– Le nouveau Classement des meilleurs Vins Blancs de Loire

ANJOU-SAUMUR

J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. Peu d’autres vins peuvent “copier” les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs secs très agréables, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

Superbes liquoreux (Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux…), qui atteignent les sommets depuis quelques années, et peuvent inquiéter d’autres vins liquoreux qui auraient tendance à s’endormir sur leurs lauriers. Les Crémants de Loire, du brut au demi-sec, bénéficient d’un rapport qualité-prix-plaisir réel. Leur élaboration est soumise à des règles strictes. Le rendement de base est de 50 hl/ha soit 7 500 kg de vendanges. Les vendanges manuelles, le pressurage soigné, l’art des assemblages et une seconde fermentation de 1 an au moins (qui peut atteindre 18 mois) en bouteilles dans les caves de tuffeau leur confèrent une fine mousse et des arômes délicats qui varient selon les terroirs.

Tout savoir sur le vignoble

PAYS-NANTAIS

J’ai débuté dans cette région, et j’y suis donc attaché, car ils méritent d’être appréciés à leur juste valeur, notamment en tenant compte de leur véritable potentiel d’évolution et de prix particulièrement abordables.

La typicité est notamment liée à la mise en bouteilles sur lie, qui consiste à laisser les vins reposer sur leur lie durant 4 ou 5 mois après leur fermentation jusqu’à leur embouteillage. Elle permet de protéger le vin de l’oxydation et lui confère une fraîcheur et un perlant caractéristique, grâce à une présence importante de gaz carbonique (un Muscadet sur lie en contient deux fois plus qu’un Muscadet). La spécificité existe bien car le sous-sol est composé de roches de l’ère primaire, et se particularise par un système complexe de failles et un métamorphisme poussé. On y trouve en majorité des roches mères éruptives (35 % de gneiss, micaschistes, éclogites, amphibolites et prasinites). Cette diversité induit des différences notables de précocité et de rendement. Les vins récoltés sur schistes, micaschistes, gneiss du bassin versant de la Loire et du marais de Goulaine sont généralement précoces et tendres. Les vins récoltés sur le secteur est du vignoble et issus de terrains de gabbros et de roches vertes, sont plus tardifs.

Classement Val de Loire Rouges

PAYS-NIVERNAIS

Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé “silex” pour s’en assurer. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les nouveaux vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin…

Il y a bien entendu des excès dans la région, en rendements comme en prix, et il faut donc choisir les vignerons simples et fiers qui s’attachent à élever quelques-uns des plus grands vins blancs secs de France. La région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée. Le cépage Sauvignon sait en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre.

L’ACCORD IDEAL DES VINS ET DES METS AVEC

Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

TOURAINE

Géologiquement, la Touraine appartient au Bassin parisien : au cours des ères géologiques, cette grande cuvette a été comblée par des sédiments marins ou continentaux qui se sont transformés en couches de roches sédimentaires. D’une parcelle à l’autre, on passe de zones argilo-sableuses à des zones sablo-argileuses, de terres argilo-calcaires à des terres de sable, d’argile et de silex. Dans ce vignoble, la typicité s’associe à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Le plaisir des arômes, le fruité des rouges, la fraîcheur des blancs secs, la suavité des moelleux… tout concourt au plaisir du vin. En rouge, trois appellations sortent du lot, Chinon, bien sûr, où la race rejoint une vraie typicité, puis Bourgueil et Saint-Nicolas-de-Bourgueil, où l’on se rend aussi bien compte de l’expression de ces terroirs de tuffeau et de graviers. La race du Cabernet franc s’exprime parfaitement sur ces terroirs variés d’argile ou de silex, où le tuffeau croise les Perruches ou les Aubuis. Les moelleux sont superbes, en Montlouis comme à Vouvray.

Millesimes
Millesimes

CLASSEMENT VAL-DE-LOIRE-BLANCS

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU

SAUMUR

VOUVRAY

BEAUREGARD (S)

LA PALEINE (S)

_____
BOURILLON-DORLÉANS (V)

Clos de L’ÉPINAY (V)

FONTAINERIE (V)

La GUILLLOTERIE (MOINES (Sav)

_____

AUBERT (V)

DARRAGON (V)

GAUDRELLE (V)

Damien LAUREAU (Sav)

MATIGNON (A)

_____
BELLEVUE (Sav)

SANCERRE

POUILLY-FUME

MENETOU SALON

COULBOIS (PF)

NATTER (S)

_____
BROCK/SARRY (S)

CHEVREAU (S)

André DEZAT (S)

GILBON (MS)

GITTON (S)

Roger NEVEU (S)

PABIOT (PF)

TEILLER (MS)

_____

BARILLOT (PF)

BLANCHET (PF)

CHAMPEAU (PF)

LANDRAT-GUYOLLOT (PF)

CAVES DE POUILLY (PF)

REDDE (PF)

Daniel REVERDY (S)

J.-M. ROGER (S)

_____
BONNARD (PF)

CHAMPARLAN (MS)

FOUASSIER (S)

LIRE LA SUITE DANS MILLESIMES

TOURAINE CHINON

QUINCY RUEILLY

COMMANDERIE (Q)

DOZON (C)

MALBÈTE (R)

RENAUDIE (T)

_____

CHAISE (T)

MANDARD (T)

MARDON (Q)

_____
CHARBONNIER (T)

MONTIGNY (T)

_____
CHARMOISE (T)

MAISONS ROUGES (Jasnières)

VILLALIN (Q)

MOELLEUX
Clos de L’ÉPINAY (V)

TROTTIÈRES (CL)

LA VARIÈRE (B)

_____

AMBINOS (CL)

AUBERT (V)

L’ÉTÉ (CL)

GAUTHIER-LHOMME (V)

FONTAINERIE (V)

GODINEAU (B)

HAUT PERRAYS (CL)

LEBLOIS (M)

MATIGNON (CL)

ROCHETTES (CL)

_____
(BELLEVUE (CL))

Michel BLOUIN (CL)

(CHESNAIE (CL))

DULOQUET (CL)

L’OUCHE GAILLARD (V)

(PETIT CLOCHER (CL))

CREMANTS
BOUVET (S)

_____
BEAUREGARD (S)

BOURILLON-DORLÉANS (V)

CLOS des CORDELIERS (S)

Clos de L’ÉPINAY (V)

LA PALEINE (S)

_____
AUBERT (V)

DARRAGON

LA GUILLOTERIE (S)

LEBLOIS (M)

PETITE CHAPELLE

MUSCADET

AUTRES

Robert CHÉREAU

COING SAINT-FIACRE

MORILLEAU

POIRON-DABIN

TOURLAUDIÈRE

_____
BIDIÈRE

FAY D’HOMME

PROVOST

TOPAZE

_____
COGNETTES

ELGET

POITEVINIÈRE

_____
DURANDIÈRE

ESPÈRANCE

(MÉNARD-GABORIT)

OISELINIÈRE

(POTARDIÈRE)

PYRONNIÈRE

* Les Pessac-Léognan à ne pas manquer !

Pour mémoire, le 9 Septembre 1987, un décret reconnaissait l’Appellation d’Origine Contrôlée “Pessac-Léognan” et venait mettre fin officiellement à l’ambiguïté (et aux querelles de clocher) de cette région desGraves, en “séparant” les vins issus des terroirs situés autour des communes de Pessac et Léognan, du reste de toute la “simple” AOC Graves…Dès lors, une cinquantaine de châteaux ne faisaient plus partie de l’appellation Graves, tout en pouvant inscrire sur leur étiquette les mentions “Grand Cru de Graves”, “Grand Vin de Graves”, “Cru Classé des Graves”, “Graves”, “Grand Vin deBordeaux”, “Grand Cru Classé de Graves”…

Les Graves, c’est surtout un terroir, qu’il est d’ailleurs aisé de constater puisqu’il suffit de se promener dans les vignes. Le nom est ancien et remonte au Moyen Age. De cette époque il a désigné les pays de la rive gauche de la Garonne en amont de Bordeaux qui sont situés entre le fleuve et le plateau des Landes girondines. Fait unique en France l’appellation de Graves est la seule en Bordelais (en dehors des Graves de Vayres) et même en France à porter le nom même du sol qui est sa caractéristique principale.

Le terroir des Graves se compose principalement de terrasses construites par la Garonne lors des grandes crus millénaires qui ont apporté une grande variété de débris caillouteux, venus parfois de très loin, notamment des Pyrénées; ces débris caillouteux multicolores, usés au point d’être polis, voire luisants après la pluie, sont plus ou moins enrobés de terre ou de limon. Les terrasses granuleuses dues à la Garonne ont été entaillées par les petits affluents de la rive gauche du fleuve qui ont ainsi sculpté le pays en interfleuves ou croupes (séparées par de petites vallées). Ainsi, le drainage naturel est le plus souvent excellent.

Toutes ces conditions pédologiques (Graves et drainage) sont favorables à la qualité du vin. Celle-ci s’explique également par l’exposition du vignoble et par la caractéristique du sous-sol : lesGraves reposent tantôt sur un sous-sol calcaire (convenant particulièrement aux vins rouges), ou sur des mélanges de sable et d’argile (favorables aux vins blancs).

Domaine de CHEVALIERPESSAC-LÉOGNAN Domaine de CHEVALIER

Domaine de CHEVALIER

(PESSAC-LÉOGNAN)
Olivier Bernard

33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 16 16
Télécopie : 05 56 64 18 18
Email : olivierbernard@domainedechevalier.com
Site : www.domainedechevalier.com

Incontestablement à la tête des Premiers Grands VinsClassés, en blanc comme en rouge, ce qui n’est pas rien. Excitez vos papilles avec ce Pessac-Léognan rouge 2009, volumineux, d’une belle matière en bouche, aux notes de cuir et de cassis, qui allie distinction et richesse, un grand vin très savoureux, puissant, gourmand, encore fermé, naturellement. Exceptionnel 2008, de couleur pourpre profond, qui développe un nez intense et complexe dominé par les fruits rouges cuits, un beau vin de belles matière, très équilibré, avec des tanins riches et savoureux à la fois, encore fermé, naturellement, de garde. Le 2007, de très belle robe soutenue, qui développe au nez des senteurs délicates de petits fruits rouges mûrs et d’humus, est de bouche charnue, un vin délicat et généreux, bien épicé. Le 2006 est dans la lignée, possédant sa propre spécificité, bien sûr, très élégant, soyeux, d’une diversité et complexité d’arômes intenses, dominées par la griotte et la framboise mûre, un vin où le terroirs’exprime parfaitement aussi avec cette pointe balsamique très réussie, d’une belle longueur en finale. Exceptionnel 2005, séducteur, puissant, ample, avec des tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre et de cannelle au nezcharnu comme on les aime, avec beaucoup de structure, tout en bouche, aux notes de fruits compotés légèrement épicés (griotte, cassis…) et de réglisse, d’évolution lente. Superbe 2004, d’un rouge très foncé, puissant, d’une grande complexité, avec des tanins très soyeux, un vin où tout est merveilleusement fondu, dont l’équilibre est parfait, extrêmement typé Graves Pessac-Léognanavec des notes de fumé, des senteurs très complexes, vraiment un très grand vin. Remarquable 2003, plus typé Cabernet-Sauvignon, mais très doux, car les Cabernets étaient très mûrs, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins amples, un vin tout en distinction, d’excellente évolution. Le rouge 2002 est un vin gras et harmonieux, très élégant, au bouquet subtil et intense à la fois, dominé par l’humuset les petits fruits rouges frais, de bouche ample, très classique. Beau rouge 2001, où l’équilibre est parfait, le grand Bordeaux plutôt dans la finesse que dans la puissance, d’un grand classicisme comme ce rouge 2000, grandiose, charnu, vigoureux mais fin, avec desarômes de griotte et d’humus, de garde. Le rouge 1999 est d’une robe d’un rouge rubis intense, de bouche veloutée, avec de la matière et du fruit, aux tanins fins et soyeux. Superbe Pessac-Léognan blanc 2009, alliant finesse et structure, une belle rondeur et un bouquet aux connotations de narcisse, de musc et de pamplemousse, qui mêle richesse aromatique et persistance, de bouche riche, longue, ample. Le 2008 est très racé, marqué par son terroir qui lui transmet des notes minérales, tout en finesse aromatique, associant nervosité et gras, au nezenvoûtant et persistant, dominé par des notes de petites fleurs blanches et de poire. Le 2007 est formidable, vraiment exceptionnel avec une attaque puissante, le Sauvignon (85%) explose en bouche, le vin est très volumineux, complexe, ample et soutenu par une fraîcheur exceptionnelle, avec une longueur très puissante, certainement l’un des plus beauxVins blancs de toute la région. Le blanc 2006 est une très belle réussite, riche et distingué, aux nuances de pamplemousse et d’amande grillée, alliant finesse et persistance, un vin gras et nerveux à la fois, dense et complexe au nez comme en bouche, d’une grande ampleur, suave. Le 2005 est d’un bel or pâle brillant, très équilibré, d’une fraîcheur persistante, un vin classique qui développe un nez puissant d’agrumes mûrs, au boisé bien fondu, dominé par une puissance aromatique tenace, de bouche intense où l’on retrouve l’acacia et les agrumes. Le 2004 est l’une de ses plus belles réussites et l’une des plus belles de toute la région, au nez subtil (acacia, noisette), tout en distinction et persistance en bouche, avec cette fraîcheur caractéristique, un millésime parfait, classique, d’un bel équilibre, les Vins blancs n’aimant pas les millésimes trop chauds. Le blanc 2003 est le millésime le plus rond à Chevalier, à dominante de fleurs blanches et de petits fruits secs, puissant mais très fin, un vin tout en finale. Le blanc 2002 est splendide, intense, d’une belle acidité, au nez très floral de sureau, d’acacia, de vanille associés à des notes d’agrumes. La bouche est ample et structurée, un grand vin parfaitement équilibré entre le gras et la fraîcheur. Le blanc 2001 est d’une grande vivacité, d’une belle acidité, classique, plus dans le style des grands Chevalier, de garde, alors que le blanc 2000, plus flatteur, rondsouple, est tout en charme.


Domaine de GRANDMAISON

Domaine de GRANDMAISON

(PESSAC-LÉOGNAN)
Jean et François Bouquier
182, avenue de la Duragne
33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 75 37
Télécopie : 05 56 64 55 24
Email : courrier@domaine-de-grandmaison.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domaine-de-grandmaison
Site : www.domaine-de-grandmaison.fr

Un domaine de 19 ha issu d’un terroir exceptionnel de graves siliceuses et d’argilesgraveleuses parsemées de moellons calcaires. Beaucoup aimé leur Pessac-Léognan rouge 2008, de couleur profonde, structuré, ample, avec des tanins riches et qui se fondent bien, desarômes de fruits bien mûrs (cassis, griotte…), tout en finale, très prometteur. Le 2007, de couleurgrenat aux reflets violine, il est tout en bouche, avec beaucoup de structure, bien équilibré, aunez de cerise et d’humus, de charpente très élégante. Le 2006, dense, où se mêlent la griotte, la groseille et l’humus, aux tanins soyeux, est bien charnu, savoureux et charpenté, de bellegarde. Le 2005, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, est trèsaromatique, chaleureux, corsé, de très bonne évolution. Remarquable 2004, de belle robepourpre soutenu, aux notes de framboise et de cannelle, d’une grande harmonie, très parfumé,séveuxgénéreux et persistant. Le 2003, de robe grenat, au bouquet intense (notes de sous-bois et de griotte mûre), est de bouche ronde et riche. Le 2001 est riche, charmeur, marqué par son terroir, parfumé, un vin où dominent les épices et l’humus, d’excellente évolution comme le 2000, au nez persistant, aux tanins fermeséquilibrégras, d’une grande ampleur en bouche. Beau Pessac-Léognan blanc 2009, avec ces arômes de fruits frais, de grillé et de fleurs, alliant nervosité etgras au palais, un vin toute en nuances et distinction. Le 2008, avec des senteurs de noisette et de chèvrefeuille, est ferme et suave, tout en harmonie, vraiment très agréable. Excellent 2007, avec cette touche d’acidité alliée à une rondeur agréable, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de bruyère, de bouche puissante. Le blanc 2006, de robe d’un bel aspect jaune et or, où l’on retrouve des senteurs de fleurs blanches et de noisette, et aussi des nuances de pêche fraîche aux papilles, un vin savoureux et charmeur. Le 2005 est de belle couleur jaune ambré, finement épicé, suave, élégant, bien persistant, d’une jolie finesse, trèsharmonieux en finale avec des nuances de noix fraîche et de citron.


Château HAUT-LAGRANGE

Château HAUT-LAGRANGE

(PESSAC-LÉOGNAN)
Francis Boutemy
89, avenue de La Brède
33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 09 93
Télécopie : 05 56 64 10 08
Email : contact@hautlagrange.com
Site : www.hautlagrange.com

Propriété créée par Francis Boutemy en 1989, sur un terroir mentionné en 1763 sur la carte de Belleyme. Vignoble de 8,5 ha, enherbage partiel, densité 7 700 pieds/ha, par égrappage, la production est volontairement ramenée, selon les années, de moins de 10 à 20% en dessous des rendements autorisés. Valeur sûre avec le Pessac-Léognan rouge 2008 (45 % Merlot, 55 % Cabernet-Sauvignon, dont 1/3 de la récolte est élevée 12 mois 30 % en barriques neuves, le reste en cuves, durée totale de l’élevage 20 mois), avec des arômes de fruits rouges et de fumé, un vin de très bonne bouche, gras et charnu, aux tanins structurés et bien soyeux, de très bonne évolution. Le 2007 est riche en couleur, un vin corsé et dense, qui sent bon la prune, laframboise mûre et les sous-bois, de bouche puissante et parfumée. Le 2006, avec ce nezd’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, est charpenté, parfumé, tout en bouche, de très bonne évolution. Le Pessac-Léognan blanc 2009 (Sauvignon et Sémillon à parts égales), avec ce bouquet d’agrumes frais, d’un bel or pâle brillant, est d’une belle fraîcheur persistante, un vinclassique, tout en bouche. Le 2008 allie structure et vivacité, un vin d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de pomme, de tilleul et de citron.

Château HAUT-PLANTADE

Château HAUT-PLANTADE

(PESSAC-LÉOGNAN)
Plantade Père et Fils

33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 07 09
Télécopie : 05 56 64 02 24
Email : hautplantade@wanadoo.fr

Le vignoble naquit en 1975, fruit de l’amour d’un homme pour sa terre (8,50 ha divisés en 15 parcelles), sur un sol de graviers et de sables en surface et en dessous viennent des calcaires friables gréseux et siliceux, répartis en rouge 7,10 ha, blanc 1,40 ha (culture raisonnée, labour à la charrue vigneronne). Savoureux Pessac-Léognan rouge 2008, d’une couleur intense, unvin gras et dense, au nez épicé, aux tanins présents qui commencent à se fondre, bien typécomme on les aime, d’excellente garde. Le 2007, de jolie robe grenat soutenu, bien charpenté, parfumé (griotte, humus…), un vin ferme et soyeux à la fois, avec une bouche puissante et persistante de groseille cuite. Le 2006, allie structure et souplesse, de bouche fondue où domine le pruneau confit. Le 2005, un vin decouleur intense, richement bouqueté, mêle une finesse tannique à une rondeur en bouche tenace, avec ces notes de fraise des bois surmûrie. Le Pessac-Léognan blanc 2009 développe ces notes de fumé bien spécifiques, un vin très bien vinifié, de robe brillante et limpide, nez de fougère et d’acacia, d’une jolie rondeur, suave et persistant. Beau 2008, aux arômes floraux et fruités intenses, est unvin harmonieux, subtil et puissant à la fois, d’excellente évolution.

Château LATOUR-MARTILLACPESSAC-LÉOGNAN Château LATOUR-MARTILLAC

Château LATOUR-MARTILLAC

(PESSAC-LÉOGNAN)
Tristan et Loïc Kressmann

33650 Martillac
Téléphone :05 57 97 71 11
Télécopie : 05 57 97 71 17
Email : latourmartillac@latourmartillac.com
Site : www.latour-martillac.com

Les 42 ha de vignes jouissent d’un terroir exceptionnel composé de strates de graves pyrénéennes. Une taillesévère permet des rendements faibles pour obtenir desvins concentrés en matière et en arômes. C’est la volonté des frères Kressmann qui sacrifient le rendement au profit de la qualité. Leur Pessac-Léognanrouge 2008 est de couleur grenat soutenu, d’une belle concentration, aux senteurs de fruitsrouges mûrs (griotte, framboise) et d’épices, de bouche riche, tout en saveurs, un vin charnu etcharpenté. Le 2007, avec des nuances de fruits rouges surmûris et une touche d’épices, est un vin qui associe harmonieusement structure et parfums. Le 2006 est intense et ferme, avec unbouquet persistant et corsé, des arômes de sous-bois et de griotte, fondu, de bouche dense. Le 2005 est savoureux, puissant, légèrement épicé, aux tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre et de poivre, complexe. Remarquable 2004, aux notes de cerise et de sous-bois, de robe foncée, très structuré au nez comme en bouche, alliant charpente et rondeur. Le Pessac-Léognan blanc 2008, issu d’une fermentation en barriques, est suave et puissant, d’une très belle persistance aromatique, avec des nuances de pêche et de narcisse, bien équilibré en finale.

Château LUCHEY-HALDEPESSAC-LÉOGNAN Château LUCHEY-HALDE

Château LUCHEY-HALDE

(PESSAC-LÉOGNAN)
Régisseur : Arnaud Magne
17, avenue du Maréchal Joffre
33700 Mérignac
Téléphone :05 56 45 97 19
Télécopie : 05 56 45 33 79
Email : info@luchey-halde.com
Site : www.luchey-halde.com

Beau Pessac-Léognan rouge 2008, corsé, aux senteurs persistantes de petits fruits rouges mûrs avec des notes de musc, typé, aux tanins amples et très équilibrés, unvin qui allie structure et charme. Le 2007 est de belle robe soutenue, fin, de bouche puissante et charnue, parfumé (griotte, humus…), ou l’intensité s’allie à la souplesse. Le 2006, avec unbouquet persistant et corsé marqué par les fruits rouges très mûrs, séduit par sa structure et ses tanins bien fondus, un vin tout en bouche. Le Pessac-Léognan blanc 2008, de robe dorée, d’une jolie finale aromatique, riche au nez, avec des notes de rose et d’aubépine, est un vinélégant. Remarquable 2007, qui sent les agrumes et l’aubépine, un vin gras, où s’entremêlent des notes d’amande, de fruits mûrs et de grillé, d’une grande complexité, ample et d’une belle persistance.

Château MALARTIC-LAGRAVIÈREPESSAC-LÉOGNAN Château MALARTIC-LAGRAVIÈRE

Château MALARTIC-LAGRAVIÈRE

(PESSAC-LÉOGNAN)
Alfred-Alexandre Bonnie

33850 Léognan
Téléphone :05 56 64 75 08
Télécopie : 05 56 64 99 66
Email : malartic-lagraviere@malartic-lagraviere.com
Site : www.malartic-lagraviere.com

Au sommet. Le Pessac-Léognan rouge 2009, de bellerobe foncée, de bonne base tannique, riche et persistant en bouche, est gras, aux notes de prune et de sous-bois, d’excellente évolution. Le 2008, intense en couleurcomme en arômes, fleure bon les fruits mûrs et les épices, aux tanins bien fermes et soyeux à la fois, auquel il faut laisser du temps pour s’exprimer. Savoureux 2007, très structuré, puissant, aux arômes subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, avec des tanins soyeux, un vin tout en distinction et concentré. Beau 2006, de belle robe, un vin dégageant une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, légèrement épicé, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et petits fruits rouges surmûris. Très puissant, le 2005 est encore fermégénéreux, dense et ferme à dominante de pruneau, de cannelle, un vin coloré, avec des tanins soyeux et riches. Le Pessac-Léognan blanc 2009, riche au nez, d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de noix, de citron et de pomme, dégage une bouche puissante et une longue finale. Beau 2008, aux arômes flatteurs d’agrumes, de tilleul, de genêt et de miel, est de bouche ample, florale, de jolie teinte, tout en fruité et distinction, avec cette finale poivrée très élégante, toujours l’un des meilleurs de l’appellation. Le 2007, aux notes finement fruitées, de bouche intense où dominent les agrumes et les petits fruits secs, tout en persistance aromatique, d’une belle longueur. Le 2006, où la structure s’allie à l’élégance, de bouche subtile aux nuances d’agrumes et de chèvrefeuille, avec une touche d’amande fraîche, est bien suave comme il se doit. Le 2005 est exceptionnel, très gras, de belle couleur jaune pâle, avec un nezfrais de fleurs blanches et d’agrumes, très bien équilibré en bouche, un vin puissant et d’une longue finale. Dans la lignée, possédant son propre style, le 2004 est tout aussi superbe, minéral, d’une grande fraîcheur, d’une puissance aromatique imposante, d’évolution lente. Goûtez également la Réserve de Malartic rouge et blanc. Même propriétaire que le Château Gazin-Rocquencourt.

Château MIREBEAU

Château MIREBEAU

(PESSAC-LÉOGNAN)
Cyril Dubrey

33650 Martillac
Téléphone :05 56 72 61 76
Email : contact@chateau-mirebeau.com
Site : www.chateau-mirebeau.com

Belle valeur sûre. Beau Pessac-Léognan rouge 2008, un vin où la concentration aromatique et la souplesse dominent, avec des notes de griotte mûre, de groseille et d’humuscharnu, de bouche soyeuse. Le 2007, tout en couleur et en matière, au nez subtil, avec ses notes caractéristiques et très persistantes de fumé et d’épices. Le 2006, de bouche intense, riche encouleur comme en arômes, sent les fruits cuits et les épices, un vin bien ferme en bouche, qui évolue très bien. Le 2005, médaille d’Argent Concours Général Agricole Paris 2007, est très parfumé, puissant et complexe, au nez subtil où dominent les fruits macérés (groseille, mûre), un vin de bouche ample, avec une finale délicatement épicée, de belle structure, de garde. LePessac-Léognan blanc 2009, m’a bien plu, avec des notes de noisette et d’agrumes, d’un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité, tout en nuances.

Château PICQUE CAILLOU

Château PICQUE CAILLOU

(PESSAC-LÉOGNAN)
Isabelle et Paulin Calvet
93, avenue Pierre Mendès-France – BP 60304
33695 Mérignac
Téléphone :05 56 47 37 98
Télécopie : 05 56 97 99 37
Email : chateaupicquecaillou@wanadoo.fr

Un domaine de 20 ha, sols de graves et gravelo-sableux. Le Pessac-Léognan rouge 2008, très bien élevé (30% de barriques neuves), de bouche ample, tout en arômes, aux connotations de mûre et d’épices, est très bien équilibré, associant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de framboise surmûrie. Excellent 2007, qui allie concentration aromatique et souplesse en bouche, avec ces senteurs caractéristiques d’humus et de cerise noire, un vin de bouche ample et finement tannique. Remarquable Pessac-Léognan blanc 2009, franc, qui mêle rondeur et finesse, de bouche intense où dominent les agrumes et les petits fruits secs, tout en persistance aromatique, d’une belle longueur.

Château SEGUINPESSAC-LÉOGNAN Château SEGUIN

Château SEGUIN

(PESSAC-LÉOGNAN)
Moïse Ohana et Jean Darriet
Chemin de la House
33610 Canéjan
Téléphone :05 56 75 02 43
Télécopie : 05 56 89 35 41
Email : contact@chateauseguin.com
Site : www.chateauseguin.com

Au sommet. “Ma volonté était de produire des vins de grande qualité, précise Moïse Ohana, président du groupe immobilier Foncière Loticis qui a investi dansChâteau Seguin en 1999. Nous mettons l’accent sur le respect de la matière première, c’est pourquoi nous portons nos efforts dans les pratiques viticoles de façon à optimiser les potentialités du terroir…” Ce qui caractérise la typicité des vins du ChâteauSeguin, ce sont les notes de sève et de cèdre, c’est vraiment la “touche” Seguin que l’on retrouve dans chaque millésime, nous précise le Maître de chai, Xavier Moragues. Ces arômessont l’expression de notre terroir, ce qui donne au vin une personnalité propre assez exceptionnelle. Nous ne faisons rien pour, ce sont vraiment des arômes naturels qui s’expriment. Nous avons aussi beaucoup de notes de fruits noirs, fruits rouges, nous avions précédemment une majorité de Cabernets et maintenant cela s’équilibre avec les Merlots. Donc, nous avons des vins charnus, structurés, d’une belle complexité. Tous ces efforts se retrouvent dans ce superbe Pessac-Léognan rouge 2008, tout en couleur et en matière, au nez concentré, riche, tout en nuances aromatiquesferme et soyeux, avec une bouche savoureuse et persistante. “Le 2008 est très dense, nous dit Moïse Ohana, riche et surtout très fruité, les Merlots et lesCabernets-Sauvignons répartis (35% et 65%) étaient remarquables, notamment les Merlots très mûrs, le vin est d’une belle sucrosité.” Savoureux 2007, typé, tout en bouche, au nez complexe et délicat (cassis mûr, cuir), associant puissance et finesse, un vin riche et bien charnu comme on les aime, d’une finale très élégante et veloutée, d’excellente évolution. Le 2006 est remarquable, riche etgénéreux, bien corsé, un vin classique du bordelais avec beaucoup de finesse, qui s’ouvre bien, très plaisant à déguster dès maintenant mais que l’on peut aussi conserver 4 ou 5 ans. Le 2005, qui a bien mérité sa médaille d’Or à Paris, est de couleur intense, ample et parfumé, aux connotations de cassis et d’humusferme et persistant en bouche, un vin gras, bien corsé, aux tanins puissants et mûrs, qui allie charpente et distinction, et demande encore un peu de patience. Savoureux 2004, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, mêlant puissance et finesse, un vin charnu, aux tanins riches, de belle évolution. Excellent Second Vin, l’Angelot de Seguin 2008, tout en couleur et en matière, au nez concentré, riche, tout en nuances aromatiquesferme et soyeux, avec une bouche puissante et persistante.

Château SMITH-HAUT-LAFITTEPESSAC-LÉOGNAN Château SMITH-HAUT-LAFITTE

Château SMITH-HAUT-LAFITTE

(PESSAC-LÉOGNAN)
Daniel et Florence Cathiard

33650 Martillac
Téléphone :05 57 83 11 22
Télécopie : 05 57 83 11 21
Email : smith-haut-lafitte@smith-haut-lafitte.com
Site : www.smith-haut-lafitte.com

Au sommet, incontestablement, avec leur Pessac-Léognan rouge 2008, corsé et gras, aux taninsprésents et fondus à la fois, un vin intense qui associe puissance et distinction, où dominent lesfruits mûrs et le poivre, encore jeune. Le 2007 est de très belle robe intense, d’une densitéaromatique remarquable, avec ses arômes caractéristiques d’épices, de griotte et de truffe, auxtanins bien équilibrés, avec beaucoup de souplesse en bouche, d’excellente évolution. Très beau 2006, de robe rubis pourpre, de belle concentration, généreux, dense et ferme à dominante de pruneau, de cannelle, qui associe puissance et distinction, et poursuit son évolution. Le 2005 est certainement l’une des plus belles réussites du château, de couleurgrenat profond, un grand vin très équilibré, au nez comme en bouche, avec des nuances de groseille, de cassis et de truffe, avec des tanins riches, à la fois puissants et savoureux, degarde. Le Pessac-Léognan blanc 2008, au nez de pamplemousse frais, est un vin riche, qui associe vivacité et rondeur, d’une belle finale, tout en fraîcheur. Le 2007 est exceptionnel, trèsgras, de belle couleur jaune pâle, avec un nez frais de fleurs blanches, de chèvrefeuille et d’agrumes, très bien équilibré en bouche, un vin puissant et distingué. Beau 2006, suave etharmonieux, où dominent la pomme verte et les agrumes, tout en structure et parfums, au nuances délicates d’amande fraîche et de genêt, tout en saveurs, d’une longue finale. Le 2005 est exceptionnel, un vin qui développe ces connotations de fumé bien spécifiques, de robebrillante et limpide, au nez d’agrumes et d’acacia, d’une belle ampleur, suave et persistant. Il y a aussi leur excellent Les Hauts de Smith (Second Vin du château Smith Haut Lafitte). Rouge 2006, de robe pourpre soutenu, aux notes de sous-bois et de mûre, allie charpente et souplesse, un vin de bonne gardeblanc 2008 : jolie robenez dominé par des notes de pamplemousse et de pain brioché. Un vin tout en rondeur, de bouche pleine. Goûtez le châteauCantelys rouge, savoureux, aux nuances de fumé, tout en rondeur comme le château Cantelysblanc. Au cœur des vignes du château Smith-Haut-Lafitte, l’institut de vinothérapie Les Sources de Caudalies, centre de soins à base de polyphénols issus de la vigne et du raisin, à côté d’un hôtel ***** et de 2 restaurants, est une étape incontournable.

* En Provence, il y a aussi de grands vins !

Trop chers, snobisme, mal de crâne… beaucoup d’éliminés cette année… ce qui permet désormais de frapper à la bonne porte sans se faire avoir !

Seul le rapport qualité-prix-plaisir doit compter, associé à une typicité réelle, sans se laisser prendre au jeu des cuvées (trop) spéciales, où les raisins spécifiques à la région sont inutilement remplacés par d’autres (les bonnes exceptions étant dans le Guide).

Les Bandol sont des vins formidables.?Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Ceux-là bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables.

L’influence des millésimes est en effet beaucoup moins marquée ici, et l’on peut estimer une très bonne série, de 2008 à 2003 (le 2002 étant nettement en-dessous). Les blancs sont souvent remarquables, et les rosés reviennent à la tête de ce type de vin (2007 et 2005 superbes).

Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

Le Guide idéal Accords Mets et Vins

Justement, je trouve que les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement moyen de 2 900 h par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. J’ai également beaucoup apprécié un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes, et cette appellation entre pleinement en accord désormais dans la grande entité provençale. Les Coteaux Varois sont dans la lignée.

Et les terroirs ont aussi leur importance, ici. En Côtes-de-Provence, le vignoble prend naissance dans les Bouches-du-Rhône, au pied de la montagne Sainte-Victoire. Accroché aux flancs de coteaux sur des “restanques”, ces terrasses aménagées par l’homme, ou bien isolé au milieu des pinèdes, et bénéficie de sols généralement pauvres en humus, perméables et caillouteux.

Mais, évidemment, il faut savoir choisir la bonne adresse ici, se méfier des vins et des prix de “touristes”, et de la grande cavalerie des rouges et rosés de bas de gamme que l’on débouche parfois.

Misez sur ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle ou Ugni blanc, dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux, élevant des vins formidables dans toutes les appellations provençales. Ils sont dans le Classement 2012.

LE TOP DES VINS DE PROVENCE

Cliquez sur l’appellation pour accéder aux vignerons retenus dans le GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2012

BANDOL
BAUX-DE-PROVENCE
BELLET
CASSIS
CORSE
COTEAUX VAROIS
COTEAUX-D’AIX
CÔTES DE PROVENCE

Ou vous pouvez choisir de consulter l’index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

* Les Bordeaux et Bordeaux Supérieurs incontournables

41.jpgDans cette grande appellation des Bordeaux Supérieurs, il s’agit de savoir frapper à la bonne porte !

Ce qui différencie un vrai vin (le prix n’entre pas en compte alors) d’un simple produit aseptisé, rouge ou blanc, c’est donc ce qu’il nous apporte : le plaisir. Et l’on ne se fait pas plaisir quand on débouche certains vins “modernes” ou à la mode. L’abus de la barrique neuve en est un exemple type. Rares sont les vrais grands vins qui dépassent 50 à 70 % de barriques neuves, et, eux, ont un terroir qui permet de sortir des vins qui “tiennent” autant de pourcentage de fûts neufs. Il est aisé de comprendre qu’un élevage à 100 % en barriques neuves ne peut que produire des vins trop boisés, imbuvables, certains à la limite de l’écœurement à cause, en plus, d’une concentration à outrance.

Quel intérêt de boire un vin de Bordeaux qui aurait le même goût qu’un vin du Languedoc, de Chineou d’Australie. Le vin, ce n’est pas cela, ce n’est pas un jus de bois mais un jus de raisin. Il faut qu’ilgarde son fruit et de la finesse. Quand on a la chance de pouvoir sortir de son sol un Sancerre“minéral”, un Châteauneuf-du-Pape épicé, un Pomerol qui sent la truffe, un Chambertin marqué par la griotte, un Sauternes issu du Botrytis, un Champagne où la craie apporte cette élégance… on n’a pas besoin de tricher. On a besoin ensuite de le faire savoir, d’expliquer pourquoi tel terroir donne à son raisin, puis au vin, ce goût de poivre ou de cannelle, tel autre celui du chèvrefeuille ou ducassis.

Le vin, c’est comme la vie : un peu de poésie, l’empreinte d’une origine, quelques notes de souvenirs, un zeste de sensualité, de la mesure et du respect. Il faut aussi être sensible à tous lesvins, aller sur place, dans toute la France, et ne pas se contenter de dégustations mondaines, qui masquent la réalité du terrain.

TOP APPELLATION BORDEAUX SUPERIEUR

CLIQUEZ SUR LE NOM POUR ACCEDER AUX COMMENTAIRES DE DEGUSTATION DU GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2012

Château LES ARROMANS
Château BELLEVUE-FAVEREAU
Château de BERNADON
Château de BERTIN
Château BOSSUET
Château BOUTILLON
Château de BRAGUE
Château BRAN de COMPOSTELLE
Domaine de CANTEMERLE
Château CORNEMPS
Château La CROIX de QUEYNAC
Domaine L’ENTRE DEUX MONDES
Château FILLON
Château de la GRANDE CHAPELLE
Château AUX-GRAVES-DE-LA-LAURENCE
Château HAUT CRUZEAU
Château HAUT MALLET
Château LAGRANGE les TOURS
Château LAJARRE
Château LESTRILLE-CAPMARTIN
Château de LISENNES
Château de LUGAGNAC
Château Les MAUBATS
Clos MONICORD
Château PARENCHÈRE
Château PASCAUD
Château PENIN
Château PERAYNE
Château PERTIGNAS
Château La PEYRÈRE DU TERTRE
Château de PIOTE
Château PRIEURÉ MARQUET
Château du SIRON
Château THURON
Yvon MAU et Fils

TOP APPELLATION BORDEAUX

Château BELLE GARDE
Château FAYAU
Château FERRAN
Château FONT-VIDAL
Château FONTBONNE
Vignobles GASSIES-GAUTEY
Château LAMOTHE VINCENT
Château LARTIGUE-CÈDRES
Domaine de LAUBERTRIE
Château LE TRÉBUCHET

Ou vous pouvez choisir de consulter l’index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

– Les Graves et Pessac-Léognan qui méritent le détour

Depuis trente ans, j’ai suivi les achats, les extensions, les frimes, les camions déversant des galets, admiré, cotoyé et sympathisé avec des « figures » exceptionnelles, constaté avec rage -ou ironie- des plantations de vignes dans des territoires sans intérêt, où le maïs pousserait aussi bien (je connais, il en pousse, chez moi).

Du plus grand vin au plus abordable, on savoure donc, du nord au sud de cette entité des Graves, une variété importante de styles de vins. Mes dégustations en Pessac-Léognan comme en Graves, des millésimes 2009 à 2001, confirment mon Classement, les valeurs sûres, où le talent des hommes s’associe à la race du terroir. Gare à certains prix néanmoins, et à une concentration outrancière chez certains, au détriment de la typicité, notamment dans le millésime 2005, pour les rouges, où l’on peut tomber sur une véritable “confiture” au détriment de l’élégance. Les blancs 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac, Portets ou Saint-Morillon, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte.

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

Accédez directement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2012 en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A

Priorité à la puissance

HAUT-BRION (PL) (b)

LA MISSION HAUT-BRION (PL)

HAUT-BAILLY (PL)

SMITH-HAUT-LAFITTE (PL) (b)

D’ARDENNES

GRAND BOS

GRANDMAISON (PL)

MALARTIC-LAGRAVIÈRE (PL) (b)

RAHOUL

CATEGORIE B

Priorité à l’élégance

CHEVALIER (PL) (b)

LUCHEY-HALDE (PL)

SEGUIN (PL)

SOLITUDE (PL)

LE TUQUET (b)

BROWN (PL) (b)

CHANTEGRIVE (b)

DE MAUVES (b)

LATOUR-MARTILLAC (PL) (b)

TOULOUZE (Graves de Vayres)*


Guide des vins
Millesimes

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A

Priorité à la puissance

HAUT-CALENS*

HAUT-LAGRANGE (PL)

HAUT-PLANTADE (PL)

PICQUE-CAILLOU (PL)*

ROSE SARRON*

ROUGEMONT*

SAINT-AGRÈVES*

TOURTEAU-CHOLLET (b)

(FIEUZAL (PL)*)

(GAZIN-ROCQUENCOURT (PL)*)

LAFARGUE (PL)

MIREBEAU (PL)

LA MOURASSE

LE PAPE (PL)*

CALLAC

(PEYREBLANQUES*)

CATEGORIE B

Priorité à l’élégance

D’ARRICAUD*

BARET (PL)*

BRONDELLE (b)*

CALENS*

CARBONNIEUX (PL) (b)

GRAND ABORD

GRAVIÈRES

SAINT-ROBERT*

(CAILLIVET*)

Clos BELLEVUE*

BICHON-CASSIGNOLS

BLANCHERIE

CAILLOUX DE VALGUY

(BOUSCAUT (PL))

(COUHINS (PL))

Millesimes
Vins du Siècle

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A

Priorité à la puissance

ARGUIN

(CABANNIEUX)

MAGNEAU (b)

(BEAUREGARD-DUCASSE)

(CAZEBONNE)

CATEGORIE B

Priorité à l’élégance

(HAUT-SELVE)

(NAVARRO)

QUEYRATS

SANSARIC

TOUR BICHEAU*

LE BOURDILLOT

LES CLAUZOTS*

(GAILLAT)

MILLÉSIMES

consultable en ligne

gratuitement

comme le vrai magazine,

en tournant les pages…


CLIQUEZ ICI

* La nouvelle version des VINS DU SIECLE est en ligne, et elle est au top !

Ce site me tient particulièrement à cœur car c’est l’un des premiers que j’ai créé, à un moment où personne ne parlait d’Internet. Son antèriorité et sa masse rédactionnelle expliquent évidemment sa position exceptionnelle dans les moteurs de recherche (Google, Yahoo…). Voici ce qu’il y a de nouveau, et dont je suis particulièrement satisfait :

– Le look, bien sûr, sa fluidité et son interactivité, particulièrement sur un téléphone portable ou sur un Ipad.

L’interactivité des producteurs des VINS DU SIECLE dans notre site GUIDE DU TERROIR. Cela apporte une synergie puissante et démultiplie votre référencement et votre présence sur le Net, notamment en faisant mémoriser des centaines de pages par les moteurs de recherche…

Pour voir, c’est ICI, et ICI, où encore LA.

Une multiplication de passages dans nos autres Blogs (une bonne soixantaine également…), comme ICI, ICI ou LA.

– Dans tous nos Sites Thématiques (60), une NOUVELLE RUBRIQUE EST MISE EN PLACE dans la colonne de gauche, intitulée : COUPS DE CŒUR VINS DU SIECLE (comme les Coups de Cœur Millésimes). En permanence (c’est-à-dire A CHAQUE FOIS QUE LA PAGE S’OUVRE) LES ETIQUETTES/PHOTOS du Site VINSDUSIECLE apparaîtront et seront cliquables pour renvoyer sur les pages des VINSDUSIECLE, comme ICI.

C’est une programmation informatique très exceptionnelle, coûteuse, mais qui est particulièrement nouvelle et séductrice pour les internautes.

Les Vins du Siècle est évidemment un grand site fédérateur, bilingue et mondial. Dans toute la France, « triés sur le volet », les meilleurs producteurs (la très grande majorité ayant l’exclusivité de leur appellation) sont retenus pour la typicité des vins, leur rapport qualité-prix-plaisir, l’expression de leur terroir et leur passion de vignerons.

Pas de vins à la mode, surcôtés ou de « jus de bois » dans Les Vins du Siècle. La typicité d’un vin, ce n’est rien d’autre que l’association d’un sol, d’un micro-climat, d’une plante et d’un homme.  On ne peut aimer un vin qu’en appréciant celui qui le fait. Derrière une étiquette, il y a un viticulteur (ou une viticultrice) et c’est fondamental de ne pas les dissocier. Bien sûr, les sols ont une influence considérable et, dans chaque territoire, dans chaque commune, le vigneron fait la différence avec son voisin.

Il ne s’agit donc pas seulement de faire du bon vin, ce que tout le monde peut faire, mais surtout d’élever de vrais vins racés, reconnaissables entre mille, qui sentent ce “fumé” bourguignon, déploient ce “velours” libournais, ces senteurs alsaciennes, cette “chair” en Médoc ou à Châteauneuf, cette “minéralité” à Pouilly ou à Meursault, cette fraîcheur en Champagne comme dans nos grands liquoreux. Ces vins-là, “chouchoutés” par des vignerons avec lesquels on aime partager un moment de plaisir, dans une gamme de prix unique au monde, sont de vraies valeurs sûres. Grâce à eux, un Chinon ne ressemble pas à un Gigondas, le Cabernet franc est différent du Grenache… Ce qui compte, en effet, c’est l’originalité. En dégustation, un consommateur doit pouvoir reconnaître un Saint-Émilion, un Châteauneuf-du-Pape de par cette diversité des cépages si bien adaptés aux différents terroirs français. La force du vin, c’est d’être un produit vivant et convivial. C’est donc un art de vivre, celui d’aimer la force de la Nature, de rêver en lisant quelques vers de poésie, de partager un nectar, en sachant que la qualité passe par la diversité, que l’extase est la même avec un très Grand Cru ou un vin modeste, puisque seuls comptent le plaisir de l’instant et celui du goût et du partage. Ce goût du vin, c’est avant tout culturel, c’est une question de mémoire collective avec une histoire, une tradition, ce que ne pourra jamais offrir un vin “fabriqué”, français ou étranger…

LIRE LA SUITE

* Guide des Vins 2012 : les vrais producteurs incontournables du Bordelais

Les fidèles du GUIDE savent que j’ai décidé, en-dehors de mes Classements habituels qui distinguent la qualité des vins, de récompenser -aussi- le vigneron (ou ses enfants), sa fidélité, sa passion, son enthousiasme, sa joie de vivre, sa simplicité, au travers de ce “Top” exceptionnel. Tous les propriétaires du Guide n’y sont pas, bien sûr, et chaque année, ce Palmarès évoluera, d’autres entreront, quelques-uns sortiront, certains changeront de “Prix”, ou de hiérarchie… mais les places sont rares. Sur la photo, François-Xavier Borie (Château Grand-Puy-Lacoste).

Qu’ils élèvent l’un des plus grands vins du monde ou un cru beaucoup plus modeste, ces hommes et ces femmes savent ce qu’ils ont à faire, se passent d’un magicien pour fabriquer une cuvée (très) spéciale, et ne perdent pas leur temps à frimer ou en jonglant avec leurs tarifs… Respectant les anciens, ils travaillent, connaissent la force de leur sol, se servent à bon escient des techniques les plus modernes, sans perdre leur âme. Ils ont des valeurs, aiment leur vin, comme moi, comme vous. Et c’est tout ce qui compte.

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

Prix d’Honneur

Famille Appolot (Clos Trimoulet)

Odette Barreau (Certan de May)

Anthony Barton (Léoville-Barton)

Olivier Bernard (Chevalier)

Jean-Michel Bertrand (Béchereau)

Jean Boireau (Grands Jays)

Famille Bon (Lugagnac)

Lionel Bord (Clos Jean)

François-Xavier Borie (Grand-Puy-Lacoste)

Bernard Bouche (Mauves)

Jean Bouquier (Grandmaison)

Jean-Baptiste Brunot (Piganeau)

Jacques Bussier (Mazéris-Bellevue)

Henri Cadillac (Taffard de Blaignan)

Philippe Castéja (Trottevieille)

Roland Charbonnier (Clos du Notaire)

Denis Corre-Macquin (Macquin)

Jean-Francis Daney (Arche-Pugneau)

Famille Darnajou (Moines)

Jean-Bernard Delmas (Montrose)

Bernard Delol (Jura-Plaisance)

Guy Despujols (Lamothe)

Famille Dourthe (Maucaillou)

Famille Dubost (Fleur du Roy)

Anne-Marie Facchetti-Ricard (Saint-Amand)

Louis Filippi (Boutillon)

Véronique Gaboriaud (Bourseau)

Michel Garat (Bastor-Lamontagne)

Frédéric Garde (Marchesseau)

Jean-Marie Garde (Clos René)

Famille Gasparoux (Ferrand)

Denise Gasqueton (Calon-Ségur)

André Giraud (Le Caillou)

Jean-Pierre Gorphe (Moulin-Vieux)

Pierre-Gilles Gromand (Lamarque)

Claude Guinjard (Roquebrune)

Jean-François Janoueix (Croix-Toulifaut)

Louis-Gabriel de Jerphanion (Moncets)

Famille Lamothe (Haut-Bergeron)

Jean-Michel Lapalu

Bernard Laydis (Roc de calon)

Frédéric Le Clerc (Tour de By)

Famille Lévêque (Chantegrive)

Famille Lignac (Guadet)

Bernard Mallet (Haut-Macô)

Jean-François Mau (Brown)

Christian Moueix (Magdelaine)

Jean-François Moueix (Petrus)

Famille Ouzoulias

Patrice Pagès (Fourcas-Duprè)

Pascale Peyronie (Fonbadet)

Paul Ragon (Le Tuquet)

Christiane Renon (La Galiane)

Philippe Robert (Tour du Roc)

Nicole Roskam (Cantenac)

Bruno Sainson (Laroque)

Famille de Vaucelles (Filhot)

Famille Verdier (Brethous)

Bruno Von der Heyden (Malleret)

Guide des vins
Millesimes

Prix d’Excellence

Famille Avril (Pascaud)

Nicolas Bailly (Clos Labarde)

Famille Bernard (Lestage-Darquier)

Famille Beyney (Clos de Sarpe)

Catherine Blasco (Hanteillan)

Famille Bonhomme (Brouard)

Jean-Marie Bouldy (Bellegrave)

Nancy de Bournazel (Malle)

Alain Cailley (Toulouze)

Jacques Capdemourlin (Balestard)

Patrick Carteyron (Penin)

Famille Courcel (Saint-Ahon)

Jean Crampes (Gayon)

Georges Dadda (Panigon)

Famille Despujol (Prieuré-Marquet)

Famille Dubois (Orisse du Casse)

Jean-Pierre Dubreuil (La Grenière)

François Dubrey (Ardennes)

Famille Dumeynieu (Roumagnac la Maréchale)

Famille Égreteau (Clos du Pèlerin)

Henri-Louis Fagard (Cornemps)

Roger Fernandez (Gabachot)

Viviane Fertal (Pavillon)

Yvonne Foucard (Chêne Vieux)

Marie-Cécile Fougère (Crain)

Dominique Fouin (Fontesteau)

Jean-Paul Garde (Grand-Ormeau)

Philippe Genevey (La Marzelle)

Jacques Goudineau (Tour Saint-Pierre)

Richard Grandeau (Lauduc)

Famille Kressmann (Latour Martillac)

Famille Labarthe (d’Arricaud)

Famille Lallement (Thuron)

Famille Larrieu (Mailles)

Famille Le Menn (Haut-Saint-Clair)

Famille Liotard (Grande-Chapelle)

Henri Lurton (Brane-Cantenac)

Denis Lurton (Desmirail)

Jean Magne (Luchey-Halde)

Famille Marin (Canon-Chaigneau)

Famille Marque-Albert (Puyfromage)

Dominique Maurèze (Grande-Barde)

Famille Méric (Bel-Air)

Alain Moueix (Mazeyres)

Famille Pedro (Le Meynieu)

Michel Pion (Anniche)

Xavier Piton (Belles Graves)

Max de Pourtalès (Doyac)

Famille Rabiller (La Peyre)

Serge Ravat (Chapelle-Lariveau)

Famille Renouil (Brousteras)

Famille Riffaud (Souley-Sainte-Croix)

Philippe Rivière (Clos des Menuts)

Pascal Sirat (Panchille)

Gérard Teisseire (Rousset)

Famille Tribaudeau (Mauvinon)

Maurice Velge (Clauzet)

André Vincent (Grand Bos)

Famille Warion (Rose-Pourret)

Thierry Yung (Haut-Calens)

Vins du siecle

Satisfecits

Famille Arnaud (Pomys)

Antoine Arrivet (Génisson)

Odile Audier (Grâce Dieur Les Menuts)

Guy Bailly (Le Bourdieu)

Éric Barrat (Pont les Moines)

Christian Barrère (Enclos Miqueu)

Jean-Noël Belloc (Brondelle)

Pierre Bonastre (Hennebelle)

Marie-Christine Bondon (Pontac-Lynch)

Philippe Bourcier (Haut-Bourcier)

Francis Boutemy (Haut-Lagrange)

Famille Briolais (Haut-Mousseau)

José Bueno (Argilus du Roi)

Famille Cardoso (Haut-Beynat)

Daniel Cathiard (Smith-Haut-Lafitte)

Famille Cazenave (Bois de Roc)

Famille Choquet (Lagrange Les Tours)

Bernadette Cottavoz (Grissac)

Famille Coussié-Giraud (Blancherie)

Famille Curty (Parenchère)

Famille Demonchaux (Pierrail)

François Despagne (Grand-Corbin-Despagne)

Éric Duffau (Belle Garde)

Famille Dufour-Landry (Graviers)

Alain Dumon (Dumon-Bourseau)

Éric Dupuy (Gros Caillou)

Famille de Fontenay (Castegens)

Famille Galineau (Bellevue-Favereau)

Famille Gallier (Reynats)

Famille Gautey (Masson)

Pierre Ginelli (Siron)

Gaëtan Lagneaux (Petit Bocq)

Denis Levraud (Tour de Collin)

Famille Leydet (Valois)

Marie-Laure Lurton (Tour de Bessan)

Famille Moniot (Entre Deux Mondes)

Luc Monlun (Chalet de Germignan)

Moïse Ohana (Seguin)

Serge Playa (Esteau)

Odette Pommier (Darius)

Famille Ponsar-Mahieu (Tour-Marcillanet)

Claude Pourreau (Les Moines)

Famille Prince (Clos des Prince)

Famille Richert-Boutet (Vieux-Pourret)

Jean-Loup Robin (Gontet-Robin)

Jean-Claude Rocher (Vieux Château des Rochers)

Philippe Rochet (Rose-Sarron)

Famille Rouvière (Bernadon)

Famille Sendrey (Haut-Claverie)

Jean-Luc Soubie (Lisennes)

Heather Van Ekris (Mille-Anges)

Bernard Yaunet (Le Bosquet)

Encyclopédie des vins
Cuisines & vins du monde
Lauréats

Franck Artaud (Calens)

Famille Augereau (Croix D’Armens)

Fabien Autet (Cassana)

Famille Bideau (Petit Boyer)

Famille Billon (La Garelle)

Famille Bouey (Lestruelle)

Famille Bouscasse (Cantinot)

Famille Boyreau (Piron)

Éric Bugada (Beauvillage)

Famille Capdevielle (Dacher de Delmonte)

Régis Chevalier (Haut-Cruzeau)

Famille Conte (Plantier Rose)

Sylvie Courreau-Fompérier (Guillemin la Gaffelière)

Sabine Coutreau (David)

Françoise Decamps (Vieux Montagne)

Famille Delpech (Gadras)

Jean Dufour (Simon)

Famille Fourcaud-Laussac (Laplagnotte-Bellevue)

Noëlle Galland (Brague)

Nicole Godeau (Peyfaures)

Famille Hebrard (Graves de la Laurence)

Famille Lafragette (Loudenne)

Famille Landry (Saint-Agrèves)

Famille Lopez (l’Hermitage)

Famille Loubry (Valguy)

Didier Meneuvrier (Croix-Davids)

Paul-Henry Nerbusson (Lagarde)

Famille Onclin (Branas Grand Poujeaux)

Famille Plantade (Haut-Plantade)

Pascal Pobeda (Farguet)

Bernard Pontallier (Laubertrie)

Henri Ponz (Berthenon)

Alain Roses (Haut-Bellevue)

La Carte des Millésimes
L’accord des vins et des mets

Espoirs

Famille Armellin (Maubats)

Famille Arnaud & Marcuzzi (Payre)

Famille Baucé (Pré de La Lande)

Famille Baudouin (Croute-Charlus)

Famille Bernaleau (Mongravey)

Famille Bouchon (Haut-Mongeat)

Famille Carillo (Caillivet)

Philippe Chacun (Mazail)

Famille Duwer (Colbert)

Famille Gauthier (Pertignas)

Famille Guironnet (Elixir de Gravaillac)

Famille Meunier (Croix Meunier)

Famille Michaudet (Clos Belleue)

Michel Négier (Croix du Trale)

Famille Puyol (Beaurang)

Famille Vachet (Grand Français)

Famille Vincent (Lamothe Vincent)

VOIR LES AUTRES TOP VIGNERONS DU GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS 2012

– L’Alsace est au mieux de sa forme

De nombreux coups de cœur cette année. J’ai un faible pour cette région, origines alsaciennes obligent, et c’est un réel plaisir de suivre cette route des vins qui serpente à travers les collines du vignoble, au pied des pentes boisées des Vosges.

Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot gris.

Classement Alsace
Tout savoir sur le vignoble

Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands Crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des prix très sages.

LE TOP DES VIGNERONS ALSACIENS DE L’ANNEE

Cliquez sur le nom pour accéder aux commentaires de dégustation du Guide Dussert-Gerber des Vins 2012

Domaine des 7 VIGNES
André ANCEL
Charles BAUR
Claude BERGER
BESTHEIM
Domaine Claude et Christophe BLEGER
Cave vinicole de CLEEBOURG
Domaine de la CROIX de MISSION
Fernand ENGEL et Fils
Robert FALLER &Fils
Domaine René FLECK et Fille
Charles et Dominique FREY
PIERRE FRICK EARL
Frédéric GESCHICKT
Domaine Armand GILG et Fils
Louis HAULLER
Domaine Victor HERTZ
HUBER et BLÉGER
CAVE de HUNAWIHR
Jacques ILTIS & Fils
Maison JÜLG
Cave KAES
Jean-Louis KAMM & Fils
Domaine Damien KELHETTER
KIRSCHNER
Georges KLEIN et Fils
René KOCH & Fils
Vignobles MUHLBERGER
Domaine SAINT-RÉMY
SCHAEFFER-WOERLY
Charles SCHLÉRET
Domaine Aline et Rémy Simon
André VIELWEBER
Domaine Laurent VOGT
ZOELLER

Ou vous pouvez choisir de consulter l’index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché

A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

* Top Vignerons Guide 2012 : 204 prix d’honneur, 154 prix d’excellence, 202 satisfecits, 147 lauréats, 65 espoirs…

204 prix d’honneur, 154 prix d’excellence, 202 satisfecits, 147 lauréats, 65 espoirs

Le vin, c’est bien, mais celui qui l’élève, c’est tout aussi bien. Pour moi, en effet,
depuis 30 ans, la typicité d’un vin, ce n’est rien d’autre que l’association d’un sol, d’un microclimat, d’une plante et d’un homme. Ma nature me poussant à soutenir les hommes et les femmes qui partagent les mêmes valeurs, je suis toujours, aujourd’hui comme hier, passionné par ce “Sang de la Terre et du Ciel”, cette entité à part entière qui associe l’inné et l’acquit, le talent et la passion, l’homme et la science, le matériel et l’irrationnel, le plaisir et la mesure (si l’on a soif, on boit autre chose)… s’attachant à respecter à la fois une culture et une éthique. Il ne s’agit donc pas seulement de faire du bon vin, ce que tout le monde peut faire, mais surtout d’élever de vrais vins racés, reconnaissables entre mille, qui sentent ce “fumé” bourguignon, déploient ce “velours” libournais, cette “chair” en Médoc ou à Châteauneuf, cette “minéralité” à Pouilly ou à Meursault, cette fraîcheur en Champagne comme dans nos grands liquoreux. Ces vins-là, “chouchoutés” par des vignerons avec lesquels on aime partager un moment de plaisir, dans une gamme de prix unique au monde, sont de vraies valeurs sûres, certains crus l’étant déjà il y a bien longtemps, en 1980…

On ne peut aimer un vin qu’en appréciant celui qui le fait. Derrière une étiquette, il y a un viticulteur (ou une viticultrice) et c’est fondamental de ne pas les dissocier. Je sais tout-de-suite, lors de mes déplacements à travers les vignobles (et je passe l’année à faire cela) si un propriétaire est réellement passionné par son vin, ou non. Cela se “sent”… Lire la suite

Choississez une région pour accéder au TOP VIGNERONS DE L’ANNEE
ALSACE LANGUEDOC-ROUSSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE
BORDEAUX SUD-OUEST-PERIGORD
BOURGOGNE VAL DE LOIRE
CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
JURA-SAVOIE

* Guide des vins 2012 / Champagne : on est bien au sommet !

Vignerons 2012 : Région Champagne

– Prix d’Honneur : 26
– Prix d’Excellence : 17
– Satisfecits : 31
– Lauréats : 29
– Espoirs : 8

Franchement, j’ai rarement eu autant de plaisir que cette année en débouchant ces cuvées champenoises. De la plus fantastique (Krug rosé, en l’occurence) à la plus abordable, on sent que les vignerons et maisons retenus sont parvenus à une maîtrise certaine de leur art, chacune, bien entendu, évoluant dans des sphères qualitatives différentes. Mon Classement 2012 est donc entièrement actualisé, et vous montre le véritable visage de la Champagne, qui tient compte de la qualité, du prix, de la régularité, de l’accueil et de la passion des hommes. C’est ce qui fait tout son intérêt ; récompenser les meilleurs, les plus connus comme les autres, ceux qui respectent les consommateurs. L’image de marque n’est plus suffisante, c’est la régularité qualitative et des prix justifiés (ou pas) qui comptent. Vous allez retrouver notamment ces grands coups de cœur dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés, particulièrement riche.

Actualité du vignoble
Classement Champagne
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes. On ne fait un grand vin que si l’on a du stock, l’exception confirmant la règle.

Comme partout également, on trouve aussi des cuvées bas de gamme, qui changent de nom et d’étiquette selon leurs distributeurs, et des cuvées de concours qui masquent l’ensemble de la production, faute de savoir-faire ou d’approvisionnements adéquats. Certains négociants sont dans ce cas, de plus en plus de producteurs se réservant leurs meilleures cuves ou raisins pour vendre en direct (on les comprend). Il y a aussi des cuvées bien trop chères, difficilement cautionnables, donc. Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres, qui sont dirigés par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

cliquez sur le nom pour accéder aux commentaires de dégustation

LE TOP CHAMPAGNE DU GUIDE DUSSERT-GERBER 2012

Henry ABELÉ
Jil ACCARIES
Xavier ALEXANDRE
Michel ARNOULD et Fils
Pierre ARNOULD EARL
ASPASIE
AUTRÉAU-LASNOT
Jean BAILLETTE-PRUDHOMME
Paul BARA
BARDY-CHAUFFERT
Brigitte BARONI
BARTHÉLÉMY
Michel BEAUCHAMP
BEAUMONT des CRAYÈRES
Paul BERTHELOT
Hubert BILLIARD
BLONDEL
BOLLINGER
BONNAIRE
BOULARD-BAUQUAIRE
BOURDAIRE-GALLOIS
BOURGEOIS-BOULONNAIS
Christian BOURMAULT
Château de BOURSAULT
BRESSION Sébastien
BRIXON-COQUILLARD
Michel BROCARD
Edouard BRUN & Cie
Guy CADEL
Daniel CAILLEZ et Fils
CANARD-DUCHÊNE
Lionel CARREAU
de CASTELNAU
CHARPENTIER SCEV
J. CHARPENTIER
Étienne CHÉRÉ
Julien CHOPIN
Paul CLOUET
COLIN
R.H. COUTIER
Paul DANGIN et Fils
André DELAUNOIS
DÉROUILLAT
Veuve A. DEVAUX
Bertrand DEVAVRY
DIDIER-DUCOS et Fils
Veuve DOUSSOT
DRAPPIER
Philippe DUMONT
ELLNER
FLEURY Père et Fils
FLEURY-GILLE
R. GABRIEL-PAGIN Fils
GATINOIS
Michel GENET
René GEOFFROY
GEORGETON-RAFFLIN
Pierre GOBILLARD
GONET-SULCOVA
GOSSET
GRASSET-STERN
HAMM
HENIN-DELOUVIN
HUGUENOT-TASSIN
L. HUOT Fils
JACOB Robert JACOB Robert
JACQUART
JANISSON et Fils
JEAUNAUX-ROBIN
KRUG
LAFORGE-TESTA
LAMBLOT
Veuve J. LANAUD
P. LANCELOT-ROYER
LAURENT-GABRIEL
Lucien LEBLOND
LECLERC-BRIANT
LEGRAS et HAAS
Jean-Pierre LEGRET
Veuve Maurice LEPITRE
Laurent LEQUART
LOMBARD et Cie
Philippe de LOZEY
Rémy MASSIN et Fils
Jean MICHEL
Claude MICHEZ
Charles MIGNON
Pierre MIGNON
MOËT et CHANDON
MOREL Père et Fils
MORIZE Père et Fils
Yvon MOUSSY
Pierre PAILLARD
PANNIER
Hubert PAULET
Jean-Michel PELLETIER
DOM PÉRIGNON
PERSEVAL-FARGE
Pierre PETERS
PHILIPPONNAT
POL-ROGER
PRESTIGE DES SACRES
PRIN Père et Fils
Eugène RALLE
Gaston REVOLTE
ROBERT-ALLAIT
A. ROBERT
ROEDERER
ROYER Père et Fils
RUFFIN & Fils
René RUTAT
SOURDET-DIOT
de SOUSA et Fils
Zoémie de SOUSA
TAITTINGER
de TELMONT
THÉVENET-DELOUVIN
Alain THIÉNOT
THIERCELIN
Diogène TISSIER et Fils
Michel TURGY
Coopérative UVCB
Jean-Marc VATEL
VAUTRAIN-PAULET
de VENOGE
VERRIER & Fils
Maurice VESSELLE
VINCENT D’ASTRÉE
VOLLEREAUX
WIRTH & MICHEL

Ou vous pouvez choisir de consulter l’index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z