L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est SITE-AMOURDUVINCOM.jpg.
www.amourduvin.com

Bonjour

La Boutique a ouvert et notre site www.amourduvin.com est également en ligne. Les prix des vins sont direct propriété : aucune marge ni commission ne sont prises par L’Amour du Vin !

Le Site marchand est particulièrement adapté pour la consultation sur un smartphone ou une tablette.

Chaque vigneron particulièrement bien présenté : photo de la bouteille, de lui, texte de présentation, commentaires de dégustation…

Plusieurs recherches : par régions, par couleurs, par prix. Frais de port réduits : à partir de 8,90 € seulement.
www.amourduvin.com

www.amourduvin.com

Bonjour

La Boutique a ouvert aujourd’hui et notre site www.amourduvin.com est également en ligne.

Il est particulièrement adapté pour la consultation sur un smartphone ou une tablette.

Vous allez voir que chaque vigneron particulièrement bien présenté : photo de la bouteille, de lui, texte de présentation, commentaires de dégustation…

Plusieurs recherches (en haut) : par régions, par couleurs, par prix.Bonne lecture !
www.amourduvin.com

Bonjour

La Boutique a ouvert aujourd’hui et notre site www.amourduvin.com est également en ligne.

Il est particulièrement adapté pour la consultation sur un smartphone ou une tablette.

Vous allez voir que chaque vigneron particulièrement bien présenté : photo de la bouteille, de lui, texte de présentation, commentaires de dégustation…

Plusieurs recherches (en haut) : par régions, par couleurs, par prix.Bonne lecture !
www.amourduvin.com

ARTICLE PARU DANS SUD-OUEST

– Une sélection de vins du Guide Dussert-Gerber, le vigneron à l’exclusivité de son appellation en souscrivant une adhésion annuelle, les consommateurs rémunèrent directement le vigneron car nous ne prenons aucune marge ni commission sur les ventes !

– Une Boutique moderne, élégante, climatisée, dirigée et tenue par Mélodie et Thibault, des dégustations avec de vignerons talentueux et passionnés, les occasions ne manqueront pas de pouvoir acheter sans se faire avoir…-

Notre Site marchand sera également opérationnel le 1 Décembre !

www.amouduvin.com

Boutique : 124 route de Léognan à Gradignan

C’est unique et c’est au top !

124 route de Léognan 33710 Gradignan

Une sélection de vins du Guide Dussert-Gerber, le vigneron à l’exclusivité de son appellation en souscrivant une adhésion annuelle, les consommateurs rémunèrent directement le vigneron car nous ne prenons aucune marge ni commission sur les ventes !

Une Boutique moderne, élégante, climatisée, dirigée et tenue par Mélodie et Thibault, des dégustations avec de vignerons talentueux et passionnés, les occasions ne manqueront pas de pouvoir acheter sans se faire avoir…

Notre Site marchand sera également opérationnel le 1 Décembre !

124 route de Léognan 33170 Gradignan

C’est unique et c’est au top !

Une sélection de vins du Guide Dussert-Gerber, le vigneron à l’exclusivité de son appellation en souscrivant une adhésion annuelle, les consommateurs rémunèrent directement le vigneron car nous ne prenons aucune marge ni commission sur les ventes !

Une Boutique moderne, élégante, climatisée, dirigée et tenue par Mélodie et Thibault, des dégustations avec de vignerons talentueux et passionnés, les occasions ne manqueront pas de pouvoir acheter sans se faire avoir…

Notre Site marchand sera également opérationnel le 1 Décembre !

On est ici dans la région où se mêlent de vrais terroirs, souvent en coteaux, et d’autres coins où le maïs pourrait y cotoyer la vigne. On a donc accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, et à des vins où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins très concentrés au détriment de la finesse.
Le Merlot, prédominant, est pourtant le raisin par excellence de l’élégance et de la souplesse, même s’il est aussi largement capable de s’exprimer dans le temps. Un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée.
De superbes bouteilles à 
Croque-Michotte, Corbin-Michotte, Cantenac, La Tour du Pin Figeac, Fonroque, Trotte Vieille

Balestard-la-Tonnelle, Laniote, Piganeau, Mauvinon
 (pensez toujours au rapport qualité-prix-plaisir), et nous ne sommes toujours pas preneurs de crus trop chers, sirupeux, qui ne sont pas dans le Guide.
Dans la lignée, les grandes valeurs sûres sont 
Orisse du Casse, Franc Lartigue, Guillemin La Gaffelière, Croix Meunier, Clos de Sarpe, Petit Mangot, Vieux-Pourret, Grâce-Fonrazade, Clos des Prince, Pasquette, Darius, La Marzelle, Destrier, Roylland, Fleur Gravignac, Vieux-Rivallon
… 


Château CROQUE MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CROQUE MICHOTTEChâteau CROQUE MICHOTTE (SAINT-ÉMILION)
Pierre et Lucile Carle

33330 Saint Emilion
Téléphone :05 57 51 13 64
Email : chateau@croque-michotte.fr
Site : www.croque-michotte.fr

Au sommet. Le vin est racé et distingué, très représentatif de ce que doit être un vrai grand vin de Saint-Émilion, et collectionne les récompenses, à un prix très doux ! On est loin des vins “bodybuildés”, sans âme ni terroir
“Pour la vendange 2019, le rendement est en hausse, nous explique Pierre Carle, nous avons ramassé une très bonne qualité de raisins et n’avons pas rencontré de problème particulier, au contraire, notre vignoble cultivé en Bio a très bien réagi à la chaleur.
Nous avons en effet une meilleure rétention d’eau dans nos sols sablonneux avec des argiles ferrugineuses, il y a une bonne restitution de l’eau et nos vignes n’ont donc pas souffert de la sécheresse.
Nous récoltons manuellement en cagettes, faisons du tri optique, foulage à l’encuvage suivi de vinification sans sulfite. Nous ensemençons la vendange pour éviter que les mauvaises bactéries ou mauvaises levures ne se développent d’une manière incontrôlable.
Les vins sont plus purs, c’est un véritable gain organoleptique. Nous élevons nos vins deux ans en barriques neuves à 60% et le reste d’un vin.
Le 2017 a reçu un très bon accueil de la part de nos importateurs, dès les Primeurs, le 3/4 de la récolte étaient déjà vendus ! Malheureusement en petite quantité à cause du gel. C’est un vin succulent d’une belle concentration peut-être un peu moins que le 2016 qui a reçu la médaille d’Or au Challenge International du Vin. Ce 2017 a obtenu le prix spécial du jury pour le meilleur vin Bio du monde, c’est une grande satisfaction pour nous.
Le 2018 est un vin très concentré, nous avons un terroir très privilégié, côté Pomerol, nous avons des voisins prestigieux tels que Gazin, l’Evangile et Petrus, et côté Saint-Emilion, La Dominique, Cheval Blanc, Corbin Michotte…
Nos sols sont enrichis du limon de la rivière l’Isle, des sables anciens, des graves sur lesquels s’épanouissent à merveille le Merlot. Cela donne des vins concentrés mais féminins, très élégants, des vins très agréables à déguster dans leur jeunesse, même si nous avons des bouteilles de plus de 70 ans qui se goûtent particulièrement bien.
Les 2018 ont un nez très aromatique où s’entremêlent des notes de fleurs, de fruits, jus de raisin frais, en bouche, les tannins même encore jeunes, tapissent de manière veloutée le palais, belle finale longue et persistante. Nous faisons 25 hl/ha de rendement et attendons la parfaite maturité, c’est aussi pourquoi, nos vins sont si aromatiques.
Nous avons un programme de replantation en cours, nos plus vieilles vignes ont été plantées en 1922 et sont toujours en bon état.
Nous avons rapporté plusieurs semi-remorques de fumure organique, il nous faut un sol vivant avec beaucoup de vers de terre. Nous ne voulons pas doper la vigne, les vins ne seraient pas intéressants et le terroir se fatiguerait trop vite.
Programme en cours : nous relevons nos hauteurs de palissage depuis plus de 10 ans en mettant des piquets plus élevés afin d’augmenter de 40 cm.
Nous avons ainsi une meilleure surface foliaire, nous souhaitons avoir plus de feuilles pour le même nombre de grappes, nous obtenons ainsi plus de tannins et plus de couleur, plus de parfum, plus de sucre, donc plus de degrés. C’est surtout la lumière qui est indispensable : plus on a de feuilles, plus on a de synthèse chlorophyllienne, plus on va capter les frétons du soleil. Si on cultive bien la vigne, le jour de la vendange tout est joué !
Si les raisins sont bons, le vin sera bon, avec la chimie on ne pourra jamais compenser la matière première, le terroir… plus l’année est lumineuse et mieux le raisin se porte.”

https://www.youtube.com/embed/0k1uxRk92VA



Vraiment superbe, ce Saint-Émilion GC 2017, corsé, aux tanins mûrs, au nez dominé par des nuances de cerise noire et de cuir, alliant rondeur et structure, avec une touche légèrement épicée, un vin qui demande à être attendu quelque temps mais qui s’apprécie déjà. Toujours exceptionnel, le 2016, généreuxplein de charme, de couleur soutenue, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin gras, tout en bouche, d’une belle persistance, avec ces nuances de fruits compotés au palais, de garde, naturellement. Formidable 2015, récompensé déjà par pas moins de cinq médailles lors de Concours (bravo !) : 1 Grand Or, 2 en Or et 2 en Argent, intense et chaleureux, charpenté, coloré et parfumé, aux connotations de truffe et de griotte mûre en finale, un vin qui révèle des tanins puissants et très fins à la fois. 
Le 2014 commence à se goûter vraiment remarquablement bien, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, des tanins soyeux, tout en bouche, très savoureux déjà, même s’il a un réel potentiel d’évolution. Le 2012, de couleur grenat intense, bien charnu comme nous les aimons, aux notes de pruneau, un vin marqué par son équilibre et son harmonie, qui associe puissance et distinction, parfait avec un carré d’agneau rôti ou des noix de veau, sauce au romarin. Le 2011, tout en finesse, se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois. Le 2010 est superbe, de base tannique importante et très équilibrée, aux arômes de fruits rouges cuits, de truffe, d’épices et de sous-bois, un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de matière. Le 2009, n’a rien à lui envier, très typé, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant en bouche, certainement l’une des plus belles réussites de l’appellation dans ce millésime. Quant à ce 2008, lui aussi parfait actuellement, de couleur soutenue, il est d’une belle charpente, structuré, aux connotations de réglisse, de sous-bois et de cerise macérée, de bouche savoureuse. Excellent 2007, suave et chaleureux, aux connotations de truffe et de griotte mûre, tout en finale. Gage de ce que donne l’évolution d’un vrai grand vin, le 2001 est formidable actuellement, racé, velouté, parfumé, un vrai régal !
Château BALESTARD La TONNELLESAINT-ÉMILION Château BALESTARD La TONNELLEChâteau BALESTARD La TONNELLE (SAINT-ÉMILION)
Jacques et Thierry Capdemourlin

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 74 62 06
Email : info@vignoblescapdemourlin.com
Site : www.vignoblescapdemourlin.com

Balestard est l’un des trois crus de la famille Capdemourlin, 10 ha 60, sols argilo-calcairesMerlot 70%, Cabernet Franc 25% et Cabernet-Sauvignon 5%.
Thierry Capdemourlin nous dit que “la récolte 2019 est très jolie en qualité et en quantité. Cela va être un millésime exceptionnel, ample, riche, équilibré, très généreux en bouche, très élégant, il fait partie de la lignée des très grands millésimes à Bordeaux.
Nous commercialisons le 2017, ce millésime n’a pas toujours bonne réputation, c’est l’année du gel, or à Balestard, nous avons été épargnés, un peu moins sur les autres propriétés. Au Château Balestard, nous avons 28 h l/ha ce qui est tout à fait correct, par contre seulement 11 hl/ha au Château Capdemourlin.
Nous avons trié pour faire des vins de qualité aux arômes de fruits rouges, c’est un vin élégant, de belle structure, très agréable à apprécier déjà. Nous le présentons actuellement et il plait beaucoup, ce 2017 mérite vraiment d’être dégusté.
En 2018, rendement moyen, c’est un très grand millésime, arômes de fruits noirs bien mûrs, beaucoup de sucrosité en bouche, les baies étaient petites et très concentrées. Nous sommes séduits par le beau volume en bouche, belle générosité, beaucoup de caractère. Il sera mis en bouteilles courant Juin.
Jacques Capdemourlin ajoute “ce 2019 est un vin réjouissant, complet, juteux en bouche, suavegénéreux, on se trouve en présence d’un millésime exceptionnel qui fera date, il me fait penser au 2016. Nous avons su attendre la maturité et avons bénéficier d’une petite pluie qui est arrivée pour empêcher le stress hydrique, l’évolution des fruits a été favorisée ainsi que la maturité. Ici, sur nos domaines, nous attendons toujours la maturité de nos Cabernets afin que les maturités Merlot/Cabernet soient équivalentes. Le 2019 est un millésime de garde au beau potentiel.
Nous poursuivons l’évolution de la propriété. Après avoir rénové le cuvier, les chais, où, après un tri sélectif, nous vinifions par gravité, ce qui est important pour la qualité, l’accueil, un nouveau lieu de dégustation. En effet, nous avons aménagé un nouveau lieu de réception avec une terrasse surplombant les vignes avec vue sur la cité de Saint-Emilion.”
Remarquable Saint-Émilion GCC Château Balestard La Tonnelle 2017, d’une belle couleur rubis profond, avec des arômes de fruits rouges mûrs, d’épices et de vanille, c’est un vin ample, charmeur, de belle matière. Superbe 2016, de couleur soutenue, très équilibré, au nez complexe de cassis, de prune et d’épices, associant rondeur et structure, un vin très bien élevé, gras, tout en bouche, d’une belle persistance, idéal lors de vos repas de famille ou entres amis sur une cuisine traditionnelle, de terroir. Le 2015, est un vin avec beaucoup de structure, très bien équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente élégante, de bouche ronde mais puissante, dominée par les fruits macérés et l’humus, de fort belle garde. Le 2014, riche en couleur, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, tout en finesse mais corsé. “Concernant le 2014, nous avons vendangé vers la mi-octobre. Dans l’ensemble de nos propriétés les robes sont homogènes, le vin est généreuxvineux, ample, notes de cerise noire et de truffe, bouche superbe, dense et racée, des tanins remarquablement enrobés par un boisé délicat. Finale longue et persistante, un superbe vin de garde. Pour le Château Cap de Mourlin, la robe est grenat intense, notes de fruits noirs, attaque franche et fraîche, belle concentration, tanins serrés, gras et onctueux, un très grand vin de terroir. Nous cherchons à obtenir cette complexité aromatique en vendangeant tardivement et en faisant de petits rendements de 35hl/ha. Nous avons prolongé l’élevage en barriques de 15 à 18 mois.” Le 2013, de robe grenat foncé, au bouquet développé avec des nuances fruitées et giboyeuses, aux tanins harmonieux, tout en bouche, fin et corsé à la fois, un vin charmeur. 
Séduisant Saint-Émilion GCC Château Cap de Mourlin 2016, aux nuances de truffe et de framboise, aux tanins souples, mêlant charpente, élégance et puissance aromatique, de couleur pourpre, avec des senteurs de fruits rouges surmûris. Le 2015, est généreux, de teinte grenat soutenu, dense au nez comme en bouche (cassiscannelle), bien équilibré avec ses tanins savoureux. Le 2014, qui mêle concentration d’arômes et ampleur, a des notes de cerise noire macérée, de cuir et d’humus, a une bouche savoureuse.
Quant à leur Montagne-Saint-Émilion Château Roudier 2016, avec un nez où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, qui mêle rondeur et harmonie, aux tanins amples, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2015, toujours à la tête de son appellation, très classique, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, c’est un vin au nez de fruits rouges surmûris, légèrement épicé en finale, de très bonne charpente, de bouche puissante.Château CANTENACSAINT-ÉMILION Château CANTENACChâteau CANTENAC (SAINT-ÉMILION)
Nicole Roskam-Brunot
2, Cantenac – RD 670
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 35 22
Email : johan.roskam@chateau-cantenac.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucantenac
Site : www.chateau-cantenac.fr



Nicole Roskam­-Brunot et ses fils, 4e génération, perpétuent leur savoir-faire avec passion et ont célèbré leurs 80 ans à la tête du Château Cantenac, une belle histoire de famille ! Prenez le temps de découvrir les très jolis vins de leurs domaines et d’aller à leur rencontre.
La Famille Roskam nous dit “2017 est un millésime qui marque la 80e année de notre famille aux manettes du Château Cantenac ! Un beau chemin parcouru depuis qu’Albert et Emilie Brunot se sont installés sur la propriété en 1937.
Ce 2017 est un beau millésime classique, de belle couleur, bonne homogénéité, souligné par une bonne fraicheur.
Le 2018 est un grand millésime, riche et puissant, particulièrement concentré et apte à une bonne garde. Vin généreux qui présente assez de souplesse dans sa jeunesse pour charmer les consommateurs.
Le 2019 est un très beau millésime issu d’un été très chaud, récolte au rendement modéré. Le terroir du Château Cantenac riche en sous-couches de graves et d’argiles a permis à la vigne de poursuivre sa maturation dans de très bonnes conditions. L’effeuillage a volontairement été limité pour protéger les baies du soleil. Les vendanges se sont déroulées sous un beau temps du 19 Septembre (date d’anniversaire de Johan Roskam) jusqu’au 3 Octobre. Très belle couleur sombre, extraction bien maîtrisée par Frans Roskam, c’était essentiel pour assurer des tanins fins. Les très bons Cabernets francs et sauvignons apportent un équilibre à l’ensemble.
Depuis 2019, inscription pour l’obtention d’un certificat Haute Valeur Environnementale pour entériner notre engagement dans une viticulture respectueuse de l’environnement. Notre Château La Lauzette-Declercq a validé sa certification Haute Valeur Environnementale en 2019.
En 2020, nous fêtons les 150 ans de la création du Château Cantenac, c’était en 1870.
Une belle histoire de famille depuis les Despujols qui sont à l’origine du domaine.
L’œnotourisme se développe au Château Cantenac, un moment de partage et de découverte : visite Classique d’une heure avec dégustation de 3 vins, visite Prestige de 1h30 et déjeuner-dégustation (visite incluse) à partir de 20 personnes.
Château Cantenac est accrédité “Vignobles et Découverte” de la Route des vins de Bordeaux et a remporté un coup de cœur au Best of du Tourisme.”
Vous allez adorer comme nous leur Saint-Émilion GC 2017, de robe grenat, est un beau vin ample, aux notes de petits fruits rouges frais, d’épices et de truffe, aux tanins d’une grande suavité, une belle réussite !
Remarquable Saint-Émilion GC 2016, d’une robe d’un rouge rubis intense, de bouche veloutée, légèrement épicée, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûrie, c’est un vin qui devrait tenir toutes ses promesses.
On est incontestablement sous le charme de leur 2015, terroir de sable sur graves et argile bleue, 75% Merlot et 25% Cabernets, il est vraiment remarquable, où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, particulièrement charmeur, fin et coloré, un vin aux tanins savoureux, légèrement épicé au palais comme il se doit, bien charnu, très prometteur. 
Le 2014, médaille d’Or Féminalise, est de belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées et réglissées, où élégance, équilibre des tanins et persistance sont en harmonie. Très joli Sélection Madame 2016 il est puissant et chaleureux, aux nuances finement toastées, c’est un vin riche en matière, tout en couleur, avec en bouche ces notes subtiles et intenses de kirsch et de fruits rouges surmûris, aux tanins puissants mais bien fondus, très harmonieux et prometteur. Le 2015, médaille d’Argent Concours de Bordeaux, de belle teinte grenat foncé, avec ce nez d’épices et de fruits rouges à noyau très mûrs, est un vin bien charpenté, parfumé en bouche, aux tanins bien présents mais soyeux. 
Il y a encore ce Haut-Médoc Cru Bourgeois Château La Lauzette 2016, très équilibré, riche, gras et complexe, ample au nez comme en bouche, aux tanins fondus, il est chaleureux, riche en couleur comme en matière, très aromatique (fruits mûrs, sous-bois, truffe). Excellent 2015, il est dense, aux nuances de fumé et de fraise des bois mûre, intense, de robe soutenue, aux tanins bien présents, d’excellente garde.
Goûtez également le Lussac Saint-Émilion Moulin de Grenet 2016, charnu comme on les aime, gras et bien structuré, complexe, aux connotations épicées, qui allie une bonne base tannique à une finesse persistante en bouche.Château CORBIN MICHOTTESAINT-ÉMILION Château CORBIN MICHOTTEChâteau CORBIN MICHOTTE (SAINT-ÉMILION)
Famille Boidron

33330 Saint Emilion
Téléphone :05 57 51 64 88
Email : vignoblesjnboidron@wanadoo.fr
Site : www.boidron.info

Au sommet, tant ce cru associe élégance et typicité. La famille Boidron a commencé l’élaboration du vin à partir de 1760. De génération en génération, le vignoble s’est étendu et comprend aujourd’hui 70 ha de vignes sur 6 appellations.Le Château Corbin Michotte est situé dans la zone graveleuse de Saint-Émilion. Son vignoble de 7 hectares se trouve entre Pomerol et Saint-Émilion, proche de Cheval Blanc, Figeac et de Petrus pour sa limite Pomerol. La famille est partie prenante : Jean-Noël Boidron (Œnologue, ancien Professeur à l’Institut d’œnologie de Bordeaux, Membre de l’Académie Internationale du Vin et de l’Académie des Vins de France), Hubert Boidron (Œnologue, responsable de production vignes et Vins), Emmanuel Boidron (Master Marketing, DUAD, responsable commercial), Isabelle Boidron (DESS Gestion et Droit vitivinicoles).
La typicité du vin est due à son sol sablo-limoneux noir reposant sur un sous-sol sablo argileux fortement ferrugineux (crasse de fer), avec quelques graves en surface. Il s’agit d’une nappe alluviale de l’Isle. La vendange est effectuée à la main, les raisins sont triés manuellement sur une table de tri vibrante. Longue macération avec dégustation quotidienne. L’élevage se fait en fûts neufs et de un vin pendant 18 à 24 mois. Leur proportion en est décidée chaque année en fonction de la dégustation. Les arômes du bois ne doivent jamais effacer le fruité dû au terroir, mais seulement l’enrichir.
Dans un cru de la famille Boidron, il y a une philosophie qui exprime, comme dans les arts, un choix esthétique défini par cette devise : Excellence, Harmonie, Humilité.”
Pour Hubert Boidron, “2019 est un bon millésime avec une arrière-saison ensoleillée, ce qui a pour résultat une très bonne maturité des raisins. Nous avons procédé à une vendange “à la carte”.
Nous avons pu ramasser les parcelles les plus mûres afin de laisser les autres terminer tranquillement leur maturation sans être dérangées par la pluie.
Je l’ai goûté récemment, c’est très prometteur, il poursuit son élevage.
Le 2018 est mis en bouteilles au mois de Mai-Juin, c’est un vin aux beaux tanins bien présents, très beaux arômes de fruits mûrs, le 2019 lui ressemblera à mon avis. Le 2018 me fait penser au 2015, un vin d’un bon potentiel de garde.
Au Château Corbin-Michotte, nous avons maintenant une traction animale pour le travail du sol. Nous labourons avec des bœufs. Cela fait deux ans que nous les faisions dresser. C’est une très belle aventure, j’ai l’impression de renouer avec la tradition de mes grands-parents et arrière-grands-parents.
Cela comporte plusieurs avantages, tout d’abord, un effet environnemental très positif, pas de moteur, pas d’énergie fossile, les bœufs pâturent l’herbe, donc pas de désherbant chimique.
L’autre avantage est de réintroduire l’animal dans l’équipe de travail, ce rapport de l’homme à l’animal est très intéressant. C’est un véritable plaisir, ce sont des bêtes très sympathiques, très agréables, je ne m’y attendais pas, c’est très réjouissant pour tout le monde !”
Remarquable Saint-Émilion GC 2016, de robe pourpre, intense, aux tanins amples, à la fois riche et souple, très équilibré, très charnu, au nez dominé par les fruits rouges et la truffe, de bouche puissante et fondue à la fois, de belle évolution. Superbe 2015, un grand vin de couleur grenat, aux tanins très équilibrés, au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et les épices, un vin riche en couleur et en arômes, aux notes de fruits macérés en finale, de bouche savoureuse, de garde. Le 2014, de belle robe pourpre, complexe au nez comme en bouche (griotte, épices, poivre), classique, est typé comme nous les aimons, aux tanins fermes et fondus à la fois. Le 2013 est particulièrement harmonieux, très élégant, au bouquet dominé par l’humus et les petits fruits rouges frais, de bouche ample.
Beau 2012, avec ce nez de griotte surmûrie, un vin qui est complexe, aux tanins bien équilibrés, d’une richesse réelle et persistante, avec des notes de prune cuite, finement poivré, idéal avec des paupiettes de veau en cocotte ou une côte de bœuf marchand de vin. Formidable GCC 2009, un grand vin marqué par l’élégance, très typé, au nez d’humus et d’épices, associant richesse et finesse en bouche, coloré et charnu, aux tanins puissants et souples à la fois, qui commence à se goûter remarquablement actuellement, à prévoir sur un carré d’agneau ou des magrets de canard aux cèpes.
Vous allez aimer aussi leur Montagne-Saint-Emilion Château Calon 2016, sol argilo-calcaire sur calcaire à astéries, aux arômes de fruits noirs intenses et de fumé, de bouche dense, tout en complexité, aux tanins savoureux, finement épicé. Le 2015, de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de myrtille et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, c’est un vin de très bonne garde. Magnifique Pomerol Château Cantelauze 2016, Merlot 90%, Cabernet franc 10%, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, de bouche bien charnue, c’est un vin coloré et dense, qui allie puissance et finesse. Joli 2015, au nez de cerise mûre, avec des senteurs de groseille et de cuir, c’est un vin généreux et harmonieux, de robe carmin intense, et développe une bouche persistante.

Château DARIUSSAINT-ÉMILION Château DARIUSChâteau DARIUS (SAINT-ÉMILION)
Michel et Odette Pommier – GFA Des Pommier

33330 Saint-Laurent-des-Combes
Téléphone :06 24 38 06 83
Email : gfadespommiers@orange.fr

Un vignoble de 6 ha 60 sur sols argilo-calcaires, en agriculture raisonnée. 
Excellent Saint-Émilion GC Darius 2016, il est riche au nez comme en bouche, charnu, puissant, aux nuances de fruits macérés et d’épices, d’une belle complexité, avec des tanins denses et veloutés. Le 2015, récompensé d’une médaille d’Or au concours de Mâconharmonieux, dense, au bouquet subtil, qui développe une bouche délicate, où la mûre s’associe à la framboise bien mûre, aux tanins bien enrobés. Le 2014, 60% Merlot, 40% Cabernet franc, au nez subtil où dominent le cuir, la cerise et les épices, un vin velouté et riche, d’une belle persistance et de très bonne garde.Château FONROQUESAINT-ÉMILION Château FONROQUEChâteau FONROQUE (SAINT-ÉMILION)
Direction : Alain Moueix

33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 60 02
Email : info@chateaufonroque.com
Site : www.chateaufonroque.com

La famille Moueix a vendu, en 2017, suite à des nécessités successorales, le Château Fonroque à la famille Guillard, assureurs basés à Nantes. Pour autant, Alain Moueix et son équipe restent en charge du Château Fonroque avec la mission de poursuivre le travail entrepris. Le Château Fonroque est certifié en Agriculture Biologique et c’est l’une des figures d’avant-garde de la Biodynamie à Bordeaux. Alain Moueix est à l’origine du renouveau qualitatif de cette propriété depuis 2001.
Ses méthodes reposent sur l’observation et le travail minutieux d’un terroir vivant et permettent au domaine de livrer des vins dont la réputation ne cesse de grandir depuis une quinzaine d’années. Parmi les divers travaux de rénovation visant à accompagner le développement significatif du cru, la construction d’un nouveau cuvier est d’ores et déjà à l’étude.
Remarquable Saint-Émilion GCC 2017, 93% Merlot et 7% Cabernet franc, il est généreux, de teinte grenat soutenu, dense au nez comme en bouche (cassiscannelle), bien équilibré avec ses tanins savoureux. Le 2016, issus de vignes cultivées en Bio et Biodynamique, d’une belle couleur rubis profond, avec des arômes de fruits rouges mûrs, d’épices et de vanille, c’est un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup d’ampleur.
Dans la lignée, le 2015, de robe grenat brillante, au nez complexe avec des arômes de fruits rouges, en bouche, une attaque franche avec un bel équilibre entre l’acidité et le boisé, on retrouve bien les fruits rouges du bouquet. Voir le Château Mazeyres à Pomerol.Château FRANC LARTIGUESAINT-ÉMILION Château FRANC LARTIGUEChâteau FRANC LARTIGUE (SAINT-ÉMILION)
Elisabeth et Jean-Pierre Toxé – Vignoble Marcel Petit
2 la Rouchonne
33330 Vignonet
Téléphone :05 57 40 33 03
Email : contact@vignobles-petit.com
Site : www.vignobles-petit.com

La Scea des Vignobles Marcel Petit, fut créée en 1986 par Marcel Petit , dès 1988, la société s’est enrichie avec les Châteaux Franc Lartigue et Grande Rouchonne (Saint-Émilion), puis, en 1997, la gestion des vignobles est confiée à Élisabeth et Jean-Pierre Toxé, respectivement fille et gendre de Marcel Petit. Le terroir est constitué de sable et de graves, les sols sont travaillés un rang sur deux, les autres rangs étant engazonnés. Domaine en démarche qualitative tout en respectant l’environnement (certification HVE 3).
Jean Pierre Toxé “met en vente cette année, les Saint-Emilion Grand Cru 2014, 2015, 2016 et, en Juin, les 2018.
Pour nous, les vendanges se sont bien déroulées, bien que le gel de printemps nous ait privé du volume attendu, mais la qualité est omniprésente. Le millésime 2019 est bien structuré, fruité, coloré, délicatement tanniquerond, avec des degrés élevés aux alentours de 14°, c’est un grand vin !’
Très joli Saint-Émilion GC 2016, aux notes de fruits rouges mûrs caractéristiques, aux tanins à la fois riches et soyeux, de bouche ample, très réussi. Vous allez apprécier aussi le 2015, issu de vignes de 42 ans, assemblage de 70% de Merlot et parts égales de Cabernets Franc et Sauvignon, 12 mois en barriques dont 1/3 de fûts neufs, aux senteurs d’humus et de cassis mûr, un vin de bouche ample et fondue, riche en arômes (cerise noire, cuir, sous-bois) comme en structure. Le 2014, a une robe rouge cerise limpide, développe un nez de griotte mais aussi des arômes de cassis et de pivoine.Château La GRACE FONRAZADESAINT-ÉMILION Château La GRACE FONRAZADEChâteau La GRACE FONRAZADE (SAINT-ÉMILION)
François-Thomas et Bénédicte Bon – Earl Persevero
4, route de Jaquemeau
33330 Saint-Emilion
Téléphone :06 70 02 81 67
Email : persevero@lagracefonrazade.com
Site : www.lagracefonrazade.com

Le Château connaît une deuxième vie depuis 2013, lors de son rachat par François-Thomas Bon, et les nouveaux chais ultra-modernes répondent au niveau d’exigence qualitative et technique. Les parcelles sont plantées sur 3 profils distincts : les sols marquées par la grave fine, les parcelles sur argilo-calcaire et enfin les sols sablo-argileux très riches en minerai de fer. Agriculture Biologique, dans le respect des sols et de la nature (les Saint-Émilion dès le millésime 2013, les Bordeaux depuis le 2016).

https://www.youtube.com/embed/D44XOcM0E2I


Pour François-Thomas Bon, “en cette année 2020, vous trouverez à la vente le Blanc Château La Grâce-Fonrazade 2017, le Saint-Émilion Grand Cru Château La Grâce-Fonrazade 2016 puis 2017, le Saint-Émilion Grand Cru Persevero du Château La Grâce-Fonrazade 2016, 2017, et en Automne le 2018, le Bordeaux rosé Pink Peak 2019 (frais et gras) et le Côtes de Castillon Château de Gardégan 2016 puis 2018.
Etant donné que nous sommes en Agriculture Biologique, notre sensibilité à l’évolution des sols est d’autant plus marquée à garder un vignoble en excellent état. Chez nous les vendanges ont apporté la quantité et la qualité, les vins 2019 sont fins, longs en bouche, élégants.”
Coup de cœur pour ce Saint-Émilion Grand Cru Château La Grâce Fonrazade 2017. un vin de couleur grenat intense, complexe au nez comme en bouche, distingué, aux connotations de cerise confite et d’humus, qui possède des tanins amples et denses.
Le Saint-Émilion GC Persevero du Château La Grâce Fonrazade 2017, 100% Merlot noir, est remarquable, marqué par des notes d’épices à dominante de fruits rouges mûrs et de violette, un vin de bouche pleine et riche, de très bonne évolution.
Suave Bordeaux Blanc Château La Grâce Fonrazade 2017, tout en finesse, aux arômes floraux où l’on retrouve l’acacia, il est très séduisant, avec des nuances de pomme fraîche en bouche. Le Côtes de Castillon Château de Gardegan 2018, est un vin structuré, ample, avec des tanins riches et qui se fondent bien, des arômes de fruits bien mûrs (cassisprune…), Et bien entendu pour l’été, sur la gourmandise, ce Bordeaux rosé Peak Pink 2019.Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈRESAINT-ÉMILION Château GUILLEMIN LA GAFFELIÈREChâteau GUILLEMIN LA GAFFELIÈRE (SAINT-ÉMILION)
Sylvie Courreaud-Fompérier
La Gaffelière
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 74 46 92
Email : lecellierdesgourmets@wanadoo.fr
Site : www.lecellierdesgourmets.fr

Vignoble de 14 ha sur sol et sous-sol argilo-calcaire (62% Merlot noir, 25% Cabernet franc, 10% Cabernet-Sauvignon et 3% Malbec), avec une moyenne d’âge des vignes de 30 ans (labour des sols, vendanges manuelles triées, é́levage en barriques…).
Excellent Saint-Émilion GC 2016, riche en couleur comme en matière, au nez intense de fruits noirs et d’humus, légèrement épicé, de bonne bouche, classique de ce beau millésime, très prometteur. Le 2015 est un vin généreux, aux nuances de fruits rouges mûrs (prunefraise des bois), légèrement épicé en bouche, charpenté, avec des tanins équilibrés.Quant au 2014, il est savoureux, corsé, aux tanins souples, c’est un joli vin où se mêlent la griotte bien mûre, le poivre et la fraise des bois. A découvrir également le Clos Castellot 2017, très charmeur, tout en souplesse, aux tanins fins, de bouche fruitée et charnue, c’est un vin charpenté.Château LANIOTESAINT-ÉMILION Château LANIOTEChâteau LANIOTE (SAINT-ÉMILION)
Arnaud et Florence de la Filolie
3, La Niotte
33330 Saint Emilion
Téléphone :05 57 24 70 80
Email : contact@laniote.com
Site : www.laniote.com

Le Château est dans la famille d’Arnaud de la Filolie depuis près de deux siècles. Le vignoble de 5 ha, orienté principalement sud-est, est d’un seul tenant sur le haut du plateau argilo-calcaire de Saint-Émilion (80% Merlot, 15% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon. L’âge du vignoble est de 35 ans, vendanges manuelles, vinifications traditionnelles avec éraflage total et tri des raisinscuvaison longue, maîtrise des températures, pressurage vertical modéré, fermentation malolactique en fûts neufs, vieillissement durant 12 mois en fûts de chêne.
Superbe Saint-Émilion GCC 2017, de couleur grenat, aux tanins savoureux, très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et de poivre.
Le 2016, typé, savoureux, corsé, tout en bouche, au nuances de fraise des bois, de truffe et d’humus, un vin intense, qui associe finesse et charpente, très parfumé en bouche (truffe, groseille), aux tanins fermes mais soyeux, de garde.Château La MARZELLESAINT-ÉMILION Château La MARZELLEChâteau La MARZELLE (SAINT-ÉMILION)


33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 55 10 55
Email : info@lamarzelle.com
Site : www.lamarzelle.com

C’est en 1998 que la famille Sioen achète la propriété et s’emploie à lui redonner ses lettres de noblesse. La Marzelle s’étend sur un superbe terroir de graves, d’argiles et de sables: la Haute Terrasse de Saint-Emilion, qui a été formée, il y a 2 millions d’années au pléistocène inférieur par l’Isle qui coulait par ici jusqu’à la Dordogne. D’où l’explication des galets rubéfiés. Une orientation Bio a été prise depuis 1988, avec l’utilisation de cuivre, de soufre, de calcium et de tisanes.
Superbe Saint-Émilion GCC 2016, un vin de couleur grenat intense, complexe au nez comme en bouche, distingué, aux connotations de cerise confite et d’humus, qui possède des tanins amples et denses, de garde, bien sûr. Le 2015, est un beau vin charnu, épicé, de bouche soyeuse, riche et corsée, un vin concentré, avec une jolie finale légèrement poivrée, de belle évolution. Château MAUVINONSAINT-ÉMILION Château MAUVINONChâteau MAUVINON (SAINT-ÉMILION)
Famille Tribaudeau
217, Mauvinon
33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Téléphone :05 57 24 64 79 et 06 10 84 03 97
Email : chateaumauvinon@orange.fr
Site : www.chateaumauvinon.com

Au sommet, tant ce cru possède une véritable typicité, marqué par une alliance entre la finesse et la richesse, le tout lui conférant un potentiel de garde conséquent. On y voit aussi toute la force du Cabernet franc, sous-estimé par rapport au Cabernet-Sauvignon. Une propriété de 6,50 ha. Sol et sous-Sol : 70% silico-graveleux, 30% sables humifères. Âge moyen du vignoble 30 ans, 65% Merlot, 35% Cabernet franc, vendanges manuelles à la cagette et tri manuel. Cuvaison durant 3 à 4 semaines, élevage en barriques de chêne renouvelées par moitié, pendant 12 à 16 mois. Le vignoble est certifié Bio.

Superbe Saint-Émilion GC 2016, au nez puissant avec des notes de cassis et de framboise cuite, de belle robe soutenue, tout en souplesse des tanins et complexité des arômes, avec des notes de groseille surmûrie en finale, bien corsé. Le 2015 est légèrement épicé, aux senteurs où prédominent la mûre et les sous-bois, généreux, d’une belle complexité d’arômes au palais, (cannellefraise des bois…), riche au nez comme en bouche, aux tanins amples, de très belle évolution.
Le 2014, qui dégage des arômes de baies rouges soulignées par des notes de poivre, est charnu, complet et complexe, d’une bouche persistante, où dominent la prune et l’humus, déjà séducteur mais d’excellente évolution. 
Il y a aussi la cuvée Gabriel Lauzat 2016, de très belle robe d’un grenat profond, aux arômes de fruits rouges avec des notes fumées subtiles, corsé et très équilibré, ample et tannique. Le 2015, de robe brillante et soutenue, dégage des senteurs de fruits rouges cuits et de cuir, avec une bouche riche qui dévoile des tanins fondus mais denses, d’une belle longueur.Château ORISSE du CASSESAINT-ÉMILION Château ORISSE du CASSEChâteau ORISSE du CASSE (SAINT-ÉMILION)
Danielle Dubois
248, lieu-dit Lartigue
33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Téléphone :06 82 17 37 48
Email : dubricru@terroirsenliberte.com
Site : www.terroirsenliberte.com

La famille Dubois est entrée en viticulture en 1885. Un siècle plus tard, Richard, fils de Jean et Simone Dubois, reprend l’exploitation familiale avec son épouse Danielle. Tous deux sont œnologues. En 1985, l’exploitation grâce à l’amour qui a été porté par les parents de Richard, est en excellent état et présente une belle infrastructure. Dès ce moment là, une philosophie, un plan, sont établis : contrôle rigoureux des rendements (avec une mise au régime stricte des vignes), contrôle de l’état qualitatif du vignoble, vendange et vinification parcelle par parcelle, cépage par cépageterroir par terroir, et retour à un élevage raisonnable en fûts.
Pour Danielle Dubois, “les vins à la vente sont : Saint-Émilion 2015 puis 2016. Château Orisse du Casse 2014. Et Le Côtes de Castillon Athémis toujours le 2008. Arthémis 2008 est un cru en Côtes de Castillon que je produis seulement certaines années et en quantité très limitée. Le 2008 est une année très riche, j’avais de très beaux raisins, le vin a une belle couleur pourpre, puissants arômes de fruits rouges et d’humus, un vin structuré, les tanins sont bien présents et puissants, le bouquet est très fin, grande élégance, beau potentiel de garde, finale d’une grande finesse en bouche.
P du Roy, j’ai toujours pour les amateurs quelques vieux millésimes de ce Grand Cru de Saint-Emilion 1998, 1999 et 2002. Des vins à la jolie couleur cuivrée, aux arômes fondus et veloutés, beaucoup de soyeux et de complexité.
Je suis seule sur le domaine, ce qui n’est pas simple. Je suis les Grands Crus avec les primeurs. Mon fils Arthur vient travailler avec moi, je souhaiterais lui céder le domaine. Il a fait des études d’ingénieur et de viticulture.“
On ne peut qu’apprécier son Saint-Émilion GC 2016, il est tout en persistance d’arômes, un vin très intense, tout en bouche, bien épicé comme il le faut, avec des notes de groseille et de cuir, et des tanins très équilibrés, prometteur. . Superbe 2015, coloré et charpenté, de bouche puissante, avec des tanins équilibrés, gras et persistant, où dominent les fruits cuits et le poivre. Le 2014, parfumé, aux notes typiques de mûre, de belle structure, aux tanins soyeux mais bien présents, un vin généreux et souple. Le 2012, se goûte particulièrement bien, corsé, de bouche dense, un vin qui séduit par son intensité, avec ce nez marqué par les fruits noirs et le poivre, des tanins fins et structurés, de très bonne garde, à savouer sur un bœuf bourguignon ou des bouchées aux cèpes. Le 2011, de belle couleurcharnu, avec des arômes intenses (truffe, cassis, sous-bois) et persistants, poursuit son évolution. Le 2018, sera en vente en début d’été.
Il y a aussi la très belle cuvée Arthémis 2008, franchement remarquable en ce moment, tout en arômes, au nez de cerise confite et d’humus, riche, corsé, avec, au palais, des connotations de fraise des bois, veloutée, très harmonieux.Château de PASQUETTESAINT-ÉMILION Château de PASQUETTEChâteau de PASQUETTE (SAINT-ÉMILION)
Laurence et Marc Vincent
Lieu-dit Pasquette
33330 Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Téléphone :06 87 03 37 26
Email : chateaudepasquette@hotmail.fr
Site : www.chateaudepasquette.com

Les propriétaires du Domaine de la Paleine (voir Saumur), sont tombés sous le charme de cette propriété, un vignoble de 3 ha, situé au pied du coteau sud de Saint-Émilion, qui bénéficie d’un ensoleillement idéal. Terres légères sur fond argileuxfaibles rendements. “Notre Saint-Émilion Grand Cru offre un très joli fruit expressif. C’est un vin croquant et au style sincère, c’est un peu “la marque de fabrique” de Pasquette, explique Marc Vincent. Les vignes ont 35 ans de moyenne d’âge, l’encépagement est à forte dominante de Merlot 80%, 10% de Cabernet franc et 10% de Cabernet-Sauvignon. Nous sommes en Bio, tout comme au Domaine de la Paleine. J’ai un objectif de qualité très fort, les rendements sont limités, les tris sélectifs, je souhaite aussi positionner le vin dans un excellent rapport qualité-prix, raisonnable. Je veux, en effet, qu’il plaise au consommateur et qu’il ait envie d’en racheter.”
Joli Saint-Émilion GC 2016, qui sent la groseille mûre, de robe grenat, riche, aux tanins amples et soyeux à la fois, au nez intense, complexe, est d’une belle finale aromatique. Le 2015, à la fois puissant et souple, avec des senteurs de fruits rouges complexes (griotte, mûre), c’est un vin de bouche dominée par des nuances de griotte, qui poursuit son évolution.
Le 2014, est un vin bien charpenté, de belle robe soutenue, ample, au nez légèrement épicé, aux tanins fondus, parfait actuellement sur, par exemple, une rouelle de porc ou une terrine de perdreau.Château PIGANEAUSAINT-ÉMILION Château PIGANEAUChâteau PIGANEAU (SAINT-ÉMILION)
Jean-Baptiste et Vincent Brunot
1, Jean-Melin
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 55 09 99
Email : chateau.piganeau@vignobles-bruno.fr
Site : www.vignobles-brunot.fr

Bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, on est au sommet. 
Vincent Brunot poursuit la tradition familiale qui est de privilégier le fruité et de réduire l’apport de bois neuf. Les vins sont toujours élevés une année en barriques mais avec seulement 25% de bois neuf, on obtient des vins plus veloutés, plus fruités, séduisants avec une aptitude à vieillir mais aussi aptes à être appréciés dans leur jeunesse.“Nous restons raisonnables dans l’élevage en barriques qui ne doit pas masquer notre joli terroir de sables et de graves, et privilégions le bon rapport qualité-prix.”
Pour Vincent Brunot, “2019 a été une année assez contrastée une fois de plus, une climatologie pas évidente… ce fût une saison assez hétérogène. Un printemps plutôt froid et la canicule l’été. Heureusement une pluie fin Août a permis de regonfler un peu les baies et de redynamiser la végétation. Nous avons fait des rendements de 45hl/ha.
C’est un millésime aux degrés assez élevés, autant que le 2018. Au résultat, c’est un vin bien équilibré, aromatique, aux tanins bien présents mais ronds, un très joli millésime.
A la vente, nous proposons Lussac Tour de Grenet 2015 et 2016, Château Piganeau Saint-Emilion Grand Cru 2014 et 2016, Lalande-de-Pomerol Château le Gravillot 2014 et 2018, Bordeaux Supérieur Château Maledan 2014 et 2018.
Le 2018 est un très beau millésime, le vin est bien coloré, beaucoup de fruit, belle matière, le vin est charnu, les tanins sont soyeux, les rendements étaient corrects sans être excessifs, belle concentration, nous privilégions dans tous nos vins une forte proportion de Merlot (95%) pour obtenir un beau fruité.
Château Maledan 2019 Bordeaux blanc, une nouveauté chez nous, nous le mettons en bouteilles en avril, c’est notre premier millésime en blanc, nous avons planté les vignes il y a trois ans, cela correspond à une petite production environ 1000 bouteilles que je réserverai aux cavistes. Pour le rouge il est 100% Cabernet-Sauvignon, c’est un joli vin d’un rouge profond, aux tanins bien présents.
Depuis 2 ans, nous ne désherbons plus, nous réfléchissons au passage en Bio, mais dans notre région ce n’est pas évident.”

Voilà, en effet, un remarquable Saint-Émilion GC 2016, de couleur rubis soutenu, un vin typé, très équilibré, bien bouqueté, aux tanins soyeux, au nez complexe dominé par la violette, la prune et la cannelle. Le 2015, tout en bouche, mêlant ce gras caractéristique à des notes finement boisées, est un vin d’une jolie concentration. Le 2014, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs et structurés, au nez de cassis, de griotte et d’épices.
Goûtez son Bordeaux Supérieur rouge Château Maledan 2016, charnu, aux tanins savoureux, tout en nuances avec des notes de griotte mûre. Il y a encore leur Lalande-de-Pomerol Château Le Gravillot 2016, associe finesse et concentration, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense où s’entremêlent des notes de fruits rouges mûrs et de réglisse. Le 2015, est tout en couleur et en matière, au nez concentré, riche, tout en nuances aromatiquesferme et soyeux, avec une bouche savoureuse.Château CLOS des PRINCESAINT-ÉMILION Château CLOS des PRINCEChâteau CLOS des PRINCE (SAINT-ÉMILION)
Marie-Christine et Gilles Prince
68, rue Emmanuel Roy (Lieu-dit Ferrandat Sud 33330 St-Laurent-des-Combes)
33420 Branne
Téléphone :05 57 84 64 14 et 06 76 81 04 11
Email : chateau-closdesprince@orange.fr
Site : www.chateau-closdesprince.fr

Un vignoble de 4 ha, sur sables siliceux et profonds et de crasses de fer en sous-sol, avec une moyenne d’âge des vignes de 48 ans (80% Merlot et 20% Cabernet franc). Le suivi du vignoble est permanent afin de préserver au maximum les sols et de respecter les vignes. La taille, élément fondamental de la qualité, est précise et limite ainsi les rendements, gage d’excellence. Au chai, on applique le même souci de perfection et de modernité maîtrisée. Vendanges manuelles en cagettes, tris sévères, tapis roulants et tables vibrantes pour une vinification parcellaire, dont une partie est réalisée en « vinification intégrale », une pratique qui confère au vin un soyeux et une élégance délicats.

“Au cours de l’année 2020, nous indique Marie-Christine Prince, nous poursuivons la
commercialisation de nos millésimes 2016, 2017, et 2018. Nous avons également
produit pour la première fois, un Bordeaux rouge très qualitatif, le Bordeaux du Château Clos Des Prince. Il s’agit d’un vin haut de gamme issu d’une parcelle de vieilles vignes 100% Merlot, parcelle d’altitude face à celles du Haut de Saint-Emilion.
Très sensibles à l’environnement et à la préservation des ressources, nous sommes depuis 2019 certifiés HVE 3 et devons valider cette année notre certification Bio
Ecocert.
En ce qui concerne les vendanges 2019 et ce malgré quelques péripéties climatiques, le millésime qui va bientôt sortir en primeur, offre déjà un aspect physique intéressant, un nez complexe et de belles perspectives de dégustation.”

Vous allez apprécier ce beau Saint-Émilion GC 2016, avec des notes d’épices, de cerise confite, de mûre et de violette, bien structuré et gras en bouche, il est ample, de très bonne évolution. Dans la lignée, le 2015, de robe rubis profond, ample et franc en bouche, aux tanins soyeux, un vin qui délivre des arômes puissants de fruits rouges bien mûrs, charnu, avec des nuances épicées au palais. Le 2014, est un vin de belle robe grenat, délivrant des arômes d’épices et de fruits cuits, puissant et volumineux en bouche, de belle évolution. 
Excellente cuvée Offrande du Château Clos des Prince 2012, mêlant structure et charnu, avec des arômes de fruits rouges mûrs, d’une belle longueur, idéale avec un filet de veau en croûte de cèpes ou un bœuf à l’aigre-doux.Château ROYLLANDSAINT-ÉMILION Château ROYLLANDChâteau ROYLLAND (SAINT-ÉMILION)
Martine et Jean-Bernard Chambard
1, Roylland
33330 Saint-Emilion
Téléphone :06 12 33 31 89
Email : chateau.roylland@orange.fr
Site : http://www.chateau-roylland.fr/

En 2010, Martine et Jean-Bernard Chambard jusqu’alors investis dans les établissements de santé, deviennent les nouveaux propriétaires. Ils entreprennent de grands travaux : rénovation totale des chais, des salles de réception et de dégustation. Dans les communs du Château, ils créent le Gîte du Roy, un hébergement haut de gamme, classé Super Host qui accueille des visiteurs du monde entier. Une agriculture raisonnée est pratiquée pour le maintien d’une biodiversité importante des sols (lombrics…) et des insectes. Passionnés, Martine et Jean-Bernard dirigent leur domaine avec la même rigueur et les mêmes exigences qui étaient les leurs dans le domaine de la médecine.

Très bien fait, ce Saint-Émilion GC 2017, de belle attaque ronde et charnue, il est généreux et persistant, aux arômes prononcés de fruits rouges, c’est un vin suave et harmonieux, très séduisant, d’un beau volume en bouche souligné par des tanins fins. Vous aimerez comme nous ce 2016, aux senteurs de cassis mûr et d’épices, un vin puissant et harmonieux, aux tanins fermes et savoureux à la fois, très bien élevé, avec des connotations de fruits à noyau et de cannelle, finement toastées, un vin de garde. Le 2015, médaille d’Or Paris 2015, avec des arômes de fruits rouges mûrs, de cannelle et de fumé, aux tanins équilibrés, est un vin bien corsé et de très bonne évolution.
On retrouve aussi le 2014, dense et corsé, aux notes fruitées, épicées, avec une belle concentration, mais tout en rondeur, représentative du millésime, un vin charnu et parfumé au palais, de très bonne garde. Le 2012 est généreux, avec des nuances de fruits rouges mûrs (cerise, fraise des bois), légèrement épicé en bouche, de charpente solide et fine à la fois, savoureux.Château LA TOUR DU PIN FIGEACSAINT-ÉMILION Château LA TOUR DU PIN FIGEACChâteau LA TOUR DU PIN FIGEAC (SAINT-ÉMILION)
Famille Giraud
4, Cheval Blanc Ouest
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 06 10
Email : contact@vins-giraud-belivier.com
Site : www.giraud-belivier.com

Au sommet. Les 11 ha de vignes bénéficient d’un sol graveleux et argilo-siliceux avec un sous-sol très ferrugineux permettant aux vignes âgées de 40 ans de produire le meilleur. L’encépagement est réparti pour 75% de Merlot et 25% de Cabernet franc. Les fermentations sont longues et surveillées, le vieillissement se fait en fûts de chêne.

“Nous pouvons dire qu’à Bordeaux : Millésime 2019 sous le soleil ! Nous avons eu des conditions estivales chaudes et sèches seulement ponctuées de deux épisodes pluvieux fin juillet et début août. Après des contraintes hydriques, qui finalement
ont été très favorables aux murissement des tanins. Les raisins étaient petits, de très belle qualité et excellents, ce qui a donné des moûts très riches et très aromatiques avec un très haut potentiel tannique et anthocyanique. Nos vins de 2019 sont riches et puissants.
Le grand Millésime 2018 sera disponible en juin. C’est un joli Millésime avec de très beaux tanins, très aromatique et très harmonieux, d’un très grand potentiel de garde.”

Voilà un grand Saint-Émilion GC 2016, de charpente élégante mais dense, aux tanins présents et fondus à la fois, ample, d’une belle finale, tout en nuances avec des notes de griotte, de fumé et d’épices. 
Le 2015, est ferme, tout en bouche, d’une belle couleur pourpre, tout en puissance et finesse, aux senteurs de fruits rouges surmûris. Le 2014, riche en couleur comme en arômes, avec ces notes de prune mûre et de poivre, intense au nez comme en bouche, un beau Millésime, ample et chaleureux, à prévoir sur un filet de bœuf à la salardaise ou un lièvre en crépinettes. Le 2013, est parfumé, ample, séveux et persistant, avec ces notes de fraise et de griotte, riche en couleur, alliant finesse et structure, aux tanins soyeux, de bouche franche, où se retrouvent des notes de framboise mûre et de sous-bois. Le 2012, est riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme en bouche, très typé. Le 2011, de couleur soutenue, est structuré, aux senteurs intenses, de charpente élégante, très parfumé (fruits cuits, poivre), d’une belle finale. Voir le Château Le Caillou, à Pomerol.Clos TRIMOULETSAINT-ÉMILION Clos TRIMOULETClos TRIMOULET (SAINT-ÉMILION)
Guy, Alain et Joël Appollot
3, Trimoulet
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 24 71 96
Email : contact@clos-trimoulet.com
Site : www.vinsdusiecle.com/clostrimoulet
Site : www.clos-trimoulet.com

Au sommet, avec un rapport qualité-prix-plaisir indéniable.
De forte personnalité, les frères Appollot, Alain et Joël, continuent d’appliquer la même philosophie que leur père, Guy Appollot. Des vignerons qui s’adaptent à leur terroir et savent en tirer le meilleur vin possible, grâce à l’anticipation, au sens de l’observation et à leur grande expérience. Chaque année, ils essayent de tirer la quintessence du millésime, avec humilité́, s’effaçant devant la Nature, qui reste reine. Le Domaine est certifié HVE niveau 3.
Alain Appollot nous dit “qu’en 2019, nous avons rentré une très bonne quantité et qualité. Un peu moindre au Clos Trimoulet, par contre nous avons atteint le quota à Saint-Georges.
Nous avons récolté des raisins d’une très bonne maturité dûe à l’été très ensoleillé et à la très belle arrière-saison. C’est un très joli millésime.
Nous sortirons le 2018 en Septembre, Les Cabernets étaient très jolis, les Merlots très soyeux, le vin est très concentré.
Le 2017 est à la vente actuellement, c’est un vin assez aromatique, aux tanins soyeux, d’une belle structure sans agressivité, un vin plutôt sur le fruit, un millésime plaisir à boire dans les 7-8 ans. Nous sommes en cours de certification HVE.”
C’est toujours un réel plaisir de déboucher leur Saint-Émilion GC 2016, d’une belle couleur rubis, qui présente des arômes de truffe, de fruits rouges macérés. En bouche, l’attaque est franche, il est souple, savoureux, d’une belle ampleur, parfaitement équilibré. Le 2015, médaille d’Or, très parfumé (humus, griotte mûre), alliant couleur et matière, de très bonne bouche, aux connotations de cassis et de poivre noir, d’une jolie finale finement épicée, c’est un vin d’excellente évolution. 
“Le 2015 est un millésime charnu, poursuit Alain Appollot, structuré, au bon potentiel de garde qu’il faudra laisser un peu vieillir pour vraiment l’apprécier. Il est très typé Saint-Émilion, c’est un très joli millésime avec de la finesse et de l’élégance. arômes bien présents de fruits rouges et même de fruits noirs, très jolie couleur profonde.“
Le 2014, médaille d’Or, au nez délicat, mêlant puissance et finesse, de belle robe pourpre soutenu, aux nuances de violette et de truffe, d’une grande harmonie, séveuxgénéreux aux papilles. Le 2013, médaille d’Argent Bordeaux, se goûte parfaitement, de robe rubis profond, généreux, un vin persistant au nez comme en bouche, tout en finesse, aux tanins fins, aux connotations de cassis mûr et de truffe en finale.
Le 2012, médaille d’Or Bordeaux, coloré et très parfumé, d’une jolie concentration en bouche, a des notes de fruits rouges et de réglisse, un vin bien charnu, aux tanins bien soyeux mais bien riches. Le 2011, lui aussi médaille d’Or Bordeaux, est excellent, parfumé (humus, griotte, mûre), tout en bouche, aux tanins amples, au nez complexe (violette, fraise des bois), est très chaleureux. 
Superbe 2010 (médaille d’Argent), un vin d’une très belle concentration, très élégant et d’une belle finesse, aux arômes de fruits très mûrs (fruits noirs), c’est vraiment l’équilibre et la finesse qui dominent.
On est bien également à la tête de leur autre appellation avec ce Montagne-Saint-Émilion 2016, 90% Merlot et 10% Cabernet-Sauvignon, terroir très homogène d’argile profonde, de belle robe, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, légèrement épicé, d’une très jolie finale avec ces notes de fumé et de fraise des bois surmûrie. 
Le 2015 dégage un nez complexe à dominante de fruits frais, avec des nuances d’é́pices et de truffe, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, très chaleureux. Le 2014 est de couleur cerise soutenu, aux arômes puissants de fruits cuits et d’épices, d’un bon équilibre, aux tanins fermes et fondus à la fois, un vin de très bonne garde. Le 2013, est charmeur, riche en couleurcorsé, sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche ample mais très élé́gante. Le 2012, médaille de Bronze, coloré et parfumé́ (pruneau, violette), alliant rondeur et structure en bouche, séveux, de bonne charpente, vraiment sé́duisant.Château VIEUX RIVALLONSAINT-ÉMILION Château VIEUX RIVALLONChâteau VIEUX RIVALLON (SAINT-ÉMILION)
Alexandre Plocq – Scea Bouquey Rivallon
3, Le Rivallon
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 51 35 27
Email : chateauvieuxrivallon@orange.fr
Site : www.chateau-vieux-rivallon.com

D’une superficie de 20 ha, le Château est situé sur la commune, au pied du coteau, à l’ouest de la cité médiévale, sur un sol tantôt silico-argileux, tantôt silico-calcaire.
Splendide Saint-Émilion GC Cuvée Charles 2016, au bouquet subtil et intense à la fois, aux notes de sous-bois et de cassis mûr, de bouche ample et fondue, aux tanins bien enveloppés. Superbe 2015, il est gras et corsé, d’une grande finesse, au nez subtil où dominent la prune, le cuir et la griotte cuite, aux tanins denses, d’une jolie finale, de belle évolution.
Très bien vinifié, ce Saint-Émilion GC 2016, de teinte soutenue, au nez où dominent les fruits rouges à noyaux mûrs, un vin dense et finement tannique. Excellent 2015, 60% Merlot, 35% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon et Pressac, vieilles vignes âgées de 35 ans en moyenne, de jolie robe grenat intense, avec ce bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, est riche et rond, de bouche pleine. Le 2014, aux connotations de prune macérée et d’épices, ample, charnu, est bien classique de ce joli millésime, et vous l’apprécierez dès aujourd’hui, notamment, avec un filet de bœuf au foie gras ou une pintade.
   

Dans le Val de Loire, c’est le plaisir et des prix très abordables. Les rouges sont beaux, bons, savoureux, marqués par ce Cabernet franc et Le Gamay qui se plaisent à merveille dans ces appellations où les sols de tuffeau tutoient ceux de graviers. Les liquoreux sont au top.

CLASSEMENT DES VINS BLANCS

Les Sancerre et Pouilly-Fumé sont franchement superbes. Racés, frais, vifs, parfumés par ce Sauvignon qui ne s’exprime nulle part ailleurs aussi bien, sur ces sols de caillottes, de silex, de terres blanches, de marnes kimméridgiennes…

CLASSEMENT DES VINS ROUGES

Comment lire ce tableau


CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE PDF HAUTE RESOLUTION

Qu’est-ce qui la différencie de la multitude des autres cartes où les étoiles se mélangent
aux notes ?

Deux choses :
– La première c’est la rigueur, la sévérité même avec laquelle j’ai noté la qualité intrinsèque des millésimes, c’est-à-dire de la vendange. C’est la note du bas, en noir.
-La seconde chose, le “plus” de la Table Vintage Code, c’est sa seconde note (celle du haut, en bordeaux). Pour la première fois au monde, j’ai fait entrer un paramètre primordial : la valeur de la dégustation actuelle de chaque millésime !

Pour 2020, c’est bien entendu une estimation de la qualité de la vigne qui est prise en compte, au moment où nous “bouclons” mon Guide, début Juillet. Cette note est donc appelée à évoluer et à s’affiner

Comprendre l’évolution

Pour les vins, en effet, la qualité du millésime n’est pas suffisante en soi, c’est son devenir, son potentiel qualitatif, dans le temps, qui importe le plus. Il y a toujours un moment où les vins sont bons dans leur cycle de vie, Il n’y a pas de mauvais millésimes, il n’y a que des millésimes «délicats » ! Chaque année, cette note change, et il s’agira donc de noter, différemment ou non, selon l’évolution des vins, leur réelle valeur du moment.

Prenons des exemples : à Bordeaux, le millésime 2014 – noté 16 en valeur intrinsèque est un excellent millésime, très classique, dans la lignée du 2008. Aujourd’hui, ce millésime commence à se goûte très bien. Dans la Vintage Code 2019, sa note est un 17 sur 20, qui signifie que ce millésime peut déjà vous procurer du plaisir, mais qu’il a, normalement, un réel potentiel de garde.
Autre exemple : toujours à Bordeaux et pour les vins rouges, le millésime 2012 est un millésime dont on parle peu. En valeur intrinsèque, il est noté 15 sur 20. Ce millésime dévoile son potentiel actuellement et permet d’attendre les millésimes plus “fermés” (2010 ou 2009), il a donc reçu 17 sur 20. Voilà tout l’intérêt de cette seconde note, celle de la valeur en dégustation actuelle.
Grâce à elle, immédiatement, nous pouvons savoir quels sont les millésimes les meilleurscette année, ceux qu’il faut attendre, ceux qui sont tombés. Pour les amateurs, les consommateurs, comme pour tous les professionnels (propriétaires, acheteurs, restaurateurs, cavistes…), c’est un véritable outil de travail qui permet de mieux choisir un vin, un millésime sans risque de se tromper.

 © Copyright Patrick Dussert-Gerber. Tous droits réservés. Reproduction interdite.

 

En Alsace, les derniers millésimes sont savoureux, les 2014, 2012 et 2011, les grands 2016, 2015, 2010 et 2009, le millésime 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 suivent, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2011, 2009, 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989).

 

En Bourgogne, aux côtés d’une très belle séquence qui comprend les millésimes 2016 à 2009, le 2008 est assez délicat (remarquable en blanc), le 2007 très minéral, en blanc (très beaux Chablis) comme en rouge, ces derniers largement supérieurs au 2006. Les millésimes 2004, 2003, 2002, 2001, 2000 et 1999 sont très savoureux. Exceptionnels 2008 et 2004, dans la lignée du 2000, dans les deux couleurs, qui côtoient donc un 2003 atypique, comme 2005.

 

En Beaujolais, pour les crus, les vins sont très bons, du 2016 au 2009, le 2008 est assez réussi, le 2007 a été très difficile à maîtriser, le 2006 est excellent, le 2005 très typé, le 2004, dense et très aromatique, et le 2003, trop mûr, beaucoup moins intéressant.

 

Pour Bordeaux, globalement, les meilleurs à boire actuellement : 2012 (mais il a du potentiel), 2011, 2008, 2007, 2006, 2004, 2002 et 2001. Ceux qu’il faut encore attendre : 2016, 2015, 2010, 2009 (mais déjà formidable), et 2014, néanmoins plus rapide à boire. Le 2013, si les prix sont vraiment plus accessibles. Les plus décevants, car trop “chauds”, atypiques : 2005 et 2003.

 

Il y a bien sûr une différence entre les vins de la rive droite (ceux du Libournais) et ceux de la rive gauche (Médoc et Graves). On retrouve des “paires” de millésimes où la qualité est inversée : le 2005 est bien meilleur que le 2006 à Saint-Emilion et c’est le 2006 qui prime en Médoc. Il y en a d’autres, notamment 2003-2002…

 

– Dans le Médoc, misez sur les 2014, 2012, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004 et 2002 (supérieur au 2003), voire 2001, très classiques, et faites-vous toujours plaisir avec les 1999, 1996 ou 1990. En parallèle, les prix très exagérés de certains vins renommés sont difficilement cautionnables, surtout pour les 2013 et 2005.

 

– Pomerol. Structure, charme, intensité, distinction, les plus grands vins de Pomerol sont particulièrement sensibles et marqués par leurs sols, très diversifiés. Ici, nul besoin de s’escrimer à vouloir abuser de la barrique neuve ou d’une surconcentration pour faire un grand vin, c’est le terroir qui prime, et signe la distinction. Les 2015, 2014, 2011, 2010, 2009, 2007, 2006, 2004, 2003 et 2002 sont très savoureux (le 2002, peut-être même supérieur), le 2001 remarquable, plus fin, le 2000 parvient à maturité. Le 2013 se maintient, certes beaucoup moins intéressant que le 2012. Plus anciens, les grands font la différence, comme le 1995, voire le 1990.

 

– À Saint-Émilion, les 2014 et 2011 sont très classiques et charmeurs, comme le 2007. Le 2013 n’a pas beaucoup d’intérêt. Beaux millésimes 2016, 2015, 2010 et 2009, le 2008 un ton en-dessous, 2006, 2004 et 2001, éclipsés à tort par le 2005 ou le 2003. Quelques crus ont remarquablement réussi le 2003, d’autres beaucoup moins, notamment ceux qui sont trop “confiturés”. Débouchez les millésimes 2007 à 1990 en ce moment, et notamment le grandissime 1995. Certaines bouteilles de 1994 et 1993, notamment, sont surprenantes d’évolution. Un certain nombre de crus pratiquent des prix qui ne sont pas justifiés. Certains se flattant ici d’élever des cuvées très “spéciales”, il faut plus que jamais tirer un coup de chapeau aux propriétaires de talent qui élèvent les véritables grands vins de Saint-Émilion, satellites compris, du plus grand des grands crus au plus modeste.

 

– Dans les Graves, les blancs 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2011, 2010, 2009, 2008, 2006, 2005, 2004, 2001, 2000, 1998 ou 1997 sont excellents. Des crus réellement exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac, Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans l’appellation Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir. C’est le berceau des beaux vins blancs de la région bordelaise, aux côtés de rouges puissants et typés, si l’on frappe à la bonne porte. Attention néanmoins à des prix incautionnables de certains vins de Pessac-Léognan.

 

– Dans les Côtes ou Bordeaux Supérieur, on peut acheter les millésimes 2016, 2015, 2014, 2012 à 2006, avec l’opportunité des excellents 2012, 2011 et 2008. Les meilleurs tiennent la distance avec les millésimes 2006 ou 2002.

 

– Pour Sauternes, privilégions la finesse au côté sirupeux, préfèrons la fraîcheur à la liqueur. Ici, les millésimes 2016, 2011 et 2007 sont formidables, dans la lignée du 2001. Plusieurs millésimes, en dehors du 2002 (où le plaisir est bien rare), comme les 1999 ou 1998 sont de toute beauté. Les 2006, 2005 et 2003 sont réussis, les 2012, 2005 et 2003 certainement moins intéressants, et le 2004 particulièrement savoureux et classique. Quant au 2013, les très rares vins savoureux vont se compter sur les doigts, même si ceux qui les ont réussis offriront de beaux vins…

 

En Champagne : Il y a de grandissimes bouteilles millésimées (ou incorporant ces millésimes) 2008, 2007, 2006, 2004 ou 2002, et, pour les plus récents, en 2011, 2010 et 2009, dont le potentiel est garanti (le 2003 moins passionnant, trop “rôti”) et certains vieux millésimes (1998 et 1995, notamment) sont remarquables de fraîcheur et prouvent le potentiel d’évolution des meilleures cuvées. On trouve de remarquables vins, millésimés ou non, à des prix très justifiés, dans toute la gamme, comparativement à d’autres appellations, et on comprend le succès mérité de la région.

 

On a la chance d’accéder au summum de la finesse, qui sait aussi s’associer à la complexité. Le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Aÿ ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables vins de réserve, que l’on ajoute à des vins plus jeunes.

 

Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres marques de négoce, dont la qualité n’est pas en cause, qui sont dirigées par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

 

 

En Languedoc : aux côtés des grands 2016 et 2015, les 2013 sont superbes et l’on va ainsi jusqu’en 2006. Les hommes et les femmes s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés.

 

Il y a toujours des “vins de mascarade”, où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café”, la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers”.

 

 

En Provence, l’influence des millésimes est beaucoup moins marquée, et on accède à une très belle série, de 2017 à 2005. C’est le royaume du rosé, et il faut avouer que l’on a assisté à une véritable révolution qualitative dans cette couleur, souvent au détriment des rouges, d’ailleurs. Les rosés reviennent donc à la tête de ce type de vin, et se font payer, aux côtés de blancs, dont certains sortent vraiment du lot. Ceux qui comptent sont ceux des propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni Blanc), dans ces terroirs complexes, argilo-calcaires, caillouteux, graveleux ou sableux.

 

Les Bandol sont des vins formidables. Issus principalement du fabuleux cépage que peut être le Mourvèdre (qui apporte bouquet, corps et rondeur), les rouges de Bandol peuvent être exceptionnels. Amples, élégants, puissants, gras et très aromatiques, ils donnent toute leur véritable mesure après quelques années de vieillissement. Les rosés font aussi partie des meilleurs vins de France. Juste à côté, Cassis, avec ces blancs, des rosés et des rouges, qui profitent d’un climat exceptionnel et de la bienveillance du mistral qui nettoie les vignobles et leur fournit chaque année des températures quasiment invariables. Les Coteaux-d’Aix-en-Provence, appartenant à la zone occidentale de la Provence calcaire, ont aussi fait beaucoup de progrès, tout particulièrement en rosés. Entre des reliefs constitués de chaînons parallèles au littoral, s’étendent des bassins sédimentaires où s’est concentrée l’activité viticole. L’appellation s’étend sous un climat de type méditerranéen, avec pour vent dominant le mistral, qui permet à la région de bénéficier d’un ensoleillement important par an. Les sols sont argilo-calcaires caillouteux, sableux, souvent graveleux sur molasses et grès, et caillouteux à matrice argileuse ou limono-argileuse. On apprécie aussi un bon nombre de Coteaux Varois, où l’on débouche des bouteilles de plus en plus séduisantes.

 

 

En Sud-Ouest : les 2016, 2015, 2014, 2012, 2011, 2010, 2009 et 2007 sont très réussis en Madiran, Cahors et Jurançon, où les efforts accomplis portent leurs fruits aujourd’hui. Les vins ont une réelle typicité, un potentiel de garde (beaux 1999, 1995 ou 1990) où les cépages et les sols ont leur influence et une véritable présence historique. Certains Igp, comme les vins de Gascogne, gagnent également à être mieux respectés.

 

Néanmoins, on peut éviter les cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de prix incautionnable. Pour exemple, à Cahors, on peut douter du bien-fondé des communications spéciales “Malbec”, qui mettent trop le cépage en avant (comme en Argentine), et de quelques vins de mode.

 

 

Dans la Loire : si les millésimes 2013 et 2012 ne sont pas évidents, en rouges, le 2011 tire son épingle du jeu, même si les quantités ne sont pas au rendez-vous. Les 2016, 2015, 2014, 2010 et 2009 sont superbes, gras, denses, très parfumés. Le millésime 2008 est particulièrement réussi, même si, parfois, les quantités sont très faibles. Le 2007 est très difficile en rouges en Touraine comme en Anjou, et c’est la raison pour laquelle les rosés sont particulièremernt savoureux.

 

Les blancs secs 2018 à 2007 sont dans la belle lignée des 2006, et la typicité s’allie à un rapport qualité-prix régulièrement remarquable. Pour les blancs secs, de très grandes bouteilles en Pouilly-Fumé comme à Vouvray, à Sancerre comme à Savennières ou à Saumur, où les vins possèdent un réel potentiel d’évolution, des millésimes comme les 2004 ou 2002 se goûtant très bien actuellement. Les liquoreux sont exceptionnels, notamment en Coteaux-du-Layon, Bonnezeaux ou Vouvray, et les rouges associent charpente et fraîcheur, du plus souple (Touraine, Bourgueil, Sancerre) au plus charnu (Chinon, Saumur-Champigny…), des vins qui s’apprécient jeunes mais savent aussi garder la distance (beaux 2000, 1998 ou 1995). Beaux liquoreux en 2016, 2015, 2011, 2010, 2009, 2007, 2004, 2003 et 2001.

 

Les vins de la région possèdent deux atouts considérables : un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres. Il suffit de goûter un Sancerre Les Belles Dames et un autre Les Romains, un Quincy ou un Pouilly-Fumé Silex pour s’assurer de la typicité des vins. En Anjou-Saumur, peu d’autres vins peuvent copier les meilleurs crus de la région, marqués par ces sols de tuffeau ou de roche calcaire en parfaite osmose avec les cépages Cabernet franc et Chenin, le premier s’épanouissant sûrement le mieux ici. À Quincy comme à Pouilly, à Chinon comme à Monlouis, à Menetou-Salon ou en Saumur-Champigny, la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée.

 

 

Dans le Rhône : de 2015 à 2009, on est sûr de se faire plaisir, le 2008 est décevant, le 2007 remarquable, peut-être supérieur au 2006. Le 2013 se goûte très bien. Les 2005 et 2003 sont très (trop) mûrs, le 2004, très classique. Il faut prendre le temps de conserver ces vins, car on débouche de grandes bouteilles actuellement dans des millésimes comme 2002, 1998, 1995 ou 1990.

 

De Vienne en Avignon, les rouges, charnus, charpentés, séveux, racés, avec des notes de prune, de réglisse et des parfums de sous-bois, sont des vins denses et chaleureux comme nous les aimons. On déguste des blancs rares et savoureux (Condrieu, Ermitage, Saint-Joseph et Châteauneuf-du-Pape), issus de raisins qui se plaisent à merveille dans ces sols pauvres, exceptionnels pour la vigne qui doit chercher sa nourriture en profondeur.

 

Les meilleurs vins, dans de nombeuses appellations (Cairanne, Visan, Vacqueyras, Vinsobres, CDR-Villages…), bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-typicité, viennent conforter le terroir et la main de l’homme, qui font la différence.

– Chinon. Situé au sud-ouest de Tours, le vignoble chinonais s’épanouit sur 2 300 ha environ répartis de part et d’autre de la Vienne, presque jusqu’à la Loire. Les sols sont argilo-calcaires, argilo-siliceux ou constitués de graviers mêlés de sable. Abritée des vents au nord, située près de deux rivières, la région chinonaise jouit d’un microclimat particulièrement favorable. L’appellation comprend 19 communes : Anché, L’Ile-Bouchard, Rivière, La Roche-Clermault, Ligré, Marçay, Sazilly, Theneuil, Tavant ( sur la rive gauche de la Vienne), Avoine, Avon-les-Roches, Beaumont-en-Véron, Chinon, Cravant, Crouzilles, Huismes, Panzoult, Savigny et Saint-Benoît sur la rive droite. Le vin de Chinon provient essentiellement du Cabernet franc, appelé localement “Breton”.

Le LOGIS de la BOUCHARDIERECHINON Le LOGIS de la BOUCHARDIERE

Le LOGIS de la BOUCHARDIERE 

(CHINON)
Serge et Bruno Sourdais
La Bouchardière
37500 Cravant-Les-Coteaux
Téléphone :02 47 93 04 27
Email : info@sergeetbrunosourdais.com
Site : www.sergeetbrunosourdais.com

 

Un vignoble de 50 ha réparti pour les 3/4 en coteaux et 1/4 en plateaux, planté en Cabernet franc, avec un âge moyen des vignes de 30 ans, les plus vieilles atteignant 80 ans, plantées sur des sols à dominante argilo-siliceuse sur les plateaux et les coteaux, et des sols de sable et de graviers en plaine.
Dans Millésimes depuis de nombreuses années, et aujourd’hui avec ce Chinon cuvée Les Clos 2017, Cabernet franc sur sol argilo-silicieux, très pauvre avec beaucoup de silex et de l’argile rouge en sous-sol, de bouche classique, aux notes de cassis mûr et de fraise des bois, tout en arômes et structure, d’une belle ampleur, c’est un vin corsé. Le Chinon cuvée Sourdais Taveau 2018, est un vin alliant finesse et structure, au bouquet concentré, de couleur intense, aux nuances épicées, riche et généreux, très abordable.
Joli Chinon cuvée La Bouchardière 2018, Cabernet franc, au nez de mûre, de cuir et de sous-bois très caractéristique, il est ample, corsé et souple à la fois, aux tanins harmonieux, de très bonne garde. Le Chinon cuvée Le Chêne Vert 2017, Cabernet franc, élevé 1 an en barriques, au nez où dominent le pruneau et les sous-bois, un vin de bouche flatteuse et riche à la fois, dense, avec des tanins mûrs, tout en bouche. Nous apprécions également le Chinon roséCabernet francsaignée avec macération à froid des jus entre 24 et 48 heures, tout en nuances d’arômes, une belle réussite.

Domaine des BOUQUERRIESCHINON Domaine des BOUQUERRIES

Domaine des BOUQUERRIES 

(CHINON)
Guillaume et Jérôme Sourdais
4, Les Bouquerries
37500 Cravant-Les-Coteaux
Téléphone :02 47 93 10 50
Email : gaecdesbouquerries@wanadoo.fr
Site : www.domainedesbouquerries.com

 

Depuis 1935, la famille exploite le Domaine des Bouquerries. Guillaume et Jérôme pérennisent le développement de ce domaine de 29 ha. Les vignes sont enherbées et les contre-bourgeons éliminés afin de maîtriser les rendements.
Toujours une référence avec le Chinon cuvée Confidence 2017, médaille d’Or au concours Agricole de Paris 2019, Cabernet franc sur un coteau argilo-calcaire, élevé pendant 12 mois en fûts de chêne, aux senteurs persistantes où s’entremêlent les fruits macérés et l’humus, un vin bien corsé, aux tanins fermes, mûrs et très équilibrés. Joli Chinon blanc Coteaux de Sonnay 2018, aux notes de fleurs et de fruits secs, de bouche persistante, c’est un vin marqué par le fruité et la finesse, très réussi comme le Chinon rosé Plaisir qui est très séduisant, de robe pâle, finement bouqueté, sec et gourmand aux senteurs de cassis et de fraise, parfait sur une terrine ou un soufflé au fromage. Le Chinon rouge Tradition 2018 est harmonieux, de bouche dense, aux tanins bien fondus, un vin où s’entremêlent des notes de fruits mûrs et de réglisse.Et pour finir le Chinon rouge cuvée Royale Vieilles vignes 2018, Cabernet franc sur terroir argilo-calcairevignes de 50 ans récoltées sur des coteaux, avec un rendement de 40 hl/ha, élevé durant 10 mois en fûts de chêne, un vin au nez de framboise, alliant puissance et souplesse en bouche, charpenté, complexe, très riche.

Domaine GOURONCHINON Domaine GOURON

Domaine GOURON 

(CHINON)
Laurent et Stéphane Gouron
2, La Croix-de-Bois
37500 Cravant-les-Coteaux
Téléphone :02 47 93 15 33
Email : info@domaine-gouron.com
Site : www.vinsdusiecle.com/gouron
Site : www.domaine-gouron.fr

 

Au sommet, Laurent et Stéphane, vinifient et commercialisent ensemble les vins provenant des 28,50 ha morcelés en de nombreuses parcelles : argilo-calcaires et argilo-siliceuses, sur les coteaux et graviers mêlés de sables, en plaine. Cette diversité de sols a permis de créer différentes cuvées mettant en valeur l’expression, fruitée en plaine et corsée sur les coteaux. Toute l’année un travail important est effectué à la vigne afin d’obtenir les meilleurs fruits : l’exigence d’une taille courte, des sols enherbés et de l’éclaircissage s’orientent vers des rendements maîtrisés, une meilleure concentration et le respect de l’environnement. Les vins sont élevés dans les caves de tuffeau avec des conditions idéales puis mis en bouteilles à la propriété.
Pour Stéphane Gouron, “en 2020, les ventes sont axées sur le Chinon cuvée du Domaine 2019, cuvée du Terroir 2018, Vieilles Vignes 2015, en blanc les 2018, et les 2019 pour les rosés.
En 2019 les vendanges se sont déroulées dans d’excellentes conditions, les vins sont de belle qualité avec un bel équilibre, du fruité, de l’acidité, de beaux tanins et de l’élégance, mais une faible récolte notamment en rouge, si bien que nous avons favorisé la cuvée Domaine au détriment des cuvées Terroir et Vieilles Vignes.”
Une référence, ce Chinon rouge cuvée Vieilles Vignes 2015, un pur Cabernet franc issu de Vignes de plus de 45 ans, aux arômes riches de cassis et d’épices, qui séduit par l’intensité du fruit, sa structure et sa longueur, d’excellente évolution. Le Chinon cuvée Terroir 2018, possède un charnu bien présent et cette charpente à la fois riche et souple, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de fruits à noyau, aux tanins présents mais savoureux, de garde également.
Remarquable Chinon rouge 2019, (fermentationmacération, puis élevage en cuves Inox), est dense, coloré, un vin souple et ferme à la fois, aux notes fruitées persistantes au palais.  Et le Chinon rosé, sur la fraîcheur, au nez subtil de fraisesec et friandvif et parfumé en bouche.

Domaine de NOIRÉCHINON Domaine de NOIRÉ

Domaine de NOIRÉ 

(CHINON)
Odile et Jean-Max Manceau
160, rue de L’Olive
37500 Chinon
Téléphone :02 47 93 44 89
Email : contact@domainedenoire.fr
Site : www.domainedenoire.com

 

Au sommet. Un vignoble de 17 ha où Jean-Max et Odile Manceau, forts de 30 ans d’expérience, redonnent ses lettres de noblesses à ce terroir réputé. L’encépagement est composé exclusivement de Cabernet franc dont certaines vignes ont plus de 50 ans. Le Domaine a le label Agriculture Biologique depuis 2014.
Pour Jean-Max Manceau, “à la vente cette année, Chinon rosé 2019, en rouge Chinon Soif de Tendresse 2019, Chinon Elégance 2017, Chinon Caractère 2015, et aussi Chinon Intégral 2018, en blanc, la cuvée Amphora 2018 et Noiré blanc 2018.
Nous expérimentons cette année une cuvée rouge en Amphore.
Les vendanges 2019 ont connu de beaux jours, qualitativement, les vins sont intenses, riches en arômes, de belle structure, fruités grâce au Chenin, complets, ils ont un beau potentiel de garde (de 10 à 15 ans), seul hic, une quantité réduite !”
Nous avons été enthousiastes cette année avec ce Chinon Caractère 2015, Cabernet franc, issu de vieilles vignes de 45 à 70 ans en moyenne, corsé et riche en couleur comme en matière, au nez subtil de fruits à noyau, de bouche pleine et veloutée, d’une belle charpente.
Superbe Chinon Élégance 2017, Cabernet francvignes de 35 à 50 ans en moyenne, un vin classique et puissant, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et avec des arômes de fruits rouges et noirs intenses (mûre, groseille…), d’une bien jolie finale. Egalement le Chinon Soif de Tendresse 2019, Cabernet francvignes de 25 à 30 ans en moyenne, riche et parfumé (griotte, prunehumus), bien charnu, d’une bonne longueur en bouche, aux tanins équilibrés et bien mûrs. Jolie note de fraîcheur avec le Chinon rosé, qui a une belle teinte, avec un nez complexe où la mûre s’associe à la framboise, très charmeur.
Côté œnotourisme : embarquez sur la gabare de Julien Ayrault au port de Chinon pour une promenade gourmande à la découverte des vins du domaine, une dégustation commentée pour admirer les vues sur la forteresse de Chinon et les rives de la Vienne. Découvrez les Apéros-Concerts de l’été (blues, jazz, rock, chansons) !

 

 

– Saumur-Champigny. Le vignoble de Saumur-Champigny (1 580 ha) est la première appellation d’origine contrôlée à s’être engagée sur un programme d’implantation de biodiversité sur l’ensemble de son terroir. Voilà plus de deux ans, les viticulteurs se sont unis pour implanter un réseau de Zones Écologiques Réservoirs (ZER), sur les neuf communes de l’appellation (Chacé, Dampierre-sur-Loire, Montsoreau, Parnay, Saint-Cyr en Bourg, Saumur, Souzay-Champigny, Turquant et Varrains). Aucun apport de pesticides ni de fertilisants permet une régulation naturelle de l’agro-système viticole. Pour les viticulteurs qui s’engagent dans ce processus de rétablissement de l’équilibre biologique, cela implique de stimuler et d’augmenter la biodiversité en plantant un réseau de haies d’arbustes aux essences diverses pour abriter les oiseaux et les insectes. Sous la bannière du Comité des Vins d’Anjou et de Saumur (CIVAS) et du Syndicat Viticole des Côtes de Saumur, les vignerons se sont alors réunis en association depuis 1980 pour promouvoir l’appellation Saumur-Champigny puis se sont structurés en un Syndicat depuis 1996 avec pour autre mission la mise en place des Agréments et le respect des règles strictes qui régissent les Appellations d’Origines Contrôlées. Cette appellation bénéficie de nombreux paramètres qui valorisent la culture de la vigne qui s’étage en coteaux le long de la Loire, la richesse argilo-calcaire de son terroir et la présence du tuffeau en sous-sol, cette roche calcaire du crétacé supérieur absorbe les précipitations hivernales et les restitue ensuite parcimonieusement durant les périodes de sécheresses évitant ainsi aux raisins de souffrir. Ce terroir a la particularité d’emmagasiner les fortes chaleurs de la journée et de les restituer durant la nuit, d’où le nom latin “Campus ignis” qui signifie champ de feu. Toujours soucieux de préserver la typicité du terroir et la personnalité unique de ses vins, le Syndicat des producteurs de Saumur-Champigny soutient les viticulteurs qui perpétuent un vrai savoir-faire sur un terroir historique puisqu’on y cultive la vigne depuis le Moyen-Âge. Ce sont, en effet, les moines qui plantèrent le Cabernet franc tout autour de l’Abbaye de Fontevraud.

Domaine de la GUILLOTERIESAUMUR-CHAMPIGNY Domaine de la GUILLOTERIE

Domaine de la GUILLOTERIE 

(SAUMUR-CHAMPIGNY)
Patrice Duveau
63, rue Foucault
49260 Saint-Cyr-en-Bourg
Téléphone :02 41 51 62 78
Email : contact@domainedelaguilloterie.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulaguilloterie
Site : www.domainedelaguilloterie.com

 

À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge. Exploité par la famille Duveau depuis plusieurs générations, le vignoble s’étend aujourd’hui sur 50 ha. Ce terroir bénéficie de conditions climatiques particulièrement favorables à la culture de la vigne. Sur ce sol argilo-calcaire, les cépages s’épanouissent pour donner des Vins expressifs et de caractère, bien typés, qui collectionnent les récompenses.
Pour Patrice Duveau, “les vendanges 2019 ont été limitées par les dégâts causés par le gel, cependant les vignes protégées n’ont pas subi de stress, d’où une récolte honorable par rapport à ce qui s’est passé dans d’autres vignobles, avec une qualité remarquable qui laisse présager de belles dégustations, seul hic, je le regrette, la quantité n’a pas suivi.
En cette année 2020, nous mettons en vente le Saumur Blanc les Perruches 2017, le Saumur Blanc Elégance 2018 puis 2019, le Saumur Champigny Tradition 2018, le Saumur Champigny les Loges 2016 puis 2017, et le Crémant De Loire brut.”
Voilà un remarquable Saumur-Champigny cuvée des Loges 2016, issu de vieilles vignes qui donnent un vin puissant et très harmonieux, bien typé, aux arômes très persistants de fruits rouges cuits (mûre, fraise), complexe. Agréable Saumur-Champigny rouge cuvée Affinité 2017, de robe rubis, classique et parfumé, de bouche ample aux notes de violette et de framboise.
Le Saumur-Champigny Tradition 2017, de couleur soutenue, aux notes de cassis mûr et d’épices, franc et savoureux en bouche, parfumé et bien typé.
Goûtez également le Saumur Blanc Les Perruches 2017, qui sent les agrumes, un vin de bouche franche, alliant charpente et vivacité, très fruité, tout en élégance. Et cet autre Saumur Blanc Élégance 2018, un vin qui mêle distinction et structure, une bonne rondeur et un bouquet très aromatique aux notes subtiles de poire et d’amande fraîche.
Le Crémant De Loire brut (Chenin et Chardonnay), dense et fruité, avec des notes florales persistantes, d’une jolie finesse en bouche, de mousse crémeuse.

Les Clos MAURICESAUMUR-CHAMPIGNY Les Clos MAURICE

Les Clos MAURICE 

(SAUMUR-CHAMPIGNY)
Mickaël Hardouin
18, rue de la Mairie
49400 Varrains
Téléphone :02 41 38 80 02 et 06 88 15 01 14
Email : closmaurice@orange.fr
Site : www.clos-maurice.com

 

À la tête des Premiers Grands Vins Classés, en blanc comme en rouge. Mickaël Hardouin, chaleureux, passionné, est une référence dans l’appellation. Vigneron depuis 1997 aux côtés de son père, il a repris l’exploitation de 20 ha, lors du départ à la retraite de celui-ci. La majeure partie des vignes des Clos Maurice est située sur des terroirs qui ont une vraie personnalité. Ils sont en Clos pour beaucoup (Clos Maurice, Clos Poinçon, Clos de Dards, Clos Prieur…). Ces terroirs argilo-calcaires (le calcaire est ici la pierre de tuf) confèrent au vin une structure harmonieuse et veloutée.
“Les ventes cette année se fixent, nous indique Mickael Hardouin sur les Saumur Champigny 2019, les Vieilles vignes 2018, le Clos du Midi 2018, et en blanc le Saumur Licorne du Clos 2019 en juin 2020.
Malgré le gel du 4 Avril 2019 qui a diminué de 60 à 70 % la récolte, nous avons eu ensuite une nouvelle sortie de raisins sur les bourgeons secondaires, et cette petite récolte nous a dotés de Vins flatteurs, aux arômes fruités avec peu d’acidité et des degrés oscillants entre 13 , 13,5°, le terroir s’est bien exprimé aussi bien en rouge qu’en blanc. Nous avons davantage de volume en rouge, et nous sommes satisfaits de ce millésime 2019.”
Toujours ce superbe Saumur-Champigny Vieilles vignes 2017, 100% Cabernet franc, réel vin d’expression variétale et de terroir (élevage en cuves béton), il est riche en couleur comme en arômes, avec ces notes caractéristiques de framboise mûre et d’épices, intense au nez comme en bouche, de garde. Le Saumur-Champigny Voltige des Clos rouge 2018, 100% Cabernet franc, classique, de bouche corsée, c’est un vin complexe, très parfumé, tout en bouche, concentré, aux tanins mûrs, charnu. Il y a aussi ce formidable Saumur-Champigny La Cabriole 2018, 100% Cabernet franc, 100% barriques dont un tiers neuves, de couleur grenat intense, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, il est très parfumé en bouche, avec ces notes de pruneau confit.
Splendide Saumur Blanc Licorne du Clos 2018, 100% Chenin, riche au nez, aux notes de rose et d’aubépine, intense, à la fois charpenté et distingué, d’une finale intense. Et ce remarquable Crémant De Loire Volupte des Clos, 90% Chenin et 10% Chardonnay non dosé, l’élevage du vin de base en barriques permet d’atteindre cet équilibre incomparable. On retrouve des arômes de fleurs blanches, de poire et de noisette.

Domaine de la PETITE CHAPELLESAUMUR-CHAMPIGNY Domaine de la PETITE CHAPELLE

Domaine de la PETITE CHAPELLE 

(SAUMUR-CHAMPIGNY)
Laurent et Chantal Dézé
4, rue des Vignerons
49400 Souzay-Champigny
Téléphone :02 41 52 41 11
Email : deze.laurent@orange.fr
Site : www.domainepetitechapelle.com

 

Toujours à la tête des Premiers Grands Vins Classés. Des vignerons charmants et un vignoble familial (12 générations), conduit en lutte raisonnée depuis plus de 30 ans, 35 ha sur des sols argilo-calcaires très caractéristiques. Au XIXe siècle, un marinier, rescapé d’un naufrage en Loire fit bâtir une chapelle auprès de la maison familiale. Mais ce n’est qu’en 1982 que le domaine pris ce nom, lors de l’installation de Laurent avec son père, Gilbert. Gabriel Dézé, frère du grand père de Laurent (autrement dit son grand oncle) fut à l’origine de l’appellation Saumur Champigny dont il signa le décrêt le 31 décembre 1957 en tant que Président.

Toujours ce remarquable Saumur-Champigny Les Chaneluzes 2014, très représentatif de ce que doit être un vin de cette appellation, où s’entremêlent les épices, la griotte et les sous-bois, est un vin fondu, puissant au nez comme en bouche, d’excellente évolution. Très agréable Saumur-Champigny Tradition 2015, très aromatique, aux notes subtiles et intenses d’humus et de petits fruits rouges, de bouche savoureuse comme il le faut. Superbe Saumur Blanc Volupté 2017, très équilibré, très élégant, de bouche dense et parfumée, plaisant par sa vivacité, à dominante de fruits secs (abricot) et d’aubépine, à un prix défiant vraiment toute concurrence.
Vous aimerez tout autant le Cabernet De Saumur rosé, de robe brillante rose clair, mêlant fraîcheur et charpente, un vin tout en bouche, avec des arômes subtils et persistants où dominent les fruits frais. Le Saumur Blanc L’Ancestrale 2016, est un vin qui mêle distinction et structure, une bonne rondeur et un bouquet très aromatique aux notes subtiles de poire et d’amande fraîche. Le Coteaux-de-Saumur Blanc 2016, est élégant, richement bouqueté, tout en rondeur, de bouche fruitéetendre et corsé à la fois. Et toujours le Crémant De Loire brut rosé, ample et très fruité (petits fruits rouges mûrs), c’est un vin classique et distingué, harmonieux.
Il y a encore leur Méthode Traditionnelle brut zéro Dézir, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, avec des notes de tilleul et d’abricot, de bouche délicate, qui existe aussi en brut. A découvrir aussi la Méthode Traditionnelle rouge demi-sec Carminal, riche en arômes de fruits rouges, une cuvée intense, très fraîche.


Domaine des RAYNIÈRESSAUMUR-CHAMPIGNY Domaine des RAYNIÈRES

Domaine des RAYNIÈRES 

(SAUMUR-CHAMPIGNY)
Laetita et Sylvain Rebeilleau
33, rue du Ruau
49400 Varrains
Téléphone :02 41 52 44 87
Email : contact@domainedesraynieres.com
Site : www.domainedesraynieres.com

 

C’est en 1840 que l’on retrouve des traces du Domaine des Raynières. Arrivé en 2006 au Domaine, Sylvain Rebeilleau représente la 6e génération., Laetitia, son épouse , va s’occuper de l’accueil, de la vente au caveau. Culture raisonnée : vignes enherbées pour maîtriser leur vigueur, rendements régulés grâce à la taille et vendanges en “vert”. La vinification se déroule dans un chai climatisé en cuves Inox thermo-régulées pour une parfaite harmonie suivant les cuvées désirées.
Nous avons beaucoup apprécié le Saumur-Champigny 2017, marqué comme il se doit par son Cabernet franc, vraiment réussi, de couleur profonde, concentré, avec des arômes de fruits cuits, de cassis, alliant couleur et matière.
Très beau Saumur-Champigny Vieilles vignes 2016, Cabernet franc, savoureux, d’une grande richesse aromatique (griotte, mûre, cuir), de robe intense, ferme, aux tanins denses, d’excellente évolution.
Goûtez le Saumur rouge 2017, Cabernet franc, au nez de cassis et de framboise avec des notes de violette, un vin franc, classique et typé, et le Saumur Blanc 2017, Chenin, très élégant, de bouche dense et plaisante par sa vivacité, des arômes d’abricot et d’aubépine, que l’on vous conseille, par exemple, avec des filets de harengs pommes de terre à l’huile ou des aiguillettes de poulet à la normande

Château de TARGÉSAUMUR-CHAMPIGNY Château de TARGÉ

Château de TARGÉ 

(SAUMUR-CHAMPIGNY)
Édouard et Paul Pisani-Ferry
Chemin de Targé
49730 Parnay
Téléphone :02 41 38 11 50
Télécopie : 02 41 38 16 19
Email : edouard@chateaudetarge.fr
Site : www.chateaudetarge.fr

 

Belle demeure flanquée de 4 tours à flanc de coteau, le domaine est superbement situé sur le coteau particulièrement calcaire qui domine la Loire avec un vignoble de 21 ha, 16 en rouge (Cabernet franc), et 5 en blanc (Chenin). “Depuis 2000, nous avons le label Terra Vitis : le sol est travaillé et enherbé, le compost a remplacé les engrais chimiques. Paul a décidé d’aller plus loin avec un passage en conversion Agriculture Biologique depuis 2017 lors de son arrivée sur le domaine.”
Pour Paul et Edouard Pisani, “leurs ventes en 2020 : Saumur-Champigny Château de Targé 2017, Saumur-Champigny cuvée Ferry 2016, Saumur-Champigny Quintessence 2016, Saumur Blanc Fresnettes 2018, Saumur rosé 2019, Saumur brut blanc et Saumur brut rosé.
Les vendanges 2019 ont été une bonne surprise avec une récolte bien plus importante que nous l’imaginions et une qualité, où l’excellence est au premier plan. Une année très surprenante où nous attendions très peu de rendement à cause du gel qui nous a touchés tardivement début Mai, et de la saison aride et caniculaire qui s’en est suivie en Juin-Juillet (48 jours sans pluies, et deux épisodes au dessus de 40°C !). Au moment des vendanges, les pluies ont tout changé en faisant gonfler les baies et assurant une récolte de très belle qualité avec une fraicheur inattendue.
Rose de Targé 2019 : victime de son succès l’an passé, nous en avons produit plus cette année. Il y a également notre premier millésime officiellement en Bio que l’on prépare pour 2020 !”
Voilà un superbe Saumur-Champigny Quintessence 2016, vieilles vignes de Cabernet franc, élevé en fût de chêne, aux notes de mûre et de griotte, riche en couleur, classique, alliant finesse, charpente et persistance, corsé, de bouche savoureuse. Il est issu des deux meilleures parcelles du domaine. A partir de 2017 les parcelles ont été vinifiées séparément : c’est donc la dernière année d’assemblage ! Goûtez le Saumur-Champigny Château de Targé 2017, aux notes de griotte, mêlant souplesse et intensité aromatiqueharmonieux et très équilibré, un vin typé, un peu plus intense comme le voulait cette année chaude et très qualitative.
On excite encore ses papilles avec leur Saumur-Champigny rouge cuvée Ferry 2016, vieilles vignes de Cabernet franc, toujours très typé, puissant, aux tanins présents, qui reste toutefois sur la fraicheur et la finesse typiques de ce millésime. Très joli Saumur Blanc Les Fresnettes 2018, au nez de fruits (coing, citron), vineux et fin à la fois, charmeur et riche, avec en bouche, des dominantes d’amande et de poire. Le Saumur brut blanc de Targé, 70% Chenin blanc, 30% Cabernet franc, méthode traditionnelle façon Crémant, aux bulles fines, aux arômes de coing et de tilleul, et une belle minéralité.

En Alsace, les fidèles du Guide savent que c’est toujours l’une de nos régions où l’authenticité prime. Alliée à la convivialité des vignerons et à un savoir-faire qui leur permet avec ces cépages uniques d’élever une gamme incomparable, du vin le plus sec au plus liquoreux, d’autant plus marqués par leurs terroirs où les Grands Crus -ici, comme en Bourgogne- sont de vrais gages de qualité. On ne peut qu’être sous le charme des vins de Frankstein, Kastelberg, Steinert, Mœnchberg ou Zotzenberg. Dans chacun de ces crus, les sols font la différence : calcaire fossile, schiste, marnes jurassiques. Cela explique la puissante identité de ces vins,

CLASSEMENT ALSACE

e_alsace.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L’ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez gratuitement aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER 2021 en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Pierre ARNOLD
Pierre FRICK
GRESSER
HUBER et BLEGER
HUMBRECHT
KLINGENFUS
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
ZOELLER

BROBECKER
HEYWANG
René KOCH
SAINT REMY
VIELWEBER

GEWURTZTRAMINER
René FLECK
HAEGI
André HARTMANN
Jacques ILTIS
Jean-Paul MAULER
PETTERMANN

HORCHER
Etienne SIMONIS

PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
Pierre ARNOLD
BLEGER
FREUDENREICH
Pierre FRICK (Muscat)
RUHLMANN-SCHUTZ
SCHLÉRET
STOEFFLER

CAVE CLEEBOURG
Victor HERTZ
Lucien SCHIRMER

BECK/REMPART

CREMANTS PINOT NOIR
BLEGER
BROBECKER
Paul FAHRER (PN)
André HARTMANN (PN)
HUBER et BLEGER
KLINGENFUS
Jean-Paul MAULER (PN)
PETTERMANN
RUHLMANN-SCHUTZ
SAINT-RÉMY
Aline et Rémy SIMON
STOEFFLER

BECKER
Cave CLEEBOURG

VENDANGES TARDIVES (et SGN)
René FLECK
GRESSER
HAEGI
HORCHER
Jacques ILTIS
SCHAEFFER-WOERLY
SCHLÉRET
Aline et Rémy SIMON
ZOELLER

CROIX DE MISSION (Moselle)
Edmond RENTZ

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Gustave LORENTZ*

Jean-Baptiste ADAM
Laurent BANNWARTH
BRAND & Fils
HEYBERGER & Fils
Château d’ORSCHWIHR

GEWURTZTRAMINER
HEITZMANN*
Cave HUNAWIHR*
André THOMAS*

(BAUMANN ZIRGEL)
Damien KELHETTER

PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
(7 VIGNES)
HALBEISEN (Muscat)
(Hubert MEYER)
(P. SCHAEFFER*)

CAVE PFAFFENHEIM

CREMANTS PINOT NOIR
(Robert FALLER (PN)*)

EBLIN FUCKS
FREY-SOHLER
Eric LICHTLÉ

VENDANGES TARDIVES (et SGN)
Philippe SOHLER

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

RIESLING
Jean-Louis KAMM
SCHAETZEL
GEWURTZTRAMINER
Claude BERGER
(HAULLER*)
PINOT GRIS/PINOT BLANC ET MUSCAT
(JOST*)
CREMANTS PINOT NOIR
Georges KLEIN
VENDANGES TARDIVES (et SGN)

Alsace

Des crus les uns plus typés que les autres… tout ici concorde à une grande convivialité du vin, où chaque vigneron s’emploie à faire ressortir la typicité de son Riesling ici, de son Gewurztraminer là… On élève alors des vins sans concurrence, dans une large gamme où se cotoïent des Vendanges Tardives rares, un vin suave, un autre sec, un rouge savoureux ou un Crémant tout en fraîcheur. On comprend alors que la force des terroirs et la main de l’homme sont en osmose.

Les incontournables sont toujours Schléret (avec des bouteilles qui ont collectionné les récompenses), Gresser, Schaeffer-Woerly, Haegi, Ruhlmann, Arnold, Simon, Frick, Eblin-Fuchs, Klingenfus, Iltis, Pettermann, Hartmann, Fleck (on les retrouve, à plusieurs reprises dans les Classements avec des cuvées différentes). A leurs côtés : Brobecker, Metz, Fahrer, Huber et Bléger, Zoeller, Mauler, Rentz, Stoeffler, FallerHeywang, Humbrecht, Freudenreich….

Beaujolais

Cette belle région vallonnée regorge de crus dont la qualité s’associe à des prix très sages.

Les sols comptent ici, autant qu’ailleurs, et on le voit bien en débouchant des flacons de Gérard Brisson, Pizay, Cédric Chignard, Michel Tête, Crêt des Garanches, La Combe aux Loups, Cheysson, Jean-Pierre Mortet, Baron de L’Ecluse, Métrat, Charvet, Rotisson… Et Dubœuf, bien sûr.

Jolis coups de cœur pour Marcel Lapierre, Chetaille, Jambon, Pezenneau ou Coperet qui font une belle entrée dans le Guide.

 

 

Bordeaux

Médoc

En Premiers Grands Vins, à Pauillac, dominent Grand-Puy Lacoste et Batailley, deux très grands Pauillac, très typés, différents, et c’est parfait comme cela, Latour confirmant son statut Hors-Classe, aux côtés de Mouton-Rothschild, formidable.

Toujours au sommet : Haut-Marbuzet, où le rapport qualité-prix-plaisir est à un bien haut niveau, par rapport à d’autres crus plus connus (et c’est ce qui compte : vendre cher n’est pas “le” gage de qualité). Montrose et Lascombes font partie également des plus grands vins de la presqu’île.

Cinq crus les rejoignent cette année, grâce à un exceptionnel rapport qualité-prix-typicité : La Galiane, Mayne-Lalande, Côme, La Bridane et Desmirail.

D’autres crus suivent de près : Panigon, David, St-Estèphe, Tronquoy-Lalande, Fourcas-Dupré, Fonbadet, Fontesteau, Cartujac, Plantier Rose, Lestage-Darquier, Souley Sainte-Croix, Le Meynieu, Layauga-Duboscq, La Mouline, Chalet de Germignan, Le Bourdieu, Bois Carré, Hennebelle, Graves de Loirac

 

Pomerol

Dégusté une nouvelle fois sur place, Petrus est toujours hors-classe.

Certan de May et les crus de Janoueix sont incontestablement au sommet, et de nombreux crus restent de belles valeurs sûres à prix doux (Plince, Clos René, Bellegrave, Mazeyres, Clos du Pèlerin, Valois, Lafleur du Roy, Caillou, Beauregard, Haut-Ferrand…).

Lalande-de-Pomerol est très bien représenté avec Roquebrune, Canon-ChaigneauVoselle, Moines, Viaud, Belles-Graves.

 

Saint-Emilion

On est ici dans la région où se mêlent de vrais terroirs, souvent en coteaux, et d’autres coins où le maïs pourrait y cotoyer la vigne. On a donc accès, soit, à de vrais vins racés, du plus grand au plus abordable, marqués par des sols historiques, et à des vins où les sols ont peu de réelle influence, beaucoup plus “signés” par des vinifications trop sophistiquées qui donnent des vins très concentrés au détriment de la finesse.

Le Merlot, prédominant, est pourtant le raisin par excellence de l’élégance et de la souplesse, même s’il est aussi largement capable de s’exprimer dans le temps. Un Saint-Emilion, un vrai, c’est une osmose entre la complexité aromatique et une texture savoureuse, souple mais ferme, dense mais distinguée.

De superbes bouteilles à Croque-Michotte, Corbin-Michotte, Cantenac, La Tour du Pin Figeac, Fonroque, Trotte VieilleBalestard-la-Tonnelle, Laniote, Piganeau, Mauvinon (pensez toujours au rapport qualité-prix-plaisir), et nous ne sommes toujours pas preneurs de crus trop chers, sirupeux, qui ne sont pas dans le Guide.

Dans la lignée, les grandes valeurs sûres sont Orisse du Casse, Franc Lartigue, Guillemin La Gaffelière, Croix Meunier, Clos de Sarpe, Petit Mangot, Vieux-Pourret, Grâce-Fonrazade, Clos des Prince, Pasquette, Darius, La Marzelle, Destrier, Roylland, Fleur Gravignac, Vieux-Rivallon

En Saint-Georges, Montagne, Puisseguin et LussacHaut Saint Clair est vraiment au sommet, aux côtés de Vieux Château des Rochers, Vieux Château Saint-André, Macquin, Grenière, Chêne Vieux, Grand Cormier, Jura-Plaisance, Fleurs Grandes Landes, Béchereau

Les meilleurs sont, en FronsacRoumagnac-La Maréchale, et, en Canon-FronsacCanon.

 

Graves et Pessac-Léognan

Il y a d’incontestables vins de très haut niveau, dans une gamme de prix large, mais il y a également des vins décevants, bons certes, mais “dépersonnalisés”. Il est indispensable de s’attacher à la réelle typicité des terroirs et de soutenir les hommes qui restent fidèles à ces sols très spécifiques.

Le Classement parle de lui-même, avec Chevalier, Bouscaut, Lafargue, Haut-Lagrange, Grandmaison, Luchey-Halde, Pontac-Monplaisir… sont à de très beaux niveaux, en blanc comme en rouges, chacun dans sa gamme…

En Graves, plusieurs crus sortent du lot : Mauves, Grand Bos, Le Tuquet, Vimont, Arricaud, Brondelle, Haut-Calens, Chantegrive, Jouvente

 

Côtes

Selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut passer du très beau au très simple.Les propriétaires talentueux se démarquent donc aisément des autres, sans avoir besoin de manipulations œnologiques, et c’est ainsi depuis des décennies.

Les grandes valeurs sûres : Moulin Vieux, Melin, Marsan (Gonfrier), Les Graves, Berthenon, Pont Les Moines, Lagarde, Valentin, Haie, Haut-Maco, Grandmaison, Bavolier, Beynat, Payre, Faugas

 

Bordeaux Supérieurs et Bordeaux

Comme dans les Côtes, il y a de tout, et Il s’agit de savoir frapper à la bonne porte. On accède alors à des vins typés par des sols très différents (on ne fait pas les mêmes vins à Monségur ou à Frontenac, à Génissac ou à Pondaurat…) et l’on aurait donc tort de croire que les terroirs ne jouent pas leur rôle.

Les meilleurs sont Penin, Panchille, Sainte-Barbe, Pellé, Lajarre, Crain, Bran de Compostelle, Bossuet, Bernardon, Cornemps, Entre Deux Mondes, Haut-Cruzeau, Aux Graves de la Laurence, Lauduc, Pascaud, Thuron

Fontbonne, Lavison, Jayle, Laubertrie, Masson ou Belle Garde sont les fers de lance en Bordeaux.

 

£Sauternes et Liquoreux

Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent alors d’être appréciés tout au long du repas, tant le charme opère.

En Sauternes, les grands vins sont toujours magiques : Filhot, Raymond-Lafon, Lafon, Haut-Bergeron, Lamothe-Despujols… et, en LoupiacClos Jean et Loupiac-Gaudiet

De nombreux coups de cœur, toutes appellations bordelaises confondues, avec Chillac et Quillet, Musset, Coustolle, Cros, Perier, Moulin de Mallet, Parenchère, Routurier, Bedrenne, Surain, Brown, France, Hospital, Haut Goujon, Lapelletrie, Marquis de Terme…

 

 

Bourgogne

C’est “la ” région où le terroir est omniprésent. Qui ne s’est jamais promené sur la route des crus, admirant les sols de mi-pente, notamment, ne peut pas comprendre ce qu’est un terroir digne de ce nom.

Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault, ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante, magique et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir ! On parle de Chartron, Antonin Guyon, Carillon, Jomain, Albert Joly, Ampeau, Denis, Bocard

On est au sommet à Chablis, avec Robin, Tremblay, Alain Geoffroy, Mosnier, Naulin, Heimbourger

En rouges, on ne peut qu’exciter ses papilles avec des crus aussi racés mais divers que ceux de  Monts Luisants, Cacheux, Esmonin, Bertheau, Fougeray de Beauclair, Michel Prunier, Gelin, Clos Bellefond, Seguin-Manuel, Girard, Delagrange, Philippe Leclerc, Bourée, Bader-Mimeur, Gros, Dubreuil-Fontaine, Doreau, Domaine de la Poulette, Magnien, Couturier… puis, en Pouilly-Fuissé, Luquet, Auvigue, Denuziller, Sangouard… et à MâconStéphane Brocard.

Ils sont nombreux à élever de grands vins typés, et, franchement, si l’on compare le rapport qualité-prix-typicité, dans une gamme haute de 20 à 100 €, ils renvoient à un jardin d’enfants un bon nombre de crus bordelais, gavés à outrance par des vinifications sophistiquées et bien trop chers.

 

Champagne

Il y a une sélection de remarquables vignerons qui atteignent la hiérarchie des Premiers Grands Vins Classés cette année, et la raison en est évidente et toute simple : ils élèvent passionnément des cuvées superbes à des prix très doux qui devraient faire rougir certaines maisons de négoce…

Bien sûr, le terroir joue son rôle et les meilleurs vignerons qui possèdent des Grands Crus de la Montagne de Reims ou de la Côte des Blancs signent naturellement des cuvées racées (Gatinois, Goutorbe, Arnoux, Turgy, Vazart-Coquart…).

A leurs côtés, la maîtrise du Pinot meunier (Bourdaire-Gallois, Pelletier, Thévenet), notamment, un cépage dont on ne parlait plus, mérite bien également à quelques rares vignerons d’entrer dans cette catégorie. L’esthétique du contenant est tout aussi importante. Quelques autres proposent des cuvées superbes issus de Premiers Crus (Charpentier, Lejeune-Dirwang), Et Leconte ou Moyat le méritent tout autant. C’est le plaisir qui compte, les soins apportés (Biodynamie, lutte raisonnée…), l’enthousiasme, l’accueil : mieux vaut déboucher une bouteille avec le propriétaire qu’avec une hotesse d’accueil !

Car il y a aussi de très grandes cuvées bien trop chères, qui imposent leurs prix en jouant aussi bien sur des campagnes de publicité qu’elles sont les seules à pouvoir s’offrir ou à force “cadeaux” auprès des hôteliers ou restaurateurs. On est loin de l’expression du terroir…

De rares grandes maisons familiales tiennent toujours le haut du pavé, souvent propriétaires d’importants vignobles et dirigées par des hommes et des femmes pour lesquels la continuité patrimoniale prime. Ce sont aussi des marques qui réussissent également remarquablement leurs “simples” cuvées. Aux côtés de ces maisons incontournables (Pol-Roger, Gosset, Roederer..), d’autres sont au sommet (Ellner, De Sousa, Bara, Legras et Haas), où la force des terroirs de Grands et Premiers Crus joue à plein, à des prix défiant toute concurrence. Chaque marque n’est, bien sûr, pas à “comparer”. Il est impératif de suivre la hiérarchie interne de notre Classement, les Premiers des “Premiers” étant intrinsèquement “supérieurs” aux autres “Premiers”, et ainsi de suite, en sachant que, toujours, le rapport qualité-prix prime et explique bien des choses…

 

La hiérarchie des Deuxièmes Grands Vins Classés est à prendre à la lettre : les Premiers des Seconds sont nettement supérieurs aux Cinquièmes…

Il y a des propriétaires qui peuvent prétendre atteindre les sommets, selon leurs cuvées, globalement ceux qui sont dans le peloton de tête des Deuxièmes Grands Vins Classés, dans les deux ou trois premiers échelons de cette hiérarchie, donc, élevant des vins les uns plus séduisantes que les autres, garants d’une typicité et d’une grande régularité qualitative, associés à des prix doux.

Il s’agit de Drappier, Coutier, J.-B. Bourgeois, Brice, Poinsot, Edouard Brun, Rutat, Pehu-Guiardel, Clergeot, Jacques Defrance, Royer, Pierre Legras, Laurent-Gabriel, Sadi-Malot, Perseval-Farge, Alain Littière, Maurice Vesselle, Fleury-Gille, Lancelot-Royer, Alain Brixon, Charles Mignon, Etienne Oudart, Moussy, Daviaux, Mannoury, Vrain-Augé, Gimonnet, Solemme, Huot, Phlipaux, Renaudin, Bardy-Chauffert, Moussy, Michel Littière, Bourgeois-Boulonnais, Brice, Morize, De Milly, Baron-Fuenté, Verrier, Hamm, Jeaunaux-Robin, Baroni, Marteaux, Camiat, Bardoux, Hautbois, Lucien Collard, Penet, Briaux-Lenique……, un bon nombre exploitant des terroirs situés en Grands (et Premiers) Crus, ceci expliquant bien sûr cela, et prouvant que, ici comme ailleurs, la force du terroir est primordiale, même si l’art de l’assemblage, les stocks et l’élevage feront la différence.

De jolis coups de cœur expliquent l’entrée dans le Guide cette année, notamment de Esterlin, Locret-Lachaud, Rafflin, Callot, Clergeot…

 

 

Languedoc-Roussillon

Des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc ou les vins de pays… on aime ces producteurs passionnés qui élèvent des vins racés, historiquement marqués par des cépages spécifiques…le tout donnant de vrais beaux vins typés, qui parviennent à un niveau qualitatif réel, en blancs comme en rouges, et c’est tout ce qui compte.

Toutes appellations confondues, les grandes références sont Daumas-Gassac, Peyregrandes, Mas du Novi, Pépusque, Martinolle, Cambriel, Saint-Martin des Champs, Mire-L’Etang, Bertrand-Bergé, Grand Moulin, Etang des Colombes, Cascades, Navarre, Tour de Baulx, Grand Caumont ,Herbe Sainte, Clarmon, Familongue, Guizard, Cavaillès, Clotte Fontane, Casa Blanca, Domaine de la Vieille, Mairan…

Trois caves coopératives sont toujours au top : celles de Roquebrun, de Cabrières et Vignerons de Camplong.

En nouveaux, Gangloff, Toupue, Vellas, Argenties ou Sylva Plana.

 

Provence-Corse

Les meilleurs sont vraiment loin devant les autres, et sont ceux de ces propriétaires qui laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Grenache, Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…).

Dans les trois couleurs, en Bandol, on est au sommet avec Lafran-Veyrolles, Pradeaux, L’Olivette, Terrebrune, Bunan, Vannières et Chrétienne.

Loou et Thuerry sont les meilleurs Coteaux-Varois, Fontcreuse est le meilleur Cassis.

En Côtes-de-Provence, les rosés sont formidables : Rasque, Jas d’Esclans, Sumeire.

Belles dégustations aussi chez Anglade, Cibonne, Rouet, Grand Vigne, Aspras, Anglade… La majorité de ces crus élèvent aussi des rouges et blancs savoureux.

On a bien apprécié, pour ceux qui entrent dans le Guide : Sainte-Marie, Frégate, Mascarronne.

La Corse est vraiment au sommet avec le Domaine de Maestracci, le Domaine de Torraccia, et celui de Peraldi. Ils sont les références de l’Île de Beauté, avec des vins extrêmement typés, élégants, chaleureux, dans les trois couleurs.

 

 

Savoie-Jura

En Savoie, la diversité des terrains (mélange de blocs rocheux marno-calcaires émanant du Granier avec les sols en place) laisse s’exprimer au mieux les cépages propres à la région : la Jacquère, l’Altesse ou la Mondeuse, qui apportent une spécificité rare et réelle à ces vins, digestes, tout en fraîcheur, qui s’associent remarquablement à la cuisine régionale, comme ceux, non loin, du Jura viticole.

Le Classement des meilleurs : Million-Rousseau, Lambert, Bosson, Mollex, en Savoie, et Badoz, pour le Jura, se trouve avec celui des Beaujolais.

 

Sud-Ouest

Lorsque l’on est un vigneron qui sait mettre en avant son terroir et la puissance de ses grands cépages historiques régionaux, on élève alors, de Buzet à Jurançon, de Gaillac à Cahors, de Monbazillac à Madiran… des vins typés qui entrent dans la “cour des grands”.

On le voit bien en savourant les bouteilles, en Madiran, de Barréjat, Sergent, Pichard et Paradis, en Cahors, de Lavaur, Gautoul, Nozières, Bovila, La Caminade…

En Gaillac, Labarthe et Bourguet sont au top, comme pour les autres appellations, Lafitte, Vieux Touron, Moulin-PouzyPouypardin, Grand Jaure, Passelys…

 

 

Val de Loire

La région est garante d’une typicité hors normes, grâce à ses grands cépages spécifiques (Chenin, Sauvignon, Cabernet franc…) qui s’expriment pleinement dans ces terroirs de silex, de tuffeau, de craie marneuse, de marnes kimméridgiennes…, sont parfaitement “chouchoutés” par ces vignerons passionnés et passionnants, qui s’attachent à conserver une authenticité rare. Du rouge le plus gouleyant à celui qui demande de la patience, des blancs secs aux moelleux, des demi-secs aux rosés ou aux Crémants… la palette est grande.

Sancerre et Pouilly-Fumé sont les territoires, où, avec la Bourgogne et l’Alsace (chacun ayant sa spécificité, naturellement), on entre dans la catégorie des vins blancs exceptionnels chez Natter, Sarry, Gitton, Pabiot, Petit et Fille, Chevreau, Reverdy, Dezat, Blanchet, Landrat-Guyollot, Guy Baudin, Sautereau, Pierre Martin, Garenne

En QuincyCommanderie, ou Chaillot en Châteaumeillant sont toujours à la tête de leur appellation, comme L’Ermitage à Menetou-Salon. La Cave de Pouilly-sur-Loire est la référence dans la région. En Côtes du Forez, c’est la Cave Réal.

Le meilleur Saint-Nicolas-de-Bourgueil se trouve chez Drussé, le meilleur Bourgueil aux Géleries, les meilleurs Saumur-Champigny se savourent à la Guilloterie, chez GouronTargé, au Clos Maurice, chez Dézé (Petite Chapelle) ou Raynières.

En Chinon, on est au sommet avec NoiréBouchardière, Bouquerries, et, en TouraineChaise, Mandard, Charbonnier et, Montigny. En Anjou, on ne peut éviter Gauterie, comme, à SaumurRaynières, ou, en VouvrayCapitaine.

Les liquoreux sont toujours exceptionnels chez Aubert, La Varière, Rochettes, Gonorderie et Godineau.

En Muscadet, toujours Morilleau, suivi de Tourlaudière, Plessis-Glain, Hautes Noëlles et Poiron-Dabin.

Pour les nouveaux retenus cette année : Fontainerie, Legrand et Delaunay.

 

 

Vallée du Rhône

Le Classement parle de lui-même, et c’est la grande régularité qualitative, qui prime, ici comme ailleurs, avec des vins racés, chaleureux, dont le rapport qualité-prix-plaisir est toujours exceptionnel.

On s’en assure, à Châteauneuf-du-Pape, chez André Mathieu, Méreuille, Serguier, Domaine de Saje, Solitude, Elie Jeune, Sabon de Rocheville, Comte de Lauze, Mouriesse Vinum, Harmas, Mas Saint-Louis, Abbé Dîne

Pêle-mêle, on se fait vraiment plaisir avec les vins de Bizard, Garrigue, à la tête de leurs appellations respectives.

En Côte-Rôtie, le Domaine des Rosiers et Levet.

Redortier est toujours au sommet à Beaumes de-Venise, avec BeauvalcinteArnoux élève des vins superbes à VacqueyrasAlary est à la tête de l’appellation CairanneLauribert, à celle de Visan, et, en Côtes-du-Rhône-Villages, les incontournables sont le Domaine de l’Amauve, Saint-Estève, Croix Blanche, Magalanne et Valériane, quand le Moulin du Pourpré reste le fer de lance des Côtes-du-Rhône et La Canorgue celui des Luberon.

Pour les nouveaux, beaucoup de jolis coups de cœur cette année avec Vérone, Tavernel, Mayard, Montine, Beaubois…

Le terroir et la persévérance

 

Le premier semestre 2020, on le sait, a été particulièrement sensible, sur les plans sanitaire et économique. Pourtant, dans ces périodes, il ressort souvent du bon : la solidarité, la volonté, la persévérance en sont de beaux exemples.

 

Voici ce qu’il faut retenir, région par région :

 

En Alsace, les fidèles du Guide savent que c’est toujours l’une de nos régions où l’authenticité prime. Alliée à la convivialité des vignerons et à un savoir-faire qui leur permet avec ces cépages uniques d’élever une gamme incomparable, du vin le plus sec au plus liquoreux, d’autant plus marqués par leurs terroirs où les Grands Crus -ici, comme en Bourgogne- sont de vrais gages de qualité. On ne peut qu’être sous le charme des vins de Frankstein, Kastelberg, Steinert, Mœnchberg ou Zotzenberg. Dans chacun de ces crus, les sols font la différence : calcaire fossile, schiste, marnes jurassiques. Cela explique la puissante identité de ces vins,

 

Dans le Médoc, le Classement voit distinguer plusieurs Premiers Grands Vins Classés : les vrais amateurs et professionnels ne seront pas surpris tant les crus que nous avons fait “monter” correspondent à ce que l’on aime : des vins racés à prix doux.

 

Car, justement, on se demande encore pendant combien de temps des ”crus classés” (Classement de 1855, totalement obsolète quand on sait que les territoires, les hommes et les techniques ont évolué depuis plus de 150 ans) peuvent se vendre aussi chers.

Comme en Champagne, les stocks s’alourdissent, faute d’avoir expédié en Chine où l’on ne sait où, en tout cas vers des contrées où l’on trouve toujours des consommateurs, souvent peu informés, se contenter de boire une étiquette.

 

Les terroirs signent les vins : graves garonnaises à Saint-Julien, quartz et cailloux roulés à Saint-Estèphe, croupes de graves maigres à Pauillac, graviers et cailloux à Margaux, formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile en Médoc… Mais, vous le savez, il est parfois bien difficile aujourd’hui de retrouver cela, tant certains crus sont “lissés” par des vinifications sophistiquées. C’est d’autant plus dommage que ces terroirs ont une réelle influence et pourraient de nouveau signer de vrais grands vins racés. Il manque aussi des figures légendaires dans la région, qui n’ont pas été remplacées.

 

La médaille à son revers : leur réussite à l’export se mêle à une image dégradée en France de certains grands crus de Bordeaux, tant les consommateurs ne s’expliquent pas leur prix et ont tendance à rechercher dans d’autres régions des vins avec plus de personnalité. Cela est dommageable pour tous les autres vignerons bordelais qui proposent des vins avec un véritable rapport qualité-prix-plaisir exceptionnel.

 

Pomerol comme à Lalande-de-Pomerol, là encore de nombreux vins atteignent cette année la hiérarchie des Premiers Grands Vins, notamment dans l’appellation Lalande-de-Pomerol. Mené par le mythique Petrus, où nous avons une nouvelle fois été émerveillé par la race de ce vin majestueux, on trouve les vins les plus chaleureux de la région bordelaise, où les senteurs de truffe se mêlent à la mûre, à la cannelle, à la cerise ou à la réglisse, la chair s’associant à une texture dense, ample, veloutée, le tout donnant des vins que les propriétaires élèvent à leur image, chaleureuse.

 

 

Saint-Emilion, Il y a également des nouveautés dans le Classement. En effet, la dérive du Classement “officiel“ qui s’intéresse de moins en moins au terroir et poursuit son chemin vers une reconnaissance des prix (de la frime ?). Comment expliquer que des crus accèdent à la plus haute place quand on connait ce qui distingue leurs territoires à celui, notamment d’Ausone, certainement le plus grand vin racé de la région ? Eh oui, il y a des différences entre les sols de calcaire à astéries qui signent une très grande finesse, et ceux des alluvions sableuses…

 

Vous pouvez aussi simplement vous promener pour comprendre l’importance des sols. Ou procurez-vous l’exceptionnelle carte de Van Leuween, que nous avions publié en son temps dans Millésimes, aujourd’hui “interdite” de publication. Pour quelle raison ?

Franchement, il y tant de vins de l’appellation qui se prennent pour un Côte-Rôtie (le terroir en moins), à force de concentration, d’élevage surdimensionné en fûts neufs… Où est la distinction ? Où est la fraîcheur ?

 

On déguste ces vins sans avoir la moindre envie de les boire. Restez fidèles aux vignerons humbles qui savent qu’un Saint-Emilion, c’est d’abord l’élégance !

 

Et puis, il y a ces “satellites”, les Montagne, Puisseguin, Lussac et Saint-Georges, marqués le plus souvent par des sols de calcaire à astéries (le top) ou de molasses du Fronsadais, où l’on est régulièrement sous le charme de ces vins remarquables, dominé par le Merlot et une fraîcheur en bouche certaine, de grande évolution également, dont la plupart sont au même niveau qualitatif, voire bien meilleurs que des Saint-Emilion Grands Crus Classés (toujours selon ce “classement” officiel), mais à des prix divisés par 3, 4 ou 5… Quelques-uns des plus beaux rapports qualité-prix-plaisir du bordelais se trouvent ici.

 

Dans les Graves, la majeure partie des vins en tête de notre Classement, bénéficient aussi d’un formidable rapport qualité-prix. Bien sûr, les territoires signent des vins de qualité et de style différents à Portets, Castres, Beautiran, Podensac ou Landiras, et c’est tant mieux !

 

En Pessac-Léognan, où les sols sont très diversifiés, on peut élever, à la fois, de grands vins rouges et blancs secs. On cherche, sans la trouver, une réponse légitime à certaines notoriétés qui ne semblent pas ou plus justifiées, notamment quand on accède à des prix exagérés. Et puis, là encore, on ne fait pas les mêmes vins sur des croupes graveleuses et des sols sableux.

 

Dans les appellations de Côtes, selon les expositions, les sols, la complémentarité des cépages (Merlot souvent prépondérant), on peut en effet passer du très beau au très simple. De Saint-Vivien-de-Blaye ou Saint-Paul-de-Blaye, de Tauriac à Baurech, de Saint-Magne-de-Castillon à Gabarnac, les meilleurs signent de beaux vins de caractère, puissants ou soyeux, vifs ou suaves, en rouges comme en blancs, et à des prix très abordables.

 

En Bordeaux et Bordeaux Supérieurs, contrairement à ce que vous pourriez croire, les terroirs ont une réelle incidence sur la qualité des vins ! Et des vignerons passionnés qui savent mettre en avant leurs sols (exception faite des palus) élèvent des vins supérieurs à des crus d’appellations beaucoup plus chères et renommées.

 

En LiquoreuxSauternes en tête, l’équilibre géologique et climatique en fait un milieu naturel idéal pour cette fascinante biologie qu’est le botrytis cinerea. Ces vins rares, du plus liquoreux au plus fin, dont les prix sont largement justifiés quand on connaît les efforts des propriétaires, méritent toujours d’être appréciés tout au long du repas, et pas uniquement à l’apéritif ou sur les desserts (pour avoir des idées d’accords : www.ideevins.com).

 

Bien sûr, on boit de moins en moins ces vins, et le manque d’une communication pour séduire les consommateurs, ne va pas dans le meilleur sens.

 

La Bourgogne est “la” région où le terroir est omniprésent, où les Grands Crus sont de vrais grands crus !

 

C’est aussi l’un des plus vieux vignobles français, qui s’étend sur des sols d’une richesse magique : marnes kimeridgiennes à Chablis, de silice, calcaire, argile, marnes pour les plus grands rouges (ceux des mi-coteaux), argilo-calcaire en pentes douces pour les plus grands blancs, etc.

 

Aucun autre vin blanc ne peut rivaliser avec ces Crus (Grands Crus ou Premiers) de Puligny-Montrachet, Meursault ou Chablis, qui dévoilent une minéralité envoûtante et tiennent 15, 20, 30 ans sans décevoir ! Et, en rouges, pour lesquels certains dégustateurs incompétents n’ont toujours pas encore compris que la couleur ou la concentration n’ont rien à voir avec un réel potentiel de garde, on ne peut qu’exciter ses papilles avec ces crus racés.

 

Les prix sont chers, certes, mais il n’y pas de comparaison entre un Puligny à 100 euros et un autre blanc au même tarif, ni avec un Gevrey-Chambertin face à un rouge bodybuildé…

Et puis, quel bonheur de serpenter la route des vins, de village de village, en apprenant très vite ce qui distingue les crus séparés par une route, les mi-pente à la plaine. Et tout cela dans la bonne humeur et le partage de boire un “canon” avec ces vignerons simples qui élèvent des vins légendaires

 

En Beaujolais, là aussi, les vignerons sont attachants et ont su redonner toute la noblesse à leurs crus, après une époque ou les primeurs qui sentaient tout sauf le vin risquaient de détruire toute l’image de la région.

 

Les sols comptent ici, autant qu’ailleurs, et on le voit en débouchant les flacons de ces vignerons qui associent talent et convivialité. Terroir oblige, à cépage unique, un Brouilly (granit et sables alluviaux) n’a rien à voir avec un Morgon (schistes granitiques décomposés), un Juliénas (schiste et granit) avec un Fleurie (arène granitique), un Chiroubles (granit et porphyre) avec un Moulin-à-Vent (granite rose).

 

En Champagne, une bonne dizaine de vignerons et (petites) maisons font leur entrée dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés. D’autres suivront prochainement.

 

Pour trois raisons principales :

 

– l’omniprésence historique et marketing d’un bon nombre de grandes (dans le sens d’importance) maisons commence à avoir bon dos. A l’heure où certaines continuent de déverser gracieusement ou pas, l’une du mobilier sur une plage, l’autres des magnums lors d’évênements sportifs ou de festivals, eh bien, les “petits” vignerons, eux, ont visiblement compris ce qu’il fallait faire : aller se présenter eux-mêmes aux restaurateurs (c’est quand même plus sympa qu’un représentant), expliquer leur savoir-faire, partir au Japon ou en Russie, conforter leur présence sur le Net et les réseaux sociaux, se montrer…

 

– la qualité des cuvées des vignerons que l’on déguste depuis une bonne dizaine d’années est nettement plus passionnante que des cuvées de grands groupes qui ont toujours le même goût : elle apporte une originalité des sols, fait ressortir ici le Pinot meunier, là un territoire spécifique de Grand ou Premier Cru, la Byodynamie, le respect de la Nature, le traitement des sols à la charrue, tout cela exacerbe ce que l’on attend d’un vrai grand vin : son originalité. C’est le résultat d’une persévérance hors-normes de la part de ces vignerons.

C’est le plus beau paradoxe français : quand des régions entières uniformalisent leurs vins, en Champagne, on a pris le contresens en valorisant enfin son terroir !

 

– les prix. Entre 30 et 50 euros (c’est-à-dire aux prix des cuvées de base de beaucoup de marques), on accède donc à des cuvées formidables. Bien sûr, certaines sont plus chères mais toujours bien moins que les plus connues. Comment ne pas encourager cela ?

On voit d’ailleurs que les accords pour le nombre de kilos/hectare est aussi (et le sera plus encore demain) le nouveau challenge mené par les meilleurs vignerons : ils ont besoin de raisins pour pérenniser leur entreprise et les problèmes de surstockages des grands maisons ne sont pas les leur. Eux, ils vendent, de plus en plus, de mieux en mieux !

 

En Languedoc, de Faugères en Minervois, des Corbières à Saint-Chinian, en passant par les Languedoc ou les Vins de Pays (IGP)… on soutient encore et toujours ces producteurs passionnés qui élèvent des vins racés, historiquement marqués par des cépages spécifiques… le tout donnant de vrais beaux vins typés, même si les conditions climatiques peuvent créer des vins trop alcoolisés. Les rosés sont de mieux en mieux faits.

 

En Provence c’est toujours Bandol qui signe une gamme de vins superbes, dans les trois couleurs ! Les autres appellations maîtrisent parfaitement les rosés et les blancs, et on peut regretter la voix empruntée par certains vers des rouges de plus en plus forts, concentrés. Ceux qui sont retenus élèvent les meilleurs. et laissent s’exprimer au mieux les grands cépages de la région (Mourvèdre, Cinsault, Rolle, Ugni blanc…).

 

En Corse, la force des terroirs a toute son importance et les coups de cœur sont réels.

 

En Sud-Ouest, là encore, le jeu de “je fais le vin le plus concentré que mon voisin” ferait sourire si l’on n’était pas en train de masquer son terroir et l’originalité de ces grands cépages historiques régionaux. Car, à Cahors, à Bergerac ou à Madiran, il faut quand même reconnaître que l’on n’a pas envie de finir une bouteille (voir Saint-Emilion). Par contre, quand un vigneron ne tombe pas dans ces pièges, on retrouve à la fois la puissance et la rondeur des meilleurs vins de la région. Les blancs sont remarquables, secs ou moelleux.

 

Dans le Val de Loire, c’est le plaisir et des prix très abordables. Les rouges sont beaux, bons, savoureux, marqués par ce Cabernet franc et Le Gamay qui se plaisent à merveille dans ces appellations où les sols de tuffeau tutoient ceux de graviers. Les liquoreux sont au top.

Les Sancerre et Pouilly-Fumé sont franchement superbes. Racés, frais, vifs, parfumés par ce Sauvignon qui ne s’exprime nulle part ailleurs aussi bien, sur ces sols de caillottes, de silex, de terres blanches, de marnes kimméridgiennes…

 

Dans la Vallée du Rhône, comme toujours, les vins retenus bénéficient d’un splendide rapport qualité-prix-plaisir. En blancs comme en rouges, les sols ont une grande influence, de beaux Châteauneuf-du-Pape (galets, bien sûr, mais aussi des sables) ou un Côte-Rôtie (terrasses granitiques et oxyde de fer) à 35 euros valent largement leur prix, sans parler de la multitude d’appellations : Beaumes-de-Venise (calcaire tendre et molasses), Rasteau (sols bruns et calcaires), Cairanne (terrasses argileuses et molasses sableuses) ou “simples” Villages (Séguret, Visan…) que l’on trouve entre 7 et 12 euros. Voilà des vins typés et à prix doux !

 

Vous allez voir que la sélection est sévère et que pas mal de propriétaires ont été éliminés. C’est l’assurance de garder les meilleurs !

 

Merci de votre fidélité.

 

Patrick, Mélodie et Thibault

 

N.B. Toujours innovants, en famille, nous ouvrons en fin d’année 2020, notre Boutique L’Amour du Vin, dont s’occupent Mélodie et Thibault au 124, route de Léognan, 33170 Gradignan (www.amourduvin.com). Le concept est toujours unique : une sélection des meilleurs vignerons de leur appellation, les vins vendus prix-propriété, sans aucune marge prise par la boutique, des dégustations, des conseils…

Château TOUR-DU-ROCHAUT-MÉDOC Château TOUR-DU-ROC

Château TOUR-DU-ROC 

(HAUT-MÉDOC)
Philippe et Emmanuel Robert
1, rue de l’Église
33460 Arcins
Téléphone :05 56 58 90 25
Email : tourduroc@wanadoo.fr
Site : www.chateautourduroc.fr

Situé à 4 kms au Nord de Margaux, le vignoble du Château Tour-du-Roc, propriété de la famille Robert depuis plusieurs générations, s’étend sur 12 hectares de croupes graveleuses très bien exposées. L’encépagement se compose de 50% de Merlot et 50% de Cabernet-Sauvignon.
L’exploitation a conservé des méthodes traditionnelles de travail : taille Guyot double sans désherbage chimique, vendanges manuelles.
La vinification est effectuée selon la tradition médocaine avec une cuvaison de trois semaines. L’élevage en fûts de chêne pendant douze mois est suivi d’un filtrage léger lors de la mise en bouteilles, laquelle a lieu au Château; autant d’atouts qui confèrent à ce Haut Médoc une grande qualité et une bonne aptitude au vieillissement.
Pour Philippe Robert, “les ventes s’étalent tout au long de l’année 2020 et ce sont les Haut-Médoc 2014 et 2016 que l’on trouvera en premier, puis suivront les 2018.
Les vendanges 2019 resteront pour nous, parmi les meilleures, quantitativement, nous avons atteint le quota et qualitativement, nous avons l’excellence, les vins possèdent tout ce qui laisse présager un grand vin de garde.”
Superbe Haut-Médoc 2016, qui sent la groseille mûre et le poivre, de robe grenat, riche, aux tanins puissants et soyeux à la fois, au nez intense, complexe, d’une belle finale aromatique aux nuances de fruits cuits, un vin fondu mais puissant en bouche, de garde. Le 2015, qui sent les petits fruits cuits, mêle puissance, typicité et souplesse, de robe grenat soutenu, très aromatique en bouche, avec des nuances de cassis, de musc et de fumé, complet, charpenté et persistant, de garde naturellement. Le 2014, de très belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, est un vin puissant mais déjà charmeur, qui mêle richesse et souplesse, généreux, de fort belle évolution, que l’on peut apprécier, par exemple, avec des aiguillettes de canettes aux fèves ou un chou farci aux châtaignes et au foie gras.
Domaine de CARTUJACHAUT-MÉDOC Domaine de CARTUJAC

Domaine de CARTUJAC 

(HAUT-MÉDOC)
Bruno Saintout
20, Cartujac
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 56 59 91 70
Email : contact@vignobles-saintout.fr
Site : www.vignobles-saintout.com

La famille Saintout, présente sur la commune de Saint-Laurent-Médoc depuis la fin du XVIIIe siècle au Domaine de Cartujac où elle élevait des brebis aux portes de la grande lande et cultivait déjà quelques arpents de vignes. Un vignoble de 10 ha, sur sols de graves graves, argilo-graveleux, Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit Verdot.

Pour Bruno Saintout, “2018 et 2019 sont l’expression du changement climatique. Ce sont des vins concentrés, longs en bouche, le Cabernet-Sauvignon est adapté au climat chaud, nous avons donc obtenu une très belle maturité des raisins. On retrouve dans les vins des arômes de cerise noire. Cette concentration indique un déficit en eau, et une baisse des rendements.
Le 2019 est plus concentré que 2018, ces derniers millésimes me font penser au 2016 et 2009. Certes il y a une différence entre les deux.
Avec ces étés chauds nous récoltons des Cabernets-Sauvignons très mûrs.
Nous développons l’œnotourisme au Château La Bridane à Saint Julien, ouvert 6 jours sur 7 de fin Juin à début Octobre, visite, dégustation et vente de vins.
Pour nos deux Crus Bourgeois Château de Cartujac et Château du Périer, les trois derniers millésimes sont à la vente.”

Voilà un superbe Saint-Julien Château la Bridane 2017, provenant d’un vignoble de 15 ha sur graves garonnaises (Cabernet-Sauvignon, MerlotPetit VerdotCabernet franc), qui a une robe d’un rouge rubis intense, de bouche veloutée, avec de la matière et du fruit, aux tanins fins et soyeux. Le 2016 est un très beau vin, avec des arômes très présents d’épices, de cerise confite, de mûre, de réglisse et de violette, bien structuré et gras en bouche, ample, de très bonne évolution, parfait avec, notamment, avec un tournedos Rossini ou des magrets grillés.
Le 2015, aux arômes persistants de petits fruits noirs mûrs avec des notes de cannellegénéreux, est ferme, très parfumé, et marie élégamment une finesse tannique à une rondeur persistante.
Un vrai coup de cœur également pour ce Haut-Médoc Cru Bourgeois Château de Cartujac 2017, au bouquet très développé avec des nuances épicées, un vin complet, de très jolie bouche où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, idéal, par exemple, avec un filet d’agneau aux échalotes confites ou un sauté de chevreau à la moutarde. Très savoureux 2016, harmonieux, aux nuances fruitées denses, dominées par le cassis et la cannellecorsé, est dense, d’un beau rubis foncé, d’une belle concentration aromatique et beaucoup de matière, un vin au joli potentiel de garde.
Le 2015, mêle finesse et richesse d’arômes, de bouche suave et veloutée, très parfumée (fruits rouges surmûris, cannelle), riche en couleur comme en charpente, d’une belle finale, un vin racé, de très belle évolution. Le 2014 est un vin plein, au nez de griotte confite, aux tanins intenses mais délicats, très équilibré au nez comme au palais, avec une finale de prune et d’humus.
Également le Médoc Cru Bourgeois Château du Périer, un vignoble de 7 ha de Cabernet-Sauvignon et Merlotsols similaires. Le 2017 (médaille d’Or Paris 2019), réunit concentration aromatique et souplesse, aux notes de griotte mûre, avec cette pointe de poivre séduisante, c’est un vin coloré, charnu, de bouche soyeuse mais puissante.
Le 2016, est intense en couleur comme en arômes, aux tanins présents, avec ces notes de mûre et de griotte, riche et généreux, de garde.
Le 2015, est charnu, savoureux, c’est un vin qui allie puissance et souplesse, de bouche fondue où domine le pruneau confit, d’excellente évolution.


Domaine CHALET de GERMIGNANHAUT-MÉDOC Domaine CHALET de GERMIGNAN

Domaine CHALET de GERMIGNAN 

(HAUT-MÉDOC)
Luc Monlun
139, avenue de la Boétie ( Chai et Dégustation : 98, avenue de Germignan)
33320 Le-Taillan-Médoc
Téléphone :05 56 05 41 94 et 06 07 81 76 86
Email : contact@lesvignoblesdegermignan.fr
Site : www.lesvignoblesdegermignan.fr

Un domaine familial (6e génération) qui s’étend sur 7 ha. Il est composé de 4 grandes parcelles réparties sur les communes du Taillan-Médoc et Blanquefort. La particularité des sols (graveleux, sablonneux, argilo-graveleux) et sous- sols (graveleux, calcaires et argileux) a permis l’implantation de divers cépages ce qui en fait un des rares domaines comptant autant de variétés.
Coup de cœur pour ce Haut-Médoc 2015, fin, typé, de couleur profonde, au nez de mûre et de groseille, de bouche savoureuse, avec des tanins veloutés, un vin ample, d’une très belle persistance. Le 2014, où les Cabernets sont majoritaires, élevage durant 18 mois en cuves et barriques dont 10 à 20% neuves, vinification traditionnelle en cuve Inox, mêle concentration aromatiquefinesse des tanins et puissance, avec des notes de fruits noirs cuits, de bouche harmonieuse.
Le Haut-Médoc Origine 2014 est un vin tout en nuances d’arômes épicées, où dominent la mûre et le cassis, très riche au nez comme en bouche, de robe intense, aux tanins puissants, de bonne garde. n

Château DEVISE d'ARDILLEYHAUT-MÉDOC Château DEVISE d'ARDILLEY

Château DEVISE d’ARDILLEY 

(HAUT-MÉDOC)
Jacques et Madeleine Philippe
Vignobles Vimes – Philippe SAS – 5, Le Pateau
33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 57 75 14 26
Email : devise.dardilley@terre-net.fr
Site : www.chateaudevisedardilley.fr

Propriété rachetée en 2000 par Madeleine et Jacques Philippe qui réalisaient un rêve : elle, parce que d’origine bordelaise, retrouvait ses racines et, lui, ingénieur de formation, après une carrière dans un grand groupe de services désirait devenir vigneron. Rêve devenu réalité…
Leur Haut-Médoc Cru Bourgeois 2015 est vraiment excellent, aux nuances de cerise noire et d’humus, de bouche flatteuse et riche à la fois, où se mêlent la myrtille et l’humus, un vin classique comme nous les aimons, intense et complexe, de très bonne charpente. Le 2014, de belle matière, au nez puissant de cassis, de musc et fumé, complet, avec des nuances en bouche de fruits surmûris et de poivre, bien persistant au palais. Le 2013 se goûte très bien, un vin dense au nez comme en bouche, aux tanins soyeux. Beau 2012, aux tanins amples, à la fois riches et soyeux, aux notes de cassis mûr et de groseille, structuré, charnu, tout en bouche.

Château FONTESTEAUHAUT-MÉDOC Château FONTESTEAU

Château FONTESTEAU 

(HAUT-MÉDOC)
Dominique Fouin

33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 59 52 76
Email : info@fontesteau.com
Site : www.fontesteau.com

Le Château, bâti et fortifié au XIIIe avec les moellons arrachés aux terres qui l’entourent, a été entièrement rénové en 1997 et s’érige sur 100 ha, dont 32 de vignes élevées dans les principes de lutte raisonnée qui minimisent l’emploi de produits de synthèse en intégrant les défenses naturelles de la vigne (60% Cabernet-Sauvignon, 35% Merlot noir, 5% Cabernet franc). Terroir sablo-graveleux sur dalle calcaireVinification traditionnelle dans une cuverie moderne en Inox équipée d’une régulation thermique, élevage 12 mois dans 700 barriques de chêne français (25% de barriques neuves par an). Le vignoble s’est équipé d’un nouveau chai à barrique, il est certifié HVE depuis millésime 2017 et certifié Bio à partir du millésime 2018.
Savoureux Haut-Médoc Cru Bourgeois 2017, aux connotations complexes de griotte, de pruneau et de sous-bois, avec des tanins mûrs, de bouche veloutée et ample, de très bonne évolution. Remarquable 2016, au nez à la fois complexe et intense dominé par les petits fruits noirs, aux tanins bien présents et savoureux, d’une finale persistante, de garde, naturellement. Le 2015, d’une belle couleur aux reflets violets, avec des nuances de groseille, de poivre et de cassis, un très joli vin, il est charmeur et puissant à la fois, tout en bouche, de garde.
Goûtez le Second Vin, le Haut-Médoc Variation de Fontesteau, au nez de cassis et de griotte, charnu, de bouche soyeuse. Profitez également des sept jolies chambres du gîte.

Château GRAND BRUNHAUT-MÉDOC Château GRAND BRUN

Château GRAND BRUN 

(HAUT-MÉDOC)
Olivier Brun
31, avenue du Fort Médoc
33460 Cussac-Fort-Médoc
Téléphone :05 56 58 97 87 et 06 86 41 25 62
Email : contact@chateau-grand-brun.com
Site : www.chateau-grand-brun.com

Exploitation familiale d’un peu plus de 12 ha dont 10,5 en appellation Haut-Médoc et 2 en appellation Bordeaux Supérieur.
Voici un très joli Haut-Médoc Cru Artisan 2016, 60% Cabernet -Sauvignon, 35% Merlot et 5% Petit Verdotvignes de 30 ans en moyenne, élevage 10 mois en barriques de chêne français. un vin qui nous a particulièrement plu, aux connotations de fruits mûrs (griotte, cassis…), de bouche ample, légèrement fumée et bien structurée, une belle réussite.

Château HENNEBELLEHAUT-MÉDOC Château HENNEBELLE

Château HENNEBELLE 

(HAUT-MÉDOC)
Pierre Bonastre
21, route de Pauillac
33460 Lamarque
Téléphone :05 56 58 94 07
Email : pierre.bonastre@wanadoo.fr
Site : www.chateauhennebelle.com

Une propriété familiale de 11 ha de vignes, et des viticulteurs de père en fils depuis cinq générations.
Laurent Bonastre nous indique “vendre actuellement ses Haut-Médoc 2014, 2015, 2016, 2017 et, en fin d’année les 2018.
Pour nous les vendanges 2019 ont été très concluantes, la qualité est incontestable, maturité complète, fruité, degrés élevés, de bons tanins. Tous les paramètres sont réunis pour prévoir un très grand vin.
Cette récolte 2019 nous réjouit pleinement, d’autant plus que le rendement est correct.”
Vous allez aimer ce Haut-Médoc 2017, de couleur intense, tout en parfums, souple, persistant, tout en élégance mais avec une jolie matière, un vin très charmeur. Beau 2016, très parfumé, alliant une bonne base tannique à un velouté charmeur en bouche, un vin où élégance et puissance en bouche s’harmonisent très bien, où dominent la fraise des bois et le cuir, de belle garde.
Le 2015 est de robe pourpre, au nez concentré (mûre et cassis), tout en charme, de bouche riche et harmonieuse, où l’on retrouve ces nuances fruitées et épicése. Le 2014 est de belle teinte rouge intense, au nez marqué par des arômes de mûre et de réglisse, un vin ample, chaleureux, très persistant en bouche.

Château Le MEYNIEUHAUT-MÉDOC Château Le MEYNIEU

Château Le MEYNIEU 

(HAUT-MÉDOC)
Jacques Pedro
Domaines Pedro
33180 Vertheuil
Téléphone :05 56 73 32 10
Email : lesdomainespedro@orange.fr
Site : www.domaines-pedro.fr

Propriété de 45 ha dont 22 de vignes et une charmante demeure du XIXe siècle. Encépagement : 60% Cabernet-Sauvignon, 5% Cabernet franc et 35% Merlotvignes de 30 ans en moyenne.
“Plusieurs millésimes sont mis sur le marché, nous dit Jacques Pedro, ce sont les 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, et les 2018.
Nous avons eu l’avantage en 2019 de connaître un temps propice au développement des raisins dans nos deux appellations Saint-Estèphe et Haut-Médoc, nous avons, en effet, atteint en volume le quota prévu, et côté qualitatif, c’est également parfait, grâce à nos terrains dont les sous-sols sont composés d’argile, les vignes ont bénéficié de cet avantage sans souffrir des aléas climatiques. Le millésime 2019 est structuré, élégant, délicatement tannique.”
Toujours ce beau Haut-Médoc 2017, dont les arômes fruités se marient avec le torréfié de la barrique, aux tanins soyeuxsouples, c’est un vin très harmonieux. Remarquable 2016, très équilibré, complexe, d’une jolie robe grenat, aux tanins riches et souples à la fois, au nez persistant où dominent des notes de myrtille et d’épices, un bien joli vin qui allie structure et velouté au palais. Le 2015, de base tannique importante et très équilibrée, dense, charnu, est gras, au nez dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois.
Egalement remarquable le Saint-Estèphe Château Lavillotte 2016, 12 ha de vignes, 70% Cabernet-Sauvignon et 30% Merlotvignes de 30 ans, savoureux, concentré aromatiquement, développe un nez intense où s’entremêlent la groseille mûre et le poivre, un vin de très bonne évolution. Le 2015 est a des reflets noirs, aux puissants arômes de fruits rouges (mûre, fraise des bois…), d’épices, aux tanins bien enrobés.

L’appellation (13 000 ha) s’étend des portes de Carcassonne aux étangs de Leucate et de Nouvelles, des contreforts des Pyrénées aux pieds de la montagne Noire, un quadrilatère compris entre Carcassonne, Narbonne, Perpignan et Quillan. Entre les remuantes Pyrénées et le vieux Massif central, les Corbières ont connu une histoire géologique très complexe qui explique une grande diversité de sols (schistes, calcaire, grès, marne…).

Cette diversité se traduit par la distinction de 11 terroirs répartis sur l’ensemble de l’appellation. Le climat est dominé par l’influence méditerranéenne que l’on retrouve dans une végétation typique de la garrigue ; certains terroirs, les plus occidentaux, ressentent l’influence océanique. Cépages : Grenache, Syrah, Mourvèdre, Carignan, Cinsault pour le rouge et le rosé. Grenache blanc, Bourboulenc, Maccabéo, Marsanne, Roussane pour le blanc.

Vignerons de CAMPLONGCORBIÈRES Vignerons de CAMPLONG

Vignerons de CAMPLONG 

(CORBIÈRES)
Président : Cyril Fito – Directeur : Claude Bolano
25, avenue de la Promenade
11200 Camplong-d’Aude
Téléphone :04 68 43 60 86
Email : vignerons-camplong@wanadoo.fr
Site : www.vigneronsdecamplong.com

Cette coopérative regroupe une trentaine de vignerons dynamiques et passionnés, et collectionne les récompenses. La totalité du vignoble est en culture raisonnée certifiée Terra Vitis, avec une traçabilité des pratiques culturales vérifiées par un organisme indépendant, garantissant un mode de production de qualité, respectant l’environnement.
Toujours remarquable Corbières rouge Le C de Camplong 2017, SyrahMourvèdreGrenache et Carignan, il est coloré, de bouche dense, aux nuances de cassis cuit et d’humus, d’une structure bien soutenue. Le rosé C de Camplong 2019 85% Grenache noir et 15% Grenache gris, est tout en fruits, très rond en bouche, structuré et parfumé, de belle teinte. Le blanc C de Camplong 2018, 85% Macabeu et 10% Grenache gris, est sympathique avec ce nez de pomme, allie finesse et structure en bouche. Le Corbières rouge La Cuvée des vignerons 2016, SyrahCarignanMourvèdre et Grenache, est un vin typique, dense, complexe, parfumé (cassis, poivre et violette), puissant au nez comme en bouche, savoureux, aux tanins fermes et soyeux à la fois. Tout comme le Corbières rouge Fontbories 2017 , médaille d’Or concours Agricole Paris 2018, CarignanSyrahMourvèdre et Grenache, de couleur pourpre, un vin riche et élégant, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille mûre de très belle évolution. Joli Corbières rosé Peyres Nobles 2018, GrenacheSyrah et Cinsault, tout en arômes, un vin frais, équilibré, qui sent la groseille et les agrumes. Séduisant Corbières blanc Peyres Nobles 2018, GrenacheVermentinoRoussanne et Marsanne, c’est un vin qui emplit bien la bouche, très fruité au nez comme en bouche. Le Corbières rouge Peyres Nobles Cuvée Organique 2018, alliant charpente et rondeur, corsé, aux tanins bien équilibrés, est de bonne évolution.

Domaine Les CASCADESCORBIÈRES Domaine Les CASCADES

Domaine Les CASCADES 

(CORBIÈRES)
Laurent et Sylvie Bachevillier
4 bis, avenue des Corbières
11220 Ribaute
Téléphone :06 88 21 84 99 et 06 89 10 42 36
Email : domainelescascades@yahoo.fr
Site : www.domainelescascades.fr

Une propriété de 6 ha, certifiée Bio. Des propriétaires passionnés aussi bien par leurs ânes et moutons, qui s’occupent de tondre l’herbe, que par la volonté d’élever des vins francs que l’on partage généreusement.
Régulièrement réussi ce Corbières blanc Cascades 2018 Bio, qui est harmonieux, au parfum de noisettes et de pêche blanche, d’une très belle ampleur au nez comme en bouche. Le Corbières blanc cuvée RC 2017, Vermentino (30%), Marsanne (30%), Muscat (20%) et Roussanne (20%), est de belle robe paille, avec ce nez de fruits à chair blanche (pêche de vigne), rond et vif à la fois, et demande une cuisine élaborée. Excellent Corbières rosé Cascades Bio, de robe délicate, qui allie nervosité et rondeur, aux notes de cassis et de fraise.
On poursuit avec le Corbières rouge Le K 2017, au nez complexe où dominent les épices et les petits fruits mûrs (cassis, groseille), riche et souple à la fois, chaleureux et très réussi.
Et le Corbières rouge cuvée L 2015, marqué par sa Syrah, de très belle concentration aromatique, avec des arômes bien présents de fruits noirs et rouges, ample et gras, qui a beaucoup de charme et de charpente. Découvrez également le Corbières rosé cuvée M 2017, aux notes de rose et de fraise, très bien équilibré, très agréable sur une terrine de sanglier.
Nous terminons avec ce très bon Corbières rouge Cascades 2016, de robe grenat, avec ces arômes d’épices et de fruits bien mûrs, un vin ferme et très parfumé.
Découvrez aussi leurs gîte et chambres d’hôtes, ainsi qu’une jolie gamme de bières artisanales, au goût et parfums originaux : Blonde, Rousse, Brune, Blanche Framboise, Blanche au MourvèdreBière de Raisin Muscat.

Château ÉTANG des COLOMBESCORBIÈRES Château ÉTANG des COLOMBES

Château ÉTANG des COLOMBES 

(CORBIÈRES)
Christophe Gualco

11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 68 27 00 03
Email : christophe.gualco@wanadoo.fr
Site : www.etangdescolombes.com

Propriété familiale depuis 4 générations. Implanté sur une superficie de 77 ha de vignes, le domaine dispose d’un terroir argilo-calcaire, caillouteux dont la majorité des parcelles est exposée plein sud. Les plus vieilles parcelles ont plus d’une soixantaine d’années et permettent d’élaborer la cuvée Vieilles vignes et la sélection du Bois des Dames. Christophe Gualco, s’attache à veiller sur la qualité des vins qui ont fait du Château Etang des Colombes une des grandes propriétés viticoles de cette région. Innovant avec des vins de cépages et un Viognier en vendanges tardives, marqué par une présence plus forte hors de nos frontières.
“Nous commençons la vente, nous dit Christophe Gualco, des Corbières Tradition rouge, rosé, blanc 2019, en rouge la cuvée Bicentenaire Vieilles vignes 2017, et en rouge et blanc les Corbières Bois des Dames 2017.
Nous avons fait une demande auprès de l’INAO pour pouvoir inscrire la dénomination de notre terroir.
Les vignes en 2019 ont subi de fortes chaleurs : canicule et sécheresse qui ont accentué la maturité, avec un bel état sanitaire, d’où des vins concentrés mais aromatiques, marqués par les fruits noirs (cerise, framboise), fins et élégants. Le côté qualitatif est atteint, il manque simplement un peu plus de volume, et nous sommes très satisfaits de ce grand millésime.”
Christophe vous accueillera et vous fera découvrir son formidable Corbières rouge Bicentenaire Vieilles vignes 2016, Grenache noir, CarignanMourvèdreraisins issus de l’agriculture biologique, sélection de vieilles vignes vinifiées en grains entiers, par cépage, puis assemblées, une partie est alors élevée en barriques pendant 6 à 8 mois, il est bien typé, aux tanins amples et soyeux, avec des senteurs de fruits mûrs et d’épices, de bouche charnue et parfumée.
Le Corbières rouge Bois des Dames 2016, CarignanSyrahGrenache, a un nez puissant et subtil à la fois, où se développent des nuances de petits fruits mûrs (cassis, griotte), de bouche corséeSuave Corbières blanc Bois des Dames 2017, Grenache vieilles vignes, Bourboulenc, macération pelliculaire et fermentation en barriques avec bâtonnage puis soutirage et élevage 6 à 8 mois…. vif, ample et floral en finale, c’est l’un des plus beaux blancs de la région. Le Corbières blanc Tradition Henri Gualco 2018, Grenache blanc, Maccabeu, Bourboulenc, esr d’une persistance aromatique subtile, à dominante de fruits secs (abricot) et de citronnelle. Remarquable Corbières rosé Gris Colombe 2018, finement bouqueté (abricot, rose), fin, de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais). Et également l’IGP Pays d’Oc blanc Viognier 2018, tout en finessefruitée au nez comme en bouche (fruits exotiques), alliant rondeur et persistance.

Château du GRAND-CAUMONTCORBIÈRES Château du GRAND-CAUMONT

Château du GRAND-CAUMONT 

(CORBIÈRES)
Laurence Rigal

11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 68 27 10 82
Email : chateau.grand.caumont@wanadoo.fr
Site : www.grandcaumont.com

Au sommet. L’un des plus vastes domaines des Corbières avec quelque 100 ha de vignes sur des sols argilo-calcaires en terrasses et des sols de graves très filtrants (cépages SyrahGrenache et Carignan de plus de 50 ans). Il existait déjà à l’époque romaine et avait été baptisé Villa Manzanetto.
C’est en 1906 que Louis Rigal, fondateur du célèbre Roquefort Rigal l’achète puis le transmet à son fils Louis, et son épouse Françoise Rigal prend le relais au début des années 1980. Sa fille Laurence la rejoint en 2003 et assure la gestion du domaine.
On pratique deux grands types de vinification dans les chais équipés de cuves ciment, de cuves Inox et de barriques. Chaque parcelle est vinifiée séparément. On utilise pour chaque cépage la vinification qui permettra d’obtenir le résultat souhaité.
– pour toutes les vieilles vignes de Carignan et une partie des Syrah, on choisit la vinification en raisins entiers également appelée macération carbonique. Les grappes sont cueillies à la main et déposées entières dans des cuves de faible profondeur. Les cuves sont saturées en gaz carbonique, levurées individuellement et fermentent pendant au moins quinze jours. Elles sont coulées, délicatement pressurées. Coule et presse sont alors assemblées pour terminer la fermentation alcoolique et réaliser la fermentation malolactique.
– pour les Carignan plus jeunes, une partie des Syrah et les Grenache, on pratique la vinification traditionnelle. Les raisins sont récoltés manuellement, versés dans un égrappoir, foulés avant d’être aiguillés dans des cuves de vinification. Chaque cuve est levurée séparément. Les temps de cuvaison durent de 14 à 21 jours avec au moins un remontage quotidien pour lessivage du chapeau. En fin de fermentation des pigeages et délestages sont pratiqués afin d’extraire au maximum la qualité de la matière première.
Superbe Corbières rouge cuvée Capus Monti 2015, 60% Syrah et 40% Carignan noir issu de vieilles vignes de plus de 80 ans, les cépages sont vinifiés séparément, sont assemblés à la fin de l’hiver et collés, puis élevés en barriques neuves de merrains français pendant 12 mois, cela donnant un vin dense, avec des connotations complexes de mûre, de musc et de poivre en bouche, coloré, au nez de fruits cuits et d’humus, aux tanins amples, de garde.
Le Corbières rouge Impatience 2015, 45% Carignan noir, 45% Syrah et 10% Grenache noir, avec un élevage en barriques durant 12 mois pour 40% de l’assemblage, un vin qui a des de arômes de violette, de grillé et de mûre, charpenté, épicé au palais, d’une finale complexe.
Le Corbières Réserve de Laurence rouge 2015, Carignan noir vieilles vignes vinifié en raisin entiers 25%, Carignan noir égrappé vinification traditionnelle 10%, Syrah vinification raisin entiers 10%, Syrah égrappée vinification traditionnelle 45%, Grenache noir égrappé vinification traditionnelle 10%…, le tout donnant ce beau vin avec des connotations de fruits rouges macérés, aux tanins riches et souples à la fois, un vin intense et coloré, tout en nuances en finale (humus, réglisse), de garde.
Excellent Corbières rouge cuvée Spéciale 2015, coloré et charpenté, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des accents de fumé au palais, à prévoir, par exemple, sur un rôti de bœuf aux pruneaux farcis ou un pigeon aux légumes.
Joli Corbières Château du Grand Caumont Tradition rosé 2016, 40% Syrah, 40% Cinsault, 10% Grenache noir et 10% Grenache blanc, finement bouqueté (abricot, rose), fin, de bouche subtile, persistante et très parfumée (fruits frais), et un séduisant Corbières Tradition blanc 2016, 60% Grenache blanc et 40% Vermentino, aux reflets verts avec des arômes de noix et d’agrumes, vif et fin, persistant et aromatique, d’une belle finale fraîche. Goûtez son IGP de l’Aude rouge, Merlot, alliant charpente et souplesse, aux tanins soyeux. Bel appartement de charme à louer au milieu des vignes.

Château GRAND-MOULINCORBIÈRES Château GRAND-MOULIN

Château GRAND-MOULIN 

(CORBIÈRES)
Jean-Noël et Frédéric Bousquet
RD 113 – 6, avenue Galliéni
11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 68 27 40 80
Email : contact@chateaugrandmoulin.com
Site : www.chateaugrandmoulin.com

Des propriétaires passionnés qui s’attachent à élever des vins typés. Le domaine s’étend sur 130 ha de vignes avec 8 cépages différents.
Jean-Noël Bousquet achète son premier hectare de vigne à 17 ans, il porte alors son raisin à la cave coopérative. Quinze ans plus tard, il décide de faire son propre vin et installe sa cave particulière sur le site d’un ancien moulin. L’année 1987 marque le premier millésime du Château Grand Moulin.
Début 2014, son fils Frédéric prend la relève à la tête des 130 ha de vignes que compte aujourd’hui le domaine. Pour les Bousquet père et fils, la valeur sûre, c’est la terre. Ensemble, ils travaillent depuis plus de 40 ans à l’identification des meilleurs terroirs viticoles. Le Château Grand Moulin regroupe sept terroirs viticoles distincts, présentant des caractéristiques pédologiques, géologiques et topographiques qui vont conférer qualité et typicité à leurs vins. Ils développent aussi l’oenotourisme (visite vignescavedégustation, soirées les jeudis…).
Pour Frédéric Bousquet, “2020 voit apparaître sur les marchés en Vin de France les cuvées C S G et 49,3 2019, La Pège 2018 et, en Corbières, Grandes vignes 2019 dans les 3 couleurs, puis Vieilles vignes blanc 2018, Vieilles vignes rouge 2015, Terres Rouges et Grès de Boutenac 2014, Fleur Elysée et Quintessence 2015.
La cuvée Quintessence provient d’un terroir qualitatif Cru Boutenac (CarignanGrenacheMourvèdre) ; c’est nôtre nouveauté. L’éraflage et le tri sont manuels, les vins sont mis en barriques neuves de 300 l pour la fermentationpigeages journaliers pendant 20 jours, pressurage, assemblage puis élevage à 100% en muids de chêne de 300 l (les mêmes qui ont servi à la vinification) pendant 12 mois. Au final, nous avons un vin d’un rouge profond, élégant, au nez de fruits rouges et noirs avec des notes d’épices, un vin qui reflète toute la grandeur d’un Cru Boutenac.
Les vendanges 2019, nous dit-il, ont été compliquées, un printemps froid, une sécheresse estivale, ensuite la pluie du 20 Août au 10 Septembre, tous ces facteurs ont bloqué la maturité mais les vignes ont bien tenu et nous avons terminé les vendanges le 12 Octobre.
Finalement tous les critères ont été atteints, la qualité domine, c’est une belle année de vigneron.”
Une dégustation superbe de leur remarquable Corbières rouge Vieilles vignes 2015, CarignanSyrah et, Grenache et Mourvèdre, élevage pour 1/3 en fûts de chêne français 12 mois et les 2/3 en cuves Inox, de couleur intense, aux tanins présents et soyeux à la fois, marqué par son terroir, avec ces notes d’épices, de fruits noirs et de torréfaction, un vin de bouche pleine et riche, aux nuances subtiles, aux tanins puissants mais très fins.
Agréable Corbières Terres Rouges 2014 Syrah et Grenache, aux senteurs de petits fruits noirs cuits et de réglisse, tout en bouche, à la robe noire, avec des tanins mûrs. Toujours dans le haut du panier avec le Corbières-Boutenac Grès de Boutenac 2014, Mourvèdre et Carignan, 12 mois en fûts de chêne neufs français, dégage des nuances où se mêlent la griotte et l’humus, concentration et rondeur, de bouche ample. Très joli Corbières rouge Grandes vignes 2019, de belle couleur poupre, au nez de sous-bois et de griotte, avec une bouche pleine et riche, des notes de garrigue, de poivre et de réglisse, charnue. Rafraîchissante, la Grandes vignes rosé 2019, aux notes de rose et de fraise mûre, est tout en bouche. Goûtez également le Corbières blanc Grandes vignes 2019, où se mêlent des notes d’amande et de citron, ample, de bouche vive, très réussi. Très agréable également pour l’été ce Vin de Table rouge Le 49.3 2019, marqué par son Cinsault, de couleur soutenue, il est classique, riche en arômes, aux tanins fondus, de bouche savoureuse et le Vin de France rouge La Pège 2018, aux arômes de petites baies noires et d’humus, c’est un vin de bouche riche et très parfumée. Et enfin le Vin de France rouge La CSG 2019, très bien réalisé et toujours à déguster avec beaucoup d’amour et d’humour !

Domaine MARTINOLLE-GASPARETSCORBIÈRES Domaine MARTINOLLE-GASPARETS

Domaine MARTINOLLE-GASPARETS 

(CORBIÈRES)
Pierre Martinolle
27, avenue Frédéric Mistral
11200 Lézignan-Corbières
Téléphone :04 34 27 57 61 et 06 11 42 09 88
Email : pierre.martinolle@sfr.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/domainemartinollegasparets
Site : www.domaine-martinolle.com

Au sommet. Une petite propriété familiale de moins de 10 ha, située depuis plusieurs générations dans le minuscule Hameau de Gasparets au plus profond des Corbières. Pierre Martinolle (87 ans) aidé régulièrement par ses enfants Jean-Pierre et Françoise, y réalise de manière artisanale et biologique depuis de nombreuses décennies des vins authentiques et exceptionnels, dans le respect des traditions qui lui ont été transmises. Sols arides d’origine secondaire et tertiaire avec affleurement de calcaires dolomitiques et grès, exposition ensoleillée des Corbières (et Corbières-Boutenac), balayée par le Cers (un vent du Nord froid, violent et protecteur) et le Marin (en provenance de la mer Méditerranée) qui amène sa douce et chaude humidité. Vinification artisanale traditionnelle et biologique en cuves ciments centenaires pour les rouges, en cuves Inox pour les blancs et rosés. Élevage et vieillissement en cuves Inox et partiellement en fût de chêne pour les Corbières-Boutenac. Les rosés sont réalisés par saignée à température contrôlée. Les blancs sont réalisés par pressurage direct à froid. Agriculture Biologique.
Jean-Pierre Martinolle axe ses ventes “cette année sur les Corbières Boutenac rouge 2016 et 2017, les Corbières rouge 2016 et 2017, le rouge Sang des Pierres 2017, les Corbières blanc et rosé 2019, et le Viognier Pays d’Oc 2019, puis notre nouveau vin La Serre, issu de vieux Grenache et de Carignan.
En 2019, les vendanges étaient problématiques de mi-Août à mi-Septembre puis la confiance est revenue, nous avons produit des vins très aromatiques avec des degrés plus faibles que les années précédentes et d’un niveau quantitatif supérieur à 2018.”
A goûter absoluement, le 100% Syrah parcellaire (IGP Pays d’Oc) rouge Sang des Pierres 2017, au nez puissant et subtil à la fois, qui développe des nuances de fruits mûrs (cassis, griotte), avec une bouche corsée. Toujours ce remarquable Corbières Boutenac fût de chêne Bio 2016, médaille d’Argent concours Amphore des vins Biologiques, au nez complexe avec des notes de prune et d’humus, aux tanins denses mais fins, de bouche ample, fraîche et chaleureuse avec ces nuances de confiture de cassis et de poivre. Le 2015, aux senteurs de cassis, mêlant couleur et matière, a une jolie finale épicée, c’est un vin parfait avec un civet de lapin ou une marmite d’agneau aux croûtons. Excellent Corbières rouge 2016 Bio, 40% Grenache, 40% Carignan et 20% SyrahVinification traditionnelle en cuve ciment centenaire puis cuve Inox, un vin parfumé, ample et velouté, persistant en bouche, charnu et très aromatique, aux arômes de fruits noirs très mûrs.  Sur la gourmandise, le séduisant Corbières rosé 2018 Bio, 60% Cinsault et 40% Grenachesaignée et pressurage, fermentations à température contrôlée, il a une robe rose pâle et brillante, au nez délicat de pêche blanche, il est tout en souplesse. Le Corbières blanc 2018 Bio, 80% Rolle et 20% Grenache, fermentation à température contrôlée, sur lie, est tout en finesse, distingué, long en bouche, aux arômes de pomme verte et lime. Et ce très agréable IGP Pays d’Oc Viognier 2018 Bio, de bouche suave, tout en subtilité d’arômes, avec des notes d’agrumes et de fleurs, est très persistant, un vin fruité, bien équilibré, d’une jolie finale.

   
Pour voir d’autres adresses, choisissez la première lettre du nom
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z – Tout voir