– LE NOUVEAU CLASSEMENT DES MEILLEURS VINS DU RHÔNE

En-dehors des appellations les plus prestigieuses, les meilleurs vins, dans de nombreuses appellations (Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages…), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent aussi conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Hermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.
Les millésimes       

Les grands : 2010, 2009, 2008, 2005, 2004, 2003 et 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1989, 1988, 1985, 1983, 1978, 1970, 1967 et 1961.

Les bons : 2013, 2012, 2011, 2007, 2006, 1999, 1997, 1994, 1990, 1986, 1982, 1981.

Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

 

ccédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
FORTIA (BI)
MONT-REDON (BI)

LES 3 CELLIER
BANNERET
BRUSQUIÈRE
LOU FREJAU
MATHIEU (BI)
La MEREUILLE
CLOS SAINT-PIERRE
SERGUIER
TOUR SAINT-MICHEL

ARNESQUE
GALET DES PAPES
NALYS

JULIETTE AVRIL
BOIS DE BOURSAN
FONTAVIN

GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

ARNOUX (Va)
CHAMP-LONG (Ve)

DEURRE (Vi)
GARRIGUE (VA)
PESQUIÉ (Ve)

Pierre AMADIEU
CAMARETTE (Ve)
ENCHANTEURS (Ve)
PUY MARQUIS (VE)
SAINT-VINCENT (Vi)
SYLLA (VE)
TARA (Ve)
LE VAN (VE)

HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL COST.NÎMES
LEVET (CR)
DREVON (CR)

JABOULET
JONCIER (L)

CARABINIERS
COSTE du PUY (L)
DAUVERGNE-RANVIER
DUCLAUX (CR)
MOURGUES DU CRES (Cn)
OR ET DE GUEULES (Cn)
TROIS COLOMBES LES RAMEAUX (Cn)
VALCOMBE (Cn)

SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
GILLES FLACHER (SG)
MONTINE (GA)
POULET (Die)
PUY DES ARTS (Lu)

CANORGUE (Lu)
CHENE (SJ)
GUY FARGE (SJ)
JAQUES FAURE (Die)
FONTVERT (Lu)

COULET (CO)

BIZARD (GA)

COTES-DU-RHONE
DIVERS

REDORTIER

ALARY (BI)
AMAUVE
BEAUVALCINTE
CROIX BLANCHE
GAYÈRE
LAURIBERT
MAGALANNE
MOULIN POURPRÉ
SAINT-ESTÈVE
VALERIANE

AURE
BEAUCHENE
COCCINELLES
CLAVEL
FAUCON DORÉ
GALUVAL
PASQUIER

ROLIÈRE
TAVERNEL
TERRE d’HACHENE

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
CHANTE PERDRIX
(CÔTE DE L’ANGE)
JAS DES PAPES
GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

CLOS des CAZAUX (Va)
MAVETTE
MOULIN (Vi)
PÉQUELETTE (Vi)
ST-FR.-XAVIER
VARENNE (VE)
HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL COST.NÎMES
AUR. CHATAIGNIER (SJ)
COUDOULIS (L)
GAILLARD (CR)
ROCALIERE (L)
SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
MOUTON (Co)
NIÉRO (Co)

(Baron d’ESCALIN (GA))
MONGE GRANON (Die)
MYCIN (SJ)
Benoît ROSEAU (SJ)

COTES-DU-RHONE
DIVERS

CASSAGNOLES*
FAVARDS
VERQUIÈRE*

CABASSE
(CAVE VISAN)

AMOUREUSES
BRESSADES
GUINTRANDRY

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CHATEAUNEUF-DU-PAPE
CABOTTE

(VAUDIEU*)

GIGONDAS
VACQUEYRAS
COTES-DU-VENTOUX

(CAVE DE GIGONDAS)
HERMITAGE
CÔTE-RÔTIE
LIRAC/TAVEL COST.NÎMES
VIGNERONS de TAVEL (T)
SAINT-JOSEPH
CORNAS/CONDRIEU
COTES-DU-LUBERON
GRAND-CALLAMAND (Lu)
André PERRET (SJ)
COTES-DU-RHONE
DIVERS

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

* LES VINS PARFAITS SUR LES FROMAGES !

La France compte beaucoup de fromages de différentes sortes. Le plateau de fromage fait donc partie des rituels de la table, pourtant beaucoup d’idées reçues s’effondrent à la dégustation. L’alliance des vins et des fromages en est l’exemple le plus frappant. Dans tous les cas : éviter les vins rouges puissants et tanniques sur les fromages, ces vins rouges font ressortir de l’amertume. Facilitez vous le choix en présentant des fromages de la même famille ; pâtes fraîches, pâtes molles à croûte fleurie, pâtes molles à croûtes lavées ou encore pâtes pressées cuites ou non cuites et pâtes persillées. Le choix du vin sera alors plus simple.

Quel vin avec les fromages à pâtes fraîches : faisselle, broccio Corse, crémets d’Anjou…

On les connaît plus sous le nom de fromages blancs. Ce sont des fromages qui ont peu de personnalité et qui sont acides. Ils accompagnent souvent des plats salés ou sucrés. Sur le salé, servez un vin blanc simple, avec de la vivacité et sur le fruit comme des vins du Val de Loire tel que Reuilly, Quincy et si l’accompagnement est sucré, servez plutôt un vin blanc moelleux sur des notes de coings, fruits exotiques, miel comme un Montlouis ou un Côtes-de-Bergerac.

Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croute fleurie : Chaource, Brie, Camembert…

Avec ce type de fromages onctueux et crémeux révélant des notes lactées voire légèrement champignonnées au gout en bouche de notes de beurres et de noisette fraîche. Sur un camembert, privilégiez un cidre brut mais si vous voulez vraiment servir un vin, alors choisissez un vin rouge peu tannique, léger et souple, voire gouleyant : un Beaujolais, un Gamay de la Loire ou bien un Bouzy. Avec le Chaource, fromage onctueux, préférez un Champagne brut, un Crémant ou un rosé des Riceys qui apporteront fraîcheur à l’accord.

Quel vin avec les fromages à pâtes molles à croûtes lavées : époisses, Munster, maroilles, Pont l’évêque…

Ce sont des fromages très odorants. Facilement reconnaissables à l’humidité de leur croûte et à leur couleur orangée. Leur pâte est d’une couleur beige claire. Leur odeur rappelle la ferme mais le goût est totalement différent. Sur ce type de fromage, on favorisera des vins blancs typés et aromatiques dotés d’une belle vivacité comme un Gewürztraminer, un Châteauneuf-du-Pape blanc ou un vin d’Arbois qui équilibreront la force du fromage, dont la puissance aromatique répondra aux arômes du vin. Pensez aussi aux bières de caractère et pourquoi pas à une eau-de-vie de type marc de Bourgogne.

Quel vin aves les fromages à pâtes pressées non cuites : Cantal, Saint-nectaire, Tome de Savoie…

Les fromages à pâtes pressées non cuites sont souples et moelleux. Les seuls qui peuvent véritablement s’accorder avec les vins rouges charnus et épicés : Côtes-du-Rhône Villages, Gaillac, Fronton, ou encore des rouges de Provence. A essayer les vins blancs ronds et expressifs qui donneront un accord très délicat révélant le caractère fruité du fromage. Ils apporteront légèreté à l’ensemble vin-fromage. Pour un accord parfait, faites attention à l’affinage du fromage, plus il est affiné, plus le vin devra être évolué c’est à dire de quelques années.

 

 


Quel vin avec les fromages à pâtes pressées cuites : Emmental, Gruyère, Comté…

Tous issus du lait de vache, Ils font partie de la famille des « gruyères ». Ce sont des fromages excellents et fins qui développent des notes fruitées et de noisette. Ces fromages se marient très bien avec des vins blancs gras à la finale sur des notes beurrées, légèrement boisées et même de fruits secs. Les grands vins blancs de Bourgogne tels que Meursault, Corton Charlemagne répondent bien à ces critères. Un vin jaune du Jura donnera un accord intéressant avec un vieux Comté. L’élevage sous voile c’est à dire en contact avec l’oxygène apporte des arômes complexes qui va sublimer les notes de fruits secs du fromage.

Quel vin avec les fromages à pâtes persillées : Bleu des Causses, Fourme d’Ambert, Roquefort … 

La dégustation d’un vin de Sauternes sur des fromages bleus est magique, le vin sort toujours flatté du mariage, épuré par cette alliance entre deux moisissures nobles. Mais le Sauternes n’est pas unique sur la planète des liquoreux. Loupiac, Sainte Croix-du-Mont, Monbazillac s’accordent avec le Roquefort ou la Fourme d’Ambert. Les vins doux de Jurançon sont parfaits sur un bleu de Bresse ou d’Auvergne ; le Quart de Chaume ou le Bonnezeaux se marient avec toute la gamme des fromages persillés. Un grand fromage bleu trouvera son allié dans un Maury ou un Banyuls âgés d’une dizaine d’années. Ces vins mutés très sucrés résistent à la fois au sel et aux arômes puissants du fromage ; les vins gagnent en finesse et la sensation de chaleur en bouche est estompée. Un Muscat de Lunel ou encore un Muscat de Beaume de Venise avec un Roquefort jeune est aussi envisageable. Quant aux vins rouges, oublions-les : ils ne sauraient résister devant la force du pénicilium.

Quel vin avec les fromages de chèvre

Les fromages de chèvres sont légion : du plus frais au plus affiné, du simple broccio au plus sec des fromages Corses. Préférez les vins blancs plutôt que les rouges car les arômes des vins rouges sont masqués. N’oubliez pas de choisir le vin en fonction du degré d’affinage du fromage qui peut être très crémeux ou bien sec.
Avec le fromage de chèvre frais, on choisira des vins blancs vifs et fruités comme un Quincy, un coteau–du-Giennois, un Sauvignon blanc de Touraine ou encore un Mâcon. L’accord mets vins doit être tonique et la bouche rester fraîche.
Lorsque le fromage est affiné sec, l’idéal est un vin doux, assez léger et plein d’agrément comme un Muscat de Saint-Jean-de-Minervois ou un Vouvray demi-sec dont le cépage chenin blanc apporte fraîcheur. 

– QUELS VINS SUR VOS VIANDES ?

La manière de présenter et préparer la viande va influencer la texture du tissu animal, l’odeur, la couleur et la teneur en graisse. Les types et le degré de cuisson de même que la nature de la coupe, fine ou épaisse vont également générer une palette de sensations tactiles, thermiques et aromatiques. Ces critères de préparation sont déterminants dans le choix des vins. Ce choix devra aussi tenir compte des sauces d’accompagnement : un vin charpenté ou un vin fin fruité n’accompagnera pas une même sauce (épicée ou légère et acidulée).


Quel vin avec la viande de bœuf 

Les viandes juteuses nécessitent des vins rouges fruités aux tanins assez puissants comme de jeunes Médocs. Les viandes cuites longuement appellent des vins un peu plus vieux et patinés, c’est à dire avec des tanins soyeux en bouche comme certains Hermitage ou un Châteauneuf-du-Pape . Plus le morceau de viande est épais et plus le fait de devoir mâcher longtemps appelle un vin de bonne structure tannique tel que des appellations comme Corton ou Pommard en Bourgogne.

Sur un tartare de boeuf, servez des vins rouges de texture souples et fruité tels qu’un Côtes du Vivarais, un Saint Nicolas de Bourgueil ou un vin d’Anjou village Brissac.

Sur de la viande grillée, préférez des vins rouges à la structure dense et veloutée comme des Beaujolais Village, un Crozes-Hermitage et encore un Chinon.

Sur un rôti, privilégié les vins rouges charnus et épicés comme des vins de Bordeaux : Pauillac, Fronsac ou encore des vins de la vallée du Rhône tel un Saint-Joseph.

Sur des plats mijotés comme un bœuf Bourguignon, présentez des vins séduisants aux tanins fondus comme un Mercurey, un Fitou ou encore un vin de Saint-Emilion. 

Dans le choix du vin, tenez compte de l’accompagnement et en particulier de la sauce qui apporte plus ou moins d’onctuosité ou de force au plat. Les sauces d’aujourd’hui ne doivent ni masquer, ni dominer le produit, elles doivent le sublimer en étant un révélateur : légèreté et subtilité du mariage des ingrédients avec le met principal.

Quel vin avec le veau 

Le veau a une chair plus fondante en bouche que le bœuf. Pour s’accorder sur cette viande, le vin s’il est blanc devra être gras, rond et riche comme un Fixin, un Graves ou encore un Viognier de la vallée du Rhône. N’hésitez pas à présentez des vins rosés puissants et aromatiques tels que le Tavel ou un Cabernet D’Anjou. Si vous optez pour des vins rouges, ils devront être légers, aromatiques et fins mais pas tanniques ! Des vins tels que le Pinot noir d’Alsace, un Moulis-en-Médoc ou bien des vins rouges de Provence sur des appellations comme un Coteaux-Varois-en-Provence ou un Côtes-de-Provence sont les bienvenus. Essayer une blanquette de veau avec un Alsace Pinot gris. Accompagner des escalopes de veau panées avec un vin de la vallée du Rhône méridionale comme un Lirac.

Quel vin avec le porc 

La viande de porc se prête à de multiples préparations en passant par la charcuterie jusqu’au plats cuisinés les plus savoureux. Elle épouse sauces et garnitures et s’en imprègne ! Le porc n’est pas difficile, tous les types de vins iront avec et même certains blancs. Servez un Savennières blanc ou un Bourgogne Aligoté qui sont des vins légers et fruités sur des filets mignons à la crème. Sur des côtes de porc grillées, proposez des vins rouges simples du type Bordeaux supérieur sur des tanins charnus pour balancer la sécheresse de la viande. Avec un rôti de porc froid, optez pour des vins fruités et tendres comme les vins du Beaujolais tels que Fleurie, Chiroubles ou encore Saint-Amour. Pour marier un vin avec un petit salé aux lentilles dont le salé et le goût des lentilles sont assez fort, il conviendra d’accorder des vins suffisamment riches avec une certaine matière tels que Bourgueil ou bien Morgon.

Quel vin avec le lapin

La viande de lapin a plutôt une chair fade mais tendre. Le lapin se prête à de nombreuses préparations comme les pâtés, les grillades ou encore des recettes accompagnées de sauce. On privilégiera des vins rouges assez ronds et veloutés pour balancer la fadeur du lapin, la sauce jouera aussi un grand rôle dans l’accord mets-vins. Le choix des vins est large, Bourgogne, Val de Loire, Sud-Ouest ou Provence. Sur un lapin au pruneau, optez pour un vin rouge suffisamment évolué et puissant pour accompagner les pruneaux à la saveur prononcée comme un Côte du Roussillon ou un vin des Baux de Provence. Sur un lapin à la moutarde, servez des vins rouges comme un Bourgueil ou encore un Montagny, vins fruités et friands qui équilibreront la note acidulée de la moutarde tout en dévoilant leur fruité.

* EN CHAMPAGNE, LES TERROIRS EXPLIQUENT LE NOUVEAU CLASSEMENT DES MEILLEURS

 


Le vignoble

Le vignoble champenois (32 000 ha) comporte quatre zones : la montagne de Reims, la vallée de la Marne, la Côte des blancs et les vignobles de l’Aube. Les trois premières, correspondant aux arrondissements de Reims et d’Épernay, au cœur même de la région champenoise, en forment la partie essentielle, celle où se situent les crus les plus réputés. Les vignes y serpentent à flanc de coteau en un long ruban de 120 km, sur une largeur de 300 m à 2 km.

– La montagne de Reims fait partie de la falaise de l’Île-de-France. Elle constitue le versant méridional de la vallée de la Vesle, et s’étend jusqu’à la vallée de la Marne qu’elle surplombe à hauteur d’Épernay. C’est un vaste plateau, à faible relief, d’une longueur variant de 20 à 25 km et d’une largeur variant de 6 à 10 km. Parmi ses meilleurs crus on peut citer Ambonnay, Beaumont-sur-Vesle, Bouzy, Louvois, Mailly-Champagne, Sillery, Verzenais et Verzy.

– Dans la vallée de la Marne les vignobles sont établis principalement entre Tours-sur-Marne et Dormans, et se prolongent jusqu’à Château-Thierry et au-delà, c’est-à-dire jusque dans l’Aisne. On y trouve des crus renommés tels que Ay et Mareuil-sur-Ay.

– La Côte des Blancs, ou côte d’Avize, ainsi appelée parce qu’elle produit presque exclusivement des raisins blancs, est orientée face à l’est. C’est une seconde falaise perpendiculaire à la montagne de Reims, moins élevée, qui, au sud d’Épernay et de la Marne, s’étend sur environ 20 km nord-sud. Les meilleurs crus en sont Avize, Cramant, Oger et Le-Mesnil-sur-Oger. Elle se prolonge par la Côte de Vertus, la région de Congy et la Côte de Sézanne.

– Séparé de l’ensemble marnais par la plaine de Champagne, le vignoble de l’Aube est établi dans la région de Bar-sur-Seine et de Bar-sur-Aube.


Le climat champenois

Hivers assez doux, printemps incertains, étés chauds, automnes relativement beaux. Cependant une influence septentrionale et continentale s’exerce déjà, dont l’âpreté et la rigueur sont adoucies par celles des effluves maritimes provenant de la Normandie, de la Picardie et de l’Île-de-France voisines. La température moyenne annuelle est de 10 °C. Les forêts et les bois qui couvrent les plateaux environnants entretiennent une certaine humidité et tendent à stabiliser les températures. C’est un rôle modérateur essentiel car la vigne doit sa vigueur à cette humidité constante. Le vignoble est planté à une altitude qui varie entre 130 et 180 mètres, ce qui la préserve dans une certaine mesure des gelées de printemps associées aux brumes matinales qui s’attardent dans les vallées.

Le sol

Le vignoble champenois est établi sur le calcaire. Les grands crus reposent, en général à mi-coteau, sur une mince couche d’éboulis provenant des pentes tertiaires, où affleure la craie du crétacé supérieur avec ses fossiles caractéristiques (bélemnites), en un bloc atteignant 200 m d’épaisseur et parfois davantage. Cette assise est recouverte par une couche de terre meuble et fertile, d’une épaisseur variant entre 20 et 50 cm. La craie en sous-sol assure un drainage parfait permettant l’infiltration des eaux en excès, tout en conservant au sol une humidité suffisante. De plus, elle a la faculté d’emmagasiner et de restituer la chaleur solaire, jouant ainsi un rôle régulateur extrêmement bénéfique à la maturité, complémentaire de l’action stabilisatrice des bois et forêts déjà notée. C’est enfin à la craie, avant tout, que les vins de Champagne doivent leur finesse et leur légèreté. Sur les coteaux orientés au midi ou au sud-est qui l’abritent de leurs épaulements, la vigne prospère, protégée des vents du nord, généreusement offerte au soleil. La lumière, d’une exceptionnelle intensité, est réverbérée par cette terre claire qui réfléchit la chaleur du soleil : les grappes mûrissent entre les rayons et leurs reflets.

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
KRUG (Grande Cuvée) (r)

DEUTZ (William Deutz)
DEVAUX (D) (r)
CHARLES HEIDSIECK (Millénaire) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)

ELLNER (Réserve) (r)
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal)
DE SOUSA (Caudalies)
DE TELMONT (O.R.1735)

Pierre ARNOULD (Aurore)
PAUL BARA (Réserve) (r)
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs)
LOMBARD (Grand Cru) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)
DE VENOGE (Princes)
VEUVE CLIQUOT (Grand Dame)

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
De CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d’Émotion)
COLLET (Esprit Couture)*
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
Etienne OUDART (Référence)
Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
RALLE (Réserve)*
René RUTAT (Millésimé)
SIMART-MOREAU (Grande Réserve)
Maurice VESSELLE (Millésimé)*

BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)*
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
Guy CADEL (Grande Réserve) (r)
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
Jacques DEFRANCE (Millésime)
Philippe DUMONT (Prestige)
GATINOIS (Grand Cru)*
Pierre GOBILLARD (Prestige)*
Laurent LEQUART (Prestige)*
MORIZE (Sélection) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Prestige)
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*

ASPASIE (Brut de Fût)*
AUTRÉAU-LASNOT (Prestige)
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)
BONNET-GILMERT (Millésimé)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
GREMILLET (Evidence)*
HAMM (Signature) (r)
HUOT (Carte Noire)
MALETREZ (Premier Cru)*
Rémy MASSIN (Prestige)*
VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)*

BARDOUX (Millésimé)*
GOUTORBE (Spécial Club)
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*

Christian BRIARD (Ambre)*
Lionel CARREAU (Préembulles)*
J.CHARPENTIER (Pierre-Henri)
DOUSSOT (Grande Cuvée)
François BROSSOLETTE (Millésime)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)
André TIXIER et Fils (Millésime)*
VIGNON Père et Fils (Marquises)

BRION-BOIZARD (Brut)
R. DUMONT et Fils
FLEURY (Fleur de l’Europe)
MOREL Père et Fils (Cuvé Gabriel)*
HUGUENOT-TASSIN (Réserve)*
LENOBLE (Grand Cru)
ROGGE-CERESER (Excellence)*
ROLLIN (Grande Réserve)*

QUATRESOLS-GAUTHIER (Blanc de noirs)*
BAILLETTE-PRUDHOMME (Millésime)*
BOUCHÉ (Millésimé)*
Guy CHARBAUT (Millésimé)*
Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
HENIN-DELOUVIN (Grand Cru)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
Claude RIGOLLOT (Millésimé)*

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve)
BOIZEL (Grand Vintage)
Edouard BRUN (Élégante)
Gaston CHIQUET (Blanc de Blancs) (r)*
DELAUNOIS (Sublime)*
DRAPPIER (Grande Sendrée)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
GIMONNET Pierre (Fleuron)
Bernard LONCLAS (Prestige)
Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
Pierre MIGNON (Madame)*
MUMM (R. Lalou)*
PERSEVAL-FARGE (Millésimé)
Michel TURGY (Blanc de blancs)
VINCENT D’ASTRÉE (Millésimée)*

BARDY-CHAUFFERT (Réserve)
BRIGITTE BARONI
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)*
COUTIER (Henri III)
Nathalie FALMET (Nature)*
Michel LABBÉ (Prestige)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
LECLERC-BRIANT (Les Crayères)*
Xavier LECONTE (Vent des Anges)*
MARGAINE (Spécial Club)*
MÉDOT (Blanc de blancs)
Albert de MILLY
Yvon MOUSSY (Prestige)*
PETITJEAN-PIENNE (Millésimé)*
RENAUDIN (Réserve)*
André ROBERT (Mesnil)*
JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
J.M TISSIER (Apollon)*
VERRIER (Raymond Verrier)

DANGIN (Prestige)*
DUMENIL (Prestige)*
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)
GRASSET-STERN (Millésimé)*

BLONDEL (Blanc de blancs)*
COLIN (Grand Cru)*
Alexandre PENET (Nature)*
A. ROBERT (Sablon)*
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)*

BOREL LUCAS (Séléction)*
CHASSENAY d’ARCE (Premier)*
GALLIMARD (Quintessence)
ERIC LEGRAND
Nicolas MAILLARD (Platine)
MOUZON LEROUX (Prestige)*
PRIEUR (Millésimé)

Claude BARON (Topaze)*
BERTEMES (Extra)
Daniel CAILLEZ (Héritage)
PENET-CHARDONNET (Extra Réserve)*
Franck DEBUT (Tradition)
SADI-MALOT (Cuvée SM)*

Philippe GONET (Extra)
Hubert PAULET (Risléus)*
ROBERT-ALLAIT (Prestige)
ROYER (Grande Réserve)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(LAMBLOT (Premier Cru))
(PANNIER (Réserve)*)
Prestige des SACRES (Privilège)*
(Gaston RÉVOLTE (3e Millésnaire)*)

(FENEUIL-POINTILLART (Premier Cru))
(Nicolas FEUILLATTE (Grand Cru)*)
(GARDET (Prestige))
Robert JACOB (Collection Privée)*
(VOLLEREAUX (Marguerite)*)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BLIARD-MORISET (Réserve)*
BONNAIRE (Millésimé)*
Vincent COUCHE (Perle Nacre)*
FOISSY JOLY (Grande Cuvée)
(Michel GENET (Grand Cru))
VEUVE LANAUD (Prétrosses)*
LOUIS de SACY (Inédité)
NAPOLEON (Blanc de blancs)
PIERRARD (Blanc de blancs)
(SENDRON-DESTOUCHES (Millésimé)*)
TISSIER et Fils (Saveur de Juliette)*

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

– LES VIGNERONS DU RHÔNE QUI ONT DU TALENT

Petits rendements, terroirs exceptionnels, cépages spécifiques… On ne peut que s’enthousiasmer pour ces grands vins charnus et typés (Châteauneuf-du-Pape, Côte-Rôtie…) qui se partagent ces territoires exceptionnels avec d’autres appellations savoureuses (Visan, Beaumes-de-Venise, Vacqueyras…) bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, chaque appellation ayant sa propre hiérarchie. Un plaisir pur, donc.

Les millésimes       

Les grands : 2010, 2009, 2008, 2005, 2004, 2003 et 2001, 2000, 1998, 1996, 1995, 1989, 1988, 1985, 1983, 1978, 1970, 1967 et 1961.

Les bons : 2013, 2012, 2011, 2007, 2006, 1999, 1997, 1994, 1990, 1986, 1982, 1981.

Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

Classement Vallée du Rhône 

Tout savoir sur le vignoble

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires du Guide Dussert-Gerber des Vins 2015

Domaine Les 3 CELLIER
Domaine ALARY
Pierre AMADIEU
Domaine de L’AMAUVE
Domaine de L’ARNESQUE
ARNOUX & Fils
Domaine de L’AURE
Domaine Juliette AVRIL
Domaine BANNERET
Château BEAUCHENE
Domaine BEAUVALCINTE
Château BIZARD
Clos des BRUSQUIÈRES
Domaine de La CAMARETTE
Château La CANORGUE
CLOS des CAZAUX
Domaine de CHAMP-LONG
Domaine CLAVEL
Château des COCCINELLES
DAUVERGNE-RANVIER
Domaine de DEURRE
Domaine Benjamin et David DUCLAUX
Domaine des ENCHANTEURS
Guy FARGE
Domaine Jacques FAURE
Domaine FLACHER
Château FONTVERT
Château FORTIA
Domaine du GALET des PAPES
Domaine de GALUVAL
Domaine de La GAYÈRE
Domaine JABOULET Philippe & Vincent
Domaine des LAURIBERT
Vignobles LEVET
Domaine LOU FREJAU
Domaine de MAGALANNE
Domaine MARTIN
Domaine MATHIEU
Domaine La MEREUILLE
Château MONT-REDON
Domaine de MONTINE
Domaine du MOULIN
Domaine MOULIN du POURPRÉ
Château MOURGUES du GRES
Domaine de NALYS
Château d’OR et de GUEULES
Domaine des PASQUIERS
Château PESQUIÉ
Cave POULET & Fils
LE PUY DES ARTS
Domaine du PUY MARQUIS
Château REDORTIER
Château La ROLIÈRE
Domaine de ROSIERS
Château SAINT-ESTEVE D’UCHAUX
Clos SAINT PIERRE
Domaine SAINT-VINCENT
Domaine SERGUIER
Domaine SYLLA
Domaine de TARA
Domaine de TAVERNEL
TERRES d’HACHENE
Domaine TOUR SAINT-MICHEL
Château TROIS COLOMBES les RAMEAUX
Domaine de la VALÉRIANE

* AU SOMMET, LES VIGNOBLES DELBECK

Delbeck dine batonnage“L’âge moyen du vignoble est de 30 ans environ, nous précise Pascal Delbeck. Nous avons choisi les meilleurs terroirs adaptés au cépages, le Merlot dans des endroits plutôt frais pour éviter que les raisins ne souffrent trop de la chaleur, le Cabernet sur des parcelles plus ensoleillées… Le Cabernet franc s’épanouit à merveille ici, et je suis particulièrement attaché à nos pieds de Carménère, de Petit Verdot et de Malbec : cette diversité apporte un “plus” dans les vins, une touche originale. Nous sommes sur des sols de dépôt océanique, avec du calcaire puis, en sous-sol, des argiles, des molasses plus ou moins sableuses, calcaires ou argileuses. Au Château du Pas Saint-Georges, nos vignes sont plantées sud-est-est-sud, sur une pente à forte déclivité, de 70 à 30 m, ce qui permet un parfait drainage. Nous avons construit ce grand chai dans l’idée de regrouper la vinification de toutes les propriétés, tant au niveau de la vinification que de l’élevage, la mise en bouteilles et un espace de vente pour les particuliers. Nous avons des cuves de différentes capacités pour travailler en parcellaire. La majorité sont de 70 hl ouvertes, à chapeau flottant, ce qui nous permet de vinifier le vin dans les meilleurs conditions. Nous avons un pigeur composé de vis sans fin qui descendent lentement dans le chapeau. Le brassé s’effectue en douceur et permet un meilleur contact entre les parties liquides et solides. On extrait ainsi des tanins très tendres, et beaucoup d’anthocyanes. L’élevage s’effectue en barriques de 300 l (dont 30% de bois neuf). La durée varie en fonction des millésimes de 12 à 15 mois. Je suis très prudent avec l’utilisation du bois, respecte le raisin, donc je ne veux pas des vins trop boisés, et préfère la finesse et l’élégance. Comme dans les chais, où nous avons réalisé les travaux dans un souci environnemental, nous continuons notre logique dans le vignoble. J’ai longtemps travaillé en biodynamie et en bio. En plus de trente ans, je n’ai jamais épandu d’insecticide. Ma fille Marie-Amandine et mon neveu Cédric travaillent avec moi, mon neveu a fait une formation viti-œnologique et ma fille a passé le Duad (diplôme d’aptitude à la dégustation). Marie-Amandine (sur la photo, lors des bâtonnages), depuis toute petite, est passionnée par le vin. Tant mieux, car, sans cela, on ne peut pas faire ce métier.”

On ne peut qu’exciter ses papilles avec son Saint-Georges-Saint-Émilion, issu de vignes de 25 à 30 ans, exposées au sud, sur côte argilo-calcaire et sable molasse du Périgord, 65% Merlot, 35% Cabernet franc. Vinification-Elevage : Respect de la matière première pendant la vinification parcellaire en cuve béton et inox (travail par pigeage), élevage en barrique 15 mois (dont 30% en barriques neuves, 20% en barriques de 3 mois de fermentation des blancs et 50% en barriques d’un vin). Le 2012 développe un nez concentré de cassis et de sous-bois, un vin aux tanins présents et mûrs à la fois, dense et ample, très équilibré en bouche. Le 2011, au nez délicat, mêle puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveux, généreux en bouche. Superbe 2010, aux arômes de fruits macérés et d’épices, riche, aux nuances de fruits noirs et d’épices, charnu et bien classique, de belle teinte grenat, dense au nez comme en bouche, alliant finesse et charpente, de bouche très généreuse, de garde.  Le 2009 est tout aussi savoureux, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue. Le 2008, médaille d’Argent Paris 2010, charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, avec ces notes persistantes de fumé, de cerise mûre et d’épices au palais, aux tanins puissants mais très fins, est un vin complet. Le 2007, médaille d’Or au concours Bordeaux vins d’Aquitaine 2010, est corsé et typé, aux tanins soyeux, au nez intense de fruits (griotte) et de fleurs (pivoine), un vin très bien équilibré, de belle ampleur, remarquable actuellement. Beau 2006, d’une belle structure tannique et d’une grande expression aromatique avec ce goût de mûre et légèrem

– VOUS AIMEZ LES VINS D’ALSACE ? VOICI LES MEILLEURS DE L’ANNEE !

Comment ne pas apprécier l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et ces vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des prix très sages ?

Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle.

Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot gris. Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands Crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise.

 Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
7 VIGNES
P. ARNOLD
BAUMANN-ZIRGEL
BESTHEIM
GRESSER
Georges KLEIN
René KOCH
G. METZ
REINHART
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
ZOELLER

(Moulin DUSENBACH)
(Victor HERTZ)
(Château d’ORSCHWIHR)

GEWURTZTRAMINER
BESTHEIM
DUSSOURT
Fernand ENGEL
HAEGI
HAULLER
D. PETERMANN
H. REYSER

BAUMANN ZIRGEL
C. BLEGER
Pierre FRICK
GILG
André HARTMANN

BECKER
(Damien KELHETTER)

TOKAY PINOT BLANC
P. ARNOLD
D. PETERMANN
Cave HUNAWIHR
René KOCH
H. REYSER
REYSZ-JOST
SCHLÉRET
Aline et Rémy SIMON

Ch.et Dom. FREY
GILG

Cave KAES (Muscat)
(KELHETTER (PB))
KIRSCHNER
P. SCHAEFFER
SCHLUMBERGER
VIELWEBER

CREMANTS PINOT NOIR
BESTHEIM
C. BLEGER
Jacques ILTIS
DUSSOURT
Fernand ENGEL
Ch. et Dom. FREY
Pierre FRICK (PB)
André HARTMANN (PN)
HUBER et BLEGER
Georges KLEIN
Aline et Rémy SIMON
STOEFFLER

Christian BARTHEL (PN)

VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Fernand ENGEL
Ch.et Dom. FREY
GRESSER
HAEGI
HAULLER
Jacques ILTIS
René KOCH
G. METZ
REYSZ-JOST
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
STOEFFLER
ZOELLER

BROBECKER
René FLECK

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Charles BAUR
BECK/REMPART
Bernard WURTZ
BLANCK
Edgar SCHALLER
A. STENTZ
KOESTEL
GEWURTZTRAMINER
Claude BERGER
C. BELLSZ
R. FALLER
GSELL
HAEGELIN
KLINGENFUS
SAINT REMY
(Lucien SCHIRMER)

FACKER-ACKERMANN

TOKAY PINOT BLANC
André ANCEL
M-C et P. BORÈS
HALBEISEN (Muscat)
Robert HEYBERGER
R. KUENTZ
LOBERGER
2 LUNES
Edmond RENTZ
STINTZI*
ULMER*

Charles FAHRER

CREMANTS PINOT NOIR
FREY-SOHLER
Jean-Louis KAMM
Eric LICHTLÉ*
J. et C. LINDENLAUB
VIELWEBER
VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Laurent VOGT

Philippe SOHLER

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Maurice SCHOECH*
GEWURTZTRAMINER
(Cave TURCKHEIM*)
(Léon BOESCH)
(RUHLMANN-SCHUTZ)
TOKAY PINOT BLANC
(Jean BUTTERLIN)
CREMANTS PINOT NOIR
VENDANGES TARDIVES (et SGN)

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

* LE GRAND ART DE PASCAL GITTON

Sancerre Galinot 2009Chaleureux, enthousiaste, passionnant et passionné, Pascal Gitton s’attache à élever des vins très marqués par leurs différents terroirs et la “main de l’homme”.

“En 2014, la vendange était superbe, me dit-il, c’est un millésime très fruité, un degré très correct qui donne un très bel équilibre, des vins assez secs, d’une bonne acidité, des vins assez pleins, pas très ronds qui ont une bonne tenue et une excellente longévité. En 2013, pour mes vins haut de gamme (Larrey, Galinot…) , je n’en ai pas produit car il manquait un peu de puissance, j’ai encore à la vente les 2009, 2010 et 2012 superbes, j’ai fais l’impasse en 2011 et 2013.”

Sa gamme est vaste, avec plusieurs cuvées prestigieuses, comme ce Sancerre Galinot Silex 2009, au nez intense, tout en puissance et finesse, très fin, à la robe intense, est un vin ample au nez, qui allie structure et distinction, avec ces notes de fumé et d’agrumes mûrs spécifiques.  Superbe Sancerre blanc Vigne du Larrey 2010, un vin très bien vinifié, de robe brillante et limpide, nez de fougère et d’acacia, d’une jolie rondeur, suave et persistant. Les Montachins 2014, dont le terroir est situé à l’ouest où les vignes sont protégées par une colline, est de robe pâle, brillante et limpide, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de fleurs blanches. Beau Sancerre blanc Cuvée Xelis 2012, puissant, dense, avec ce nez complexe où s’associent le genêt et le grillé, tout en finale, de garde. Tout aussi réussi, son Pouilly-Fumé Joanne d’Orion, puissant et très rond en bouche, au nez subtil, où dominent l’aubépine et la poire.

Pascal Gitton

Chemin de Lavaud
18300 Ménétréol-sous-Sancerre
Tél. : 02 48 54 38 84
Fax : 02 48 54 09 59
Email : gittonvin@wanadoo.fr
www.gitton.fr

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins