* Guide 2013 : Choisissez bien vos vins du Médoc !

Si les vins du Médoc sont réputés, ce n’est pas pour être des vins intouchables à cause de leur prix ou des micro-cuvées qui n’existent que pour rafler de bonnes notes à des concours et ne correspondent plus à la grande tradition médocaine. Ces pratiques sont une honte pour la majorité des grands vins de la région, qui sont des vins fermés dans leur jeunesse, typés par leur terroir, et qui demandent d’évoluer dans le temps pour s’exprimer, en fonction de chaque millésime, respectant ainsi la nature. La force du terroir est la base de tout. Les autres sont sans intérêt, et les prix sont souvent déments.

Pour les millésimes, misez sur les 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous plaisir avec les 1999, 1997, 1996 ou 1990. La priorité, c’est de laisser s’exprimer son terroir, en respectant la vigne, en limitant les rendements, en pratiquant la lutte raisonnée, en laissant faire la nature… Il y a une dizaine d’années, le travail des vignes avait été délaissé dans certains crus, au profit de la vinification et d’expériences à outrance. Si les techniques modernes sont souvent remarquables, les propriétaires traditionnels continuent de faire ce qu’ils savent faire, en se servant des progrès mais sans masquer leur typicité.

De Pauillac à Saint-Estèphe, de Moulis à Margaux, à Listrac comme à Saint-Julien, en Haut-Médoc et en Médoc, les coups de cœur sont nombreux. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2007 et 2005.

LE CLASSEMENT DES VINS QUI COMPTENT

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR
MOUTON-ROTHSCHILD

MONTROSE

CALON-SÉGUR
CLERC-MILON
GRAND-PUY-LACOSTE
PICHON-COMTESSE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
LAFITE
MARGAUX

LÉOVILLE-BARTON

BRANE-CANTENAC
LANGOA-BARTON

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BATAILLEY*
FONBADET
HAUT-BATAILLEY*
LA GALIANE
LYNCH-BAGES*
RAUZAN-SÉGLA
TRONQUOY-LALANDE*

BEAU SITE
ESTEAU
FONTESTEAU
FOURCAS-HOSTEN
LE MEYNIEU
LA PEYRE

BROUSTERAS
HENNEBELLE
COUDOT*
HOURTIN DUCASSE
LAMOTHE-CISSAC
LESTAGE-DARQUIER*
TAFFARD DE BLAIGNAN*
TOUR de BESSAN*

BEYZAC
BOIS CARRÉ*
BRANAS GRAND POUJEAUX*
LES MOINES*
PONTAC-LYNCH
TOUR MARCILLANET

BÉJAC-ROMELYS
DAVID*
HAUT-BELLEVUE
LOIRAC*
POUJEAUX*
(PREUILLAC*)
LES TROIS MANOIRS

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CLAUZET*
DESMIRAIL
GLORIA*
HAUT-MARBUZET
MAUCAILLOU
TOUR DE BY

ARGILUS DU ROI
DOYAC
FOURCAS-DUPRÉ
HANTEILLAN*
LAMARQUE
PETIT BOCQ
ROSE BRANA
SAINT-AHON
TOUR-DU-ROC

LE BOURDIEU*
HOURBANON*
PANIGON*
PATACHE D’AUX*
PLANTIER ROSE*
POMYS*
REYNATS

BELLERIVE*
BOIS DE ROC
CASSANA*
(RAUZAN-GASSIES)
SOULEY-SAINTE-CROIX

CHALET DE GERMIGNAN*
CROIX du TRALE*
DONISSAN*
LACOMBE-NOAILLAC
LES MARCEAUX*
(MONGRAVEY*)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHANTEMERLE*
DOMEYNE
GRAVES DE LOIRAC
LA TESSONNIÈRE
TOUR DU GOUA
VIEUX GADET

ANTHONIC
(CAPDET)
ESCOT
LAUGA
SIORAC
(TOUR DES TERMES)

LE BEYAN*
LABADIE
(SAINT-AUBIN)

BÉHÈRÉ
(CARCANNIEUX)
(HAUT-BRISEY*)
ROQUEGRAVE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AGASSAC
(CARONNE-SAINTE-GEMME)
(LAULAN-DUCOS)
(LOUDENNE*)
(SÉRILHAN*)
SIGOGNAC*
(TOUR DE PEZ*)

(FOURCAS DUMONT)
GRANGES D’OR
GRAND BRUN
GRAVIERS
LANESSAN
LARRIVAUX
(PEYREDON-LAGRAVETTE)
LE TEMPLE*
(SIRAN)
TOUR CASTILLON

(BALAC)
BEAUVILLAGE
FONRÉAUD
LESTRUELLE
(MALLERET)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements


– Guide 2013 : le Classement de Saint-Emilion récompense les meilleurs rapports qualité-prix-typicité

À Saint-Émilion, un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste rapport qualité-prix.

ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

Outre un Classement “officiel” qui fait plutôt sourire, faisant “monter” certains crus pour le moins incongrument et discréditant d’autres qui ne le méritent vraiment pas, on ne peut aussi qu’être déçu par des vins totalement “fabriqués”, vinifiés par ceux qui croient avoir la “science infuse” et veulent nous faire croire qu’en mettant un vin “200 % en barriques neuves” ou en multipliant les manipulations œnologiques, les concentrations et des “essais”, on sait faire du vin ! Ceux-là se moquent des amateurs et des autres vignerons de l’appellation que nous défendons, qui savent très bien s’il faut mettre 10 %, 20 %, 30 %, 50 % de leurs vins en barriques neuves, ou moins, ou plus, selon la force du millésime et la structure du vin. On ne fait du bon vin, et a fortiori un grand cru, que sur des terroirs propices, de la “crasse de fer” aux argiles profondes, assortis de dépôts marins ou d’alios.

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHEVAL BLANC
TROTTEVIEILLE

GUADET
HAUT-SARPE
LAROQUE

PIGANEAU
LA TOUR DU PIN FIGEAC

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BÉLAIR
MAGDELAINE

CANTENAC
LA MARZELLE
MAUVINON
CLOS TRIMOULET

BALESTARD-LA-TONNELLE
CADET-BON
FONROQUE


DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CLOS DES PRINCE
GRAND-CORBIN-DESPAGNE
ROC DE BOISSEAUX
LA ROSE POURRET
TOUR SAINT-PIERRE
VIEUX-POURRET

LA CLOTTE*
GROS CAILLOU*
GUILLEMIN-LA-GAFFELIÉRE*

CROIX D’ARMENS*
DARIUS*
FAUGÈRES*

BEAURANG
GUEYROT
HAUT-ROCHER*
MONLOT*
(LA SERRE)
(LA TOUR-FIGEAC)

CROIX DE BERTINAT
(LANIOTE)
PETIT FAURIE DE SOUTARD
(PUY-RAZAC)
SAINT-GEORGES-CÔTE-PAVIE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
LA GRÂCE-DIEU LES MENUTS
CLOS LABARDE
ORISSE DU CASSE
CLOS DE SARPE
VIEUX-SARPE

CROIX MEUNIER
FERRAND*
FRANC-POURRET*
LA GARELLE*
LA GRAVE-FIGEAC*
MANGOT*
CLOS DES MENUTS*
VILLEMAURINE*

CAPDEMOURLIN*
MELIN
PASQUETTE*
PINDEFLEUR*
ROCHER
ROSE-TRIMOULET*
TAUZINAT-L’HERMITAGE
TOUR GRAND FAURIE*

(LA COUSPAUDE)
LE DESTRIER
HAUT-PLANTEY
LAPLAGNOTTE-BELLEVUE

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BARRAIL-DES-GRAVES
CADET SOUTARD
HAUT-SEGOTTES
LA FLEUR PICON*
(MAUVEZIN*)
MONT BELAIR
(ROL DE FOMBRAUGE*)
VIEUX-RIVALLON*

BÉARD-LA-CHAPELLE
(CARTEAU)
LA GRACE-DIEU
GRAVET-RENAISSANCE*
PETIT MANGOT
PONTET FUMET

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
DE LA COUR*
PALATIN*

BEAULIEU-CARDINAL*
FRANC-GRACE-DIEU
HAUTES-GRAVES-D’ARTHUS*
(ROL VALENTIN)

(FAURIE DE SOUCHARD)
(FLEUR MORANGE)
HAUT-VILLET
LAVALLADE

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
 
Choississez une région pour voir un autre classement : 
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

– Guide 2013 : le nouveau Classement des meilleurs vins blancs du Val de Loire

J’ai toujours soutenu ces vignerons de Sancerre, de Touraine, d’Anjou ou de Saumur, où j’ai un bon nombre d’amis.Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à cessols différents, les uns plus spécifiques que les autres.

J’aime retrouver ces hommes et ces femmes qui s’attachent à défendre leur personnalité. EnAnjouSaumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par cessols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc etChenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici, dans cette région où il fait bon s’octroyer quelques étapes gourmandes et historiques. De Champigny à Beaulieu-sur-Layon, du Puy-Notre-Dame à Parnay, la région est riche en terroirs et en saveurs, avec des blancs très séduisants, des rouges puissants et colorés, au nez de violette comme ceux de Saumur-Champigny.

ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

Il suffit aussi de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé silex pour s’ assurer de la typicité des vins. Cela fait donc du bien de “sentir” la puissance des terroirs et permet de renvoyer au jardin d’enfants les vins qui poussent partout et les producteurs qui croient encore qu’il suffit de planter un cépage pour obtenir un grand vin…

À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, en Muscadet comme à Menetou-Salon, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée. Les cépages Chenin ou Sauvignon, pour les blancs, savent en effet se marier parfaitement avec ces sols de silex, d’argiles ou de marnes, et produit une typicité propre. Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-LayonBonnezeaux ou VouvrayUn bon nombre de propriétaires sont présents dans mon Guide depuis longtemps, ce qui prouve leur grande régularité qualitative.

 

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU
SAUMUR

VOUVRAY
BEAUREGARD (S)
FL (Sav)
LA PALEINE (S)

Clos de L’ÉPINAY (V)
FONTAINERIE (V)
GAUDRELLE (V)
La GUILLLOTERIE (S)
MATIGNON (A)

AUBERT (V)
FOSSE SÈCHE (S)
GAUTERIE (A)
PLAISANCE (Sav)

BELLEVUE (Sav)
BOURILLON-DORLÉANS (V)
DARRAGON (V)
FOLIE LUCÉ (S)
RAYNIÉRES (S)

SANCERRE
POUILLY-FUME
MENETOU SALON 
COULBOIS (PF)
GITTON (S)
NATTER (S)

BROCK/SARRY (S)
CHAMPEAU (PF)
CHEVREAU (S)
S. DAGUENEAU (S)
André DEZAT (S)
GILBON (MS)
Roger NEVEU (S)
PABIOT (PF)
Daniel REVERDY (S)
J.-M. ROGER (S)
TEILLER (MS)

BARILLOT (PF)
BLANCHET (PF)
CHAMPARLAN (MS)
GRALL (S)
LANDRAT-GUYOLLOT (PF)
CAVES DE POUILLY (PF)
PRÉ SEMELÉ (S)
P’TIT ROY (S)
ROBLIN (S)
David SAUTEREAU (S)
Thierry VERON (S)

TOURAINE CHINON
QUINCY RUEILLY
COMMANDERIE (Q)
DOZON (C)
MALBÈTE (R)
RENAUDIE (T)

CHAISE (T)
CHARBONNIER (T)
DINOCHEAU
EPINEAU (CG)
MANDARD (T)

MONTIGNY (T)
TROTEREAU (Q)
VILLALIN (Q)

MOELLEUX
Clos de L’ÉPINAY (V)
FL (CL)
TROTTIÈRES (CL)
LA VARIÈRE (B)

AUBERT (V)
DARRAGON (V)
L’ÉTÉ (CL)
FONTAINERIE (V)
GODINEAU (B)
HAUT PERRAYS (CL)
LEBLOIS (M)
MATIGNON (CL)
PLAISANCE (Chaume)
ROCHETTES (CL)

BELLEVUE (Chaume)
(CHESNAIES (CL))
GAUTHIER-LHOMME (V)
L’OUCHE GAILLARD (V)

CREMANTS
BOUVET (S)

BEAUREGARD (S)
BOURILLON-DORLÉANS (V)
CLOS des CORDELIERS (S)
Clos de L’ÉPINAY (V)
LA GUILLOTERIE (S)
MATIGNON (A)
LA PALEINE (S)

AMANDIERS (S)
AUBERT (V)
CHESNEAU
DARRAGON
LANGLOIS-CHÂTEAU (S)
LEBLOIS (M)
PETITE CHAPELLE

MUSCADET
AUTRES
Robert CHÉREAU
COING SAINT-FIACRE
GIGOU (Jasnières)
MORILLEAU
POIRON-DABIN

MAISONS ROUGES
ROBERT
TOPAZE
TOURLAUDIÈRE
VILLEMONT (Haut-Poitou)

COGNETTES
ELGET
MAISON Père et Fils (Cheverny)
OISELINIÈRE
POITEVINIÈRE
R de la GRANGE*

BIDIÈRE
DURANDIÈRE
ESPÈRANCE
LAURENT (Saint-Pourçain)
MÉNARD-GABORIT
PYRONNIÈRE



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU
SAUMUR

VOUVRAY
VIEUX PRESSOIR (S)*

ETERNES (S)
(MOINES (Sav))

SANCERRE
POUILLY-FUME
MENETOU SALON
BONNARD (PF)*
BOUCHIÉ-CHATELLIER (PF)*
CROIX-ST-LAURENT (S)
FOUASSIER (S)*
Patrick NOËL (S)*
Bernard PETIT (PF)*
(REDDE (PF))
TOURAINE CHINON
QUINCY RUEILLY
CHEVILLY (Q)*
LECOMTE (Q)*

AUMONIER (T)
VAUCORNEILLES (T)

MOELLEUX
Le CAPITAINE*
DULOQUET (CL)
(PETIT CLOCHER (CL))

Michel BLOUIN (CL)
JUCHEPIE (CL)
MOULIN de CHAUVIGNÉ (CL)*
MONCONTOUR (V)
NOYERS (CL)

CREMANTS
(GRATIEN-MEYER)
MUSCADET
AUTRES
FAY D’HOMME*
POTARDIÈRE*
PROVOST*

GUÉRANDE
MANOIR de la MOTTRIE

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU
SAUMUR

VOUVRAY
Sébastien BRUNET*
Damien LAUREAU (Sav)
(VALMER (V))
SANCERRE
POUILLY-FUME
MENETOU SALON
(JOLIVET (PF)*)
(SAGET (PF))
(THAUVENAY)
(VENEAU (PF))
TOURAINE CHINON
QUINCY RUEILLY
BUISSE (T)
LOUET-ARCOURT (T)
(MARDON (Q))
Adèle ROUZÉ (Q)
MOELLEUX
HAUTE-PERCHE (CL)
(DEUX VALLEES (CL))
CREMANTS
BRISEBARRE (V)
(CHAMPALOU (V))
MUSCADET
AUTRES
(Henri POIRON)
(RIGOLES du PIN)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
 
Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

– Guide 2013 : en Alsace, la joie du vin s’allie à une typicité exemplaire

De nombreux coups de cœur cette année. J’ai un faible pour cette région, origines alsaciennes obligent, et c’est un réel plaisir de suivre cette route des vins qui serpente à travers les collines du vignoble, au pied des pentes boisées des Vosges.

ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot gris.

Classement Alsace
Tout savoir sur le vignoble

Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands Crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des prix très sages.

Le Classement vous aide à choisir les incontournables.

Le point sur les millésimes

En Alsace, les 2011, 2010, 2009 sont très prometteurs, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003, plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2007, 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

 Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE
LES MEILLEURS VIGNERONS D’ALSACE DE L’ANNEE

Cliquez sur le nom pour accéder aux commentaires de dégustation des vins retenus dans le GUIDE DUSSERT-GERBER

Domaine des 7 VIGNES
André ANCEL
BAUMANN-ZIRGEL
Charles BAUR
Claude BERGER
BESTHEIM
Domaine BLANCK
Domaine Claude et Christophe BLEGER
Marie-Claire et Pierre BORÈS
Domaine BROBECKER
Cave vinicole de CLEEBOURG
Domaine de La CROIX de MISSION
Fernand ENGEL et Fils
Domaine René FLECK et Fille
Charles et Dominique FREY
PIERRE FRICK EARL
Domaine Armand GILG et Fils
Bernard HAEGELIN
Domaine HAEGI
Louis HAULLER
Domaine Victor HERTZ
Émile HERZOG
HUBER et BLÉGER
CAVE de HUNAWIHR
Jacques ILTIS & Fils
Cave KAES
Jean-Louis KAMM & Fils
Domaine Damien KELHETTER
KIRSCHNER
Georges KLEIN et Fils
Domaine Robert KLINGENFUS
René KOCH & Fils
Vignoble des 2 LUNES
Gérard METZ
Vignobles MUHLBERGER
Château D’ORSCHWIHR
Vignobles Pierre REINHART
Domaine du REMPART
Domaine Edmond RENTZ
Domaine SAINT-RÉMY
SCHAEFFER-WOERLY
Lucien SCHIRMER & Fils
Charles SCHLÉRET
Domaines SCHLUMBERGER
Domaine Aline et Rémy Simon
Domaine SOHLER Philippe
Earl STINTZI
André VIELWEBER
Domaine Laurent VOGT
ZOELLER

* Rhône : les vins n’ont jamais été aussi bons !

Mes coups de cœur sont nombreux cette année, et le Classement 2013 s’en ressent. De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

Le point sur les millésimes

Pour les millésimes, les 2010 et 2009, puis le bon 2008, le 2007 est remarquable ici, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2004 très classique, très réussi, le 2002 très difficile à maîtriser, et Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 1998, 1995 ou 1990.

 Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

 ACCEDEZ DIRECTEMENT AUX COMMENTAIRES DE DEGUSTATION EN CLIQUANT SUR LE NOM (EN BLEU)

Prix d’Honneur

Denis Alary

Prix d’Excellence

Famille Mathieu

Satisfecits

Famille Gaspari (Côte de l’Ange)
Jean-Yves Perez (Obrieu)
Famille Théric (Puy des Arts)
Jean-Claude Vidal (Banneret)
Bernard Viguier (Mayol)

Lauréats

Espoirs

Famille Chouvet (Fontavin)
Famille Lombard (Peylong)
Vincent Moreau (Galuval)

– Languedoc : choisissez bien la porte des vignerons que vous ouvrez…

En Languedoc, les grands 2010 et 2009 sont à attendre, les 2008 à 2003 sont réussis, les 2002 et 2000 savoureux. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et des renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches. 
Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CORBIERES
ÉTANG DES COLOMBES (bl)
FONTSAINTE
GRAND CAUMONT
MARTINOLLE-GASPARETS

GRAND MOULIN
VILLEMAGNE (bl)

PRIEURÉ-BORDE-ROUGE
SAINT-MICHEL Les CLAUSES

MATTES-SABRAN
PRIEURÉ de BUBAS
VIGN. CAMPLONG

MINERVOIS
FITOU
CABARDES
FABAS (bl)

BERTRAND-BERGÉ
BARROUBIO
HERBE SAINTE
PÉPUSQUE
PIQUE PERLOUP (bl)

AGEL
CLARMON
CLOS CENTEILLES
ENTRETAN
VIEILLE (PSL)

GRAND GUILHEM
LA GRAVE (bl)
MILLE VIGNES
PECH-D’ANDRÉ (bl)
PETIT CAUSSE

COTEAUX-DU-LANGUEDOC
SAINT-CHINIAN
FAUGERES
MIRE-L’ÉTANG (bl)
MAS DU NOVI
PEYREGRANDES (F)
SAINT-MARTIN-CHAMPS

ANGLÈS
FAMILONGUE
GUIZARD
KARANTES
REYNARDIÈRE (F)
CAVE ROQUEBRUN

AURELLES
MAS CHAMPART
CLOTTE FONTANE
CROIX CHAPTAL
ESTABEL CABRIÈRES
HAUT-BLANVILLE
MADURA
LÉGENDES
PRADELS-QUARTIRONI

BOUSQUETTE
MAS de CYNANQUE
L’ESCATTES
GRANDES COSTES
SAUVAIRE

COTES-DU-ROUSSILLON
VDN
DIVERS
DAUMAS-GASSAC (bl)

BOURDIC
CASA BLANCA
MINGRAUT
Philippe NUSSWITZ

COSTEPLANE
ESPERET
MAS ROUS
NATURA
NIDOLÈRES
RENCONTRE (Muscat)
SAINT-FIRMIN

LOUS GREZES
(MAS DES QUERNES)
MILLE VIGNES
MODAT
PIÉTRI-GÉRAUD
SERRES (Malepère)
Vign.SOMMIÉROIS

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CORBIERES
LONGUEROCHE
MANSENOBLE
(NOUAILLE)
SAINTE-MARIE-DES-CROZES
VIEUX-MOULIN

MONTREDON
LES NOYERS

(BEAUREGARD-MIROUZE)

MINERVOIS
FITOU
CABARDES
CABEZAC*

J.Ph CHARPENTIER
MONTEL
MOURVIELS (Cabardès)

LAURIERS (PP)
(MARIA FITA)
PR.GRAVETTE (PSL)

DEUX TERRES
MAILLOLS

COTEAUX-DU-LANGUEDOC
SAINT-CHINIAN
FAUGERES
FONTAINE-MARCOUSSE*
PRIEURÉ SAINT-JEAN DE BÉBIAN*

CANET-VALETTE
(La LIQUIÈRE)
PECH-MÉNEL

AMANTS de la VIGNERONNE
MAS CAPITELLES (F)*

COTES-DU-ROUSSILLON
VDN
DIVERS
ANTECH*
COTEAUX CÉVENOLS*
CROIX BELLE (bl)
MONTROSE*
RIVES-BLANQUES
(ST-GENIES-MENESTROL*)

AGARRUS*
L’ESPARROU (bl)
(L’OU)
MAIRAN

AGLY*
AQUEDUC
(DONA BAISSA)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CORBIERES
CAPITOUL (bl)*
(VAUGELAS*)
MINERVOIS
FITOU
CABARDES
CAVE PEYRIAC
(SAINT-JACQUES D’ALBAS)
COTEAUX-DU-LANGUEDOC
SAINT-CHINIAN
FAUGERES
MALAUTIÉ
(LA VERNÈDE)
COTES-DU-ROUSSILLON
VDN
DIVERS
(ASTRUC)
(BELLES EAUX)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
 
Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

* Du Cahors au Gaillac, autant acheter les meilleurs, non ?

Dans cette région, les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran.

À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme le Tannat, le Cot, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ?

La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.

On peut donc regretter des cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix totalement incautionnable. Mon Classement vous ouvre les portes des vignerons qui méritent une commande.

Top Vignerons Région Périgord-sud-ouest

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

 

Prix d’Honneur

Jacques Mournaud (La Plante)
MILLÉSIMES 
consultable en ligne
gratuitement
comme le vrai magazine,
en tournant les pages…

CLIQUEZ ICI

Prix d’Excellence

Famille Delpech (Lavaur)
Jacques Maumus (Cru Paradis)
Michel Monbouché (Ladesvignes)
Famille Pieron (Bovila)

Satisfecits

Jean Labroue (Roches)

Lauréats

Antoine Ferreti (Adelaïde)

Espoirs

Famille Baudel (Passelys)
Famille Molle (Moulins de Boisse)

 

– Saint-Julien, Pauillac, Saint-Estèphe, Margaux : voici les 5 plus grands vins du Médoc qui méritent vraiment leur prix !

Aux côtés des « 4 » incontournables (et hors de prix) et d’une floppée de vins « bodybuildés » et/ou proposés à des prix incautionnables… il y a ces cinq là, des vrais, racés, formidables…

 

Château CALON-SÉGUR

J’ai des souvenirs d’une multitude d’autres millésimes, dégustés chez moi ou, sur place, au Château, tous envoûtants. Pour exemple, ce 1999, qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et parfumé, charnu, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et persistant d’où se dégagent des nuances de fumé. Le 1998 est toujours un très grand vin, très typé, tannique, puissant, concentré mais tout en finesse, très structuré, harmonieux, aux notes complexes (mûre, truffe…), de garde. 1997 : de bouche fondue, avec des arômes intenses de groseille et des nuances épicées, alliant charpente tannique et finesse en bouche, un vin de bonne évolution. Le 1996, superbe, des senteurs de fruits surmûris, d’épices, de cuir, complexe, un vin de velours… Mais aussi un 1990 fantastique, racé, tout en puissance, avec beaucoup de matière, des arômes de fruitsrouges surmûris et de cuir, de champignon, un 1986 qui n’a rien à lui envier, où couleur, concentration d’arômes, structure et finesse sont associés dans ce grand millésime de robe profonde, d’une grande subtilité aromatique (prune mûre, cuir), aux tanins très fermes et savoureux à la fois, d’un grand classicisme, tandis que le 1982 (presque à mes débuts) est l’un des plus beaux vins du Médoc savourés, d’un rouge rubis foncé, au nez puissant, de bouche veloutée, avec de la matière et du fruit, aux taninsriches et soyeux à la fois, d’une longue finale avec des arômes secondaires de fruits noirs cuits, decannelle, de musc, etc. Du grand art, donc, et depuis bien longtemps ! Calon-Ségur est donc l’un desvins les plus racés de Bordeaux, et bénéficie, pour un tel niveau qualitatif, d’un rapport qualité-prix qui devrait en faire réfléchir plus d’un. Le vignoble est d’un seul tenant, composé des 3 cépages très classiques, dans une proportion idéale : 65% de Cabernet-Sauvignon, 15% de Cabernet franc et 20% de Merlot, dont l’âge moyen des vignes est exceptionnel (40 ans). Une vinification très traditionnelle, sous la surveillance de Pascal Ribéreau-Gayon, un élevage de 24 mois avec l’utilisation de 30 à 50% debarriques neuves chaque année, selon la puissance du millésime, viennent s’associer à une sélection sévère de la vendange pour tirer la quintessence de ce terroir. Les références historiques ne manquent pas à Calon, qui doit son nom à une petite embarcation utilisée au Moyen Âge pour transporter le bois d’une rive à l’autre, le village s’appela d’ailleurs Saint-Estèphe-de-Calon pendant longtemps. Le domaine, s’étend sur 94 ha de vignes sur le terroir de Saint-Estèphe, et regroupe les Châteaux Calon-Ségur, Marquis de Calon (seconde marque de Calon) et Capbern Gasqueton, un Grand Cru Bourgeois tout en finesse. Calon-Ségur est un beau vignoble d’un seul tenant, composé des 3 cépages classiques de la région, dans une proportion idéale : 65 % de Cabernet-Sauvignon, 15 % de Cabernet franc et 20 % de Merlot, dont l’âge moyen des vignes est exceptionnel (40 ans). Une vinification très traditionnelle, sous la surveillance de Pascal Ribéreau-Gayon, un élevage d’une durée moyenne de 24 mois avec l’utilisation de 30 à 50 % de barriques neuves chaque année, selon la puissance du millésime, viennent s’associer à une sélection sévère de la vendange pour tirer la quintessence de ce terroir. Du 2011 au 2008, la nature a été particulièrement généreuse. Par exemple, « dans le 2010, me disait la chère Denise Gasqueton, l’assemblage est composé de 86% de Cabernet-Sauvignon, 12% de Merlot et 2% de Petit Verdot. Il fait partie de la famille des grands millésimes. Il est élevé 100% en barriques neuves. Un vin complexe et puissant à la fois, beaucoup de fraîcheur en bouche. Il rappelle le 2008 et le 2009. nezprofond aux arômes de fruits rouges, finement épicé. L’attaque en bouche est emplie par des taninsamples et soyeux. Le 2010 est encore plus dense que le 2009. Beaucoup de droiture et de finesse. » Exceptionnel Saint-Estèphe 2009, à la tête de son appellation, aux arômes persistants et subtils de petitsfruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins soyeux mais denses, un grand vin puissant,harmonieux, complexe et charmeur. Le 2008 est l’archétype de ce que doit être un grand vin typé deBordeaux, concentré, de robe foncée, avec beaucoup de structure, au nez complexe où prédominent lecassis, la groseille et le cuir, charpenté et gras, de bouche puissante dominée par les fruits cuits à noyau et les sous-bois, de grande garde. Très grand 2007, avec des arômes bien présents de fruitsnoirs et rouges, ample et gras, un vin qui a beaucoup de charme et d’élégance, de couleur profonde, structuré, avec des tanins marqués mais qui se fondent bien par la suite, d’une belle persistance, prometteur. Le 2006 est l’une des plus belles réussites de la propriété, marqué par son terroir, où la structure prédomine, au nez puissant avec des notes de truffe et d’humus, bien charnu comme il se doit, généreux et très harmonieux, dense et coloré, de grande garde, Exceptionnel 2005, un très grand vin,gras, parfumé, bien typé, corsé, au nez intense, de bouche concentrée avec des nuances de truffes et de réglisse, puissant et racé à la fois, qui mérite une cuisine élaborée et surtout un peu de patience, tant il est prometteur. Le 2004 est fantastique, d’une grande fraîcheur que lui apporte le terroir justement, un millésime d’un grand classicisme, d’une grande finesse mais puissant, un vin très intense, très parfumé (fruits cuits, réglisse…), d’évolution lente. Très beau 2003, encore fermé, plus exubérant (c’est le millésime qui veut cela), volumineux, d’une belle couleur pourprecharnu et parfumé, au nez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière. Le 2002 est superbe, très classique, une réussite, très puissant, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, un vin gras et distingué, aux tanins fermes, de garde, bien sûr. Exceptionnel 2001, aux nuances épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des nuances de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes, de lente évolution. Le 2000, un grand vin, est encore très jeune, racé, tout en puissance, avec beaucoup de matière, des arômes de fruits rouges surmûris et de cuir, d’un grand potentiel d’évolution. Remarquable 1999, qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et parfumé, bien corsé, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et persistant. Le 1998 est un très grand vin, tannique, puissant, concentré mais tout en finesse, très structuré, harmonieux, aux notes complexes (mûre, truffe…). Le 1997 est de bouche fondue, riche, séduisant avec des notes de mûre, très parfumé, très rond, un vin ample au nez comme au palais, aux tanins mûrs, d’une jolie finale. Beau 1996, aux arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, de couleur profonde, un vin très riche, aux tanins très équilibrés, de garde. Le 1995 est particulièrement savoureux, d’une grande intensité en bouche (cuir, griotte confite, sous-bois…), gras et dense, un grand vin parfumé, tout en bouche, de grande évolution, vraiment superbe. Pas la moindre hésitation.

Mme Hélène de Baritault

Château MONTROSE

J’aime, connais, savoure, défends Montrose depuis trente ans ! Ce très grand vin appartient désormais à la famille Bouygues, qui s’attache à poursuivre une politique qualitative exemplaire, que mon ami Jean-Louis Charmolüe, l’ancien propriétaire, a toujours mis en avant (il continue d’ailleurs à Romanin). Et la sagesse (bien conseillée) a été de s’entourer, comme gérant, de Jean-Bernard Delmas, une référence et l’une des rares grandes figures bordelaises qui mérite le respect (ancien directeur de Haut-Brion). Nicolas Glumineau, le directeur, travaille à ses côtés et partage une éthique qui me tient à coeur. « Le point commun de nos derniers millésimes, m’explique Nicolas Glumineau, Directeur Technique, est la richesse de leurs tanins, due à l’attention portée à tous les détails : au vignoble, par exemple, où nous travaillons les sols, nous n’utilisons plus d’herbicide dans un souci de développement durable. Nous aidons ainsi le terroir à se révéler, c’est ce qui est primordial surtout lorsque l’on a la chance de bénéficier d’un fabuleux terroir comme à Montrose où les Cabernets-Sauvignons se plaisent particulièrement bien. Le vignoble de 95 hectares, d’un seul tenant, extrêmement homogène, est une chance extraordinaire. Le fait d’aérer les sols en les labourant, permet à l’eau de pluie de pénétrer dans ces sols composés de grosses graves, puis de gonfler les argiles qui se trouvent en profondeur et, ainsi, d’hydrater la vigne. Retourner les sols permet aussi à la vie microbiologique de se développer et d’apporter des éléments nutritifs et des oligo-éléments. La vigne puise mieux dans le sol les composants dont elle a besoin. Nous travaillons « à la parcelle » pour apporter le degré de maturation que l’on souhaite atteindre. Je déguste des grains de raisins, parcelle par parcelle, cépage par cépage, faisant des analyses pour obtenir la maturité la plus homogène et décider alors de la date de récolte de chaque parcelle et le parcours des vendangeurs. Ce travail parcellaire nous permet d’affiner la qualité desraisins et d’agir, en aval, sur la qualité du vin. Au chai, nous faisons un travail d’extraction et devinification tout en finesse. Nous effectuons un remontage adapté au potentiel de chaque cuve, et n’appliquons pas la même recette pour chacune d’entre elles afin de vinifier au plus juste. Nous recherchons l’équilibre entre la richesse et la finesse, la longueur et la puissance, travaillons beaucoup sur la délicatesse des tanins. Nous essayons d’apporter à nos vins une finale à la fois onctueuse, harmonieuse, basée sur une trame tannique qui soit soyeuse. Cela n’est possible que si nous ramassons des raisins dont les tanins sont mûrs. – Millésime 2011. Neige, canicule, sécheresse et grêle… rien n’a épargné le vignoble médocain en 2011. Les rendements sont un peu plus restreints qu’à l’accoutumée, mais les vins sont très concentrés et les Cabernets superbes! Montrose 2011 est de la lignée des très bons millésimes de la propriété : mûr, équilibré, frais et soyeux. – 2010 : 1989 ou 1990 ? 2009 ou 2010 ? Il est des dilemmes plus cruels… Si 2009 nous a offerts un millésime riche, opulent, complet et suave, Montrose 2010 est un vin plein, droit, ample et présente un bel équilibre. Sa complexité s’exprime tout au long de la dégustation. On note des arômes de moka, cassis, tabac et violette. Sa finale très longue est sous-tendue par une trame tannique serrée, tendue et précise. Ce vin, d’un grand classicisme, a un potentiel de garde infini. » Formidable Saint-Estèphe 2009, en effet, où la distinction se conjugue avec la matière, la fraîcheur à la structure, au nez complexe à dominante defruits noirs et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, de garde. « Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose, poursuit Nicolas Glumineau, Directeur Technique : des vins de longue garde mais qu’on aura plaisir à déguster sans attendre de nombreuses années. Le 2009 est vraiment un millésime exceptionnel. Dans ma carrière de directeur et d’oenologue je verrai rarement un tel niveau qualitatif. À la dégustation, il y a l’élégance, la fraîcheur, l’équilibre, la structure du vin emplit la bouche sans aucune aspérité, c’est un vin qui conserve à la fois de la finesse et de la souplesse, les tanins sont onctueuxsoyeux, le vin très présent, très persistant, cette belle longueur en bouche laisse une impression exceptionnelle. Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose : des vins de longue garde mais qu’on aura plaisir à déguster sans attendre de trop nombreuses années. » Le 2008 est un millésime droit, ample, puissant, précis, d’un parfait équilibre entre onctuosité et fruité, un vin riche et complexe, d’une belle trame qui confère au vin du soyeux en finale, degarde, l’un des très grands vins de la propriété. Beau 2007, gras, avec des arômes persistants et puissants, un vin structuré et charpenté avec beaucoup d’élégance, aux connotations de violette, de cuir et de sous-bois très caractéristiques, intense, ample et corsé à la fois. Tout aussi séduisant, il y aussi ceSecond Vin, La Dame de Montrose 2009, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, d’une très jolie finale avec des notes d’épices et de fraise des bois surmûrie. Le 2008, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes defruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme au palais, est un vin qui permet d’avoir une bonne idée de la grandeur du premier vin. Le 2007 s’apprécie particulièrement bien en ce moment, très classique, au nez de cassis, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, à ouvrir sur une cuisine épicée. Pas la moindre hésitation.

Gérant : M. Delmas Directeur : M.Glumineau

Château LÉOVILLE-BARTON

Avec un charme et une prestance qui lui sont propres, Anthony Barton, avec son épouse, Eva, a développé ces propriétés qu’ils gèrent avec leur fille Lilian Barton-Sartorius. Cela fait plus de 30 ans que j’apprécie l’homme et les vins, où l’élégance s’allie à une éthique qui m’est chère. Anthony Barton est l’une des grandes figures de la région, loin des modes et garant de la grande tradition médocaine où l’élégance prime. Les vins sont certainement l’archétype de ce que doivent être des grands crus de Saint-Julien. Leurs qualités s’expriment plus par une très grande distinction plutôt que par une puissance ou une concentration qui risqueraient de masquer la typicité du terroir. Il faut dire que ses 2 propriétés bénéficient des mêmes soins attentifs, que ce soit à la vigne ou au chai. Anthony Barton est partisan d’un élevage traditionnel des vins et résiste aux phénomènes de modes, « où la course à une trop grande technicité nuit à la qualité et à l’élégance des vins« , précise-t-il. Ici, encore et toujours, il faut aussi avoir un peu de patience pour que les vins expriment tout leur potentiel qualitatif, même s’ils sont toujours charmeurs et surprenants de délicatesse dans leur jeunesse. Les 45 ha du Château Léoville-Barton et les 15 ha du Château Langoa sont plantés dans un sol de graves et un sous-sol composé d’argile, un terroir très typique de Saint-Julien. La forte proportion de vieilles vignes permet d’obtenir la meilleure qualité possible. L’encépagement est constitué de 72 % de Cabernet-Sauvignon, 20 % deMerlot et 8 % de Cabernet franc. À la dégustation, les vins sont certainement l’archétype de ce que doivent être des grands crus de Saint-Julien. Ils présentent une belle robe de couleur profonde, sont très équilibrés et amples en bouche, révèlent un joli bouquet aux arômes très fins avec de la persistance. Leurs qualités s’expriment plus par une très grande élégance plutôt que par une puissance ou une concentration excessive qui risqueraient de masquer la typicité du terroir. « Le millésime 2011, me dit Anthony Barton, dont l’assemblage vient de se terminer, est déjà agréable à déguster malgré sa jeunesse. Il possède un bon équilibre et deviendra riche en bouche avec des éléments de fruits rouges et des tanins délicats. » On patiente avec cet exceptionnel Saint-Julien 2010. « Ce millésime, précise Jacques Boissenot, encore en pleine jeunesse, évoque une atmosphère chaude et parfumée où la vigueur des notes olfactives rappelle le tilleul et la jacinthe et donne l’impression de croquer du raisin. » Formidable 2009, très racé, séducteur, de bouche puissante et dense, aux tanins présents, aux notes d’humus et de réglisse, un vin qu’il faut laisser évoluer pour profiter de son potentiel réel. Le 2008 est un grand vin typé, au bouquet subtil et intense, avec ces nuances de sous-bois et de cassis mûr, de bouche ample et fondue, aux tanins élégants mais puissants, très classique, de belle garde. Le 2007 est tout en distinction, avec ce charnu caractéristique, aux senteurs de griotte, de mûre, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin de couleur intense, aux tanins savoureux, de très bonne garde. Le 2006 est l’une des plus belles bouteilles de la région, de couleur rouge sombre, avec des arômes de cerise et de chocolat, une note réglissée et épicée, à la finale persistante, un grand vin très équilibré, très distingué, très fin, de belle évolution. Superbe 2005, de robe pourpre, au bouquetsubtil et persistant à la fois, avec des notes typiques de cerise noire, de poivre et d’épices, de bouche ample et fondue, tout en finale, de belle garde. Formidable 2004, l’un des plus beaux vins de la presqu’île dans ce millésime de grande race, où l’élégance vient épauler une structure complexe, un très grand vin, très classique comme on les aime, où le terroir s’est exprimé tout particulièrement, qu’il faut savoir attendre. Le 2003 est très représentatif de ce millésime atypique, un vin charmeur, velouté, riche, qui permet d’attendre l’évolution des millésimes qui l’entourent comme ce superbe 2002, concentré, dense, un grand vin savoureux, riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois. Exceptionnel 2001, un grand vin distingué, très fin, ample, aux connotations de cerise confite, de sous-bois et de cannelle, un vin aux tanins enrobés, qui poursuit sa belle évolution. Le 2000 est un superbe vin, de couleur soutenue, de bouche puissante, riche, très délicat, bien charnu, de garde. Remarquable 1999, avec des nuances épicées et giboyeuses, un vin complet, aux tanins présents etharmonieux. Pas la moindre hésitation, naturellement.

Anthony Barton et Lilian Barton-Sartorius

Château GRAND PUY LACOSTE

François-Xavier Borie se passionne pour son Château Grand-Puy-Lacoste, qui accueille une équipe jeune, motivée et compétente, élevant des vins caractérisés par cette saveur fruitée de crème de cassis, d’une belle couleur profonde, séveux, corsés, très puissants, avec des taninssoyeux qui révèlent un beau potentiel de garde digne de ce très Grand Cru Classé, très classique et très typé Pauillac. Retenu par la fameuse classification de 1855, le Château Grand-Puy-Lacoste est l’une des plus anciennes propriétés du Médoc. À la fin du XVe siècle, le Domaine appartenait à M. de Guiraud, Conseiller au Parlement de Bordeaux, c’est en 1978, que la famille Borie en fait l’acquisition. Cette propriété superbe occupe en effet une place à part dans l’histoire des grands crus du Bordelais et son cadastre n’a pas changé d’un iota depuis 1855. L’encépagement est particulièrement bien adapté auterroir et à l’exposition. Les 55 hectares de vignes (75% Cabernet-Sauvignon, 20% Merlot et 5%Cabernet Franc) situés tout autour du château, d’âge moyen de 38 ans plantées sur un terroir vallonné (croupes). Sol composé de grosses graves profondes. Cuvaison longue, élevage en barriques de chêne français (grain fin) dont 70% de bois neuf pendant 16 à 18 mois selon le millésime. François-Xavier Borie, après s’être longtemps investi au Château Ducru-Beaucaillou, l’autre propriété familiale, s’est pris de passion désormais pour son Château Grand-Puy-Lacoste, qui accueille une équipe motivée et compétente. François-Xavier Borie y vit avec son épouse, Marie-Hélène, et leurs enfants. Leur fille aînée, Emeline, s’occupe plus particulièrement des relations publiques et de la communication en France et à l’étranger. Le château et les bâtiments ont été rénovés, les chais et le cuvier entièrement modernisés. Les vendanges sont volontairement tardives pour obtenir la meilleure maturité possible et sont exclusivement manuelles afin de préserver au mieux la qualité des raisins. Une nouvelle installation « double tri » vient d’être installée à la réception des vendanges, pour affiner la qualité de ce travail. Après un égrappage total et dans le respect de la très grande tradition bordelaise, la vinificationest menée de façon très classique et fait l’objet d’un suivi constant, de soins attentifs et méticuleux jusqu’à la mise en bouteilles. « Associé à notre connaissance approfondie du vignoble, m’explique François-Xavier Borie, parcelle par parcelle, tous nos derniers investissements nous permettent de très vite réagir les années un peu plus délicates. Nous ne regrettons surtout pas l’achat de matériel performant (tables de tris vibrantes, égrappage…), c’est ce qui fait la différence et permet d’optimiser le résultat. Nous n’avons pas vraiment changé notre méthode de vinification mais, grâce à une technique plus précise, nous l’avons améliorée sensiblement. Nous désirons nous donner les moyens de mener une viticulture plus perfectionniste. » Exceptionnel Pauillac 2010. La grande proportion de Cabernet-Sauvignon (83%) donne au vin ce beau rouge profond. Le bouquet dévoile des arômes de cassis très mûrs, des notes épicées révélant la belle maturité des raisins. L’attaque est dense et suave bien soutenue par une puissante structure tannique équilibrée. Beaucoup de complexité, de classe, dans ce millésime d’exception, un très grand vin de garde, qui s’inscrit dans la liste des années mythiques de Grand-Puy-Lacoste. Formidable 2009, particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveurs fruitées, avec cenez caractéristique de prune, d’épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux taninsprésents, prometteur. Le 2008, très représentatif du classicisme de ce grand millésime bordelais, est un grand vin très ferme, un vin tannique, associant structure et élégance, au bouquet concentré, aux nuances épicées, un vin charnu, dense et velouté en bouche, vraiment très prometteur. « Pour le 2008, nous dit François-Xavier Borie, nous avions privilégié la bonne aération des grappes sur le pied, de petits rendements, un bon contrôle du vignoble tout au long de la saison. Le 2008 présente de la structure, une grande longueur en bouche et offre un beau potentiel de garde. » Remarquable 2007, toujours très racé, au nez de prune et de framboise cuite, de robe grenat soutenu, un grand vin alliant puissance et souplesse, de bouche dominée par de très belles notes de fruits mûrs avec des notes de poivre, d’une grand subtilité, avec des tanins soyeux, très équilibré, de très bonne garde. Beau 2006, très typé, aux tanins mûrs et fermes à la fois, de bouche très parfumée (fraise des bois), riche et fondue à la fois, au nez où se mêlent la truffe et l’humus, bien charnu comme il se doit. Exceptionnel 2005, d’une grande complexité d’arômes, un vin dominé par la fraise des bois et la réglisse, puissant, d’une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d’épices, qu’il faut laisser se faire pour développer tout son potentiel. « Le 2005 est sûrement la plus grande réussite depuis 25 ans, poursuit François-Xavier Borie, cela a été un millésime excessivement facile pour le viticulteur, si j’ose dire, c’est un vin qui a beaucoup d’amplitude, de charme, de complexité, on est vraiment dans la typicité de Grand-Puy-Lacoste, d’un très grand Pauillac. Il est d’un grand potentiel de garde, mais également très agréable dès maintenant tant l’on est séduit par ce fruit qui explose en bouche. C’est d’ailleurs une caractéristique des très grands millésimes, en effet, quand le vin est déjà formidable dans sa jeunesse. C’est un millésime que j’apprécie beaucoup surtout avec cette sève, cette trame si dense, c’est vraiment un vin à très fort potentiel, et l’exceptionnelle qualité du millésime fait penser à des 1989, 1982 et même à des 1947. » Le 2004, decouleur très profonde, avec des tanins intenses, un nez complexe où l’on retrouve les fruits cuits(cassis, groseille, mûre) et l’humus, avec cette finale subtilement poivrée qui fait tout son charme, un vin très distingué, de belle garde. Le 2003 est toujours l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin complet et ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe. Le 2002 est une grande réussite, aux notes persistantes de sous-bois et de mûre, un vin qui allie structure et souplesse, aux tanins denses, qui se goûte remarquablement (parfait sur un lièvre ou de l’agneau), d’excellente évolution. Très beau 2001, de bouche riche et charnue, tout en subtilité d’arômes (griotte, humus…), ample et séveux en finale, aux tanins savoureux. Le 1999 me fait régulièrement plaisir, c’est un vin parfumé (humus, griotte mûre), aux tanins savoureux, alliant souplesse et charpente, de bouche pleine. Très classique, ce grand 1998, de couleur grenat, puissant, aux saveurs fruitées, avec cenez vraiment caractéristique de griotte mûre et de sous-bois, exhalant des notes sauvages et persistantes, aux tanins amples, dévoile toute sa race (le 2008 lui ressemble). Voir aussi le Château Haut-Batailley. Exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. Pas la moindre hésitation.

Domaines François-Xavier Borie

Château BRANE-CANTENAC

Une entité de 75 ha, immuable depuis trois siècles, que l’on peut répartir en quatre zones : devant le château s’élève la fameuse croupe de Brane. Sur le sommet du plateau de Cantenac, une trentaine d’hectares appartiennent à la propriété et s’étendent sur la plus belle partie de cet épandage de graves profondes du quaternaire (quatrième terrasse). Grâce à la qualité de son sol, la régulation hydrique est exceptionnelle. Les graves profondes (12 m) ont un pourcentage d’argile important. Derrière le parc du château, une quinzaine d’hectares forment, avec le plateau, le coeur historique de la propriété. L’épandage de graves du quaternaire (cinquième terrasse) est plus récent. La profondeur de l’enracinement de la vigne et la régulation hydrique sont étroitement liées à la hauteur de la nappe phréatique (entre 2,5 et plus de 3m). Les sols sont sablo-graveleux, à gros galets. La Verdotte : ce vignoble d’une dizaine d’hectares âgé de plus de 35 ans, correspond au même épandage géologique que celui qui jouxte le parc du château. Le sol gravelo-sableux est moyennement profond et l’enracinement est parfois limité par des concrétions ferrugineuses (podzosols). Enfin, un peu plus loin, s’étendent les vignes de Notton, situés sur un très beau plateau graveleux. C’est un terroir de gravesprofondes grossières et pauvres en argile. Encépagement : 55% de Cabernet-Sauvignon, 40% deMerlot, 4,5% de Cabernet franc et 0,5% de Carmenère. Âge moyen des vignes 35 ans, rendementmoyen décennal 45 hl/ha. « Le millésime 2011, précise-t-on, s’annonce très prometteur du fait d’une récolte dont le potentiel phénolique et aromatique est de tout premier ordre. Marqué par une grande précocité, un climat très chaud et une sécheresse printanière sévère, précédent un été plus frais et plus arrosé, il a nécessité un tri sévère de la récolte afin d’éliminer les raisins qui ont été marqués par les excès climatiques de l’année. La vinification a permis de révéler le potentiel de ce millésime qui apparait dès à présent comme atypique et difficilement comparable à un autre. » Le tout donne ce superbeMargaux 2010, racé, généreux, corsé, aux tanins savoureux et riches, avec cette bouche bien charnueet séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse, très classique, très prometteur. Dans la lignée, le 2009, de jolie robe pourpre, un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et poivrées, ample en bouche avec des tanins denses et veloutés, d’une finale persistante. Le 2008 est charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs et savoureux. Le Second Vin, Baron de Brane 2010, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, auxtanins denses et puissants, d’une très jolie finale, de très bonne garde comme le 2009, de belle robesoutenue et brillante, ample, d’une jolie concentration d’arômes (cassis, prune…), très équilibré, un vinsoyeux mais dense. Pas la moindre hésitation.

Henri Lurton

Château BRANE-CANTENAC
33460 Cantenac
Tél. : 05 57 88 83 33
Fax : 05 57 88 72 51
Email : contact@brane-cantenac.com
www.brane-cantenac.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

* Classement Champagne du Guide 2013 : les 1ers Grands Vins Classés sont fantastiques !

Les Premiers Grands Vins Classés

Il y a 21 maisons qui atteignent le haut du pavé cette année, certaines d’entre elles bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-régularité. La plupart sont des maisons familiales, et qu’une seule coopérative y est présente. Les (très) grandes maisons historiques, qui ont su préserver, voire accentuer, leur suprématie qualitative, méritent un véritable “coup de chapeau”.

ACCEDEZ A L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES VINS / C’EST GRATUIT !!!!!

Pas si facile pour Dom Pérignon, Roederer ou Pol-Roger de rester au “top” depuis longtemps, d’autant plus que l’on peut estimer que leurs plus grandes cuvées méritent leur prix, alors que pour d’autres marques réputées, il est de plus en plus difficile de justifier les prix atteints par certaines cuvées de “prestige” à 200 ou 300 euros, sans parler de certaines marques qui font des cuvées de base chères qui n’ont pas grand intérêt. Celles que nous mettons au sommet sont aussi des maisons qui réussissent remarquablement leurs “simples” cuvées, et ce n’est pas le plus facile.

Aux côtés de maisons incontournables (Taittinger, Gosset…), quelques autres atteignent les sommets, notamment pour récompenser un savoir-faire et/ou un rapport qualité-prix indéniable (De Sousa, Thiénot, Ellner, Philipponnat, Veuve A. Devaux), suivies cette année par Lombard, Legras et Haas et Pierre Peters, et c’est bien mérité.

Chaque marque n’est bien sûr pas à “comparer” à une autre, et le tout est de rester maintenant à sa place. Il est donc impératif de suivre à la lettre la hiérarchie interne de ce Classement, les Premiers des “Premiers” étant intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Premiers”, et ainsi de suite, en sachant que le rapport qualité-prix prime et explique bien des choses, exceptions obligent : Krug, par exemple, atteint les sommets qualitatifs et des prix tout aussi majestueux (500 € pour le Clos du Mesnil) et je le mets pourtant en tête. C’est le meilleur, selon moi, en faisant abstraction du prix, comme Petrus.

De Telmont, lui, bénéficie avec la cuvée O.R. 1735 d’un rapport qualité-prix-plaisir exceptionnel. Ils sont tous les deux au sommet, et l’un comme l’autre le méritent bien sans être “comparables”. Tout aussi méritante, la savoureuse cuvée des Caudalies de De Sousa, et l’extraordinaire cuvée des Millénaires de Charles Heidsieck. Le prix intervient donc logiquement dans cette hiérarchie, et cela explique que des maisons moins connues côtoient des marques plus réputées mais que des marques très réputées sont aussi à des prix très attractifs. C’est le plaisir qui compte, la régularité et… l’accessibilité.

Car les prix, cela compte, avec leurs différences : la très belle cuvée D de Devaux est beaucoup plus accessible en effet (50 €) que l’exquise cuvée Grand Siècle de Laurent-Perrier à 170 €… Ce sont pourtant deux grandes cuvées, procurant chacune un plaisir réel, et il y a donc bien une notion de prix qui doit entrer en compte pour “classer” l’une et l’autre. Faut-il donc payer parfois 2, 3, 5 fois plus cher ? Vous seul pouvez être juge… Et n’oubliez pas que la catégorie des DEUXIEMES GRANDS VINS CLASSES, notamment ceux qui sont dans les 2 ou 3 premiers niveaux de cette hiérarchie, peuvent prétendre à bouleverser tout cela, notamment avec un rapport qualité-prix-plaisir qui se passe de commentaires…

 

KRUG

À la tête des Premiers Grands Vins Classés, et de loin. Depuis 1843, avec passion et engagement, la famille Krug cultive fièrement la personnalité unique de son remarquable champagne. Elle est devenue une légende vivante, synonyme d’une forme d’excellence tranquillement redéfinie par six générations successives. La force de cette maison est de vinifier tous ses Vins individuellement en petits fûts de chêne, « non par respect aveugle de la tradition, précise-t-on, mais parce que seule cette méthode peut conférer à chacun des Vins une telle complexité. Autre avantage de la première fermentation en petits fûts de chêne, tous les échanges entre le vin et l’oxygène de l’atmosphère favorisent l’évolution naturelle et lente du vin, et c’est ce qui donne aux Champagnes Krug leur exceptionnelle longévité. Pour garantir la constance de son style, et ce malgré les caprices du temps, Krug s’appuie sur une ressource très convoitée en champagne : ses « Vins de Réserve ». Il s’agit d’une sélection des meilleurs Vins clairs des récoltes passées, soigneusement gardés dans les caves Krug. Les Vins de réserve constituent un trésor pour Krug. Avec 35 à 50 % de Vins de réserve dans Krug Grande Cuvée et Krug Rosé, Krug détient certainement un record absolu en champagne ! Ils permettent à la fois harmonie, complexité et pérennité du style Krug, et sont au coeur même du processus d’assemblage. » Tout cela est vrai. Formidable Krug rosé, régulièrement l’un de mes plus grands plaisirs gustatifs, d’une délicatesse extrême, très persistant au nez comme en bouche, très parfumé (rose, fraise, amande…), d’une grande fraîcheur, un champagnecorsé mais d’une très grande finesse, de belle robe très pâle (240 € environ). Le Krug 2000, est dans la lignée, un très grand vin d’une élégance rare, aux connotations de pain grillé, de narcisse et d’abricot, d’une ampleur impressionnante en bouche, l’une des plus belles bouteilles que j’ai débouchée cette année. Superbe champagne Krug Grande Cuvée, très typé, un vin tout en structure et parfums (miel, abricot sec, genêt…), puissant, sec et souple à la fois, fondu en bouche, d’excellente garde, parfait sur des crustacés comme sur un foie gras (145 € environ). Superbe Krug 1998, au nez dominé par les fruitsmûrs et le pain brioché, avec cette pointe de fraîcheur caractéristique, de belle expression, un très grand vin mêlant maturité et fraîcheur, généreux et harmonieux, très délicat, ce qui n’est vraiment pas si facile (205 € environ). Splendide, le Clos du Mesnil 1996 est évidemment hors normes, d’une très grande subtilité d’arômes, un très grand champagne qui allie finesse et suavité, au nez complexe, un vin racé et charmeur, très puissant, qui possède sa propre originalité, avec ces notes de fumé spécifiques, il tient sur les viandes rôties comme sur les plats épicés. Toujours du (très) grand art. Pas la moindre hésitation.

Margareth Henriquez et Olivier Krug

5, rue Coquebert
51100 Reims
Tél. : 03 26 84 44 20
Fax : 03 26 84 44 49
Email : krug@krug.fr
www.krug.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

DOM PÉRIGNON

À la tête des Premiers Grands Vins Classés, J’ai tenu à distinguer Dom Pérignon de Moët et Chandon, cela me semblant plus juste puisque l’on peut constater que la marque en est une à part entière, même si c’est le même groupe LVMH qui en a les commandes. Lorsque Pierre Pérignon prit ses fonctions de procureur à l’Abbaye Bénédictine de Hautvillers en 1668, il se fixa pour mission de créer le « vin le meilleur du monde ». Une telle ambition révélait, chez ce jeune moine de trente ans à peine, un esprit visionnaire et une audace extraordinaire. Exact contemporain du roi Louis XIV, Dom Pérignon révolutionna l’histoire du vin comme Louis XIV révolutionna l’art de vivre. La rencontre eût lieu par l’entremise du vin : la réputation d’excellence du « vin du père Pérignon » gagna Versailles et lui permit d’être servi à la table du roi. Le Dom Pérignon 2003, avec des senteurs de fruits blancs et mûrs, de bouche concentrée et d’une belle vinosité marqué par des connotations de fruits confits, légèrement épicé, est un grand champagne mature et complexe, très spécifique du millésime. Fantastique 2002, vraiment hors pair, qui allie distinction et structure, d’une belle complexité aromatique où l’on retrouve des notes franches de grillé, de brioche et de fruits frais, dense et distingué, un grand champagnesavoureux, d’une grande finesse, d’une grande persistance. Le Dom Pérignon Rosé 2000, très équilibré, de belle teinte, tout en bouche, fruité, aux notes de framboise, d’abricot et de rose, ample en bouche, associant structure et distinction. L’une des plus grandes bouteilles de champagne que j’ai jamais savourée est toujours cet extraordinaire Dom Pérignon Œnothèque 1996, à la mousse légère mais intense, très riche en arômes (fruits mûrs, lis, cannelle, pain brioché…), un très grand champagnesavoureux, d’un raffinement extrême, d’une finale parfumée et dense, mûre et crémeuse, idéal sur une langouste comme sur des ris de veau, vraiment formidable. Pas la moindre hésitation.

20, avenue de Champagne
51200 Épernay
Tél. : 03 26 51 20 00
Fax : 03 26 54 84 23
www.domperignon.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

GOSSET

La continuité familiale prime ici. Aujourd’hui, Jean-Pierre Cointreau, par ailleurs Président du Conseil National des Vins et Spiritueux, assume ses fonctions au sein des différentes entités du Groupe familial et entend mener un développement pérenne de ces deux sociétés, Champagne Gosset et Cognac Frapin. Pour l’histoire, le Champagne Gosset, la plus ancienne Maison des Vins de la Champagne : Ay 1584, a été acquise par le groupe familial Renaud-Cointreau (Domaine Frapin, à Cognac) en 1993. Côté anecdote, soulignons que la pratique traditionnelle du bouchage liège et agrafage est maintenue sur certains gros flacons, au cours du vieillissement sur lattes. Le « style Gosset » est donc propre à un art de vivre qui, depuis plus de 4 siècles, s’est transmis de génération en génération, alliant un solide bon sens à l’élégance du coeur et de l’esprit. C’est un style issu d’un terroir exceptionnel de calcaire friable favorisant le développement optimal de la vigne et d’un savoir-faire à nul autre pareil. Jean-Pierre Mareigner, chef de Cave avec la même équipe de production depuis des années, pérennise ainsi le savoir-faire et le style de Gosset. Maison dynamique, résolument tournée vers le futur, car, après avoir acquis des vignes en 100% Grand Cru, la surface de production de Champagne Gosset s’est étendue en rachetant un terrain jouxtant le site traditionnel. La création, en 1995, de la cuvée de prestige Gosset Celebris aura été le point d’orgue de cette volonté d’améliorer la qualité de façon spectaculaire. Considérée comme un rendu à l’histoire et aux diverses générations de la famille Gosset et composée exclusivement de Grands Crus de Chardonnay de la Côte des Blancs et de Pinot Noir de la Montagne de Reims, et de la Grande Vallée de la Marne (Aÿ), cette cuvée est le fleuron de la maison. Dynamisme oblige, 60% de l’activité globale de la Maison sont représentés par l’export. Ainsi l’Allemagne confirme sa première place, suivie de très près par l’Italie, les États-Unis et la Grande-Bretagne. En plus de l’excellent positionnement de Champagne Gosset en Gastronomie et boutiques spécialisées, sa présence en duty-free demeure importante à travers le monde et ses champagnes sont également servis à bord de prestigieuses compagnies aériennes telles Air France, Turkish Airlines, American Airlines… En France, la maison est présente dans nombre de caves et épiceries fines : Lavinia, Hédiard, Fauchon, Lafayette Gourmet, La Grande Épicerie de Paris, Les Domaines à Nancy, AnticWines à Lyon, L’Insensé sur Montpellier, La Cave de Pic à Valence, la Cave du Sommelier à Strasbourg, Badie à Bordeaux… pour ne citer qu’elles. Les Vins de la Maison sont servis sur les plus belles tables de l’hexagone. « La grande nouveauté de l’année pour la Maison Gosset, me dit Jean-Pierre Cointreau, a été le lancement de ce Grand Blanc De Blancs qui comble toutes nos espérances car notre gamme Antique connaît un essor formidable sur le marché mondial. Jean-Pierre Mareigner, notre Chef de caves, veille à l’élaboration de nos Champagnes depuis 27 ans. C’est lui qui nous a décidés. Le fait d’avoir un Champagne 100%Chardonnay correspond aux attentes du consommateur actuel qui aime des Champagnes accessibles,frais pour l’apéritif, et ce Grand Blanc De Blancs complète à merveille la gamme des Champagnes Gosset. Nos Champagnes de la gamme Antique sont sans fermentation malolactique, ce qui permet de leur garder beaucoup de fraîcheur et cette grande finesse qui s’exprime au mieux dans ce Grand Blanc De Blancs. À l’exportation, il est intéressant d’observer pour le Champagne l’ouverture, progressivement, des marchés asiatiques. Jusqu’à présent, en Asie, le Champagne était une consommation sociale; de nos jours, cela devient une consommation d’amateurs, c’est très progressif et encourageant. » SplendideChampagne Grand Blanc De Blancs, au bouquet puissant où dominent le chèvrefeuille les agrumes et la noix, d’une belle richesse au palais, de charpente très équilibrée, un grand vin comme nous les aimons, d’une très belle expression, racé, très raffiné (53 €). « Cette cuvée est le fruit d’un assemblagesavant et minutieux de la vendange de 2005 avec des Vins de réserve de 2004 et 2003, précise-t-on. Et si la force de la Maison Gosset réside dans la diversité de ses approvisionnements issus de plus de 60 villages, le Grand Blanc De Blancs est, pour sa part, le précieux concentré du terroir d’une quinzaine de villages de la Côte des Blancs (Avize, Chouilly, Cramant, Mesnil-sur-Oger, Oger, Cuis) et de la Côte des noirs avec des Blancs (Villers-Marmery,Tours-sur-Marne, Trépail). Autant d’expressions champenoises, de complexités et d’arômes qui ont permis à Jean-Pierre Mareigner d’explorer de nombreuses pistes de travail, riches et abouties, et de finaliser cette cuvée d’exception il y a 6 ans. Au même titre que la Grande Réserve, il a su donner au Grand Blanc De Blancs l’inimitable signature du style et de la tradition Gosset. Plus qu’un Grand Blanc De Blancs, Jean-Pierre Mareigner a conçu un Grand ChampagneGosset. » La Grande Réserve (43% Chardonnay, 42% Pinot Noir et 15% Pinot Meunier) est une cuvée savoureuse, où l’on retrouve des nuances de raisin mûr, de noix et de frangipane, de bouche ample et chaleureuse, qui allie structure et nervosité, un Champagne puissant, tout en intensité et persistance, très savoureux, charmeur par son ampleur aromatique (40 €). Remarquable, le Gosset Grand Millésime 2004, issu de Chardonnay Grands Crus, de Pinot Noir Grands et Premiers Crus, cette cuvée est racée, dense, distinguée, aux nuances de fleurs blanches, d’agrumes et de brioche, un superbe Champagnede lente évolution, d’une grande subtilité, alliant charpente et finesse, parfait sur les poissons de mer ou les viandes blanches à la crème (61 €). Le Grand Rosé brut est exceptionnel, issu d’un assemblage deChardonnay (58%) et du Pinot Noir (35%) auxquels on ajoute 7% de vin rouge de Bouzy et Ambonnay. Tout en bouche, il exprime une belle complexité d’arômes, dominée par l’abricot et les fleurs fraîches, unChampagne suave, épicé en finale comme il se doit (50 €). Superbe gamme « Extra », qui révèle la vérité du vin dans toute sa splendeur grâce au dosage Extra brut, l’interprétation parfaite du savoir-faire ancestral de la maison. Exceptionnel Champagne Celebris Gosset Blanc De Blancs Extra Pure, sélection du meilleur Chardonnay, en réalisant l’assemblage de quatre années, et de onze Crus, de plusieurs méthodes de vinification, l’Acide Malique naturel a été préservé afin de restituer fraîcheur et puissance aromatique du Chardonnay, à la mousse légère, riche en arômes (fruits mûrs, pain brioché…), un grand Champagne intense et savoureux, d’une finale parfumée et dense, mûre et crémeuse, idéal sur une langouste. Vous aimerez aussi L’Extra rosé 2003, d’un rose limpide et lumineux, très aromatique avec des notes de fraise des bois, de framboise et de mûre sauvage, délicatement mêlées à la rose et à la violette, de structure vive d’une grande finesse, ample et persistant en bouche, un magnifique rosé, une belle expression de ce beau millésime. Il y a ce Gosset Celebris Vintage Extrabrut 1998, avec ces nuances de fruits compotés, de sous-bois et de pêche jaune, est très harmonieuse, charpentée, dominée par des notes légèrement épicées, d’une longue persistance aromatique (116 €), et le Gosset Grand Blanc De Blancs, un Champagne racé comme nous les aimons, tout en bouche, d’une très belle expression, alliant élégance et vinosité, une cuvée très distinguée, très fine. Pas la moindre hésitation.

Jean-Pierre Cointreau

POL-ROGER

Incontestablement à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Une très grande maison familiale champenoise (il en reste de moins en moins) qui a su traverser le temps sans se laisser prendre au jeu de la mode, et en s’offrant le luxe d’une régularité qualitative exemplaire. Pour mémoire, Pol-Roger obtient le certificat de fournisseur de Champagne « Royal Warrant » de Sa majesté la reine Élisabeth II. Cette distinction permet à Pol-Roger de faire figurer, selon des règles strictes, les armes royales de la cour d’Angleterre. Pol-Roger était le Champagne préféré de sir Winston Churchill qui qualifiait la maison Pol-Roger « The world’smostdrinkableaddress ». C’est en son honneur que la maison a créé en 1984 la première cuvée de prestige Sir Winston Churchill millésimée 1975 en magnum. « Nous continuons, me précise Hubert de Billy, le concours de dégustation des grandes écoles. Cela fait une dizaine d’années pour la version française et plus de 50 ans pour la version anglaise ! Nous sommes la seule maison deChampagne à organiser un tel concours, sans but lucratif, car ce sont des dégustations de Vins blancsou de rouges, il n’y a pas de Vins effervescents. Il y a 6 Vins rouges, 6 Vins blancs à trouver, unclassement individuel et un par équipes. » Grandissime Champagne cuvée Sir Winston Churchill 2000, avec des connotations d’abricot, de musc, de prune et de noix fraîche, de mousse fine, une cuvée intense et typée, qui allie structure et distinction, très savoureuse, très intense, un grand vin complexe où l’élégance rime avec l’opulence, qui fait suite à un savoureux 1999, avec cette complexité aromatique où se décèlent des nuances de citron, de brioche et d’abricot sec, de bouche très structurée et ample, très persistante, de belle structure, un grand et rare Champagne, d’une finale intense, parfait sur du caviar (170 €). Superbe Champagne Vintage 2002, 60% Pinot Noir, 40% Chardonnay, de mousse abondante, alliant charpente et finesse, une cuvée très bien équilibrée, aux notes de brioche, ample et très persistante au palais, avec cette touche légèrement épicée en finale, un grand Champagne de repas et d’après-midi (52 €). Exceptionnelle cuvée de Réserve Rich de Pol-Roger (1/3 à parts égales des Pinot NoirPinot Meunier et Chardonnay), à mi-chemin entre sec et demi-sec, faiblement dosé (35g de sucrepar litre), un Champagne généreux et charmeur, qui associe distinction et fermeté, de jolie mousse, très fruité, très classique, ample et charpenté, qui sent le pain grillé et l’amande, tout en persistance, d’une grande finale aromatique (36 €). Dans la lignée, cette cuvée Pure Brut, tout en fraîcheur d’arômes, avec ces notes d’agrumes et d’acacia, de mousse fine et très persistante, est un grand vin où se conjuguent saveur et distinction (43 €). La cuvée Brut Blanc De Blancs 2000, dégage une mousse délicate, aux senteurs subtiles à dominante de fleurs blanches et d’abricot, un Champagne très fruité, très équilibré, généreux et harmonieux, très fin (79 €). Très beau Champagne Brut cuvée de Réserve, à la moussefine et légère, aux arômes intenses, à dominante de noisette et d’abricot, une cuvée qui est très raffinée et savoureuse, de belle structure, un Champagne séducteur et parfumé, avec beaucoup de complexité d’arômes, d’une grande ampleur, idéal au cours d’un repas (36 €). Exceptionnel Champagne Extra cuvée de Réserve rosé 2002, de robe rose saumonée avec des reflets cuivrés, aux connotations de fruits frais(cassis, myrtille) et de pain brioché, de bouche intense avec une finale fraîche et délicate, toujours l’un des plus grands rosés champenois. Le Brut Réserve est un Champagne au fruité complexe, généreux etrond, équilibré, de mousse très fine, tout en distinction mais puissant. Il y aussi ce Brut rosé 2004, dans la veine du 2000, il est très fruité, très agréable à déguster au cours d’un repas, d’une délicatesse extrême, très persistant au nez comme en bouche, très parfumé (rose, fraise, amande…), d’une grande fraîcheur, un Champagne corsé mais d’une très grande finesse (79 €, il les vaut bien, c’est l’un des plus grands rosés champenois !). Pas la moindre hésitation.

Patrice Noyelle et Hubert de Billy

1, rue Henri Delarge – BP 199
51200 Épernay
Tél. : 03 26 59 58 00
Fax : 03 26 55 25 70
Email : polroger@polroger.fr
www.polroger.frVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

De SOUSA et Fils

Incontestablement au sommet. J’aime bien Érick de Sousa, qui symbolise l’explosion qualitative des meilleurs vignerons champenois de ces 20 dernières années, et c’est ce qui explique sa place dans monClassement. Il exacerbe ce que l’on oublie parfois ici : la force du terroir, même si la science desassemblages est incontournable. Installée en Champagne depuis trois générations, la famille De Sousa, amoureuse de sa terre est au coeur de la prestigieuse Côte des Blancs et de ses Grands CrusAvize, Oger, Cramant, Le Mesnil sur Oger), a la passion d’en préserver l’authenticité et la typicité. C’est cette exigence qui donne à ses champagnes un caractère propre et reconnaissable entre tous. Cela est dû aux vieilles vignes de plus de 50 ans qui puisent le meilleur des terroirs, les rendements faibles, le savoir-faire traditionnel (vinification en petits fûts de chêne, vieillissement prolongé en cave de craiechampenoise…). Non contente d’exiger le meilleur pour ses cuvées, la famille De Sousa recherche le meilleur pour l’environnement et travaille ses vignes en bio et biodynamie. « Cela fait 10 ans, me raconte Érick de Sousa, que nous cultivons en Biodynamie, et je vous assure que dans des années délicates, on voit ce que cela apporte, les vignes se défendent mieux. Par exemple, pour le millésime 2011, assez délicat, nous avons rentré une belle récolte de raisins très sains, bien mûrs avec un bon taux d’acidité. Pour la troisième année consécutive, nous obtenons un beau millésime, c’est une grande satisfaction. Dans nos terroirs nous avons été épargnés, et tous nos traitement en Bio et Biodynamie que nous effectuons nous ont permis de faire la différence. Nos vignes ont extrêmement bien réagi. Nous avons en majorité des vieilles vignes qui sont moins chargées en grappes, les raisins sont moins gonflés et résistent bien mieux. » C’est donc très logiquement que ses Champagnes parviennent à ce niveau qualitatif et sont présents sur les plus belles tables de grands hôtels et restaurants étoilés aux quatre coins du monde. « Je me passionne toujours pour améliorer la qualité de mes Champagnes, poursuit-il. La Cuvée 3 A a reçu un accueil formidable. Nos clients ont beaucoup apprécié l’harmonie entre les Pinots noirs et les Chardonnays, cela les changeait un peu des Grands Crus, ils aiment avoir des nouveautés de temps en temps. J’élabore mes Champagnes avec un souci d’élégance, de finesse, de légèreté, ce qui donne une unité à mes champagnes issus de grands Crus. Ce qui a plu aussi ce sont les délicieuses notes de fruits rouges des Pinots noirs que l’on n’avait pas dans nos Chardonnays. Lacouleur est plus soutenue, d’un bel or ambré. Andreas Larsson, le sommelier à la réputation mondiale est venu à la dégustation des vins clairs et je m’appuie sur ses conseils pour la cuvée Caudalies 2009 qui est à l’élevage actuellement. « La grande nouvelle, nous dit Érick de Sousa, c’est l’arrivée de notre fille Charlotte qui vient travailler avec nous, et nous en sommes très heureux. Elle a terminé son Master de l’Office International du Vin, et va être l’ambassadrice des Champagnes de Sousa, parle couramment anglais, c’est elle qui va faire les déplacements, rencontrer les importateurs. Je cherche toujours à améliorer la qualité de mes Champagnes et, pour gagner en finesse, nous venons d’acheter unnouveau pressoir afin d’obtenir encore une meilleure qualité de pressurage. Cela fait 10 ans que nous cultivons en Biodynamie et je vous assure que dans des années délicates, on voit ce que cela apporte, les vignes se défendent mieux. Dans une année à la climatologie capricieuse on a vu tous nos efforts en biodynamie couronnés de succès. Nous cultivons une parcelle de deux hectares à la charrue tirée par un cheval, on s’est aperçu que cela défonçait moins les sols que le tracteur. » Vous ne pourrez en effet qu’exciter vos papilles avec ce Champagne Grand Cru cuvée des Caudalies 2006, issue d’un terroir exceptionnel classé Grand Cru, doublé à des vieilles vignes de plus de 50 ans, triplé à une culture de la vigne qui associe respect du végétal et de la nature qui l’environne (biodynamie), un grand vin, aubouquet puissant où dominent le chèvrefeuille et la pomme, d’une grande richesse au palais, de charpente très équilibrée, un Champagne racé, marqué par son territoire. Le 2005, de moussecrémeuse à souhait, est un grand vin puissant et distingué, de robe jaune or, au nez de pêche et de chèvrefeuille, un vin riche et puissant, qui allie vivacité et rondeur, d’une belle finale, tout en structure. « Dans ce millésime, poursuit Érick, ce très grand terroir qui apporte un côté très « droit » au Champagne, des arômes subtils et complexes reconnaissables par les amateurs. Le but était de faire vieillir le vin longtemps en cave pour lui faire prendre de l’intensité. Après 6 ans de vieillissement sur lies, il présente des arômes grillés, c’est un très beau millésime avec de la personnalité, une grande complexité et de la persistance, de l’intensité, beaucoup d’élégance, un grand moment de dégustation. » Formidable cuvée des Caudalies 2004, d’une grande distinction, mature, très aromatique, avec ces notes bien caractéristiques de fleurs blanches et de fruits secs (abricot, noix) un Champagne comme on les aime, légèrement épicé en finale. On voit d’ailleurs encore toute l’expression du terroir s’exprimer, une cuvée qui allie puissance et longueur en bouche, le Chardonnay apportant à la fois vivacité et finesse, des nuances de fruits compotés, de sous-bois et de pêche jaune, un vin très harmonieux, charpenté, dominé par des notes légèrement vanillées, d’une longue persistance aromatique. Beau 2003, unChampagne intense, ample et vineux mais très francvif, très parfumé, qui sent bon la noisette et les épices en finale, et mérite une cuisine élaborée. Le 2002 se goûte remarquablement, une cuvée comme nous les aimons, fine et bien fruitée, charmeuse et intense, au nez subtil où domine le miel, qui associe élégance et rondeur en bouche, à prévoir sur une caille rôtie comme sur des crustacés. Le Champagnecuvée des Caudalies brut rosé, 90% Chardonnay et 10% Pinot Noir, est une grande réussite, de bouche puissante au nez de fruits jaunes et de fleurs, idéal à tous moments de la journée, très bonne association avec des coquillages, mais aussi en dessert, avec des macarons ou des dessertschocolatés. L’Extra brut Cuvée Caudalies Le Mesnil Grand Cru 2005, délicatement bouqueté (aubépine, rose), est très fin, de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais, amande, pain grillé), l’une des plus jolies bouteilles savourées cette année, de mousse très délicate comme le Caudalies brutrosé, qui sent bon l’abricot, de teinte superbe, alliant saveur et distinction. Il y a aussi le Grand Cru blanc, un assemblage des vignes de toutes la Côte des Blancs (Cramant, Avize, Oger, Mesnil-sur-Oger), qui vieillit au minimum deux ans sur lies à la cave, avec 30% de vins de réserve qui ont séjourné 5 mois en fûts de chêne, dont la caractéristique majeure est la minéralité, très typée du terroir crayeux, une robejaune clair, des notes subtiles de fleurs fraîches et des arômes d’ananas. Le Grand Cru cuvée 3A est de belle couleur or clair avec des reflets cuivrés, aux arômes de citron, d’ananas, de mangue, relevés par un côté beurré apporté par l’élevage en fûts de chêne. On retrouve également des notes de fruits rouges (cassisframboise) et de réglisse, caractéristiques du Pinot Noir bien mûr. « Le velouté, l’onctuosité et la suavité, poursuit Erick, s’associent à la finesse, la fraîcheur et la minéralité du Chardonnay (issue des 3terroirs d’Avize, Aÿ et Ambonnay), nous sommes en rupture de stock ! Nous avons eu beaucoup de succès, que ce soit avec les particuliers ou les cavistes. L’assemblage est très réussi et l’étiquette avec son look stylisé, design, plaît beaucoup. » Rapport qualité-prix exceptionnel (20 à 70 € environ). Voir aussi le Champagne Zoémie de Sousa. Pas la moindre hésitation.

Érick et Michelle de Sousa

12, place Léon-Bourgeois – BP 2
51190 Avize
Tél. : 03 26 57 53 29
Fax : 03 26 52 30 64
Email : contact@champagnedesousa.com
www.champagnedesousa.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Charles HEIDSIECK

L’équipe oenologique a reçu sept fois le trophée « Winemaker of the Year » décerné par le jury du International Wine Challenge de Londres. « Charles Heidsieck, me précise Régis Camus, a atteint un tel niveau d’équilibre et d’harmonie qu’il a été qualifié de perle rare de la Champagne. Il s’adresse aux vrais amateurs de Champagne. Pour Charles Heidsieck comme pour Piper-Heidsieck, nous raisonnons de la même façon : tout a son importance. Le style et la qualité sont le résultat de parti-pris multiples, depuis les vendanges jusqu’au moment de l’expédition. Notre ambition est d’assurer la pérennité du style Charles Heidsieck avec de grandes cuvées, faire mieux reconnaître la typicité des vins Piper-Heidsieck, accompagner les deux Maisons dans leur développement, par la qualité. » La palette d’assemblage est en effet riche et complexe avec plus de 100 crus qui reflètent toutes les nuances du vignoble champenois. L’assemblage se fait avec environ un tiers de chacun des trois cépages, selon les années. La proportion des vins de réserve est supérieure à un tiers, ce qui est rare en Champagne, et ils peuvent avoir jusqu’à huit ans de maturation. Le vieillissement de quatre ans minimum donne une remarquable complexité aromatique. Les vieux millésimes sont de véritables trésors pour l’amateur. La Maison a créé son oenothèque, avec des vins d’exception, de grandes années. Là encore, Régis Camus a l’oeil sur tout : la surveillance de la vigne, le choix des raisins, le pressurage et la vinification cru par cru… Ses objectifs : refléter la richesse du terroir champenois et perpétuer le style Charles Heidsieck. La proportion de vinsde réserve peut être supérieure à un tiers – ce qui est rare en Champagne – et certains ont plus de sept ans d’âge. La maturation dans les crayères est de trois ans minimum, deux fois plus que la durée imposée par les réglementations de l’appellation. L’expression même du style Charles Heidsieck se retrouve dans le Brut Réserve, à la fois ample, chaleureux et d’une belle vivacité. À ses côtés, les Cuvées Brut millésimées, des vins épanouis, riches en volume, aux arômes gourmands de miel, réglisse, des vins rares comme ces Cuvées Rosé millésimées où toute la délicatesse du rosé est amplifiée par la maturation. Splendide Blanc des Millénaires 1995, un assemblage de raisins de 5 crusde la Côte des blancs, un grand vin vieilli minimum 10 ans avant d’être mis sur le marché, dense, très parfumé, mêlant finesse et charpente, d’un bouquet très aromatique aux connotations de pêche, de pain brioché et de citronnelle, un Champagne tout en bouche, riche et très charmeur, une très grande cuvée. Ce Blanc des Millénaires est une cuvée mythique, assemblée exclusivement à partir de Chardonnay, unbrillant exercice de style et certains millésimes atteignent la dimension du chef d’oeuvre. Le ChampagneBlanc De Blancs Brut divin est de mousse fine et persistante, d’une belle complexité en bouche, unChampagne très bien dosé, ample et charpenté, qui sent le pain grillé et la pêche jaune, d’une belle élégance, avec des nuances de fleurs au palais, tout en structure, d’une belle finale. Beau Brut Réserve Mis en Cave 2003, de belle robe, finement bouqueté (aubépine, rose), très fin, de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais, amande, pain grillé), de mousse intense, idéal sur une cuisine raffinée. Beau Brut rosé Millésime 1999, riche en parfums (petits fruits rouges mûrs), de bouche pleine, d’une belle longueur. Le Brut rosé Réserve, aux arômes de petits fruits rouges frais, coloré, est classique et distingué, de bouche ample. Beau Brut Millésimé 2000, distingué, qui allie richessearomatique et persistance, un Champagne très bien dosé, aux senteurs de fleurs et de fruits (abricot, pêche), élégant, de belle robe, corsé, d’une finale harmonieuse. Le Brut Réserve est complexe, frais et charpenté à la fois, aux nuances où dominent la rose et le miel (40 à 130 € environ). Pas la moindre hésitation.

Présidente : Cécile Bonnefond

12, allée du Vignoble
51100 Reims
Tél. : 03 26 84 43 00
Fax : 03 26 84 43 49
www.CharlesHeidsieck.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Veuve A. DEVAUX

Au sommet. C’est toujours la seule cave coopérative, dirigée notamment par la charmante Marie Gillet, qui accède à cette place de Premier Grand Vin Classé, et c’est bien mérité quand on fait intervenir le rapport qualité-prix-régularité, allié à une présentation soignée et raffinée. Pour l’histoire, cette maison appartient à la légende du Champagne depuis le xixe siècle. Fondée en 1846 par les frères Jules et Auguste Devaux, elle fut reprise, après eux, par Mme veuve Auguste Devaux, une de ces Champenoises de caractère qui dirigeaient leur entreprise avec autant d’énergie que de talent. L’impulsion qu’elle donna fut telle qu’à sa mort la maison Devaux garda tout naturellement le nom de maison Veuve A. Devaux En 1986, ses descendants, soucieux de perpétuer cette marque prestigieuse, en ont confié la destinée à un grand groupe de producteurs champenois. Aujourd’hui, la maison Veuve A. Devaux, installée dans le cadre magnifique du Domaine de Villeneuve, a renoué avec le faste et la gloire de ses origines. Il n’y a pas de grande maison de Champagne sans un grand terroir. Chaque cuvée signée Devaux doit l’essentiel de son caractère aux 1 400 ha de vignes situées au coeur de la côte de Bar, et qui produisent l’un des meilleurs Pinot Noir de toute l’appellation. Là, dans ce beau paysage de collines et de vallées, 800 vignerons déploient, à longueur d’année, tous leurs efforts, tous leurs soins et un savoir-faire ancestral. « Nous sortons le Millésime 2004, me précise Marie Gillet, aussi bien dans notre gammeChampagne Devaux « D » que dans la gamme « Les Classiques ». Nous avons modifié l’habillage de la gamme « Les Classiques » ainsi que les étuis, et avons également changé les coffrets de la gamme « D ». Pour les champagnes « Les Classiques », une étiquette métallisée qui rappelle la gamme « D », un habillage plus moderne, plus chic, plus design, qui plaît beaucoup. » « Nos Champagnes de la gamme « Les Classiques » favorisent le Chardonnay, poursuit Michel Parizot, Chef de Caves. La vinification profite des mêmes approvisionnements, des raisins récoltés dans la Côte de Bar, de Montgueux, la Côte desBlancs et de la région de Vitry le François. La vinification de la gamme « Les Classiques » s’effectue en cuves inox. Le vieillissement se fait ensuite trois ans sur lattes, nous recherchons plus la fraîcheur, l’élégance, la dégustation agréable. Pour la gamme « D », nous faisons des sélections des meilleures parcelles de vieilles vignes, de belle exposition. Ces lots sont vinifiés à part. J’essaye toujours de profiter d’une bonne acidité naturelle des vins qui n’ont pas fait de fermentation malolactiques, les assemblant ensuite avec des vins qui ont fait leur malo, cela permet d’enrichir la palette aromatique et d’apporter aux vins des notes beurrées, des arômes floraux, d’agrumes, une belle fraîcheur. Les vins de réserve de la gamme « D », qui entrent pour 40% dans l’assemblage, vieillissent systématiquement en fûts de chêne, il y a même une petite partie vinifiée entièrement en fûts de chêne, cela enrichit la complexitéaromatique des champagnes Devaux. Pour les Champagnes de la gamme « D » je poursuis mes investigations concernant la vinification sous bois, tous les détails comptent. Je suis vigilant quant aux origines du bois utilisé pour la fabrication des barriques, des chauffes plus ou moins fortes… j’essaye d’affiner encore plus la vinification sous bois pour obtenir plus de complexité, en privilégiant, par exemple, les hautes futaies de la Champagne-Ardennes, et les chênes de la Montagne de Reims… un travail de fond pour améliorer encore plus la qualité de nos Champagnes. Le temps de vieillissement de la gamme « D » est plus long, cela apporte aussi beaucoup de complexité, de profondeur, d’intensité, même le brut classique, reste 6 ans sur lattes. Le mode de pressurage diffère également, en gamme « D » ce sont des « coeurs de cuvées ». Seuls les premiers jus sont sélectionnés, ce qui apporte une bonne acidité, de la minéralité, une excellente aptitude au vieillissement. En gamme « D », nous sommes en recherche de lots qui vont se développer, se bonifier au vieillissement. Nous proposons ainsi des Champagnes différents qui conviennent à tous les moments ou événements. Je sais que, si je propose un Blanc De Noirs, un Champagne fraisrond, agréable à boire, tout le monde va l’apprécier car il est très accessible à la dégustation. J’ai pour habitude et c’est une particularité des Champagnes Devaux, d’assembler les vins avec une partie de vin (20% environ) qui n’a pas fait de fermentation malolactique, je la bloque volontairement. Je trouve que cela apporte de la fraîcheur, élargit la palette aromatique en donnant des notes de fruits frais très agréables. On obtient un peu moins de notes beurrées qui parfois alourdissent les champagnes. Cela apporte de la vivacité en bouche et de la fraîcheur au nez. Autre particularité de la Maison Devaux, pour l’élaboration du Champagne de la gamme « D » Premium, nous sélectionnons des parcelles, nous travaillons en collaboration avec des viticulteurs volontaires, des techniciens de la coopérative et moi-même. Nous faisons des « tournées » de parcelles avant les vendanges pour estimer la maturité et la qualité des grains. Nous privilégions les vieilles vignes, les meilleurs terroirs, nous cherchons l’équilibre idéal entre maturité et acidité, pour obtenir donc de la fraîcheur dans nos champagnes. Nous avons donc répertorié un éventail des meilleures parcelles. Les jus issus de ces parcelles seront vinifiés à part, nous faisons même des coeurs de cuvée pour apporter de la complexité et de la garde. Nous les assemblons ensuite pour obtenir la gamme « D ». Faites-vous plaisir avec ce splendide Champagne Cuvée D de Devaux Millésime 2004, très séduisant par cette complexité aromatique où se décèlent des nuances de citron, de brioche et d’abricot sec, d’une bien jolierobe or clair, de bouche très structurée et ample. « Notre 2004 est quasiment un Blanc De Blancs, précise Michel Parizot, Chef de Caves du Champagne Devaux. C’est une année de vendange abondante en Champagne, des vins très élégants, très aériens, un millésime assez tendre qui me fait penser au 2000. C’est un très bon millésime qui n’a pas un grand potentiel de garde mais qui est rond, très charmeur. Le 2004 est donc composé très majoritairement (95%) de Chardonnay issus de la Côte des Blancs. On est séduit par des notes florales bien marquées, des arômes savoureux d’agrumes, defruits exotiques, de noisette, de praline. » La Cuvée D de Devaux rosé est très élégante, fine et fruitée, aunez dominé par les fleurs fraîches et les petits fruits secs, tout en subtilité aromatique, d’une belle longueur en bouche. Avec seulement 10% de vin rouge, il est très peu coloré, c’est vraiment un rosé d’apéritif, d’une grande fraîcheur avec 47% de Chardonnay, d’une belle vivacité en bouche. La cuvée Millésimée, pur Chardonnay, est dans la lignée, marquée par les fleurs (narcisse, chèvrefeuille), la pomme et le pain grillé, la marque de fabrique du Chardonnay, une cuvée typée, vraiment réussie. Superbe Ultra D de Devaux, très parfumé, alliant finesse et longueur, aux nuances de pêche et de citronnelle, très rafraîchissant. « Nous avons choisi de présenter le vin tel qu’il est, explique Michel Parizot, le Chef de Caves, sans apport de liqueur, le vin est sans dosage. Un Champagne à déguster à n’importe quel moment de la journée. Pour réaliser ces cuvées, je privilégie les vins qui ont quand même cinq à six ans de bouteille, le Champagne est arrondi et, ainsi, c’est la minéralité et la fraîcheur qui ressortent ». Dans la lignée, la Grande Réserve brut, à laquelle une dominante de Pinot Noir confère puissance et longueur en bouche, et le Chardonnay apporte à la fois vivacité et finesse, est très bien dosé, fin et riche à la fois, fleure l’amande, de mousse fine et légère, aux arômes intenses en finale, à dominante de noisette et d’abricot, un Champagne savoureux, de belle structure, comme ce Blanc De Noirs, qui associe élégance et charpente, finesse et densité, avec des senteurs subtiles aux notes de brioche et de fleurs blanches. Au-delà de la simple évocation du luxe, de la fête, de l’exclusivité, la Maison a bâti un lieu superbe qui comprend : un show-room ouvert au public pour lui permettre de découvrir le terroir, le produit et son élaboration, le domaine et son patrimoine. Il s’insère dans les circuits de découverte vinicoles, c’est une vitrine représentative de l’économie locale. Il y a également une salle de dégustation (dégustations « expérientielles »), une salle de séminaire, une cuisine/salle à manger, les aménagements prévoient 4 suites pour recevoir les clients privilégiés; dans la serre, une partie de la visite possible en accès libre, évoquant les sols, sous-sol, vignes, travail de l’amont; dans le colombier, seconde partie de la visite, avec toutes les étapes de la vinification… Le tout mis en scène. Pas la moindre hésitation.

Laurent et Marie Gillet

Domaine de Villeneuve – BP 17
10110 Bar-sur-Seine
Tél. : 03 25 38 30 65
Fax : 03 25 29 73 21
Email : info@champagne-devaux.fr
www.champagne-devaux.frVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

De TELMONT

Je soutiens avec plaisir depuis longtemps cette maison familiale, dont la place enviée dans le Classement s’explique naturellement par une exemplaire régularité qualitative, à des prix qui devraient faire réfléchir quelques marques plus réputées. C’est l’une des dernières maisons authentiquement familiales en Champagne. Fondée en 1912 par Henry Lhopital, c’est aujourd’hui, Bertrand Lhopital, représentant la 4e génération, qui est l’actuel directeur avec sa sœur Pascale, et son beau-frère Philippe Parinet. Ils œuvrent chaque jour pour que la Maison J. de Telmont conserve sa place parmi les 20 plus grandes Maisons de Champagne. Le vignoble est constitué de 36 ha en propriétés réparties sur 8 crus. Au total, leur approvisionnement porte sur 146 ha de vignes sur 40 crus différents dont près de 20 % proviennent de villages classés Premiers et Grands Crus. “En Champagne, me précise Bertrand Lhopital, les deux dernières années ont été assez mouvementées en raison de la conjoncture. Cela a permis de voir deux tendances se dessiner. Une partie des viticulteurs raisonne plus en terme de “vin” avec le souci de laisser s’exprimer le terroir, la vinification, la typicité et la qualité. Le Champagne De Telmont fait partie de ceux-là. Aujourd’hui, je fais donc partie d’un certain nombre de maisons de Champagne qui s’inscrivent dans une véritable démarche de vinificateurs. Nous maîtrisons les volumes, afin de produire de vrais Champagnes, je ne veux pas dénaturer la belle image du champagne que nous avons mis des années à construire ! Le Champagne représente mondialement 10% des vins effervescents, nous avons une image qualitative forte, des vins inimitables et il faut se donner les moyens pour rester leader en qualité. Il est indéniable que nous avons un “style Maison” qui caractérise nos Champagnes. Je privilégie le vin avant tout, j’aime les bulles mais je soigne d’abord l’élaboration de mes vins. L’effervescence apporte le rafraîchissement, du picotement mais doit aussi amener le goût du vin à s’exprimer. Dans chaque cuvée, je veille à ce qu’il y ait une effervescence la plus délicate possible, de très fines bulles qui accompagnent le vin. Une bulle doit être présente au début, s’effacer ensuite pour laisser arriver les premiers arômes et réapparaître à la fin associée à l’acidité, pour tirer en longueur la persistance des arômes. C’est une quête chaque année renouvelée, Dominique Jondreville, Chef de caves, et moi-même, essayons de produire des vins qui nous ressemblent et dont nous sommes fiers. Notre nouveauté, par exemple, c’est d’avoir mis en “tiré liège” toute la production du Blanc de blancs : un procédé qui permet au Chardonnay et au terroir de s’exprimer au mieux. Nous allons remettre au goût du jour les anciennes façons de travailler pour chaque cuvée. L’O.R. est notre cuvée de référence et nous essayons de généraliser sa méthode d’élaboration aux autres cuvées, tout en laissant à chacune sa propre personnalité. Le 2011 a été une vendange atypique, nous avons récolté en août. Les Chardonnays ont tiré leur épingle du jeu, ils ont souffert des chaleurs de fin août, et les taux d’acidité étaient donc assez bas. Les Pinots meuniers et Pinots noirs, en fonction des secteurs, ont donné d’excellents résultats, ils présentent des arômes de fruits très marqués, cela promet un bel assemblage complémentaire avec les 2009 et 2008. La nouvelle foudrerie a accueilli notre vendange 2011 : 7 foudres de 50 hl seront dédiés à la Cuvée Grand Couronnement. Chaque cuvée aura son propre chemin de vinification, sa propre personnalité, La Cuvée 3 Cépages va être vinifiée avec les vins issus de ces foudres. Nous proposons en complément de notre accueil-dégustation, des ateliers autour du Champagne. Nous tenons à traiter chaque personne comme un hôte privilégié de la Maison J. de Telmont. C’est ouvert à tout le monde.” Superbe Champagne cuvée O.R. 1735 Millésime 2001, au nez dominé par les fruits mûrs et les petits fruits secs, légèrement miellé, tout en finesse aromatique, d’une belle longueur en bouche, un Champagne qui associe charpente et distinction, d’une longue finale. “Cuvée or 2001, poursuit Bertrand; un millésime décrié, une année excessivement difficile, cela m’est apparu comme un challenge et cela prouve que lorsque l’on pousse la sélection à l’extrême on obtient des résultats très satisfaisants. Nous n’en produirons que 3000 bouteilles, ce qui est très peu, mais nous avons réussi à extraire la “substantifique moelle”. C’est une fierté pour la maison de Telmont, le 2001 est tout en finesse, en fraîcheur, avec une certaine personnalité évidemment, que je trouve assez pertinente, pour ma part.” Formidable cuvée O.R. 1735 Millésime 2000, tout en bouche, où l’on retrouve des nuances de fruits jaunes, de brioche, avec des notes boisées délicatement fondues. Un Champagne racé, d’une grande complexité, de mousse aérienne et veloutée, caractérisée par la finesse et la fraîcheur. “J’aime beaucoup la finesse et l’élégance de ce Champagne notre Cuvée O.R. 2000, nous dit Bertrand Lhopital, avec une note saline très légère et subtile qui me charme beaucoup. L’élevage en fûts apporte de la maturité, l’élevage sur lies et le liège lui donnent un registre d’arômes. Le Chardonnay reste un cépage qui apporte plutôt des arômes floraux et minéraux avec des notes beurrées, briochées (médaille d’argent au IWSC).”La Cuvée O.R. est présentée dans une bouteille au col long et fin dessinée par André Lhopital, une création originale et exclusive d’inspiration des anciennes bouteilles “soufflée-bouche”. Bouchage à la ficelle et scellée par un cachet de cire pour raison de sécurité mais aussi pour perpétuer une tradition vieille de 300 ans. Le nom O.R. rend hommage à l’“Ordonnance Royale” établie en 1735, sous Louis XV, régissant le mode de fermeture des vins effervescents de l’époque. À la suite, ce Champagne cuvée Grand Couronnement brut Millésime 2000, issu exclusivement du Chardonnay sélectionné dans les meilleurs crus et lieux-dits de la fameuse Côte des blancs (Avize et Chouilly). “Le Grand Couronnement brut 2000 est un très très beau millésimé emblématique de par l’année, précise-t-il encore. Nous avons produit du 2000 sur Grand Couronnement et pas sur toutes nos cuvées. C’est un champagne bien équilibré avec beaucoup de finesse et de légèreté sans trop l’opulence ni la puissance des 1999 et 1998.” Il y a la très belle cuvée Consécration brut 2000, pur Chardonnay, issue d’un vieillissement de plusieurs années en cave, une savoureuse cuvée, aux arômes d’amande, de pomme et de miel, tout en bouche, de belle couleur jaune ambré, très réussie, alliant rondeur et vivacité, persistante. Du caractère et de la fraîcheur, pour cette cuvée Grande Réserve brut, au fruité bien caractéristique (pêche de vigne, noix fraîches), très persistante au nez comme en bouche, un Champagne très élégant, le fer de lance de la Maison qui est couronné de médailles de toutes parts. Le Blanc de blancs brut 2005, de mousse légère, très florale, est un Champagne minéral et dense, une cuvée puissante, très parfumée (agrumes, amande…), de bouche riche. “En Blanc de blancs, précise Bertrand, nous terminons les 2005 et passons au 2006, un petit changement mais dans la continuité. Le 2005 était mon coup de cœur, un peu atypique mais très charmeur, un Champagne complexe, rond avec de la longueur en bouche, la vendange était très mûre. Le 2006 offre plus de fraîcheur, des notes d’agrumes, beaucoup de minéralité, ce qui devrait beaucoup plaire, un vin bien typé Chardonnay, un Champagne plus classique.” Remarquable Champagne Grand Vintage brut 2004, puissant et distingué, de robe dorée, avec ces nuances envoûtantes d’anis, de notes beurrées et briochées, d’amande et de pain grillé parfait au cours du repas. “Très beau champagne plus subtil et mieux équilibré que le 2003, poursuit Bertrand Lhopital, qui était lui, tout en puissance et en vinosité. Le 2004 offre de la vinosité mais aussi et surtout, une belle fraîcheur, un bon équilibre acidité. À partir de 2011, le Vintage sera vinifié en totalité en foudres.” Il y a encore ce Grand rosé brut, Chardonnay majoritaire, élaboré à partir d’une sélection minutieuse de 15% Pinot noir, de robe rose saumonée avec des reflets cuivrés, aux connotations de fruits frais (cassis, myrtille) et de pain brioché, de bouche intense avec une finale fraîche. Goûtez le Coteaux Champenois cuvée Insolite 2005, pur Chardonnay, fermentation en fûts de chêne dont 1/3 neufs, élevage en fûts avec bâtonnage une fois par semaine durant 14 mois, de robe séduisante, tout en arômes (fruits secs, citron), de bouche élégante, dense au nez comme au palais. Exceptionnel rapport qualité-prix-typicité est, lui aussi, exceptionnel. Pas la moindre hésitation.

De TELMONT 

Bertrand et Serge Lhopital
1, av de Champagne
51480 Damery
Téléphone :03 26 58 40 33
Télécopie : 03 26 58 63 93
Email : info@champagne-de-telmont.com
Site : www.champagne-de-telmont.com

http://www.millesimes.fr/domaine.php?id=56&lang=

ELLNER

Voici l’exemple d’une maison qui accède au sommet grâce à une politique qualitative étroitement liée à une gamme de prix très abordables, fière d’avoir su préserver sa structure familiale et son autonomie. Jean-Pierre Ellner et son épouse, Michèle, sont des propriétaires comme on les aime, chaleureux et passionnés. C’est Charles-Émile Ellner qui créa, au début du siècle, sa propre maison. Ses successeurs, notamment son fils Pierre, qui en a été la véritable « locomotive », a su transmettre à ses propres enfants cette passion pour la terre et le vin. Jean-Pierre Ellner assure la Présidence de la société, et, Michel étant à la retraite, est épaulé par la 3e génération, Arnaud et Frédéric Ellner (Frédéric responsable du vignoble et Arnaud Chef de Caves). Le vignoble couvre une superficie de 54 ha répartis sur une quinzaine de communes. L’absence volontaire de fermentation malolactique dans leur vinification, promet des cuvées d’une grande richesse et d’une belle longévité. « Nous avons entamé depuis une dizaine d’années la modernisation et l’embellissement de nos bâtiments, me précise Michèle Ellner, la charmante épouse de Jean-Pierre, nos bureaux sont terminés ainsi que la nouvelle cuverie. Nous exportons beaucoup en Angleterre avec une clientèle plus avertie et un circuit de distribution mieux adapté, les États-Unis, la Suède, le Danemark avec des clients fidèles, l’ensemble de l’Europe dont la Belgique, l’Espagne, l’Italie, mais aussi l’Afrique du Sud, l’Australie… » Jean-Philippe Gardet, commercial de la Maison Ellner, nous décrit quelques cuvées : « – 2002 : 2/3 de Chardonnays issus de nos vignes de Chouilly, 1/3 de Pinot Noirdosage de 6g par litre. Pas de fermentationmalolactique sur le 2002. À la dégustation, ce millésime 2002 est tout en rondeur mais avec une belle fraîcheur. C’est un Champagne très agréable à l’apéritif, mais aussi parfait pour accompagner un repas. La mousse est fine et persistante, le nez vif, belle longueur fine et légère. Il se caractérise par des notes minérales avec en finale une note légèrement vanillée. – Brut 1er Cru : 75% Chardonnay et 25% dePinot Noir, tous issus des raisins de la vendanges 2004 de vignobles classés Premiers Crus, donc d’excellents terroirsdosage à 10g par litre, toujours pas de fermentation malolactique volontairement bloquée. Robe or pâle, nez vif légèrement brioché, beaucoup de finesse dans ce Champagne, en bouche beaucoup d’harmonie et d’élégance, de subtils arômes. Très agréable à l’apéritif ou en début de repas sur des poissons ou crustacés. Les vendanges 2011 ont été très précoces en Champagne. Lesraisins issus de nos vignes de Chardonnay et Pinot Noir étaient très beaux et nous sommes très satisfaits du résultat. Du fait de ne pas faire de fermentation malolactique, ce qui est notre politique habituelle, nous conservons ainsi une très belle fraîcheur dans nos vins qui présentent un joli potentiel qualitatif. » On ne peut que savourer ce Champagne Prestige Millésime 2002, séduisant par cette complexité aromatique où se décèlent des nuances de citron, de brioche et d’abricot sec, d’une bien jolieRobe or clair, est de bouche très structurée et persistante. « Les Prestiges 2001 et 2002 sont deux vinsassez similaires, me dit Arnaud Ellner, deux très bons millésimes en Champagne. Des millésimes vraiment très agréables à boire. Le 2002 est un peu plus puissant, complet, il a du corps et de la fraîcheur à la fois, c’est un très grand millésime. » La cuvée Prestige Millésime 2000, de belle teinte, frais et fleuri, est une cuvée subtile aux arômes de pain grillé et de petits fruits secs, d’une jolie complexitéaromatique, de bouche ample avec une belle vivacité, délicatement boisé en finale, idéale à l’apéritif comme sur des crustacés. « Le Prestige Millésimé 2000, poursuit Michèle Ellner, est un Champagne de grande qualité dans une année mythique. C’est un assemblage traditionnel (70% Chardonnay et 30%Pinot Noir, vinifiés en fûts), d’une Robe or clair, une cuvée au goût floral subtil et élégant. » Le Séduction Millésime 2002, issue d’une sélection toute particulière réunissant des raisins provenant de leurs vignobles de Chouilly en majorité, vieillis en foudres et de Venteuil, Vaucienne et Épernay, vieilli en demi-muids, une cuvée charpentée, mais où le Chardonnay apporte finesse et moelleux, un bien beauChampagne qui sent les fruits secs (amande), dense et distingué à la fois, harmonieux (25 €). Le 2001 au nez de petits fruits frais, de miel et de noix, ferme et suave, de mousse fine, tout en bouche. J’ai toujours un faible pour le Brut Intégral, non-dosé : 60% Pinot Noir et 40% Chardonnay. Pas defermentation malolactique, assemblage principalement issu de la vendange 2004, un Champagned’une grande fraîcheur, vif, fruité, avec une très belle fin de bouche, superbe à l’apéritif et pour accompagner un plateau de fruits de mer (un cadeau pour (9,20 €). Très savoureuse cuvée de RéserveBrut, de bouche ample et très fruitée, de jolie Robe dorée, au nez complexe (abricot), tout en finessearomatique (17,50 €). Le Brut Premier Cru (Chardonnay majoritaire) développe un nez de noisette fraîche, de bonne bouche, alliant distinction et rondeur, un Champagne vineux mais en même temps tout en finesse, opulent et parfumé, aux notes de fruits macérés, idéal au cours d’un repas (18,50 €). Autre réussite, le Blanc De Blancs Brut, mêlant charpente et finesse, très bien équilibré, aux notes de brioche, avec des arômes de citron et de noix fraîche, de mousse élégante, associant saveur et distinction, à un prix défiant toute concurrence (19,20 €). Le Brut Carte d’or est un vin qui allie des notes florales et fruitées, d’une grande franchise au nez comme au palais, très agréable sur une cuisine légèrement relevée. Excellent rosé Brut, 50% Pinot Noir et 50% Chardonnay, aux arômes de fruit rouges pas trop puissants, un Champagne très délicat, très élégant (19,20 €). Et puis, il y a ces coffrets : le colis Dégustation Prestige 1999, 2001, 2002; et le colis Variation avec 1 Réserve, 1 Carte d’or, 1 Blanc De Blancs, 1 Rosé, 1 Brut Intégral et 1 Premier Cru. Le rapport qualité-prix est tout simplement exceptionnel. Pas la moindre hésitation.

Jean-Pierre et Michèle Ellner

PHILIPPONNAT

Classé 1er Grand Vin. Son président, Charles Philipponnat, est l’héritier d’une longue tradition vinicole. La Maison a rejoint en 1997 le groupe Boizel Chanoine Champagne, géré par les familles fondatrices avec des capitaux essentiellement familiaux et champenois. Elle a l’avantage de posséder 17 hectaresde vignes situés dans les crus d’Aÿ, Mareuil, Mutigny et Avenay. D’excellents terroirs dont deux exceptionnels, « Le Léon », à Ay et le « Clos des Goisses », à Mareuil. Tous deux se caractérisent par une forte pente exposée plein sud, gage de grande maturité. Dans le Clos des Goisses la pente atteint 45% de dénivelé et le microclimat peu venté est protégé par le sommet du Gruget et les murs du Clos, ce qui en fait le terroir le plus chaud, produisant les vins d’une grande intensité. « Chaque année, me dit Charles Philipponnat, nous élaborons entre 40 à 50 vins distincts, avant de composer les cuvées, chacune avec un style propre marqué par un terroir plus ou moins crayeux, chaud… seul le mariage de différents crusapporte de la complexité à nos vins. Dans le Clos des Goisses, vignoble unique d’un seul tenant, l’assemblage est également pratiqué entre parcelles et entre cépages, puisque le Chardonnay y est présent dans la partie la moins pentue. Dans les cuvées millésimées, seuls le Pinot Noir et leChardonnay sont utilisés, les vins vieillissent ensuite en caves voûtées durant au minimum 5 ans surlies. Dans les cuvées non millésimées, 20% des Pinots Meuniers, issus des crus les plus crayeux de la Vallée de la Marne, apportent un moelleux très bénéfique pour permettre aux autres cépages de s’exprimer au mieux. L’usage des 25% de vins de réserve apportent de la rondeur et de la complexité au vin. Techniquement, nous continuons notre démarche d’utilisation de pièces de chêne aussi bien pour la vinification que pour le vieillissement de nos vins de réserve. Dans nos assemblages, nous sommes très précis quant à l’utilisation de vins sans fermentation malolactique, préférant ne jamais modifier l’acidité de nos vins -c’est autorisé mais nous ne le faisons pas. Depuis 2003, date à laquelle, nous avons entièrement refait notre cuverie, nous avons un outil qui nous permet d’avoir une gestion beaucoup plus précise des malolactiques et maîtrisons ainsi nos acidités naturelles. C’est un approfondissement d’options que nous avions déjà prises, grâce à la qualité de nos raisins et de l’utilisation du bois nous obtenons des cuvées très complexes, d’une belle plénitude, et, grâce à la maîtrise des malolactiques, on obtient de la fraîcheur mais aussi de la vinosité, de la puissance et de la droiture dans le sens noble du terme. J’aime faire des cuvées de Champagne assez expressives, mûres, assez vineuses, que ce ne soient pas simplement des bulles fraîches, mais qu’elles ressemblent vraiment à des vins, bien droits, fermes, bien minéraux, très équilibrés, je veux absolument éviter touteoxydation, toute lourdeur. Pour cela, nous utilisons des raisins bien mûrs issus de bons terroirs et pratiquons des vinifications précautionneuses. En 2006, nous avons sorti notre Cuvée 1522, une cuvée très haut de gamme que nous avons baptisée « 1522 », en hommage à la date où s’est installé le premier Philipponnat dans le vignoble champenois, une cuvée issue uniquement de Grands crus, millésime 2002. Le Pinot Noir, les Chardonnay viennent de Mesnil-sur-Oger, Cramant et Aÿ et, pour le rosé, de Mareuil sous forme de Pinot Noir rouge. Ces cuvées millésimées, en quantité limitée sont parfaites à table. Après avoir commercialisé le Clos des Goisses 1999, un millésime très agréable, plutôt léger, nous commercialisons le Clos des Goisses blanc 2000, un grand millésime, d’une belle structure en bouche, un vin très intense, complet et très équilibré. Le Grand blanc 2002, issu d’une année solaire, me fait penser au 1976. Ce millésime est généreux, d’une belle rondeur ferme, un Champagne peu acide, très expressif, bien structuré, aux arômes tropicaux (ananas), très charmeur, qui va beaucoup plaire. Nous nous régalons avec la Réserve Rosé, avec une majorité de Pinot Noir, cet assemblage très réussi donne un vin d’une très belle ampleur avec de la complexité. Le Clos des Goisses Rosé 2003, au très joli fruité,frais, est très complexe et délicat, ne représente que des quantités infimes destinées aux collectionneurs. » Le Clos des Goisses Rosé 2003 est en effet splendide, avec ces connotations subtiles où s’entremêlent les fruits mûrs et les épices, de bouche intense et raffinée à la fois, à déboucher sur des mets épicés comme sur les crustacés. Superbe Champagne Clos des Goisses 2002, qui associe richesse aromatique et persistance en bouche, complet, avec des connotations de fleurs et de pain grillé, de mousse fine et fruitée, d’une belle ampleur au palais, à déboucher sur une terrine de poissons. Le Clos des Goisses 2001 est riche et complexe, puissant et persistant, très fruité au nez comme en bouche, mêlant distinction et richesse, au bouquet très aromatique. Il y a aussi le Grand blanc, de belle complexité aromatique où se décèlent des nuances de citronnelle, de brioche et d’abricot, de bouche très structurée, élégante et sophistiquée. Le Champagne Extra-brut cuvée 1522, une réussite avec ce millésime 2002, généreux et distingué, puissant au nez (rose, brioche, tilleul) comme en bouche, avec une bien jolie finale, à déguster sur un saumon fumé. Le Champagne cuvée 1522 rosé 2003 est superbe, avec ce nez complexe où la mûre s’associe à la fraise, une bouche intense et raffinée à la fois, à déboucher sur des mets épicés. Le Champagne cuvée 1522 brut 2003, au nez d’amande, très bien dosé, une grande cuvée fine et fraîche en bouche, suave, tout en harmonie. Le Royale Réserve brut, dégage des nuances de fleurs blanches et de miel, d’une belle couleur or, avec des nuances en bouche bien présentes de fruits mûrs, des notes de tilleul et de miel, finement bouqueté. Beau ChampagneSublime Réserve 2002, riche au nez, d’une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et d’amande, de bouche flatteuse. Pas la moindre hésitation.

Charles Philipponnat

Alain THIÉNOT

Au sommet. J’aime bien Alain Thiénot, qui allie un véritable savoir-faire qualitatif et une volonté farouche de créer un véritable groupe familial, avec son épouse, Anne, et ses deux enfants, Garance et Stanislas. L’esprit Thiénot est un esprit de famille où la modernité se conjugue avec le respect des traditions, où la créativité rime avec la qualité, où la passion se marie avec la rigueur. C’est aussi un esprit d’équipe où chacun dans son métier, du vigneron au chef de cave, donne le meilleur de lui-même. Ensemble, esprit de famille et esprit d’équipe construisent le style unique de la maison Thiénot. Un style vif et personnel servi par un design audacieux et contemporain. Un superbe Champagne Grande Cuvée Alain Thiénot 1999, 40% Pinot Noir et 60% Chardonnay, élaboré uniquement dans les grands millésimes. Une partie de la cuvée est mise en barriques pour les fermentations, elle est ensuite élevée dans les belles cavesde Reims. D’une superbe robe or pâle, de très bonne bouche, où l’on retrouve des nuances de citron, de brioche et de miel, un Champagne suave, alliant finesse et structure, une bonne rondeur et un bouquettrès aromatique, de mousse riche et très fine. Belle cuvée La Vigne aux Gamins 2001, de jolie robedorée, aux arômes de pain grillé et d’abricot, de bouche riche, bien équilibré en acidité, d’une joliefinesse, à la mousse fine et distinguée, vraiment savoureux. « Un Champagne issu d’une très vieille vigne de 40 ans située en plein coeur d’Avize (100% Grand Cru), qui appartient à un ami vigneron, précise Alain Thiénot. Le vigneron l’appelle comme cela depuis toujours car c’était son père qui lui avait confié cette vigne ». C’est une cuvée toute particulière, élaborée avec des raisins très matures, rigoureusement sélectionnés par Garance et Stanislas Thiénot. Il y a aussi la Cuvée Stanislas 2004, un bel assemblage de la Côte des blancs, dédié par Alain Thiénot à son fils Stanislas. Issu exclusivement de Chardonnay, à la mousse fine et légère, aux arômes intenses, à dominante de noisette et d’abricot, harmonieuse et savoureuse, de belle structure. Le brut rosé (35% Chardonnay, 45% Pinot Noir, dont 7% de vin rouge de vieilles vignes d’Ay et 35% de vin de réserve), est un vin tout en finesse et structure, remarquable, au palais intense et savoureux aux arômes de petits fruits rouges frais, de belle robe, classique et distingué, un Champagne vineux et très fin à la fois, tout en harmonie, de bouche ronde et distinguée, légèrement épicée en finale, comme il se doit. « Cette belle robe rose évoque un parfum délicat de framboises, poursuit Alain. Un vin tout en finesse avec un nez aux notes acidulées de griotte et cassis. En bouche, il offre la légèreté d’une caresse. Équilibre savant entre la subtilité et le corps, leChampagne brut Rosé est un hommage à la sensualité. » Savoureux brut Millésimé 2004 (parts égales de Chardonnay et de Pinot Noir), qui révèle une texture pleine en bouche, de belle robe or pâle, le nezprésente une très grande finesse avec des arômes de fruits blancs compotés et de raisin blanc. Le brut(35% Pinot Noir, 45% Chardonnay, 20% Pinot Meunier dont 20% de vins de réserve) est l’un des meilleurs de sa catégorie. Avec ses 4 ans de vieillissement, c’est un Champagne équilibré, tout en charpente, parfumé, fin et riche à la fois, avec des notes subtiles de pain grillé et d’agrumes en finale. Pas la moindre hésitation.

Parc d’Activités Rue Joseph Cugnot
51500 Taissy
Tél. : 03 26 77 50 10
Fax : 03 26 77 50 19
Email : infos@thienot.com
www.thienot.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins
Pierre ARNOULD 
Classé Premier Grand Vin. Tradition, qualité et famille sont les trois principales valeurs de ces deux maisons (avec le Champagne Eugène Rall€).En effet, le Champagne Eugène Ralle fût créé en 1925 par le grand-père, qui transmis son savoir-faire et sa passion à son petit-fils Pierre Arnould, qui créa sa propre marque en 1955. « Très attachés à la tradition, me précise-t-on, toutes nos bouteilles vieillissent trois ans minimum (temps légal 15 mois) dans nos caves entièrement creusées dans la craie. Tous nos flacons sont remués manuellement à l’aide de pupitres en bois placés au coeur de nos cavesPinot Noir et Chardonnay sont les deux cépages que nous utilisons lors de nos assemblages, tous deux issus du terroir de Verzenay. » Superbe Champagne cuvée Aurore, présenté en flacon de forme spéciale, qui réunit deux années dont l’une est millésimée de réserve. Après un vieillissement de six années en cave, ce grand Champagne tout en finesse, dégage cette belle complexité aromatique où se décèlent des nuances de citronnelle, de brioche et d’abricot frais, équilibré, d’une belle harmonie, tout en fruit et distinction, de mousse soyeuse. Beau brut Millésime 2006, intense, aux arômes de noisette et de miel, de bouche savoureuse, à la fois bien corsé et distingué, de mousse fine. Il y a également l’Effrontée, une nouvelle cuvée Blanc De Noirs de l’année 2007, née de la volonté de ses auteurs de replonger dans leurs souvenirs d’enfance, de retrouver l’empreinte gustative du Pinot Noir à la sortie des cuves, sous le regard bienveillant d’un grand-père, un peu comme on se rappelle le goût de ces premières gaufres… Il faut reconnaître que le Vin est d’une grande richesse aromatique (nuances de pêche, de prune et de pain grillé), qui lui apporte beaucoup de légèreté mais aussi de la longueur, d’une belle complexité avec une très jolie finale de bouche. Le brut Grand Cru Sélection (75% Pinot Noir et 25% Chardonnay, vieillissement en cave durant 2,5 à 3 ans), une cuvée très bien dosée, fraîche, alliant finesse et structure, d’une bonne rondeur et au bouquet riche, un Champagne savoureux, très agréable sur un platlégèrement épicé. Excellent brut rosé, pur Pinot Noir issu de parcelles spécialement choisies pour leur typicité de goût et toutes situées sur le vignoble de Verzenay classé en Grand Cru, le tout lui apportant cette franchise en bouche, un Champagne fin et riche à la fois, d’une belle ampleur au palais, avec ces notes complexes de rose et de groseille, idéal sur une tarte aux fruits rouges. Superbe rapport qualité-prix. Pas la moindre hésitation.

Nathalie Arnould

LOMBARD et Cie

Passe dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, et c’est bien mérité. Ici, lors du pressurage des raisins, les premiers jus (la cuvée) et les tailles sont rigoureusement séparés; ces dernières n’entrent pas dans les assemblages, une petite quantité de vin rouge de Champagne est ajoutée auChardonnay pour composer la cuvée. Les Vins profitent d’un vieillissement sur lattes dans leurs cavespendant plus de 3 ans. « Nos Champagnes sélectionnés, m’explique Thierry Lombard, sont issus deraisins provenant des meilleurs terroirs en Grands Crus, le Chardonnay de la Côte des Blancs et lePinot Noir de la Montagne de Reims, avec notamment des Crus de Chouilly et Mesnil-sur-Oger, et lePinot Noir de Verzenay. – La Cuvée Tanagra, un assemblage 70% Chardonnay, 30% Pinot Noir, est un splendide Champagne. Une partie des Vins est élevée en fûts pour apporter de la rondeur et cette touche vanillée. Nous modernisons le look de la bouteille avec un nouvel habillage doré-bronze. Belle couleur jaune ambré, arômes de pomme et de noisette, une jolie finesse qui mêle richesse aromatiqueet persistance, ampleur, densité et distinction à la fois. – Notre Rosé va être présenté dans une bouteille verte. Nous allons changer légèrement les couleurs d’étiquettes pour que le consommateur comprenne bien qu’il s’agit d’un Rosé dans une bouteille foncée, car nous ne voyons plus la couleur du vin, c’est le contenant qui change uniquement. Ce vin à la robe saumonée très pâle, présente un nez délicat dans lequel on retrouve l’élégance du Chardonnay, avec une touche de cerise complexe apportée par les Pinots. Des notes de cassis explosent en bouche. Parfait au cours d’un repas composé de viandeblanche, ou en dessert, sur un gratin de fruits rouges. Lors du pressurage des raisins, les premiers jus (la cuvée) et les tailles sont rigoureusement séparés ; ces dernières n’entrent pas dans lesassemblages. Une petite quantité de vin rouge de Champagne est ajoutée au Chardonnay pour composer la cuvée. Tanagra évolue et sera mise sur le marché au cours du 2e semestre 2012, dans une nouvelle bouteille exclusive. En Rosé 1er cru, nous aurons notre cuvée en bouteilles vertes pour le mois de septembre/octobre avec des codes couleurs de l’habillage modifiés. Il nous reste encore quelquesbouteilles de Premier Cru extra brut 1996, Grand Cru Blanc De Blancs 2004 et en magnumuniquement Premier Cru 1992. Ce dernier est particulièrement séduisant à presque 20 ans il allie fraîcheur et une certaine puissance : un beau gaillard ! » Superbe Champagne Grand Cru Blanc De Blancs Millésime 2004, où l’on retrouve des nuances de poire et d’amande, une cuvée de robe claire, tout en souplesse, de bouche ferme, florale et persistante comme le brut Grand Cru Millésime 2007, derobe or pâle, aux bulles très fines, avec des senteurs citronnées et grillées au nez, dense, trèsaromatique, tout en structure et parfums, très harmonieux, parfait sur du caviar. « Ce Grand Cru 2007 (90% Chardonnay, 10% Pinot Noir), précise Thierry, est une sélection de Grands Crus de Chardonnay, nous avons fait de petits volumes, ce n’est pas un millésime de longue garde. C’est un grandChampagne très typé Chardonnay, très fin, avec une belle vivacité, un équilibre remarquable, des notes d’agrumes, de fruits secs, la bouche est fraîche, soyeuse. La vinification est faite en cuve inox, nous tenons à conserver la fraîcheur et l’effet terroir. » Le 2004 exprime des nuances de citron frais, dense et distingué à la fois, un Champagne qui associe structure et finesse, de bouche intense. Le Champagnebrut rosé Premier Cru, à la robe saumonée très pâle présente un nez délicat dans lequel on retrouve l’élégance et la fraîcheur du Chardonnay, avec une touche de cerise complexe et fondue apportée par les Pinots. Des notes de cassis explosent au palais. Parfait au cours d’un repas composé de viandeblanche, ou un dessert, comme un gratin de fruits rouges. La cuvée Tanagra (en français, au XIXè siècle, un « Tanagra » symbolisait l’élégance), issue d’un assemblage de grands Blancs (70%) et de Pinots noirs, élevée pas moins de 7 ans sur lattes, est un Champagne parfumé, de belle couleur jauneambré, qui sent la pomme reinette et les noisettes, d’une jolie finesse, qui mêle richesse aromatique et persistance en bouche, ample, dense et distingué à la fois. Le brut Référence, parts égales de Pinots noir et meunier (40% chacun) avec 20% de Chardonnay, avec des dominantes d’amande et de tilleul, où s’associent rondeur et distinction, est à la fois fin et charpenté, d’une belle finale, comme le Champagnebrut Premier Cru, assemblage équilibré (50 % de Chardonnay et 50 % Pinot Noir), qui est un vin régulièrement réussi, avec ses notes de fruits (pêche, abricot et noix) et de pain d’épices, corsé et très fruité, de mousse généreuse. À la suite, le brut Grand Cru est ample, très fruité au nez comme en bouche, très fin, subtil et persistant, de très jolie mousse, régulièrement réussi, ce qui n’est pas si courant. Superbe rapport qualité-prix. Pas la moindre hésitation.

Thierry Lombard

1, rue des Cotelles – BP 118
51200 Épernay
Tél. : 03 26 59 57 40
Fax : 03 26 54 16 38
Email : info@champagne-lombard.com
www.champagne-lombard.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Paul BARA

Classé Premier Grand Vin. Très belle maison familiale, qui se transmet de père en fils depuis 6 générations, dont le vignoble est situé exclusivement sur le fameux terroir de Bouzy (Grand Cru 100%), en plein coeur de la célèbre montagne de Reims. Implantée en 1833 à Bouzy, commune dont le nom figurait sur l’inventaire des vins du Château de Versailles, sur un terroir classé Grand Cru 100% de grande renommée, la Maison Bara se transmet de génération en génération, depuis plus de 170 ans, en s’appliquant à respecter les valeurs traditionnelles familiales. Respect de la terre et de son environnement, cuverie thermorégulée… Le tout explique ce superbe Champagne cuvée Comtesse Marie de France 2000, puissant et distingué, de robe jaune or, au nez de pêche et de chèvrefeuille, un vin riche et puissant, qui allie vivacité et rondeur, d’une belle finale, tout en structure (33 €). Le brutSpécial Club 2004, de belle robe jaune à reflets verts, aux notes briochées, est une cuvée puissante et bouquetée, avec cette ampleur en bouche spécifique, fruitée au nez comme en bouche (31 €). Remarquable Champagne brut Grand rosé de Bouzy, composé du brut Réserve associé au Bouzyrouge dans une proportion de 12%, une savoureuse cuvée, qui sent la confiture de fruits et la noix, tout en bouche, délicieux (20,60 €). Savoureux brut Millésime 2004, aux nuances de pamplemousse et de noix, de bouche complexe, un Champagne très harmonieux, fin et riche à la fois, tout en charpente, à déboucher au cours d’un repas (22,50 €). Beau brut Grand Cru, de robe dorée, tout en arômes, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité bien caractéristique, très persistante au nez comme en bouche, aux arômes d’amande et de pêche, un Champagne vraiment très charmeur. Il y a aussi le Spécial Club rosé 2006, belle persistance, bel équilibre aromatique (rose, fraise, amande…), d’une grande fraîcheur, unChampagne corsé mais d’une très grande finesse, de belle robe (41,50 €). Goûtez le Bouzy rouge, riche au nez, avec des connotations subtiles de cerise, d’humuscharnu, bien élevé, aux tanins présents et savoureux à la fois, un vin de belle évolution. Pas la moindre hésitation.

Chantale Bara

PIPER-HEIDSIECK

Le style « Piper » joue sur la fraîcheur, la vivacité, le fruité… Les vins sont souriants, printaniers, les consommateurs se disent agréablement surpris quand ils ne les connaissent pas. Cette vivacité est donnée par les arômes d’agrumes, de fruits à pépins. S’il s’agissait de parfums, la définition serait : Floral-Fruité-frais. Les vins ont à la fois du charme et de la structure, de la précision, ils sonnent juste. La maison travaille avec près de deux cents vignerons, répartis sur l’ensemble de la Champagne. Certains la fournissent depuis plusieurs générations. L’assemblage de la cuvée Brut est réalisé à partir d’une cinquantaine de crus, et cela n’admet aucune fausse note car tout doit converger vers cette sensation de simplicité et de plaisir. La structure est donnée par des Pinots noirs de la Montagne de Reims et de la Côte des Bars. Les Chardonnays de la Côte des Blancs et du Sézannais apportent des nuances florales qui développent une sensation de fraîcheur exceptionnelle. Les Pinots meunier de la Vallée de la Marneet du Massif Saint-Thierry donnent fruité et fraîcheur. Les vins signés Piper-Heidsieck sont lisibles, certes, mais leur harmonie est subtile. En passant de la Cuvée Brut aux cuvées plus complexes comme le Rosé Sauvage, la Cuvée Sublime ou le Rare Millésimé, il est possible d’apprécier les multiples nuances du style. Remarquable Champagne cuvée Sublime demi-sec est à la fois très élégante et intense, un vin suave, où s’entremêlent les fruits, les épices, la vanille et les fleurs fraîches, tout en bouche, d’une belle finale, d’une bonne souplesse et d’un bouquet très aromatique aux nuances de coing et de pain brioché. Le Brut Rare Millésime 2002 est d’une grande amplitude, d’une très grandefinesse et dense, très agréable en bouche par sa richesse aromatique, un Champagne qui fleure le tilleul, la poire, le citron et la noix, de bouche suave. Le Brut Rosé Sauvage est un vin de couleurprofonde, charnu en bouche, bien charpenté, qui sent bon la violette et le cassis, tout en fruit, tout en charme, de bouche fine et florale, l’un des meilleurs de l’appellation, idéal sur du saumon fumé. ExcellentBrut, où dominent des notes de pain grillé, de fruits jaunes et de tilleul, un vin qui allie puissance et distinction, de mousse crémeuse, frais et persistant, complexe et fruité, d’une très jolie finale, avec des connotations de noix et d’abricot sec (30 à 130 € environ). Même maison que Charles Heidsieck. Pas la moindre hésitation.

Présidente : Cécile Bonnefond

12, allée du Vignoble
51100 Reims
Tél. : 03 26 84 43 00
Fax : 03 26 84 43 49
www.piper-heidsieck.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

LEGRAS et HAAS

Passe dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser une politique qualitative alliée à une typicité exemplaire. La famille est à la tête d’un vignoble d’environ 35 ha, dont 15 ha à Chouilly, Grand Cru de la Côte des Blancs où la maison familiale est installée depuis plusieurs générations. Vieilles vignes et sols de craie à bélemnites, et diverses expositions car de nombreuses parcelles. Afin de préserver les vraies valeurs et garantir une réelle personnalité aux cuvées, pressurage,vinification, mise en bouteille et dégorgement sont entièrement réalisés à la propriété. SuperbeChampagne Grand Cru Blanc De Blancs Millésimé 2006, l’une des plus jolies bouteilles de cette catégorie, un très beau Champagne de belle couleur jaune ambré, avec ces reflets verts typiques, aux notes de noisette fraîche, d’une jolie finesse, avec cette ampleur propre au millésime, où s’entremêlent en bouche la pomme, la bruyère et le lis. Le 2005, aux nuances de miel et d’abricot, très fin, de bouche onctueuse, à la robe intense, un vin ferme, tout en fruits, associant rondeur et charpente, de moussefine, crémeuse et persistante. Goûtez toujours le 2002, médaille d’Or au concours mondial, une cuvée harmonieuse, d’une bonne rondeur, avec un bouquet complexe, très aromatique aux nuances de fleursblanches et de citronnelle, de jolie mousse abondante, bien dosée. Le brut Tradition, aux nuances de petits fruits mûrs, légèrement miellé. Il y a aussi le Blanc De Blancs Grand Cru, avec, bien sûr, un seul cépage, le Chardonnay, un seul cru, le Grand Cru Chouilly, base majoritaire vendange 2007, et l’incorporation de Vins de réserve pour lui assurer une continuité dans la qualité, un Champagne qui exhale des senteurs discrètement minérales, frais et équilibré, de bouche légèrement miellée, pleind’élégance, typé, tout en légèreté d’arômes, un vin ample, de bouche pleine. Le Champagne cuvée Exigence (exigence dans le choix des cépages et de leur assemblage, Chouilly Grand Cru deChardonnay et Aÿ Grand Cru de Pinot Noir), au nez floral et minéral, est d’une grande finesse avec en finale un côté acidulé très agréable, une cuvée ample et généreuse où l’on retrouve en bouche des nuances d’agrumes mûrs et de pain brioché, de mousse très élégante. Dans la lignée, le Champagnecuvée Extra-brut, un Blanc De Blancs issu d’une sélection parcellaire des meilleurs lieux-dits, avec undosage proche du brut nature, au parfum d’amande fraîche et d’agrumes (citron, pomme reinette), est très frais, intense et rond, au nez subtil et persistant, un vin qui associe ampleur et distinction, un très beau Champagne, très harmonieux, vraiment très charmeur. Très beau rapport qualité-prix-typicité. Pas la moindre hésitation.

Brigitte Legras-Haas

Pierre PETERS

Classé 1er Grand Vin. Rodolphe, le fils de mon ami François Peters, dirige aujourd’hui avec un égal talent ce vignoble familial de 17,5 ha, idéalement situé dans cette commune renommée pour la qualité de son terroir. Leur Champagne Extra-brut est toujours une cuvée réellement exceptionnelle, unChampagne très typé par son Chardonnay, où l’on retrouve toute la finesse des Grands Crus de Blancsde Blancs de cette commune de Mesnil-sur-Oger, au bouquet très fin, délicatement citronné et épicé, qui exhale des senteurs légères fleuries (rose) et de pêche, de bouche acidulée et élégante, aux saveurs de citron vert et de narcisse, ample, très distingué. Superbe cuvée Spéciale Millésime 2000, bien fruitée, charmeuse et intense, au nez subtil où dominent la pomme et le miel, une réussite, une cuvée tout en charme, de mousse fine et bien tenace, alliant saveur et distinction. La brut cuvée Spéciale Les Chétillons 2005, un Blanc De Blancs Grand Cru, qui exhale des nuances de fleurs blanches et de miel, alliant distinction et rondeur, saveur et persistance, un Vin très séduisant par son élégance et sa persistance. (42,90 €). Leur Champagne cuvée La Perle est un Blanc De Blancs d’une grande valeur sûre, d’où s’exhalent des notes de pain grillé, de fruits jaunes et de tilleul, un Vin qui allie puissance et distinction, de mousse crémeuse, frais et persistant, complexe et fruité, d’une très jolie finale, avec des connotations de noix et d’abricot sec (20,70 €). Beau rosé cuvée Albane, d’un rose lumineux, gourmand, de mousse abondante et fruitée, une cuvée tout en fraîcheur aromatique, avec des notes de fruits frais(fraise, mûre) et de violette, qui allie saveur et distinction. Hésiter serait franchement une erreur.

Rodolphe Peters

26, rue des Lombards
51190 Le Mesnil-sur-Oger
Tél. : 03 26 57 50 32
Fax : 03 26 57 97 71
Email : champagne-peters@wanadoo.fr
www.champagne-peters.comVoir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

* Guide 2013 : le nouveau Classement des vins de Graves réserve des surprises…

Pour les Graves, il existe une variété importante de styles de vins. Cela va des crus réellement (et historiquement) exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac ou Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, d’autres crus atteignant des prix difficilement cautionnables. C’est évidemment le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise.

Un seul exemple au Top : CHEVALIER. À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge, ce qui n’est pas si courant, d’autant plus qu’il est indéniable que les prix sont largement justifiés pour un tel niveau de qualité. Olivier Bernard est mon ami depuis qu’il a repris Chevalier, un Domaine que j’appréciais déjà depuis un bon bout de temps. Il s’est passionné pour ce terroir, regardant, réfléchissant et agissant. Aujourd’hui, il peut être vraiment fier de cette belle entité, où -ce n’est pas si courant- le rouge est aussi grand que le blanc ! En attendant les 2010 et 2009, splendides, la trilogie 2008, 2007 et 2006 est exceptionnelle.

« Notre philosophie s’affine avec le temps, me précise-t-il. Domaine de Chevalier est en recherche perpétuelle, toujours sur le chemin de la perfection. Nous sommes en train de retrouver des valeurs que l’on avait peut-être perdues. Nous vivons plus proche de la nature pour anticiper, travailler, soigner, accompagner le millésime. Le Domaine de Chevalier, c’est 40 ha de vieilles vignes qui participent au Grand Vin (35 de rouges et 5 de blancs). Nous venons de planter une douzaine d’hectares qui entreront dans le grand vin dans 20 ans, nous oeuvrons toujours pour l’avenir. Depuis 25 ans que je m’occupe du Domaine de Chevalier, j’ai procédé étape par étape, le vignoble a été replanté et, aujourd’hui, nous sommes arrivés à une maturité certaine qui s’exprime réellement dans nos Vins. Depuis le début des années 2000, le vignoble est en train de restituer ce qu’on lui a donné et les derniers millésimes sont d’un niveau qualitatif rarement atteint ici. C’est vers une voie axée profondément sur la nature que j’ai décidé de me diriger les dix prochaines années, en privilégiant la diversité. On commence d’ailleurs déjà à le remarquer dans nosVins, avec cette expression aromatique bien différente que celle que l’on connaît habituellement. Le cépage s’efface, est en retrait par rapport à la terre qui s’exprime. Le terroir, c’est bien sûr ce qui a fait la notoriété de Chevalier mais nous devons sublimer la terre. Le mot terroir est presque devenu un mot galvaudé aujourd’hui, il faut plutôt parler de la plante qui va puiser sur plusieurs mètres en profondeur des richesses incroyables et apporter une expression absolument unique. Un grand vin, c’est la somme de tout cela : si l’on a bien respecté la terre, si l’on a fait des choix naturels, à commencer par le respect total du fruit, on le retrouve dans la bouteille. On pourrait comparer le terroir à un orchestre avec des centaines de musiciens : si on sait bien le mener, il donne des résultats époustouflants, à savoir une grande diversité et de la complexité dans les Vins. Si cette diversité de terres est bien respectée, elle va sublimer les différences. Je combats l’uniformité, souvent apportée par l’homme, tandis que la diversité est l’expression par la terre. L’observation est l’une des clés de la révélation de la terre. Mon éthique, c’est que l’homme s’efface pour que la terre puisse exprimer cette diversité. Il faut être très impliqué pour vraiment ressentir la nature et lui donner le « premier rôle ». J’insuffle cette façon d’être à l’écoute de lanature, des vignes, et mon équipe est très concernée, le moindre détail compte, nous travaillons avec beaucoup de bon sens. Je suis très vigilant, le passé nous apporte le recul nécessaire mais nous y ajoutons les connaissances nouvelles. En 2011, nous avons connu des conditions climatiques particulières avec un printemps chaud et sec, un été frais et ensuite, heureusement, un très bel automne. Le 2011 est une année de vigneron, nous avons bien observé la nature, sa réaction aux conditions climatiques afin de prendre les bonnes décisions au bon moment. Il a vraiment fallu s’adapter à la vigne mais c’est notre métier après tout ! Nous avons un outil de travail exceptionnel à Chevalier avec une table à tri optique, ce qui nous permet de travailler en « haute définition ». Ce 2011 est un joli vin qui me fait penser aux 2001 et 2006, des Vins assez classiques, très beaux. Il promet des Vins élégants,souples avec de belles couleurs intenses, au fruité très agréable et de jolis tanins. Il a bénéficié de la même vinification avec un grand respect du fruit avant tout. J’ai laissé la matière s’exprimer sans vouloir copier un autre millésime, il ne fallait pas faire cette erreur. Cela donne un vin très agréable, très réussi, d’une grande élégance, qui présente une belle complexité. Le blanc 2011 est particulièrement réussi. La petite exploitation Château Lespault Martillac, reprise en 2009 et qui se situe à côté de La Solitude, confirme bien son terroir d’exception. Les Vins sont délicieux dans les trois millésimes 2009, 2010 et 2011, en blanc comme en rouge. Nous avons une forte proportion de Merlot (2/3), ce qui apporte cette touche veloutée, le vin est souple, charmeur, très complémentaire de Domaine de Chevalier. Et puis, au Domaine de la Solitude (voir ce cru), nous ouvrons au printemps, dans les très beaux corps de bâtiments en pierre apparente, une table d’hôtes « Le déjeuner du maître de chais », tous les vendredis midi (Tél. 05 56 72 74 74) avec une formule à 39 € Vins et café compris ! »

Un très grand Pessac-Léognan rouge 2010, l’une des plus belles réussites de toute la région dans ce millésime, à la fois intense, puissant et très velouté, ample et riche au nez comme en bouche, aux arômes envoûtants de mûre fraîche et de champignons, de lente évolution. Superbe 2009, volumineux, d’une belle matière en bouche, aux notes de cuir et de cassis, qui allie distinction et richesse, un grand vin très savoureux, puissant, gourmand, encore fermé, naturellement. « Domaine de Chevalier 2009 est plutôt féminin, me dit Olivier Bernard, souple, facile d’accès, plus charmeur cela se constate avec les rouges comme avec les blancs. Domaine de Chevalier 2010 est plutôt masculin avec des tanins plus puissants que 2009, de l’acidité, une belle fraîcheur. Le 2009 est un millésime plus solaire comme 2000 ou 2005, alors que 2010 est plus classique. Je suis très heureux de cette vraie réussite à Chevalier : ce 2010 est un vin d’un beau classicisme sans tomber dans l’austérité. Il faut rappeler qu’en 2010, nous avons profité d’une arrière saison très chaude, ce qui permis une parfaite maturité des raisins. Nous avons vendangé jusqu’au 28 octobre ! En plus, la maturité a été très longue et c’est sans doute le secret de la réussite de ce millésime à Bordeaux. La fleur a été précoce, le cycle s’est déroulé à son rythme jusqu’à ce très bel été indien. Cela donne un Domaine de Chevalier rouge 2010 exceptionnel avec des tanins d’une rare élégance. On retrouve des arômes typiques de Chevalier, des notes balsamiques, de sous-bois, un fruité intense (cassis, groseille), une très grande fraîcheur, une très grande élégance, un vin très puissant aux indices tanniques étonnants. Le 2010 est un millésime de très grande garde, le 2009 sera agréable à déguster avant. » Exceptionnel 2008, de couleur pourpre profond, qui développe un nez intense et complexe dominé par les fruitsrouges cuits, un beau vin de belle matière, très équilibré, avec des tanins riches et savoureux à la fois, encore fermé, naturellement, de garde. Le 2007, de très belle robe, développe au nez des senteurs délicates de petits fruits rouges mûrs et d’humus, est de bouche charnue, un vin délicat et généreux, bien épicé. Le 2006 est dans la lignée, possédant sa propre spécificité, bien sûr, très élégant, soyeux, d’une diversité et complexité d’arômes intenses, dominées par la griotte et la framboise mûre, un vin où le terroir s’exprime parfaitement aussi avec cette pointe balsamique très réussie, d’une belle longueur en finale. Exceptionnel 2005, séducteur, puissant, ample, avec des tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre et de cannelle au nezcharnu comme on les aime, avec beaucoup de structure, tout en bouche, marqué par les fruits compotés légèrement épicés (griotte, cassis…) et de réglisse, d’évolution lente. Le 2004, d’un rouge très foncé, puissant, d’une grande complexité, aux tanins trèssoyeux, est un vin où tout est merveilleusement fondu, dont l’équilibre est vraiment parfait, extrêmement typé Graves Pessac-Léognan avec des notes de fumé, des senteurs très complexes. Remarquable 2003, typé Cabernet-Sauvignon, très doux car les Cabernets étaient très mûrs, aux senteurs persistantes et subtiles de petits fruits rouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins amples, un vin tout en distinction, d’excellente évolution.

Superbe Pessac-Léognan blanc 2010, aux senteurs de lis et d’agrumes mûrs, vraiment charmeur, de bouche ample et finement parfumée, un vin complexe, très prometteur. Le 2009 mêle finesse et structure, une belle rondeur et un bouquet aux connotations de narcisse, de musc et de pamplemousse, d’une richesse aromatique et persistance, de bouche riche, longue, ample. Le 2008 est très racé, marqué par le Sauvignon et son terroir qui lui transmet des notes minérales, tout en finesse aromatique, associant nervosité et gras, au nez envoûtant et persistant, dominé par des notes de petites fleurs blanches et de poire. Le 2007 est formidable, vraiment exceptionnel avec une attaque puissante, le Sauvignon (85%) explose en bouche, le vin est très volumineux, complexe, ample et soutenu par une fraîcheur exceptionnelle, avec une longueur très puissante, certainement l’un des plus beaux Vins blancs de toute la région. Le 2006, une très belle réussite, est riche et distingué, aux nuances de pamplemousse et d’amande grillée, alliant finesse et persistance, un vin gras et nerveux à la fois, dense et complexe au nez comme en bouche, d’une grande ampleur, suave. Le 2005 est d’un bel or pâle brillant, très équilibré, d’une fraîcheur persistante, un vin classique qui développe un nez puissant d’agrumes mûrs, au boisé bien fondu, dominé par une puissance aromatique tenace, de bouche intense où l’on retrouve l’acacia et les agrumes. Le 2004 est splendide, au nez subtil (acacia, noisette), tout en distinction et persistance en bouche, avec cette fraîcheur caractéristique, un millésime parfait, d’un bel équilibre, les Vins blancs n’aimant pas les millésimes trop chauds. Pas la moindre hésitation.

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en bleu)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
HAUT-BRION (PL) (b)
LA MISSION HAUT-BRION (PL)

HAUT-BAILLY (PL)
MALARTIC-LAGRAVIÈRE (PL) (b)

GRAND BOS
GRANDMAISON (PL)
RAHOUL
ROSE SARRON

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CHEVALIER (PL) (b)

CHANTEGRIVE (b)
SOLITUDE (PL)
LE TUQUET (b)

BARET (PL)
LUCHEY-HALDE (PL)
DE MAUVES (b)
SEGUIN (PL)
TOULOUZE (Graves de Vayres)



DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
D’ARDENNES*
HAUT-CALENS*
HAUT-LAGRANGE (PL)
HAUT-PLANTADE (PL)
LAFARGUE (PL)
SAINT-AGRÈVES*
(SMITH-HAUT-LAFITTE (PL) (b)*)

FAYAU
(FIEUZAL (PL))
GAZIN-ROCQUENCOURT (PL)
MIREBEAU (PL)
LA MOURASSE
LE PAPE (PL)*
PICQUE-CAILLOU (PL)*

CALLAC
PEYREBLANQUES
ROUGEMONT

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
D’ARRICAUD*
BRONDELLE (b)*
BROWN (PL) (b)*
Clos BELLEVUE
FOUGÈRES (b)
GRAND ABORD
GRAVIÈRES
LATOUR-MARTILLAC (PL) (b)*
SAINT-ROBERT

CAILLIVET*
(CARBONNIEUX (PL))
HAUT-REYS

BICHON-CASSIGNOLS
BLANCHERIE
CAILLOUX DE VALGUY

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
ARGUIN
(CABANNIEUX)
MAGNEAU (b)

(BEAUREGARD-DUCASSE)
(CAZEBONNE)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CALENS
(HAUT-SELVE)
(NAVARRO)
SANSARIC
TOUR BICHEAU*

LE BOURDILLOT
LES CLAUZOTS*
(GAILLAT)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
 
Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD