– QUELS PLATS SUR LES MEILLEURS LALANDE-DE-POMEROL ?

Château BÉCHEREAU

Château BÉCHEREAU

(LALANDE-DE-POMEROL) Joël Dupas – Sce Bertrand Jean-Michel 96, rue des Vignerons 33570 Les Artigues-de-Lussac Téléphone :05 57 24 34 29 et 06 80 75 66 80 Télécopie : 05 57 24 34 69 Email : contact@chateaubechereau.com Site : www.vinsdusiecle.com/chateaubechereau Site : www.chateaubechereau.com

Propriété familiale depuis le milieu du XIXe siècle, le Château Béchereau est une exploitation viticole de 25 ha dont 9 ha en Bordeaux Supérieur, 10.5 ha en Montagne-Saint- Émilion et 5.50 ha en Lalande-de-Pomerol. Beau Lalande-de-Pomerol cuvée Spéciale 2013, fûts de chêne, avec des nuances de fruits rouges bien mûrs et une touche d’épices, un vin bien équilibré, charnu. Le 2012 est riche en couleur comme en arômes, aux notes de fruits rouges à noyau, intense au nez comme en bouche. Le 2011 est tout en harmonie, riche avec ces senteurs de mûre et d’humus, et des nuances de cuir et de pruneau au palais. Plus souple, le Lalande-de-Pomerol rouge 2012, au nez subtil où dominent les fruits très mûrs et le fumé, gras et persistant, allie rondeur et charpente. Il y a également le Montagne-Saint-Émilion cuvée Spéciale 2013 fûts de chêne, corsé et savoureux, aux tanins rondssouples et très bien équilibrés, un vin au nez intense (mûre, groseille, épices…), de bouche persistante. Goûtez le Montagne Saint-Émilion, de couleurrubis profond, qui développe un nez puissant dominé par la cerise noire, aux tanins soyeux.

Château BELLES-GRAVES

Château BELLES-GRAVES

(LALANDE-DE-POMEROL) Xavier Piton 1, allées de Belles-Graves 33500 Néac Téléphone :05 57 51 09 61 Télécopie : 05 57 51 01 41 Email : x.piton@belles-graves.com Site : www.belles-graves.com

Situé sur une croupe graveleuse orientée plein sud, le vignoble familial couvre 17 ha, Merlot pour 88% et 12% de Cabernet franc. “La qualité du raisin au moment des vendanges, précise-t-on, dépend du travail raisonné de l’homme à la vigne, mais est aussi régie par la climatologie, car c’est encore la nature qui reste maîtresse du jeu. Deux à trois semaines avant la maturation des raisins, des contrôles de maturité sont réalisés à la vigne, deux fois par semaine. Ils consistent à prélever des baies de raisins dans chaque parcelle afin de suivre l’évolution du poids de 100 baies, et de leur teneur en sucre et en acide. L’ensemble du vinvieillit en fûts de chênefrançais. Les lots sont dégustés préalablement, de manière à adapter la proportion de barriques neuves au potentiel du vin. En effet, il s’agit de ne pas masquer le goût du terroir par un goût de boisé trop prononcé. Les arômes du bois et du fruit doivent former un équilibre. La dégustation, tout au long de l’élevage est notre fil conducteur. C’est en fonction de notre palais que nous intervenons sur le vin. Comme au cours de la vinification, rien n’est donc systématique.” Belle réussite avec ce Lalande-de-Pomerol 2012, de couleur rubis soutenu, corsé au nez comme en bouche, équilibré, très parfumé, aux tanins fermes, d’une belle persistance. Le 2011, aux notes de fruitsrouges mûrs (cassis) et d’épices douces (cannelle), bien charnu, d’une jolie intensité, aux taninssavoureux et puissants à la fois, d’excellente évolution. Beau 2010, qui associe structure et finesse, de bouche puissante, un vin gras et corsé, très harmonieux, qu’il faut savoir attendre pour mieux profiter de son potentiel. Le 2009, médaille d’Or au concours de Bordeaux 2011, est très parfumé, aux tanins souples et soyeux, au nez subtil dominé par le cassis mûr et l’humus. Le 2008 se goûte vraiment bien aujourd’hui, séveux, ample, développant des senteurs de fraise des bois et de musc. Superbe Lalande-de-Pomerol Calypso 2010, roberubis teinte brillante, aux tanins mûrs et croquants, de bouche fondue et parfumée, intense, au nez complexe, gras, d’évolution remarquable. Chambres d’hôtes.

Château BOURSEAULALANDE-DE-POMEROL Château BOURSEAU

Château BOURSEAU

(LALANDE-DE-POMEROL) Véronique et François-Xavier Gaboriaud 33500 Lalande-de-Pomerol Téléphone :05 57 51 52 39 Télécopie : 05 57 51 70 19 Email : chateau.bourseau@wanadoo.fr

“Aujourd’hui, précise François-Xavier Gaboriaud, le millésime 2010 est un millésime qui apparaît comme l’un des plus agréables, ses tanins qui étaient encore un peu fermes, il y a quelques mois, sont maintenant en train de s’arrondir. Les vins sont de plus en plus agréables à boire et peuvent se conserver encore de longues années. Le millésime 2011 commence à s’affiner, les tanins de sa jeunesse se patinent peu à peu, le côté fruité du vin ressort de plus en plus. Ce sont des vins encore assez jeunes et qui demandent encore 2 à 3 années en cave avant de pouvoir en profiter pleinement. Le millésime 2012 est déjà très bon à boire maintenant. Son côté très fruité et ses tanins très ronds lui permettent d’être apprécié dès à présent. Et, grâce à sa belle acidité, il peut aussi se conserver sans problème pendant encore 5 à 10 ans si l’on dispose d’une bonne cave. Le millésime 2013 se révèle être très délicat, avec beaucoup de finesse. Notre élevage en barriques de 300l et un plus faiblepourcentage de bois neuf pour privilégier les arômes du vin et moins de notes boisées, nous a permis de conserver la fraîcheur et la délicatesse de ce millésime. Il faudra attendre 1 à 2 ans avant d’ouvrir ces bouteilles, et les consommateurs en seront très ravis.” Voilà, en effet, un savoureux Lalande-de-Pomerol2013, de couleur rubis foncé, aux parfums de cassis et de poivron, de bouche parfumée, un vin souple et ample. Le 2012 est dense, de belle couleur grenat, une cuvée charpentée, au nez de fruits macérés et d’épices, de bouche riche et fondue à la fois, avec des notes de prune et musc, d’une belle finale. Beau 2011, charnu et gras, au nezcomplexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, avec ces notes persistantes de fumé, de cerise mûre et d’épices au palais, aux taninsamples mais très fins, un vin complet. Superbe 2010 très parfumé, classique, au nez subtil où dominent le cuir et la griotte, aux taninsprésents et savoureux, légèrement épicé en finale. Tout en bouche, le 2009, aux senteurs d’humus et de cassismûr, est un vin gras et persistant, riche en arômes(cerise noire, cuir, sous-bois) comme en structure. Le 2008, où s’entremêlent des notes de fruits et de bruyère, riche et parfumé, de belle robe, est un vin très équilibré. Le 2007, d’un rouge profond avec des arômes intenses de fruitsrouges frais, un vin souple, de belle base tannique, se goûte toujours très bien actuellement.

Château CANON-CHAIGNEAULALANDE-DE-POMEROL Château CANON-CHAIGNEAU

Château CANON-CHAIGNEAU

(LALANDE-DE-POMEROL) Famille Marin-Audra 13, Chaigneau – BP 2 33500 Néac Téléphone :05 57 24 69 13 Télécopie : 05 57 24 69 11 Email : suzanne.marin@wanadoo.fr Site : www.canon-chaigneau.com

Au sommet. Dès le début du XVe siècle, les moines de la région exploitèrent cette propriété. Un domaine de 21 ha d’un seul tenant sur le plateau de Néac. Terrain maigre argilo-sablonneux sur un tapis de crasse de fer(60% Merlot, 35% Cabernet, 5% Pressac). “Ces trois dernières années, nous explique Suzanne Marin, nous avons produit 20% de moins, c’est dû aux aléas climatiques. Les vins ont des degrés d’alcool plus élevés qu’avant, nous avons des vins à 14°, c’est assez difficile à vinifier, nous n’avions pas l’habitude. Nous venons de mettre en vente les 2011 et 2012. Le 2011 est un vin très facile à boire, pas de très grande garde, un vin de femme, plein en bouche, vraiment très, très agréable.” Superbe Lalande-de-Pomerol 2012, corsétypé, aux tanins amples, à la fois soyeux et denses, au nezcomplexe dominé par la cerise et la cannelle, alliant rondeur et charpente, d’excellente évolution. Savoureux 2011, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, structuré, avec des tanins ronds, à déboucher avec des feuilletés aux morilles ou un filet mignon de porc aux légumes primeurs. Remarquable 2010, charpentécorsé, de robesoutenue, ample et distingué en bouche, au nezlégèrement épicé, avec des nuances de prune et de griotte mûre, aux tanins bien présents et fondus à la fois, très charmeur. Le 2009 est l’une des plus jolies bouteilles de cette appellation, riche en couleur comme en matière, au nez complexe de fruits rouges à noyau et d’épices, très élégant, aux tanins soutenus auxquels il faut donner le temps de se fondre. Un millésime qui a largement mérité sa médaille d’Or à Bordeaux et un coup de cœur en Chine ! Le 2007, charnu, d’une grande finesse, au nez subtil marqué par le cuir, la cerise et les épices, aux tanins denses et puissants, est un vin très savoureux actuellement, gras en bouche, d’une très jolie finale, à prévoir sur un tournedos aux cèpes ou un jarret de veau printanier. Remarquable 2006 au nez complexe où dominent la groseille et l’humus, de bouche charnue, un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse. Beau 2005, vraiment délicieux actuellement, très charmeur, au nez subtil où dominent le cuir et le pruneau confit, d’une très jolie concentration, aux tanins réels et fins, légèrement épicé comme il se doit. Le 2002 est également très bon, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits mûrs, un vin riche, très équilibré, d’une belle longueur, de bouche puissante. Le 2000 est remarquable, riche et subtil au nez comme en finale, aux senteurs de fruitsmacérés et de sous-bois, un vin qui demande une cuisine recherchée comme, par exemple, un foie grasde canard pané, poêlé aux poires ou un hachis d’agneau et purée de pommes de terre.

Château des MOINESLALANDE-DE-POMEROL Château des MOINES

Château des MOINES

(LALANDE-DE-POMEROL) GFA Henri Darnajou et Frères Musset 33500 Lalande-de-Pomerol Téléphone :05 57 51 40 41 Télécopie : 05 57 25 04 21 Email : chateaudesmoines@orange.fr Site : www.chateaudesmoines.com

Une exploitation familiale depuis plusieurs générations de 20 ha dont 1,30 ha en Bordeaux. Travail traditionnel (labour, enherbement), techniques modernes viticoles (pressoir pneumatique, thermorégulation, table de tri, vibreur…), des cépagesvariés (72% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon, 10% Cabernet franc et 3% Malbec). “Le millésime 2013, nous raconte Patrick Merle, a donné une petite année en volume (- 50%). Ce sera un millésime moyen à boire assez rapidement. Il n’y aura pas de cuvée Prestige. Millésime 2014 : là, tout y est : volume, structure, fruité, concentration, un bon millésime de garde. Cette année, les millésimes à la vente sont les 2012, puis 2013. A noter, en 2014, c’est la première année que le Château des Moines a fait du Bordeaux rosé.” Superbe Lalande-de-Pomerol Prestige 2012, élevé en fûts neufs, marqué par ces senteurs délicates de fumé, riche en couleur, ample et solide, de bouche puissante, aux nuances de groseille et de truffe, aux taninssoyeuxcharnu comme il se doit, de belle charpente. Le 2011 est un vin aux tanins mûrs, très parfumé, dense et persistant, aux senteurs de fruits mûrs (fraisedes bois) et d’humus, avec, au palais, des connotations de prune et de cuir. Beau 2010, charpenté, qui sent la framboise cuite, le musc et la cannelle, un vin de bouche riche et fondue à la fois, d’une belle intensité, associant structure et finesse. La cuvée Tradition 2013 est un vin rondfranc, bien parfumé (prunefrais), avec une bouche souple et persistante, idéal sur un magret grillé ou un chaud-froid de cailles. Le 2012 est de bouche intense et dominée par la mûre, alliant rondeur et intensité aromatique, de robe brillante.

Château de ROQUEBRUNE

Château de ROQUEBRUNE

(LALANDE-DE-POMEROL) Florent Guinjard Les Galvesses 33500 Lalande-de-Pomerol Téléphone :05 57 51 44 54 Télécopie : 09 79 94 86 30 Email : chateauderoquebrune@lalande-pomerol.com Site : www.chateauderoquebrune.com

Une propriété familiale depuis plus de 5 générations. L’encépagement se compose de 65% de Merlot, 15% de Cabernet-Sauvignon et de 20% de Cabernet franc, vendanges manuelles. Le travail régulier de la terre, dans le respect de l’environnement, est privilégié, excluant tout désherbant chimique et tout traitement chimique systémique. C’est l’observation permanente du vignoble qui détermine les interventions. La faune présente dans le vignoble atteste de l’équilibre naturel obtenu. Sur le terrain, donc, pas de désherbant chimique, l’herbe ne pousse pas parce que son vigneron travaille la terre. Il la retourne plusieurs fois par an, avec des charrues appropriées. “D’une étendue de 11,2 ha, précise Florent Guinjard, le vignoble est regroupé autour du chai. Il est situé sur le plateau sablo-limoneux et caillouteux se trouvant au nord-est de Libourne. Nous travaillons aujourd’hui 10.5 ha, avons augmenté la capacité de notre cuverie pour pouvoir vinifier tous les raisinsque nous produisons. En 2009, nous nous sommes équipés d’une thermo-régulation pour mieux maitriser la température de nos fermentations. En 2010, pour améliorer notre qualité et être respectueux de notre récolte, nous avons acheté un nouveau pressoir. En 2012, dans une démarche écologique, nous nous équipions d’une aire de lavage, et de cuves de stockage des effluents. La même année nous remettions en état 1 ha de vignes, en l’arrachant et la replantant. D’ici un ou deux ans nous agrandirons notre chai pour pouvoir stocker toute notre production en bouteilles. En 2014, nous avons remis en état 1 ha de vignes, que nous replantons avec notre propre Merlot sélectionné. Ce millésime 2014, poursuit Florent Guinjard, nous a apporté qualité et quantité : 45 hl à l’hectare, nous avons fini les premiers soutirages et ce millésime donnera toute satisfaction, dans la lignée des 2012, que nous avions particulièrement réussis.” Vous apprécierez donc ce Lalande-de-Pomerol cuvéeReine 2012, de belle robe rubis soutenu, un vintrès harmonieux, au nez de framboise et de violette et une pointe d’épices, charnu en bouche. Le 2011, ample et riche au nez comme en bouche, est d’un bel équilibre, gras, aux tanins fondus, où se marient la griotte et l’humus, un très joli vin, dense, parfait sur un filet d’agneau. Superbe 2010, aux notes de fruitsrouges mûrs (cassis) et d’épices douces (cannelle), bien charnu, d’une grande intensité, aux taninssavoureux et puissants à la fois, d’excellente évolution. Dans la lignée, le 2009, typé, de couleursoutenue, équilibré, parfumé, aux tanins fermes, au nez complexe de cassiset d’épices, associe rondeur et structure.

Domaine de VIAUDLALANDE-DE-POMEROL Domaine de VIAUD

Domaine de VIAUD

(LALANDE-DE-POMEROL) Lucette Bielle 33500 Lalande-de-Pomerol Téléphone :05 57 51 06 12 Télécopie : 05 57 25 10 14 Email : bielle@wanadoo.fr Site : www.viaud.com

Un domaine de 16 ha, sur sables et graves, 85% Merlotnoir, 15% Cabernet franc. Labours et vinificationstraditionnels. Savoureux Lalande-de-Pomerol 2012, dense et puissant au nez comme en bouche, avec ses taninssavoureux, au nez de fruits mûrs (myrtille). Le 2009 est un vin puissant et structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômesséduisants de cassis et de sous-bois. Le 2011, au nezdélicat où dominent la prune et les épices, aux taninsmûrs, d’une jolie finale, est un vin qui a de la charpente mais tout en élégance. Beau 2010, de couleurprofonde, avec beaucoup de structure, où prédominent le cassis et les sous-bois, charpenté, ample, d’une belle persistance, dans la lignée du 2009, structuré, bien corsé, ample en bouche, aux nuances de cassiset de poivre, aux tanins fondus mais présents à la fois, de robe pourpre. Le 2008, au nez complexe dominé par la cerise et l’humus, est un vin coloré et complet, de bouche puissante, avec ces senteurs de mûre et de musc en finale, de garde. Le 2007, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de bouche corsée, un vin de belle couleur pourpre, bien charpenté, ample, légèrement épicé, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûries. Excellent 2006, de teinte grenat foncé, avec ce nezd’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, parfumé en bouche, aux tanins intenses mais soyeux, un vin persistant et riche. Il y a aussi ce 2003, alliant ampleur et parfums, un vind’une jolie concentration, aux connotations de petits fruits mûrs et de truffe, de bouche souple.

Château VOSELLE

Château VOSELLE

(LALANDE-DE-POMEROL) Isabelle Golin-Simon 15, avenue de Chevrol 33500 Néac Téléphone :05 57 51 61 77 Télécopie : 05 57 51 56 55 Email : chateau.voselle@orange.fr

“Achetée en novembre 1965 par mon père, précise la propriétaire, cette petite exploitation portait le nom de Domaine de Petit Vauzelle, très connu au début du siècle car étant un Premier Cru de Néac médaillé aux expositions de Paris, Liège et Bordeaux. Puis, lors du nouveau dépôt de marque, il est devenu ChâteauVoselle. Au fil des ans, de petites parcelles de vignes et de terres sont achetées pour atteindre, en 1990, la superficie de 6 ha. Notre vignoble a toujours été en culture traditionnelle : le travail du sol est effectué mécaniquement par une succession de chaussages et de déchaussages, car chez nous le désherbant est banni. Les vendanges sont manuelles et la récolte est effectuée à sa maturité optimale avec tri sélectif à la parcelle par nos vendangeurs. Depuis 2004, nous avons équipé notre chai pour collecter les effluents vinicoles que nous faisons par la suite retraiter dans une station d’épuration spécifique. Puis, au vignoble, nous effectuons une lutte phytosanitaire la plus raisonnée possible afin de privilégier le développement de la faune auxiliaire tout en diminuant les intrants phytosanitaires. Nous sommes des viticulteurs de terrain, ma vie, je l’aurai passée dans les vignes puisque j’ai commencé en 1972, en tant qu’aide familiale avant de reprendre “Voselle” en fermage en 1991, au moment où mon père a pris sa retraite, année très dure car tout a gelé. Notre priorité a toujours été la tenue du vignoble car de là dépend la qualité des raisins. Nous sommes tellement heureux de rentrer une belle récolte, récompense de toute une année de travail.” Cette passion explique ce Lalande-de-Pomerol 2013, très réussi, qui développe un nez complexe où dominent la fraise des bois mûre et de cannelle, très bien élevé, de robe profonde, de bouche classique. Le 2012, mêle puissance et finesse, aux tanins équilibrés, un vincoloré, élégant et intense, très parfumé (petits fruits noirs, humus), avec cette pointe séduisante de poivre en finale, d’excellente évolution. Le 2011 est de couleur profonde aux reflets violacés, avec des arômes aux nuances particulières de petits fruits cuits(cassis, cerise noire…), et de cuir, ample, à servir sur des magrets de canard et petits pois. Excellent 2010, bien caractéristique de ce millésimepuissant, de bonne bouche, au nez complexe où dominent le cassis et les épices, riche et souple à la fois, chaleureux, parfait sur une cuisine raffinée. Beau 2009, dense, aux tanins présents et fondus à la fois, parfumé (mûre, humus), ample, généreux et persistant, un vin mêlant rondeur et charpente.

* LES CÔTES DE BORDEAUX QU’IL NE FAUT PAS RATER

Château de MARSAN Château de MARSAN

Château de MARSAN 


Vignobles Gonfrier
Chemin de la Mairie – BP 7
33550 Lestiac-sur-Garonne
Téléphone :05 56 72 14 38
Télécopie : 05 56 72 10 38
Email : contact@vignobles-gonfrier.fr
Site : www.vignobles-gonfrier.fr

“En 1962, explique-t-on ici, Paul Gonfrier s’installe avec son épouse à Lestiac-sur-Garonne, en Gironde, après avoir quitté son Algérie natale (je connais !), avec comme seul bagage son énergie et la passion de la terre. Il achète le Château de Marsan, à l’époque en ruines, mais entouré de terroirs prometteurs. Il commence l’aventure avec trois hectares en viticulture. Par la suite, il développe une activité d’arboriculture avec l’aide de toute sa famille. Aujourd’hui, alors que les Vignobles Gonfrier vinifient plus de 900 ha, grâce à un outil très performant, tout continue à être mis en oeuvre pour favoriser la qualité du produit. Très sensibles au respect du terroir, les deux fils, Eric et Philippe, considèrent que la technique est avant tout au service de la qualité du vin et de la satisfaction des clients”.
Très savoureux Cadillac Côtes de Bordeaux 2012 (70% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon sur coteaux argilo-graveleux), aux notes de fruits rouges frais, d’humus et d’épices, associant concentration aromatiquefinesse des tanins et puissance en bouche. Joli Bordeaux blanc 2015, suave en bouche, où s’entremêlent les fruits et les fleurs fraîches, souple et franc à la fois, de bouche franche comme le rosé 2015, d’une belle harmonie, aux notes de narcisse et de fraise, tout en nuances, tout en vivacité.
Excellent Clairet 2015, aux nuances de fleurs et d’épices, associant richesse et souplesse, graset fraîcheur, d’un très bel équilibre, parfait sur un poulet sauté aux nouilles chinoises ou un gaspacho.
Goûtez également le Château Lestiac Cadillac Côtes de Bordeaux 2012 (70% Merlot, 30% Cabernet-Sauvignon, coteaux argilo-graveleux et argilo-calcaires), plus souple, de bouche marquée par la griotte et le fumé.
Le Château Tanesse Cadillac Côtes de Bordeaux 2014, (55% Merlot, 40% Cabernet-Sauvignon et 5% Cabernet franc, coteaux graveleux et argilo-graveleux sur sous-sol calcaire), bien élevé également, charpenté, aux arômes de fruits cuits (cerise noire, groseille…), de cannelle, légèrement poivré, est de belle teinte grenat, dense au nez comme au palais, mais tout en rondeur. Excellent 2012, intense, au nez de fruits surmûris,épicé, un vin persistant, charpenté, de bouche souple et corsée à la fois, qui se goûte très bien actuellement, à prévoir avec une épaule de veau aux oignons ou un râble de lapereau en feuilleté.


Château BERTHENONBLAYE Château BERTHENON

Château BERTHENON 

(BLAYE)
Thérèse Ponz Szymanski
3, Le Barrail
33390 Saint-Paul-de-Blaye
Téléphone :05 57 42 52 24
Télécopie : 05 57 42 52 24
Email : info@chateauberthenon.com
Site : www.chateauberthenon.com

Les routes du Château Berthenon et de la famille Planteur-Ponz se sont croisées pour la première fois en 1953. C’est à cette époque que Paul Planteur (le grand-père) a racheté ce domaine viticole qui était quasiment à l’abandon. Il a transmis rapidement la propriété à ses enfants et ce sont eux (Léa et Henri) qui ont remis le Château en état et l’ont fait prospérer. Le relais a été transmis à la troisième génération (Thérèse et Thierry) depuis 1999. Le domaine s’étend sur 32 ha, composé de 80% de Merlot et de 20% de Cabernet-Sauvignon.
Pour Thérèse Ponz-Szymanski, qui réfléchit à une nouvelle cuvée à base de Malbec et de Petit Verdot, “le millésime 2014 nous fait retrouver un grand sourire et la cuvée Chloé n’est pas mal du tout. Mise en bouteilles fin avril 2016. Les vendanges 2015 se sont bien passées, en continuant à y apporter des soins dans les prochains mois, nous ferons quelque chose de très bon. Pour 2014 et 2015, la qualité et la quantité sont au rendez-vous.
Millésimes en vente en 2016 : 2006, 2008, 2009, 2011, 2012, 2014. Une médaille d’Argent pour le moelleux 2012. Construction d’un nouveau chai à barriques et progression de ses ventes vers les Etats-Unis.
Une bonne occasion de savourer ce Blaye Côtes de Bordeaux cuvée Chloé 2014, éraflage total de la vendange, fermentationmalolactique en fûts, élevage sur lies fines en barriques neuves 18 mois, un vin avec de la matière, de belle couleur soutenue et avec des arômes de petits fruits rouges intenses (prune, cerise), d’une jolie finale et de très bonne évolution. Le Blaye Côtes de Bordeauxcuvée Henri 2014, avec des tanins fondus, complexe, est charnu et concentré, aux notes de cassis et d’épices.
Le Blaye Côtes de Bordeaux rouge 2014 est tout en souplesse, à prévoir sur une côte de bœuf. Joli Blaye Bordeaux blanc Sauvignon2015, frais et fin. Le Crémant de Bordeaux blanc, même cépage, aux bulles légères, de bouche vive où l’on retrouve l’amande fraîche et la pomme, est de mousse fringante, comme le Crémant rosé, qui sent la fraise.

Château Les GRAVES

Château Les GRAVES 

(BLAYE)
Jean-Pierre et Julien Pauvif

33920 Saint-Vivien-de-Blaye
Téléphone :05 57 42 47 37
Télécopie : 05 57 42 55 89
Email : info@cht-les-graves.com
Site : www.chateaulesgraves.com

Propriété familiale depuis 4 générations, où le fils, Julien, qui travaillait avec son père depuis huit ans, est désormais gérant. Un vignoble de 20 ha de vignes en culture traditionnelle, avec un souci de modernité. Beaucoup de soins sont apportés à la préparation des vignes (effeuillage et éclaircissage, vendanges manuelles pour les raisins blancs et les rouges des meilleurs coteaux…).
Excellent Blaye Côtes de Bordeaux rouge Réserve 2012, terroir argilo-graveleux, Merlot 60%, Cabernet-Sauvignon 40%, élevage en barriques, avec ces notes intenses de fruits surmûris, de très bonne bouche, gras, savoureux et corséferme et épicé, avec des tanins bien présents. Le 2011, de couleur soutenue aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges (mûre, fraise des bois…), d’épices, aux tanins bien enrobés mais très équilibrés.
Le Tradition est très agréable, marqué par son Merlot prédominant, de couleur profonde, un joli vin qui sent bon les petits fruits rouges mûrs.
Goûtez aussi le Clairet, de bouche fondue, un vin régulièrement charmeur, avec un nez complexe où la mûre s’associe à la framboise, et ce très joli Blaye Côtes de Bordeaux blanc 2014, élevage en barriques, de jolie robe dorée, très fin, au nez de fruits secs, de bouche souple et vive à la fois, tout en nuances.

Château La HAIE

Château La HAIE 

(BLAYE)
François Décombe

33820 Pleine-Selve
Téléphone :06 72 94 53 37
Email : francois.decombe@wanadoo.fr
Site : www.domainedecombe.fr

Domaine en agriculture biologique et en agriculture biodynamique adhérent Demeter. Vendanges manuelles égrappées, cuvaison en grappes, pas de produits chimiques de synthèse, vignesenherbées…
Remarquable Blaye Côtes de Bordeaux 2013, 90% Merlot et 10% Cabernet-Sauvignon, tout en bouche, équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques. Le 2012, d’une belle intensité en bouche, ample et savoureux, développe des nuances persistantes de violette et de framboise mûre, corsé et gras, un millésime très équilibré, classique, d’excellente évolution. Le 2011 est charnu, d’une jolie rondeur et persistance au palais, aux senteurs de groseille et de cerise mûres, bien élevé. Beau 2010, coloré, de bouche persistante et riche, avec ce nez d’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, charpenté, ample et parfumé.
Goûtez l’IGP Cabernet-Sauvignon AB, coloré, charpentébouqueté, aux notes de fruits mûrs (fraise des bois, prune) et d’humus.


Château LAGARDE

Château LAGARDE 

(BLAYE)
Paul-Henry Nerbusson

33390 Cars
Téléphone :05 57 42 91 56
Télécopie : 05 46 51 81 42
Email : vignobles.nerbusson@wanadoo.fr

Un vignoble de 12 ha en bio. “Je respecte la terre que je cultive, précise Paul-Henry Nerbusson. Si, avec des produits organiques, nous pouvons arriver à préserver le sol, alors faisons-le ! Je suis un homme raisonné. Il faut penser à l’économie mais aussi à l’écologie. Je reste convaincu que l’agriculture biologique apporte un plus au vin.”
Cela donne cet excellent Blaye Côtes de Bor- deaux rouge Excellence 2010, élevé en fûts de chêne, de belle robe soutenue, bouche puis- sante, charnu, parfumé (griotte, humus…), un vin ou l’intensité s’allie à la souplesse, qui poursuit son évolution. Le 2009 est de couleur pourpre, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de fruits cuits, de bouche ample et fondue, tout en charme. Beau 2006, bien charnu, ferme et persistant, tout en bouche, avec des arômes de fraise des bois et de truffe, aux tanins fermesmais souples, un vin puissant et chaleureux.
Goûtez le Tradition 2012, de robe soutenue, bien charnu, complexe et subtil, dominé par les petits fruits rouges mûrs et les sous-bois. Le Clairet est tout en séduction, floralfriand, parfait sur les grillades. Excellent blanc (Colombard et Ugni Blanc), élevage en barriquessur lies, très fruité, avec, en bouche, une connotation de pomme cuite, bien équilibré, très séduisant. Très beau gîte sur place.

Château LARRAT

Château LARRAT 

(BLAYE)
Bernard Larrat – Earl Domaine de Grillet
5, Grillet
33710 Pugnac
Téléphone :05 57 68 80 64 et 06 16 60 91 17
Télécopie : 05 57 68 82 65
Email : dom.grillet@wanadoo.fr
Site : www.chateau-larrat.fr

La propriété, déjà importante au siècle dernier, constitue un ensemble de 60 ha, d’un seul tenant. Les sols argilo-siliceux et limoneux de ce terroir donnent au vin toute sa richesse.
Très savoureux Blaye Côtes de Bordeaux rouge 2012, majoritaire en Merlot, le reste en Cabernets, élevé 6 mois en cuves et 12 mois en fûts de chêne, aux notes de cassis, de pruneau et d’épices, un vin ferme et charpenté, tout en bouche, qui associe concentration aromatique, richesse des tanins et distinction, à déboucher sur une côte de bœuf marchand de vin ou un poulet au citron. Le 2011 est de couleur cerise intense aux reflets pourpres, au nez persistant de fruits noirs et d’épices, aux tanins bien enveloppés, de belle matière. Le 2010 (62% Merlot, 27% Cabernet-Sauvignon, 11% Cabernet franc), élevé 6 mois en cuves et 12 mois en fûts de chêne, allie concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance au palais, avec ces notes de prune et de fumé. Il y a aussi le Côtes de Bourg rouge 2012, très réussi, au nez puissant et subtil, de belle charpente, aux connotations de petits fruits mûrs (cassis, cerise noire…), de bouche bien structurée.

Château PONT LES MOINES

Château PONT LES MOINES 

(BLAYE)
Éric Barrat – Vignobles Gagné et Barrat
La Maçonne
33760 Frontenac
Téléphone :05 56 23 98 50
Télécopie : 05 56 23 98 50
Email : brancompostelle@aol.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaupontlesmoines

Selon Eric Barrat, qui envisage de produire, en 2016, un rosé “cuvée Adèle” (nom de sa fille),
“le millésime 2015 a connu une année sèche compensée par les pluies de Juin et, de ce fait, les vignes n’ont pas été trop stressées et la véraison s’est bien passée. Une maturité précoce a fait accélérer le ramassage des raisins de Bordeaux rouges mi-Septembre.
En Bio, les rouges ont toutes les qualités pour produire un excellent millésime : matière, typicité, rondeur, un millésime dans la lignée des années en “5”.
Les blancs Sauvignons, vendangés le 2 Septembre car les teintes chutaient, s’annoncent, eux aussi plein d’avenir.
Millésimes à la vente en 2016 : le Bordeaux Bio Bran de Compostelle 2014, qui a eu une médaille de Bronze à Amphore, puis la cuvée Louisa 2012, médaille d’Or à Féminalise, et le Blaye Côtes de Bordeaux rouge Pont les Moines 2012, rond et fin, et le Pont aux Moines blanc, 100% Sauvignon 2015.”
Voilà un remarquable Bordeaux Supérieur cuvée Louisa 2012, élevé en fûts de chêne durant 12 mois, dont 1/3 de barriques neuves, vinification traditionnelle avec cuvaison longue (vignes de 25 ans en moyenne, 65% Merlot et 35% Cabernet-Sauvignon, sur sol argilo-calcaire), charpenté, au nez de fruits rouges surmûris (cerise, cassis), de bouche puissante et corsée, légèrement épicée en finale, de robe grenat intense, tout en nuances, idéal sur un salmis de palombes. Le Bordeaux Bio Bran de Compostelle 2014, aux tanins mûrs, très parfumé, avec ces notes de sous-bois et de griotte, est tout en bouche. On poursuit avec le Blaye Côtes de Bordeaux rouge Pont les Moines 2012, bien typé, au nez subtil dominé par le cassis mûr et l’humus classique, riche en couleur, un vin très bien équilibré, aux tanins soyeux. Séduisant Sauvignon Pont Les Moines 2015, sec et fraisfloral, tout en rondeur mais très bien équilibré en acidité, avec cette finale franche où se décèlent des connotations de reinette et de noix.

Château VALENTIN

Château VALENTIN 

(BLAYE)
Dominique Revaire

33390 Cars
Téléphone :05 57 42 12 16
Télécopie : 05 57 42 38 26
Email : dominique.revaire@wanadoo.fr

Un vin classique de ce que l’on recherche à Bordeaux, à la fois dense et franc, sans “chichis“ œnologiques, élevé par un propriétaire passionné.
Son Blaye Côtes de Bordeaux rouge 2011, très classique, aux tanins puissants et fins à la fois, riche en arômes, est un vin charnu qui sent bon la prune et les sous-bois. Le 2010 est de couleurrubiséquilibré, aux tanins bien fermes, bien élevé, corsé, au nez dominé par la mûre, de bouche puissante et parfumée (griotte, humus…), de bonne garde, très abordable. Le 2009 est un vindense, aux nuances de fumé, de violette et de fraise des bois, de belle robe soutenue, au nezlégèrement épicé (poivre rose), aux tanins soyeux.
Remarquable Premières Côtes de Blaye rouge cuvée élevée en fûts de chêne 2006, avec des notes de fruits rouges mûrs (cassis) et d’épices douces (cannelle), bien charnu, d’une grande intensité, aux tanins savoureux et puissants à la fois, d’excellente évolution. Le 2004 s’apprécie parfaitement aujourd’hui, de couleur profonde aux reflets violacés, avec des arômes aux nuances bien particulières de petits fruits mûrs (cassis, cerise noire…), et de cuir, complexe.

Domaine de BAVOLIER

Domaine de BAVOLIER 

(CADILLAC)
Pierre Lambert – Earl Lambert & Fils
15, chemin de Maugey
33360 Camblanes-et-Meynac
Téléphone :05 56 20 76 72 et 06 99 52 32 83
Télécopie : 05 56 20 1737
Email : domaine.bavolier@orange.fr

Une propriété familiale de 10 ha, qui existe depuis 1860.
Excellent Cadillac Côtes de Bordeaux 2012, coloré, au nez complexe de fruits rouges à noyau et de fumé, aux tanins présents, de jolie robe grenat intense, bien classique, ferme et épicé. Le 2011 est riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, bien structuré au nez comme aux papilles.
Le 2010, médaille d’Argent à Bordeaux, n’a rien à lui envier, classique, un vin complet, au nezintense, de robe profonde, complexe, aux senteurs de pruneau et d’épices, avec des taninsmûrs. Le 2009, riche en couleur comme en matière, aux senteurs de groseille et de poivre, dense en bouche, généreux, de charpente souple et riche à la fois.

Château LAFLEUR-BEAUSEJOUR

Château LAFLEUR-BEAUSEJOUR 

(CASTILLON FRANCS)
Nathalie et Hervé Largeteau
6, avenue de la Bourrée
33350 Saint-Magne-de-Castillon
Téléphone :05 57 40 03 18
Email : herve.largeteau@orange.fr

Une exploitation familiale de 10 ha depuis plusieurs générations. Le nom de la propriété est le Château Lacarés, emprunté au ruisseau qui longe les derrières des chais récupérant les eaux de pluies des coteaux avant de se jeter dans la Dordogne.
Coup de cœur pour ce Castillon Côtes de Bordeaux Château Lafleur Beauséjour 2014, pur Merlot, où dominent les groseille et l’humus, associant puissance et finesse, un vin charnu, aux tanins soyeux, à prévoir, par exemple, sur un sauté de veau et de rognon à la crème ou des côtelettes d’agneau aux aubergines frites.
Le Castillon Côtes de Bordeaux Château Lacarès 2012, Cabernet franc et Merlotsol sableux et argilo-calcairecuvaison 15 à 25 jours avec remontages quotidiens, pressurage doux et lent à l’aide d’un pressoir vertical à cages bois, élevage 18 à 24 mois avant la mise en bouteilles… un vin ample, parfumé, charpenté comme il se doit, au nez subtil et intense, avec des notes de cerise mûre, de griotte et de sous-bois, de bouche fondue et puissante à la fois, d’excellente évolution, parfait avec des rognons de veau à la bordelaise ou un jarret de veau aux cèpes séchés.

Château HAUT-MACÔCÔTES DE BOURG Château HAUT-MACÔ

Château HAUT-MACÔ 

(CÔTES DE BOURG)
Anne et Hugues Mallet – Scea Mallet Frères
61, rue des Gomdauds
33710 Tauriac
Téléphone :05 57 68 81 26
Télécopie : 05 57 68 91 97
Email : hautmaco@wanadoo.fr
Site : www.hautmaco.com

Une exploitation familiale depuis quatre générations. C’est surtout la 3e génération, avec Jean et Bernard Mallet, qui donna un souffle nouveau, en consacrant un investissement conséquent dans l’outil de production. Ainsi les chais de vinification (1994) et à barriques (1991) constituent une base solide pour l’élaboration régulière de vins de qualité.
On le voit avec ce Côtes-de-Bourg cuvée Jean-Bernard 2012, 70 % Merlot et 30 % Cabernet-Sauvignon, issu de vignes âgées de 30 ans en moyenne, de bouche pleine et riche, aux nuances complexes de fruits des bois et de fumé, est puissant et savoureux, aux tanins soyeux, de très bonne évolution. Le 2011 est charnu, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, aux tanins puissants, au nez complexe où domine le cassis bien mûr.
Le Côtes-de-Bourg Tradition 2014, d’un rouge profond avec des arômes intenses de fruitsrouges frais, est un vin souple, de belle base tanniquecorsé et charpenté. Excellent Clairetrond, très fruité et puissant, avec une note de bonbon anglais.

Château du MOULIN VIEUXCÔTES DE BOURG Château du MOULIN VIEUX

Château du MOULIN VIEUX 

(CÔTES DE BOURG)
Jean-Pierre et Cédric Gorphe

33710 Tauriac
Téléphone :05 57 68 26 21
Télécopie : 05 57 68 29 75
Email : chateau.du.moulin.vieux@wanadoo.fr

Au sommet. La propriété s’étend sur 24 ha à l’ouest de la commune de Tauriac, sur l’un des meilleurs terroirs argilo-calcaires de l’appellation.
Superbe Côtes-de-Bourg Clos 2014, issu des meilleures parcelles de vieilles vignes de plus de 50 ans plantées pour 50% de Merlot, 30% de Cabernet-Sauvignon et 20% de Malbecrendement moyen de 25 hl/ha, très bien élevé en bar- riques…, le tout donnant ce vinvelouté, aux arômes de fruits noirs et de sous-bois, ample et très chaleureux. Beau 2012, de robe violacée, parfumé (cassis, poivre et violette), puissant au nez comme en bouche, aux tanins fermeset soyeux à la fois, d’excellente évolution. Le 2011 est tout aussi réussi, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, très bien vinifié, riche et ample. Beau 2010, coloré, très classique, ferme, très bien équilibré, un vin tout en bouche, tout en nuances aromatiques, au nez dominé par le cuir et les framboises. Remarquable 2009, d’une jolie concentration, puissant et subtil à la fois, aux connotations de petits fruits mûrs et de truffe.
Savoureux Côtes-de-Bourg 2014, riche en bouquet, dense et bien charnu, qui associe couleur et rondeur, avec ces notes caractéristiques de cerise et d’humus.

 

– A L’AIL, A LA MOUTARDE, CHASSEUR OU EN GIBELOTTE…, LES VINS PARFAITS SUR LE LAPIN

Lapin à la gelée de groseilles

Lapin à la havraise

Lapin à la moutarde

Lapin à l’aïl

Lapin à l’orange

Lapin au champagne

Lapin au cidre

Lapin au citron

Lapin au lait

Lapin au miel

Lapin aux abricots et au romarin

Lapin aux pruneaux

Lapin chasseur

Lapin de garenne farci

Lapin en gibelotte

Lapin en paquets

Lapin en salade de noisettes

Lapin mariné au muscat

Lapin sauté

Lapin sauté chasseur

Lapin farci aux petits légumes

Lapin de garenne aux champignons sauvages

Lapin au genièvre

Lapin au romarin

Lapin à la moutarde

Lapin aux navets et aux pommes

Lapin en cocotte aux boulettes

Lapin en fricassée

Lapin de garenne sauté aux olives

Lapin de garenne sauté au sancerre

Lapin sauté en ratatouille

Lapin sauté aux olives noires

Lapin en gelée de tomate au basilic

Lapin de garenne à la broche

Lapin braisé au thym et légumes

Lapin rôti

Lapin aux olives

Lapin

Lapin caramélisé aux épices

* LES MEILLEURS MILLESIMES A BOIRE AUJOURD’HUI

En Alsace, les derniers millésimes sont savoureux, les 2014, 2012 et 2011, les grands 2010 et 2009, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 suivent, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989).

 

La carte des millesimes

CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE PDF HAUTE RESOLUTION

 

En Bourgogne, aux côtés d’une belle séquence qui comprend les millésimes 2015 à 2009, le 2008 est assez délicat (remarquable en blanc), le millésime 2007 très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnel 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoie donc un 2003 atypique, comme 2005.

 

En Beaujolais, pour les crus, les vins sont très bons, du 2015 au 2009, le 2008 est assez réussi, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004, dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

 

 

Pour Bordeaux, globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2012 (mais il a du potentiel), 2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut attendre : 2015, 2010, 2009 (déjà formidable), et 2014, néanmoins plus rapide à boire. Le 2013, si les prix sont vraiment plus accessibles. Les plus décevants, car trop “chauds”, atypiques : 2005 et 2003.

Il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 2005 est bien meilleur que le 2006 à Saint-Emilion et c’est le 2006 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres.

 

–  Dans le Médoc, misez sur les 2012, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous toujours plaisir avec les 1999, 1996 ou 1990. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2013 et 2005.

 

– Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2014, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002, peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Le 2013 se maintient, certes moins intéressant qure le 2012. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

 

– À Saint-Émilion, le 2011 est très classique et charmeur, comme le 2007. Le 2014 ressemble au 2011, plus souple que le grand 2015, qu’il faut attendre. Beaux millésimes 2010 et 2009, le 2008 un ton en-dessous, 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par le 2005 ou le 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2007 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution. Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste.

 

– Dans les Graves, les blancs 2015, 2014, 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998,  ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac, Portets ou Saint-Morillon, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des beaux vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte.

 

– Dans les Côtes ou Bordeaux Supérieur, on peut acheter les millésimes 2014, 2012 à 2006, avec l’opportunité des excellents 2012, 2011 et 2008. Les meilleurs tiennent la distance avec les millésimes 2006 ou 2000.   – Pour Sauternes, je privilégie la finesse au côté sirupeux, préfère la fraîcheur à la liqueur. Ici, les millésimes 2011 et 2007 sont formidables, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2005 et 2003 certainement moins typés, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Quant au 2013, les très rares vins savoureux vont se compter sur les doigts, même si ceux qui les ont réussis offriront des vins exceptionnels…

 
En Champagne : Il y a de grandissimes bouteilles millésimées 2006, 2004 ou 2002, et, pour les plus récents, en 2011, 2010 et 2009, dont le potentiel est garanti (le 2003 nettement moins passionnant, trop “rôti”) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès mérité de la région.

On a la chance d’accéder au summum de la finesse, qui sait aussi s’associer à la complexité. Le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes.

 

Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”.  Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

 

En Languedoc : les 2013 (superbes) à 2006 sont savoureux, le 2014 commence à réserver de belles surprises, et le 2015 promet.

Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés.

 

Il y a toujours des “vins de mascarade”, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café”, la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers”.

 

En Provence, l’influence des millésimes est beaucoup moins marquée, et on accède à une très belle série, de 2015 à 2005. C’est le royaume du rosé, et il faut avouer que l’on a assisté à une véritable révolution qualitative dans cette couleur, souvent au détriment des rouges, d’ailleurs. Les rosés reviennent donc à la tête de ce type de vin, et se font payer, aux côtés de blancs, dont certains sortent vraiment du lot. Ceux qui comptent sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni Blanc), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux.

Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables.

Les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement important par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. On apprécie aussi un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes.

 

Pour le Sud-Ouest : les millésimes 2015, 2014, 2012, 2011, 2010, 2009 et 2007 sont très réussis en Madiran, Cahors et Jurançon, où les efforts accomplis depuis une dizaine d’années portent leurs fruits aujourd’hui. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Certains Igp, comme les vins de Gascogne, gagnent également à être mieux respectés. Néanmoins, on peut éviter les cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix incautionnable. Pour exemple, à Cahors, on peut douter du bien-fondé des communications spéciales “Malbec”, qui mettent trop le cépage en avant (comme en Argentine), et de quelques vins de mode. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas ici ou à Madiran ?

 

Dans la Loire : si les millésimes 2013 et 2012 ne sont pas évidents, en rouges, le 2011 tire son épingle du jeu, même si les quantités ne sont pas au rendez-vous. Les 2010 et 2009 sont superbes, gras, denses, très parfumés. Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés sont particulièremernt savoureux. Les blancs secs 2015 à 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, où les vins possèdent un réel potentiel d’évolution, des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtant très bien actuellement. Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (beaux 2000, 1998 ou 1995). Beaux liquoreux en 2011, 2010, 2009, 2007, 2004, 2003 et 2001.

 

Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé Silex pour s’assurer de la typicité des vins. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici. À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, à Menetou-Salon ou en Saumur-Champigny, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée.

 

Dans le Rhône : de 2015 à 2009, on est sûr de se faire plaisir, le 2008 est décevant, le 2007 remarquable, peut-être supérieur au 2006. Les 2005 et 2003 sont très mûrs, le 2004, très classique, le 2002, très difficile à maîtriser. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 2005, 1998, 1995 ou 1990. De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Ermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur. Les meilleurs vins, dans de nombeuses appellations (Cairanne, Visan, Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages…), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

– RÔTI, TRUFFE, AUX MARRONS OU FARCI, LES VINS PARFAITS SUR LE CHAPON

 

Chapon truffé en pot-au-feu

Chapon en camail violet

Chapon farci

Chapon farci aux truffes

Chapon braisé au vin rouge et gratin de céléri

Chapon rôti aux pommes farcies au lard

Chapon farci aux champignons

Chapon aux pommes et aux marrons

Chapon rôti

Chapon rôti à l’italienne

Chapon rôti farci aux marrons

Chapon au pot et sauce au foie gras

Chapon

Chapon farci au potiron

* A LA CREME, A L’AIL, AU CURRY, CHASSEUR OU BASQUAISE… QUELS VINS AVEC LE POULET ?

Poulet à la basquaise

Poulet à la crème

Poulet à la guérandaise

Poulet à la sauce tomate

Poulet à l’aïl

Poulet au blanc

Poulet au citron

Poulet au verjus

Poulet aux épices

Poulet aux moules

Poulet aux poireaux

Poulet basquaise

Poulet chasseur

Poulet cocotte

Poulet en crapaudine à l’ail

Poulet en croûte de sel

Poulet estragon et citron

Poulet farci aux châtaignes

Poulet fermier de coquillettes au foie gras

Poulet rôti

Poulet sauce moutarde

Poulet sauce rouilleuse

Poulet sauté

Poulet sauté aux nouilles chinoises

Poulet sauté aux tomates et au vinaigre

Poulet thaï au curry vert

Poulet vallée d’Auge

    Accord vin proposé :

  • Cidre

Poulet à la corse

Poulet sauté au concombre

Poulet aux écrevisses

Poulet poché froid crème de poivron

Poulet fermier à la broche

Poulet aux amandes

Poulet aux gousses d’aïl

Poulet farci

Poulet sauté à la forestière

Poulet au cerfeuil

Poulet sauté Tropicana

Poulet au gingembre

Poulet à la diable

Poulet en brique

Poulet aux pistaches

Poulet à la crème et aux champignons

Poulet en barbouille du Berry

Poulet à la persane

Poulet à la chinoise

Poulet au sel

Poulet sauté au vinaigre

Poulet farci au jambon

Poulet poché en gelée

Poulet froid en gelée au safran

Poulet en marinade d’épices

Poulet jaune aux galettes de maïs

Poulet tomaté

Poulet de grain rôti à l’ail et aux coeurs de pissenlits

Poulet sauté aux poireaux et champignons

Poulet aux olives et aux tomatees

Poulet créole

Poulet grillé au gingembre

Poulet tandoori

Poulet à l’estragon

Poulet au riesling

Poulet au pot farcie aux champignons

Poulet à la dacquoise

Les vins de l’année avec Vins du Siècle

– UN CHAMPAGNE TOUT AU LONG DU REPAS

Le Champagne est un grand vin à part entière et l’on peut donc faire tout un repas au Champagne.
Blanc de blancs ou Blanc de Noirs, Millésimée ou non, chaque cuvée possède une identité propre, qu’elle soit dominée par le Pinot Meunier, le Chardonnay ou le Pinot noir, qu’elle proviennent de la Montagne de Reims, de l’Aube, de la Vallée de la Marne ou de la Côte des Blancs.
Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce, une viande blanche ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).
LES MARQUES ET VIGNERONS INCONTOURNABLES
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom 
CATEGORIE A
Priorité à la puissance
KRUG (Grande Cuvée) (Hors classe) (r)

DEVAUX (D) (r)
ELLNER (Réserve) (r)
CHARLES HEIDSIECK (Millénaire) (r)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)

LAURENT-PERRIER (Grand Siècle)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal)
DE SOUSA (Caudalies)
DE TELMONT (O.R.1735)

Pierre ARNOULD (Aurore)
PAUL BARA (Réserve) (r)
DEUTZ
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs)
LOMBARD (Grand Cru) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)
DE VENOGE (Princes)


DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)
De CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d’Émotion)
COLLET (Esprit Couture)*
Jacques DEFRANCE (Millésime)
GATINOIS (Grand Cru)
JEAUNAUX-ROBIN
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
Laurent LEQUART (Prestige)
Philippe de LOZEY (Cuvée des Anges)*
MORIZE (Sélection) (r)
MUMM (R. Lalou)*
Etienne OUDART (Référence)
Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
RALLE (Réserve)*
René RUTAT (Millésimé)
SIMART-MOREAU (Grande Réserve)
Maurice VESSELLE (Millésimé)*
(VEUVE CLIQUOT (Grande Dame))

BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)
BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
Pierre GOBILLARD (Prestige)*
GOUTORBE (Spécial Club)*
HUOT (Carte Noire)*
LEJEUNE-DIRVANG (Seilles d’Or)*
Rémy MASSIN (Prestige)*
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)*
THÉVENET-DELOUVIN (Prestige)*
VEUVE OLIVIER (Grande Réserve)

BARDOUX (Millésimé)*
BOUCHÉ (Millésimé)
Christian BRIARD (Ambre)
CAMIAT (Prestige)*
CARLINI (Millésime)
Lionel CARREAU (Préembulles)*
J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)
Charles COLLIN (Blanc de Noirs)
CUPERLY (Grande Réserve)*
DELOT (Légende)*
DOUSSOT (Grande Cuvée)
FRANÇOIS BROSSOLETTE (Millésime)*
HAMM (Signature) (r)
HOERTER (Millésimé)*
HUGUENOT-TASSIN (Réserve)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)
Hervé LECLERE (Secret Millésime)
LITTIERE (Grande Cuvée)*
MAÎTRE
MALETREZ (Premier Cru)*
MARINETTE RACLOT (Millésime)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Millésimé)*
Daniel PERRIN (Millésime)*
André TIXIER et Fils (Millésime)*

ASPASIE (Brut de Fût)
BONNET LAUNOIS
(Guy CADEL (Grande Réserve) (r))
DAUPHIN (Instant Intégral)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
MANNOURY (Réserve)*
MOUZON LEROUX

(AUTRÉAU-LASNOT (Prestige))
BAILLETTE-PRUDHOMME (Memoris)*
Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)
(Germar BRETON (Blanc de Blancs))
OLIVIER Père et Fils (Aparté)
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)

(Guy CHARBAUT (Millésimé))
GREMILLET (Evidence)
Paul GOERG (Millésime)*
HENIN-DELOUVIN (Grand Cru)
ROBERT A. (Cuvée)
ROGGE-CERESER (Excellence)*

BONNET-GILMERT (Millésimé)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve)
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
BRICE (Vintage)
Edouard BRUN (Élégante)
DEVAVRY (Achille)
DRAPPIER (Grande Sendrée)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
Pierre MIGNON (Madame)*
PERSEVAL-FARGE (Millésimé)
Michel TURGY (Blanc de blancs)
VINCENT D’ASTRÉE (Millésimée)*

André ROBERT (Mesnil)*
BARDY-CHAUFFERT (Réserve)
BOIZEL (Grand Vintage)
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)*
BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
COUTIER (Henri III)*
DILIGENT (Millésime)
EGROT (Extra)
Nathalie FALMET (Nature)*
Michel LABBÉ (Prestige)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)*
Bernard LONCLAS (Prestige)
MARGAINE (Spécial Club)*
MÉDOT (Blanc de blancs)
Albert de MILLY
MOUSSE-GALOTEAU (Les Vinages)
Yvon MOUSSY (Prestige)*
RENAUDIN (Réserve)*
JEAUNEAUX ROBIN (Extra)
ROYER (Grande Réserve)*
TAILLET (Extra)
J.M TISSIER (Apollon)*
VANZELLA (Blanc de noirs)
VIGNON Père et Fils (Extra brut))

BARBIER-ROZE (Réserve)*
BERTHELOT PIOT (Prestige)*
BLONDEL (Blanc de blancs)*
BOREL LUCAS (Séléction)*
CHASSENAY d’ARCE (Confidences)
COLIN (Grand Cru)*
Franck DEBUT (Tradition)*
DEVILLIERS (RB)*
FANIEL-FILAINE (Eugénie)*
GIRARDIN (Vibrato)*
GRUET (3 Blancs)
ERIC LEGRAND (Prestige)*
MALINGRE
MARY SESSILE (L’Innatendue)
MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Extra)*
Hubert PAULET (Risléus)*
MOUZON LEROUX (L’Ineffable)*
ROBERT-ALLAIT (Prestige)*
Diogène TISSIER et Fils (Saveur de Juliette)

A. ROBERT (Sablon)*
BEAUGRAND (Nature)*
GIMONNET Pierre (Fleuron)
Robert JACOB (Collection Privée)*
Alexandre PENET (Nature)*
RIGOLLOT (Blanc de blancs)*
RUELLE (Grande Réserve)*
SADI-MALOT (Cuvée SM)*

BRIGITTE BARONI
VERRIER (Raymond Verrier)

Gaston CHIQUET (Blanc de Blancs)*
GALLIMARD (Quintessence)
Michel GAWRON (S)
NAPOLEON (Millésimé)*

DANGIN (Prestige)
(DELAUNOIS (Sublime))
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)
Philippe GONET (Extra)
GRASSET-STERN (Millésimé)
Bruno PAILLARD

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(LAMBLOT (Premier Cru))
(LENOBLE (Grand Cru)*)
(PANNIER (Réserve)*)
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
Prestige des SACRES (Privilège)*

(FENEUIL-POINTILLART (Premier Cru))
(GARDET (Prestige))
QUATRESOLS-GAUTHIER

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
Daniel CAILLEZ (Héritage)
Vincent COUCHE (Perle Nacre)*
VEUVE LANAUD (Prétrosses)*
LOUIS de SACY (Inédité)
PETITJEAN-PIENNE (Millésimé)
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)

BERTEMES (Extra)
BESNARD CHEVALIER (Meline)
PENET-CHARDONNET (Extra Réserve)*
DUMENIL (Prestige)
(LECLERC-BRIANT (Les Crayères))
(PIERRARD (Blanc de blancs))

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

* GUIDE DES VINS : LE TOP VIGNERONS DE L’ANNEE !

Le talent de nos vignerons et vigneronnes est particulièrement irremplaçable.

 

En-dehors de mes Classements habituels qui distinguent la qualité des vins, il faut aussi savoir récompenser le vigneron, sa fidélité, sa passion, son enthousiasme, sa joie de vivre, sa simplicité, au travers de ce “Top” exceptionnel.

 

Le seul fait d’être dans ce Top Vignerons est un gage de qualité, et chaque année, ce Palmarès évolue, de nouveaux entrent, quelques-uns sortent, certains changent de hiérarchie…

 

Ces hommes et ces femmes savent ce qu’ils ont à faire, se passent d’un magicien pour fabriquer une cuvée (très) spéciale, et ne perdent pas leur temps à frimer ou à jongler avec leurs tarifs… Respectant les anciens, ils travaillent, connaissent la force de leur sol, se servent à bon escient des techniques les plus modernes, sans perdre leur âme. Ils ont des valeurs, aiment leur vin, comme moi, comme vous. Et c’est tout ce qui compte.

 

Ceux-là, bien sûr, sont la fierté de notre pays tant ils sont attachés à des valeurs, primordiales, que d’autres producteurs ont bien du mal -encore- à assimiler :

 

La qualité réelle de leurs sols : un terroir, cela ne se crée pas, il en existe ou pas, voilà tout. Son osmose avec un cépage crée ce que nous buvons : un vin racé ou non. Pour exemple, si personne n’a planté, auparavant, de Gewurtraminer ou de Chardonnay en Languedoc, il y a une raison : il faut, pour créer de grands blancs avec ces cépages, une climatologie propre, et relativement froide. On peut se demander également ce que vient faire le Cabernet-Sauvignon en Provence…

 

Un vignoble, c’est un homme (ou une femme) qui crée un vin, se passionne pour cela, et le fait partager, pour gagner sa vie, certes, mais toujours avec un sens patrimonial conséquent. Pas un “business-plan” ni une société capitalistique qui existe pour s’acheter des sculptures, frimer dans des salons ou éviter l’Isf.

 

Un grand vin, en soi, cela n’existe pas : il n’y a que les vins racés, et les autres. Et heureusement, sans cela, on n’aimerait que les vins que certains “critiques” nous vantent comme les meilleurs (bizarre, ce sont toujours les mêmes) !

 

C’est une histoire de goût, de moment, d’humeur, de partage, d’expérience.

C’est grâce à cette philosophie que, chaque jour, on a envie de se faire plaisir avec des vins totalement différents, qui valent, qu’importe, 10 ou 100 € : un Pauillac, un Muscat du Cap Corse, un grand rosé de Provence, un Sancerre qui sent le silex, un Puligny suave ou un Chablis minéral, un Gevrey qui sent la griotte, un Côte-Rôtie qui peine à se dévoiler, un Morgon marqué par sa prune, un Pomerol par la truffe ou un Saumur-Champigny qui fleure la violette, un Pessac chaleureux comme un Champagne qui sent sa “craie”… la liste est longue, elle regroupe toute la France.

C’est cela, le vin : le plaisir d’accéder à cette spécificité territoriale unique, rien d’autre. Et le faire partager.

 

Guide des vins
Vinovox

 

Les Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤

Les références de leur appellation, que je connais généralement depuis longtemps, un bon nombre étant retenus depuis le 1er Guide (ou pratiquement), ce qui -en soi- mérite un véritable “coup de chapeau”, tant il est difficile de se maintenir au plus haut niveau, chacun dans sa gamme, naturellement, et dans son style. Ils associent le talent et la passion, sans se faire avoir par les modes… tout ce que l’on aime. Certains et rares vignerons peuvent également y accéder très rapidement lorsque le “coup de cœur” est immédiat.

 

Les Prix d’Excellence ❤❤❤❤

De grandes valeurs sûres, dans toute la gamme, dans le Guide depuis longtemps ou qui sont de grands coups de cœur des derniers millésimes. Ils sont également garants d’une régularité qualitative exemplaire et d’un attachement réel au terroir. Du grand art encore, chacun possédant son originalité. Pour quelques-uns, s’ils confirment cette excellence, ils atteindront le Prix d’Honneur.

 

Les Satisfecits ❤❤❤ : 165

Les grandes satisfactions de ces derniers millésimes et/ou ceux dont les vins m’ont particulièrement séduits cette année, qui se distinguent vraiment dans les dégustations et dont le talent se confirme. Ils peuvent prétendre au Prix d’Excellence. C’est déjà, en soi, une belle garantie qualitative d’être dans cette catégorie.

 

VOICI LE TOP VIGNERONS ACTUEL DE BORDEAUX, CLIQUEZ SUR LE NOM POUR ACCEDER AUX COMMENTAIRES DE DEGUSTATION

 

Prix d’Honneur

Jean-Noël Belloc (Brondelle)
Jean-Marie et Pascale Bouldy (Bellegrave)
Aurore Briolais (Haut-Mousseau)
Sylvie Courreau-Fompérier (Guillemin la Gaffelière)
Didier Meneuvrier (Croix-Davids)
Jacques Mournaud (Grand Cormier)
Famille Renouil (Brousteras)
Jean-Claude Rocher (Vieux Château des Rochers)
Bruno Saintout (La Bridane)
José Sanfins (Cantenac-Brown)

Prix d’Excellence

Famille Blanchard (Coudot)
Alex Barrau (La Tour Blanche)
Jean-Pierre, Mélissa et Loïc Bergey (Temple de Tourteyron)
Famille Bolleau (Lespault-Martillac)
Josselin et Lionel Bord (Clos Jean)
Henri Bourlon (Guibot)
Christian Brun (Les Viticulteurs du Fort Médoc)
Régis Chevalier (Haut-Cruzeau)
Paule et Michel Dubois (La Ganne)
Famille Escure (Grand-Pey-Lescours)
Sébastien Fraysse (Loirac)
Gilles Fressineau (Piron)
Philippe et Jacques Guignard (Lamothe Guignard)
Jean Guyon (Rollan de By)
Jean-Philippe Janoueix (Confession)
Marie-Dominique Laporte (Donissan)
Anne et Hugues Mallet (Haut-Macô)
Jean et Alain Maufras (Pontac Monplaisir)
Famille Meslier (Raymond-Lafon)
Richard Mestreguilhem (Pipeau)
Michel et Chantal Miecaze (Léognan)
Stéphane Négrier (Croix du Trale)
Eric et Philibert Perrin (Carbonnieux)
Odette Pommier (Darius)
Famille Thomassin (France)
Dominique Turtaut (Rougemont)

Satisfecits

Robert Armellin (Les Maubats)
Famille Baly (Coutet)
Odile et Thierry Bazin (Terre Blanque)
Guy Benjamin (Branda)
Sandrine et Bernard Capdevielle (Reynaud)
Bernard Cazeneuve (Mayne-Guyon)
Jacques Chardat (Lacaussade Saint Martin)
Famille Curl (Gaby)
Aline, Jacques et Aurélien Demonchaux (Pierrail)
Jean Dubech
Famille Duwer (Colbert)
Famille Guimberteau (Franc Baudron)
Famille Jonck (Espérance)
Bertrand Lacampagne (Reys)
Famille Moreau (Farizeau)
Sophie et Laurent Poitevin (Grand Bert)
Pascale et Dominique Poncet (Font-Vidal)
Famille Rambeaud (Corbin)
Famille Rey (Les Graves d’Ardonneau)
Jean Paul et Brigitte Roland (Beyzac)
Hubert et Bruno Rouy (Escot)
Bruno Segond (Lousteauneuf)
Famille Sénéclauze (Marquis de Terme)
Marie Vialard (Cissac)
Charles Yung (Barail)

 

 

CLIQUEZ SUR UNE AUTRE REGION 

ALSACE LANGUEDOC-ROUSSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE
BORDEAUX SUD-OUEST-PERIGORD
BOURGOGNE VAL DE LOIRE
CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
JURA-SAVOIE

 

– CLASSEMENT : QUAND LES MEILLEURS VINS DU MEDOC PASSENT A TABLE

Dans le Médoc, les propriétaires maintiennent une identité forte : intrinsèquement, un Margaux n’a rien à voir avec un Pauillac (ni même avec un autre Margaux, tant les sols sont différents dans l’appellation), un Moulis doit refléter l’élégance quand c’est la structure qui signe un Saint-Estèphe…

Les terroirs font les vins ! Pas besoin de tricher avec des manipulations œnologiques ou des élevages qui abrutissent les vins. Nul besoin non plus de prix extravagants, puisque l’on se fait plaisir dans une gamme cohérente et accessible. Voici ceux qui élèvent donc les véritables grands vins médocains, ceux qui ont une “âme”, de l’élégance, un véritable potentiel d’évolution, et ont signé plusieurs millésimes formidables :  les 2015, 2010 et 2009, grandissimes, les 2014, 2011, 2008, 2006, 2004 et 2002, la plupart formidables aujourd’hui, un 2007 savoureux, un 2005 chaleureux et un 2013 difficile mais réussi. Le plaisir est là, intact, et c’est du grand art.2457.jpg

CLIQUEZ SUR L’APPELLATION POUR VOIR LES PLATS QUI S’ADAPTENT LE MIEUX

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom
Attention : il y a des vins de « touristes » dans le Médoc, crus classés ou non, dont la renommée est galvaudée, dépersonnalisés, « lissés » par des vinifications trop sophistiquées ou faute d’un terroir réel, souvent trop boisés, trop chers…
et d’autres vins racés, formidables, notamment ceux qui sont dans ce Classement, du plus grand au plus abordable !

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR (Hors Classe)
MOUTON-ROTHSCHILD

GRAND-PUY-LACOSTE
MONTROSE
PICHON-COMTESSE

(LYNCH-BAGES)
CLERC-MILON

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
LAFITE-ROTHSCHILD
MARGAUX

BATAILLEY
LASCOMBES

BRANE-CANTENAC
CLAUZET
HAUT-MARBUZET
LÉOVILLE-BARTON

2848.jpg

6.jpg

visual.png

1946.jpg1939.jpg

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BEAU SITE
(CALON-SÉGUR*)
FONBADET
LA GALIANE
HAUT-BATAILLEY
TRONQUOY-LALANDE*

DAVID
SAINT-HILAIRE
ESTEAU
FONTESTEAU*
LESTAGE-DARQUIER
HOURTIN DUCASSE*
LE MEYNIEU*
LA PEYRE

CAMBON LA PELOUSE*
LAMOTHE-CISSAC
TEMPLE DE TOURTEYRON
BROUSTERAS
BOIS CARRÉ*
COUDOT
HENNEBELLE
LES MOINES*

AGASSAC
CISSAC
HAUT COTEAU*
LAGNEAUX*
LAGORCE BERNADAS
RAUX*
GRAVES DE LOIRAC*

(GORRE)
ROSE BRANA

(GRAND-PUY DUCASSE)
(FOURCAS-HOSTEN)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BRIDANE
CANTENAC-BROWN*
DESMIRAIL*
FOURCAS-DUPRÉ
MAUCAILLOU

LAGRANGE*
MARQUIS DE TERME*
MAYNE LALANDE
MOULINE
ROLLAN DE BY
VILLEGEORGE
LE BOURDIEU
PANIGON
PLANTIER ROSE
PATACHE D’AUX
PETIT BOCQ
POMYS
SAINT-AHON
TOUR-DU-ROC*

CARONNE-SAINTE-GEMME
DEVISE D’ARDILLEY*
(TALBOT)
CROIX du TRALE
DOYAC
HOURBANON*
LAMARQUE
(MONGRAVEY*)
REYNATS
SOULEY-SAINTE-CROIX

ESCOT*
LOUSTEAUNEUF
LUSSAN
VITICULTEURS FORT MEDOC

MOULIN ROUGE
LES MARCEAUX*

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
PONTAC-LYNCH
CHANTEMERLE*
DOMEYNE
LOIRAC*
TOUR SIEUJAN

TOUR MARCILLANET

SIORAC
LABADIE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
DONISSAN*
GRANINS-GRAND-POUJEAUX

FAUGEROUX
LARRIVAUX
LE TEMPLE*

SENILHAC

(SIGOGNAC)
SÉRILHAN

 

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

– VINS DU SIECLE : 15 APPELLATIONS, 15 VINS AU TOP !

 

DOMAINE MARC JOMAIN


PULIGNY-MONTRACHET

Philippe, Catherine et Christophe JOMAIN, frères et soeurs, exploitent leur propre domaine au sein d’un groupement foncier créé le 03 novembre 1992. Le domaine comprend 9 hectares de vignoble à PULIGNY-MONTRACHET dont 4 produisent essentiellement des grands vins blancs de réputation mondiale issus du cépage chardonnay dans les appellations village, 1er cru et grand cru. Alliant modernisme et tradition, le domaine est dirigé avec dynamisme par la famille JOMAIN. Soucieux de préserver l’environnement, le domaine suit un programme de lutte raisonnée. La lutte raisonnée permet de préserver la qualité sanitaire des récoltes sans altérer le milieu écologique en utilisant uniquement des produits de traitement sévèrement homologués et utilisés au cas par cas suivant l’état sanitaire de chaque parcelle. Les efforts portent leurs fruits car le milieu écologique se reconstitue dans le vignoble. La vendange est récoltée manuellement, la vinification respectueuse de chaque appellation s’effectue par pressurage pneumatique. Les vins fermentent en fût de chêne dans une proportion n’excédant pas le quart de fût neuf. L’élevage traditionnel et la mise en bouteilles sont réalisés avec minutie sans manipulation excessive des vins sous le contrôle étroit d’un laboratoire d’oenologie agrée. Durant la fermentation malo-lactique les vins sont bâtonnés afin d’obtenir davantage de rondeur et de complexité. Au printemps, les vins sont alors soutirés et clarifiés par collage, la mise en bouteille intervenant généralement début septembre. Découvrez leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Pucelles 2010, un vin minéral, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits, avec des notes de tilleul et d’abricot. Remarquable 2009, avec ces senteurs spécifiques de pomme et d’amande grillée, un grand vin, gras, tout en arômes et longueur en bouche avec ces connotations discrètes de poire et de brioche, vraiment remarquable. Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes 2010, avec ces notes de noisette et de miel, intense, tout en finesse, un vin à ouvrir sur des bouchées à la reine. Le 2009 est dense et subtil, un vin où l’on trouve des notes de tilleul et d’amande, typé, de bouche puissante, de robe jaune pâle aux reflets d’or, avec beaucoup de moelleux et de persistance.

 

 

DOMAINE DE LAUBERTRIE


BORDEAUX

Propriété familiale depuis le XVI ème siècle. L’Auberterie est une formation du haut moyen âge ; la famille Pontallier y apparaît dans les textes depuis la fin du XVI ème siècle. Ancien fief de la Baronnie de la Rivière au Duché de Fronsac, elle rejoint le Cubzagais à partir de la révolution française. Les bâtiments d’exploitation remontent au XVIII et XIX ème siècle, la maison d’habitation a été surélevée et terminée en 1863. Marie Christine Pontallier est secondée par ses enfants, Arnaud et Benoit, qui s’impliquent de plus en plus. Le Domaine de Laubertrie compte 15 hectares de vignes, situés sur un plateau argilo-calcaire. La culture y est traditionnelle, les vins sont élaborés dans nos chais, de façon artisanale, en essayant de respecter les caractères du terroir et de chaque millésime. Le travail du sol privilégie les procédés mécaniques et l’enherbement naturel. Les vendanges se font manuellement. Les vins produits sont des Bordeaux rouge, Bordeaux blanc et Bordeaux rosé et également du Crémant de Bordeaux. Les derniers millésimes sont caractérisés par une climatologie exceptionnelle. Les vins sont puissants, corsés, très marqués par le fruit. Toujours au sommet de son appellation avec ce Bordeaux rouge 2010, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, d’excellente garde. Le 2009, aux senteurs de violette et d’humus, de bouche charnue, un vin coloré et dense, associe structure et rondeur, aux tanins riches, de couleur grenat. Le Bordeaux blanc est de robe jaune pâle, floral, harmonieux, un vin qui sent bon la pomme et l’aubépine, de très bonne bouche. Joli Crémant de Bordeaux, à la mousse ample et florale. Parfait pour une halte dans le vignoble, deux gîtes sont disponibles sur place.

 

 

DOMAINE ALINE ET REMY SIMON


VINS ROUGES DE SAINT-HIPPOLYTE

Après la reprise d’un vignoble familial ancestral et avec beaucoup de détermination et de volonté, la commercialisation de notre production a débuté au cours des années 1990. La plus grande partie de nos vignes se situent au pied du majestueux Château du Haut-Koenigsbourg. Avec 6 hectares de vignes et malgré la jeunesse de la maison, nous produisons principalement des vins à Haute Expression et nous alignons chaque année une vingtaine de cuvées grâce à un travail acharné et à des finitions soignées. Parmi un grand nombre de références, citons entre autres la gamme des Vieilles Vignes, l’ensemble de nos vins de terroir comme les BURGREBEN ou SILBERGRUB sans oublier notre fameux « ROUGE DE SAINT-HIPPOLYTE ». En 2003, nous avons fêté la naissance de notre dernière cuvée : « HARMONIE », un vin de table qui se décline en blanc ou rosé selon l’humeur. La typicité et la qualité de nos crus sont régulièrement récompensés dans différents concours et revues : Guide hachette, Prix d’Excellence, médailles…

 

 

 

CHATEAU SAINT-AHON


HAUT-MEDOC

Propriété de Charles de Montesquieu au XVIIe siècle, le Château Saint-Ahon a été acquis par le comte et la comtesse Bernard de Colbert en 1985, c’est à présent leur fille et son mari, Françoise et Nicolas de Courcel, qui ont repris les rênes de ce domaine de 31 ha (60% Cabernet-Sauvignon, 30% Merlot noir, 5% Cabernet franc et 5% Petit Verdot), en 2003. Coup de cœur pour leur Haut-Médoc Cru Bourgeois 2009, de belle robe pourpre, aux tanins mûrs mais tout aussi riches, dominé par le cassis et la framboise, bien charnu comme il le faut, un vin qui développe beaucoup de volume, très prometteur. Le 2008, charpenté, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, aux tanins puissants, au nez complexe où dominent les fruits mûrs, le cuir et les sous-bois, mérite un peu de patience. Le 2007, bien charnu, de bouche ample et parfumée, tout en persistance d’arômes (fruits rouges mûrs, cannelle), tout en charme, est à apprécier sur une omelette aux truffes. Beau 2006, médaille d’Or au concours de vins de Bordeaux et de Bronze à Mâcon en 2009 de couleur soutenue, au nez complexe, aux notes de fraise des bois, d’humus et de poivre, un vin corsé et charpenté, aux tanins harmonieux mais puissants, de belle charpente, charnu et prometteur. Remarquable 2005 (60% Cabernet-Sauvignon, 28% Merlot, 10% Cabernet franc et 2% Petit Verdot), médaille d’Argent à Mâcon, un vin de belle robe soutenue, avec ce charnu et cette pointe d’épices spécifiques, de bouche puissante et souple, tannique, de garde.

 

 

 

DOMAINE DE LA VALERIANE


COTES-DU-RHONE-VILLAGE SIGNARGUES

Le Domaine de la Valériane se situe au sud des Côtes du Rhône méridionales, aux frontières de la Provence et du Languedoc, sur la rive droite du Rhône. Cette famille de vignerons, enracinée dans cette terre ocre, rougie par l’oxyde de fer, aux galets roulés polis par le temps, cultive avec soin et savoir-faire la vigne sur ce terroir d’exception depuis 4 générations. Aujourd’hui, Valérie COLLOMB, œnologue vous accueillera au Domaine pour vous faire partager sa passion du vin, avec son mari Michel COLLOMB lui-même vigneron propriétaire du Clos d’Alzan. Ce dernier vous fera également découvrir sa production d’huile d’olive. « Si vous venez jusqu’à nous, vous découvrirez un petit village vigneron : Domazan au creux d’une vallée où s’épanouit sur des coteaux en pente douce, dans un paysage typiquement méridional façonné par le soleil et le mistral. A la croisée des chemins entre Avignon, la cité papale et l’aqueduc romain du Pont du Gard, vous découvrirez ce terroir d’exception consacré depuis 2005, par une appellation Côtes du Rhône Village SIGNARGUES. L’originalité de notre Domaine qui s’étend sur une quarantaine d’hectares, réside dans l’existence de plusieurs dizaines de parcelles disséminées sur différents secteurs du territoire de SIGNARGUES. Ainsi, les variations de sols et microclimat au sein même de la propriété, permettent de produire toute une palette de vins aux saveurs et qualités multiples : Côtes du Rhône blanc, rosé, rouge, notre cuvée Sélection Vieilles Vignes issue de nos plus anciennes parcelles de plus de 40 ans et notre Côtes du Rhône Village SIGNARGUES où s’expriment toute la chaleur et la puissance de notre terroir.

 

 

 

DOMAINE ALARY


COTES-DU-RHONE-VILLAGE CAIRANNE

Un domaine familial de père en fils depuis 1692, de 25 ha, composé de terres argilo-calcaires caillouteuses. C’est aujourd’hui Denis Alary qui dirige ce domaine à taille humaine, dont l’esprit vigneron a toujours été la base. La propriété se situe entièrement sur la commune de Cairanne, avec 3 terroirs différents qui permettent une subtilité dans les assemblages en fonction des millésimes. Les vins sont élevés dans le respect du terroir et de l’environnement avec des pratiques culturales très appropriées à la nature, en conversion bio depuis 2009. Vendanges manuelles, tri de la vendange à la vigne et à la cave, éraflage, pigeage. Élevage une partie en cuves et une partie en foudres et demi-muits… Excellent Cairanne La Brunotte 2010, au nez de griotte et de cassis mûrs, est dense et complexe, très parfumé en bouche avec une finale poivrée. Le Cairanne rouge La Font d’Estevenas 2009, aux arômes de violette et de réglisse, avec des tanins présents et soyeux à la fois, un vin ferme et généreux. Le Cairanne blanc La Font d’Estevenas 2009, qui a ce nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, un vin ferme et fruité comme leur Cairanne CDR-Villages La Jean de Verde 2009, corsé, de belle robe soutenue, aux notes de sous-bois et de fraise, alliant structure et souplesse, d’excellente évolution comme le prouve ce 2007, d’une belle couleur grenat pourpre, riche et parfumé, aux connotations discrètes de fruits macérés et d’humus, harmonieux. Il y a aussi le CDR blanc sec La Chèvre d’Or 2011, de bouche fraîche et souple à la fois, aux notes de chèvrefeuille. Goûtez l’IGP Principauté d’Orange blanc sec La Grange Daniel Roussane 2011, de robe délicate, qui sent la rose, alliant nervosité et rondeur.

 

 

 

DOMAINE DU CHALET POUILLY


POUILLY-FUISSE

Depuis plus d’un siècle déjà, la famille Plumet vit dans le village de Solutré-Pouilly situé dans la région du Mâconnais en Bourgogne, France. Les premières vignes ont été plantées en 1850 – bien qu’il semblerait que l’origine de la propriété familiale remonte à 1774. Depuis les connaissances viticoles ainsi que le savoir-faire familial furent transmis de génération en génération. Le Domaine du Chalet Pouilly est situé à flanc de coteaux et domine le petit hameau de Pouilly au cœur de l’appellation Pouilly-Fuissé. Les 8,5 hectares se partagent entre 5 ha de “Pouilly-Fuisse”, 3 ha de “Saint-Véran” et 0,5 ha de “Mâcon-Solutré”. L’âge moyen des vignes est d’une quarantaine d’années pour le Pouilly-Fuissé et d’une cinquantaine d’années pour le Saint-Véran. Certaines sont centenaires. Le Mâcon-Solutré a été planté en 2010. Les terrains sont à prédominante argilo-calcaire pour le Pouilly-Fuissé et calcaire pour le Saint-Véran. En 1983, Henri Plumet transmit sa propriété à sa fille Marie-Agnès Plumet et son époux Bernard Léger. Le Domaine vous propose ce Pouilly-Fuissé 2009, élevé en fûts de chêne pendant 18 mois dans la tradition bourguignonne, présente une robe or clair, au nez délicat, capiteux, boisé, fin, aux parfums d’amande, de fruits blancs, de tilleul, de bouche dense, ample, qui séduit par son équilibre et sa richesse aromatique (bois, fruits, fleurs) le tout porté par une matière généreuse. Une réussite. Il faut savoir être patient afin de profiter pleinement de l’évolution bénéfique du temps. Le Pouilly-Fuissé 2005, élevage 18 mois en fûts traditionnels, est un vin aux nuances complexes où dominent les fleurs et le fumé, harmonieux, un vin ample et gras en bouche. Le Pouilly-Fuissé, au bouquet fleuri, avec des notes de noisette et de pêche blanche, tout en finesse, est régulièrement réussi.

 

DOMAINE DU CLOS DU FIEF


JULIENAS

Le Domaine s’étend sur 6 ha de Juliénas, 1 ha de Saint-Amour et 5 ha de Beaujolais-Villages sis sur la commune de Jullié, le tout provenant de cépage Gamay noir à jus blanc. L’exploitation comporte 1/2 ha de Beaujolais-Villages blanc issu du cépage Chardonnay sur la commune de Saint-Veran en Saône-et-Loire avec en parallèle le développement du Crémant de Bourgogne. Vinification différente selon les vignes et les appellations. Traditionnelle, semi-carbonique pour le Juliénas, chapeau immergé pour le Saint-Amour. Francis Tête, tonnelier, régisseur de cave, a créé l’exploitation pour la transmettre ensuite à son fils Raymond, pionnier de la vente directe en bouteilles à la propriété. Depuis 1980, Michel (3 ème génération) et Françoise ont développé l’entreprise et fondé, en 1988, le “Domaine du Clos du Fief”. Superbe Juliénas cuvée Prestige 2010 (sol argilo-siliceux), très représentatif de ce que doit être un vin de cette appellation, où s’entremêlent les épices, la griotte et les sous-bois, un vin fondu, puissant au nez comme en bouche, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’excellente évolution. Le Saint-Amour Les Capitans 2010 est une référence. Les raisins viennent d’une petite parcelle au lieu dit Les Capitans, situé sur la montagne de Bessay, avec une exposition sud-sud-est. Installée sur un sol argilo-calcaire, la vigne de Gamay, âgée de 35 ans, est conduite en gobelet, avec des rangs enherbés pour une culture raisonnée. Une vinification de raisins entiers, avec chapeau immergé (le raisin est maintenu sous son jus avec un dispositif de grille dans la cuve) pour une macération longue permet d’obtenir cette cuvée unique. Le Juliénas 2011 est classique et racé comme nous les aimons, chaleureux, à la robe rubis intense, avec ce nez de mûre et de griotte. Remarquable Juliénas Tête de Cuvée 2006, vinification à la bourguignonne, égrappage à 100% de la vendange, macération d’une dizaine de jours, avec pigeage (foulage manuel) régulier dans une cuve traditionnelle en bois, 18 mois dont 6 mois en fûts, d’un beau grenat foncé, au nez de cassis et de framboise avec des notes de violette et d’épices, un vin chaleureux. Goûtez le Beaujolais-Villages rosé Fleur de Gamay 2011, vif et fruité comme le Beaujolais-Villages 2011, classique et régulièrement réussi. Le Beaujolais-Villages blanc Fleur de Chardonnay 2011, aux notes d’agrumes et de lis, séduit par une touche d’acidité alliée à une jolie rondeur.

 

 

 

DOMAINE TROTEREAU


QUINCY

Le Domaine TROTEREAU est une propriété familiale qui vit le jour en 1804 quand Etienne Augustin TROTEREAU, issue d’une famille de vignerons vierzonnais, s’installa à Quincy. Depuis, cinq générations se sont succédées. Pierre RAGON qui a repris l’exploitation en 1973 est actuellement le 6ème vigneron de cette longue lignée. Il exploite 13 ha qu’il cultive dans le respect de la nature en pratiquant une lutte raisonnée, la maîtrise des rendements et l’élevage passionné du vin. Très classique de son appellation, ce Quincy Tradition 2012 est tout en finesse, de bouche fine, aux arômes de fruits frais et de fruits secs, d’une longue finale. Le 2011 est un vin très harmonieux, aux notes de fruits secs et de fleurs, d’une finale longue avec d’agréables notes d’agrumes, à déboucher sur des crustacés. Le Domaine TROTEREAU vous propose aussi une cuvée Vieilles Vignes, issue de 3 ha de vignes centenaires, mais dont la production est limitée et non annuelle.

 

 

 

SCEA CHATEAU CAILLIVET


GRAVES

Au sein de l’appellation Graves, le Château CAILLIVET, à 35 km au sud de Bordeaux, domine la vallée de la Garonne et ses vignobles. Sur ce terroir d’exception sont cultivés 7,5 ha en rouge et 4 ha en blanc. Travaillée en agriculture raisonnée, la vigne et le suivi permanent permettent aux vins de la propriété de remporter de nombreuses récompenses : Millésime rouge 2011 médaille d’or au Concours de Bordeaux 2014, Millésime rouge 2012 médaille d’or au Concours de Bordeaux 2015. Nous serons heureux de vous les faire découvrir, avec ou sans rendez, par une dégustation dans une ambiance chaleureuse et familiale. Voilà un savoureux Graves rouge 2012 (60% Merlot, 40% Cabernet-Sauvignon), élevé en fûts de chêne, souple et soyeux, avec une structure tannique puissante, un bouquet de fruits noirs et de poivre, d’une finale persistante et boisée, qui mérite d’être attendu pour profiter de son potentiel. Le 2011 de couleur rubis, de bouche classique, de charpente soutenue, est riche et parfumé, avec ses tanins ronds et mûrs, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, un vin structuré, parfait sur une entrecôte à la Bordelaise. Le 2010, aux notes de cerise et de sous-bois, de belle robe intense, très équilibré au nez comme en bouche, alliant charpente et rondeur, complexe, très persistant, de belle évolution. Le Graves rouge In 2012, complexe, avec des arômes de fruits noirs, d’épices, est un vin harmonieux, d’une jolie robe groseille, de bouche classique.

 

 

DOMAINE FOUGERAY DE BEAUCLAIR


MARSANNAY

Ce domaine familial fut créé en 1978 par Jean-Louis et Evelyne Fougeray, par acquisition et fermage de vignes dans de prestigieuses appellations bourguignonnes de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. C’est en 1999 que Patrice Ollivier le gendre, a repris la direction ainsi que la vinification du Domaine. Le vignoble s’étend aujourd’hui sur 17 ha de Marsannay La Côte jusqu’à Puligny-Montrachet, notre dernière acquisition. Les bouteilles dégustées sont particulièrement savoureuses. Il y a ce grand Bonnes-Mares 2011, l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, très prometteur. Le Marsannay Les Saint Jacques rouge 2011, parfumé, aux tanins fermes et fondus à la fois, légèrement épicé comme il se doit, est très représentatif de ce terroir particulier, d’excellente évolution. Le Marsannay rouge Les Favières 2011, aux tanins souples, aux notes subtiles de fruits rouges mûrs (cerise, cassis) et d’humus, est un vin ample et de jolie charpente, très persistant, de très bonne évolution. Le Marsannay blanc Les Aiges Pruniers 2012, fin et riche à la fois, aux notes complexes de pêche et de noix, de mousse très abondante, est charmeur et chaleureux, tout en finesse d’arômes.  Superbe Chambertin Les Seuvrées 2011, de robe profonde, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs avec des notes d’épices, de cuir, de truffe, un vin d’une grande structure, avec des tanins veloutés mais denses, d’une très belle finale, de garde, très racé. Le Fixin rouge Clos Marion 2012, au nez délicat (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin qui allie puissance et souplesse, de très bonne évolution comme le Savigny-lès-Beaune rouge Les Golardes 2011, qui est une réussite, un vin gras et coloré, intense, aux nuances de petits fruits macérés. Le Fixin blanc Clos Marion 2012 est dans la lignée, de bouche savoureuse comme ce Savigny-lès-Beaune blanc Les Golardes 2011, suave en bouche, harmonieux, aux arômes de fruits blancs et de lis, d’une jolie richesse aromatique en finale.

 

 

DOMAINE PARDON 


BEAUJOLAIS-VILLAGES et REGNIE

Depuis 1820, la famille PARDON est propriétaire de vignobles dans la région du Beaujolais, la délimitation des CRUS en AOC n’ayant commencée qu’en 1936. Notre cave se situe au lieu dit « La Chevalière » à Beaujeu dans le Rhône (69) à environ 55km au nord de Lyon. Beaujeu étant la capitale historique du Beaujolais. Nous disposons également de deux chais de Vinification, l’un à REGNIÉ DURETTE et le second à FLEURIE, plus au nord dans la zone des Crus. Afin de proposer une gamme complète, en sus des vins de nos Domaines, nous travaillons en partenariat avec d’autres Vignerons situés sur les terroirs les plus représentatifs de la région. Quant aux quelques vins de Bourgogne présents sur notre liste, nous les sélectionnons et nous les embouteillons à Beaune, pour la plupart d’entre eux. Beau Régnié 2013 cuvée Tim, issu d’un sol granitique et sablonneux spécifique à la commune, récolte manuelle à maturité complète, macération semi carbonique de 8 jours, élevage en cuve pendant 8 mois, technique du grillage… le tout donnant ce vin complexe, épicé, un vin qui emplit bien la bouche, aux senteurs de fruits macérés et d’épices, riche, de belle teinte grenat, mêlant finesse et charpente. Savoureux Fleurie cuvée Hugo 2012, aux tanins bien soyeux, de robe pourpre, au nez dominé par la fraise et la mûre, structuré, d’une jolie finale, un vin classique. Goûtez le Beaujolais-Villages cuvée de l’Ermitage 2013, de robe rubis soutenu, aux senteurs de groseille et de pivoine, de bouche fraîche.

 

 

 

DOMAINE GERARD TREMBLAY


CHABLIS

Un remarquable propriétaire qui exploite avec son épouse Hélène, et son fils Vincent, un beau vignoble, patiemment constitué qui compte aujourd’hui 37 hectares dont une dizaine en Premiers Crus auxquels s’ajoutent des hectares en Chablis, Petit Chablis et Grand Cru Vaudésir, l’un des plus grands vins de Chablis. Très attaché à la qualité, très méticuleux et travailleur, Gérard Tremblay, de caractère tenace et volontaire vinifie avec toutes les techniques modernes au service de son savoir-faire traditionnel. La force de Gérard Tremblay est d’apporter autant de soins à l’élevage de ses Grands Crus qu’à celui de ses vins de Chablis et plus d’un serait surpris à une dégustation à l’aveugle d’une si belle qualité de vins. Le Petit Chablis est rond, floral, très expansif en arômes primaires, tandis que le Chablis est plus gras, plus ample, persistant et très typé. Le Chablis 1er Cru « Beauroy » est d’une très grande finesse, de belle harmonie, le Chablis 1er Cru « Côte de Léchet » a un nez complexe à dominante de fruits secs et frais, en bouche il est très riche aromatiquement. Le 1er Cru « Montmain » a un nez complexe et fin, il est très long et persistant en bouche. Le Chablis 1er Cru « Fourchaume » est le fleuron de la cave, le nez et la bouche sont charmés par tous ses arômes de miel, de fleurs blanches, d’une très grande persistance et longueur en bouche. Le Chablis Cru « Valmur », régulièrement splendide, a un nez très typé associant puissance et distinction, en bouche il est gras et suave, avec des arômes doux de miel, beaucoup de longueur et de persistance en bouche.

 

 

 

DOMAINE VINCENT BACHELET


CHASSAGNE-MONTRACHET

Domaine de 13 ha de vignes sur la Côte de Beaune, principalement sur Chassagne Montrachet et dans les Maranges, sans oublier Santenay, Meursault et Pommard. Le propriétaire Vincent Bachelet poursuit la tradition paternelle de Bernard Bachelet. Les vins sont vinifiés et élevés dans de magnifiques caves du XVIIIe siècle, ou s’offre un spectacle inoubliable. Une belle occasion pour déguster ce remarquable Chassagne-Montrachet Premier Cru Morgeot blanc 2010, aux notes d’aubépine et de fumé, tout en bouche, gras, un vin de jolie teinte, subtil, parfumé, charmeur au nez comme en bouche, très bien équilibré, d’une belle harmonie. Le 2009, suave, très fin, associe richesse aromatique et persistance, dense en bouche, avec des connotations persistantes de noisette et d’abricot mûr. Le 2008, intense, associant structure et finesse, tout en harmonie, un vin typé, gras, ample, de bouche persistante, idéal sur un bar au beurre blanc. Excellent Chassagne-Montrachet rouge 2009, un vin de belle matière, aux tanins fermes, au nez caractéristique de fruits rouges, d’épices et de sous-bois très typé, de bonne garde. À la suite, le Chassagne-Montrachet blanc 2010, un vin avec des notes d’amande, de fruits frais et de miel, associant nervosité et souplesse en bouche, suave, d’excellente évolution. Savoureux Pommard Les Chanlins 2009, très parfumé (fruits rouges frais, humus…), avec cette pointe d’épices caractéristique des belles réussites de l’appellation, complet et harmonieux. Le 2008, avec des senteurs intenses de fruits surmûris et d’épices, de très bonne bouche, gras et charnu, aux tanins riches et harmonieux, poursuit son évolution. Le Gevrey-Chambertin 2010, avec ce nez de griotte surmûrie, est complexe, tout en bouche, de couleur soutenue, aux tanins bien équilibrés, d’une richesse réelle et persistante, un vin qui s’ouvre à peine. Beau Meursault Le Clos du Cronin 2010, tout en structure et parfums (genêt, amande, pêche), de finale complexe, ample et persistante, un vin vraiment racé et charmeur, d’un beau potentiel d’évolution, très classique des grandes réussites de ce beau millésime.

 

 

 

CHAMPAGNE LAURENT-GABRIEL


AVENAY

En 1982, Daniel Laurent reprend l’exploitation familiale de ses parents. Son père ne produisait qu’une infime partie de sa récolte en champagne qu’il réservait à quelques amis et clients, le reste était vendu au négoce champenois, à la vendange en raisins. Dès l’automne 1982, il décide de produire son propre Champagne, avec l’aide de son épouse, et déposent leur marque actuelle « Champagne Laurent-Gabriel ». Depuis 2001, Marie-Marjorie, leur fille les a rejoints. L’exploitation est très modeste, 2, 5 ha de vignes qui produisent environ 18000 bouteilles de Champagne par an. Les vignes sont situées sur deux terroirs 90% à Avenay Val d’Or classé 1er Cru et Avize classé Grand Cru. Remarquable Champagne cuvée Prestige Millésime 2000 (80% Pinot noir, 20% Chardonnay), issu d’une vinification sans fermentation malolactique et sans passage au froid, élevage environ 6 mois en fûts de chêne, où toute la complexité du Pinot noir, s’exprime, un Champagne généreux et élégant, de mousse persistante, très fruité, une cuvée d’une jolie intensité aromatique (brioche, pêche), ample au nez comme en bouche. Le Champagne brut Carte d’Or (75% Pinot noir, 15% Chardonnay, 5% Pinot meunier, provenant des années 2006 et 2007 et années de réserve), est tout en arômes, avec ce nez de petits fruits frais, de tilleul et d’amande, un beau Champagne suave, de mousse fine, mêlant rondeur et nervosité, tout en charpente, d’une belle finale. La cuvée Grande Réserve brut (75% Pinot noir, 15% Chardonnay, 10% Pinot meunier, année 2005 avec des vins de réserve, sans fermentation malolactique, sans passage au froid, et un passage de 4 à 6 mois en fûts de chêne), classique et bien équilibrée, de bouche fruitée, un Champagne très harmonieux, généreux et charmeur, puissant au palais.

 

* LE TOP VIGNERONS DE LA BOURGOGNE

– Prix d’Honneur ❤❤❤❤❤ : 53

– Prix d’Excellence ❤❤❤❤ : 18

– Satisfecits ❤❤❤ : 12

Si, sur toute la planète, on est bien content de marquer sur son étiquette des noms de cépages pour vendre un produit quelconque, sans typicité réelle, c’est tout le contraire en Bourgogne : même si le cépage est le même, un Pommard n’a rien à voir avec un Vosne-Romanée, un Puligny-Montrachet avec un Meursault. Mieux : entre deux vins d’une même appellation, selon l’exposition (mi-pente…) et le vigneron, Grand Cru ou Premier Cru, la différence est notable.

 

Cela explique l’extrême diversité des grands vins bourguignons, qui leur donne cette typicité unique, où l’élégance prédomine toujours.   En blancs, on le sait, c’est ici que l’on excite ses papilles avec quelques-uns des plus grands vins du monde, de Meursault à Chablis, de Puligny à Corton. Les rouges sont tout aussi formidables, dans une série de millésimes particulièrement savoureux, pratiquement sans discontinuer depuis les années 2000.

 

Les appellations qui comptent : Auxey-Duresses, Chablis, Chambolle-Musigny, Chassagne-Montrachet, Corton-Charlemagne, Fixin, Gevrey-Chambertin, Meursault, Nuits-Saint-Georges, Marsannay, Morey-Saint-Denis, Pernand-Vergelesses, Pommard, Puligny-Montrachet, Pouilly-Fuissé, Savigny-lès-Beaune, Volnay, Vosne-Romanée

 

Les appellations qui commencent à compter : Corton, Côtes-de-Nuits-Villages, Irancy, Monthélie, Saint-Aubin, Santenay

 

Celles qui ont encore du travail : Givry, Hautes-Côtes-de-Nuits, Ladoix, Mâcon

 

Et celles dont on n’entend pas parler : Crémant de Bourgogne, Hautes-Côtes-de-Beaune, Mercurey, Pouilly-Vinzelles

 

Les millésimes       

Pour les rouges – les grands : 2015, 2014, 2010, 2009, 2008, 2007, 2005, 2003, 2002, 2000, 1999, 1995, 1990, 1989, 1985, 1983, 1979, 1978, 1976, 1978, 1971, 1970.

– les bons : 2013, 2012, 2011, 2006, 2004, 2001, 1998, 1996, 1993, 1988, 1986, 1979.

 

Pour les blancs

– les grands : 2015, 2014, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2002, 2000, 1999, 1998, 1995, 1990, 1989, 1986, 1985, 1983, 1982, 1979, 1978, 1976, 1970.

– les bons : 2013, 2012, 2011, 2003, 2001, 1997, 1996, 1994, 1988, 1987, 1971.

 

Quand boire les millésimes : voir la VINTAGE CODE

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en rouge)

 

Prix d’Honneur

Jean-Pierre Diconne
Bernard Dubreuil (Dubreuil-Fontaine)
Famille Gros (Gros Frère et Soeur)
Jean-Christophe Vallet (Pierre Bourée)

Feuilletez gratuitement MILLESIMES en ligne comme le vrai magazine en tournant les pages CLIQUEZ ICI 

Prix d’Excellence

Famille Nudant

Satisfecits

Jean-Lousi et Jean-François Bersan
Christophe Camu
Vincent Charleux
Bruno Dangin
Famille de Boissieu (Lavernette)
Christophe Patrice (Gendraud-Patrice)
Stéphane Saillet (Marronniers)

 

– LE LANGUEDOC COMME ON L’AIME !

Des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc ou les vins de pays… on aime ces producteurs passionnés qui élèvent des vins racés, historiquement marqués par des cépages spécifiques… le tout donnant de vrais beaux vins typés, qui parviennent à un niveau qualitatif réel, en blancs comme en rouges, et c’est tout ce qui compte.

Savouré sur place cette année, Daumas-Gassac est toujours hors normes, en rouge, bien sûr, mais aussi avec ce blanc somptueux, où le minéral sait s’allier à un gras spécifique.

Les grandes références sont Pépusque, Peyregrandes, Fabas, Grand Caumont, Martinolle-Gasparets, Mas du Novi, Saint-Martin des Champs, Barroubio, Mire-L’Etang, Pépusque, Grand Moulin, Etang des Colombes, Cascades, Herbe Sainte, Clarmon, Familongue, Guizard, Clotte Fontane, Casa Blanca, Bertrand-Bergé, Domaine de la Vieille, Mairan, Spencer La Pujade, Mas Rous…

Deux caves coopératives sont au top : celles de Roquebrun et de Cabrières.

 

Mas de DAUMAS-GASSACIGP LANGUEDOC Mas de DAUMAS-GASSAC

Mas de DAUMAS-GASSAC 

(IGP LANGUEDOC) Aimé Guibert et ses Enfants Haute Vallée du Gassac 34150 Aniane Téléphone :04 67 57 71 28 Télécopie : 04 67 57 41 03 Email : contact@daumas-gassac.com Site : www.daumas-gassac.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Daumas Gassac, c’est d’abord un terroir exceptionnel découvert dans les années 1970 par le grand savant Henry Enjalbert, titulaire de la chaire de géographie à l’académie de Bordeaux, qui a découvert qu’il existait au milieu du massif de l’Arboussas, sous le manteau épais de la garrigue, une quarantaine d’hectares d’un sol profond, parfaitement drainé et pauvre en humus et matières végétales, riche en oxydes minéraux (fer, cuivre, or…). Ce terroir de grèzes glaciaires accumulées par les vents lors des glaciations de Riss, Mindel et Guntz, apportent les trois éléments qui conditionnent l’existence d’un Grand Cru : sols profonds où les racines de la vigne peuvent descendre s’alimenter en profondeur; sols parfaitement drainés où les racines de la vigne ne rencontrent jamais d’humidité, sols pauvres qui exigent de la vigne souffrance et effort pour créer les arômes rares… L’exposition du vignoble sur pentes Nord accentue l’effet du micro climat froid, en réduisant, surtout pendant l’été, les heures d’ensoleillement. C’est ce micro climat qui retarde la floraison de la vigne de près de trois semaines sur la moyenne du Languedoc. Si la découverte du terroir doit tout à Henry Enjalbert, les procédures de vinification et d’élevage doivent tout à Emile Peynaud : vinification médocaine, longues fermentations et macérations (trois semaines), élevage bois durant 12 à 15 mois dans des barriquesbourguignonnes et bordelaises de 1 à 7 ans, collage à l’albumine d’œuf, pas de filtration… Sur place, comme nous l’avons fait, on excite nos papilles avec ce grand Mas de Daumas Gassac rouge 2014 (80% Cabernet-Sauvignon, plus 10 cépages différents), au nez puissant où se mêlent la garrigue et les fruits noirs, ample et solide, riche en couleurcomme en structure, aux tanins très équilibrés, un grand vin racé qui poursuit son évolution. “Daumas-Gassac rouge 2014 est l’un des millésimes les plus précoces de ces vingt dernières années, nous explique Roman Guibert. On n’a pas l’expression de Vins mûrs, bel équilibre entre concentration-alcool-acidité. Ce qui est frappant, c’est cette belle fraîcheur dans les Vins, d’ailleurs, c’est un peu notre marque de fabrique à Daumas-Gassac. Belle expression de petits fruits rouges, un peu moins de notes d’épices. Ce sont des Vins très digestes grâce au taux d’alcool assez modéré, un vin très accessible jeune mais qui a aussi un bon potentiel de garde.” Le 2013, de belle intensité, aux arômes de fruits rouges et d’épices, d’une belle structure, très bien équilibré, aux tanins présents, ample et volumineux, bien charnu comme il se doit, de garde. Remarquable 2012, d’une maturité exceptionnelle, de belle intensité, aux arômesde fruits rouges cuits et d’épices, d’une belle charpente, aux tanins puissants, d’excellente garde. Très beau 2011, racé et coloré, concentré, un vin très riche, de belle robe dense et profonde à reflets violines, avec ce nez très expressif de fruits noirs (cerise, cassis, mûre sauvage), et des touches légèrement épicées, de bouche charnue, qu’il faut laisser s’épanouir. Le 2010, corsévelouté, très parfumé, avec ces notes de sous-bois, de truffe et de fruits mûrs (fraise des bois, myrtille), d’une belle ampleur au palais, est un vin puissant et très chaleureux, de très grande évolution. Splendide Mas de Daumas Gassac blanc 2014, 24% Viognier, 23% Chardonnay, 24% Petit Manseng, 13% Chenin blanc et 16% d’une collection de cépages dont le Courbu du Béar, la petite Arvine du Valais, la Marsanne du Rhône et d’autres grandissimes variétés européennes. Récolte 100 % manuelle. vinification originale comprenant une macération pelliculaire à 10° pendant cinq à sept jours, fermentation sous Inox à 20/25° pendant trois semaines, filtration alluvionnaire sur terre fossile, ensuite retour dans l’Inox ; enfin, une seconde filtration de sécurité sur plaque avant la mise en bouteilles… Un grand vin, suave comme il se doit, qui sent les noisettes et les fleurs blanches, tout en finale avec ces connotations caractéristiques du terroir de petites fleurs blanches, de rose et de musc, ample et gras. Le 2013 est racé, unique par sa complexité spécifique d’arômes, d’une très grande expression avec ces nuances de narcisse, de poire, de pêche… et toujours ce splendide et délicat côté grillé. Le 2012 est dans la lignée d’une couleur aux reflets verts, au nez très aromatique marqué par des arômes de fruits à chair blanche, charmeur, gras mais avec beaucoup de fraîcheur et de vivacité en bouche, avec des notes d’agrumes et de fruits exotiques au palais, très équilibré et très aromatique. Le 2011, aux senteurs subtiles de petits fruits jaunes mûrs et de pain grillé, est un vin gras mais très frais, d’une belle finale, de bouche riche, fine et persistante. Goûtez l’Albaran rouge 2014, 50% Cabernet-Sauvignon, 50% Syrah, élevage entre 8 à 9 mois en barriques, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et les épices, aux tanins soyeux. Le rosé Frizant 70% Cabernet-Sauvignon et 30% MourvèdrePinot NoirSauvignon, Petit Manseng et Muscat, de mousse très fruitée, de teinte soutenue, et cet IGP Pays d’Hérault Faune 2014 50% Viognier et 50% Chardonnay, aux arômes de poire et de fleurs blanches. L’IGP Pays d’Hérault Guilhem rouge, 40% Syrah, 30% Grenache et 30% Carignan, est toujours très charmeur, un vin “comme autrefois”, très abordable comme le Guilhem blanc, 40% Grenache blanc, 30% Sauvignon blanc et 30% Terret blanc, finement bouqueté avec des notes de noisette et de fruits blancs.

Château PEPUSQUEMINERVOIS Château PEPUSQUE

Château PEPUSQUE 

(MINERVOIS) Renée et Benoît Laburthe 7, rue du 11 Novembre 1918 11700 Pépieux Téléphone :04 68 91 41 38 Email : chateau.pepusque@orange.fr Site : www-chateau-pepusque.leminervois.com

Au sommet. Ce couple chaleureux se passionne pour ce vignoble qui s’étend autour du village de Pépieux et sur les premières pentes de la montagne Noire, en AOC Minervois. Le climat y est très sec et chaud mais le vent qui descend de la montagne apporte fraîcheur et parfums. Les coteaux de Pépieux offrent un terroir exceptionnel donnant des vins élégants ayant une vivacité, une acidité, remarquées par les connaisseurs. C’est là qu’est né le “vin des Cathares” qui a fait la réputation du village et on y trouve aujourd’hui les Syrahs aux arômes de cassis et de réglisse. Le domaine bénéficie aussi de vignes sur le terroir de La Livinière, classé première “appellation village” des AOC du Languedoc. Profitant de cette situation exceptionnelle, Renée et Benoît Laburthe sont revenus travailler les vignes de leur grand-père, en 1986. Benoît Laburthe nous explique que, “cette année, j’ai le sentiment d’avoir de très beaux vins en cave. Le 2014 est sur le fruit, d’une belle matière, souple sans excès d’alcool. Sa robe rouge cerise et sa vivacité vous séduiront. Le rosé 2015, très solaire, sur la fraîcheur, d’une jolie couleur pétale de rose, est un rosé comme je les aime. Nous avons mis en place et proposons cette année, une boutique en ligne.”
Domaine de MAIRAN

Domaine de MAIRAN 

(IGP LANGUEDOC) Jean-Baptiste Peitavy 34620 Puisserguier Téléphone :04 67 11 98 01 et 06 88 52 10 10 Télécopie : 04 67 11 92 67 Email : mairan@domainedemairan.com Site : www.domainedemairan.com

Domaine de 25 ha, où naquit M. de Mairan, physicien du XVIIe siècle, anobli par Louis XIV. Excellent IGP d’Oc rouge Cabernet-Sauvignon La Tête dans les Etoiles rouge 2010, aux notes de pruneau et de sous-bois, de bouche pleine et généreuse, aux tanins fermes et soyeux à la fois, de couleur pourpre, savoureux, à prévoir sur un tajine de boeuf aux pois chiches. Le rouge Cabernet franc 2011, intense au nez comme au palais, d’une jolie concentration, au nez de cerise, légèrement épicé en finale. Le Chardonnay Classique 2011, aux notes de pêche et de noisette, ferme et suave, d’une jolie finesse, à prévoir sur un foie de veau à la vénitienne. Goûtez le Chardonnay Les Hauts de Mairan 2010 (élevage en barriques de 6 mois au rythme de bâtonnages réguliers), au nez subtil (aubépine, noisette), de robe or pâle, de bouche puissante et longue où se retrouvent des nuances de fleurs et d’agrumes.

Domaine de BARROUBIOMINERVOIS Domaine de BARROUBIO

Domaine de BARROUBIO 

(MINERVOIS) Raymond Miquel 34360 Saint-Jean-de-Minervois Téléphone :04 67 38 14 06 Télécopie : 04 67 38 14 06 Email : barroubio@barroubio.fr Site : www.barroubio.fr

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. À la lisière du Parc Régional du Haut Languedoc, la famille Miquel gère depuis la fin du XVe siècle les 60 ha que compte la propriété, dont 27 dévolus à la vigne. Une côte entourée de petit canyons (combes) qui, depuis le Haut-Minervois, décroît régulièrement vers le sud sur une cinquantaine d’hectares situés entre 200 et 300 m d’altitude. La modernité et la tradition des techniques de travail, permettent l’élaboration de Vinstypés comme on les aime. On retrouve toujours le Muscat, le 2015 avec beaucoup de fruit et de fraîcheur, assez complexe, un millésime que l’on aimerait avoir plus souvent ! Le rosé 2015, sur la fraîcheur, gourmand, d’une jolie couleur rose pâle, est idéal pour cet été. Les rouges 2014 sont riches et complexes, d’une belle matière pour les cuvées haut gamme, les autres cuvées sont plus sur le fruit.” On savoure ce Minervois rouge Marie-Thérèse 2013, 75% Syrah et 25% Grenacheassemblage de macération carbonique et de vinification traditionnelle, élevage de 12 mois en barriques…, de robe pourpre foncé, superbe, aux notes de griotte et de truffe, d’une grande harmonie, parfumé, séveuxgénéreux, de garde. Le Minervois rouge cuvée Jean Miquel Vieilles Vignes 2013, sol argilo-calcaire, exposition plein sud, altitude 300 m, 80% Carignan et 20% Grenacheassemblage de macération carbonique et de vinificationtraditionnelle, élevage de 15 mois en barriques…, avec cette touche de fumé caractéristique, ample et très équilibré, où se retrouve une belle subtilité d’arômes dominée par la griotte et la mûre, d’une belle harmonie en bouche. Le Minervois rouge Vieilles Vignes 2014, au nez de fruits mûrs (cassis, griotte) et d’humus, aux tanins équilibrés, riches et savoureux, un vin corsé, poursuit son évolution, et se prévoit sur des cailles farcies aux raisins et foie gras ou une côte de bœuf à la moelle. Goûtez le Muscat Saint-Jean-de-Minervois 2014, Muscat à Petits Grains, issu de vieilles Vignes, de jolie robe brillante, riche et parfumé, aux notes fruitées et florales intenses et complexes, fondu en bouche, qui mêle structure et distinction, ce joli Muscat blanc 2014, séduisant par sa persistance d’arômessec et franc, et son Moelleux 100% Muscat, très aromatique, de la fraîcheur, une belle acidité et une légère sucrosité qui font de lui un vin gourmand, idéal pour une jeune clientèle.

Domaine de CLARMON

Domaine de CLARMON 

(MINERVOIS) Frédérique et Denis Josserand 16, place du Château 11200 Tourouzelle Téléphone :04 68 41 60 12 et 06 15 87 19 75 Télécopie : 09 70 63 41 26 Email : domaine@clarmon.fr Site : www.clarmon.fr

Domaine en Bio avec Ecocert qui compte un peu plus de 18 ha. Il tire son nom des deux filles des propriétaires, Clara et Manon. Le domaine est constitué de plusieurs parcelles d’une superficie totale de 10 ha encépagés de CarignanSyrah et Grenache, dont une partie en AOCMinervois. Le domaine a également une activité oléicole, et a planté, en 2006, 1 ha de chênestruffiers. Coup de cœur pour leur Minervois cuvée Hommage 2012, de jolie robe intense, puissant en bouche, aux tanins fermes et bien équilibrés, à la fois riches et soyeux, au nez de sous-bois et de griotte, à déboucher, par exemples, sur des magrets de canard en croûte de sel ou un jarret de veau aux cèpes séchés. Le Minervois cuvée Manon 2011 (CarignanSyrah et Grenache), élevé 12 mois en fûts neufs, commence à se dévoiler, de robe soutenue, très parfumé (humus, réglisse), d’une belle ampleur, de très bonne évolution. Tandis que le Minervois cuvée Clara 2012, au nez caractéristique de fruits mûrs et de garrigue, est charpenté, riche et fondu à la fois. Très séduisant Carthagène Vin Doux Liquoreux Grappes Gourmandes 2013, marqué par une palette aromatique importante (fruits cuits, figues…), de couleur intense et de bouche très soyeuse, tout en structure et parfums, d’une jolie persistance. Goûtez l’IGP d’Oc blancChardonnay, qui allie finesse et suavité, aux notes de noisette et de coing, et la cuvée Grain de Fraîcheur rosé fruité, avec ces arômes de fleurs fraîches et de framboise mûre, de bouche friande et ferme à la fois. Préparation et vente de produits régionaux, ce qui est une bonne opportunité de découvrir les recettes du pays (huile d’olive, vinaigre de Vin, olives et tapenades…).

Château FABASMINERVOIS Château FABAS

Château FABAS 

(MINERVOIS) Roland, Yann et Loïc Augustin 11800 Laure-Minervois Téléphone :04 68 78 17 82 Télécopie : 04 68 78 22 61 Email : chateaufabas@wanadoo.fr Site : www.vinsdusiecle.com/chateaufabas

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Au nord-est de Carcassonne, dans la zone centrale du Minervoisterroir dit “les Balcons de l’Aude”, cette ferme fortifiée moyenâgeuse est un domaine d’un seul tenant de 158 ha avec quelque 63 ha de vignes dont 45 plantés en Minervois. C’est sur ce domaine aux multiples senteurs méditerranéennes que Roland Augustin et ses deux fils, Yann et Loïc, élèvent avec un soin méticuleux des Vins intenses, complexes et expressifs. Pour mieux comprendre la spécificité de chaque cuvée du Château Fabas, il faut en connaître les origines, les cépages et le type d’élevage. Le Domaine s’appuie sur un décor de buttes exposées au plein midi, témoin de l’ancien relief aux très fortes pentes où aucune culture n’est possible, seuls les pins d’Alep et la végétation méditerranéenne s’agrippent sur les sols rouges des collines. Les vignes s’étalent sur deux niveaux sur un relief inversé, les terrasses hautes avec les sols les plus anciens et les terrasses basses avec les sols les plus jeunes. Les sols sont argilo-calcaires, dans les hauts, le silex affleure sur les terrasses, et le grès sur les pentes. “En 1996, nous raconte Roland Augustin, nous avons revendu nos 3 ha 80 de Champagne et cherché une propriété pour avoir plus d’indépendance et nous développer. Nous cherchions une région agréable et au potentiel qualitatif. Nous avons visité environ 80 propriétés dans le sud de la France… cela nous a pris plus de deux ans avant de trouver Château Fabas. L’exploitation compte 158 ha et nous avons remanié le vignoble pour atteindre 63 ha dont 45 en AOC et 18 ha en Vins de cépage. Nous avons beaucoup planté les cépages régionaux et replanté du Cabernet franc, du Sémillon et du Petit Verdot, des cépages que l’on voit plus du côté de Bordeaux, un nouveau challenge. Avec mes deux fils, nous sommes une structure familiale, et cela nous permet de travailler avec beaucoup de souplesse et de réactivité. Nous ne recherchons pas l’effet millésime, je suis d’origine champenoise et les champenois travaillent comme cela. J’ai créé un goût Fabas et tient à le conserver pour donner une régularité qualitative à mes Vins. Nous vendons 50% France et 50% export. Nous avons un accueil très chaleureux ici, avec un caveau de vente, sommes ouverts toute l’année, c’est un avantage réel pour les clients d’être reçus par la famille. Nous avons à cœur de maintenir de très bons rapports qualité-prix, face à des prix exorbitants en Languedoc, je pense qu’il faut garder notre spécificité : “sans authenticité, point d’émotion”. Nous avons fait de gros investissements au niveau de la cave, et replanté ces dernières années. Nous avons donc acheté un groupe de froid beaucoup plus puissant, une table de tri automatique pour éviter au maximum les goûts herbacés et pouvoir effectuer des macérations plus longues pour extraire le plus possible et, enfin l’achat d’un pressoir pneumatique.” “Le 2014 nous promet des Vins assez légers, nous dit Loïc Augustin, pas trop d’alcool ce qui plaît aux consommateurs, les Syrahs étaient bien mûres. Nous n’avons pas poussé trop l’extraction, nous privilégions le fruit. Ce sera un millésime très agréable à déguster rapidement. De toutes manières, au Château Fabas, nous n’aimons pas les Vins trop corsés ou riches en alcool. Les consommateurs, eux aussi, recherchent plus de finesse, de légèreté, un vin pas trop puissant, plutôt aromatique.” Superbe Minervois cuvée Seigneur 2012, né de la complexité des cépages implantés, depuis plus de 30 ans, exposés sud, 25 hl/ha de rendement. La Syrah, 60%, dominante dans cette cuvée, donne sur ce terroir des raisins très parfumés. Le Grenache, 40% a un enracinement très profond qui lui assure bonne régularité et maturité. Le vin est charnu, avec des notes prononcées d’épices, des arômes de fruits confits. Le Minervois Le Moural 2012, avec un peu moins de structure que la cuvée du Seigneur, tout en rondeur, aux arômes de cerise confite. Le Minervois Serbolles blanc 2014 (base de Vermentino et Grenache blanc), à dominante de poire, de fleurs blanches et d’amande, d’une belle persistance, dense au nez comme en bouche, mêle élégance et structure.

Domaine de L'HERBE SAINTE

Domaine de L’HERBE SAINTE 

(MINERVOIS) Famille Greuzard 11120 Mirepeisset Téléphone :04 68 46 30 37 Télécopie : 04 68 46 06 15 Email : herbe.sainte@wanadoo.fr Site : www.herbe-sainte.com

Acquisition par la famille Greuzard en 2001 de ce vignoble qui compte aujourd’hui 85 ha. Herbe Sainte a pour origine “Herbo Santo”, qui signifie en occitan l’ensemble des plantes aromatiques. Fin 2005, achat de la maison du Domaine de l’Herbe Sainte, la propriété est complète. On privilégie les pratiques limitant les risques parasitaires, et le maintien d’une haute diversité biologique de l’écosystème viticole et de ses alentours, mais aussi à réduire la pollution des eaux, du sol et de l’air. Voilà un superbe Minervois Prestige rouge 2011, médaille de Bronze Féminalise, Syrah, Mouvèdre, Carignan et Grenacheterroir type galets roulés, un vin avec beaucoup de charme, avec ces nuances caractéristiques où l’on retrouve la framboise, la violette et les épices, gras, associant puissance et finesse, qui mérite d’être attendu quelque temps. Le Minervois rouge Tradition 2010, bien marqué par sa Syrah, très majoritaire, de robe rouge pourpre aux reflets violine, aux senteurs de pruneau et de violette, est une valeur sûre. Le Minervois cuvée Ambroisie 2013 (SyrahMourvèdreCarignan et Grenache), d’une belle couleur grenat, est une cuvée fort bien élevée en barriques, de couleur rubis profond, au nez puissant dominé par la garrigue et la cerise noire, de très bonne bouche, avec ces notes persistantes de fumé, de fraise des bois et d’épices. En IGP Pays d’Oc, on a le choix, avec ce Chardonnay 2014, classique, au nez d’agrumes, le Colombard 2014, qui mêle richesse aromatique et persistance, avec ces notes de fleurs blanches, ou ce Viognier 2014, qui sent la pomme cuite et la noix fraîche, à essayer sur des rougets grillés ou des tartelettes aux fruits de mer. Pour les rouges, il y a le Pinot Noir 2014, aux tanins mûrs, de bonne charpente, au nez présent avec des notes de violette et de pruneau, et cette cuvée Artemisia 2014, issue de Syrah, également, récoltée à maturité optimum, élevée en fûts de chêne, de couleurpourpre intense, aux tanins amples et savoureux, légèrement épicé et très parfumé (mûre, fraise des bois…), de structure riche.

Domaine PECH D'ANDRÉ

Domaine PECH D’ANDRÉ 

(MINERVOIS) Mireille Remaury Route d’Ololonzac 34210 Azillanet Téléphone :04 68 91 22 66 et 06 87 34 67 04 Télécopie : 04 68 91 23 85 Email : contact@lepechdandre.fr Site : www.lepechandre.fr

Depuis 1701, dix générations de la famille d’André accompagnent ce lieu au naturel dans l’expression de son terroir. Depuis 1966, Marc et Germaine Remaury ont élaboré, dans le respect de la nature, des vins aromatiques et élégants. Sans désherbants ni engrais chimiques depuis toujours, le vignoble s’étend harmonieusement devant le domaine entre murets de pierres sèches, bandes enherbées, garrigues et haies d’amandiers ou de figuiers sauvages. C’est Mireille, leur fille, qui, depuis quelques années, préside aux destinées du vignoble. Beau Minervois rouge Le Château de Mon Père 2012, 80% Mourvèdre et 20% Syrah, parfumé, avec ces notes de sous-bois et de fruits mûrs (fraise, myrtille), d’une belle ampleur en bouche, de très bonne évolution. Le Minervois Grand terroir 2011, issu 53% Mourvèdre, 37% Syrah et 10% Grenache, légèrement poivré, est tout en harmonie, de très jolie bouche, aux tanins fermes et soyeux à la fois, chaleureux, quant le Minervois cuvée Azerole 2012, 70% Syrah et 30% Grenachecharnu et dense, aux tanins mûrs, développe des nuances de pruneau. Il y a également l’Or des Draines 2014, récolté à la main en Décembre, Bourboulenc (100%), moût de raisins partiellement fermenté issu de vendanges passerillées manuelles, pressurage doux, longue fermentation à basse température après débourbage, puis élevage en fût pendant 15 mois… le tout donnant ce délicieux vin moelleux, qui fleure l’abricot confit, à prévoir sur une tarte aux fruits jaunes. Gîtes et chambres d’hôtes sur place.

Domaine Les CASCADES

Domaine Les CASCADES 

(CORBIÈRES) Laurent et Sylvie Bachevillier 4 bis, avenue des Corbières 11220 Ribaute Téléphone :06 88 21 84 99 Email : domainelescascades@yahoo.fr Site : www.domainelescascades.fr

Vignoble de 6 ha en conversion vers l’agriculture biologique. Des propriétaires passionnés : par leurs ânes et moutons, qui s’occupent de tondre l’herbe, et par la volonté d’élever des vinsfrancs que l’on partage généreusement. Beau Corbières rouge cuvée S 2012, pur Grenache, un vin sans sulfites, parfumé (cassisfraisedes bois, épices), d’une belle structure, ample et volumineux, aux tanins veloutés, bien charnucomme le Corbières rouge cuvée L 2012, pur Syrah, à la fois charnu et soyeux, coloré, au nezintense où prédominent le cassis, le cuir et les sous-bois, de bouche complexe, à prévoir avec des plats relevés comme un tajine de bœuf aux pois chiches ou un civet de sanglier. Tout en bouche, le Corbières rouge Le Ribaute 2013, CarignanGrenacheMourvèdreSyrah, un vin qui collectionne les récompenses, associant puissance et finesse, aux tanins équilibrés, très parfumé (petits fruits noirs, humus). Excellent Corbières Cascade rouge cuvée A 2014, cépageCarignan, aux reflets violacés, avec des arômes aux nuances particulières de petits fruits cuits (cassis, cerise noire…). Le Corbières Cascades blanc 2014, où se décèlent des nuances de citronnelle et d’abricot frais, est d’une jolie robe or clair. Le Corbières rosé 2014 est fin avec un bel équilibre, un rosé qui a du goût et de la tenue. Gîte sur place, et jolie production de bières artisanales, Blonde, Brune ou Rousse, ce qui est bien sympathique.


Château ÉTANG des COLOMBESCORBIÈRES Château ÉTANG des COLOMBES

Château ÉTANG des COLOMBES

(CORBIÈRES) Henri, Françoise et Christophe Gualco 11200 Lézignan-Corbières Téléphone :04 68 27 00 03 Télécopie : 04 68 27 24 63 Site : www.etangdescolombes.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Propriété familiale depuis 4 générations. Implanté sur une superficie totale de 77 ha de vignes, le domaine dispose d’un terroir argilo-calcaire, caillouteux dont la majorité des parcelles est exposée plein sud. Les plus vieilles parcelles ont plus d’une soixantaine d’années et permettent d’élaborer la cuvée Vieilles vignes et la sélection du Bois des Dames. “Ce magnifique 2015 est concentré en qualité, riche en bouquet, mais en petite quantité, nous explique Christophe Gualco. Les blancset rosés sont bien parfumés avec une pointe d’acidité, les rouges rondssouples, aux tanins fondus et seront prêts à boire assez rapidement, de garde moyenne. Millésimes en vente en 2016 : les rouges boisés 2012, les rouges non boisés 2014 et les blancs et rosés 2015. Nous avons eu une médaille d’Or pour le Bois des Dames blanc 2014 au Concours des Vignerons Indépendants en 2015.” Superbe Corbières Bicentenaire 2012, issu d’un terroir argilo-calcaire caillouteux : Grenache noir, Carignan et Mourvèdre, vieilles vignesde 50 ans, vinification en grains entiers, 8 mois d’élevage en fûts de chêne, très petits rendements (28 hl/ha), un vin d’une jolie robegrenat, avec des arômes de petits fruits rouges macérés et des notes de grillé, aux tanins riches. Le Corbières Bois des Dames rouge 2012, gras et classique, de robe pourpre intense, un vin qui sent bon les petits fruits rouges à noyau frais, légèrement poivré en finale. Le Château Étang des Colombes Bois des Dames blanc 2014, provenant d’une macération pelliculaire des Grenache blanc et Bourboulenc, très parfumé avec des nuances de lis, de noix et de pomme, de bouche suave. Joli Corbières blanc 2014, riche en bouquet (agrumes, aubépine, amande…), très harmonieux, de bouche franche comme le Corbières rosé Gris Colombes, tout en fruité, associant nervosité et ampleur, finement épicé, sec et friand à la fois, très aromatique en finale.

Château du GRAND-CAUMONT

Château du GRAND-CAUMONT 

(CORBIÈRES) Laurence Rigal 11200 Lézignan-Corbières Téléphone :04 68 27 10 82 Télécopie : 04 68 27 54 59 Email : chateau.grand.caumont@wanadoo.fr Site : www.grandcaumont.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le Château du Grand-Caumont est l’un des plus vastes domaines des Corbières avec 100 ha de vignes sur des sols argilo-calcaires en terrasses et des sols de graves très filtrants (cépages SyrahGrenache et Carignan de plus de 50 ans). Il existait déjà à l’époque romaine et avait été baptisé Villa Manzanetto. C’est en 1906 que Louis Rigal, fondateur du célèbre Roquefort Rigal l’achète puis le transmet à son fils Louis, son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 1980. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure depuis la gestion du domaine. Depuis 30 ans, des efforts importants ont été effectués afin de moderniser les bâtiments, diversifier l’encépagement, optimiser les cultures, affiner les vinifications… Laurence Rigal peut être fière de ce Corbières rouge Impatience 2012 (45% Carignan noir, 45% Syrah et 10% Grenache noir, avec un élevage en barriques durant 12 mois pour 40% de l’assemblage), de couleur profonde, au nez complexe de fruits mûrs avec des notes de fumé, de belle robe soutenue, épicé comme il se doit. Beau Corbières Réserve de Laurence rouge 2013, Carignan noir vieilles vignes vinifié en raisin entiers 25%, Carignan noir égrappé vinification traditionnelle 10%, Syrah vinification raisin entiers 10%, Syrah égrappée vinification traditionnelle 45%, Grenache noir égrappé vinification traditionnelle 10%… le tout donnant ce vin d’une belle structure, aux tanins veloutés, bien charnu comme il se doit, de robe intense, puissant en bouche, aux tanins bien équilibrés, aux notes de fruits noirs mûrs et de cannelle, complexe. Le Corbières rouge cuvée Spéciale 2012 est de couleur pourpre intense, au nez présent avec des notes de violette, des nuances de garrigue et de cerise noire. Tout en bouche, le Corbières Château du Grand Caumont Tradition rosé, 40% Syrah, 40% Cinsault, 10% Grenache noir et 10% Grenache blanc, très aromatique, à la fois ferme et friand. Joli Corbières Tradition blanc 2014, 60% Grenacheblanc et 40% Vermentino, de robe jaune clair, complexe avec cette subtile pointe de fruits secs bien caractéristique en finale, tout en rondeur.

Château GRAND-MOULIN

Château GRAND-MOULIN 

(CORBIÈRES) Jean-Noël Bousquet RD 113 – 6, avenue Galliéni 11200 Lézignan-Corbières Téléphone :04 68 27 40 80 Télécopie : 04 68 27 47 61 Email : contact@chateaugrandmoulin.com Site : www.chateaugrandmoulin.com

Un propriétaire passionné par son vignoble, qui s’attache à élever des vins typés comme on les aime. Le domaine s’étend sur 120 ha de vignes avec 8 cépages différents. “J’étais fils de négociants, dit-il, et mon père vendait des porcs. Comme tous les gens de ce pays, il possédait une petite vigne (3 ha) pour sa propre consommation. Chez nous on disait : “la buvette”. Dès mon plus jeune âge (8 ans) j’ai su que je ferai ce métier : adolescent je livrais le raisin avec l’envie tenace d’en faire du vin. J’ai acheté mon premier hectare à 17 ans, puis en 1978, j’ai profité d’aides accordées aux jeunes agriculteurs pour prendre en fermage 8 ha. Je portais alors mon raisin à la coopérative. En 1988, j’achète 24 ha et installe ma cave sur le site d’un ancien moulin au bord de la rivière Orbieu. Mais le grand essor, je le dois au coup de pouce québécois ! J’ai été boosté par ce nouveau marché qui s’offrait à mes produits.” Superbe Corbières rouge Terres Rouges 2012, 80% Syrah et 20% Grenache, issu de 42 jours de cuvaison, puis élevage de 12 mois en fûts de chênecharnu comme on les aime, velouté, très parfumé, avec ces notes de sous-bois et de fruits mûrs (fraise, myrtille), d’une belle ampleur en bouche, de très bonne évolution. Beau Corbières La Tour Château Grand Moulin (Terrasse de l’Orbieu, galets roulés. Bas de versant de côteaux argilo-calcairegrès de Boutenac), de robe pourprecorsé, d’une belle charpente, où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges bien mûrs et de réglisse, puissant, savoureux, tout en bouche et classique. Le Boutenac rouge 2011 (calcaire dur, 60% Mourvèdre, 40% Carignan), présenté dans une bouteille très réussie, aux notes de sous-bois, d’épices et de myrtille, est un vin aux tanins puissants mais très fins, complet. Goûtez le Corbières Vieilles vignes rouge 2013, élevé en fûts (40% Syrah, 20% Carignan, 20% Grenache et 20% Mourvèdre), bien charnu, aux tanins amples, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau, un vin coloré, avec ces notes de cerise et d’humus au palais. Le rosé est l’un des meilleurs de l’appellation, de robe délicate, un vin qui sent la rose et la fraise, séduisant, mêlant nervosité et rondeur, d’une très jolie finale, idéal sur un crabe à l’Antillaise ou des rougets grillés.


Domaine MARTINOLLE-GASPARETSCORBIÈRES Domaine MARTINOLLE-GASPARETS

Domaine MARTINOLLE-GASPARETS

(CORBIÈRES) Pierre Martinolle 27, avenue Frédéric Mistral 11200 Lézignan-Corbières Téléphone :04 68 27 10 45 Email : pierre.martinolle@domaine-martinolle.com Site : www.vinsdusiecle.com/domainemartinollegasparets Site : www.domaine-martinolle.com

Au sommet. Une petite propriété familiale de moins de 10 ha située depuis de plusieurs générations dans le minuscule Hameau de Gasparets au plus profond des Corbières. Pierre Martinolle (83 ans) aidé régulièrement par ses enfants Jean-Pierre et Françoise, y réalise de manière artisanale et raisonnée depuis de nombreuses décennies des vins authentiques et exceptionnels dans le respect des traditions qui lui ont été transmises. Sols arides d’origine secondaire et tertiaire avec affleurement de calcaires dolomitiques et grès, exposition ensoleillée des Corbières (et Corbières-Boutenac), balayée par le Cers (un vent du Nord froid, violent et protecteur) et le Marin (en provenance de la mer Méditerranée) qui amène sa douce et chaude humidité. Vinification artisanale traditionnelle et biologique en cuves ciments centenaires pour les rouges, en cuves Inox pour les blancs et rosés. Elevage et vieillissement en cuves Inox et partiellement en fût de chêne pour les Corbières-Boutenac. Les rosés sont réalisés par saignée à température contrôlée. Les blancs sont réalisés par pressurage direct à froid. “Difficile de dire si les millésimes 2015 seront aussi extraordinaires que l’on l’espérait, nous raconte Jean-Pierre Martinolle, mais la douceur estivale, qui a duré près de 6 mois sur le terroir de Gasparets, nous a apporté une vendange d’un état sanitaire parfait et des vins rouges, blanc et rosés exceptionnellement aromatiques préfigurant sans nul doute une très belle année. Une Carthagène Ambrée (Vermentino et Rolle), un IGP BIO 100% Syrah plein de fraîcheur et un IGP BIO 100% Cabernet-Sauvignon au nez de fraise seront les nouveautés 2015 qui viendront s’ajouter à nos cuvées traditionnelles en Boutenac rouge, Corbières rouge, blanc et rosé ou notre IGP BIO 100% Viognier. Le Corbières Rouge BIO 2014 et le Boutenac 2013 Bio seront disponibles courant 2016, leur élevage est toujours en cours… encore un peu de patience !” Pour l’instant, on se fait plaisir avec ce remarquable Corbières Boutenac fût de chêne 2011, de couleur cerise soutenu, aux arômespuissants de fruits cuits et de sous-bois, ferme, aux tanins amples, de bouche mûre. Le 2010, médailles d’Or au concours des Corbièreset d’Argent au concours mondial de Bruxelles et d’Argent SMV Canada, de couleur intense, avec des tanins très présents, d’une structure soutenue, très charnu, aux nuances de fruits noirs confiturés, de cuir, de sous-bois. Le Corbières Boutenac rouge 2012, bien structuré, aux tanins fondus, de robe foncée aux reflets violets, avec ces arômes subtils de fruits surmûris et de cannelle. Le Corbières rouge 2012, charnu, sent bon la griotte et les sous-bois, un vin de bouche puissante et souple à la fois, parfait avec un tournedos aux cèpes ou un ragoût de mouton. Goûtez le Corbières rouge Bio 2013 (Médaille d’Or, concours international des vins bio 2016), de couleur cerise soutenu, aux parfums puissants de fruits cuits et de sous-bois, se goûte déjà très bien, aux tanins fermes et fondus à la fois. Excellent Corbières blanc Bio, Rolle et Bourboulenc, aux arômes bien présents de fruits jaunes mûrs, nuances de chèvrefeuille, un joli vin finement bouqueté, tout en séduction comme le rosé, de bouche friande dominée par l’abricot frais.

Château La CLOTTE-FONTANE

Château La CLOTTE-FONTANE 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) Maryline et Philippe Pagès Route de Lecques 30250 Salinelles Téléphone :04 66 80 06 09 et 06 77 79 07 99 Télécopie : 04 66 80 42 60 Email : chateaulaclottefontane@gmail.com Site : www.clotte-fontane.fr.st

Un domaine de 130 ha. Enserré dans une boucle du Vidourle, le Château fût construit sur les ruines d’une villa romaine. En 1432, il est cité comme appartenant au comte Pierre de Ganges, mais c’est au XVIIIe siècle que Jean Mouton de la Clotte lui donne son architecture actuelle. Lorsqu’il fût incendié en 1792, le comte de Montlaur était propriétaire et sa famille l’est restée jusqu’au siècle dernier. C’est dans les années 1990 que, tombés sous le charme, Maryline et Philippe Pagès en firent l’acquisition et œuvrent depuis pour lui donner sa magnificence d’antan. Coup de cœur pour ce Languedoc rouge Mouton La Clotte 2012, marqué par ses Syrah et Grenache sur des coteaux caillouteux, calcaire dursol peu profond, élevé 12 mois en fûts, coloré, charpenté, parfumé, aux nuances de cerise noire, de poivre et de sous-bois, dense, aux tanins bien présents et fondus à la fois, de très bonne garde. Le Mathiérou 2013, riche, séveux au palais, aux parfums subtils (cassishumus), puissant mais distingué, avec une finale très harmonieuse, où se retrouvent des nuances de garrigue et de truffe, parfait avec un foie gras poêlé aux raisins ou du boudin noir. Remarquable Coteaux-du-Languedoc Terres de Sommières 2010, 1/2 ha de Grenache et 1 ha de Syrah, coteaux caillouteux calcairedursol peu profond, cuvaison longue de 4 semaines, élevage en fûts pendant 12 mois, de belle intensité, aux arômes fruités de fruitsrouges et d’épices, un vin ample et volumineux, avec des tanins veloutés, de bonne garde.

L'ESTABEL CABRIÈRES

L’ESTABEL CABRIÈRES 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) 20, route de Fontès 34800 Cabrières Téléphone :04 67 88 91 65 Télécopie : 04 67 88 00 15 Email : sca.cabrieres@wanadoo.fr Site : www.cabrieres.com

Créée en 1937, la Cave, atteint, aujourd’hui, une récolte moyenne de 20 000 hl pour 400 ha en production et 110 exploitations. Ici les sols se sont développés dans une région où la géologie est compliquée et de ce fait, ils sont de différents types : plus ou moins pierreux, plus ou moins argileux ou calcaires, avec ou sans fer, minces ou épais et aptes à retenir l’eau ou à être traversés par les racines des végétaux et de la vigne. Sur des sols peu épais, les racines de celle-ci peuvent s’insinuer dans les roches quand elles ne sont pas trop massives et aller chercher en profondeur un peu d’humidité… Vraiment remarquable, leur Coteaux-du-Languedoc Cabrières Château Cabrières 2010, aux notes de cuir et de mûre, puissant et persistant, aux tanins harmonieux et riches, d’une très jolie finale, un vin qui se goûte particulièrement bien aujourd’hui. Le Languedoc Cabrières Estabel Grande Cuvée rouge 2013 alliant finesse et concentration, un vin riche, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez persistant (prune, griotte, cannelle), est un vin bien typé, d’excellente évolution. Le Variations Champs des Cistes rouge 2013, au nez de mûre et de fumé, aux tanins présents, est un vin d’une belle harmonie. Excellent Château Cabrières rouge 2012 (fûts de chêne), 85% de Syrah, 15% de Grenache, d’un beau grenat aux reflets violacés, un vinpuissant et charpenté avec des arômes très présents de framboise, de sous-bois et d’épices, aux tanins enrobés, à ouvrir sur une bécasse. La Bergerie de Cabrières rosé vin Bio 2014, avec cette bouche de fruits bien mûrs, est un vin bien marqué par ses cépages(pressurage direct des Cinsault 50%, Grenache 40%, Syrah 10%), très séducteur comme, la Cuvée Fulcrand Cabanin rosé 2014 (médaille d’Or Paris), avec des notes d’orange et de mûre. Excellente Clairette Du Languedoc Cabrières Cuvée Fulcrand Cabanon blanc 2014, avec des arômes d’agrumes et de fleurs blanches, et ce Languedoc L’Estabel rosé (médaille d’Argent Paris), sec et suave à la fois, floral, idéal sur des courgettes farcies ou un carpaccio de bœuf.

Domaine de FAMILONGUE

Domaine de FAMILONGUE 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) Martine et Jean-Luc Quinquarlet 3, rue Familongue 34725 Saint-André-de-Sangonis Téléphone :04 67 57 59 71 et 06 10 29 52 18 Télécopie : 04 67 57 26 32 Email : contact@domainedefamilongue.fr Site : www.domainedefamilongue.fr

Domaine de 28 ha de vignes, mené en lutte raisonnée, aucun engrais chimique ni désherbant. Des propriétaires sympathiques et passionnés, Jean-Luc Quinquarlet, dentiste à Saint-André de Sangonis, et Martine, son épouse, retraitée de la Poste, ont débuté leur activité de vigneronsindépendants en 2002, après plusieurs années de travail en cave coopérative. Une référence avec ce Coteaux-du-Languedoc Terrasse du Larzac l’Envol de Familongue 2013, à dominante de rondeur, ferme, tout en nuances aromatiques (cerise noire, cannelle), debonne évolution. L’Âme de Familongue 2013, de bouche riche, aux senteurs de mûre et d’humus, aux tanins équilibrés, tout en rondeur, gras, ample et distingué, de bouche flatteuse et riche à la fois, où l’on retrouve le fumé et le cuir en finale, à prévoir sur jarret de veau aux cèpes séchés ou un foie de porc rôti en crépine. L’Envol de Familongue blanc 2014, issu de raisins provenant de deux terroirs, l’un composé de cailloutis calcaires d’origine cryoclastique intégrés dans une trame de terre argilo sableuse, l’autre, avec un sol de graves des hautes terrasses anciennes fluviales fait de galets roulés dans une trame sableuse. Cela donne ce vin séduisant, suave, tout en arômes et vivacité, aux senteurs persistantes, qui allie la fraîcheur à la souplesse. Le rosé Un Été à Familongue 2014, à la fois souple et friand, d’une belle finesse aromatique, est un joli vin charmeur. On goûte aussi Les Trois Naissances rouge 2011, de bouche puissante, de belle matière, aux tanins bien fermes, au nez dominé par la framboise cuite et les sous-bois, un vin très structuré.

Domaine GUIZARD

Domaine GUIZARD 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) Gérant : Rémy Boyer Chammard 12, boulevard de la Mairie 34880 Lavérune Téléphone :04 67 27 86 59 et 06 80 96 50 10 Télécopie : 04 67 27 86 59 Email : vigneron@domaine-guizard.com Site : www.domaine-guizard.com

Un vignoble dans la même famille sans interruption depuis 1580. La cave est installée au cœur du vieux village, dans les anciens communs du château de Lavérune. Le vignoble de 52 ha dont 40 ha en AOC, est mené en culture raisonnée, et les vignes de raisins blancs sont issues de l’Agriculture Biologique. Beau Coteaux-du-Languedoc cuvée Prestige 2011, terroir de Saint-Georges d’Orques, Syrah et Mourvèdrecépages élevés 12 mois séparément en barriques et 12 mois après assemblage, particulièrement savoureux, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de framboise et de cannelle, d’une grande harmonie, très parfumé, séveuxgénéreux et persistant en bouche, à déboucher sur un cuissot de lapin au romarin ou une oie rôtie. Le Languedoc Saint-Georges d’Orques cuvée 400 2012, alliant finesse et concentration, avec ces nuances de groseille et de réglisse bien persistantes, de bouche complexe et intense, un vin qui commence à très bien s’apprécier comme le Languedoc Saint-Georges d’Orques cuvée Prestige, charpenté, aux nuances de musc et de petits fruits confiturés (fraise des bois et griotte). Goûtez le Languedoc roséfrancfruité et subtil, un vin très aromatique, et ce très bon IGP Pays d’Oc Chardonnayéquilibré, avec ces notes de fleurs blanches et de noix fraîche, d’une belle ampleur au nez comme en bouche.

Château MIRE-L'ÉTANGCOTEAUX-DU-LANGUEDOC Château MIRE-L'ÉTANG

Château MIRE-L’ÉTANG 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) Philippe et Bernard Chamayrac Route des Vins 11560 Fleury-d’Aude Téléphone :04 68 33 62 84 Télécopie : 04 68 33 99 30 Email : mireletang@wanadoo.fr Site : www.chateau-mire-letang.com

“Le Château Mire l’Etang est situé sur la bordure maritime et orientale du massif de la Clape, face au soleil levant, nous précise Bernard Chamayrac. Son vignoble très ancien implanté au milieu d’une garrigue envahissante, s’étale en terrasses surplombant la Méditerranée. Son terroirunique, issu de sols arides et caillouteux, est fortement impacté par la sècheresse mais il doit son originalité à la mer méditerranée toute proche, qui grâce à ses effluves marines rééquilibre ce climat particulièrement exigeant. En 2015, première récolte de la nouvelle appellation La Clape. Le comité national de l’INAO a validé définitivement au mois de juin dernier l’appellation communale La Clape, pour les vinsrouges et blancs, reconnaissance du travail des vignerons et d’un terroir exceptionnel. Et pour une première, quelle réussite ! Si dans un premier temps, la Méditerranée et ses entréesmaritimes un peu trop récurrentes en fin d’été ont considérablement affaibli le potentiel du raisinqui tardait à exprimer sa maturité optimale, le retour mi-septembre d’une décade de tramontane a fait basculer ce millésime normal en vendanges d’exception, au même niveau que l’incomparable année 2011. En vente en 2016 : en AOC Languedoc La Clape, le rouge 2013 Réserve du Château, le rouge 2014 Cuvée des Ducs de Fleury et le rouge Tradition 2014, et, en AOC Languedoc, le rosé Gris 2015.” Voilà un superbe Coteaux-du-Languedoc La Clape rouge Réserve du Château 2013 (50% Syrah, 30% Mourvèdre, 20% Grenache noir, sur sol argilo-calcaire, élevage en fûts de chêne neufs durant 12 mois, cuvaison longue de 4 semaines), avec des notes de prune et de poivre, aux tanins fermes et mûrs à la fois, un vin dense et persistant. Le Coteaux-du-Languedoc La Clape rouge Cuvée des Ducs de Fleury 2013, 70% Syrah, 15% Mourvèdre, 15% Grenache noir, au nez dominé par la garrigue et la cerise noire, avec ces notes persistantes de fumé, de cassis et d’épices, est idéal avec une fricassée de lapin ou des alouettes rôties à la polenta. Goûtez le Coteaux-du-Languedoc La Clape blanc Cuvée Aimée de Coigny 2015, 55% Roussane, 40% Bourboulenc, 5% Grenacheblanc, parfumé (agrumes, noisette), de belle couleur, avec ces nuances de fruits secs persistantes, de bouche nerveuse et dense à la fois, et le Languedoc rosé Cuvée GrisGrenache noir, Cinsault et Mourvèdre, tout en finale, avec ces nuances de fleurs fraîches et de framboise mûre.

MAS DU NOVICOTEAUX-DU-LANGUEDOC MAS DU NOVI

MAS DU NOVI 

(COTEAUX-DU-LANGUEDOC) Famille Palu – Directeur : Thierry Thomas Route de Villeveyrac / D5 – Domaine Saint-Jean-du-Noviciat 34530 Montagnac Téléphone :04 67 24 07 32 Télécopie : 04 67 24 07 32 Email : contact@masdunovi.com Site : www.masdunovi.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Moines de l’ordre cisterciens en exploitants-fondateurs, Templiers en navette entre Rouergue et Méditerranée, pèlerins sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, ils y sont tous passés… Au Mas du Novi, alias Domaine Saint-Jean du Noviciat. “Nous sommes en troisième année de conversion Bio, nous dit Thierry Thomas, le Directeur, et, en 2017, tout le vignoble sera certifié Bio. Nous avions commencé avec deux parcelles de Syrahet Grenache d’une quarantaine d’années qui, elles, ont été certifiées en 2015. Nous en avons fait une Cuvée spéciale qui s’appelle Ô de Novi, issue de petits rendements de 25 hl/ha, nous avons fait des macérations longues pour produire un vin concentré mais non boisé. La vinification se fait en cuve Inox. Cette Cuvée a des arômes de fruits, mûrs, de garrigue, d’épices douces, structure assez puissante en bouche avec des tanins bien fondus, très serrés, une belle fraîcheur. Nous avons observé depuis que nous sommes en conversion Bio il y a plus de fraîcheur et de finesse dans nos Vins. Le millésime 2015 a été une très jolie année, assez spéciale, les blancs sont très expressifs, une très belle qualité de raisins pour les rouges. Le vin a commencé d’exprimer tout son potentiel à la fin des macérations et après notre travail dans les cuves. C’est un vin qui offre une très belle fraîcheur aromatique. Nous avons gagné la sélection mondiale des Vins au Canada, au Québec l’année dernière, c’est la première fois qu’un vin français gagne ce concours, nous avons obtenu la première place sur 2700 Vins dégustés, cela nous a ouvert des portes au Canada et aux Etats-Unis. Nous continuons notre développement sur l’Asie, en Chine et en Corée, nous sommes aussi très présents en Europe, AllemagneSuisse, Luxembourg, Belgique, Pays-BasDanemark. Nous vendons moitié en France et moitié à l’export.” Superbe Languedoc Prestigi 2011, majorité de Syrah, élevé 12 mois en fûts de chêne, médaille d’Argent Paris 2014, avec des notes de griotte et de cuir, d’une belle longueur, de garde. Le Languedoc Grés de Montpellier N de Novi 2010, 100% Syrah, élevé 18 mois en fûtsde chêne neufs, de belle couleur, aux notes de griotte et de fumé, aux tanins amples, est un vin puissant et élégant, savoureux, d’une belle harmonie et de très belle garde. Remarquable Mas de Novi 2008, médaille d’Or Paris 2010, développe un nez de fraise des bois, de cassis et de sous-bois, une belle harmonie, un vin généreux et persistant, de très bonne base tannique. Il y a aussi ce Chemin de Novi rouge 2014, de bouche corséemais souple, bien structurée, aux tanins fondus, de teinte bien soutenue aux reflets violets, avec des arômes de groseille et de mûre. Goûtez le chameur rosé Lou Rosa, tout en délicatesse d’atômes, frais et vif, tout en bouche, et le Lou Mazet 2013, médaille d’Argent Concours des grands Vins du Languedoc 2015, au nez de mûre et de cannelle, bien épicé, aux tanins présents et soyeux à la fois.

Château des PEYREGRANDESFAUGÈRES Château des PEYREGRANDES

Château des PEYREGRANDES 

(FAUGÈRES) Marie-Geneviève Boudal-Benezech Chemin de l’Aire 34320 Roquessels Téléphone :04 67 90 15 00 Télécopie : 04 67 90 15 60 Email : chateau-des-peyregrandes@wanadoo.fr Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudespeyregrandes Site : www.chateaudespeyregrandes.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. C’est chez cette charmante et passionnée propriétaire que nous avons organisé notre dégustation en invitant les meilleurs vignerons du Languedoc. On a, de chez elle, un magnifique point de vue sur les vignobles, collines et vallées du pays. Un beau domaine familial de 25 ha depuis 5 générations, Marie-Geneviève Boudal-Benezech et ses fils perpétuent la tradition et la destinée du Domaine depuis 1995. La qualité commande la conduite de nos vignes. Les Vins sont très typés Faugères : une grande richesse aromatique, beaucoup de structure, grande finesse des tanins. Notre but est de transmettre au consommateur la typicité de cette appellation, en élaborant des Vins issus d’assemblage et en constante recherche d’équilibre entre la puissance et la finesse. En fait, comme dans une œuvre d’art, nous essayons de transmettre au travers de nos produits, l’amour et la passion que nous avons pour notre région, nos vignes et notre vin. Le domaine est une exploitation qualifiée au titre de l’agriculture raisonnée, suivant la démarche Terra Vitis et en conversion biologique. “Grâce au beau temps, nous raconte Marie-Geneviève Boudal-Benezech, les raisins ont été récoltés à maturité optimale, et, de ce fait, cela donne un superbe millésime où se retrouvent, fruité, fraicheur, une acidité modérée, une belle évolution, qui sont les prémices d’un vin de garde. Nous prévoyons des plantations pour renouveler les trop vieilles vignes.” Les millésimes en vente en 2016 : 2013 et 2014. Nous avons été récompensés par une médaille d’Or pour le 2013 aux CavesParticulières à Paris.” Formidable Faugères cuvée Marie Laurencie 2013, Grenache 40%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, Carignan 10%, rendement de 25 hl/ha… l’un des plus grands Vins de la région, très typé, aux tanins mûrs et fermes à la fois, riche et fondue, au nez où se mêlent la fraise des bois, le pruneau, la truffe et l’humuscharnu comme il se doit, d’une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d’épices, de belle garde. Avec une spécificité tout aussi typée, le Faugères cuvée Charlotte 2012, 80% Syrah, 10% Grenache et 10% Mourvèdre, de bouche mûre, de très bonne base tannique, est coloré, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte, la prune et une touche poivrée, un vin qui poursuit une belle évolution. Le Faugères Prestige 2012 (40% Syrah, 40% Carignan et 20% Mourvèdre, sur les pentes de la Serre, coteau aride sur les hauteurs du village exposé plein sud face à la mer), élevé en partie en barriques, est fidèle à lui-même, mêlant couleur et matière, aux tanins riches et souples à la fois, avec ces senteurs de musc et de fruits macérés en finale. Il y a aussi le Château des Peyregrandes rouge 2013 Bio, Syrah 50%, Grenache 50%, élevé en cuves Inox, très parfumé (épices, réglisse…), riche et corsé, aux tanins fermes et ronds à la fois, un vin d’un rouge profond, volumineux en bouche, complexe et corsé, à prévoir avec un curry d’agneau ou un poulet aux olives et aux tomates. Très joli Château des Peyregrandes rosé (Grenache 50%, Syrah 40%, Mourvèdre 10%, vendange manuelle, vinification par saignée, puis stabilisation et fermentation avec thermorégulation, une partie vinifiée en fûts de chêne), qui développe des senteurs franches et fraîches de fruits (abricot, pêche), tout en finale. Tout en nuances, le Faugères Château des Peyregrandes blanc 2014, Roussane 60 %, Marsanne 40% (terroir : ère primaire, schistes classiques du Faugèrois-carbonifère, altitude: 200 à 300 m sur les avant-monts des Cévennes, exposition plein sud, face à la mer), avec des petites notes de pêche jaune et de lis, est un vin ample, élégant, suave et d’une très belle harmonie au palais où se décèlent les fruits exotiques.

Domaine BERTRAND-BERGÉ