Millésimes va paraître dans 1 semaine. En Couverture : la Mission. On commence donc avec la verticale de ce vin particulièrement savoureux.Dégustation_Mission.jpg

2001 : couleur superbe, bouche puissante et dense, très riche, aux tanins bien fondus, un vin où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus, de réglisse, de grande évolution.2000 : intensité et couleur, beaucoup de corps, notes de fruits cuits, avec de la matière, associant puissance et finesse, de bouche très charnue, de garde.1999 : remarquable. Un grand vin aux reflets pourpres, aux arômes de fruits mûrs et de réglisse, de bouche puissante, très ample, charpentée et  voluptueuse. 1998 : très grand vin classique, de robe sombre, complet, très tannique, avec une belle matière présente et savoureuse, au nez dominé par le cassis, le cuir et la truffe, de grande garde.1996 : très belle couleur, nez exceptionnel  aux nuances de truffe fraîche, charmeur, puissant, charnu et souple à la fois, élégant, très représentatif du millésime.1995 : vraiment superbe, robe intense, aux arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, un grand vin dense, plein, de grande structure. Complexité et distinction vont de pair. Grand potentiel de garde.1994 : classique, un vin qui dévoile des nuances de mûre et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et d’une belle longueur en bouche.1993 :  très belle couleur, un beau vin ample, d’une grande homogénéité, tout en souplesse mais très équilibré, encore très frais, très séduisant.1991 : tanins équilibrés, à la fois puissants et soyeux, un vin tout en élégance, ferme et d’une belle intensité, tout en souplesse.1990 : grande structure, nez superbe, très grande complexité d’arômes (griotte, champignons, moka…), bouche ample et subtile en finale.

Dîner en tête-à-tête avec Brigitte, mon épouse, pour fêter le bouclage de Millésimes, chez mon ami Claude Darroze, à Langon. C’est la saison des truffes et son œuf mollé aux truffes ne se manque pas (salade de truffe et foie gras pour Brigitte). Parfait sur Chantegrive blanc. Les coquilles Saint-Jacques, de saison aussi, s’adaptaient bien sur un Carbonnieux blanc 2004, même si le vin aurait mérité 2 ou 3 ans de plus.

L’une de mes citations favorites. On sait que le livre de Cervantes est l’un des romans de base les plus complexes, à clés, qui soient, en tout cas, l’un des piliers de la littérature, beaucoup pillé. Pour ce qui nous concerne, le vin, tout est concentré dans ces quelques lignes : talent du dégustateur, souvenirs enfouis, plaisir, partage, liens familiaux, force du terroir, us et coutumes. N’a-t-on pas envie de goûter le vin de Sancho, à ses côtés ?

“J’ai toujours à mon arçon, dit l’heureux interlocuteur de Sancho, d’un côté une bonne cantine de viandes froides, de l’autre cette bouteille que j’aime, que je chéris et que j’embrasse à tout moment.

– Monsieur, reprit Sancho d’une voix tendre, voulez-vous bien me permettre de l’embrasser une fois ?” L’inconnu remit alors la bouteille dans ses mains. Sancho la porte à sa bouche et, se renversant sur le dos, il se met à regarder les étoiles et demeure au moins un quart d’heure dans cette position qui lui plaisait. En se relevant, il fait un soupir, laisse tomber sa tête sur son sein. “Ah! monsieur, dit-il, ah ! monsieur, c’est lui ! je le reconnais: Il est de Ciudad-Real! – Vous avez raison, c’est de là qu’il est; de plus, il a quelques années. – À qui le dites-vous? Mon Dieu! Il n’y a pas de vin dont je ne devine, à la seule odeur, le pays et la qualité; c’est une vertu, un don de famille.”

Cervantès (Don Quichotte)

 

 

  1. C’est fait. Voici mon « blog ». J’avoue que, si je suis le premier à renforcer depuis des années notre présence sur le net, j’ai hésité avant d’entrer dans l’optique blog : ai-je le temps de le mettre à jour (très) régulièrement, quel intérêt pour l’internaute… Deux choses m’ont décidé : d’abord, partager ma passion au quotidien. C’est vrai qu’il y a une frustration de n’éditer que 2 fois par an (1 en Avril avec Millésimes, 1 en Septembre avec le Guide), c’est-à-dire de ne pas pouvoir réagir à l’actu par exemple. L’autre raison est aussi de vous inciter à me « suivre ». Je goûte plus de 10000 échantillons par an, passe 6 mois dans les vignobles, apprécie de « boire un canon » avec un pote vigneron, sourit devant d’autres producteurs imbus d’eux-mêmes… bref, j’ai la chance d’avoir un vécu unique (depuis 27 ans) dans les vignobles français. Et toujours pas blasé puisque, selon le moment, j’apprécie autant une bouteille de Petrus avec mon ami Jean-François Moueix qu’un Visan élevé par les Theodosiou.
  2. Stop. Cette intro (longue) n’est qu’une intro justement, et je serai plus concis dorénavant. Une idée, un coup de gueule, un coup de pouce, une rencontre, un plaisir… C’est parti.