Château HAUT-MARBUZETSAINT-ESTÈPHE Château HAUT-MARBUZET

Château HAUT-MARBUZET 

(SAINT-ESTÈPHE)
Henri, Hugues et Bruno Duboscq
1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 30 54
Email : infos@haut-marbuzet.net

 Au sommet, incontestablement, et cela vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-plaisir. En effet, ce cru, marqué par la “patte” et la passion d’Henri Duboscq, renvoie à un jardin d’enfants un bon nombre de crus surbarriqués et beaucoup plus chers. Il faut dire qu’Henri, secondé par ses fils Bruno et Hugues, est particulièrement chaleureux et sait de quoi il parle quand on aborde le sujet de l’élevage en barriques ou du terroir.
Un vignoble de 66 ha, complanté à 50% de Cabernet-Sauvignon, 40% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans. Les vendanges sont manuelles avec recherche de surmaturité. Les vins sont élevés en barriques neuves pour chaque millésime, mais avec une maîtrise exceptionnelle pour choisir l’origine du bois et ne pas “abrutir” le vin, avec les essences à grain fin adaptées à son cru. Il faut dire qu’une expérience de quelque cinquante années, cela aide…
J’ai fait construire un chai de deuxième année d’élevage qui jouxte la vigne, nous dit Henri Duboscq, un joli bâtiment aux baies vitrées qui permettent de profiter de la proximité des vignes. Sont installées dans ce chai, des barriques qui sont au sol, ce qui permet des soutirages plus fréquents et plus faciles.

Formidable verticale sur place, des derniers millésimes à l’extravagant 1970.
Vous allez donc exciter vos papilles, avec ce Saint-Estèphe 2016, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Le 2015, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, de garde, naturellement. Le 2014 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robegrenat soutenu, très aromatique en bouche, aux tanins très équilibrés, classique et prometteur. Le 2013, bien corsé et savoureux, aux tanins riches, souples et très bien équilibrés, au nez intense (mûre, groseille, épices…), en bouche très parfumée, avec des notes de cerise mûre et de truffe, fondue et intense à la fois.
Superbe 2012, “chatoyant”, dit Henri Duboscq, d’une puissance en bouche, un grand vin, charmeur, très parfumé (griotte, humus…), mêlant exubérance au palais et finesse tannique avec une très jolie finale grillée, le style parfait de Haut-Marbuzet dans sa jeunesse.
Le 2011 est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Très grand 2010, qui dégage un très beau nez intense, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, dense au palais, où dominent la fraisedes bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu, de grande garde. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, un vin parfait, notamment, avec un rôti de veau en croûte ou des magrets de canard aux champignons.
Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, d’une complexité certaine, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômes séduisants de cassiset de sous-bois, puissant.
Le 2004 est exceptionnel. Très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense.
Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruitscuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé.
On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée.
Le 1986 est superbe, robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un très grand vin parfait avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. Le 1978 est très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des taninsraffinés, un vin qui emplit le palais. Voir également le Médoc Château Layauga-Duboscq.


Château PLANTIER ROSESAINT-ESTÈPHE Château PLANTIER ROSE

Château PLANTIER ROSE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Michel Conte
Leyssac – 51, route du Médoc
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 36 16
Email : chateauplantierrose@hotmail.com
Site : www.chateauplantierrose.com

Vignoble de 9,5 ha, sur un terroir de graves et de sables, avec une moyenne d’âge des vignes de 30 à 35 ans. L’encépagement se compose majoritairement de Cabernet-Sauvignon, puis de Merlot et d’un peu de Petit Verdot.
Son Saint-Estèphe Cru Bourgeois 2015 mêle charpente et finesse, une bouche puissante, un vin gras et corsé, très harmonieux, tout en complexité aromatique (groseille, fumé…), avec des tanins rondsmais riches. Le 2014 est un vin de bouche puissante, avec des arômes de framboise mûre, très fin mais charpenté, bien charnu, très parfumé en bouche, d’un bel équilibre pour ce millésime classique. Le 2013 est tout en charme, avec une charpente harmonieuse, de robe grenat, aux notes discrètes de sous-bois et de mûre au palais, tout en distinction. Beau 2012, fort bien élevé en fûts de chêne durant 18 mois, alliant puissance et distinction, grascharnu, un vin typé, où dominent les fruits mûrs et les épices, intense au nez comme en bouche avec des nuances de truffe en finale. Le 2011 est délicieux, tout en arômescorsé et gras, au nez complexe, corsé et charpenté, avec des senteurs de framboise et de mûre, de très bonne garde.
Le 2010, de belle couleur, aux tanins amples et bien équilibrés, charnu comme il se doit, charpenté, avec des arômes intenses (truffe, cassis, sous-bois) et persistants, poursuit son évolution. Le 2009, de robe brillante et soutenue, dégage des senteurs de fruits rouges cuits, avec une bouche riche qui dévoile des tanins fondus mais bien présents, d’une belle longueur.

Château SAINT ESTEPHESAINT-ESTÈPHE Château SAINT ESTEPHE

Château SAINT ESTEPHE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Arnaud SA
Leyssac
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 32 26
Email : vignobles.arnaud@orange.fr
Site : www.chateaustestephe.com

Créé par un ancêtre de la famille Arnaud, ce domaine vit le jour vers 1870. Petite propriété familiale qui voit son développement depuis plusieurs générations par la famille Arnaud.
Le vignoble est regroupé autour des villages de Leyssac, la Marquette, Laujac, sur terroir de graves argileuses dominantes, graves fines, sableuses et argilo-calcaires formant une bonne complémentarité.
Coup de cœur pour ce Saint-Estèphe Château Saint-Estèphe 2015, de belle couleur grenat, intense, corsévelouté, très parfumé, avec des notes subtiles de sous-bois, de framboise et de truffe, aux tanins fermes mais souples, tout en bouche.
Beau 2014, qui développe un bouquet complexe où s’entremêlent des notes de cassis et de cannelleharmonieux, riche et parfumé, un vin très équilibré et de belle matière, à savourer sur un coq au vin ou un filet d’agneau aux échalotes confites. Le 2013, souple et charnu à la fois, est un vin bien typé comme il se doit, aux notes de pruneau et de truffe, de couleur soutenue, avec des nuances de fruits cuits en bouche.

Château TRONQUOY-LALANDESAINT-ESTÈPHE Château TRONQUOY-LALANDE

Château TRONQUOY-LALANDE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Famille Bouygues – Gérant : Hervé Berland – Directeur Technique : Yves Delsol

33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 61 05
Email : chateau@tronquoy-lalande.com
Site : www.tronquoy-lalande.com

Nous avons entamé une conversion en Bio, nous dit Hervé Berland. Cela se passe très bien et nous encourage à poursuivre la démarche.
Le terroir est très drainant à Tronquoy-Lalande : une très épaisse couche de grosses graves de 10-12 m, mélangée à de l’argile, c’est idéal pour permettre à la vigne de s’adapter aux différents évènements climatologiques, pluie ou sécheresse.
En général, ici, les vins sont d’une belle qualité homogène. Le vin est assez tannique tout en étant soyeux à la fois, belle expression du fruit grâce à la forte proportion de Merlot dans l’encépagement 55 %, Cabernet-Sauvignon 35%, Cabernet franc et 7% de Petit Verdot, qui apporte cette touche épicée si reconnaissable dans les vins de Tronquoy et qui “booste” les arômes du vin.
L’élevage du vin dure environ 12 mois dans 1/3 de bois neuf. C’est un choix, délibéré car, la totalité en barriques neuves durcirait le vin. Nous avons le désir de produire des vins qui ont du charme, séduisants dans leur jeunesse. Les vins de Saint-Estèphe ne manquent jamais de tanins, c’est une des particularités de cette appellation. Les vins sont assez charpentés, structurés. Nous n’avons pas de soucis au Château Tronquoy-Lalande pour parvenir à maturité complète des raisins, et c’est un atout majeur.
Dans la trilogie 2014, 2015 et 2016,
le 2014 est le moins complexe. C’est un millésime très typé Saint-Estèphe, avec peut-être un peu moins de rondeur que les
2015 et 2016. Ce 2014 est bien structuré, charmant avec une bonne aptitude au vieillissement. Le 2015 est un millésime avec une belle structure, une grande finesse et de la complexité. Le 2016 combine parfaitement le fruit, la puissance, la finesse et l’élégance, c’est un vin très accompli. Le 2017 est une année précoce, les vendanges ont été réalisées entièrement au mois de Septembre, une floraison en Mai, une véraison avec
15 jours d’avance, un beau mois d’Août avec un déficit de pluie. Les pluies de début septembre ont été salutaires car la vigne manquait d’eau, on en aurait peut-être préféré un peu moins… Les 10 premiers jours de Septembre ont eu un effet intéressant car cela a freiné la concentration des baies de raisins et on revient sur des équilibres d’alcool plus classiques bordelais. Ce 2017 est un vin bien équilibré, et, de ce fait, nous avons perdu
1° d’alcool, ce qui est une très bonne nouvelle car, pour nos vins de Bordeaux, ce n’est pas la course à la concentration, nous préférons les vins plus équilibrés qui ont de la fraîcheur, de l’élégance. Le 2017 sera bien typé Bordeaux avec un joli fruit.

Ce Saint-Estèphe 2015, 55% Merlot, 37% Cabernet-Sauvignon, 6% Petit Verdot, 2% Cabernet franc, charmeur et racé, très séduisant, mêle concentration aromatique et souplesse, un vin aux senteurs de griotte mûre, coloré, de bouche soyeuse et persistante avec ces nuances de fumé caractéristiques, toujours très fin. Le 2014, 56% Merlot, 37% Cabernet-Sauvignon, 6% Petit Verdot et 1% Cabernet franc est un vin très élégant, toujours fin et fruité, très parfumé, dont l’élevage de 25% de bois neuf bien intégré donne cette longue persistance en bouche. Le 2013, 52% Merlot, 38% Cabernet Sauvignon, 8% Petit Verdot, 2% Cabernet franc, aux notes de cerise bien mûre et de sous-bois, de belle robe intense, très équilibré au nez comme en bouche, est un vin à dominante d’élégance, qui allie charpente et rondeur. Le 2012 est très parfumé (épices, réglisse…), corsé, concentré, aux tanins fermes et ronds à la fois, très persistant en bouche.
Le 2011 d’un rouge profond, est un vin volumineux en bouche, élégant et complexe, très charnu, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d’épices, un grand vin très équilibré, de bouche dense où l’on retrouve les fruits cuits (cassis, groseille, mûre) et l’humus, avec cette finale subtilement poivrée qui fait tout son charme. “En 2011, nous précise Yves Delsol, nous n’avons pas eu de grêle, fait des rendements très corrects, cela est dû aux terroirs de Tronquoy Lalande où nous avons un pourcentage d’argile assez élevé, ainsi la vigne ne souffre pas de stress hydrique. Les Cabernets étaient très jolis, l’assemblage du 2011 est composé de 47% de Cabernet, 42% de Merlot et 11% de Petit Verdot.”
Grand 2010, très typé, d’un beau rouge foncé, dense, on est séduit par de jolis arômes de fruits noirs (mûre, cassis), des notes poivrées dues à la proportion de Petit Verdot dans l’assemblage. Très belle structure et volume en bouche enveloppés par des tanins soyeux avec une finale très persistante.

 

Château de CÔMESAINT-ESTÈPHE Château de CÔME

Château de CÔME 

(SAINT-ESTÈPHE)
Baron Velge – Directeur : José Bueno
Lieu-dit Les Pradines
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 73 72 25
Email : come@chateaudecome.com
Site : www.chateaudecome.com

“Côme est un Saint-Estèphe qui, pour moi, ressemble un peu à un Saint-Julien, nous dit Maurice Velge. C’est un vin que j’ai fait pour ma femme, qui l’adore d’ailleurs, c’est sans doute, le plus féminin des Saint-EstèpheChâteau de Côme est un vin Bio, et, en plus, je fais une parcelle sans souffre, un vin que j’aime beaucoup.
Château de Côme est un vin en finesse, en dentelle, en subtilité, très élégant, aristocratique.”
un vin qui a une énorme plénitude, un superbe volume en bouche, une très grande longueur, Château de Côme possède sa spécificité propre. Je bois très souvent du Côme sur du poisson, des ris de veau, de la cuisine orientale ou avec un steak de bœuf.”

Baron Velge, nous précise José Bueno, le Directeur, entreprend de grands travaux de rénovation : nouvelle cuverie, nouveau chai de conditionnement, bureaux, salle de réception, très jolie salle de dégustation en hauteur qui dominera le vignoble. 2018 est une année “phare” ici, Baron Velge est très motivé et met tout en œuvre au service de la qualité. Il fait rénover une jolie maison de maître entourée d’un parc paysagé pour y installer sa demeure, c’est vous dire comme il aime la région.

Ce Saint-Estèphe Château de Côme 2015, au nez de fruits mûrs (myrtille, prune), coloré et très parfumé, d’une belle ampleur en bouche, où se dégagent des nuances de fruits rouges et de réglisse, charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches. Le 2014 (15 à 20% de fûts neufs) est de robe grenat, sent le cassis et l’humus, c’est un vin tout en élégance, mêlant structure et finesse, bien charpenté, de bouche parfumée (fraise des bois, épices). Le 2013, très fin, développe un nez tout en charme (fraise des bois, violette, humus), de couleur pourpre intense, aux tanins souples, très élégant.
Savoureux 2012, de couleur intense, rond, aux connotations de cassis et d’humus, un vin bien charnuferme et persistant en bouche, élégant, de très bonne évolution. Le 2011 est à dominante de souplesse, de parfums et de finesse, sent les épices, vraiment très séduisant aujourd’hui. “Ce 2011 est le premier millésime certifié Bio du Château de Côme. Nous avions à l’esprit de ne pas utiliser de produit chimique mais nous ne voulions pas que la qualité baisse. Cela demande plus d’exigence, de suivi… nous labourons les sols. Le but est que la vigne arrive à mieux se défendre. Pour que le vignoble s’adapte à la culture en Bio, il faut compter de 4 à 5 ans.”
Le 2010, dense, au nez complexe où dominent la fraise des bois mûre et l’humus, est de robe profonde, de bouche classique, un vin corsé et gras, aux taninsbien présents et fondus à la fois, un millésime riche, de garde. Le 2009 est très classique, puissant, aux saveurs fruitées, avec ce nez de griotte mûre et de sous-bois, exhalant des notes sauvages au palais.

 

Domaine de CARTUJACHAUT-MÉDOC Domaine de CARTUJAC

Domaine de CARTUJAC 

(HAUT-MÉDOC)
Bruno Saintout
20, Cartujac
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 56 59 91 70
Email : contact@vignobles-saintout.fr
Site : www.vignobles-saintout.com

La famille Saintout, présente sur la commune de Saint-Laurent-Médoc depuis la fin du XVIIIe siècle, s’est installée au Domaine de Cartujac où elle élevait des moutons aux portes de la grande lande et cultivait déjà quelques arpents de vignes.

Le 2016, nous précise Bruno Saintout, représente l’année rêvée depuis 2009, gros volumes, maturité excellente des Merlots, état sanitaire parfait, plus homogène que le 2015, un millésime vraiment exceptionnel.
Il poursuit ses investissements pour parfaire toujours plus la qualité.

Son Haut-Médoc Cru Bourgeois Domaine de Cartujac 2015, vignoble de 10 ha, sols de graves graves, argilo-graveleux, Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit Verdot, mêle finesse et richesse d’arômes, de bouche suave et veloutée, très parfumée (fruits rouges surmûris, cannelle), riche en couleur comme en charpente, d’une belle finale, un vin racé, de très belle évolution. Le 2014 est un vin plein, au nez de griotte confite, aux tanins intenses mais délicats, très équilibré au nez comme au palais, avec une finale de prune et d’humus, parfait sur un agneau aux pommes de terre nouvelles ou des rognons de veau à la bordelaise.
Superbe Saint-Julien Château la Bridane 2015, provenant d’un vignoble de 15 ha sur graves garonnaises (Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit VerdotCabernet franc), un très beau vin, aux arômes persistants de petits fruits noirs mûrs avec des notes de cannellegénéreuxferme, très parfumé, qui marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante. Le 2014, de robe soutenue, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, aux tanins savoureux, est un grand vin typé, de bouche savoureuse, d’excellente garde.
Goûtez aussi son Médoc Cru Bourgeois Château du Périer 2014, vignobles de 7 ha de Cabernet-Sauvignon et Merlotsols similaires, de belle robe soutenue et brillante, d’une jolie concentration d’arômes (myrtille, épices…), ample, typé.


Domaine CHALET de GERMIGNANHAUT-MÉDOC Domaine CHALET de GERMIGNAN

Domaine CHALET de GERMIGNAN 

(HAUT-MÉDOC)
Luc Monlun
139, avenue de la Boétie ( Chai et Dégustation : 98, avenue de Germignan)
33320 Le-Taillan-Médoc
Téléphone :05 56 05 41 94 et 06 07 81 76 86
Email : contact@lesvignoblesdegermignan.fr
Site : www.lesvignoblesdegermignan.fr

Un domaine familial (6e génération) qui s’étend sur 7 ha. Il est composé de 4 grandes parcelles réparties sur les communes du Taillan-Médoc et Blanquefort. La particularité des sols (graveleux, sablonneux, argilo-graveleux) et sous- sols (graveleux, calcaires et argileux) a permis l’implantation de divers cépages ce qui en fait un des rares domaines comptant autant de variétés.
Coup de cœur pour ce Haut-Médoc 2015, fin, typé, de couleur profonde, au nez de mûre et de groseille, de bouche savoureuse, avec des tanins veloutés, un vin ample, d’une très belle persistance. Le 2014, où les Cabernets sont majoritaires, élevage de 18 mois en cuves et barriques dont 10 à 20% neuves, vinification traditionnelle en cuve Inox, mêle concentration aromatiquefinesse des tanins et puissance, avec des notes de fruits noirs cuits, de bouche harmonieuse et intense.
Le Haut-Médoc Origine 2014 est un vin tout en nuances d’arômes délicatement épicées, où dominent la mûre et le cassis, très riche au nez comme en bouche, de robe intense, aux tanins puissants, de très bonne garde, et peut commencer à s’apprécier avec, notamment, un lapin aux pruneaux ou un coq au vin.

Château DEVISE d'ARDILLEYHAUT-MÉDOC Château DEVISE d'ARDILLEY

Château DEVISE d’ARDILLEY 

(HAUT-MÉDOC)
Jacques et Madeleine Philippe
Vignobles Vimes – Philippe SAS – 5, Le Pateau
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 57 75 14 26
Email : devise.dardilley@terre-net.fr
Site : www.chateaudevisedardilley.fr

Propriété rachetée en 2000 par Madeleine et Jacques Philippe qui réalisaient un rêve : elle, parce que d’origine bordelaise, retrouvait ses racines et, lui, ingénieur de formation, après une carrière dans un grand groupe de services désirait devenir vigneron. Rêve devenu réalité…
Leur Haut-Médoc Cru Bourgeois 2015 est vraiment excellent, aux nuances de cerise noire et d’humus, de bouche flatteuse et riche à la fois, où se mêlent la myrtille et l’humus, un vin classique comme nous les aimons, intense et complexe, de très bonne charpente.
Le 2014, de belle matière, au nez puissant de cassis, de musc et fumé, complet, avec des nuances en bouche de fruits surmûris et de poivre, bien persistant au palais. Le 2013 se goûte très bien, bien typé du millésime, un vin dense au nez comme en bouche, aux tanins soyeux. Beau 2012, aux tanins amples, à la fois riches et soyeux, aux notes de cassis mûr et de groseille, structuré, charnu, tout en bouche, qui poursuit une excellente évolution.

Château FONTESTEAUHAUT-MÉDOC Château FONTESTEAU

Château FONTESTEAU 

(HAUT-MÉDOC)
Dominique Fouin

33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 59 52 76
Email : info@fontesteau.com
Site : www.fontesteau.com

Le Château, bâti et fortifié au XIIIe avec les moellons arrachés aux terres qui l’entourent, a été entièrement rénové en 1997 et s’érige au sein d’un bel environnement naturel de 100 ha, dont 32 de vignes élevées dans les principes de lutte raisonnée qui minimisent l’emploi de produits de synthèse en intégrant les défenses naturelles de la vigne (60% Cabernet-Sauvignon, 29% Merlot noir, 10% Cabernet franc, 1% de Petit-Verdot). Terroir sablo-graveleux sur dalle calcaireVinification traditionnelle dans une cuverie moderne en Inox équipée d’une régulation thermique, cuvaison de 3 à 4 semaines, élevage de 12 mois dans quelque 700 barriques de chêne des meilleures origines françaises. Renouvellement de 25% de barriques neuves par an… Dominique Fouin apporte une attention particulière à l’état de ses ceps en remplaçant ceux qui méritent de l’être afin de maintenir toujours un niveau optimal, et propose 3 vins : Fontesteau, Messire de Fontesteau et Variation de Fontesteau.

Dominique Fouin nous dit, qu’en 2017, le Château Fontesteau a été marqué par le gel à 60%, d’où peu de volume, mais une qualité certaine. Le millésime2017 comporte de nombreux atouts : il est de belle couleursuavefruitétendre mais structuré, moins tannique que le 2016, et tout en élégance.
Julien Jonquet, Directeur technique, nous précise que les ventes pour 2018 se portent pour Château Fontesteau sur les 2015, 2014, 2013, 2012, 2011 et 2008.
Pour la cuvée Variation (plus tannique), ce sont les 2014, 2012, 2008 et 2007. Pour les Pauillac, le millésime 2014.
Le 2016 est parfait, une belle coloration, une acidité assez haute qui n’empêche pas un certain équilibre, des tanins très soyeux, la qualité est bien présente, mais quantité minimale. Le millésime 2016 est bien supérieur au 2015. Il n’y aura pas de cuvée Variation sur le 2016 car la qualité de la récolte est trop homogène. En projet, la construction d’une station d’épuration de traitement.

En effet, voilà un remarquable Haut-Médoc Cru Bourgeois 2016, 61% Cabernet-Sauvignon, 36% Merlot et 3% Cabernet franc, au nez à la fois complexe et intense dominé par les petits fruits noirs, aux tanins bien présents et savoureux, un vin tout en charpente, d’une finale persistante, de garde, naturellement. Le 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, avec des nuances de groseille, de poivre et de cassis, un très joli vin, est charmeur et puissant à la fois, tout en bouche, de garde.
Le 2014 est très savoureux en bouche, structuré, bien marqué par son Terroirgras et persistant, intense en arômes comme en structure, avec ces nuances de cassis, de sous-bois et de réglisse. Joli 2013, de robe grenat, aux notes discrètes de sous-bois et de prune, qui mêle charpente et souplesse, bien typé, aux nuances de fraise des bois et d’épices au palais, de bouche à la fois puissante et velouté. Le 2012, de très belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées subtiles, est un vin chaleureux et riche, avec de la matière. Excellent 2011, qui développe des notes subtiles et intenses de petits fruits noirs cuits et de réglisse, un vin tout en bouche, à la robe foncée, légèrement épicé en finale, avec des tanins mûrs et une charpente ample.
Quant au 2008, parfait actuellement, ample, persistant au nez comme en bouche, gras, aux tanins mûrs et savoureux, avec des nuances de groseille et de fumé, c’est un vin très représentatif de ce grand millésime classique bordelais
Goûtez le Second Vin, le Haut-Médoc Variation de Fontesteau, équilibré, au nez expressif de cassis et de griotte, charnu, de bouche soyeuse, avec cette finale poivrée séduisante. Profitez également des sept chambres du gîte.


Château HENNEBELLEHAUT-MÉDOC Château HENNEBELLE

Château HENNEBELLE 

(HAUT-MÉDOC)
Pierre Bonastre
21, route de Pauillac
33460 Lamarque
Téléphone :05 56 58 94 07
Email : pierre.bonastre@wanadoo.fr
Site : www.chateau-hennebelle.com

Une propriété familiale de 11 ha de vignes, et des viticulteurs de père en fils depuis cinq générations, qui ont apporté leur savoir-faire et donné à leurs vinsune qualité croissante au fil du temps.
Son Haut-Médoc 2015 est de robe pourpre, au nez concentré (mûre et cassis), tout en charme, de bouche riche et harmonieuse, où l’on retrouve ces nuances fruitées et épicées, avec des tanins mûrs et pleins, classique. Le 2014 est de belle teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de mûre et de réglisse, un vin ample, chaleureux, très persistant en bouche. Joli 2013, de robe grenat, aux senteurs de prune et de mûre, de bouche équilibrée, idéal sur un pâté chaud de canard sauvage en croûte ou un rôti de bœuf farci aux pruneaux.
Le 2012 est excellent, bien typécharpenté, élégant, aux tanins denses, avec des senteurs de mûre et de musc. Le 2011, où se mêlent la griotte et l’humus, aux tanins soyeux, bien charpenté, de bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et le fumé.
Beau 2010, intense en couleur comme en arômes, aux tanins présents, avec ces notes de mûre et de griotte, riche et généreux, de garde comme le 2009, au parfum de griotte et de sous-bois, d’une belle couleur profonde, de bouche puissante, très typé, un vin charnu.

Château Le MEYNIEUHAUT-MÉDOC Château Le MEYNIEU

Château Le MEYNIEU 

(HAUT-MÉDOC)
Jacques Pedro
Domaines Pedro
33180 Vertheuil
Téléphone :05 56 73 32 10
Email : lesdomainespedro@orange.fr
Site : www.domaines-pedro.fr

Propriété de 45 ha dont 22 de vignes et une charmante demeure du XIXe siècle. Encépagement : 60% Cabernet-Sauvignon, 5% Cabernet franc et 35% Merlotvignes de 30 ans en moyenne.

Jacques Pedro peut se réjouir, le gel n’est pas apparu au Château Le Meynieu en 2017, tout est là : qualité et quantité ! Le millésime2017 est sur le fruit, gras, volumineux, des tanins fins, soyeux, un millésime qui s’apparente au 2015. Ventes en 2018 : les 2012, 2014, 2015.

Vous allez apprécier ce Haut-Médoc 2015, de base tannique importante et très équilibrée, dense, de robe soutenue, charnugras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois. Le 2014, de couleur rubis, tout en finesse comme il se doit, mêlant charpente et souplesse, aux senteurs de fruits rouges mûrs et de sous-bois. Le 2013, de belle robe rubis soutenu, est un vin très harmonieux, au nez de fruits rouges et une pointe d’épices, charnu en bouche, tout en subtilité.
Excellent 2012, qui a eu une médaille à Lyon en 2015, typé, développe un nez de fruits noirs surmûris, un vin ample, de jolie structure, légèrement épicé en finale, de bouche puissante et corsée. Remarquable 2011, de robe rubis profond aux reflets violets, au nez de prune, d’humus et d’épices, alliant finesse et charpente, aux tanins à la fois riches et soyeux, un vin qui emplit bien la bouche, bien typé.
Le Saint-Estèphe Château Lavillotte 2015, vignoble de 12 ha de vignes, 70% Cabernet-Sauvignon et 30% Merlotvignes de 30 ans, est un vin de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges (mûre, fraise des bois…), d’épices, aux tanins bien enrobés mais équilibrés. Le 2014 dévoile un bouquet puissant de violette, de sous-bois et de cuir, un vin riche, souple et corsé à la fois, aux tanins savoureux, de belle complexité.


Château TOUR-DU-ROCHAUT-MÉDOC Château TOUR-DU-ROC

Château TOUR-DU-ROC 

(HAUT-MÉDOC)
Philippe et Emmanuel Robert
1, rue de l’Église
33460 Arcins
Téléphone :05 56 58 90 25
Email : tourduroc@wanadoo.fr
Site : www.chateautourduroc.fr

Situé à 4 kms au Nord de Margaux, le vignoble du Château Tour-du-Roc, propriété de la famille Robert depuis plusieurs générations, s’étend sur douze hectares de croupes graveleuses très bien exposées. L’encépagement se compose de 50% de Merlot et 50% de Cabernet-Sauvignon.
L’exploitation a conservé des méthodes traditionnelles de travail : taille Guyot double sans désherbage chimique, vendanges manuelles. La vinification est effectuée selon la tradition médocaine avec une cuvaison de trois semaines. L’élevage en fûts de chêne pendant douze mois est suivi d’un filtrage léger lors de la mise en bouteilles, laquelle a lieu au Château; autant d’atouts qui confèrent à ce Haut Médoc une grande qualité et une bonne aptitude au vieillissement.

Au Château Tour-du-Roc, Philippe Robert nous confirme la faible quantité de la récolte 2017, mais une qualité bien certaine : un vin bouquetécorsé, avec des degrés élevés qui se rapprocherait du millésime 2003. Ventes en 2018 : les millésimes 2014 et 2015.

Coup de cœur pour ce Haut-Médoc 2015, qui sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, avec des nuances de cassis, de musc et de fumé, complet, charpenté et persistant, de garde naturellement. Le 2014, de très belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, un vin puissant mais déjà charmeur, qui mêle richesse et souplesse, généreux, de fort belle évolution, que l’on peut apprécier, par exemple, avec des aiguillettes de canettes aux fèves ou un chou farci aux châtaignes et au foie gras.

Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre provenant de “caillotes” et un autre de marnes kimméridgiennes, un Quincy ou un Pouilly-Fumé “silex” pour s’en assurer. Cela fait donc du bien … Lire la suite

 

VOIR AUSSI CLASSEMENT VAL DE LOIRE

CLASSEMENT VAL DE LOIRE ROUGES

e_VAL_DE_LOIRE.jpg

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
GAUTERIE (A) (r)
GODINEAU (A)
GONORDERIE (A)
PALEINE (S)
PERRUCHES (S)
ROCHETTES (A)
VIEUX PRESSOIR (S)
SAUMUR-CHAMPIGNY
GUILLOTERIE
Clos MAURICE
PETITE CHAPELLE
TARGÉ
VARIÈRE 

Christelle DUBOIS
RAYNIERES (S)
ROCHEVILLE (S)

CHINON
BOUCHARDIÈRE (r)
BOUQUERRIES (r)
GOURON (r)
NOIRÉ (r)

BÉGUINERIES
GROSBOIS

Philippe ALLIET

BOURGUEIL SAINT NICOLAS

DRUSSÉ (SNB) (r)

GÉLÉRIES (B)
OUCHES (B)

St. GUION (B)

TOURAINE CHEVERNY

CHAISE (r)
CHARBONNIER (r)
MANDARD
RENAUDIE

MONTIGNY (r)

ROY

SANCERRE DIVERS

CHAILLOT (CH) 
CREZANCY (S) (r)
André DEZAT (S)
ERMITAGE (MS)
Pierre MARTIN (S)
NATTER (S) (r)
Daniel REVERDY (S) (r)
SARRY (S)

REAL (Côtes Forez)
J-M ROGER (S)

GIRAUDON (Côte Roannaise)
POTHIERS (Côte Roannaise)
ROUX (CH)

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
SAUMUR-CHAMPIGNY
LEGRAND

BOURG NEUF*
ROCFONTAINE

VARINELLES

CHINON
(Dne de L’R)

(BROCOURT)
CAVES de la SALLE

BOURGUEIL SAINT NICOLAS

GESLETS (B)

TOURAINE CHEVERNY

(CHESNEAU (CHe)*)
MÉCHINIERE

MAISON (CHe)

SANCERRE DIVERS

MABILLOT (R)

Stéphanie GUILLOT (Côtes Forez)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

ANJOU-SAUMUR
(BESSIÈRE (S))
SAUMUR-CHAMPIGNY
CHINON
(COULY-DUTHEIL*)
DOZON

BOURGUEIL SAINT NICOLAS

TOURAINE CHEVERNY

SANCERRE DIVERS

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

Nouvelles dégustations, nouveaux Classements : certains « montent (sublime Blanc de Blancs Belle Epoque 2004 de Perrier-Jouet, qui le propulse au sommet), comme l’extravagant Laurent-Perrier Grand Siècle rosé.

Dans les Premières et Deuxièmes hiérarchies des « Deuxièmes Grands Vins Classés », où les bouteilles sont formidables, la plupart de nos grandes références champenoises (maisons et vignerons) conservent leur place, et c’est déjà -en soi- exceptionnel puisque une grande régularité est la seule vraie clé qualitative, d’autres font une entrée superbe (ou signent un retour) dans le Classement et prennent du galon comme Franck Bonville, Serge Mathieu, Solemme, Mary-Sessile, Dissaux Verdoolaeghe, Guillozet, Rémy Louvet, Person, Pierre Legras, Denis Marx, Briaux-Lenique, Brimoncourt, Bochet-Lemoine, Philippe Gamet, Bouché, Dravigny, Serge Rafflin…, dans une gamme de prix large, chacun possédant une identité propre, bien entendu.

 

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE
Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BOLLINGER
KRUG (Grande Cuvée) (r)
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)

ELLNER (Réserve) (r)

DEUTZ (William Deutz)
DOM PERIGNON
Charles HEIDSIECK (Millénaires) 
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

MUMM (R. Lalou)
VINCENT D’ASTRÉE (Novæ)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal) (r)
DE SOUSA (Caudalies) (r)

PAUL BARA (Réserve) (r)
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs) (r)
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
DE TELMONT (O.R.1735)
DE VENOGE (Les Princes) (r)

LOMBARD (Grand Cru) 

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Grand Millésime) (r)
BOCHET-LEMOINE (Réserve)
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)
BRIXON-COQUILLARD (Extra brut))
CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d’Émotion) (r)
CHEURLIN-DANGIN (Origance)
COLLET (Esprit Couture) (r)
CUPERLY (Prestige)
Jacques DEFRANCE (Excellence)
DEVAVRY (Achille)
DORE LEGUILLETTE (Vieilles Vignes)
Philippe GAMET (Caractères)
GATINOIS (Millésime) (r)
GOUTORBE (Percussion) (r)
HAMM (La Preuve par Trois) (r)
HUOT (Carte Noire)
JEAUNAUX-ROBIN (Eclats de Meulière)
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
LEJEUNE-DIRVANG (Noir et Blanc)
Xavier LORIOT (Cuvée 100S)
MARY-SESSILE (Sessile)
Rémy MASSIN (Intégrale)
MORIZE (Sélection) (r)
Etienne OUDART (Référence) (r)
Ghislain PAYER (Nature)
Jean-Michel PELLETIER (Confidentielle)*
PHLIPAUX Père et Fils (Grande Réserve) (r)
RODEZ (Grands Vintages)
René RUTAT (Nature) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Insolite) (r)
Diogène TISSIER et Fils (Vintage)
Alfred TRITANT (Mes Racines)
VAZART-COQUART (Grand Bouquet)
Maurice VESSELLE (Hauts Chemins) (r)
VEUVE OLIVIER (Perle de Lumière) (r)
Alexandre YANN (Sous les Roses)

BAILLETTE-PRUDHOMME (Réserve)*
BARDOUX (Millésimé)
Maxime BLIN (L’Onirique)*
BOUCHÉ (Blanc de noirs)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
Christian BRIARD (Ambre)
BRIAUX-LENIQUE (Les Semons)*
CAMIAT (Prestige)
CARLINI (Réserve)
J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)
Richard CHEURLIN (L’Incontournable)
DANIEL COLLIN (Grande Réserve)*
DAUPHIN (Instant Inpérial)
Franck DEBUT (Tradition)
DISSAUX VERDOOLAEGHE (Svenerick)*
DOUSSOT (Ernestine)*
Hubert FAVIER (Réserve)
FRANÇOIS BROSSOLETTE (Réserve)*
GUY MEA (Nature)
Jean Pol HAUTBOIS (Grande Réserve)*
HUGUENOT-TASSIN (Les Fioles)
LACOURTE GODBILLON (Chaillots)*
Paul LAURENT (L’Essentiel)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
Michel LITTIERE (Grande Cuvée)*
LOUVET Rémy (Prestige)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Terre d’Origine) (r)
Serge MATHIEU (Prestige)*
MOREL Père et Fils (Cuvée Gabriel)
MOUSSE-GALOTEAU (Réserve)
Daniel PERRIN (Millésime)
Serge RAFFLIN (Prestige)*
ROGGE-CERESER (Excellence)*
VRAIN-AUGÉ (Prestige) (r)*

Colette BONNET (Natur’elle)
COESSENS (Sens Boisés)*
FORGET-BRIMONT (Blanc de blancs)*
LALLEMENT (Réserve)
LALLIER (Ouvrage)*
LEGOUGE-COPIN (Inspirations)*
PERSEVAL-FARGE (Jean-Baptiste)
PHILIPPART (Blanc de Noirs)*
POINTILLART & Fils (Rencontre)*

BRUN DE NEUVILLE (Extra Brut)*
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)*
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*

GALICHET (Réserve)
LETE VAUTRAIN (Millésimé)
André TIXIER et Fils (Millésime)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AYALA (La Perle)*
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve) (r)
BONNET-GILMERT (Millésimé)
Franck BONVILLE (Les Belles Voyes)*
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Blanc de blancs) (r)
BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
BRICE (Vintage)
Edouard BRUN (L’Élégante) (r)*
CLERGEOT Père et Fils (Grande Réserve) (r)
LUCIEN COLLARD (Millésime)
COUTIER (Blanc de Blancs) (r)
DAVIAUX (Extra brut)
DEVILLIERS (Millésimé))
DILIGENT (Millésime) (r)
DRAPPIER (Grande Sendrée) (r)
ESTERLIN (Cléo)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
GRUMIER (Extra brut)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)
Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)
Eric LEGRAND (Réminiscence)*
Pierre LEGRAS (Blanc de blancs)
Alain LITTIÈRE (Cuvée Alain)
MANNOURY (Ultra brut) (r)
MARGAINE (M de Margaine) (r)
Charles MIGNON (Comte de Marne) (r)
Pierre MIGNON (Clos des Graviers) (r)*
MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Extra brut)
PÉHU-GUIARDEL (Emotion) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)*
POINSOT Frères (Prestige) (r)
RENAUDIN (Réserve) (r)
ROYER (Vintage)
SADI-MALOT (Nature)
TAILLET (Sur le Grand Marais)*
Michel TURGY (Réserve Sélection) (r)*

BRIGITTE BARONI*
BERTHELOT PIOT (Prestige)*
BOATAS (Extra brut)*
BRIMONCOURT (Régence)*
LOUISE BRISON (Tendresse)*
CHARLOT-TANNEUX (Blanc de blancs)*
CHASSENAY d’ARCE (Extra brut)*
CORDEUIL (Nature)*
DEHOURS (Extra brut Terre de meunier)*
Emmanuel DRAVIGNY (L’Esprit Meunier)*
FALLET DART (Clos du Mont)
FANIEL-FILAINE (Millésime)*
GRASSET-STERN (Blanc de Blancs)*
GUILLOZET (Origine)*
Denis MARX (Confident)*
MATHIEU-PRINCET (Blanc de Chardonnay)
MILAN (Terres de Noël)*
Albert de MILLY (Prestige) (r)*
Yvon MOUSSY (Prestige)*
PASCAL (Harmonie)*
Hubert PAULET (Millésime)*
Alexandre PENET (Nature)*
PERSON (L’Audacieuse)*
SOLEMME (Millésime)*
VERRIER (Raymond Verrier)
VIGNON Père et Fils (Réserve Marquises)

BARBIER-ROZE (Réserve)*
BEAUGRAND (Réserve)
BLONDEL (Blanc de blancs)*
DOUE (Le Truchat)*
JAMART (Tentation)*
Gérard LORIOT (Sélection)*
MOUTARD (Champ Persin)*
Frédéric SAVART (Extra brut)*
TROUILLARD (Extra Sélection)

COLLET (René Collet)*
DANGIN (Prestige)*
DEKEYNE (Blanc de blancs)
EGROT (Extra brut)
MÉDOT (Blanc de blancs)
Louis NICAISE (Noces Blanches)*

Roger BARNIER (Millésimé)
COLIN 
COSNARD (Blanc de blancs)*
B. GIRARDIN (Appoggiature)
Didier GOUSSARD (Tentation)
GRATIOT (Secret d’Almanach)

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
JACQUART (Nominée)
Charles COLLIN (Blanc de noirs)
COQUARD-BOUR (Vintage)*
FARFELAN (Millésime)
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)*
Charles LEGEND (Royal)
(MAÎTRE (Sélection))
MALETREZ (Premier Cru)
Camille MARCEL (Adage)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)*
PANNIER (Réserve)
(PÉLISSOT Père et Fils (Réserve)*)
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
RICHARDOT (Heritage)

BAUCHET (Signature)
CASTELGER (Eugène)
Christian COQUET
Élise DECHANNE (Essentielle)
GARDET (Selected)
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
Paul GOERG (Millésime)
Pierre GOULARD (Sélection)
GUYARD-LAMOUREUX (Séduction)
(Olivier HORIOT (Blanc de noirs))
Hervé LECLERE (Reflet Sélection)
François LECOMPTE (Céleste)*
Laurent LEQUART (Blanc de Blancs)
MATHELIN (L’Orée des Chênes)
Carole NOIZET (Perle Noire)
Prestige des SACRES (Privilège)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(BEAUDOUIN-LATROMPETTE (Blanc de blancs)*)
Marc BILLIARD (Sélection)
BOREL LUCAS (Art Divin)*
(DELAUNOIS (Sublime)*)
Nathalie FALMET (Nature)*
FOURRIER (L’Exception)*
(GIMONNET Pierre (Fleuron))
GRUET (3 Blancs)*
Robert JACOB (Collection Privée)*
Bernard LONCLAS (Prestige)*
(MALINGRE (Symphonie)*)
MANCHIN Pascal (Prestige)
(PRÉLAT (Les Reines)*)
Vincent RENOIR (Zéro)
RIGOLLOT (Grande Réserve)
(ROBERT-ALLAIT (Prestige)*)
(RUELLE (Grande Réserve))
RUFFIN (Roséanne)
J.M TISSIER (Apollon)*
Florent VIARD (Absolu)

(André ROBERT (Mesnil)*)
Alain BAILLY (Prestige)*
DÉROT-DELUGNY (Coiffe d’Or)
DESMOULINS (Blanc de blancs)
Pascal DOQUET (Mont Aimé)
François DUBOIS (Pure)*
GALLIMARD Père et Fils (Réserve)
Cédric GUYOT (Nature)
Michel LABBÉ (Prestige)*
LACUISSE Frères (Cuvée Cosson)
LEBLOND-LENOIR (Héritage)
Fernand LEMAIRE Millésimé)
LUTUN (Invitation)
Adrien SIMON (Millésime)*
VANZELLA (Millésime)
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

LA CÔTE DE BEAUNE

Sur une vingtaine de kilomètres seulement, entre Ladoix-Serrigny et le coteau des Maranges, les plus grands vins blancs secs du monde côtoient les vins rouges de grande réputation. Dès le début du xiie siècle, les abbés de Cîteaux créèrent des celliers à Meursault et à Aloxe-Corton. Plus tard, les évêques et les chanoines, puis les ducs de Bourgogne ont joué un rôle décisif grâce notamment aux relations diplomatiques qu’ils entretenaient avec la chrétienté et avec les princes d’Occident. Sur les 4 800 ha que compte le vignoble, on récolte 25 millions de bouteilles répartis en deux tiers de vins rouges et un tiers de vins blancs. Des terrains de silice et argilo-calcaires pour les rouges, de calcaire marneux ou de marnes calcaires pour les blancs.

– Ladoix. Ladoix-Serrigny (50 ha) se trouve au nord de la Côte de Beaune, le vignoble se poursuivant par la Côte de Nuits. Le village est situé au pied de la montagne de Corton. D’une altitude comprise entre 220 et 360 m, le vignoble de Ladoix est exposé est-sud-est. Il est implanté sur sol calcaire-marneux, légèrement argileux pour les vignes blanches. Les vins rouges sont assez souples et comportent des tanins fins et discrets. Les Premiers Crus sont plus tanniques et plus complets. Les Ladoix blancs sont assez fermes ; leur moelleux se révèle après une nécessaire période de maturation, assorti d’arômes de pomme mûre, de figue fraîche, de noix. Les Aloxe-Corton (et Corton) Premiers Crus récoltés sur Ladoix sont fermes et corsés.

– Corton et Corton-Charlemagne. Les “simples” Aloxe-Corton (prononcez “alose”) sont agréables et parfumés, plus souples que les Premiers Crus (La Maréchaude, Les Chaillots, les Valozières…) et surtout que les Grands Crus que sont le Corton et le Corton-­Charlemagne (63 ha), ce dernier étant un vin gras, séveux, qu’il faut absolument conserver quelques années pour pouvoir profiter pleinement de ses qualités, aux connotations subtiles de fleurs blanches fraîches, de fruits, un rien exotiques, savoureux et onctueux en bouche, très harmonieux, de grande garde. Corton est le plus étendu des Grands Crus. C’est vers les vignes des sommets, à l’exception de Corton-Bressandes, que sont les vins les plus riches. Il est donc difficile de trouver une qualité homogène, même si, d’une manière générale, les vins de Corton sont intrinsèquement supérieurs à ceux d’Aloxe-Corton.

– Pernand-Vergelesses. Le vignoble voisine avec Aloxe-Corton et Savigny-lès-Beaune. De part et d’autre d’une combe, il est réparti sous des expositions est, sud et ouest. Son altitude est comprise entre 260 et 380 m. Les vins blancs sont secs, vifs, assez légers. Nez fin de fruits frais (pomme), légèrement épicé. Les vins rouges sont assez secs et tanniques. Leurs arômes sont frais (cassis, groseille), animaux (musc) et puissants. Corton rouge et Corton-Charlemagne révèlent de grands arômes complexes : cassis, truffe, cerise, cuir, pour le premier ; cannelle, noix, poivre, ambre, pour le second.

– Beaune. Le vignoble de Beaune est presque totalement situé en pleine pente, et bénéficie de ce fait d’un large classement de ses climats en Premiers Crus (39, pour une surface de 322 ha). Les vins rouges récoltés au centre et du côté sud du territoire de Beaune sont tanniques et puissants ; leur couleur est généralement foncée, et leurs arômes sont à la fois animaux et fruités. Ceux récoltés au nord sont d’une robe moins intense et présentent une belle souplesse.

– Savigny-lès-Beaune. Le vignoble compte 17 climats classés en Premiers Crus. Les sols calcaires sont graveleux ou pierreux, légers et peu fertiles. Les Savigny rouges ont un bouquet élégant, assez puissant, marqué par une dominante griotte-cassis-framboise, évoluant vers la fraise et le sous-bois après quelques années ; les crus sont plus charpentés. Les vins blancs de Savigny sont assez vifs ; leur moelleux apparaît au cours de leur évolution pour donner des vins harmonieux et solides. Leurs arômes s’apparentent aux fruits exotiques (ananas, banane), à la pomme, aux fleurs d’aubépine, à la noisette.

– Chorey-les-Beaune. Chorey est situé au nord immédiat de Beaune, et au niveau de Savigny, de part et d’autre de l’axe de Dijon-Beaune. Le vignoble occupe une surface de 170 ha dans l’appellation Chorey et une partie moins importante en appellations régionales. Le Chorey est un vin léger, souple, très modérément tannique. Ces vins sont plus élégants que puissants.

– Côtes-de-Beaune-Villages. L’appellation Côtes-de-Beaune-Villages peut être revendiquée pour toutes les AOC communales de ce secteur, sauf quatre : Aloxe-Vorton, Beaune, Pommard, Volnay. Cette appellation est une équivalence. Le viticulteur a la possibilité d’utiliser l’appellation communale ou l’appellation Côtes-de-Beaune-Villages. Les vins de la partie nord présentent une grande finesse, une robe légère, une bonne souplesse et des tanins légers. La partie sud produit des vins souvent de couleur soutenue et marqués par des saveurs puissantes : tanins abondants, bon moelleux, supportés par une bonne acidité.

– Pommard. Le village est situé en pleine pente, au milieu de son vignoble très groupé, lui-même étagé entre 240 et 380 m et orienté à l’est ou au sud-est. Les terrains calcaires, assez argileux, donnent au Pommard des qualités assez originales : beaucoup de couleur, rouge-noir profond ; un bouquet intense et violent de cassis, de musc et de gibier. Ce vin est l’un des plus tanniques et solides des crus de Bourgogne. Une trentaine de Premiers Crus (Les Argilières, Les Chaponnières, Les Épenots, Les Perrières, Les Argelets, Les Bertins, Les Boucherottes, Les Pézerolles…) qui deviennent alors les archétypes des grands vins rouges, riches et veloutés, alliant charpente et rondeur, souples et fermes à la fois, délicatement parfumés, des vins d’excellente garde.

– Volnay. Couronné par un plateau calcaire de type rauracien, le vignoble de Volnay est appuyé sur un sous-sol composé de marnes calcaires argoviennes et sur des éboulis argilo-calcaires du Bathonien. Le versant de Volnay, dont la dénivellation atteint 140 m, offre une succession de calcaires qui assurent la perméabilité et la richesse en éléments assimilables déterminée par le pourcentage d’argile. Volnay produit une appellation communale et des Premiers Crus. En Volnay, 100 ha ; en Volnay Premier Cru, 115 ha. S’ajoutent 29 ha de vignes situés sur la commune de Meursault qui ont droit à l’appellation Volnay Premier Cru lorsque la vigne est plantée en Pinot noir. Les vins allient la race, la noblesse et la finesse. Leur robe, du tendre vermeil au rubis le plus profond, leur délicat bouquet de baies rouges (framboise, mûre), de violette, leurs tanins des plus doux aux plus robustes les placent parmi les plus grands vins de la côte de Beaune. Les Premiers Crus peuvent se révéler fantastiques dans le temps (Le Clos des Ducs, Le Clos des Chênes, Taillepieds, Les Santenots, En Caillerets, Frémiets, En Champans…).

– Monthélie. Le vignoble est planté à des altitudes comprises entre 230 et 370 m. Les sols sont calcaires, mêlés à des argiles en proportions irrégulières. Les vins rouges sont colorés et développent des arômes puissants (cerise, myrtille, humus). Leurs saveurs laissent apparaître un moelleux qui leur confère un charme élégant. Les Premiers Crus sont corsés, dotés d’un bouquet prononcé. Les blancs, au nez d’amande fraîche, allient moelleux en bouche et une nécessaire acidité qui signe les grands vins.

– Auxey-Duresses. Auxey-Duresses (prononcer Aussé), au centre de la côte de Beaune, est à la charnière de la production des vins rouges (Volnay et Monthélie au nord) et des vins blancs (Meursault au sud). Cette commune produit d’ailleurs, sous cette appellation, les 2 couleurs. Le vignoble est orienté sud et sud-est. Altitude comprise entre 260 et 300 m. Les sols sont constitués de calcaires marneux, propices aux vins blancs, et de calcaires argileux pour les rouges. Les vins blancs : très limpides, or vert, les Auxey expriment la pomme reinette, l’amande fraîche. Leur souplesse est dominante, juste relevée par une acidité plutôt discrète. Bonne persistance. Les vins rouges : d’une intensité colorante moyenne, libèrent un bouquet très fin, surtout fruité (cassis, framboise) avec une nuance animale en vins vieux (musc, fumé). Ils sont souples, dotés de bons tanins. Quelques Premiers Crus étonnants comme le Clos du Val.

 

– Saint-Aubin. Le vignoble de Saint-Aubin est orienté sur différentes croupes sud, sud-est, sud-ouest ou nord-est. Ses pentes sont assez sévères, notamment celles qui jouxtent le vignoble de Puligny-Montrachet. Les terroirs à vins rouges sont calcaires, caillouteux, de couleur brune ou rouge. Les terres blanches, plus argileuses, acceptent mieux le cépage Chardonnay. Elles influent nettement sur la souplesse des vins. Les blancs appartiennent véritablement à la famille des très grands vins de Bourgogne : or pâle légèrement vert ; bouquet associant l’amande verte, le marzipan (ou pâte d’amandes), la cire d’abeille, évoluant pour les vins mûrs vers la cannelle, l’ambre et une touche de poivre. Les vins rouges, souvent bien colorés, ont cette typicité révélant un nez de crème de cassis et de cerise noire, se complétant ensuite d’un léger arôme de cuir. En bouche, les vins offrent un ensemble charnu.

– Saint-Romain. À l’abri de falaises spectaculaires, les vignes de Saint-Romain occupent les versants sud-sud-est et nord-nord-est d’un passage assez encaissé taillé dans la Côte. Saint-Romain ne produit pas de Premiers Crus. En vins rouges, le Saint-Romain peut s’adjoindre la mention Côtes-de-Beaune, ou s’appeler aussi Côtes-de-Beaune-Villages. Ses sols sont constitués de marnes calcaires, dans lesquelles se retrouvent des bancs d’argile favorables aux blancs.

– Meursault. Le vignoble est étalé en pentes douces, entre 230 et 360 m d’altitude. L’orientation est très favorable par son ensoleillement maximal. L’abondance de marnes blanches en milieu calcaire explique la prédominance de la production de vins blancs, car elles sont plus compatibles à l’acclimatation du Chardonnay. Le Meursault blanc a un bouquet très capiteux, typé amande amère ou sèche, feuillage, croûte de pain chaude, pomme reinette ; ils sont, en bouche, très consistants, avec un moelleux abondant qui touche à l’onctuosité. Leur persistance est sensationnelle. Certains Premiers Crus comme Aux Perrières, Le Poruzot, Les Bouchottes, Les Caillerets, Les Genevrières ou Les Charmes, provenant de propriétaires hors pair, sont alors exceptionnels, envoûtants, riches, moelleux, très typés, puissamment mais subtilement bouquetés (fleurs blanches et fruits secs), d’excellente évolution. Avec eux, nous entrons dans la catégorie des plus grands vins du monde. Les (rares) vins rouges sont fins et de charpente souple.

– Puligny-Montrachet. En Puligny-Montrachet, cinq Grands Crus : Chevalier-Montrachet, Bâtard-Montrachet, Bienvenues-Bâtard-Montrachet, Criots-Bâtard-Montrachet et Montrachet, parmi lesquels un bon nombre des plus grands vins blancs secs du monde, intenses, d’une grande structure aro­matique, de belle garde. Ici, on continue dans un territoire extraordinaire où l’osmose entre le Chardonnay et chaque type de terroir, sur la partie moyenne du coteau, devient parfaite. Le vignoble est établi sur Puligny et une partie du hameau de Blagny. Il court en pente douce, face à l’est, à une altitude comprise entre 230 et 390 m. Les sols sont argilo-calcaires, riches en cailloux, bien drainés, faciles à s’échauffer. Les blancs offrent un ensemble d’arômes très racés : pâte d’amande, fougère, ambre, fleurs blanches. En bouche, leur acidité est plutôt discrète, laissant s’exprimer un moelleux et une persistance impressionnants. Les vins rouges sont fruités (arômes de fraise et de cassis), assez souples en Puligny, plus charpentés en Blagny.

– Chassagne-Montrachet. Une petite partie de l’appellation Chassagne-Montrachet est produite sur Remigny, village limitrophe de Chassagne. Les sols convenant à la production des vins blancs sont essentiellement des calcaires bruns argileux. L’altitude du vignoble est comprise entre 220 et 340 m. Les vins blancs sont corsés, puissants, gras, aux arômes d’amande, de pomme mûre, de fleurs blanches, de miel. Leur persistance est remarquable. Les vins rouges sont très colorés, corsés, souvent très charnus. Leurs arômes sont marqués par des nuances cerise-kirsch et cassis.

– Maranges. L’appellation Maranges est née le 23 mai 1989, succédant à une production plus dispersée des villages de Cheilly-les-Maranges, Dezize-les-Maranges et Sampigny-les-Maranges. Maranges est la première appellation communale de la Côte de Beaune lorsqu’on arrive par le sud. Elle est limitrophe de Santenay. Les vins sont puissants, toujours très colorés, ils expriment des arômes de petits fruits rouges et de sous-bois. Ces vins solides ont un beau potentiel de vieillissement (au moins 10 ans). Les blancs sont gras, équilibrés, parfumés (arômes d’amande et fruits exotiques).

– Santenay. Au sud de la Côte de Beaune. Les vins rouges représentent la quasi-totalité de la production. Les sols sont faits de calcaires durs renforcés de marnes. Les terres profondes imposent une taille spécifique (cordon de Royat) pour discipliner les rendements. Selon leur position, les coteaux sont orientés au sud ou à l’est. Les vins blancs sont secs et corsés. Les vins rouges sont tanniques, bien charpentés. Ils ont des parfums de fruits (amande et fraise), et pour les Premiers Crus, les arômes sont plus floraux (violette).

Domaine VIRELY-ROUGEOTPOMMARD Domaine VIRELY-ROUGEOT

Domaine VIRELY-ROUGEOT 

(POMMARD)
Patrick et Virginie Virely
9, place de L’Europe
21630 Pommard
Téléphone :03 80 24 96 70
Email : contact@domaine-virely-rougeot.fr
Site : www.domaine-virely-rougeot.fr

Domaine de 9 ha. Issu d’une très vieille famille de vignerons, Louis Virely s’installe à Pommard en reprenant le Domaine de ses beaux-parents au début du siècle. C’est en 1926, qu’il achètera la parcelle de Pommard Premier Cru Clos des Arvelets, fleuron du Domaine. En 1951, son fils Bernard reprend une partie du Domaine et se marie à une vigneronne de Meursault, ce qui enrichit le Domaine de vins de Meursault. Ensemble, ils achètent et replantent le Clos de l’Ermitage à Beaune, ainsi que diverses parcelles sur le village de Pommard. Le Domaine Virely-Rougeot est né. Au cours de l’année 2003, le Domaine a acquis 12,80 ares de Pommard Premier Cru Clos des Arvelets, ce qui en fait le plus grand propriétaire de cette appellation avec près de 2 ha. Aujourd’hui Patrick, un de leurs fils, et son épouse, Virginie, qui s’occupe de l’accueil et du conseil des clients au caveau, perpétuent la tradition familiale.

Pour Patrick Virely, rien que de bonnes choses : vendanges superbes, une plus grande qualité en blancs qu’en rouges où les rendements sont très importants avec de super degrés. Il met en vente cette année : Meursault 2016, Charmes 2016, Bourgognerouge 2015, Beaune Clos de l’Ermitage 2015, Pommard 2016, cuvée des vignerons Les Arvelets de Pommard 2014 et 2015.

Superbe Pommard Premier Cru Clos des Arvelets 2015, de robe grenat, avec des notes de violette et d’humus, est typé par ce terroir particulier, riche, aux tanins équilibrés mais soyeuxferme et persistant, de belle évolution. Le 2014, au nez caractéristique dominé par les fruits noirs, un vin aux tanins bien présents, très équilibrés, alliant charpente et souplesse, tout en bouche. Le 2013 est très typé, élégant, persistant, associant rondeur et structure, d’une finale parfumée, corsé, un vin de jolie robe grenat soutenu, au nez intense et subtil à la fois (groseille, cerise, humus), à déboucher avec une côte de bœuf flambée ou une épaule d’agneau braisée.
Le Pommard Premier Cru Les Chamlins-Bas 2015, très typé également, parfumé, au nez dominé par les fruits cuits et la truffe, de bouche complexe aux connotations typiques de mûre, de poivre et de sous-bois, d’une belle structure, est un vin qui allie charnu et distinction. Le 2014 est riche au nez, avec des connotations subtiles de cerise et d’humus, un vin qui associe puissance et distinction en bouche, bien élevé. Le 2013 dégage des notes de cassis et de poivre, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, est bien charnu comme il se doit, de très bonne garde.
Excellent Pommard 2016, à dominante de fruits cuits et de fumé, qui mêle charpente et velouté, un vin de robe intense.
Le Meursault Premier Cru Charmes 2016, de jolie robe brillante, riche et parfumé, dévoile des notes fruitées et florales intenses et complexes. Le Meursault2016, de teinte délicatement dorée, aux notes discrètes de noix et de rose, est tout en arômes. Il y a encore leur Beaune Clos de l’Hermitage 2015, avec ses notes subtiles de pruneau confit, un vin où s’entremêlent les épices et la prune au palais, qui associe structure et souplesse, et ce joli Bourgogne Pinot Noir2015, où dominent les sous-bois et la myrtille, classique de son appellation, de robe intense.


Domaine Jacques CARILLONPULIGNY-MONTRACHET Domaine Jacques CARILLON

Domaine Jacques CARILLON 

(PULIGNY-MONTRACHET)
Jacques Carillon
1, impasse Drouhin
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 01 30
Email : carillon.jacques@free.fr
Site : www.jacques-carillon.com

Les Carillon sont viticulteurs à Puligny-Montrachet depuis le XVIe siècle. Aujourd’hui, Sylvia et Jacques Carillon exploitent un domaine de 5,25 ha sur le village de Puligny-Montrachet.
“Les vins que nous commercialisons sont exclusivement issus des vignes que nous exploitons.
Nous pratiquons une vinification et un élevage traditionnel.
Nous cherchons à produire des vins de garde et à respecter la typicité et l’expression du terroir.
La vinification que je pratique reste dans la continuité de celle que j’ai toujours faite auprès de mon père, nous explique Jacques Carillon. La recherche de minéralité, de finesse, de subtilité et la forte expression du terroir demeure ma marque de fabrique. Toute l’attention que je porte à la vigne, notre matière première, est incontournable pour mériter notre renommée en France et dans le monde. La finalité étant de vous proposer un grand vin blanc de Bourgognemillésime après millésime.”
Beau Puligny-Montrachet Premier Cru Les Perrières 2015, où s’associent rondeur et distinction, au nez dominé par les fruits frais et une pointe de musc, est d’une grande finesse, un vin suave, d’une belle finale, un vin parfait, par exemple, sur une daurade royale au four ou des tagliatelles aux truffes et foie gras. Le 2014, d’une grande finesse, aux arômes de tilleul et d’abricot frais, aux notes subtiles de rose et de pain grillé en bouche, est finement épicé. Le 2013, où s’entremêlent les fruits frais et la vanille, de bouche puissante où dominent les fleurs (aubépine, genêt) et le pain brioché, mêle structure et distinction.
Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Champs Canet 2015, très marqué par son terroir également, au nez superbe (fleurs, noisette, fougère), d’une finale bien persistante où se décèle le pain grillé, est de bouche savoureuse aux nuances d’agrumes, un vin très expressif, à déboucher sur un foie de veau à la vénitienne ou une côte de veau aux morilles.
Excellent Puligny-Montrachet 2016, aux accents de lis et d’agrumes, un vin de bouche puissante et persistante, de belle robeferme et suave en bouche, tout en séduction.

Domaine Jean CHARTRONPULIGNY-MONTRACHET Domaine Jean CHARTRON

Domaine Jean CHARTRON 

(PULIGNY-MONTRACHET)
Jean-Michel et Anne-Laure Chartron
8 bis, Grande-Rue
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 99 19
Email : info@jeanchartron.com
Site : www.jeanchartron.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. L’histoire de la famille Chartron est intimement liée à celle de la Bourgogne et, plus pré- cisément encore, à celle de Puligny-Montrachet. On se doute que la vinification des Vins blancs s’opère de manière traditionnelle. Les Vins fermentent et font leur élevage en fûts de chêne, exception faite des appellations régionales pour lesquelles ces opérations ont lieu pour partie en fûts et pour partie en cuves. Pour les fûts, l’origine du bois de prédilection reste la région de l’Allier pour une grande majorité. Le pourcentage de fûts neufs, varie de 10 à 40%, avec une moyenne d’âge jamais supérieure à 5 ans pour l’ensemble des fûts.
C’est le frère et la sœur qui dirigent le domaine : viticulture pour Anne-Laure et vinification pour Jean-Michel.

Nous n’utilisons ni herbicides ni insecticides, nous précise Anne-Laure Chartron, nous travaillons les sols régulièrement sur de toutes petites profondeurs (15 cm) en griffant afin de laisser la place à nos amis vers de terre qui travaillent pour nous. Les pieds sont nettoyés chacun tour à tour à la pioche. Nous taillons certaines parcelles en Guyot-Poussard pour travailler sur les flux de sève, et laissons des cônes de dessèchement, convaincus de faire ainsi du préventif par rapport aux maladies du bois.
Les trois monopoles du Domaine :
Puligny-Montrachet 1er Cru Clos de la Pucelle, Puligny-Montrachet 1er Cru Clos du Cailleret, et Chevalier-Montrachet Grand Cru Clos des Chevaliers ont fêté avec le millésime 2017 leur premier siècle
au sein de la famille Chartron.
De belles caisses en bois seront proposées avec les 3 bouteilles dans ce millésime.
Quant aux vendanges 2017, elles ont démarrées fin Août sous une pluie salvatrice le premier jour, et retour du soleil ensuite. Des grappes pleines et mûres comme on les aime et comme on aimerait en voir chaque année.

Formidable Chevalier-Montrachet Grand Cru Clos des Chevaliers Monopole 2016, marqué par son terroir, aux notes d’abricot frais, de narcisse et de pain brioché, gras mais très frais à la fois, de bouche bien équilibrée en acidité, d’une jolie finesseharmonieux en finale, à prévoir, par exemple, avec un foie de veau poêlé au citron ou un saltimbocca de saumon au basilic.
Le Puligny-Montrachet Monopole Premier Cru Clos de la Pucelle 2016 associe élégance et charpente, finesse et densité, un bien joli vin de robe claire et brillante, de bouche tout en finesse avec des notes de fruits jaunes et de noix. Le Puligny-Montrachet Monopole Premier Cru Clos du Cailleret 2016 n’a rien à lui envier, développant une grande complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de fumé, de tilleul et de citron, tout en ampleur et distinction. Quant au Bâtard-Montrachet Grand Cru 2016, toujours d’une grande intensité aromatique, où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, il mêle suavité et longueur, un grand vin très élégant, charmeur et riche.


Domaine Albert JOLYPULIGNY-MONTRACHET Domaine Albert JOLY

Domaine Albert JOLY 

(PULIGNY-MONTRACHET)
Sylvie Prévot-Joly
2, rue du Creux de Chagny
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 90 52
Email : domainealbertjoly21@orange.fr

La famille Joly est l’une des plus anciennes mentionnées sur la commune de Puligny-Montrachet. On retrouve le nom en 1531 dans un registre de baptême et en 1741 dans le livre terrier (registre contenant les lois et usages d’une seigneurie).
C’est la 7e génération sur le Domaine. Albert Joly, le père de Sylvie a arrêté son activité à l’âge de 86 ans. Aujourd’hui, les 3 enfants ont repris le domaine mais c’est Sylvie qui le gère tout en ayant une activité professionnelle extérieure. Les vignes sont exploitées de façon traditionnelle, en lutte raisonnée, en labour, sans désherbant, les vendanges sont manuelles. L’élevage des vins se fait en fûts neufs pour 1/3 de la récolte.

Le 7 Septembre 2017, nous précise Sylvie Prévot-Joly, nous avons débuté les vendanges, ce qui était assez tardif par rapport à nos confrères, mais cela a permis aux raisins de bien mûrir. Ce millésime offre une qualité certaine avec des parfums bien présents et un bon équilibre : acidité-sucre.
Ses ventes, cette année, se portent sur : Bourgogne Chardonnay 2013, un peu de Tremblots et de Charmes 2013 puis Temblots 2014 qui a obtenu une Médaille d’Argent au concours de “Elle à Table”.

Voilà un remarquable Puligny-Montrachet les Charmes 2015, à dominante de fleurs fraîches et de tilleul, un vin gras et nerveux à la fois, riche au nez comme en bouche avec des connotations de musc et de poire mûre en finale, vraiment très séduisant. Le 2014, typégras, aux connotations de fleurs, d’épices et de fruits cuits, un vin de bouche suave, ample, chaleureuse et d’une très longue finale, de belle évolution. Le 2013, de jolie robe dorée, un vin de belle vinositémais avec cette nervosité caractéristique, de bonne bouche, aux notes de tilleul et d’agrumes confits, est fin et riche à la fois.
Le Puligny-Montrachet les Tremblots 2015, issu de vieilles vignes, très agréable, charmeur, mêlant richesse aromatique et persistance, généreux, avec des notes de fleurs blanches et d’amande, d’une belle finale florale. Le 2014, très parfumé (pêche, coing, narcisse), est d’une bouche particulièrement séduisante, soyeuse, savoureuse. Excellent 2013, persistant et racé, au nez de pain grillé, riche en arômes comme en charpente, est un vin ample et gras, aux nuances de poire mûre et de noix, parfait avec un saumon au fenouil et au citron ou un sandre au sabayon de céleri.
Goûtez le Bourgogne Chardonnay 2013, d’une belle harmonie, de robe très brillante, au nez subtil, de bouche souple.


Domaine JOMAINPULIGNY-MONTRACHET Domaine JOMAIN

Domaine JOMAIN 

(PULIGNY-MONTRACHET)
Catherine, Philippe et Christophe Jomain
1, rue de l’Abrevoir
21190 Puligny-Montrachet
Téléphone :03 80 21 93 46
Email : info@vins-jomain.com
Site : www.vinsdusiecle.com/domainejomain
Site : www.vins-jomain.com

Les Jomain, alliant modernisme et tradition, exploitent leur domaine de 9 ha. Soucieux de préserver l’environnement, le domaine suit un programme de lutte raisonnée, ce qui lui permet de préserver la qualité sanitaire des récoltes sans altérer le milieu écologique en employant uniquement des produits de traitement sévèrement homologués et utilisés au cas par cas suivant l’état sanitaire de chaque parcelle. Les efforts sont probants car le milieu écologique se reconstitue dans le vignoble (coccinelles, petits insectes prédateurs, des araignées nuisibles de la vigne réapparaissent). Le Domaine exporte aux USA, Chine et Angleterre.

Excellent millésime 2017 pour Philippe Jomain, notamment pour les rouges, soyeux et colorés, les blancs, en quantité plus restreinte, n’en sont pas moins remarquables par leur richesse. Le 2017 est un beau millésime sur le Pinot Noir avec une bonne quantité sur une belle qualité, il y a les Chardonnays qui ont un rendement un peu inférieur avec 45hl/ha.
A la vente en 2018, le 2016 en blancs
(petites quantités), les 2014, 2015 et 2016
en rouges, et une nouveauté : un Pommard Villages 2017.

On excite ses papilles avec leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Combettes 2016, un très beau vin, d’une grande complexité aromatique (poire, fruits secs, pain grillé), structuré, gras en bouche, d’un très beau potentiel d’évolution. Beau 2015, qui mêle puissance et fraîcheur, tout en finesse, opulent, tout en arômes (fruits secs, citron), de bouche élégante, alliant charpente et rondeur, dense au nez comme en bouche. Le 2014 est un grand vin racé, de bouche puissante où dominent les fleurs (aubépine, genêt) et le pain brioché, alliant structure et distinction, tout en harmonie, à prévoir sur une cuisine raffinée, comme un aspic de foie gras en gelée ou des cassolettes d’écrevisses et de girolles.
Le Puligny-Montrachet Premier Cru Les Pucelles 2016 est gras et suave en bouche, aux connotations de pêche, de pomme, de miel et de genêt, très aromatique, très charmeur, de belle évolution. Le 2015 est tout en structure et parfums (genêt, pêche…), ample, suave, de finale complexe et persistante, un vin vraiment charmeur au palais. Le 2014, d’une belle concentration, très typé, de belle harmonie, avec ses arômes caractéristiques d’amande grillée et de fruits jaunes frais, tout en bouche, est un vin qui associe élégance et onctuosité. Le 2013 est tout en finesse, mêle structure et distinction, où complexité et persistance aromatique s’associent au nez comme en bouche, très marqué naturellement par son terroir, au bouquet subtil de lis, de rose et de tilleul.
Il y a aussi leur Puligny-Montrachet Premier Cru Les Perrières 2016, de jolie robe brillante, puissant et fin à la fois, équilibré, parfumé, très séduisant, complexe, avec une belle intensité aromatique légèrement épicée, harmonieux et distingué. Le 2015 est intense, riche en arômes comme en structure, avec des notes de fruits mûrs et de fleurs blanches, tout en amplitude. Le 2014, au nez fleuri (aubépine, fleur d’acacia) et une pointe de minéralité, un vin complexe, de bouche puissante, finement bouqueté, sec et moelleux à la fois, est très harmonieux au palais. Le 2013, persistant et racé, au nez de pain grillé, riche en arômescomme en charpente, un vin ample et gras, aux nuances de pomme mûre et de noix.


Domaine SEGUIN-MANUELPULIGNY-MONTRACHET Domaine SEGUIN-MANUEL

Domaine SEGUIN-MANUEL 

(PULIGNY-MONTRACHET)
Thibaut Marion
2, rue de L’Arquebuse
21200 Beaune
Téléphone :03 80 21 50 42
Email : contact@seguin-manuel.com
Site : www.seguin-manuel.com

“Après avoir repris des terres dans les beaux villages de la Côte de Beaune, nous raconte Thibaut Marion, le domaine Seguin-Manuel prend pied en Côte de Nuits en 2013, sur le village de Vosne-Romanée et porte sa surface à 8,50 ha. Au même titre que les autres terres du domaine, cette nouvelle parcelle produit un vin biologique. Beau millésime 2017 avec une belle quantité et surtout une belle qualité au rendez-vous.”
Vous allez apprécier son Vosne-Romanée Aux Communes 2015, d’un joli pourpre foncé, au nez de petits fruits cuits, un vin qui allie puissance et souplesse, très aromatique en bouche avec des nuances de cerise noire et de cuir, intense et racé, de garde.
Excellent Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes 2015, typé, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente en bouche. Le Meursault Vieilles Vignes 2016 est de robe jaune clair, complexe avec ces notes de petits fruits secs et de miel, puissant et bouqueté, très séduisant par sa persistance d’arômes.
Nouvelle cuvée, ce Montagny blanc Premier Cru La Vigne du Soleil 2016, où l’on trouve des notes de pomme et d’amande, de bouche charmeuse, de robejaune pâle, tout en délicatesse. qui développe un bel équilibre entre la fraîcheur et le fruité, et s’accorde parfaitement sur des filets de sole à la panetière ou des huîtres chaudes.
Il y a aussi le Pommard rouge Petits Epenots 2015, de très jolie robe grenat soutenu, au nez intense et subtil à la fois, typé, un beau vin tout en bouche, charpentéharmonieux aux papilles comme le Vosne-Romanée Aux Communes 2015, à la robe profonde, aux arômes d’épices, de cuir et de myrtille, d’une belle complexité, aux tanins gras et harmonieux, des notes fondues en finale. On poursuit avec ce Savigny-lès-Beaune Godeaux 2015, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, fin et dense en bouche, qui demande à se fondre, et le Rully Vieilles Vignes 2015, d’un joli rouge soutenu, aux senteurs de réglisse et de griotte, qui mêle structure et finesse.

Clos BELLEFONDSANTENAY Clos BELLEFOND

Clos BELLEFOND 

(SANTENAY)
Laurence et Bernard Chapelle
Domaine Louis Nié – 2, route de Chassagne
21590 Santenay
Téléphone :03 80 20 60 29
Email : clos-bellefond@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/closbellefond
Site : www.closbellefond.com

Un domaine familial de 9 ha, fondé en 1889, où les vinifications se font en cuves de chêne, ouvertes pendant une dizaine de jours. Les vins sont élevés en fûts 18 mois environ. À noter qu’avec un spécialiste du tourisme bourguignon, ils développent une activité de tourisme viticole. Développement de la partie négoce.
Superbe Santenay Clos Bellefond 2013, charnu et gras, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, avec ces notes persistantes de fumé, de myrtille et d’épices au palais. Beau Volnay-Santenots Premier Cru rouge 2013, aux senteurs de cerise noire surmûrie et de poivre, de bouche chaleureuse, d’une longue finale, très typé. Le Pommard Premier Cru La Platière 2013, issu de sols caillouteux, puissant et distingué, aux notes de cerise confite et d’humus, est riche en arômes comme en structure.
Leur Chassagne-Montrachet Morgeot Premier Cru 2013, avec ces arômes intenses (groseille, mûre) et cette pointe d’épices, aux tanins savoureux, mêle gras et intensité, tout en nuances comme ce Santenay Premier Cru La Comme 2013, de belle couleur grenat, au nez de fruits macérés et d’épices, de bouche riche et fondue à la fois.

Domaine Jean-Jacques GIRARDSAVIGNY-LES-BEAUNE Domaine Jean-Jacques GIRARD

Domaine Jean-Jacques GIRARD 

(SAVIGNY-LES-BEAUNE)
Agnès, Jean-Jacques et Vincent Girard
16, rue de Cîteaux
21420 Savigny-Lès-Beaune
Téléphone :03 80 21 56 15 et 06 14 68 60 13
Email : contact@domaine-girard.com
Site : www.domaine-girard.com

En 1529, Jean Girard cultivait sa vigne à Savigny-lès-Beaune. Aujourd’hui, Jean-Jacques Girard et ses enfants perpétuent la tradition en exploitant, en famille, un domaine de 18 ha répartis sur les communes de Savigny-lès-BeaunePernand-Vergelesses, Aloxe-CortonVolnayPommard et Beaune.
Remarquable Savigny-lès-Beaune rouge Premier Cru Les Preuillets 2016, issu d’un vignoble situé à mi-coteau (exposition plein Est, terre argilo-calcaire avec un sous-sol sablonneux, vignes de 45 ans), a des arômes intenses où dominent les petits fruits rouges bien mûrs (griotte, mûre) et cette pointe de musc en finale. Tout aussi typé, le Savigny-lès-Beaune Premier Cru Les Lavières rouge 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, a des arômes de groseille, de violette et de cuir, puissant en bouche. On poursuit avec le Savigny-lès-Beaune Premier Cru Les Fourneaux 2015, de couleur soutenue, très équilibré, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin très bien élevé, gras, tout en bouche.
Beau Pommard Vieilles vignes 2016, savoureux, ample et distingué, de bouche riche, avec des nuances de mûre et d’humus, un vin souple, au nez complexe où l’on retrouve les fruits macérés. Le Volnay Vieilles vignes 2015, généreux et souple, aux notes typiques de griotte en finale, est de fort belle structure. Il y a aussi ce Pernand-Vergelesses Premier Cru Les Vergelesses rouge 2016 (vignes de 80 ans situées à mi-coteau, exposition plein Est, terre argilo-calcaire avec un pourcentage plus fort en argile), un beau vin, structuré, ample, avec des tanins riches et qui se fondent bien, des arômes de fruits mûrs (cassisprune…), d’une belle persistance. Le Pernand-Vergelesses blanc Les Belles Filles 2015, ample, sent le pain grillé et la pêche jaune, un vin d’une belle élégance, avec des nuances de fleurs en bouche. Quant au Corton Charlemagne 2016, avec ses senteurs de fruits frais et d’acacia, d’une belle harmonie au nez comme en bouche, un grand vin généreux et fin, dense, séducteur, de garde.

 

Jean-Pierre DICONNEAUXEY-DURESSES Jean-Pierre DICONNE

Jean-Pierre DICONNE 

(AUXEY-DURESSES)

Rue de la Velle
21190 Auxey-Duresses
Téléphone :03 80 21 25 60
Email : contact@domaine-diconne.fr

Vignoble de 10 ha, répartis sur 3 villages de la Côte de Beaune. Cultivées au mieux depuis 3 générations, dans le respect du terroir. Les vendanges manuelles, puis un élevage des vins de 18 mois, permettent d’offrir des vins racés, inscrits dans la typicité de leurs appellations, dont l’appellation Auxey-Duresses représente 50% des vins du Domaine.
Coup de cœur pour son Auxey-Duresses Premier Cru Les Grands Champs rouge 2015, de couleur grenat, aux tanins savoureux, est très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et de poivre, de belle amplitude au palais, où s’esquissent des nuances de grillé et de réglisse. Bel Auxey-Duresses Premier Cru Les Duresses rouge 2015, généreux, avec ces nuances de fruits compotés, est un vin aux tanins soyeux et riches, charnu, qui associe puissance et distinction, toujours de très bonne évolution, et se prévoit, notamment, avec un agneau de lait au velouté ou un ragoût d’agneau aux artichauts.
Excellent Auxey-Duresses Vieilles Vignes blanc 2016, avec des arômes bien présents de fleurs blanches fraîches, de fougère et de fruits frais, d’une grande finesse, un beau vin complexe, riche et plein, à déboucher aussi bien avec des coquilles Saint-Jacques à la crème que sur une selle de veau Orloff.
Il y a aussi ce Pommard rouge Les Vignots 2015, d’une belle concentration d’arômes (cassis, épices…), ample, de belle charpente, de couleur pourpre, très bien élevé, de bonne garde, naturellement, le Meursault Les Narvaux 2016, charmeur, au nez de fruits frais et d’épices, un vin séduisant par sa richesse et sa finesse, et l’Auxey-Duresses blanc Terres Folles 2016, tout en fraîcheur et vivacité en bouche, aux notes de rose et de lis, très agréable.

Domaine Michel PRUNIER et FilleAUXEY-DURESSES Domaine Michel PRUNIER et Fille

Domaine Michel PRUNIER et Fille 

(AUXEY-DURESSES)

18, route de Beaune
21190 Auxey-Duresses
Téléphone :03 80 21 21 05
Email : domainemichelprunier-fille@wanadoo.fr
Site : www.domainemichelprunieretfille.com

Propriété familiale (4 générations) de 12 ha. Un vigneron chaleureux qui est épaulé par sa fille, Estelle, qui prend part à la vinification, elle est dans la cave et le chai. “Je travaille mes vignes en labourant et m’efforçant de respecter mon terroir et l’environnement. En labourant, on aère le sol et l’effet terroir ressort mieux, c’est vraiment positif.”

L’été 2017 s’est avéré parfait pour Michel Prunier, et donnera un millésime floralfruité, équilibré, souple. Les blancs seront à boire dans un avenir proche, les rouges dont la qualité est plus hétérogène suivant les secteurs, avoisineront les grands millésimes. Quantitativement et qualitativement, nous avons été comblés. Nous présentons cette année à la vente un peu de 2015 et les 2016. Un renouvellement habituel des vignes constitue le travail de l’année.

Vous allez aimer leur remarquable Auxey-Duresses Premier Cru Clos du Val rouge 2015 (sol argilo-calcairevignes âgées de 38 ans, vendange manuelle avec table de tri à la vigne, élevage de 18 mois en fût avec 25% de fûts neufs), d’une très belle charpente, avec des nuances de griotte et de fumé, un vin dense, très corsélong, séduisant, à déboucher sur un salmis de bécasse ou un perdreau rôti sur une étuvée de chou.
“Le 2015 a été une année très généreuse en ensoleillement, ce qui donne une très belle maturité. Les rendements sont dans la bonne moyenne, les vins sont très bien équilibrés avec une structure tannique plus concentrée, plus marquée, ce qui laisse présager un long vieillissement jusqu’à 20 ans. On est séduit par des arômes de petits fruits très mûrs, un peu confiturés, les blancs, eux, seront plus gras, plus beurrés avec un peu moins de tension, des blancs du style d’une année chaude. Pour les rouges, cet ensoleillement a été très bénéfique, car les tanins sont bien mûrs. On a procédé à des vinification à grappes entières, cela a apporté de bons tanins. Beaucoup de matière, couleur très profonde, arômes de fruits bien mûrs, notes vanillées et toastées, du charnu, de la concentration, de la complexité, un style de vin qui plait beaucoup.”
Le Pommard Les Vignots 2015, issu de vignes de 24 ans, même sol, 15 à 18 mois en fûts dont 25% de neufs, tout en finesse mais corsé, est harmonieux et typé, au nez intense, d’une belle finale où dominent la cerise noire mûre et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et dense à la fois.
Savoureux Volnay Premier Cru Les Caillerets 2015, issu de vignes de 53 ans et 23 ans à parts égales, sur un sol silico-calcaire (18 mois en fûts dont 25% de neufs), riche, où se mêlent la fraise, le cassis et la cannelle, bien équilibré avec ses tanins soyeux, un vin d’une belle harmonie, de couleur profonde. On poursuit avec ce Beaune Premier Cru les Sizies 2015, sol calcaire marneux, issu de très vieilles vignes de plus de 78 ans, élevé 18 mois en fûts dont 25% de neufs, très représentatif des meilleures bouteilles de l’appellation, au nez d’humus et d’épices, associant richesse et finesse en bouche, un vin coloré et charnu. Joli Auxey-Duresses rouge 2015, de robe grenat soutenu, est très classique, au nez intense et subtil à la fois (groseille, cerise, humus), aux tanins soyeux.
L’Auxey-Duresses blanc 2016 est limpide, avec des senteurs de pommes reinette et d’amande fraîche, un vin avec beaucoup de moelleux et de persistance, très harmonieux. Le Meursault Les Clouds 2016, est vraiment excellent, suave, alliant richesse aromatique et persistance, avec des notes de fleurs et de brioche persistantes, au nez comme au palais, tout en bouche, d’une longue final. “Le 2016 a été une année assez difficile avec un printemps froid. Nous avons connu un épisode de gel le 27 avril, ce qui a enlevé un tiers de récolte. L’été chaud et un bel automne nous ont permis de vendanger dans de très bonnes conditions, la qualité est très belle c’était un peu inespéré. Qualité homogène que ce soit en blanc ou en rouge. Ce sont des vins sur le fruit avec une bonne structure tannique pour les rouges. Les blancs ont une acidité normale, les vins sont très équilibrés, c‘est un millésime qui est agréable à déguster dans sa jeunesse, mais que l’on pourra conserver 5, 8 ou 10 ans.”
Michel Prunier, diplômé d’un BTA au lycée viticole d’Avize en Champagne, élabore lui-même un Crémant de Bourgogne assemblage d’Aligoté, de Chardonnay et de Pinot Noir, Médaille d’Or au concours National des Crémants de France, de jolie robe dorée, d’une belle vinosité mais avec cette nervosité caractéristique, aux notes de tilleul et d’agrumes confits.


BADER MIMEURCHASSAGNE-MONTRACHET BADER MIMEUR

BADER MIMEUR 

(CHASSAGNE-MONTRACHET)
Gérant : Alain Fossier
1, chemin du Château
21190 Chassagne-Montrachet
Téléphone :03 80 21 30 22 et 06 22 86 48 29
Email : info@bader-mimeur.com
Site : www.bader-mimeur.com

Au sommet. Depuis 1919, la Famille Bader-Mimeur est propriétaire et exploite 98% des vignes du domaine du Château de Chassagne-Montrachetsur 5 ha plantés en Chardonnay et Pinot Noir. Ce domaine familial de 8 ha au total, exploite aussi des parcelles de Chassagne-Montrachet village (proche des Grands Crus du Montrachet), de Saint-Aubin 1er cru En Remilly et de Bourgognes régionaux plantés sur la commune de Chassagne. Aujourd’hui, Nathalie et Sébastien Fossier, arrière petits-enfants de Charles Bader et d’Elise Mimeur, représentent la 5e génération du domaine et font vivre le domaine aux côtés de leur père Alain Fossier, mari de Marie-Pierre Bader. Le plus grand soin est apporté aux vignes qui sont conduites en lutte raisonnée (travail mécanique du sol, effeuillage manuel…) afin d’obtenir les meilleurs raisins possibles qui seront récoltés manuellement et vinifiés dans la cuverie historique du domaine. Tous les vins sont élevés en fûts de chêne dans les caves voûtées enterrées 10 à 15 mois.
Le caveau de dégustation est ouvert toute l’année sur RDV (dimanche compris). Vous y serez chaleureusement reçu par les propriétaires ou par Jean-Luc Huguenin, chef de culture passionné par la vigne et la vinification.

Le millésime 2017 sera un très beau millésime au niveau de la qualité et la quantité sera au rendez-vous également, aussi bien en rouge qu’en blanc, nous précise-t-il.
A noter que la Famille ne vend ses vins que lorsqu’ils sont prêts à boire. Actuellement, ils proposent les 2015.

Leur Château de Chassagne-Montrachet rouge 2015 (le bas du Clos, avec des terres plus argileuses, est planté en Pinot Noir, une parcelle de 2 ha de vignes de plus de 60 ans, vinification en cuves de chêne et élevage en fûts 18 mois), est un vin où toute la richesse du millésime se retrouve, coloré et très parfumé (cannelle et violette), puissant au nez comme en bouche, aux tanins présents et très élégants à la fois. Le 2014 est un vin de bouche subtile avec des nuances d’amande et d’agrumes, tout en structure et parfums, riche au nez comme au palais, idéal, par exemple, avec un faux-filet en croûte aux girolles ou des paupiettes de veau à la bourguignonne.
Vous allez également apprécier ce Chassagne-Montrachet blanc Vieilles vignes 2015 (vignes de 35 ans en moyenne, élevage en fûts de chêne français, dont 20% de fûts neufs, durant 15 mois), de belle harmonie, où s’entremêlent des nuances de lis, de pomme mûre et de fumé, d’une élégance persistante, à prévoir sur des escalopes de veau à la crème ou une nage de poissons aux fèves fraîches.
Beau Meursault les Clous 2015, aux notes d’aubépine et de fumé, tout en bouche, gras, un vin de jolie teinte, subtil, charmeur au nez comme en bouche, d’une belle harmonie avec ces nuances de poire et de grillé en finale.


Robert AMPEAU et FilsMEURSAULT Robert AMPEAU et Fils

Robert AMPEAU et Fils 

(MEURSAULT)
Michel Ampeau
6, rue du Cromin
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 20 35
Email : michel.ampeau@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/ampeau

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Dans la famille Ampeau, on est vigneron hors pair de père en fils. Ici le vin est une affaire de passion et de grand art. Ils ne proposent que du vin à maturité, bon à être savouré, c’est dire à quel point le respect et la passion qu’ils portent à leurs Vins. Des Vins rouges envoûtants par leur suavité, bien équilibrés, volumineux et pleins en bouche, avec des tanins bien fondus, typés avec beaucoup de charme et qui développent une grande persistance et complexité aromatique avec des notes de fruitsrouges, d’épices d’humus. Les Blancs évoluent parfaitement, très équilibrés et très typés, intenses, classiques et très élégants.
On ne peut qu’apprécier ce splendide Meursault Charmes 1996, marqué par son terroir, aux effluves de petits fruits frais et de pain grillé, d’une belle onctuosité, de bouche puissante, dense, tout en nuances, un vin alliant finesse et structure, à déboucher sur des cassolettes d’écrevisses et de girolles ou un poulet aux amandes.
Superbe Meursault Premier Cru La Pièce Sous le Bois 1995, très typé, avec des arômes discrètement minéraux, un vin dense et équilibré, de bouche légèrement citronnée, pleine d’élégance, vraiment très agréable sur un flan de crevettes au persil ou une crème de cèpes aux langoustines. Le Blagny La Pièce Sous le Bois rouge 1990, à la fois fin et corsé, a ses notes très persistantes de mûre, de violette et d’épices, aux tanins veloutés, un vin tout en bouche, charmeur. Le Beaune Clos du Roi rouge 1994, tout en harmonie avec des senteurs de petits fruits à noyau, de belle robe intense, aux tanins savoureux et puissants à la fois, très charmeur. Le Volnay Premier Cru Santenots 1993, soyeux et velouté, est très parfumé, aux connotations typiques de mûre, de musc et de sous-bois au palais. Excellent Savigny-Lès-Beaune Lavières 1997, tout en élégance, très fruité, aux tanins très harmonieux mais bien fermes également, au nez complexe (cuir, framboise, mûre). Il y a encore ce grand Pommard 1996, ample et dense, aux tanins puissants et fins à la fois, gras, très parfumé (fruitsfrais, sous-bois, d’épices…), alliant finesse et charpente, idéal avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon

Domaine Guy BOCARDMEURSAULT Domaine Guy BOCARD

Domaine Guy BOCARD 

(MEURSAULT)

4, rue de Mazeray
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 26 06
Email : domaineguybocard@gmail.com
Site : www.domaine-guybocard-21.com

Un domaine familial, où la culture et les vinifications sont traditionnelles et respectueuses des terroirs.
Voilà un très beau Meursault Charmes Premier Cru 2013, provenant d’un élevage traditionnel en fûts de chêne sur lies fines, mise en bouteilles sans filtrage, d’un très beau fondu en bouche, au nez intense où dominent le musc, la vanille et l’aubépine, tout en harmonie, de bouche persistante et subtile, très séduisant. Le 2012, de bouche intense où dominent les agrumes mûrs et les petits fruits secs, de robe séduisante, parfumé, dense et très typé, de garde. Le 2011, où s’associent rondeur et distinction, très aromatique, épicé, à la fois très fin et très structuré, d’une belle finale dominée par des nuances de tilleul et d’abricot frais, est très plaisant par sa structure et sa persistance d’arômes au palais. Le 2010, d’une belle couleur jaune clair, au nez très caractéristique de pain grillé et pêche, avec des touches exotiques, de bouche harmonieuse, d’une belle richesse aromatique, est un vin à ouvrir sur des bouchées à la reine ou un saumon mariné. Splendide 2008, au nez subtil, tout en nuances, aux senteurs caractéristiques de tilleul et de miel, ample, de bouche très persistante.
Le Meursault Les Narvaux 2013, sol argilo-calcaire, exposition sud, très caractéristique de son terroir, d’une grande complexité aromatique (fruits secs, pain grillé), très équilibrégras en bouche, toujours racé comme cet autre Meursault Limozin 2013, au nez de narcisse, dégage une bouche très parfumée aux nuances florales et légèrement miellées, un vin vif, sur le fruit, tout en bouche.
Goûtez le Meursault Vieilles Vignes 2013, aux notes subtiles de fleurs et de noisette, de bouche puissante et subtile, un vin tout en nuances et persistant, et ce Bourgogne blanc, de bouche franche, d’une élégante nervosité, aux agréables notes de roses et de citron.

Domaine Bernard DELAGRANGE et FilsMEURSAULT Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils

Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils 

(MEURSAULT)
Philippe Delagrange
10, rue du 11 Novembre
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 22 72
Email : bernard.delagrange@wanadoo.fr
Site : www.domaine-bernarddelagrange.com

Une exploitation familiale (vignoble de 23 ha). Bernard Delagrange, viticulteur à Volnay de père en fils depuis plusieurs générations, installe son exploitation et son habitation à Meursault en 1972. Il a su recréer un ensemble de bâtiments harmonieux, la demeure principale, les communs et les chais enserrant une cour très joliment fleurie, aidé par son fils Philippe et son petit-fils Alban assurant la continuité.
Remarquable Volnay Premier Cru Caillerets 2016, qui développe un nez où dominent la fraise des bois mûre et le musc, mêlant puissance et finesse, un vin élégant et intense, très parfumé au palais (petits fruits noirs, humus), avec cette pointe de poivre en finale. Le 2015, aux tanins soyeux et amples, sent bon les fruits rouges et l’humus, classique, qu’il faut savoir attendre pour profiter de son potentiel.
Le Meursault Premier Cru Charmes 2016, onctueux en bouche, a des notes subtiles de fruits frais et de noisette, très équilibréharmonieux.  de robe dorée, au nez superbe (fleurs, noisette, fougère).
Le Pommard Premier Cru Poutures 2016 est très parfumé, aux tanins souples et soyeux, au nez subtil dominé par le cassis mûr et l’humus, quand le BeauneBoucherottes Premier Cru est séveux, ample, développant des senteurs de myrtille et de sous-bois. Il y a aussi cet excellent Beaune rouge 2016, typé, riche, où se mêlent la fraise, le cassis et la cannelle, avec ses tanins savoureux, un vin d’une belle harmonie. Bar à vins (assiette gourmande).

Gérard DOREAUMONTHÉLIE Gérard DOREAU

Gérard DOREAU 

(MONTHÉLIE)
Earl du Domaine Gérard Doreau
Rue du Dessous
21190 Monthélie
Téléphone :03 80 21 27 89 et 06 07 48 35 47
Email : gerard-doreau@wanadoo.fr
Site : www.domaine-doreau.fr

Vignerons de père en fils depuis la fin du XIXe siècle, vignoble de 4,50 ha. La méthode de culture est traditionnelle et naturelle, sans amendement des sols, ni désherbage. Seul un labourage régulier est pratiqué. Les vendanges sont effectuées manuellement. La vinification est également traditionnelle. Les raisins sont égrappés à 100% et cuvent une dizaine de jours. L’élevage dure 12 à 15 mois en fûts de chêne. Les vins sont mis en bouteilles après unification, collage et légère filtration.
Voilà un remarquable Monthélie Premier Cru Champs Fulliot rouge 2016, de robe rouge cesise soutenu, où se mêlent la griotte et l’humus, associant concentration et finesse, de bouche ample et fondue, de très bonne garde. Le Pommard Les Vignots 2015 est d’un beau rouge grenat, suave, avec ces connotations subtiles de fruits rouges et de violette, très harmonieux, aux tanins fondus. Le 2014, coloré, de bouche puissante, aux tanins fondus, avec ces notes de petits fruits mûrs (groseille, fraise des bois), d’une finale légèrement poivrée, est un vin qui demande un peu de temps pour se fondre. Le MonthélieVieilles Vignes 2015, de robe pourpre intense, est marqué par son terroir, au nez dominé par la prune, la violette et une pointe de réglisse.
Goûtez aussi le Meursault 2016, à dominante de fleurs blanches et d’amande, charpenté, au fruité complexe, généreux et séduisant.

Domaine DENIS Père et FilsPERNAND-VERGELESSES Domaine DENIS Père et Fils

Domaine DENIS Père et Fils 

(PERNAND-VERGELESSES)
Christophe Denis
4, Chemin des Vignes-Blanches
21420 Pernand-Vergelesses
Téléphone :03 80 21 50 91
Email : contact@domaine-denis.com
Site : www.domaine-denis.com

Vignoble de 13 ha. Conduite de la vigne traditionnelle et culture raisonnée. L’éraflage est systématique et la macération dure 14 jours. Les rouges sont élevés en fûts 14 à 18 mois dont une partie de chêne neuf (le fût neuf est utilisé avec vigilance afin de respecter chaque terroir), les blancs sont vinifiés en fûts de chêne dans lesquels ils seront élevés 12 mois.
Vous allez aimer ce Corton-Charlemagne 2015, racé, au nez intense (fleursfruits, fougère), est très riche en bouche, une belle réussite, charmeur, dense et fin à la fois, avec ces notes subtiles d’agrumes, de narcisse et de pain grillé en finale. Excellent Pernand-Vergelesses Premier Cru Sous Frétille blanc 2016, souple, aux arômes d’agrumes et de lis, est d’une très jolie tenue en bouche.
Le Pernand-Vergelesses Premier Cru rouge Îles des Vergelesses 2015, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins souples et riches à la fois, tout en finesse mais corsé, est de bouche harmonieuse.
Superbe Corton Grand Cru rouge Les Paulands 2015, coloré, aux tanins puissants mais très soyeux, avec ces notes très persistantes de fumé et de prunemacérée, un beau vin tout en bouche, de garde. Le Pernand-Vergelesses blanc 2016, tout en distinction, au nez dominé par les fruits frais, le musc et l’amande, tout en subtilité aromatique au palais.
Goûtez le Savigny-Lès-Beaune rouge 2015, de robe pourpre, marqué par son terroir, aux senteurs de sous-bois et de fruits, est un vin aux tanins puissants mais très fins, de très bonne garde, et le Chorey-Lès-Beaune rouge, parfumé (fruits rouges fraishumus…), avec cette pointe d’épices caractéristique des belles réussites de l’appellationharmonieux, idéal sur des perdreaux farcis ou un rôti de veau en papillote.

Domaine DUBREUIL-FONTAINEPERNAND-VERGELESSES Domaine DUBREUIL-FONTAINE

Domaine DUBREUIL-FONTAINE 

(PERNAND-VERGELESSES)
Christine Gruère-Dubreuil
18, rue Rameau Lamarosse
21420 Pernand-Vergelesses
Téléphone :03 80 21 55 43
Email : domaine@dubreuil-fontaine.com
Site : www.dubreuil-fontaine.com

Christine gère ce domaine de 20 ha, où les méthodes culturales sont respectueuses de l’environnement, l’objectif étant de produire une vendange riche et saine, tout en assurant la pérennité des terroirs. Les amendements et les applications de produits phytosanitaires sont raisonnés, les sols travaillés dans le but de préserver au maximum l’équilibre naturel des vignes. La récolte est assurée à la main à maturité et triée à l’arrivée en cuverie.
Vous allez aimer ce Pernand-Vergelesses Premier Cru Clos Berthet rouge 2015, de robe pourpre, aux tanins amples, à la fois riche et souplecharnu, au nez dominé par les fruits rouges et le cuir, de bouche puissante et fondue à la fois, harmonieux.
Le Pernand-Vergelesses Premier Cru Île des Vergelesses rouge 2015 est long en bouche, au nez légèrement épicé, un vin avec des notes spécifiques et persistantes de mûre et d’épices. Leur Pommard Epenots Premier Cru 2015 est remarquable, aux puissants arômes de fruits rouges marqués par une finale de fraise cuite et de cerise, de bouche suave, soulignée par des tanins enrobés, d’une belle persistance, de très bonne évolution comme l’Aloxe Corton Les Vercots Premier Cru 2015, toujours typé, et ce Savigny-Lès-Beaune Premier Cru Les Vergelesses rouge 2015, qui mêle structure et finesse, au nez concentré de griotte, tout en souplesse, tout en nuances.

À Margaux (1 500 ha) prédominent les graves garonnaises, sur un plateau central de 6 km de long sur 2 km de large. Au sud-est, le vignoble domine les terres basses de l’estuaire. Son versant oriental est légèrement échancré par des vallons secs qui le festonnent en croupes successives. Les graves de Margaux ont été étalées en nappe par une ancienne Garonne au Quaternaire ancien. De belle taille, elles sont associées à des galets de dimension moyenne qui constituent le plus bel ensemble günzien du Haut-Médoc. C’est sur cette nappe ancienne, qui repose sur un soubassement tertiaire calcaire ou argilo-marneux, que sont installés les meilleurs crus médocains. Beaucoup de graviers et de cailloux, des sols pauvres retenant mal l’eau, une vigne profondément enracinée, toutes les conditions de réussite sont réunies.

Château La GALIANEMARGAUX Château La GALIANE

Château La GALIANE 

(MARGAUX)
Christiane Renon
14, rue Alfred de Luze
33460 Soussans
Téléphone :05 57 88 35 27
Email : scea.rene.renon@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulagaliane
Site : www.scea-rene-renon.com

A la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, ce qui vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-typicité.
Le Château doit son nom au Général Anglais Galian qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l’occupation de l’Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, plantée de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45% de Merlot et 5% de Petit Verdot, ce qui présente un parfait équilibre, classique et traditionnel de l’appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves.

Pour Christiane Renon, ce 2016 est un très beau millésime à la superbe couleur, assez concentré. Nous avons vendangé sous un temps splendide, le vin est très fruité, je le trouve plus structuré qu’un 1990. Le 2016 est un millésime très agréable, bien structuré, bien charpenté, de garde avec du fruit mais aussi beaucoup de rondeur. C’est un vin très plaisant, je me demande s’il n’est pas supérieur au 2015. Ici, au Château La Galiane, nous travaillons beaucoup les sols, nous effeuillons, apportons beaucoup de soins à la vigne, c’est le début d’un grand vin !
Le 2015 est un vin magnifique, assez charpenté, bien structuré, avec du fruit, rond, les tanins sont bien agréables, des Vins qu’il faudra laisser vieillir. Le 2014 est un millésime souple, agréable, très plaisant et bien équilibré, bien structuré, de bonne garde.

En effet, fidèle à lui-même, voici vraiment un remarquable Margaux 2015, coloré, d’une jolie robe rouge sombre, au bouquet ample, riche, aux senteurs de réglisse et de mûre, aux tanins bien fondus, de bouche dense où s’entremêlent des nuances de cerise noire et d’humus. Le 2014, de couleur pourpre soutenu, riche mais très élégant, très savoureux, intense au nez comme en bouche (fraise des bois, épices), avec une structure très équilibrée et fondue, de très bonne garde. Savoureux 2013, de robe profonde, riche et complet avec des notes de réglisse et de cassis, un vin flatteur, rond, ample, avec des taninssoyeux.
Le 2012, typé, est racé, de robe grenat soutenu, qui allie une belle structure à une jolie souplesse, tout en nuances d’arômes avec des connotations de prune, de violette et de pruneau, de bouche chaleureuse dominée par la fraise macérée, à déboucher, par exemple, sur une épaule d’agneau braisée ou un fricandeau de veau à l’ancienne. Le 2011 est vraiment remarquable, aux tanins fermes et bien équilibrés, aux notes de prune mûre, un vin puissant, très savoureux, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution, que l’on peut commencer à servir sur des feuilletés aux morilles.
Très beau 2010, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche avec des nuances de fruits noirs compotés, aux tanins équilibrés, complet, de garde. Le 2009 est puissant au palais, aux tanins mûrs, un vin qui sent bon la groseille mûre et l’humus, tout en rondeur, de bonne charpente, structurée et fine à la fois, de très bonne garde, à déboucher sur un carré d’agneau à l’ail. Le 2008 est tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, riche et gras, intense, d’un bel équilibre, un vin aux tanins bien présents mais soyeux, prometteur. Le 2007, de belle robe soutenue, au nez légèrement épicé, avec des nuances de mûre, mêle une jolie charpente à une rondeur séduisante aux papilles, et se goûte sur une cuisse de canard confite ou des côtes de veau sautées.
Redégusté cette année, le 2005 se goûte parfaitement, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, fondu en bouche, avec des connotations délicates de pruneau, de violette, de cuir et de sous-bois, tout en séduction.
Il y a également son autre Margaux Château Charmant, dont le vignoble de 5 ha est planté sur des croupes de fines graves, qui possède des ceps de vignescentenaires, la culture se fait par une fertilisation réalisée à base de fumure organique. Le 2015, de très bonne bouche, est bien charnu, aux taninsharmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d’épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité.
Le 2014 est un vin qui révèle un bouquet de notes épicées et poivrées, ample en bouche avec des tanins denses et veloutés, d’une finale persistante. Joli 2013, qui a de puissants arômes de fruits noirs, un vin bien charpenté, aux tanins mûrs, à la fois riche et souple, d’une belle finale.
Le 2012, de bouche classique, de structure soutenue, riche et parfumé, avec ses tanins ronds et riches, avec ces notes de mûre et de cassis en finale, est un vin qui allie finesse et charpente, aux tanins denses et soyeux. Le 2011, au nez riche dominé par les petits fruits noirs mûrs, est tout en harmonie, un vin aux tanins soyeux et savoureux, vous allez l’aimer avec un ragoût de bœuf aux champignons ou un rôti de dindonneau en terrine.

 

Château LASCOMBESMARGAUX Château LASCOMBES

Château LASCOMBES 

(MARGAUX)
Dominique Befve
1, cours de Verdum
33460 Margaux
Téléphone :05 57 88 70 66
Email : contact@chateau-lascombes.fr
Site : www.chateau-lascombes.com

Voilà un grand Margaux 2015, de bouche profonde, de robe rouge sombre, aux notes de prune et de cuir, avec des nuances épicées, un vin complexe, harmonieux, est très prometteur. Le 2014 est savoureux, charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse, de très bonne garde. Le 2013 est de robegrenat, concentration moyenne qui correspond bien au fruité et à la fraîcheur du millésimeTanins fins et réguliers, vin équilibré dominé par les fruits, classique et élégant. Le 2012 a une belle robe pourpreintense, joli bouquet de fruits rouges et noirs bien mûrs assortis de notes de pain grillé, torréfaction. Bel équilibre entre alcoolacidité, concentration et structure. Milieu de bouche gras et velouté, belle finale longue qui promet une bonne garde. Le 2011 est vraiment très réussi, attaque franche et douce à la fois, arômes intenses de fruitsnoirs, notes florales, mais aussi d’épices et de réglisse. Volume et concentration emplissent la bouche, les Tanins sont denses, le boisé intégré, bel équilibré entre alcool acidité et structure. Le 2010 est de robe noire très profonde, arômes très présents de mûre, notes de chocolat et de moka. Attaque fraîche et moelleuse, belle rondeur épaulée par une structure présente mais pas dominante, du gras, de la vivacité, arômes très élégants de fruits noirs, d’épices, superbe finale.
Excellent Chevalier de Lascombes 2015, de couleur rubis, aux Tanins fermes, au nez où dominent les fruits mûrs et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois.

 

Château DESMIRAILMARGAUX Château DESMIRAIL

Château DESMIRAIL 

(MARGAUX)
Denis Lurton
28, avenue de la Vème République
33460 Cantenac
Téléphone :05 57 88 34 33
Email : contact@desmirail.com
Site : www.desmirail.com

Le Château, troisième Grand Cru Classé en 1855, bénéficie d’une situation exceptionnelle, en bordure de la célèbre Route des Châteaux. Derrière un majestueux portail de marbre rose se devinent une élégante chartreuse du XVIIIème siècle et un cuvier médocain typique de la fin du XIXe. Depuis 1992, Denis Lurton prolonge l’oeuvre de son père Lucien et apporte tous ses soins à l’élaboration de ce Grand Cru Classé. Le terroir : les vignes du Château Desmirail, d’un âge moyen de 25 ans, couvrent une superficie d’une quarantaine d’hectares. Le vignoble est à 60% Cabernet-Sauvignon, 37% Merlot et 3% Petit Verdot.
Vous allez apprécier son Margaux 2015, de robe pourpre soutenu, aux tanins denses, qui mêle une charpente réelle à une jolie rondeur, tout en charme et amplitude, avec, en bouche, des nuancess de fruits noirs, de cuir et de fumé, aux tanins équilibrés, un vin de très belle évolution. Le 2014, de teinte grenat, chaleureux, au nez de fruits rouges surmûris et de violette, soyeux et charpenté, riche au nez comme en bouche, qui poursuit son excellente évolution. Le 2013, avec ces connotations de prune et d’humus, est un vin classique, riche et coloré, corsé, ample, de bouche pleine avec des tanins bien soyeux.
Le 2012, corsé, au nez complexe (fraise des bois, réglisse), d’une grande intensité en finale avec ces notes persistantes et de fumé, de mûre et d’épices, de belle base tannique. Savoureux 2011, au nez de cannelle, de cuir et de petits fruits rouges macérés, riche, d’une longue finale, qui commence à très bien s’apprécier. Très beau 2010, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, riche et savoureux en bouche, idéal sur un carré d’agneau à l’ail ou un foie de veau à l’anglaise.

 

 

Outre un Classement “officiel” qui fait plutôt sourire, il faut savoir qu’un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée.Ici, en effet, on a le choix entre de vrais crus de terroir, amples, élégants, de belle garde, du plus grand au plus abordable, et d’autres vins où les sols ont peu de réelle influence, surtout marqués par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins trop concentrés au détriment de la finesse, des vins de dégustation, dont on a du mal à terminer la bouteille, tant le plaisir est absent. Il faut donc frapper à la bonne porte…

CLASSEMENT SAINT-EMILION

e_saint-emilion.jpg

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE
Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(CHEVAL BLANC)
FIGEAC
TROTTEVIEILLE

BALESTARD-LA-TONNELLE
CROQUE MICHOTTE
HAUT-SARPE
LA TOUR DU PIN FIGEAC

CADET-BON

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AUSONE (Hors Classe)
BELAIR-MONANGE

CORBIN MICHOTTE
FONROQUE
LANIOTE
LA MARZELLE
MAUVINON
SANSONNET

CANTENAC
ORISSE DU CASSE
PIGANEAU
CLOS TRIMOULET

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
FRANC-LARTIGUE
GRAND-CORBIN-DESPAGNE
GRAND CORBIN MANUEL
GRAND PEY LESCOURS
(LA DOMINIQUE)
PETIT MANGOT
PRESSAC
CLOS DES PRINCE
RIOU DE THAILLAS
LA ROSE POURRET

CROIX D’ARMENS
DARIUS
BELLISLE-MONDOTTE
GUILLEMIN-LA-GAFFELIÉRE
PETIT-BOUQUEY
VIEUX-RIVALLON

(LAROQUE)
(LASSEGUE)
(JEAN VOISIN)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CONFESSION
FLEUR CARDINALE
FLEUR CRAVIGNAC
GRÂCE DIEU DES PRIEURS
GRACE FONRAZADE
CLOS DE SARPE
VIEUX-SARPE

LA CROIX CAPEROT
CROIX MEUNIER*
LE DESTRIER
LA GRÂCE-DIEU LES MENUTS
MALET GAFFELIERE
PASQUETTE
LA FLEUR PENIN
ROL-VALENTIN
ROYLLAND

CANDALE
CROISILLE
GRAND BERT

TAUZINAT-L’HERMITAGE
VIEILLE TOUR LA ROSE

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CROIX DE BERTINAT
CLOS SAINT-ÉMILION PHILIPPE
(TOUR SAINT-CHRISTOPHE)
TOUR SAINT-PIERRE

BEAURANG
(FONPLEGLADE)
LA GRACE-DIEU

(DE LA COUR)
HAUT-ROCHER
(HAUT VEYRAC)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
FRANC-POURRET*
(PONTET FUMET*)
(TOUR GRAND FAURIE*)

BEAULIEU-CARDINAL*
LA GARELLE
HAUTES-GRAVES-D’ARTHUS*
PINDEFLEURS
ROCHEBELLE

ADAUGUSTA
MANGOT
ROCHER

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

 

Si quelques grandes maisons sont toujours des références, le travail accompli par de nombreux vignerons et “petites” maisons est exceptionnel. On reconquiert ici les lettres de noblesse de son terroir, car la force des sols est bien réelle et vient s’allier à cet art exceptionnel de l’assemblage que chaque vigneron ou maître de chai va marquer de sa “patte”, créant une bouteille unique, que personne n’a réussi à égaler, partout dans le monde. Qu’elles dégagent des notes de chèvrefeuille, de rose ou d’abricot, développent des nuances de noisette, de brioche ou de fruits mûrs, les cuvées deviennent plus passionnantes les unes que les autres, à des prix fort sages quand on les compare aux aberrations d’autres vins tranquilles.  Voici les hommes et les femmes qui comptent.

 

 

 

LE CLASSEMENT

Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative, qu’ils élèvent des cuvées de grande régularité, de la plus prestigieuse à la plus sympathique, sans comparer ce qui ne l’est pas… Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis, dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés.

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on n’en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut surtout pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute avec des millésimes plus jeunes. Comme partout également, on trouve des cuvées de bas de gamme, qui changent de nom et d’étiquette selon leurs marchés. Certaines coopératives et négociants sont dans ce cas, de plus en plus de producteurs se réservant leurs meilleures cuves pour vendre en direct (on les comprend). Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs” comme à d’autres marques, dont la qualité n’est pas en cause, dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne aujourd’hui comme demain du soda, c’est-à-dire sans la moindre passion…

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

Les premiers grands vins classés

Il y a une vingtaine de maisons qui atteignent le haut du pavé, certaines d’entre elles bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-régularité. On remarquera que la plupart sont des maisons familiales (certaines autres marques ne sont plus que des noms qui changent régulièrement de main). Les (très) grandes maisons historiques, qui ont su préserver, voire accentuer, leur suprématie qualitative, méritent un véritable “coup de chapeau”. Pas si facile pour ces maisons de rester au “top” depuis bien longtemps, d’autant plus que l’on peut estimer que leurs plus grandes cuvées méritent leur prix, alors que pour d’autres marques, il est difficile de justifier les prix atteints par certaines cuvées de prestige, sans parler de quelques marques qui font des cuvées de base qui n’ont aucun intérêt. Ces grandes maisons sont souvent propriétaires d’importants vignobles et dirigées par des hommes et des femmes pour lesquels la continuité patrimoniale prime, ceci expliquant cela. Ce sont aussi des marques qui réussissent également remarquablement leurs “simples” cuvées, et c’est très difficile. Aux côtés de ces maisons incontournables (Gosset, Roederer..), d’autres sont au sommet, pour récompenser un savoir-faire et/ou un rapport qualité-prix indéniable (Ellner, De Sousa, Bara, Legras et Haas), où la force des terroirs de Grands et Premiers Crus joue à plein, à des prix défiant toute concurrence. Toujours une seule cave dans ce Classement, Vincent d’Astrée, grâce à des cuvées particulièrement intéressantes, très abordables, typées, notamment, par le Pinot meunier.

 

Chaque marque n’est, bien sûr, pas à “comparer” à une autre, et le tout est de rester maintenant à cette place. Il est impératif de suivre à la lettre la hiérarchie interne de notre Classement, les Premiers des “Premiers” étant intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Premiers”, et ainsi de suite, en sachant que, toujours, le rapport qualité-prix prime et explique bien des choses…

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

 

Les deuxièmes grands vins classés

 

Une mine d’or pour les amateurs exigeants, passionnés par les terroirs qui permettent cette mosaïque unique avec un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, élevant des cuvées les unes plus séduisantes que les autres, garantes d’une typicité et d’une régularité qualitative exemplaires.

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

À leurs côtés, le plus souvent très proches qualitativement (voire meilleurs selon les cuvées), on trouve des maisons et vignerons exemplaires qui bénéficient également de rapport qualité-prix-typicité exceptionnels, et peuvent aussi prétendre aux plus hautes places.

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

CLASSEMENT CHAMPAGNE

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE
Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BOLLINGER
KRUG (Grande Cuvée) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)

ELLNER (Réserve) (r)

DEUTZ (William Deutz)
DOM PERIGNON
Charles HEIDSIECK (Millénaires) 
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle) (r)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

MUMM (R. Lalou)
VINCENT D’ASTRÉE (Novæ)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal) (r)
DE SOUSA (Caudalies) (r)

PAUL BARA (Réserve) (r)
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs) (r)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
DE TELMONT (O.R.1735)
DE VENOGE (Les Princes) (r)

LOMBARD (Grand Cru) 

 





Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Grand Millésime) (r)
BOCHET-LEMOINE (Réserve)
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)
BRIXON-COQUILLARD (Extra brut))
CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d’Émotion) (r)
CHEURLIN-DANGIN (Origance)
COLLET (Esprit Couture) (r)
CUPERLY (Prestige)
Jacques DEFRANCE (Excellence)
DORE LEGUILLETTE (Vieilles Vignes)
Philippe GAMET (Caractères)
GATINOIS (Millésime) (r)
GOUTORBE (Percussion) (r)
HAMM (La Preuve par Trois) (r)
HUOT (Carte Noire)
JEAUNAUX-ROBIN (Eclats de Meulière)
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
LEJEUNE-DIRVANG (Noir et Blanc)
Xavier LORIOT (Cuvée 100S)
MARY-SESSILE (Sessile)
Rémy MASSIN (Intégrale)
MORIZE (Sélection) (r)
Etienne OUDART (Référence) (r)
Ghislain PAYER (Nature)
Jean-Michel PELLETIER (Confidentielle)*
PHLIPAUX Père et Fils (Grande Réserve) (r)
RODEZ (Grands Vintages)
René RUTAT (Nature) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Insolite) (r)
Diogène TISSIER et Fils (Vintage)
Alfred TRITANT (Mes Racines)
VAZART-COQUART (Grand Bouquet)
Maurice VESSELLE (Hauts Chemins) (r)
VEUVE OLIVIER (Perle de Lumière) (r)
Alexandre YANN (Sous les Roses)

BAILLETTE-PRUDHOMME (Réserve)*
BARDOUX (Millésimé)
BOUCHÉ (Blanc de noirs)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
Christian BRIARD (Ambre)
BRIAUX-LENIQUE (Les Semons)*
CAMIAT (Prestige)
CARLINI (Réserve)
J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)
Richard CHEURLIN (L’Incontournable)
DAUPHIN (Instant Inpérial)
Franck DEBUT (Tradition)
DISSAUX VERDOOLAEGHE (Svenerick)*
DOUSSOT (Ernestine)*
Hubert FAVIER (Réserve)
FRANÇOIS BROSSOLETTE (Réserve)*
GALICHET (Réserve)*
GUY MEA (Nature)
Jean Pol HAUTBOIS (Grande Réserve)*
HUGUENOT-TASSIN (Les Fioles)
LACOURTE GODBILLON (Chaillots)*
Paul LAURENT (L’Essentiel)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
Michel LITTIERE (Grande Cuvée)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Terre d’Origine) (r)
MOREL Père et Fils (Cuvée Gabriel)
MOUSSE-GALOTEAU (Réserve)
Daniel PERRIN (Millésime)
ROGGE-CERESER (Excellence)*
VRAIN-AUGÉ (Prestige) (r)*

Colette BONNET (Natur’elle)
COESSENS (Sens Boisés)*
DANIEL COLLIN (Grande Réserve)*
FORGET-BRIMONT (Blanc de blancs)*
LALLEMENT (Réserve)
LALLIER (Ouvrage)*
LEGOUGE-COPIN (Inspirations)*
Serge MATHIEU (Prestige)*
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)
PERSEVAL-FARGE (Jean-Baptiste)
PHILIPPART (Blanc de Noirs)*
POINTILLART & Fils (Rencontre)*

BRUN DE NEUVILLE (Extra Brut)*
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)*
Serge RAFFLIN (Prestige)*
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*

LETE VAUTRAIN (Millésimé)
André TIXIER et Fils (Millésime)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AYALA (La Perle)*
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve) (r)*
BONNET-GILMERT (Millésimé)
Franck BONVILLE (Les Belles Voyes)
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Blanc de blancs) (r)
BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
BRICE (Vintage)
Edouard BRUN (L’Élégante) (r)*
CLERGEOT Père et Fils (Grande Réserve) (r)
LUCIEN COLLARD (Millésime)
COUTIER (Blanc de Blancs) (r)
DAVIAUX (Extra brut)
DEVAVRY (Achille)
DEVILLIERS (Millésimé))
DILIGENT (Millésime) (r)
DRAPPIER (Grande Sendrée) (r)
ESTERLIN (Cléo)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
GRATIOT (Secret d’Almanach)
GRUMIER (Extra brut)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)
Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)
Eric LEGRAND (Réminiscence)*
Pierre LEGRAS (Blanc de blancs)
Alain LITTIÈRE (Cuvée Alain)
MANNOURY (Ultra brut) (r)
MARGAINE (M de Margaine) (r)
Charles MIGNON (Comte de Marne) (r)
Pierre MIGNON (Clos des Graviers) (r)*
MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Extra brut)
PÉHU-GUIARDEL (Emotion) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)*
POINSOT Frères (Prestige) (r)
RENAUDIN (Réserve) (r)
ROYER (Vintage)
SADI-MALOT (Nature)
TAILLET (Sur le Grand Marais)*
Michel TURGY (Réserve Sélection) (r)*

BRIGITTE BARONI*
BERTHELOT PIOT (Prestige)*
BOATAS (Extra brut)
BRIMONCOURT (Régence)*
LOUISE BRISON (Tendresse)*
CHARLOT-TANNEUX (Blanc de blancs)*
CHASSENAY d’ARCE (Extra brut)*
CORDEUIL (Nature)*
DEHOURS (Extra brut Terre de meunier)*
Pascal DOQUET (Mont Aimé)
Emmanuel DRAVIGNY (L’Esprit Meunier)*
FALLET DART (Clos du Mont)
FANIEL-FILAINE (Millésime)*
GRASSET-STERN (Millésimé)*
GUILLOZET (Origine)
MARX (Confident)
MATHIEU-PRINCET (Blanc de Chardonnay)
MILAN (Terres de Noël)*
Albert de MILLY (Prestige) (r)*
Yvon MOUSSY (Prestige)*
PASCAL (Harmonie)*
Hubert PAULET (Millésime)*
PERSON (L’Audacieuse)*
SOLEMME (Millésime)
VERRIER (Raymond Verrier)
VIGNON Père et Fils (Réserve Marquises)

BARBIER-ROZE (Réserve)*
Roger BARNIER (Millésimé)*
BLONDEL (Blanc de blancs)*
DEKEYNE (Blanc de blancs)
DOUE (Le Truchat)*
EGROT (Extra brut)*
JAMART (Tentation)*
Gérard LORIOT (Sélection)*
MOUTARD (Champ Persin)*
Frédéric SAVART (Extra brut)*
TROUILLARD (Extra Sélection)

COLLET (René Collet)*
DANGIN (Prestige)*
MÉDOT (Blanc de blancs)
Louis NICAISE (Noces Blanches)*

BEAUGRAND (Réserve)
COSNARD (Blanc de blancs)*
B. GIRARDIN (Appoggiature)
Didier GOUSSARD (Tentation)

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
JACQUART (Nominée)
Charles COLLIN (Blanc de noirs)*
COQUARD-BOUR (Vintage)*
FARFELAN (Millésime)
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)*
Charles LEGEND (Royal)
(MAÎTRE (Sélection))
MALETREZ (Premier Cru)
Camille MARCEL (Adage)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)*
PANNIER (Réserve)
(PÉLISSOT Père et Fils (Réserve)*)
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
RICHARDOT (Heritage)

BAUCHET (Signature)
CASTELGER (Eugène)
Christian COQUET
Élise DECHANNE (Essentielle)
GARDET (Selected)
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
Paul GOERG (Millésime)
Pierre GOULARD (Sélection)
GUYARD-LAMOUREUX (Séduction)
(Olivier HORIOT (Blanc de noirs))
Hervé LECLERE (Reflet Sélection)
François LECOMPTE (Céleste)*
Laurent LEQUART (Blanc de Blancs)
MATHELIN (L’Orée des Chênes)
Carole NOIZET (Perle Noire)
Prestige des SACRES (Privilège)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(BEAUDOUIN-LATROMPETTE (Blanc de blancs)*)
Marc BILLIARD (Sélection)
BOREL LUCAS (Art Divin)*
(DELAUNOIS (Sublime)*)
Nathalie FALMET (Nature)*
FOURRIER (L’Exception)*
(GIMONNET Pierre (Fleuron))
GRUET (3 Blancs)*
Robert JACOB (Collection Privée)*
Bernard LONCLAS (Prestige)*
(MALINGRE (Symphonie)*)
MANCHIN Pascal (Prestige)
(PRÉLAT (Les Reines)*)
Vincent RENOIR (Zéro)
RIGOLLOT (Grande Réserve)
(ROBERT-ALLAIT (Prestige)*)
(RUELLE (Grande Réserve))
RUFFIN (Roséanne)
J.M TISSIER (Apollon)*
Florent VIARD (Absolu)

 

(André ROBERT (Mesnil)*)
Alain BAILLY (Prestige)*
DÉROT-DELUGNY (Coiffe d’Or)
DESMOULINS (Blanc de blancs)
François DUBOIS (Pure)*
GALLIMARD Père et Fils (Réserve)
Cédric GUYOT (Nature)
Michel LABBÉ (Prestige)*
LACUISSE Frères (Cuvée Cosson)
LEBLOND-LENOIR (Héritage)
Fernand LEMAIRE Millésimé)
LUTUN (Invitation)
Adrien SIMON (Millésime)*
VANZELLA (Millésime)
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

 

Si quelques grandes maisons sont toujours des références, le travail accompli par de nombreux vignerons et “petites” maisons est exceptionnel. On reconquiert ici les lettres de noblesse de son terroir, car la force des sols est bien réelle et vient s’allier à cet art exceptionnel de l’assemblage que chaque vigneron ou maître de chai va marquer de sa “patte”, créant une bouteille unique, que personne n’a réussi à égaler, partout dans le monde. Qu’elles dégagent des notes de chèvrefeuille, de rose ou d’abricot, développent des nuances de noisette, de brioche ou de fruits mûrs, les cuvées deviennent plus passionnantes les unes que les autres, à des prix fort sages quand on les compare aux aberrations d’autres vins tranquilles.  Voici les hommes et les femmes qui comptent.

 

 

 

LE CLASSEMENT

Cette hiérarchie vient toujours, et avant tout, récompenser les efforts accomplis, le talent des hommes et leur volonté qualitative, qu’ils élèvent des cuvées de grande régularité, de la plus prestigieuse à la plus sympathique, sans comparer ce qui ne l’est pas… Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis, dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés.

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on n’en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut surtout pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute avec des millésimes plus jeunes. Comme partout également, on trouve des cuvées de bas de gamme, qui changent de nom et d’étiquette selon leurs marchés. Certaines coopératives et négociants sont dans ce cas, de plus en plus de producteurs se réservant leurs meilleures cuves pour vendre en direct (on les comprend). Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs” comme à d’autres marques, dont la qualité n’est pas en cause, dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne aujourd’hui comme demain du soda, c’est-à-dire sans la moindre passion…

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

Les premiers grands vins classés

Il y a une vingtaine de maisons qui atteignent le haut du pavé, certaines d’entre elles bénéficiant d’un exceptionnel rapport qualité-prix-régularité. On remarquera que la plupart sont des maisons familiales (certaines autres marques ne sont plus que des noms qui changent régulièrement de main). Les (très) grandes maisons historiques, qui ont su préserver, voire accentuer, leur suprématie qualitative, méritent un véritable “coup de chapeau”. Pas si facile pour ces maisons de rester au “top” depuis bien longtemps, d’autant plus que l’on peut estimer que leurs plus grandes cuvées méritent leur prix, alors que pour d’autres marques, il est difficile de justifier les prix atteints par certaines cuvées de prestige, sans parler de quelques marques qui font des cuvées de base qui n’ont aucun intérêt. Ces grandes maisons sont souvent propriétaires d’importants vignobles et dirigées par des hommes et des femmes pour lesquels la continuité patrimoniale prime, ceci expliquant cela. Ce sont aussi des marques qui réussissent également remarquablement leurs “simples” cuvées, et c’est très difficile. Aux côtés de ces maisons incontournables (Gosset, Roederer..), d’autres sont au sommet, pour récompenser un savoir-faire et/ou un rapport qualité-prix indéniable (Ellner, De Sousa, Bara, Legras et Haas), où la force des terroirs de Grands et Premiers Crus joue à plein, à des prix défiant toute concurrence. Toujours une seule cave dans ce Classement, Vincent d’Astrée, grâce à des cuvées particulièrement intéressantes, très abordables, typées, notamment, par le Pinot meunier.

 

Chaque marque n’est, bien sûr, pas à “comparer” à une autre, et le tout est de rester maintenant à cette place. Il est impératif de suivre à la lettre la hiérarchie interne de notre Classement, les Premiers des “Premiers” étant intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Premiers”, et ainsi de suite, en sachant que, toujours, le rapport qualité-prix prime et explique bien des choses…

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

 

Les deuxièmes grands vins classés

 

Une mine d’or pour les amateurs exigeants, passionnés par les terroirs qui permettent cette mosaïque unique avec un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, élevant des cuvées les unes plus séduisantes que les autres, garantes d’une typicité et d’une régularité qualitative exemplaires.

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

À leurs côtés, le plus souvent très proches qualitativement (voire meilleurs selon les cuvées), on trouve des maisons et vignerons exemplaires qui bénéficient également de rapport qualité-prix-typicité exceptionnels, et peuvent aussi prétendre aux plus hautes places.

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

 

CLASSEMENT CHAMPAGNE

LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE
Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BOLLINGER
KRUG (Grande Cuvée) (r)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)

ELLNER (Réserve) (r)

DEUTZ (William Deutz)
DOM PERIGNON
Charles HEIDSIECK (Millénaires) 
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle) (r)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

MUMM (R. Lalou)
VINCENT D’ASTRÉE (Novæ)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
ROEDERER (Cristal) (r)
DE SOUSA (Caudalies) (r)

PAUL BARA (Réserve) (r)
LEGRAS et HAAS (Blanc de Blancs) (r)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
DE TELMONT (O.R.1735)
DE VENOGE (Les Princes) (r)

LOMBARD (Grand Cru) 

 





Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
Michel ARNOULD (Grande Cuvée)
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Grand Millésime) (r)
BOCHET-LEMOINE (Réserve)
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)
BRIXON-COQUILLARD (Extra brut))
CASTELNAU (Millésimé) (r)
CHARPENTIER (Terre d’Émotion) (r)
CHEURLIN-DANGIN (Origance)
COLLET (Esprit Couture) (r)
CUPERLY (Prestige)
Jacques DEFRANCE (Excellence)
DORE LEGUILLETTE (Vieilles Vignes)
Philippe GAMET (Caractères)
GATINOIS (Millésime) (r)
GOUTORBE (Percussion) (r)
HAMM (La Preuve par Trois) (r)
HUOT (Carte Noire)
JEAUNAUX-ROBIN (Eclats de Meulière)
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)
LEJEUNE-DIRVANG (Noir et Blanc)
Xavier LORIOT (Cuvée 100S)
MARY-SESSILE (Sessile)
Rémy MASSIN (Intégrale)
MORIZE (Sélection) (r)
Etienne OUDART (Référence) (r)
Ghislain PAYER (Nature)
Jean-Michel PELLETIER (Confidentielle)*
PHLIPAUX Père et Fils (Grande Réserve) (r)
RODEZ (Grands Vintages)
René RUTAT (Nature) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Insolite) (r)
Diogène TISSIER et Fils (Vintage)
Alfred TRITANT (Mes Racines)
VAZART-COQUART (Grand Bouquet)
Maurice VESSELLE (Hauts Chemins) (r)
VEUVE OLIVIER (Perle de Lumière) (r)
Alexandre YANN (Sous les Roses)

BAILLETTE-PRUDHOMME (Réserve)*
BARDOUX (Millésimé)
BOUCHÉ (Blanc de noirs)*
BOULARD-BAUQUAIRE (Mélanie)*
Christian BRIARD (Ambre)
BRIAUX-LENIQUE (Les Semons)*
CAMIAT (Prestige)
CARLINI (Réserve)
J. CHARPENTIER (Pierre-Henri)
Richard CHEURLIN (L’Incontournable)
DAUPHIN (Instant Inpérial)
Franck DEBUT (Tradition)
DISSAUX VERDOOLAEGHE (Svenerick)*
DOUSSOT (Ernestine)*
Hubert FAVIER (Réserve)
FRANÇOIS BROSSOLETTE (Réserve)*
GALICHET (Réserve)*
GUY MEA (Nature)
Jean Pol HAUTBOIS (Grande Réserve)*
HUGUENOT-TASSIN (Les Fioles)
LACOURTE GODBILLON (Chaillots)*
Paul LAURENT (L’Essentiel)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*
Michel LITTIERE (Grande Cuvée)*
Olivier et Laetitia MARTEAUX (Terre d’Origine) (r)
MOREL Père et Fils (Cuvée Gabriel)
MOUSSE-GALOTEAU (Réserve)
Daniel PERRIN (Millésime)
ROGGE-CERESER (Excellence)*
VRAIN-AUGÉ (Prestige) (r)*

Colette BONNET (Natur’elle)
COESSENS (Sens Boisés)*
DANIEL COLLIN (Grande Réserve)*
FORGET-BRIMONT (Blanc de blancs)*
LALLEMENT (Réserve)
LALLIER (Ouvrage)*
LEGOUGE-COPIN (Inspirations)*
Serge MATHIEU (Prestige)*
PERRIER JOUËT (Belle Epoque)
PERSEVAL-FARGE (Jean-Baptiste)
PHILIPPART (Blanc de Noirs)*
POINTILLART & Fils (Rencontre)*

BRUN DE NEUVILLE (Extra Brut)*
CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)*
Serge RAFFLIN (Prestige)*
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*

LETE VAUTRAIN (Millésimé)
André TIXIER et Fils (Millésime)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AYALA (La Perle)*
BEAUMONT DES CRAYERES (Grande Réserve) (r)*
BONNET-GILMERT (Millésimé)
Franck BONVILLE (Les Belles Voyes)
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)
Jean-Bernard BOURGEOIS (Millésime)
BOURGEOIS-BOULONNAIS (Blanc de blancs) (r)
BOUTILLEZ MARCHAND (Millésimé)
BRICE (Vintage)
Edouard BRUN (L’Élégante) (r)*
CLERGEOT Père et Fils (Grande Réserve) (r)
LUCIEN COLLARD (Millésime)
COUTIER (Blanc de Blancs) (r)
DAVIAUX (Extra brut)
DEVAVRY (Achille)
DEVILLIERS (Millésimé))
DILIGENT (Millésime) (r)
DRAPPIER (Grande Sendrée) (r)
ESTERLIN (Cléo)
FLEURY-GILLE (Pierre-Louis)
GRATIOT (Secret d’Almanach)
GRUMIER (Extra brut)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)
Xavier LECONTE (Scellés de Terroirs)
Eric LEGRAND (Réminiscence)*
Pierre LEGRAS (Blanc de blancs)
Alain LITTIÈRE (Cuvée Alain)
MANNOURY (Ultra brut) (r)
MARGAINE (M de Margaine) (r)
Charles MIGNON (Comte de Marne) (r)
Pierre MIGNON (Clos des Graviers) (r)*
MOYAT-JAURY-GUILBAUD (Extra brut)
PÉHU-GUIARDEL (Emotion) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)*
POINSOT Frères (Prestige) (r)
RENAUDIN (Réserve) (r)
ROYER (Vintage)
SADI-MALOT (Nature)
TAILLET (Sur le Grand Marais)*
Michel TURGY (Réserve Sélection) (r)*

BRIGITTE BARONI*
BERTHELOT PIOT (Prestige)*
BOATAS (Extra brut)
BRIMONCOURT (Régence)*
LOUISE BRISON (Tendresse)*
CHARLOT-TANNEUX (Blanc de blancs)*
CHASSENAY d’ARCE (Extra brut)*
CORDEUIL (Nature)*
DEHOURS (Extra brut Terre de meunier)*
Pascal DOQUET (Mont Aimé)
Emmanuel DRAVIGNY (L’Esprit Meunier)*
FALLET DART (Clos du Mont)
FANIEL-FILAINE (Millésime)*
GRASSET-STERN (Millésimé)*
GUILLOZET (Origine)
MARX (Confident)
MATHIEU-PRINCET (Blanc de Chardonnay)
MILAN (Terres de Noël)*
Albert de MILLY (Prestige) (r)*
Yvon MOUSSY (Prestige)*
PASCAL (Harmonie)*
Hubert PAULET (Millésime)*
PERSON (L’Audacieuse)*
SOLEMME (Millésime)
VERRIER (Raymond Verrier)
VIGNON Père et Fils (Réserve Marquises)

BARBIER-ROZE (Réserve)*
Roger BARNIER (Millésimé)*
BLONDEL (Blanc de blancs)*
DEKEYNE (Blanc de blancs)
DOUE (Le Truchat)*
EGROT (Extra brut)*
JAMART (Tentation)*
Gérard LORIOT (Sélection)*
MOUTARD (Champ Persin)*
Frédéric SAVART (Extra brut)*
TROUILLARD (Extra Sélection)

COLLET (René Collet)*
DANGIN (Prestige)*
MÉDOT (Blanc de blancs)
Louis NICAISE (Noces Blanches)*

BEAUGRAND (Réserve)
COSNARD (Blanc de blancs)*
B. GIRARDIN (Appoggiature)
Didier GOUSSARD (Tentation)

 

Les autres Domaines en vidéo sont sur Vinovox

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
JACQUART (Nominée)
Charles COLLIN (Blanc de noirs)*
COQUARD-BOUR (Vintage)*
FARFELAN (Millésime)
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)*
LAFORGE-TESTA (Millésime)*
Charles LEGEND (Royal)
(MAÎTRE (Sélection))
MALETREZ (Premier Cru)
Camille MARCEL (Adage)
OLIVIER Père et Fils (Aparté)*
PANNIER (Réserve)
(PÉLISSOT Père et Fils (Réserve)*)
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*
RICHARDOT (Heritage)

BAUCHET (Signature)
CASTELGER (Eugène)
Christian COQUET
Élise DECHANNE (Essentielle)
GARDET (Selected)
Germar BRETON (Blanc de Blancs)*
Paul GOERG (Millésime)
Pierre GOULARD (Sélection)
GUYARD-LAMOUREUX (Séduction)
(Olivier HORIOT (Blanc de noirs))
Hervé LECLERE (Reflet Sélection)
François LECOMPTE (Céleste)*
Laurent LEQUART (Blanc de Blancs)
MATHELIN (L’Orée des Chênes)
Carole NOIZET (Perle Noire)
Prestige des SACRES (Privilège)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(BEAUDOUIN-LATROMPETTE (Blanc de blancs)*)
Marc BILLIARD (Sélection)
BOREL LUCAS (Art Divin)*
(DELAUNOIS (Sublime)*)
Nathalie FALMET (Nature)*
FOURRIER (L’Exception)*
(GIMONNET Pierre (Fleuron))
GRUET (3 Blancs)*
Robert JACOB (Collection Privée)*
Bernard LONCLAS (Prestige)*
(MALINGRE (Symphonie)*)
MANCHIN Pascal (Prestige)
(PRÉLAT (Les Reines)*)
Vincent RENOIR (Zéro)
RIGOLLOT (Grande Réserve)
(ROBERT-ALLAIT (Prestige)*)
(RUELLE (Grande Réserve))
RUFFIN (Roséanne)
J.M TISSIER (Apollon)*
Florent VIARD (Absolu)

 

(André ROBERT (Mesnil)*)
Alain BAILLY (Prestige)*
DÉROT-DELUGNY (Coiffe d’Or)
DESMOULINS (Blanc de blancs)
François DUBOIS (Pure)*
GALLIMARD Père et Fils (Réserve)
Cédric GUYOT (Nature)
Michel LABBÉ (Prestige)*
LACUISSE Frères (Cuvée Cosson)
LEBLOND-LENOIR (Héritage)
Fernand LEMAIRE Millésimé)
LUTUN (Invitation)
Adrien SIMON (Millésime)*
VANZELLA (Millésime)
WIRTH et MICHEL (3 Cépages)

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

Château HAUT-MARBUZET

❤❤❤❤❤ Au sommet, incontestablement, et cela vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-plaisir. En effet, ce cru, marqué par la “patte” et la passion d’Henri Duboscq, renvoie à un jardin d’enfants un bon nombre de crussurbarriqués et beaucoup plus chers. Il faut dire qu’Henri, secondé par ses fils Bruno et Hugues, est particulièrement chaleureux et sait de quoi il parle quand on aborde le sujet de l’élevage en barriques ou du terroir.

Un vignoble de 66 ha, complanté à 50% de Cabernet-Sauvignon, 40% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans. Les vendanges sont manuelles avec recherche de surmaturité. Les vins sont élevés en barriques neuves pour chaque millésime, mais avec une maîtrise exceptionnelle pour choisir l’origine du bois et ne pas “abrutir” le vin, avec les essences à grain fin adaptées à son cru. Il faut dire qu’une expérience de quelque cinquante années, cela aide…

“J’ai fait construire un chai de deuxième année d’élevage qui jouxte la vigne, nous dit Henri Duboscq, un joli bâtiment aux baies vitrées qui permettent de profiter de la proximité des vignes. Sont installées dans ce chai, des barriques qui sont au sol, ce qui permet des soutirages plus fréquents et plus faciles.“

Formidable verticale sur place, des derniers millésimes à l’extravagant 1970.
Vous allez donc exciter vos papilles, avec ce Saint-Estèphe 2016, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Le 2015, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, est un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, de garde, naturellement. Le 2014 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, aux tanins très équilibrés, classique et prometteur. Le 2013, bien corsé et savoureux, aux tanins riches, souples, est bien équilibrés, au nez intense (mûre, groseille, épices…), en bouche très parfumée, avec des notes de cerise mûre et de truffe, fondue et intense.
Superbe 2012, “chatoyant”, dit Henri Duboscq, d’une puissance en bouche, un grand vin, charmeur, très parfumé (griotte, humus…), mêlant exubérance au palais et finesse tannique avec une très jolie finale grillée, le style parfait de Haut-Marbuzet dans sa jeunesse. Le 2011 est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Très grand 2010, qui dégage un très beau nez intense, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu, de grande garde. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, c’est un vin parfait, notamment, avec un rôti de veau en croûte ou des magrets de canard aux champignons. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, d’une complexité certaine, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômesséduisants de cassis et de sous-bois, puissant.
Le 2004 est exceptionnel, très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense. Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruitscuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé.
On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée. Le 1986 est superbe, robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un très grand vin parfait avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. Le 1978 est très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, un vin qui emplit le palais. Voir également le Médoc Château Layauga-Duboscq.

 

Henri, Hugues et Bruno Duboscq

1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Tél. : 05 56 59 30 54
Email : infos@haut-marbuzet.net

Château LASCOMBES

❤❤❤❤❤ Lascombes s’étend sur 112 ha. Beaucoup de soins et d’observation sont apportés au vignoble composé de 50% Merlot, 45% Cabernet-Sauvignon et 5% de Petit Verdot. Effeuillage manuel, éclaircissage raisonné pied par pied. Toutes ces efforts ont pour but de favoriser la maturation du raisin en lui offrant un environnement plus aéré et une parfaite exposition au soleil jusqu’aux vendanges.
Une centaine de vendangeurs viennent chaque année récolter à la main les précieux raisins après analyse des maturités. Le raisin est déposé sur une première table de tri puis passe au tri optique, une dernière table de tri permettant de parfaire le travail. Le raisin est ensuite légèrement foulé, sa température est abaissée pour une macération à froid. La fermentation alcoolique se déroule à une température maîtrisée de 28°, rythmée par de légers remontages. La macération post-fermentaire s’effectue à 30°, accompagnée de dégustation quotidienne pour déterminer la durée optimale de cuvaison. Le réaménagement du cuvier permet désormais de réaliser l’écoulage et l’entonnage par gravité. La fermentation malolactique s’effectue en barriques. Le vin est élevé en barriques neuves à 80% pendant 18 à 20 mois. La production annuelle est de 300 000 bouteilles de Château Lascombes et de 200 000 bouteilles de Chevalier Lascombes, le Second Vin. Les différentes démarches qualitatives, entre autres HACCP, permettent de maîtriser la qualité et la traçabilité et garantissent ainsi la protection du consommateur.
Voilà un grand Margaux 2015, de bouche profonde, de robe rouge sombre, aux notes de prune et de cuir, avec des nuances épicées, un vin complexe, harmonieux, très prometteur.
Le 2014 est savoureux, charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse, de très bonne garde. Le 2013 est de robe grenat, concentration moyenne qui correspond bien au fruité et à la fraîcheur du millésimetanins fins et réguliers, vin équilibré dominé par les fruits, classique et élégant. Le 2012 a une belle robe pourpre intense, joli bouquet de fruits rouges et noirs bien mûrs assortis de notes de pain grillé, torréfaction. Bel équilibre entre alcool, acidité, concentration et structure, milieu de bouche gras et velouté, belle finale longue qui promet une bonne garde.

Le 2011 est vraiment très réussi, attaque franche et douce à la fois, arômes intenses de fruits noirs, notes florales, mais aussi d’épices et de réglisse. Volume et concentration emplissent la bouche, les tanins sont denses, le boisé intégré, bel équilibré entre alcool acidité et structure. Le 2010 est de robe noire très profonde, arômes très présents de mûre, notes de chocolat et de moka. Attaque fraîche et moelleuse, belle rondeur épaulée par une structure présente mais pas dominante, du gras, de la vivacité, arômes très élégants de fruits noirs, d’épices, superbe finale.
Goûtez également le Chevalier de Lascombes 2014, au nez dense d’humus et de framboise confite, c’est un vin à la fois charnu et rond, tout en arômes, de bouche ample, de couleur intense, avec des arômes de fruits cuits et d’épices en finale.

Dominique Befve

1, cours de Verdum
33460 Margaux
Tél. : 05 57 88 70 66
Email : contact@chateau-lascombes.fr
www.chateau-lascombes.com

Château SANSONNET

❤❤❤❤❤ Un vignoble de 7 ha. Docteur en pharmacie, Marie-Bénédicte Lefévère a repris la gérance du ChâteauSansonnet en 2009. Enfant, c’est dans les chais des propriétés familiales à Pomerol et à Saint-Emilion, que la culture et la passion du le vin lui ont été transmises. C’est maintenant avec beaucoup d’ambition et de détermination que Marie-Bénédicte imagine l’avenir du Château Sansonnet, en mettant toute sa volonté et son attachement à la propriété pour la hisser au sommet de l’appellation.
Bien aimé ce Saint-Émilion GCC 2014, de couleur soutenue, très équilibré, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin très bien élevé, gras, tout en bouche, d’une belle persistance. Le 2012, généreux, avec ces nuances de fruits compotés, est un vin aux tanins soyeux et riches, charnu, qui associe puissance et distinction.

Marie-Bénédicte Lefévère

33333 Saint Emilion
Tél. : 09 60 12 95 17
Fax : 05 57 25 01 56
Email : contact@chateau-sansonnet.com
http://chateau-sansonnet.com/

Château RAYMOND-LAFON

❤❤❤❤❤ Au sommet, avec un superbe rapport qualité-prix-typicité. C’est en 1972 que Francine et Pierre Meslier deviennent proprié́taires, donnant ses lettres de noblesse à̀ ce grand vin.
Un vignoble de 20 ha, dont 18 en production, la majorité des parcelles sont regroupées autour du Château, sur les communes de Sauternes, Bommes et Preignac. Cépages : 80% Sémillon et 20% Sauvignonvignes 35 ans en moyenne. La vendange est effectué́e grain par̀ grain, par tris successifs (3 à 10 passages) de raisins botrytisés. Les vinssont é́levés 3 ans en barriques de chê̂ne merrain.
Remarquable Sauternes 2015, il est intense, aromatique, à la belle robe dorée, au nez très élégant et intense, avec en bouche des arômes persistants d’agrumes mûrs, d’amande grillée et de tilleul, veloutée, de bonne garde. Le Sauternesjeunes pousses” 2013 (pas les jeunes vignes ! 18 mois de barrique au lieu de 36), c’est un vin puissant et racé, au nezfleuri avec des nuances de pomme et de noix fraîche, suave, d’une très belle persistance aromatique en bouche. Splendide Sauternes 2011, l’exemple type d’un très grand Sauternes, au nez très persistant à̀ dominante de lis, de grillé et de petits fruits secs, de bouche onctueuse et complexe (abricot confit), fondue, aux connotations de pain brioché en finale, un vin suave, de grande é́volution. Le 2010 développe des nuances de pomme confite, de bouche fine et persistante, un vin dense et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes d’agrumes très mû̂rs et de pain grillé. Le 2009 est envoû̂tant, racé́, puissant, tout en arômes (pain brioché, citronnelle), un vin riche et complexe, trè̀s persistant, d’une grande onctuosité́. Très grand 2007, typé et dense, avec des notes de noisette et de citron, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, de belle robe dorée, de bouche complexe (miel, pain grillé), un beau vin de garde.
Le 2005, séduisant par son nez de fruits confits, d’une belle complexité́, est gras, à la bouche fondue où̀ se retrouvent des nuances de pain d’é́pices, d’une longue finale.

Famille Meslier – Gérante : Marie-Françoise Meslier

4, au Puits
33210 Sauternes
Tél. : 05 56 63 21 02
Email : famille.meslier@chateau-raymond-lafon.fr
www.chateau-raymond-lafon.fr

Château MAZEYRES

❤❤❤❤❤ Un vignoble de 25,5 ha de vignes sur des parcelles morcelées qui apportent leur complexité et leur complémentarité. Sols de graves et de sables de la terrasse de Pomerol et sous-Sols de graves ou de molasse riche en crasse de fer. L’encépagement a été repensé lors de l’achat récent d’une parcelle de 4 ha : 73% Merlot, 24,4% Cabernet franc et 2,6% Petit Verdot pour sa fraîcheur. Mazeyres est un magnifique manoir du XVIIIe siècle, entièrement restauré et parfaitement mis en valeur dans un bel écrin constitué d’arbres et de magnolias centenaires. Des fouilles ont permis d’exhumer de très belles poteries datant du IIIe siècle, vestiges de l’époque gallo-romaine et précieusement conservés au château.
Quatrième génération de viticulteurs et négociants libournais, Alain Moueix dirige la propriété et apporte son expertise et son savoir-faire issus du terroir. Conscient de ce potentiel unique, dès 1992, il décide de mettre en valeur ce vignoble afin que celui-ci puisse révéler son authentique expression. Il opte, dans un premier temps, pour une viticulture raisonnée et met en place une gestion parcellaire pointilleuse afin de révéler la diversité et la complémentarité de ces différents terroirs.
Enrichi de son expérience au sein du château Fonroque (100% en biodynamie depuis 7 ans), Alain Moueix a pu constater des changements notables en matière d’interaction entre la plante, le sol, le sous-sol et l’environnement produisant ainsi un effet d’authenticité et de finesse dans l’expression du terroir au sein des vins produits. Alain Moueix a apporté à Mazeyres son expertise et surtout une ouverture d’esprit certaine. La conversion à la Biodynamie a débuté par quelques parcelles en 2011. En 2012, la totalité de la propriété a été convertie. Grâce à la Biodynamie, les vins ont, en plus de cette fraîcheur assez caractéristique, un côté aérien et une belle verticalité. La propriété est certifiée Bio depuis 2015.
Voilà un très beau Pomerol 2015, 14 mois en barriques (30% de fûts neufs et 70% de fûts de un vin, 40 hl/ha), de robegrenat intense, au nez de fruits mûrs (griotte) avec quelques arômes de cuir et, en bouche, on retrouve les nuances de fruits rouges avec un côté soyeux et une belle longueur, un grand vin alliant structure et velouté. “L’augmentation de la part de Cabernet franc (21%, colonne vertébrale) et l’arrivée du Petit Verdot (4%, acidité́ naturelle) dans l’assemblage, associé à la biodynamie (pé́cision, éĺé́gance et fraîcheur) marquent une étape importante dans la définition tannique et aromatique de ce cru.”Le 2014, très fin mais volumineux, coloré, où, au nez, se mêlent la griotte et l’humus, a une bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse. Le 2013 (12 hl/Ha seulement), pour lequel la sélection a été sévère, se goûte très bien, associant ampleur aromatique et finesse des tanins, avec des senteurs de fruits mûrs, de bouche harmonieuse. Le 2012, vraiment remarquable, est très typé Pomerol, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d’une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. Le 2011, d’une grande fraîcheur, d’une grande netteté, de robe pourpre, est élégant aux tanins savoureux, très équilibré. Le 2010, plus dense, encore fermé, a un très joli nez où se décèlent les connotations de prune et de musc, un très beau vin qui associe puissance et distinction, très classique. Le 2009, avec ce côté “fumé” classique des Sols graveleux de Pomerol, est charmeur, plus rond, plus souple aux papilles, au nez de prune et de violette et une pointe d’épices, charnu en bouche, s’apprécie, notamment, sur des brochettes de filet mignon aux dattes et abricots secs ou un jarret de veau au citron.

Direction : Alain Moueix

56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Tél. : 05 57 51 00 48
Email : mazeyres@wanadoo.fr
www.mazeyres.com

Château HAUT-MARBUZET

❤❤❤❤❤ Au sommet, incontestablement, et cela vient récompenser un formidable rapport qualité-prix-plaisir. En effet, ce cru, marqué par la “patte” et la passion d’Henri Duboscq, renvoie à un jardin d’enfants un bon nombre de crussurbarriqués et beaucoup plus chers. Il faut dire qu’Henri, secondé par ses fils Bruno et Hugues, est particulièrement chaleureux et sait de quoi il parle quand on aborde le sujet de l’élevage en barriques ou du terroir.

Un vignoble de 66 ha, complanté à 50% de Cabernet-Sauvignon, 40% de Merlot, 5% de Cabernet franc et 5% de Petit Verdot. L’âge moyen des vignes est de 30 ans. Les vendanges sont manuelles avec recherche de surmaturité. Les vins sont élevés en barriques neuves pour chaque millésime, mais avec une maîtrise exceptionnelle pour choisir l’origine du bois et ne pas “abrutir” le vin, avec les essences à grain fin adaptées à son cru. Il faut dire qu’une expérience de quelque cinquante années, cela aide…

“J’ai fait construire un chai de deuxième année d’élevage qui jouxte la vigne, nous dit Henri Duboscq, un joli bâtiment aux baies vitrées qui permettent de profiter de la proximité des vignes. Sont installées dans ce chai, des barriques qui sont au sol, ce qui permet des soutirages plus fréquents et plus faciles.“

Formidable verticale sur place, des derniers millésimes à l’extravagant 1970.
Vous allez donc exciter vos papilles, avec ce Saint-Estèphe 2016, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration représentative du millésime, un vin charnu et structuré, de couleur pourpre, riche en arômes, où dominent en bouche les fruits rouges frais et une note poivrée, un vin qui mérite un peu de patience. Le 2015, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, est un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, de garde, naturellement. Le 2014 sent les petits fruits cuits, mêlant puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, aux tanins très équilibrés, classique et prometteur. Le 2013, bien corsé et savoureux, aux tanins riches, souples, est bien équilibrés, au nez intense (mûre, groseille, épices…), en bouche très parfumée, avec des notes de cerise mûre et de truffe, fondue et intense.
Superbe 2012, “chatoyant”, dit Henri Duboscq, d’une puissance en bouche, un grand vin, charmeur, très parfumé (griotte, humus…), mêlant exubérance au palais et finesse tannique avec une très jolie finale grillée, le style parfait de Haut-Marbuzet dans sa jeunesse. Le 2011 est plus “Saint-Estèphe”, avec une belle structure, dense et persistant, bien corsé, qui sent bon la framboise, la prune et l’humus, d’excellente bouche. Très grand 2010, qui dégage un très beau nez intense, des tanins bien présents mais enrobés, un vin très équilibré, dense au palais, où dominent la fraise des bois mûre et le poivre, mêlant structure et charnu, de grande garde. Le 2009 est splendide : de la finesse, de la complexité, de l’amplitude, un très grand vin où s’entremêlent la fraise des bois mûre, la griotte et l’humus, un vin corsé et gras, aux tanins bien présents et fondus à la fois, un millésime déjà très séducteur mais de grande évolution. On poursuit avec ce 2007, classique du millésime, ample, très parfumé, tout en souplesse, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus en bouche, c’est un vin parfait, notamment, avec un rôti de veau en croûte ou des magrets de canard aux champignons. Le 2006 semble se refermer, très typé par ce terroir de Saint-Estèphe, d’une complexité certaine, avec des nuances de myrtille et de grillé, de bouche puissante. Le 2005 se goûte très bien, dense, souple, structuré, au bouquet subtil et intense à la fois, un vin qui développe des arômesséduisants de cassis et de sous-bois, puissant.
Le 2004 est exceptionnel, très parfumé, très complexe, aux nuances de fruits noirs macérés, de cuir et d’épices, de bouche charnue mais distinguée. Le 2002 est dans lignée, un beau vin ample, riche au nez comme aux papilles, avec ces notes de mûre et d’humus, aux tanins savoureux, coloré et dense. Somptueux 2001, l’une des plus jolies bouteilles dégustées, à la fois très souple et dense, d’une grande ampleur, développant un nez envoûtant où les fruitscuits côtoient le poivre rose et le musc, d’une longue finale, idéal sur une cassolette de ris et rognons de veau à la moutarde ou un simple tournedos grillé.
On s’oriente ensuite vers ce qui fait la force d’un grand vin, sa capacité d’évolution, en faisant un “saut” vers ce 1990, d’une grande longueur, au nez comme en bouche, avec ce côté légèrement “rancio” qui lui va parfaitement, aux tanins généreux, avec cette bouche bien charnue, ample et séduisante. Le 1989 est plus “chaud”, dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un vin que l’on appréciera sur un foie gras aux figues, par exemple. Le 1987 parvient à maturité, il est à son apogée. Le 1986 est superbe, robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un très grand vin parfait avec un veau en cocotte aux épices ou une pastilla de pigeon. Le 1982 ne fait pas son âge, mêlant densité et harmonie, tout en nuances d’arômes, où dominent la réglisse et les épices, de bouche intense, vraiment remarquable. Le 1978 est très classique, et du millésime et de son terroir, où se décèlent des connotations de de fruits à noyau et de fumé, tout en bouche comme le 1975, surprenant par sa vivacité, sa couleur, son ampleur, comme ce grand 1970, lui aussi, d’une bouche dense, subtilement parfumée (champignons, cuir), avec des tanins raffinés, un vin qui emplit le palais. Voir également le Médoc Château Layauga-Duboscq.

 

Henri, Hugues et Bruno Duboscq

1, rue Saint-Vincent
33180 Saint-Estèphe
Tél. : 05 56 59 30 54
Email : infos@haut-marbuzet.net

Château LASCOMBES

❤❤❤❤❤ Lascombes s’étend sur 112 ha. Beaucoup de soins et d’observation sont apportés au vignoble composé de 50% Merlot, 45% Cabernet-Sauvignon et 5% de Petit Verdot. Effeuillage manuel, éclaircissage raisonné pied par pied. Toutes ces efforts ont pour but de favoriser la maturation du raisin en lui offrant un environnement plus aéré et une parfaite exposition au soleil jusqu’aux vendanges.
Une centaine de vendangeurs viennent chaque année récolter à la main les précieux raisins après analyse des maturités. Le raisin est déposé sur une première table de tri puis passe au tri optique, une dernière table de tri permettant de parfaire le travail. Le raisin est ensuite légèrement foulé, sa température est abaissée pour une macération à froid. La fermentation alcoolique se déroule à une température maîtrisée de 28°, rythmée par de légers remontages. La macération post-fermentaire s’effectue à 30°, accompagnée de dégustation quotidienne pour déterminer la durée optimale de cuvaison. Le réaménagement du cuvier permet désormais de réaliser l’écoulage et l’entonnage par gravité. La fermentation malolactique s’effectue en barriques. Le vin est élevé en barriques neuves à 80% pendant 18 à 20 mois. La production annuelle est de 300 000 bouteilles de Château Lascombes et de 200 000 bouteilles de Chevalier Lascombes, le Second Vin. Les différentes démarches qualitatives, entre autres HACCP, permettent de maîtriser la qualité et la traçabilité et garantissent ainsi la protection du consommateur.
Voilà un grand Margaux 2015, de bouche profonde, de robe rouge sombre, aux notes de prune et de cuir, avec des nuances épicées, un vin complexe, harmonieux, très prometteur.
Le 2014 est savoureux, charnu, au nez d’épices et de griotte mûre, très riche, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse, de très bonne garde. Le 2013 est de robe grenat, concentration moyenne qui correspond bien au fruité et à la fraîcheur du millésimetanins fins et réguliers, vin équilibré dominé par les fruits, classique et élégant. Le 2012 a une belle robe pourpre intense, joli bouquet de fruits rouges et noirs bien mûrs assortis de notes de pain grillé, torréfaction. Bel équilibre entre alcool, acidité, concentration et structure, milieu de bouche gras et velouté, belle finale longue qui promet une bonne garde.

Le 2011 est vraiment très réussi, attaque franche et douce à la fois, arômes intenses de fruits noirs, notes florales, mais aussi d’épices et de réglisse. Volume et concentration emplissent la bouche, les tanins sont denses, le boisé intégré, bel équilibré entre alcool acidité et structure. Le 2010 est de robe noire très profonde, arômes très présents de mûre, notes de chocolat et de moka. Attaque fraîche et moelleuse, belle rondeur épaulée par une structure présente mais pas dominante, du gras, de la vivacité, arômes très élégants de fruits noirs, d’épices, superbe finale.
Goûtez également le Chevalier de Lascombes 2014, au nez dense d’humus et de framboise confite, c’est un vin à la fois charnu et rond, tout en arômes, de bouche ample, de couleur intense, avec des arômes de fruits cuits et d’épices en finale.

Dominique Befve

1, cours de Verdum
33460 Margaux
Tél. : 05 57 88 70 66
Email : contact@chateau-lascombes.fr
www.chateau-lascombes.com

Château SANSONNET

❤❤❤❤❤ Un vignoble de 7 ha. Docteur en pharmacie, Marie-Bénédicte Lefévère a repris la gérance du ChâteauSansonnet en 2009. Enfant, c’est dans les chais des propriétés familiales à Pomerol et à Saint-Emilion, que la culture et la passion du le vin lui ont été transmises. C’est maintenant avec beaucoup d’ambition et de détermination que Marie-Bénédicte imagine l’avenir du Château Sansonnet, en mettant toute sa volonté et son attachement à la propriété pour la hisser au sommet de l’appellation.
Bien aimé ce Saint-Émilion GCC 2014, de couleur soutenue, très équilibré, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin très bien élevé, gras, tout en bouche, d’une belle persistance. Le 2012, généreux, avec ces nuances de fruits compotés, est un vin aux tanins soyeux et riches, charnu, qui associe puissance et distinction.

Marie-Bénédicte Lefévère

33333 Saint Emilion
Tél. : 09 60 12 95 17
Fax : 05 57 25 01 56
Email : contact@chateau-sansonnet.com
http://chateau-sansonnet.com/

Château RAYMOND-LAFON

❤❤❤❤❤ Au sommet, avec un superbe rapport qualité-prix-typicité. C’est en 1972 que Francine et Pierre Meslier deviennent proprié́taires, donnant ses lettres de noblesse à̀ ce grand vin.
Un vignoble de 20 ha, dont 18 en production, la majorité des parcelles sont regroupées autour du Château, sur les communes de Sauternes, Bommes et Preignac. Cépages : 80% Sémillon et 20% Sauvignonvignes 35 ans en moyenne. La vendange est effectué́e grain par̀ grain, par tris successifs (3 à 10 passages) de raisins botrytisés. Les vinssont é́levés 3 ans en barriques de chê̂ne merrain.
Remarquable Sauternes 2015, il est intense, aromatique, à la belle robe dorée, au nez très élégant et intense, avec en bouche des arômes persistants d’agrumes mûrs, d’amande grillée et de tilleul, veloutée, de bonne garde. Le Sauternesjeunes pousses” 2013 (pas les jeunes vignes ! 18 mois de barrique au lieu de 36), c’est un vin puissant et racé, au nezfleuri avec des nuances de pomme et de noix fraîche, suave, d’une très belle persistance aromatique en bouche. Splendide Sauternes 2011, l’exemple type d’un très grand Sauternes, au nez très persistant à̀ dominante de lis, de grillé et de petits fruits secs, de bouche onctueuse et complexe (abricot confit), fondue, aux connotations de pain brioché en finale, un vin suave, de grande é́volution. Le 2010 développe des nuances de pomme confite, de bouche fine et persistante, un vin dense et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes d’agrumes très mû̂rs et de pain grillé. Le 2009 est envoû̂tant, racé́, puissant, tout en arômes (pain brioché, citronnelle), un vin riche et complexe, trè̀s persistant, d’une grande onctuosité́. Très grand 2007, typé et dense, avec des notes de noisette et de citron, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, de belle robe dorée, de bouche complexe (miel, pain grillé), un beau vin de garde.
Le 2005, séduisant par son nez de fruits confits, d’une belle complexité́, est gras, à la bouche fondue où̀ se retrouvent des nuances de pain d’é́pices, d’une longue finale.

Famille Meslier – Gérante : Marie-Françoise Meslier

4, au Puits
33210 Sauternes
Tél. : 05 56 63 21 02
Email : famille.meslier@chateau-raymond-lafon.fr
www.chateau-raymond-lafon.fr

Château MAZEYRES

❤❤❤❤❤ Un vignoble de 25,5 ha de vignes sur des parcelles morcelées qui apportent leur complexité et leur complémentarité. Sols de graves et de sables de la terrasse de Pomerol et sous-Sols de graves ou de molasse riche en crasse de fer. L’encépagement a été repensé lors de l’achat récent d’une parcelle de 4 ha : 73% Merlot, 24,4% Cabernet franc et 2,6% Petit Verdot pour sa fraîcheur. Mazeyres est un magnifique manoir du XVIIIe siècle, entièrement restauré et parfaitement mis en valeur dans un bel écrin constitué d’arbres et de magnolias centenaires. Des fouilles ont permis d’exhumer de très belles poteries datant du IIIe siècle, vestiges de l’époque gallo-romaine et précieusement conservés au château.
Quatrième génération de viticulteurs et négociants libournais, Alain Moueix dirige la propriété et apporte son expertise et son savoir-faire issus du terroir. Conscient de ce potentiel unique, dès 1992, il décide de mettre en valeur ce vignoble afin que celui-ci puisse révéler son authentique expression. Il opte, dans un premier temps, pour une viticulture raisonnée et met en place une gestion parcellaire pointilleuse afin de révéler la diversité et la complémentarité de ces différents terroirs.
Enrichi de son expérience au sein du château Fonroque (100% en biodynamie depuis 7 ans), Alain Moueix a pu constater des changements notables en matière d’interaction entre la plante, le sol, le sous-sol et l’environnement produisant ainsi un effet d’authenticité et de finesse dans l’expression du terroir au sein des vins produits. Alain Moueix a apporté à Mazeyres son expertise et surtout une ouverture d’esprit certaine. La conversion à la Biodynamie a débuté par quelques parcelles en 2011. En 2012, la totalité de la propriété a été convertie. Grâce à la Biodynamie, les vins ont, en plus de cette fraîcheur assez caractéristique, un côté aérien et une belle verticalité. La propriété est certifiée Bio depuis 2015.
Voilà un très beau Pomerol 2015, 14 mois en barriques (30% de fûts neufs et 70% de fûts de un vin, 40 hl/ha), de robegrenat intense, au nez de fruits mûrs (griotte) avec quelques arômes de cuir et, en bouche, on retrouve les nuances de fruits rouges avec un côté soyeux et une belle longueur, un grand vin alliant structure et velouté. “L’augmentation de la part de Cabernet franc (21%, colonne vertébrale) et l’arrivée du Petit Verdot (4%, acidité́ naturelle) dans l’assemblage, associé à la biodynamie (pé́cision, éĺé́gance et fraîcheur) marquent une étape importante dans la définition tannique et aromatique de ce cru.”Le 2014, très fin mais volumineux, coloré, où, au nez, se mêlent la griotte et l’humus, a une bouche séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse. Le 2013 (12 hl/Ha seulement), pour lequel la sélection a été sévère, se goûte très bien, associant ampleur aromatique et finesse des tanins, avec des senteurs de fruits mûrs, de bouche harmonieuse. Le 2012, vraiment remarquable, est très typé Pomerol, au nez où s’entremêlent des notes d’épices et de fruits rouges mûrs, est un vin structuré, d’une bonne longueur en bouche, riche, très complexe. Le 2011, d’une grande fraîcheur, d’une grande netteté, de robe pourpre, est élégant aux tanins savoureux, très équilibré. Le 2010, plus dense, encore fermé, a un très joli nez où se décèlent les connotations de prune et de musc, un très beau vin qui associe puissance et distinction, très classique. Le 2009, avec ce côté “fumé” classique des Sols graveleux de Pomerol, est charmeur, plus rond, plus souple aux papilles, au nez de prune et de violette et une pointe d’épices, charnu en bouche, s’apprécie, notamment, sur des brochettes de filet mignon aux dattes et abricots secs ou un jarret de veau au citron.

Direction : Alain Moueix

56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Tél. : 05 57 51 00 48
Email : mazeyres@wanadoo.fr
www.mazeyres.com

Domaine GROS Frère et SoeurÉCHEZEAUX Domaine GROS Frère et Soeur

Domaine GROS Frère et Soeur 

(ÉCHEZEAUX)

6, rue des Grands-Crus
21700 Vosne-Romanée
Téléphone :03 80 61 12 43
Site : www.g-f-s.fr

Le domaine est né du partage de la succession de Louis Gros en 1963. A l’origine, le Domaine a réuni, dans la maison familiale, l’héritage de deux de ses quatre enfants, Colette et Gustave. En 1984, Bernard Gros, leur neveu, prend la relève aux côtés de Colette. Bernard replante successivement toutes les parcelles. Il augmente de 12 ha le domaine en créant sur le hameau de Concoeur et Corboin (sis au-dessus de Vosne- Romanée), une parcelle en appellation Bourgogne Hautes-côtes de Nuits en vigne haute (9 ha en Pinot Noir, 3 ha en Chardonnay). La propriété compte aujourd’hui 20 ha de vignes répartis en 8 appellations différentes. On a ici pour vocation d’élaborer des vins en respectant le terroir tout en conciliant le meilleur de la modernité.
Exceptionnel Richebourg Grand Cru 2015, riche en couleur, au nez de musc, de griotte et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, est tout en finesse mais corsé. Le 2014 développe des arômes de violette et de mûre, un vin gras, avec des notes de gibier, d’une belle expression aromatique au palais avec ce léger goût fumé, charnu, riche et généreux, délicatement épicé en finale. Très beau 2013, de couleur pourpre, aux tanins riches et savoureux, parfumé (mûre, épices…), alliant puissance et finessegras et intensité, un vin classique et très harmonieux, d’excellente garde. Superbe Echezeaux 2013, qui associe rondeur et structure en bouche, avec ces notes de cerise, de truffe et d’épices caractéristiques.
Le Clos Vougeot Musigni Grand Cru 2016, charnu, riche, au nez épicé, allie une charpente réelle à une jolie rondeur en bouche, un vin avec beaucoup de structure, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de fruits noirs mûrs (groseille, prune) et d’épices en finale, de garde, bien sûr.

Domaine de la POULETTENUITS-SAINT-GEORGES Domaine de la POULETTE

Domaine de la POULETTE 

(NUITS-SAINT-GEORGES)
François et Françoise Michaut-Audidier
103, Grande Rue
21700 Corgoloin
Téléphone :03 80 62 98 02
Télécopie : 01 45 25 43 23
Email : infos@poulette.fr
Site : www.poulette.fr

Le Domaine est une très ancienne propriété, appartenant à une famille dont la présence sur la côte viticole est attestée depuis l’époque de Louis XIV. Depuis plus de six générations, elle s’est transmise par les femmes, qui ont toujours su choisir à leur coté des hommes de valeur pour porter avec elles le flambeau du Domaine.

Les vendanges 2017, nous dit François Michaud, ont été précoces et de belle qualité, les raisins particulièrement sains laissent espérer un millésime très équilibrésoyeux, élégant, représentatif de la Bourgogne, et, pour compléter, la quantité était bien présente. A mon avis, ce millésime 2017 n’est pas très éloigné du 2010.
En vente en 2018 : les Coteaux Bourguignons et Nuits-Saint-Georges 2015, les Premiers Crus les Poulettes 2009, 2011, 2012, les Vaucrains 2012 et 2015, les Blancs 2015 et 2016. Désormais les Bourgognes 2017 auront l’appellation côte d’Or en blanc et en rouge.
Leur fille, Hélène Gaudeul, a créé une nouvelle société pour qu’ainsi la marque Domaine de la Poulette continue sous son impulsion et en accord avec ses parents.
Une nouvelle cuverie vient également d’être installée.

Située sur une parcelle à Vosne-Romanée, la cuvée Corvée au Prêtre provient d’une vigne âgée et doit son nom au curé qui faisait travailler les vignes à sa façon. Elaboré en cuvaison froide, ce vin a de remarquables arômes et peut être bu jeune ou vieillir plusieurs années.
De nombreuses médailles viennent, chaque année, récompenser le travail accompli : médaille d’Argent au Concours des Vins de Lyon pour le Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Vaucrains 2011, médaille d’Or au Concours Général Agricole de Paris 2016 pour le Côtes de Nuits-Villages Blancs 2014, Burgondia d’Or 2016 et médaille d’Argent au Concours Féminalise 2016 pour le Côtes de Nuits-Villages Blancs 2013, Burgondia d’Or en 2016 pour le Bourgogne Blanc 2013 !
Vous allez aimer comme nous ce Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Poulettes 2012, d’un joli pourpre foncé, avec des arômes prononcés de musc, de fraiseet de sous-bois, un vin de bouche dense, aux tanins bien ronds, subtil, bien typé. Le 2009 est vraiment superbe actuellement, de couleur carmin, charnucomme il se doit, au nez où dominent la cerise confite et les épices, aux tanins concentrés et fondus à la fois, bien charpenté, tout en séduction, idéal avec des paupiettes de veau en cocotte ou des noisettes d’agneau aux flans de légumes.
Le Nuits-Saint-Georges Premier Cru Les Vaucrains 2015, d’un beau rouge profond, au nez persistant, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs cuits, tout en finesse tannique, ample et de belle structure, très prometteur, quand le 2012, de bouche corsée, de belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, aux tanins très étoffés, est un vin velouté où l’élégance s’exprime à plein, idéal, notamment, avec un filet de veau en croûte de cèpes ou un bœuf à l’aigre-doux.
Goûtez aussi le Côte De Nuits Villages blanc 2015, avec un bel équilibre entre la fraîcheur, la rondeur et le fruité, et le Bourgogne blanc Chardonnay 2015, de très jolie robe, un vin aux nuances de citronnelle et de fleurs blanches, associant souplesse et vivacité.


Clos des LAMBRAYSMOREY-SAINT-DENIS Clos des LAMBRAYS

Clos des LAMBRAYS 

(MOREY-SAINT-DENIS)
Direction-Oenologue : Boris Champy
31, rue Basse
21220 Morey-Saint-Denis
Téléphone :03 80 51 84 33
Email : clos@lambrays.com
Site : www.lambrays.com

Incontestablement à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Appartient à LVMH. Le vignoble de ce (très) Grand Cru de Morey-Saint-Denis (c’est le plus grand d’un seul tenant de la Côte-de-Nuits (8,70 ha), situé à une altitude entre 250 m et 310 m, très vieilles vignes), est constitué de 3 climatsgéographiques : Meix Rentier, la terre la plus lourde et la plus argileuse; les Larrets, la partie la plus pentue exposée à l’est, et les Bouchots, une partie bien ventilée sur la partie haute, en sortie de la combe de Morey, et bien protégée des vents du nord dans la partie basse sur 12 ha au total. Cette complémentarité géologique et climatique est déterminante et explique en partie la grande finesse et la complexité des Vins. Le sol marneux, qui domine dans le haut du clos, favorise l’élégance des Vins, tandis que le bas, plus argilo-­calcaire, produit des Vins puissants et charpentés.

Je suis issu d’une famille de vignerons champenois, nous raconte Boris Champy, j’ai fait mes études à Bordeaux et suis œnologue, j’ai travaillé pour la famille Christian Moueix, dans le Libournais et Pomerol, puis dans son vignoble en Californie, Dominus. En 2017, j’ai rejoint le clos des Lambrays. J’aime dire que je suis un vigneron-œnologue qui aime autant la viticulture que la vinification.

Dégusté sur place, un formidable clos des Lambrays 2016, d’une couleur profonde et étincelante, intense et chaleureux, charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe, de réglisse et de griotte mûre en finale, un vin qui révèle des tanins puissants et très fins à la fois. Le 2015 est splendide, vinificationvendanges entières, élevage durant 18 mois en fûts à 50% neufs, aux senteurs de cerise et de sous-bois, d’une grande finesse aromatique, qui dégage en bouche des nuances de fruits cuits (cassis, griotte) et de truffe, très typé. Très beau 2014, élevage 50% en fûts neufs 18 mois, un vin concentré, au parfum de violette, de prune et de sous-bois, d’une grande finesse aromatique, de garde. Le 2013, de bouche pleine et riche, aux nuances de fruits des bois et aux notes giboyeuses, puissant et savoureux, est un vin ample, très légèrement poivré en finale. Le 2012 est superbe, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges, d’épices, aux tanins bien enrobés, un vin riche, très distingué, racé, qu’il faut savoir attendre.
Exceptionnel 2011, très typé, d’une belle onctuosité en bouche, un vin délicat mais de bouche intense, complexe et très élégant à la fois, très marqué par son terroir, de robe intense, aux nuances caractéristiques de réglisse, de sous-bois et de cerise mûre, associant structure et finesse, d’excellente garde.
Le 2010 est fantastique, aux arômes de fruits macérés et d’épices, riche, de teinte grenat, dense au nez comme en bouche, alliant finesse, ampleur et charpente, aux tanins bien soyeux et très équilibrés, un grand vin, de très belle évolution.
Splendide 2009, de couleur intense, au nez dense et subtil, avec ces connotations de fruits mûrs (cassis, griotte) et de truffe, un très grand vin puissant qui commence à se fondre et à développer en bouche des nuances de prune cuite et d’humus. Très beau 2008, de robe pourpre intense, aux tanins mûrs, solide, gras et complet, d’une belle harmonie, d’une grande persistance aromatique, aux connotations de prune, de cannelle et de truffe.


Domaine Pierre AMIOT et FilsMOREY-SAINT-DENIS Domaine Pierre AMIOT et Fils

Domaine Pierre AMIOT et Fils 

(MOREY-SAINT-DENIS)
Jean-Louis et Didier Amiot
27, Grande Rue
21220 Morey-Saint-Denis
Téléphone :03 80 34 34 28
Email : contact@domainepierreamiot.fr
Site : www.domainepierreamiot.fr

Depuis cinq générations, la famille Amiot est propriétaire de ce domaine de 8 ha. Jean-Louis Amiot gère le domaine avec son frère Didier depuis 1981. Le domaine pratique la lutte raisonnée, aucun traitement n’est fait de façon préventive, labours pour éviter l’usage de désherbants. Un ébourgeonnage est effectué au printemps pour maîtriser les rendements.
Fidèle à lui-même, un grand Morey-Saint-Denis Premier Cru Aux Charmes 2016, avec cette touche de fumé persistante, ample et très équilibré, où se retrouve une belle subtilité d’arômes dominée par la griotte et la mûre, est d’une grande harmonie en bouche, savoureux, tout en finesse, de garde.
Le Morey-Saint-Denis Premier Cru Les Millandes 2016 se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, au nez complexe et subtil à la fois, marqué par la prune et les sous-bois, quand ce Morey-Saint-Denis Premier Cru Les Blanchards 2016, alliant fermeté et rondeur, aux tanins riches, de robeintense, au nez persistant avec des nuances de fruits à noyau et une pointe d’épices douces, est très équilibré, généreux, de bouche ferme, où l’on retrouve les petits fruits noirs.
Superbe Clos de la Roche Grand Cru, de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et de sous-bois, aux tanins fermes et fondus à la fois, de charpente solide, un grand vin typé.
Goûtez également le Gevrey-Chambertin Premier Cru Les Combottes 2016, d’une belle concentration d’arômes (myrtille, épices…), ample, de belle charpente, de très jolie robe, vraiment très bien élevé, de bonne garde, naturellement.

Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIRMARSANNAY Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR

Domaine FOUGERAY de BEAUCLAIR 

(MARSANNAY)
Patrice Ollivier
44, rue de Mazy
21160 Marsannay-la-Côte
Téléphone :03 80 52 21 12
Email : fougeraydebeauclair@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/fougeraydebeauclair
Site : www. fougeraydebeauclair.fr

Coup de cœur pour ce Marsannay Les Saint Jacques rouge 2015, très typé (sols argilo-calcairesavec une forte présence de pierres et fossiles), au nez de prune mûre et de violette, corsé, est un vin de robe pourpre soutenu, à la fois rond et intense en bouche, un vin à prévoir sur une selle de mouton ou une poularde truffée aux légumes.
Le Marsannay rouge les Favières 2016, rond, avec des arômes de fruits bien mûrs, notamment de fruits noirs comme le cassis, est de bouche pleine, tandis que cet autre Marsannay rouge Les Boivins 2015, aux senteurs de violette et de fraise des bois cuite, riche en couleur, classique, associe charpente et souplesse, avec des senteurs complexes de prune et de réglisse au palais. Le Marsannay Les Saint Jacques blanc 2016, typé et ample en bouche, au bouquet complexe où s’entremêlent des notes d’amande et de poire, est un joli vin gras et harmonieux, quand le Marsannay blanc les Aiges Pruniers 2015, aux arômes de fleurs blanches (aubépine, narcisse), est de jolie robe dorée, avec cette pointe de fraîcheur et de fruité persistante.
Superbe Gevrey-Chambertin Les Seuvrées 2015, très vieilles vignes sur sols calcaires avec une bonne proportion de marnes argileuses, de belle robe grenat, riche et structuré, au nez persistant où dominent des notes de cassis et de cannelle, riche et long en bouche, puissant, savoureux. Le 2014, intense et chaleureux, bien charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe et de griotte mûre, est tout en finale. Le 2013, de couleur intense, très parfumé (griotte, mûre), finement épicé, très charpenté, de bouche pleine et riche, aux nuances complexes de fruits des bois macérés, de belle évolution.
Le Puligny-Montrachet Les Meix 2016, fin et riche à la fois, d’une belle persistance, a des notes de pêche et de noix, tout en structure et parfums au palais (genêt, poire), de finale complexe, ample et persistante. Beau Fixin rouge Clos Marion 2015, où dominent les saveurs de sous-bois et de fruits frais, fin et dense en bouche, est un vin qui demande à se fondre.
Quant à ce Savigny-lès-Beaune blanc Les Golardes 2015, de bouche finement épicée, avec de petites notes de pêche jaune et de lis, riche et tout en délicatesse, typé comme le Savigny-lès-Beaune rouge Les Golardes 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, classique, très parfumé, avec ces notes d’humus et et de fruits surmûris. Il y a aussi cette cuvée vin Orange Cœur de Femme, 100% Chardonnay, présentée dans une bouteille lourde, avec une étiquette orange, suave en bouche, est de belle robe jaune soutenu aux reflets or, au nez complexe et puissant (acacia, pomme), et le Bourgogne rouge Cœur de femme 2016, où l’élégance prime, parfumé, rond mais de jolie charpente, avec des connotations de fraise des bois et d’épices, tout en bouche, où se décèle une jolie finale corsée au palais.

Domaine René CACHEUX et FilsVOSNE-ROMANÉE Domaine René CACHEUX et Fils

Domaine René CACHEUX et Fils 

(VOSNE-ROMANÉE)
René et Gérald Cacheux
28, rue de la Grand-Velle
21700 Vosne-Romanée
Téléphone :03 80 61 28 72 et 06 98 10 47 90
Email : gerald.cacheux@free.fr
Site : www.domaine-cacheux.com

Au début du siècle dernier, François Blée s’installe à Vosne-Romanée. Son fils Charles, lui succède en augmentant la superficie du domaine. En 1966, l’exploitation se divise entre ses deux filles. Jacqueline Blée, l’une de ses filles, et son époux René Cacheux, créaient le Domaine René Cacheux-Blée. En 2004, après avoir travaillé sur d’autres exploitations vitivinicoles, Gérald, leur fils, leur succède. “Les accords mets-vins parfaits pour le Bourgogne Les Champs d’Argent sont les légumes en salade, tourtes, volaille, viande rouge grillée, viande blanche rôtie, fromage à pâte cuite comme le Gouda. Le Chambolle-Musigny, lui, s’accorde avec les viandes blanches rôties, filet mignon, pintade, chapon de Bresse, entrecôte grillée, traditionnel plateau de fromages. Pour les Vosne-Romanée et Vosne-Romanée Premier Cru, je vous conseille de servir un pavé de bœuf, gibiers à plumes, pintade forestière, foie gras poêlé, agneau rôtifromages à saveurs intenses comme l’Epoisse ou le Langres.”
Voilà un remarquable Vosne-Romanée Premier Cru Les Suchots 2015, de couleur rubis intense, avec un nez où dominent la groseille, le fumée et le poivre, un vin qui associe richesse et harmonie, de garde. Le 2014 est de robe grenat profond, au nez complexe où dominent les fruitscuits, légèrement poivré, tout en bouche et très subtil comme nous les aimons, idéal sur un pot-au-feu de pigeons ou une canette grillée, sauce béarnaise.
Le 2013 est de couleur grenat, aux tanins soyeux et riches à la fois, au bouquet intense de cassis, de musc, un grand vin souple et très fin, de belle structure. Le 2012 est de couleur pourpre, au nez dominé par les fruits rouges à noyau, un vin de bouche dense, de charpente fine et puissante à la fois, d’une longue finale avec des nuances mûres et complexes de fruits rouges, de sous-bois et de réglisse.
Beau Vosne-Romanée Premier Cru Les Beaux Monts 2015, de robe pourpre, qui allie charpente et distinction, au nez caractéristique où se devinent les fruitsmûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), tout en bouche, de belle évolution. Le Chambolle-Musigny 2015, aux tanins soyeux et riches à la fois, au bouquetintense de cassis, de musc, un grand vin souple et fin, de belle structure et riche en couleur.
Goûtez le Vosne-Romanée 2015, puissant, structuré, est très élégant, avec des tanins riches et veloutés à la fois, aux connotations de mûre et d’épices, ce joli Bourgogne Aligoté 2016, et le Bourgogne rouge les Champs d’Argent 2015, de jolie robe, aux notes de fruits frais en bouche.

Frédéric ESMONINGEVREY-CHAMBERTIN Frédéric ESMONIN

Frédéric ESMONIN 

(GEVREY-CHAMBERTIN)

12, rue du Chêne
21220 Gevrey-Chambertin
Téléphone :09 79 66 20 27
Email : fredesmonin@orange.fr

Toujours à la tête des Premiers Grands Vins Classés.
Frédéric Esmonin est très satisfait du millésime 2017 dont la qualité est dans la lignée des 2016 et 2015. La quantité est elle aussi, bien présente, tout est réuni. Commençées précocement le 4 Septembre, les vendanges ont bénéficié d’un temps superbe avec des raisins parfaits, ce qui laisse augurer un millésime prometteur que nos papilles sauront apprécier. En 2018, est commercialisé le millésime 2016, mis en bouteilles en Octobre dernier.

On patiente avec ce splendide Gevrey-Chambertin Premier Cru Les Lavaux 2015, coloré, chaleureux, au nez de fruits rouges surmûris et de violette, charpenté, riche au nez comme en bouche, qui poursuit son excellente évolution. Le 2014 mêle finesse et charpente, très séduisant, aux connotations de fruits, de cannelle et d’humus au palais. de robe rouge teintée cerise noire, de bouche où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), charnu, associe charpente et distinction.
Le Chambertin Clos de Bèze 2010 est superbe, d’une belle couleur aux reflets violets, parfumé (mûre et violette), un vin bien corsé, aux tanins souples, aux nuances complexes en bouche où se mêlent la griotte et l’humus, alliant rondeur et charpente, de garde. Quant à son Ruchottes-Chambertin 2010, de belle matière, aux tanins fermes, aux senteurs de fruits noirs, d’épices et de sous-bois, un grand vin typé, majestueux, envoûtant, vraiment remarquable. Superbe 2009, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, fin et coloré, un vin racé qui dégage des nuances de fruits cuits (cassis, griotte) et de truffe au palais, parfait aujourd’hui sur un magret de canard au poivre vert ou un bœuf miroton.
Beau Gevrey-Chambertin Clos Prieur 2014, un vin aux connotations de réglisse et de cerise mûre, marqué par son terroir, de robe intense, tout en bouche.


Domaine BERTHAUT-GERBETFIXIN Domaine BERTHAUT-GERBET

Domaine BERTHAUT-GERBET 

(FIXIN)
Amélie Berthaut
9, rue Noisot
21220 Fixin
Téléphone :03 80 52 45 48
Email : contact@domaine-berthaut.com
Site : www.berthaut-gerbet.wine

Exploitation familiale (6e génération) de 16 ha. Les vignes sont cultivées dans le souci du respect du terroir, peu d’engrais et le minimum de traitements phytosanitaires afin de respecter l’environnement. Les vins sont élevés en fûts de chêne 18 à 24 mois selon les appellations et les millésimes, dont 20% en fûts neufs. Amélie Berthaut a repris les vignes de sa mère (Gerbet), plus celles de son père (Berthaut). Le millésime 2016 est actuellement disponible.
Le Fixin Premier Cru Les Arvelets 2015, de robe rubis intense, avec des arômes de fruits surmûris et d’épices, est complexe, d’une très belle charpente, aux tanins riches, un vin bien corsé, tout en bouche. Excellent Fixin Les Crais 2016, élevé 15 mois en fûts, riche en couleur comme en charpente, aux taninsamples, corsé, tout en bouche, chaleureux, aux nuances de fraise et de truffe, quand le 2015 développe des notes de cerise confite et d’humus, une bouche chaleureuse où dominent la mûre et la groseille, parfait, par exemple, sur un bœuf braisé aux carottes ou un foie de veau à la vénitienne.
Très grand Gevrey-Chambertin Clos des Chezeaux 2015, élevé 15 mois en fûts, issu d’un petit Clos situé juste en dessous des Premiers Crus, de robe pourpre, qui associe charpente et distinction, au nez caractéristique où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices, tout en bouche.
Le Vosne-Romanée 2015, élevé 13 mois en fûts, de robe pourpre, intense, aux tanins amples, est très équilibré, au nez dominé par les fruits rouges et la truffe, de bouche puissante et fondue à la fois, d’évolution prometteuse. Le 2015, est un vin de robe rubis intense, avec des arômes de fruits surmûris et de poivre blanc, bien charnu, très typique, complexe, avec des saveurs intenses.
Il y a aussi ce Vosne-Romanée Premier Cru Les Petits Monts, avec ce côté “fumé”, charmeur mais intense, au nez de prune, de sous-bois et de cerise à l’eau-de-vie, un vin bien marqué par son terroircharnu en bouche, d’excellente évolution.

Domaine François BERTHEAUCHAMBOLLE-MUSIGNY Domaine François BERTHEAU

Domaine François BERTHEAU 

(CHAMBOLLE-MUSIGNY)

5, rue du Carré
21220 Chambolle-Musigny
Téléphone :03 80 62 85 73
Email : domaine@francoisbertheau.com
Site : www.vinsdusiecle.com/domaine.bertheau

Au sommet. Domaine familial repris par François Bertheau en 2004, cinquième génération à exploiter ce vignoble de 6,22 ha. Les vignes sont âgées de 45 ans en moyenne. L’élevage se fait en fûts (dont 20 à 30% de bois neuf) pour une durée de 18 mois, le vin, non filtré, sera commercialisé 6 mois après sa mise en bouteillesSols argilo-calcaires.

François Bertheau est satisfait du millésime 2017 : fruité, bien coloré, un volume important et une qualité parfaite, un excellent vin gourmand. Il propose à la vente les 2016, dans toutes les appellations, puis, en 2019, les 2017. Pour lui, un seul principe : la continuité dans la qualité.

On est bien à la tête de son appellation avec ce superbe Chambolle-Musigny Premier Cru 2015, très typé, aux tanins mûrs, très équilibrés, alliant charpente et souplesse, avec des arômes complexes de prune, de sous-bois et de réglisse, ample en bouche, de très bonne garde. Le 2014, de robe brillante, est un vinsubtil, de bouche fondue, aux notes de griotte surmûrie et de poivre, charnu, où la finesse s’allie à un velouté savoureux, à présenter avec une terrine de faisan au foie gras ou un rôti de veau en croûte.
Le 2013 dégage un nez de griotte surmûrie, de jolie matière, soyeuse et ample, un vin très parfumé (cannelle, cuir et violette). Le 2012, aux arômes de fruitsmûrs (cassisfraise) et de réglisse, de bouche puissante mais distinguée, est un vin étoffé, coloré et complexe comme il le faut, d’excellente évolution. Beau 2010, tout aussi séduisant dans ce beau millésime, mêlant rondeur et structure, avec ces notes de prune, d’humus et de cannelle en finale, idéal avec un rôti de veau en croûte ou un canard sauvage.
Le Chambolle-Musigny Premier Cru Les Charmes 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, alliant structure et distinction, très classique, très parfumé, avec ces notes d’humus et et de fruits surmûris. Le 2014, de robe pourpre, a un nez où se devinent les fruits cuits, l’humus et les épices (cannelle, poivre), tout en bouche.
Son Chambolle-Musigny Premier Cru Les Amoureuses 2015, aux tanins savoureux et riches à la fois, généreux, coloré, avec cette finale charnue et charmeuse, dominée par les fruits à noyau et la cannelle. Excellent Chambolle-Musigny Village 2016, de couleur soutenue, aux tanins mûrs, aux arômes de framboise, de pivoine et d’épices.


Philippe LECLERCGEVREY-CHAMBERTIN Philippe LECLERC

Philippe LECLERC 

(GEVREY-CHAMBERTIN)

13, rue des Halles
21220 Gevrey-Chambertin
Téléphone :03 80 34 30 72
Email : philippe.leclerc60@wanadoo.fr
Site : www.philippe-leclerc.com

Au sommet. “De nombreuses générations ont permis de constituer mon patrimoine viticole, précise Philippe Leclerc. Succédant à mon père, j’ai, voici quelques années, repris le flambeau en m’efforçant de créer et de faire vivre mes vins dans le même état d’esprit que mes ancêtres. Dès l’adolescence j’ai été très attentif à me faire offrir cette fabuleuse richesse, faite de techniques et de passions, que les vignerons d’antan ont véhiculée de père en fils depuis des centaines d’années. De part mon éducation familiale, et parallèlement en recherchant le dialogue avec les anciens et les pairs du village, je me suis imprégné de la culture, de la compréhension et du respect de notre noble travail. Retrouvez dans mes vins la saveur et le charme qui ont fait la grandeur et la notoriété de notre vignoble depuis presque mille ans, telle est mon ambition, tel est le travail que je m’impose pour retrouver la typicité d’autrefois.”

Cette année, nous dit Philippe Leclerc, je propose les 2014 et 2015, deux supers millésimes, chacun avec leur spécificité. Les 2016 et 2017 vont être aussi deux très bons millésimes. J’ai en projet un agrandissement spectaculaire du musée, c’est prévu en 2018 ou début 2019.

Vous allez apprécier ce superbe Gevrey-Chambertin Premier Cru Les Cazetiers 2015 (sous-sol, dont les couches rocheuses très denses, rendent difficile la pénétration des racines qui alimentent la grappe), qui allie fermeté et distinction, au nez où dominent la myrtille et le poivre, puis, en bouche, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, fin et dense au palais, un vin où le velouté s’allie à la structure, d’une matière pleine, de garde comme le montre le 2010, un beau vin typé, mêlant concentration d’arômes et ampleur, au nez comme en bouche, avec ces notes de cerise noire macérée, de cuir et d’humus.
Le 2009 est formidable actuellement, l’un des plus jolis vins de la région, dans ce millésime, de couleur pourpre intense, aux tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, violette, poivre), alliant puissance et finessegras et intensité, idéal sur un cuissot de lapin au romarin ou un coquelet rôti au thym aux petits pois et artichauts, par exemple. Le 2008 est ample et velouté, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, fondu en bouche, très marqué par son terroir.
Très beau Gevrey-Chambertin Premier Cru La Combe aux Moines 2015, un vin très typé, qui développe des tanins mûrs et très équilibrés, alliant charpente et souplesse, avec des senteurs complexes de griotte et de réglisse, ample en bouche, tout en nuances. Le 2014 mêle finesse et richesse aromatique, une bouche suave et veloutée, très parfumée (fruits rouges surmûris, cannelle), un vin riche en couleur comme en charpente, d’une belle finale.
Le Gevrey-Chambertin Premier Cru Les Champonnets 2015, bien charnu et gras, dévoile un nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, avec ces notes persistantes de fumé, de mûre et d’épices au palais.
Il y a encore ce Gevrey-Chambertin En Champs 2015, de jolie robe grenat soutenu, bien charpenté, parfumé (griotte, humus…), est un vin ferme et soyeux à la fois, avec une bouche puissante et persistante où se décèlent la groseille cuite et le cuir. Excellent 2014, parfumé avec ces notes de mûre et de griotte, qui mêle finesse et structure, un vin aux tanins soyeux, bien corsé.


Pierre BOURÉE FilsGEVREY-CHAMBERTIN Pierre BOURÉE Fils

Pierre BOURÉE Fils 

(GEVREY-CHAMBERTIN)
Bernard et Jean-Christophe Vallet
13, route de Beaune
21220 Gevrey-Chambertin
Téléphone :03 80 34 30 25
Email : contact@pierre-bouree-fils.com
Site : www.pierre-bouree-fils.com

Au XIXe siècle, Pierre Bourée reprend à Gevrey-Chambertin un commerce de vins, fondé en 1864, et lui donne son nom. En 1922, son fils Bernard lui succède et crée l’enseigne actuelle: Pierre Bourée Fils. Il achète une parcelle de vignes en Grand Cru : Charmes- Chambertin. En 1945, Bernard Bourée commence à former son neveu, Louis Vallet. Celui-ci prend ensuite la direction de la maison, assisté de son frère François. Aujourd’hui, Bernard et Jean-Christophe Vallet dirigent la maison.
Exceptionnel Charmes Chambertin Grand Cru 2012, de belle robe pourpre, complexe au nez comme en bouche (griotte, épices, poivre), est riche, très classique, typé comme nous les aimons, un vin aux tanins fermes et fondus à la fois, de garde. Son Closde la Roche Grand Cru 2012 est particulièrement charmeur, aux tanins enrobés, un vin typé, ample, de bouche puissante, au nez envoûtant avec ces notes de violette et de pruneau.
Le Gevrey-Chambertin Clos de la Justice 2012, intense, est harmonieux, aux notes de sous-bois et de griotte mûre, de bouche ample et fondue, classique de ce millésime, un vin charnu, très parfumé, très fin, aux saveurs intenses à dominante de fruits mûrs au palais. Le Gevrey-Chambertin 2015, complet, parfumé au nez comme en bouche (violette, humus), de couleur pourpre intense, aux tanins amples, mêle puissance et finesse. À noter, La Table de Pierre Bourée, où l’on propose des menus-dégustation avec 5, 7 et 9 vins.

Domaine Pierre GELINFIXIN Domaine Pierre GELIN

Domaine Pierre GELIN 

(FIXIN)
Pierre-Emmanuel Gelin
22, rue de la Croix Blanche
21220 Fixin
Téléphone :03 80 52 45 24
Email : info@domaine-pierregelin.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/gelinpierre
Site : www.domaine-pierregelin.fr

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Le domaine est une propriété familiale d’une douzaine d’hectares sur les communes de Fixin et Gevrey-Chambertin. Depuis la prise en charge totale du domaine par Pierre-Emmanuel, pour la production et la vinification, quelques modifications culturales ont été apportées. Aucune utilisation d’herbicides, d’engrais autres que des amendements issus de l’Agriculture Biologique, d’insecticides et traitements antipourriture. Les sols sont travaillés mécaniquement et les contours enherbés. Les vignes sont effeuillées en tout début de véraison, de ce fait les raisins sont bien ventilés et l’état sanitaire très sain. En cuverie, avec le remplacement des cuves bois par des cuves Inox thermorégulées, le contrôle des températures est géré de façon plus précise. La vinification est traditionnelle tout en évoluant dans le but d’améliorer toujours la qualité, les Vins sont élevés en fûts de chêne, avec un pourcentage de fûts neufs variant selon les Crus et millésimes pour un léger boisé, pendant 20 à 22 mois. Les Vins sont ensuite mis en bouteilles à la propriété et ne sont commercialisés qu’après un an ou deux de stockage dans nos caves.

En 2013, nous dit Pierre-Emmanuel Gelin, j’ai changé tout mon matériel de réception, j’utilise un érafloir Pellenc, cela apporte beaucoup plus de profondeur à mes Vins. L’éraflage est assez tendre, on ne garde que les baies intactes, tout ce qui est lacéré, les pépins et les jus sont écartés, ce qui permet de faire des macérations intra-pelliculaires, je trouve que cela apporte plus de précision à mon travail. En vinification, un pigeage assez léger par jour pendant toute la phase pré-fermentaire pour, justement, essayer de conserver l’intégralité des baies puis ensuite, quatre pigeages par jour en pic de densité. J’ai entamé une conversion Bio, je suis en phase de certification et j’applique aussi quelques principes de biodynamie. C’est assez contraignant, j’ai commencé pour les Vins et maintenant j’applique certains de ces principes dans mes vignes. On essaye de se rapprocher des pratiques naturelles sans trop d’interventions sur les Vins.

Formidable Fixin Premier Cru Clos Napoléon 2014, vignes de 50 ans, vendanges manuelles, élevé 22 mois en fûts de chêne, aux tanins savoureux et riches à la fois, généreux, coloré et corsé, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle, un grand vin authentique et racé. Le 2013, au bouquet complexe où s’entremêlent des senteurs de petits fruits rouges très mûrs, de cuir, d’humus et de réglisse, est de belle garde. Le 2012 est de robe grenat noir, au nez de violette et de mûre, gras, avec des notes de poivre et de réglisse, charnu en bouche comme il se doit, de belle garde.
Remarquable 2011, de couleur intense aux reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges, d’épices, de gibier, aux tanins bien enrobés. Le 2010 est complet, de couleur pourpre, aux tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, groseille…), alliant gras et intensité, de belle garde. Le 2009 est dense, mêlant structure et distinction, au nez caractéristique où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), tout en bouche, charnu, de belle évolution, à prévoir sur un rôti de bœuf aux pruneaux farcis ou un pigeon aux légumes. Le 2008 est d’une grande complexité, au nez vraiment très typé, dominé par les fruits cuits et la réglisse, de charpente puissante, avec ces tanins bien présents, de bouche riche (griotte, humus, épices). Superbe 2007, intense au nez, qui associe structure et distinction, avec ces notes de fumé bien spécifiques, parfait aujourd’hui sur un civet de canard en velours ou des perdrix.
Exceptionnel Chambertin Clos de Bèze Grand Cru 2014, de robe pourpre, associe charpente et distinction, avec ce nez caractéristique où se devinent la prune, l’humus et la cannelle, un vin aux tanins très équilibrés, de bouche puissante avec des notes de fruits rouges cuits et de poivre, savoureux et intense à la fois. Le 2013, de robe pourpre, puissant au nez comme en bouche, d’une structure et d’une charpente tannique importantes, est de bouche dense, où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges cuits et de réglisse, de garde. Le 2012 déploie des connotations subtiles d’humus, de mûre et d’épices, tout en arômes, ample en bouche, fin et puissant à la fois, d’excellente garde, très typé.
Le Gevrey-Chambertin Clos de Meixvelle 2014, avec des arômes mûrs et complexes de cassis, de cuir, d’épices et de framboise, avec des tanins souples mais très équilibrés, est de bouche onctueuse, à la fois fine et persistante, un vin qui poursuit son évolution. Le 2013, de couleur grenat, aux tanins soyeux et riches à la fois, au bouquet intense de cassis, de musc, un grand vin souple et très fin, de belle structure. Le 2012 mêle charpente et finesse, de couleur soutenue, au nez concentré de griotte, tout en souplesse mais aux tanins présents, de garde. “Le Clos de Meixvelle issu d’un terroir assez fin, donne un vin avec des tanins plus fondus que sur le terroir de Fixin, où nous avons une texture d’argile beaucoup plus dense, qui donne des Vins plus rustiques; le terroir de Gevrey présente des argiles assez fines avec des petits cailloux de surface calcaire, ce qui donne des Vins assez élégants.” Savoureux Gevrey-Chambertin Clos Prieur Premier Cru 2014, aux senteurs de sous-bois et de griotte, un vin de caractère, qui possède une solide structure, associant concentration et finesse.
On poursuit avec ce Fixin Premier Cru Les Hervelets 2014, remarquable, a des connotations subtiles de cerise, d’humus, un vin charnu, aux tanins bien présents et savoureux à la fois. Le Fixin La Cocarde 2014, de robe pourpre intense, au nez envoûtant de truffe et de violette, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, est corsé comme il se doit, quand le Fixin 2014 sent les fruits rouges bien mûrs, de jolie bouche ample et parfumée.
Goûtez le Bourgogne Chardonnay le Dessus des Prielles 2015, de bouche florale et subtile, aux arômes de mirabelle et d’amande grillée, charmeur et croquant, un très joli vin, classique, ample, bien typé, vraiment très réussi.


Domaine des MONTS LUISANTSMOREY-SAINT-DENIS Domaine des MONTS LUISANTS

Domaine des MONTS LUISANTS 

(MOREY-SAINT-DENIS)
Jean-Marc Dufouleur
51, rue du Faubourg Madeleine
21200 Beaune
Téléphone :03 80 24 00 96
Email : jmdufouleur@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainedesmontsluisants

Au domaine, le 2017 s’annonce d’excellente facture, nous dit Jean-Marc Dufouleur, et si les deux prochaines décennies devaient être égales aux deux dernières, il n’y aurait pas à porter plainte, tant la nature a choyé la Bourgogne. Source d’émotions fortes au printemps par une série de 3 épisodes de gel qui
n’ont pas manqué d’impacter le volume de la récolte, au final, le millésime est excellent. le 2016 est un très beau millésime, très proche du 2010, solaire et puissant, mais pas trop, fondu, jamais assez.
Le 2015 a tout pour lui. Généreux et soyeux, sa puissance flirte avec l’élégance. C’est un gros numéro.
Et que dire des 2014 et 2012, des 2011 et 2009… C’est beau, c’est bon. C’est racé et il y a du vin. De robe pourpre ou tuilée, exaltant des arômes de violette, de cassis, de musc, d’épices ou de sous bois, riche de tannins soyeux et savoureux, opulent, souple, puissant ou gras, mais toujours servi à table, le choix du vin, ici, n’est plus qu’affaire de préférence, et de circonstance.
Pourquoi pas :
– Morey Saint Denis, en Pierre Virant 2013… sur un bar grillé
– Morey Saint Denis 1er Cru Les Monts Luisants 2010… et Charolaise, Limousine ou Blonde d’Aquitaine
– Morey Saint Denis 1er Cru les Genavrières 2007… contre un coq au vin
– Clos de la Roche, Grand Cru 2000… sur une ronde des fromages
Chacun saura comment, et plus que tout, avec qui, partager sa DML.”

Formidable Morey-Saint-Denis Premier Cru Les Monts Luisants 2015, sol argilo-calcaire et très caillouteux, vignes de plus de 36 ans, élevage en fûts de chênependant 18 mois, de grande race, soyeux, de couleur pourpre, aux tanins riches et savoureux, très parfumé (mûre, musc, épices…), alliant puissance et finessegras et intensité, tout en bouche, harmonieux, de garde. Le 2014 est aussi l’archétype de ce que doit être un très grand vin bourguignon où le velouté s’allie à la structure, la complexité d’arômes (fruits noirs, champignons, poivre…) à la subtilité d’une matière pleine et riche, un très grand vin. Le 2013, coloré et intense, aux tanins bien équilibrés, mêle charpente et souplesse, très élégant, avec des arômes mûrs et complexes de cassis et de groseille, riche au palais, d’excellente évolution.
Le 2012 est superbe, de robe rouge teintée cerise noire, de bouche très équilibrée, au nez où se devinent les fruits mûrs, l’humus et les épices (cannelle, poivre), opulent, mêlant charpente et distinction, un grand vin parfait sur un rôti de veau en croûte ou un canard aux navets, notamment.
Remarquable 2011, charnu, ample, aux tanins très structurés, au nez dominé par la mûre, la violette et l’humus, de bouche épicée et persistante, un vin qui possède des tanins puissants et très fins à la fois, d’un grand équilibre, de garde comme ce grand 2010, très harmonieux, intense, aux notes de cassis très mûr et d’épices, aux tanins fermes et serrés, mais veloutés à la fois, de bouche voluptueuse, complexe, où s’entremêlent le poivre, la prune, le cuir et la cannelle.
Exceptionnel 2009, puissant, aux tanins fondus, avec ces notes si caractéristiques de truffe et de petits fruits mûrs légèrement épicés, de garde. Le 2008 exhale des notes intenses de violette, de fruits surmûris (prune, groseille) et de cannellegras et charnu, aux tanins riches et harmonieux, de grande évolution. Superbe 2007, racé, de couleur profonde, plein, au nez complexe où dominent les fruits mûrs et les épices, aux tanins fondus et riches à la fois qui se goûte remarquablement actuellement.
On poursuit avec ce 2006, de bouche savoureuse, aux tanins fermes mais très élégants, au nez complexe dominé par la cerise et le cuir, de bouche étoffée, associe ce gras caractéristique de l’appellation à des notes finement épicées, formidable avec une pastilla de pigeon ou une bécasse flambée. Le 2005, dense et distingué, au nez très parfumé et typique dominé par la cerise et le cuir, très fin, est un vin puissant et gras, de très belle intensité, avec, en finale, des nuances de kirsch et d’humus.


   
Pour voir d’autres adresses, choisissez la première lettre du nom
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z – Tout voir

Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre provenant de “caillotes” et un autre de marnes kimméridgiennes, un Quincy ou un Pouilly-Fumé “silex” pour s’en assurer. Cela fait donc du bien … Lire la suite

Accédez directement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER DES VINS en cliquant sur le nom
Jean-Claude et Didier AUBERT
BARILLOT Père et Fils
Domaine Guy BAUDIN et Fils
Francis BLANCHET
Le LOGIS de la BOUCHARDIERE
Domaine des BOUQUERRIES
BOUVET-LADUBAY
CAVES de POUILLY-SUR-LOIRE
Domaine de la CHAISE
Domaine CHARBONNIER
Château du COING de SAINT FIACRE
Éric COTTAT
Château de CREZANCY
Domaine Serge DAGUENEAU & Filles
André DEZAT et Fils
Domaine Nathalie et David DRUSSÉ
Domaine DUBOIS
Domaine de la DURANDIÈRE
Domaine du CLOS de L’ÉPINAY
Domaine de l’ERMITAGE
Domaine de l’ÉTÉ
Domaine de la GARENNE
Domaine de La GAUTERIE
Domaine des GÉLÉRIES
GITTON Père et Fils
Domaine GOURON
Domaine de la GUILLOTERIE
Domaine Les HAUTES NOËLLES
Domaine LANDRAT-GUYOLLOT
Domaine Pierre MARTIN
Les Clos MAURICE
Château MONCONTOUR
Domaine de MONTIGNY
Michel MORILLEAU
Henry NATTER
Domaine de NOIRÉ
Domaine des OUCHES
Scea Roger PABIOT et ses Fils
Domaine de la PERRUCHE
Domaine PETIT & Fille
Domaine de la PETITE CHAPELLE
Domaine Jean-Paul PICARD & Fils
Domaine PLESSIS GLAIN
Earl POIRON-DABIN
Domaine R de La GRANGE
Domaine des RAYNIÈRES
Domaine Daniel REVERDY & Fils
Château des ROCHETTES
Domaine de ROCHEVILLE
Domaine de SARRY
Domaine David SAUTEREAU
Château de TARGÉ
Domaine TOPAZE
Domaine de la TOURLAUDIÈRE
Domaine TROTEREAU
Château La VARIÈRE
Thierry VERON
Domaine du VIEUX PRESSOIR

Rechercher par région :

Alsace 
Beaujolais 
Bordeaux
Bourgogne
Champagne
Jura 
Savoie
Languedoc 
Provence-Corse
Sud-Ouest-Périgord
Val de Loire
Vallée du Rhône

Consulter l’index général des producteurs
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z