ISO 9001 version 2000 et toutes les récompenses reçues témoignent de l’excellent rapport qualité-prix des cuvées de la Cave Les Coteaux de Visan. Cuvée du Marot Cette cuvée est issue elle aussi d’un très joli terroir en coteaux plein sud avec un sol très caillouteux qui reflète particulièrement bien la chaleur aux raisins. La vinification est très traditionnelle avec des cuvaisons assez longues. Le vieillissement se fait en magnums emmurés durant un an dans les caves du château et la cuvée sera délivrée lors du chapitre d’été. La robe est d’un beau pourpre, on est séduit par ses arômes de petits fruits rouges bien mûrs, très charmeurs. Le vin est bien structuré, soyeux, ample, aux tanins de bonne qualité. Il se déguste à merveille sur des plats en sauce, les civets, le gibier, les viandes rouges, les fromages. Cuvée Saint-Vincent L’autre référence issue d’un élevage en fûts de chêne durant 12 à 18 mois dans la magnifique cave de vieillissement creusée dans le safre. Dégustation : belle robe rouge grenat, nez très expressif et complexe de fruits bien mûrs, touche épicée à l’agitation. Un beau vin fondu, dont l’attaque privilégie les arômes fruités (cerise, pruneau, figue mûre). L’évolution tout en souplesse, est très bien équilibrée par des tanins polis.

La dégustation :

La Cave vient de se doter d’un superbe espace dégustation-vente, où l’on se fait plaisir avec ce CDR-Visan cuvée du Marot 2006, de belle couleur, ample et parfumé, corsé, aux tanins enrobés, un vin harmonieux, très équilibré, complet, dominé par le cassis et les sous-bois, d’excellente garde. Le 2005 est un beau vin typé comme on les aime, avec des notes de violette et de réglisse, riche en couleur, classique et concentré, alliant finesse et structure, ample, légèrement poivré en finale, de très bonne évolution. Le 2004 est marqué par ces notes d’épices à dominante de fruits rouges mûrs et de violette, un vin intense, de bouche pleine, aux nuances complexes de fruits des bois macérés, Cette cuvée est issue d’un très joli terroir en coteaux plein sud avec un sol très caillouteux qui reflète particulièrement bien la chaleur aux raisins. La vinification est très traditionnelle avec des cuvaisons assez longues. Le vieillissement se fait en magnums emmurés durant un an dans les caves du château. À ses côtés, cette remarquable cuvée Saint-Vincent 2004 (vieilles vignes), élevée en fûts de chêne durant 12 à 18 mois dans la magnifique cave de vieillissement creusée dans le safre, de belle robe rouge grenat, au nez très expressif et complexe de fruits bien mûrs (cerise, pruneau, figue mûre), un vin puissant en bouche, aux tanins fermes et bien équilibrés, de très bonne évolution, à découvrir sur des plats épicés. Goûtez encore la cuvée Lou Câlin 2003 (70% Grenache, 20% Mourvèdre, 5% Syrah, 5% Clairette), de robe soutenue, aux notes de sous-bois et de mûre, un vin aux tanins riches et ronds à la fois. Belle cuvée Notre-Dame des vignes, de robe pourpre, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, avec des tanins mûrs, de bouche veloutée, puissante et ample comme le CDR-Visan rouge Grande Réserve 2005 (70% Grenache, 15% Syrah et 15 % Mourvèdre issus de vieilles vignes sélectionnées et vendangées à la main). La cuvée Femmes 2006, symbole de l’éternel féminin, élue par un jury de dégustatrices sous la présidence d’Isabelle Forêt, spécialement adaptée aux goûts des femmes. Un CDR-Village Visan provenant de cépages nobles (80 % Grenache, 15 % Syrah et 5 % Mourvèdre issus de vieilles vignes sélectionnées et vendangées à la main), une cuvée à la fois fruitée et puissante, d’une belle longueur ainsi que de la fraîcheur en finale. Il y a encore cette cuvée Odyssée 2003 (70% Grenache, 10% Mourvèdre, 10% Syrah, 10% Clairette), qui offre une belle robe pourpre intense, des arômes subtils (framboise, épices, violette) soutenus par une structure harmonieuse et une finale subtilement poivrée.

CAVE les COTEAUX de VISAN

(VISAN)
Christiane et Théo Théodosiou
BP 22
84820 Visan
Téléphone :04 90 28 50 80
Télécopie : 04 90 28 50 81
Email : cave@coteaux-de-visan.fr
Site : www.coteau-de-visan.fr


C’est le moment de bien choisir vos liquoreux : voici les meilleurs

Château L'ENCLOS MIQUEU

Château L’ENCLOS MIQUEU

(LOUPIAC)
Mathieu Barrère
Le Gris
33490 Saint-Martial
Téléphone :05 56 61 96 44
Email : m.barrere@worldonline.fr

Vignoble de 12 ha (90% Sémillon, 6% Sauvignon gris, 4% Muscadelle). Beau Loupiac cuvée Fûts de Chêne 2005, typé, aux connotations florales subtiles, à la bouche fondue où se retrouvent des nuances de pain d’épices et de pêche surmûrie, alliant puissance et souplesse, idéal sur un foie gras poêlé.


Château LOUPIAC-GAUDIET

Château LOUPIAC-GAUDIET

(LOUPIAC)
Daniel et Marie-Laurence Sanfourche

33410 Loupiac
Téléphone :05 56 62 99 88
Télécopie : 05 56 62 60 13
Email : chateau-loupiacgaudiet@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateauloupiacgaudiet

Au sommet. Le vignoble de 28 ha, situé autour du château, bénéficie d’une exposition plein sud et appartient depuis 4 générations à la famille de l’actuel propriétaire Marc Ducau, associé à son neveu Daniel Sanfourche qui en assure la direction. Exceptionnel Loupiac château de Loupiac 2005, fort bien élevé en barriques, riche, très aromatique, à la belle robe dorée, au nez très élégant et intense, de bouche très veloutée où se distinguent des arômes persistants d’agrumes mûrs et de brioche, d’amande grillée et de coing, de grande évolution. Le 2003 est un grand vin, de belle couleur dorée, aux nuances subtiles d’agrumes surmûris et de rose, tout en bouche, de grande garde. Leur château Loupiac-Gaudiet 2004, élevé en cuves, est bien classique, ample au nez comme en bouche, aux notes de citron confit et de fleurs blanches, d’une belle fraîcheur en bouche. Remarquable rapport qualité-prix.


Château des MAILLES

Château des MAILLES

(SAINTE-CROIX-DU-MONT)
Daniel et Laurence Larrieu

33410 Sainte-Croix-du-Mont
Téléphone :05 56 62 01 20
Télécopie : 05 56 76 71 99
Email : chateau.des.mailles@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudesmailles

Leur Sainte-Croix-du-Mont 2007 est remarquable, l’une de plus jolies réussites du Château, d’un superbe jaune d’or, souple, aux notes subtiles d’abricot confit et de fruits secs, gras mais très frais à la fois, un vin dense et parfumé, délicatement parfumé en finale (rose, miel, pain brioché…), d’excellente garde. Très beau 2005, de belle robe dorée, avec des arômes de fleurs blanches et de miel, une bouche onctueuse à la finale vive et dense, typé et riche, très parfumé, très persistant, qui associe finesse et richesse aromatique. Le 2003 est tout en subtilité de senteurs (fruits cuits, aubépine), d’une douce onctuosité, idéal à l’apéritif ou sur un dessert, très abordable. Superbe cuvée Laurence 2005, de couleur dorée, au nez dominé par les fruits mûrs et les fruits secs, légèrement miellé, tout en suavité et finesse, de belle garde.


Château BEL AIR

Château BEL AIR

(SAINTE-CROIX-DU-MONT)
M.Meric

33410 Sainte-Croix-du-Mont
Téléphone :05 56 62 01 19 et 05 56 62 09 03
Télécopie : 05 56 62 09 33
Email : vignobles.meric@orange.fr
Site : www.chateaubelair.net

Avec des origines remontant en 1648, le Château Bel Air fait partie des plus anciennes propriétés de l’appellation. Dominant la vallée de la Garonne, le vignoble s’étend sur 18 ha de vignes en coteaux âgées de 30 ans. La récolte, rigoureusement menée par tris successifs permet de sélectionner le raisin à sa maturité avancée, lorsque la pourriture noble dotée des bienfaits du botrytis a atteint son apogée. Beau Sainte-Croix-du-Mont cuvée Vieilles vignes 2005, un vin ample et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé et de fruits, tout en bouche, vraiment très agréable, à goûter sur des ris de veau, par exemple. Le Cadillac 2005, où s’entremêlent des nuances d’agrumes et de fleurs blanches, est tout en subtilité. Excellent Premières Côtes de Bordeaux rouge, de robe grenat, au nez de fruits mûrs, avec des tanins ronds et bien équilibrés.


Clos JEAN

Clos JEAN

(LOUPIAC)
Lionel Bord

33410 Loupiac
Téléphone :05 56 62 99 83
Télécopie : 05 56 62 93 55
Email : closjean@vignoblesbord.com
Site : www.vignoblesbord.com

Un vignoble de 11 ha (80% Sémillon, 20% Sauvignon), très traditionnel (vendanges manuelles par tris successifs, vinification avec maîtrise des températures, élevage en cuves avec léger passage en barriques…). Superbe Loupiac Clos Jean 2007, d’une très belle couleur, aux arômes de fruits blancs et de genêt, avec au palais des notes subtiles de pain brioché et de rose, d’une grande persistance, un vin qui demande un peu de patience. Le 2003, de belle couleur dorée, au nez riche dominé par des notes de pain grillé et de fruits macérés, est tout en bouche, associe délicatesse et intensité.


Château de CÉRONS

Château de CÉRONS


M. Perromat

33720 Cérons
Téléphone :05 56 27 01 13
Télécopie : 05 56 27 22 17
Email : perromat@chateaudecerons.com
Site : www.chateaudecerons.com

Un remarquable Cérons 2002, une réussite, de bouche suave, tout en subtilité d’arômes, aux nuances de fruits cuits, avec des notes de tilleul et d’abricot. Superbe 2001, velouté, de belle couleur dorée, au nez riche dominé par des notes de pain grillé et de fruits surmûris, tout en bouche, de garde. Goûtez aussi le Graves rouge 2005, typé, de teinte grenat profond, aux notes de cassis et de cerise, de bouche bien corsée et parfumée, de belle charpente, harmonieux. Le Graves blanc 2006, tout en bouche, sent le chèvrefeuille et le coing, d’une jolie finale, harmonieux et fruité, un vin gras et nerveux à la fois.