Les sols des vignobles français

v Alluviaux (dépôts) : déposés par un torrent, composés pour la plupart de limon, de sable et de graviers, très fertiles. Se rencontrent en Savoie.
v Ardoise : roche dure, qui provient de la compression d’argile, de limon et de sable, qui retient la chaleur.
v Argile : une roche à grain fin, qui retient facilement l’eau (Jura…).
v Argileux (sols) : sols sédimentaires comprenant les argiles, les glaises, les marnes et les limons.
v Calcaire : roche sédimentaire alcaline, qui favorise la production de raisin au taux d’acidité assez élevé, comme dans la Loire (Pouilly-Fumé…).
v Calcaire (sol) : sol de carbonates de calcium et de magnésium, qui permet aux racines de pénétrer la terre et leur assure un excellent drainage. Le meilleur exemple est le territoire des grands crus de Saint-Émilion (et d’Alsace).
v Carboné (sol) : les sols carbonés les plus courants sont la tourbe, le lignite, le charbon et l’anthracite.
v Craie : roche alcaline poreuse qui favorise la production de raisin au taux d’acidité élevé, et convient aux cépages blancs.
v Crasse de fer : couche riche en fer que l’on trouve dans le Libournais, principalement à Pomerol, et aussi à Saint-Julien.
v Ferrugineuse (argile) : argile assez riche en fer.
v Galets : possèdent les qualités idéales d’attirer la réverbération du soleil et de conserver la chaleur du jour durant la nuit (Châteauneuf-du-Pape).
v Granite : roche dure, riche en minéraux, qui retient la chaleur.
v Graves : cailloux siliceux, qui assurent un excellent drainage et conviennent parfaitement à la vigne, lui imposant de chercher sa propre nourriture. On retrouve des sols de graves sablonneuses dans le Libournais, et des marnes graveleuses dans le Jura.
v Grès : roche sédimentaire composée de particules.
v Humus : matière organique contenant des bactéries et des micro-organismes. Alimente les plantes.
v Kimmeridgiens (sols) : sols de marne calcaire, que l’on trouve à Chablis ou à Sancerre.
v Lignite : matière carbonée, chaude, très fertile ; on la trouve en Champagne.
v Limon : sol tendre et friable, composé d’argile, de sable et de vase. Trop fertile.
v Marne : argile calcaire qui retarde la maturation du raisin et en augmente l’acidité (Bourgogne, Alsace…).
v Mica : sol assez maigre, à base de poudre de granit (Condrieu…).
v Molasse : grès tendre et friable, souvent calcaire, que l’on trouve dans certaines régions du Bordelais.
v Moraine glaciaire : sol rocheux formé d’ardoise, de schiste et de calcaire. Classique des vignobles de montagne.
v Quartz : minéral le plus commun et le plus abondant, présent dans de nombreux sols, qui réduit l’acidité du vin.
v Sable : sol chaud et aéré, qui assure un bon drainage. Ne fait pourtant pas assez souffrir la vigne.
v Schiste : roche cristalline riche en potassium et en magnésium, qui retient bien l’eau, et convient tout à fait à la vigne.
v Silex : roche qui emmagasine la chaleur, et donne des vins très typés, au fameux goût de “pierre à fusil” (Loire…).
v Silice : sol assez acide de nature cristalline, dont l’archétype se trouve en Bourgogne, allié à de l’argile et du calcaire.
v Tuffeau : roche volcanique, calcaire, que l’on retrouve en Touraine (Chinon, Bourgueil….)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Défendre une éthique, sinon rien