* De l’art, du vin et du cochon

13062009062.jpg« Les vins français sont d’une telle variété et d’une telle splendeur que c’est presque une activité spirituelle que de les goûter. »
Sieburg

Après Vinexpo, qui a fait entrer, depuis longtemps le « loup dans la bergerie », tant il est pratiquement impossible d’y retrouver aujourd’hui de vrais vignerons (les stands sont à des prix indécents pour eux, à croire que l »on veut surtout privilégier les « gros » marchands ou syndicats, notamment étrangers), noyés dans la masse des vins de négoce standardisés (tiens, un petit article, ou celui-ci, toujours d’actualité…) et des non moins aseptisés vins d’Australie, d’Argentine, de Chine et bientôt de la lune… Les vaches n’ont qu’à bien se tenir, on peut faire pareil avec des vins (est-ce le mot ?). C ‘est navrant.

Ajoutez à cela, la morosité ambiante véhiculée par des journalistes de tv/radio qui se complaisent dans le sensationnel, se jetant sur la dernière information comme des vautours (Michael Jackson en est un bel exemple, comme le moindre sujet sur la « grippe A »), noircissant autant qu’ils le peuvent la situation. Ce ne sont plus des journalistes, ce sont des bonimenteurs. J’en ai honte pour ma propre carte de presse (N° 43.587, obtenue en 1978).

On est servi quand ils traitent de la « crise » : « dépression », « pire que la crise de 1929 » (ils y étaient ?), « régression », « panique »… bref, des mots pour attirer le chaland et qui, à force, entraînent le moral à la baisse. C’est à l’animateur qui va le plus exagérer, faisant ses choux gras du séisme financier, se faisant un malin plaisir d’attiser les craintes.

Si grande crise financière il y a, en effet, elles concerne -de facto- la finance (un bel escroc, Madoff), les banques (voir mon article sur « ma » Société Générale), les traders (à lire aussi) et partisans de « l’argent facile » (il y en a aussi dans le vin, voir mon article). On n’oubliera pas les politiques (il est bien aussi, celui-là) ou ceux qui nous font régulièrement rire jaune, à droite avec Villepin comme à gauche avec Ségolène, Dray, ou Lang… Pathétique. Pourtant, les entreprises tournent, se développent, on travaille -vous et moi- et on voit le décalage entre le « fric » et l’entreprise, la spéculation et la réalité, etc.

Ouvrez vos yeux, écoutez Anggun, faites tourner le vin dans votre verre, humez, regardez-le...

Dans cette période, donc, lavons-nous l’esprit : prenez votre verre de vin préféré (pensez au vigneron qui l’a fait, si vous le connaissez, c’est plus sympa), mettez votre cd du moment, installez-vous confortablement et regardez la toile que vous pouvez avoir en face de vous (ou imaginez). Pensez aux vrais : Turner (le roi du Paysagisme), Van Gogh (l’Expressionisme à l’extrème), pensez au Fauvisme (Gauguin…), au Surréalisme (Magritte, Masson), à l’Impressionnisme bien sûr (Renoir, Monet), à Picasso (qui d’autre pour le Cubisme ?), Da Vinci (pour la Renaissance), les maîtres du Baroque (Vermeer, Rubens, Rembrandt). Bref, profitez du nez et de la vue, ces sens dont on se sert -aussi- pour savourer ce « Sang de la Terre et du Ciel » qui nous est cher.

Mais attention à l’art contemporain… Oubliez les rigolos comme Jeff Koons (vous savez, le homard gonflable exposé à Versailles) ou Warhol (qui n’en pouvait plus de répéter ses trucages photos)… comme certains « créateurs » inconnus, dont les prix ne sont vraiment pas donnés et le talent quelque peu succinct (au hasard, ce site, celui-ci, ou celui-là, où il faudrait plutôt parler « décoration d’appartements » que d’œuvres artistiques). Bon, il en faut pour tous les goûts. Pensez plutôt aux vrais « grands » : Soulages, Tal-Coat, Bonnard, Calder, Zao, Chillida, Braque… (Miro, Dali, Giacometti ou Chagall sont beaucoup moins à mon goût, ou pas du tout). Il y en ad’autres.

Car l »art, c’est un tout : l’expression du génie humain, l’art de vivre, celui du vin, celui d’être gourmet-gourmand, celui des livres et de la musique, etc. L’art, c’est aimer la force des hommes et de la nature, tout ce qui crée une osmose entre le réel et l’imaginaire, et nous distingue des plantes vertes.

Une 2e pause musicale avec Dylan qui interprète « Knocking on Heaven’s Door » (la version de Clapton est tout aussi réussie, c’est ma chanson préférée, quand je suis à Ibiza, après un tour en moto, attablé au bar de Santa Anès (là, impérativement « una cana », une bière, à l’ombre, face à cette superbe petite église blanchie à la chaux, à la « mexicaine »).

J’ai une passion pour l’art contemporain. Pour l’art en général, d’ailleurs. J’ai acheté lorsque j’avais 20 ans (à crédit, je n’avais que des dettes) mes premiers tableaux (ceux où l’espace -celui des planètes- est omniprésent) à mon ami Michel Guéranger (on allait tous les trois, avec Lionel Poilâne, à un bon nombre de vernissages), puis auprès d’une amie galeriste nantaise.

Pas besoin d’argent, ni de frime, le goût, l’instinct et la curiosité primaient. Eclectique, j’ai acquis régulièrement d’autres œuvres, soit directement chez des artistes, soit dans des ventes aux enchères, et, même si l’on hésite toujours à signer un chèque, le pendant vaut la peine. On rejoint ainsi le monde du vin, où l’argent n’a pas d’importance tant on se fait plaisir avec peu de chose. C’est toujours vrai.

On a tous des périodes. Cinq peintres me tiennent donc particulièrement à cœur en ce moment : Hartung, Zao Wou-Ki (j’ai choisi pour illustrer cet article la photo de l’une de ses Eaux-Forte -mon cadeau d’anniversaire, qui trône face à moi, dans mon bureau), passionné notamment par l’encre de Chine, Poliakoff, Chillida (grandissime sculpteur, avant tout) et Soulages. Si les toiles de Chillida et de Soulages sont totalement innaccessibles, Hartung suivant de près, on peut prendre beaucoup de plaisir avec leurs estampes, dans une fourchette de prix sages (de 1.000 à 4.000 €). Profite-en, les prix baissent, et les galeristes sont enclins à faire des efforts en ce moment.

resize.php?ref=9782213022079&type=1&w=250&h=250&r=0.4&s=0.6Je parcoure la bio de Zao en ce moment, et vous la conseille. C’est un livre d’une grande intelligence, où la sensibilité rejoint l’humilité, la passion et le talent, ce que l’on retrouve auprès d’un bon nombre de vignerons que je soutiens.


Quatre points majeurs, donc, pour ne pas se tromper :

1/. En peinture comme en musique (idem pour les vins), on ne peut comprendre une œuvre que si l’on en connait l’histoire : il faut d’abord « apprendre » le peintre et l’apprécier, suivre sa démarche. Ses premières œuvres sont souvent les plus intéressantes (et les plus recherchées) : elles donnent le « la » de l’artiste, à une époque où, inconnu, il ne se répétait pas ou ne créait pas pour vendre. Sa « patte » est alors la plus forte, même si, plus tard, certains vous diront que l’aboutissement est total (rien n’est moins sûr). Par exemple, on retrouve toute la force d’Hartung dans ses créations des années 1953-1954, beaucoup plus incisives que celles des années 1975. On ressent vite sa rage contre la bêtise et la guerre qui se dégage de ces traits, d’autant plus si l’on sait le parcours de cet ancien légionnaire, blessé dans sa chair et son cœur…

3e pause musicale avec John Lennon, parfait à Ibiza comme à Auros.

2/. Il faut -outre se faire plaisir- investir dans les petits tirages (50 à 100). Après tout, si vous achetez une estampe de Chillida (ne comptez pas moins de 4.000 €) reproduite seulement à 30 exemplaires, vous ferez partie des 30 personnes au monde à en posséder une, ce qui n’est pas rien.

3/. En règle générale, préfèrez les Eaux-Fortes (acide employé sur une plaque de cuivre, créant des « trous » au travers desquels la peinture s’infiltre), qui ne permettent pas de revenir en arrière (la technique « sans repentir ») aux Lithographies et surtout aux Sérigraphies. Pour Soulages, par exemple, il y a chez lui un réel intérêt pour cette méthode d’expression, véritable démarche artistique, et son univers « colle » au relief du papier. Voir son Eau-Forte N°2, la seconde qu’il réalisa, très intéressante sur sa démarche future (le « noir » profond).

4/. Il faut éviter les « stakhanovistes » de l’estampe comme Dali, Bellmer, Vasarely, Ernst, Tapies. Et l’on peut débuter avec de belles lithos très abordables (200 à 500 €) de peintres moins connus qui sont des valeurs sûres comme Tal-Coat (une démarche reconnue), Olivier Debré (plus flamboyant, mais belle maîtrise), Alicia Penalba, Raoul Ubac, Paul Jenkins (le geste est ample) ou Claude Viallat, dans un style plus neutre. Encore plus abordables (autour de 30 €, le prix d’une sortie à 2 au ciné, en comptant les chips), les livres DLM (Derrière le Miroir) des Editions Maeght.

En passant votre commande, écoutez Maria Callas (sa plus belle version de Carmen) :

En ce moment, j’ai un coup de cœur pour l’œuvre (sans titre, mais à quoi sert un titre ?) d’une jeune artiste, Véronique Riboulot, un autre cadeau d’anniversaire (du pot, cette année), que j’ai installé dans mon bureau (c’est la grande toile, sur tout le mur, à gauche de la photo, aux côtés de laquelle trône la sculpture des violons d’Arman, que j’admire depuis des années, et, à droite, on aperçoit une toile de mon ami Guéranger, dont je parle plus haut). Véronique a créé un « espace » où se rejoignent un rien de mysticisme et une apogée « des corps et de la danse », me dit-elle. Elle a raison, et mon « coup de pouce » vous incite à découvrir son travail.

Autre pause avec Lou Reed (on est quand même bien loin de la « télé réalité » et des « stars » actuelles, sans voix, sans talent) :


Côté musique, n’oubliez pas cet enregistrement (du très grand art), la voix de Billy Preston, le roi Eric Clapton à la guitare (avec les lunettes, cheveux courts), le prince Ringo Starr à la batterie (veste rouge), Sir Paul McCartney…, le top : asseyez-vous sereinement, coupez le téléphone et profitez !

Et puis, un peu de nostalgie, avec Polnareff (qui nous donne, lui, une leçon de piano) :



Ou, un coup de chapeau, à notre Johnny (que j’ai croisé il y a déjà bien longtemps, à Aix-en-Provence), qui peut être fier d’une carrière pareille :

Côté vins, seul le plaisir est de mise. Voici ceux qui en procurent.

Mais que cet intermède ne vous fasse pas croire que je sois trop gentil (ou que je n’ai pas de mémoire) : il y a aussi pas mal de déceptions cette année et beaucoup d’éliminés dans mon prochain Guide, que je viens de « boucler ». En voici quelques uns, qu’ils soient de faux-amis et/ou incompétents, snobs, mondains, mercantiles…, trop, c’est trop, et beaucoup n’ont plus rien à faire dans mon Guide. D’autres éliminés le sont, simplement, faute de m’avoir fait parvenir des échantillons, et je n’ai pas pas pour habitude de parler d’un vin sans l’avoir dégusté (d’autres le font)… Tout cela n’est pas bien intéressant, ce sont ceux qui restent (ou y rentrent) qui méritent les honneurs.

– À éviter, certains vins de Bordeaux et de Languedoc qui se rejoignent aujourd’hui : leur surconcentration, qui leur donne un goût à la limite de l’écœurement, associée à des prix inadmissibles. Voir l’article sur AgoraVox

– et, je ne m’en lasse pas : risible (je vous laisse juge), je me rappelle de cette vidéo où Marie Schyler, chez Kirwan -éliminé de mon Guide depuis quelques années, aujourd’hui chez Pichon Baron (éliminé tout autant), démontrait à son insu (de son plein gré ?) qu’il vaut mieux se taire, parfois, devant une caméra, en avouant « faire » un vin pour avoir de bonnes notes chez Parker, nonobstant toute idée de terroir et de caractère. C’est beau, la poésie.

Ne vaut-il pas mieux profiter de celle de Cervantès (Don Quichotte) :

“J’ai toujours à mon arçon, dit l’heureux interlocuteur de Sancho, d’un côté une bonne cantine de viandes froides, de l’autre cette bouteille que j’aime, que je chéris et que j’embrasse à tout moment.

– Monsieur, reprit Sancho d’une voix tendre, voulez-vous bien me permettre de l’embrasser une fois ?” L’inconnu remit alors la bouteille dans ses mains. Sancho la porte à sa bouche et, se renversant sur le dos, il se met à regarder les étoiles et demeure au moins un quart d’heure dans cette position qui lui plaisait. En se relevant, il fait un soupir, laisse tomber sa tête sur son sein.

“Ah! monsieur, dit-il, ah ! monsieur, c’est lui ! je le reconnais: Il est de Ciudad-Real! – Vous avez raison, c’est de là qu’il est; de plus, il a quelques années.

– À qui le dites-vous? Mon Dieu! Il n’y a pas de vin dont je ne devine, à la seule odeur, le pays et la qualité; c’est une vertu, un don de famille.”

Les articles de Patrick Dussert-Gerber dans l’Encyclopédie Larousse

Les articles de Patrick Dussert-Gerber dans l\
Développant notre présence et nos complémentarités, je renforce ma collaboration avec le puissant site de Larousse sur le Net. J’y ai déjà consacré une centaine d’articles et définitions, ce qui n’est pas mal.

Il faut dire que l’initiative de Larousse m’a séduit tant il est rare qu’un éditeur de référence comme celui-ci ait su s’adapter au monde de demain : celui du net ! On sait déjà que le fameux « Quid » a cessé sa parution, ne pouvant plus lutter contre les renseignements cent mille fois plus précis et actualisés en permanence que l’on trouve sur Internet. Larousse a bien compris que l’avenir était là et que -par la force des choses- les ventes des éditions « papier » des encyclopédies globales telles que la sienne ne pouvait que s’effondrer dans les 2 ou 3 prochaines années.

C’est donc tout l’intérêt de leur démarche de mettre en ligne gratuitement leur encyclopédie, et, comme nous le faisons nous-mêmes dans VinoVox, et surtout dans mon Encyclopédie mondiale (gratuite, à télécharger en pdf) d’ouvrir la partie éditoriale à des spécialistes et de la rendre accessible au plus grand nombre en s’adaptant aux technologies nouvelles (ce qui permet de la lire sur les e-book, ordinateurs ou sur votre téléphone mobile).

Voilà pourquoi je suis heureux d’y contribuer : les synergies sont évidentes et la mise en ligne de nos différentes publications (voir l’extrait de Millésimes, à télécharger également), va dans le sens de l’histoire.

Minervois Château Tourril

Château TOURRIL EARL

Une très jolie place dans le Classement, à confirmer. Un savoureux Minervois Tourril 2005 (80% Syrah en fûts, 20% Grenache), de belle robe aux reflets grenats, de bouche charnue et chaleureuse, avec des tanins denses et une finale complexe où l’on retrouve la mûre et la réglisse, de bonne évolution comme le Minervois cuvée Philippe 2003, intense, classique, tout en bouche. Le Minervois rosé 2008, majoritaire en Cinsault (70%, 30% Grenache) est très agréable, de jolie robe rose saumonnée, un vin franc et frais qui sent la narcisse et la poire. Goûtez aussi leur Minervois cuvée Les 3 Lesses 2007, pur Carignan, élevé en fûts, avec cette épicée persistante et des senteurs de cacao, un vin encore jeune, de bonne structure, de bouche ample, bien réussi.

Château TOURRIL EARL

(MINERVOIS)


11200 Roubia
Téléphone :04 68 91 36 89
Télécopie : 04 68 91 30 24
Email : chateau.tourril@wanadoo.fr
Site : www.letourril.com


Picpoul de Pinet Château de Pinet

Château de PINET

Une référence avec ce Picpoul blanc 2005, d’une belle intensité florale, charmeur, au nez de verveine, qui associe finesse et structure, complexe, avec une finale tout en finesse et fruité. Très bon Côtes de Thau, intense au nez comme en bouche, de belle robe soutenue, aux nuances de sous-bois et de fruits rouges. Goûtez le Domaine Gaujal de Saint-Bon cuvée des Dames 2005, coloré et charpenté, au nez dominé par les petits fruits rouges à noyau et des notes de fumé, un vin puissant et de très bonne évolution.

Château de PINET

(PICPOUL DE PINET)
Mme Arnaud Gaujal
2, Boulevard Marcel-Sembat
11100 Narbonne
Téléphone :04 68 32 16 67
Télécopie : 04 68 32 16 39
Email : chateaudepinet@voila.fr

Champagne Janisson et Fils

JANISSON et Fils

Quatrième génération de vignerons, depuis 1923, pour ce domaine de 9 ha, dont 5 en Grands Crus. Beau Champagne Grand Cru (75% Pinot noir, 25% Chardonnay), tout en finesse aromatique, très persistant, bouqueté, ample en bouche, à la mousse abondante, très bien élevé, un Champagne distingué, parfait au cours du repas. Le brut Prestige, tout en nuances d’arômes, avec ces notes de fruits frais et d’acacia, est harmonieux, de mousse fine, aux connotations fruitées délicates.

JANISSON et Fils

6 bis, rue de la Procession
51360 Verzenay
Téléphone :03 26 49 40 19
Télécopie : 03 26 49 43 58
Email : champagne@janisson.com
Site : www.janisson.com

Saint-Émilion Château Le Destrier

Château Le DESTRIER

Une réussite avec ce Saint-Émilion Château Le Destrier cuvée Prestige 2006, 100% Merlot noir issu de vignes de 60 ans (12 mois en barriques neuves à 50%), un vin de couleur brillante, tout en nuances d’arômes (épices, griotte), dense, un vin gras et souple au palais, de très bonne garde. Le 2005 est savoureux en bouche, concentré, ample et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins mais très structurés. Le Premium Château Le Destrier Saint-Émilion GC 2006, alliant concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes de cuir et de fruits légèrement confits, est de garde. Goûtez le Bordeaux rouge Château Les Chênes 2006, aux connotations de fruits rouges et de sous-bois, bien en bouche.

Château Le DESTRIER

(SAINT-ÉMILION)
earl Cheminade Olivier
Peyrouquet
33330 Saint-Pey-d’Armens
Téléphone :05 57 47 15 39 et 06 10 31 40 13
Télécopie : 05 57 47 13 82
Email : contact@vignobles-cheminade.com
Site : www.vignobles-cheminade.com

La Maison Rivière à Saint-Émilion

Clos des MENUTS  Famille Rivière

Sympathique et passionné, Philippe Rivière s’attache à élever des vins qui restent dans un excellent rapport qualité-prix-typicité. Sa propriété s’étend sur 25 ha. Le sol, en partie argilo-calcaire et principalement argilo-sableux à sous-sol d’alios avec crasse de fer, permet un excellent drainage (75% Merlot, 15% Cabernet-Sauvignon et 10% Cabernet franc). Un bien beau Saint-Émilion GC 2006, très classique, de couleur intense et sombre, avec des arômes puissants et subtils où s’entremêlent les épices, les fruits rouges et les baies sauvages, un vin de bouche complexe, ronde, charnue et structurée, d’une longue finale. Le 2005, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux senteurs de fruits cuits, de cannelle et d’humus, est très équilibré au nez comme en bouche. Le 2004, de couleur grenat, est savoureux au palais, concentré, bien marqué par son terroir, gras et persistant, riche en arômes comme en structure, aux tanins fins. Beau 2003, de couleur intense, ample et parfumé, aux connotations de cassis et d’humus, un vin charnu, ferme et long en bouche, de très bonne évolution. Goûtez aussi le Graves Château de Callac rouge, régulièrement réussi comme le Lalande-de-Pomerol Château Moulin de Lavaud et le Montagne-Saint-Émilion Château de Beaulieu. Château HAUT-PIQUAT : un savoureux Lussac-Saint-Émilion 2006, de bouche harmonieuse, ronde et mûre, un vin dominé par des notes de framboise macérée, finement tannique, qui allie une charpente réelle à une jolie souplesse. Le 2005 poursuit sa belle évolution, un vin coloré, de bouche puissante et dense, aux nuances de framboise, d’humus et de réglisse, d’une structure soutenue, charnu, d’une finale complexe.

Maison Rivière

(SAINT-ÉMILION)
Philippe Rivière
Rue de l’Abbé-Bergey
33330 Saint-Émilion
Téléphone :05 57 55 59 59
Télécopie : 05 57 55 59 51
Email : mriviere@riviere-stemilion.com

Doudet-Naudin

DOUDET-NAUDIN

Toujours au sommet avec ce Puligny-Montrachet Les Meix 2006, aux connotations de citronnelle, de miel et de lys, de bouche très subtile avec des senteurs d’amande, tout en charme et parfums, au nez complexe, à savourer sur un brochet. Le Savigny-lès-Beaune Redrescul Premier Cru blanc 2005 (Monopole) est remarquable, aux nuances citronnées, un vin dense, tout en minéralité, aux tanins élégants. Excellent Nuits-Saint-Georges Aux Tuyaux 2005, typé et solide, parfumé et charpenté, tout en harmonie, de robe intense, aux tanins savoureux et riches à la fois. Le Beaune rouge Clos du Roy Premier Cru 2005, au nez présent avec des notes de violette et de pruneau, est dense et classique comme il se doit. Superbe Corton Grand Cru Maréchaudes 2005, issu de vieilles vignes, très bien élevé, très typé, de robe grenat profond, au nez complexe où dominent les fruits cuits, délicatement épicé, tout en bouche, de garde. Le Corton-Charlemagne Grand Cru 2005, gras et complexe au nez comme en bouche, marqué par des nuances de pain grillé, de fruits blancs mûrs et de noisette, un vin tout en rondeur, puissance et distinction. Excellent Chambolle-Musigny Les Condemennes 2005, très fin, avec ses senteurs animales spécifiques, un vin tout en charme, de belle garde. L’Aloxe-Corton Les Maréchaudes Premier Cru Vieille Vigne 2005, tout en nuances, tout en couleur, avec ces notes subtiles et intenses de petits fruits rouges surmûris, très réussi, de garde comme ce Savigny-Lès-Beaune Premier Cru Aux Petits Liards 2004, qui mêle structure et finesse, bien typé, de couleur soutenue, au nez concentré de griotte, tout en souplesse. Goûtez aussi leur Pernand-Vergelesses Sous Frétille Premier Cru blanc 2004, au nez dominé par les fruits frais, un vin gras et onctueux. Excellent Hautes-Côtes-de-Beaune La Grande Corvée de Bully rouge 2005, d’un beau grenat soutenu, avec ces notes persistantes de fumé, d’humus et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, de très bonne garde. On continue avec le Pernand-Vergelesses blanc Les Pins Vieilles Vignes 2005, tout en bouche, alliant rondeur et nervosité, aux notes florales intenses. Le Pernand-Vergelesses rouge Les Fichots Premier Cru Vieilles Vignes 2005 est un vin complet, aux tanins généreux, aux nuances de griotte et de fumé.

DOUDET-NAUDIN

(CORTON-CHARLEMAGNE)
Emmanuel Berteloot
3, rue Henri-Cyrot
21420 Savigny-lès-Beaune
Téléphone :03 80 21 51 74
Télécopie : 03 80 21 50 69
Email : doudet-naudin@wanadoo.fr
Site : www.doudet-naudin.com

Alain Thiénot

Alain THIÉNOT

Franchement, le Champagne Grande Cuvée 96, 55% Pinot noir et 45% Chardonnay, élaboré uniquement dans les grands millésimes, est vraiment splendide. Une partie de la cuvée est mise en barriques pour les fermentations, elle est ensuite élevée dans les belles caves de Reims. D’une superbe robe or pâle, avec des notes complexes de viennoiserie, d’amande fraîche, de fruits mûrs et de petits fruits secs, tout en persistance aromatique, d’une grande longueur en bouche, à déboucher sur un homard. À ses côtés, cette belle cuvée La Vigne aux Gamins 99, “un Champagne issu d’une très vieille vigne de 40 ans située en plein cœur d’Avize (100% Grand Cru), qui appartient à un ami vigneron, précise Alain Thiénot. Le vigneron l’appelle comme cela depuis toujours car c’était son père qui lui avait confié cette vigne”. C’est une cuvée toute particulière, élaborée avec des raisins très matures, rigoureusement sélectionnés par Garance et Stanislas Thiénot. La robe est d’un jaune d’or lumineux. Le nez est évolué, grillé, toasté avec une pointe minérale et des arômes fleuris. En bouche, l’effervescence est extrêmement fine, les arômes de fruits exotiques et de beurre frais exhalent leurs parfums. Avec une belle longueur au palais, c’est une cuvée de caractère qui met en valeur la délicatesse du Chardonnay. Un champagne superbe et rare (les bouteilles sont numérotées). Excellent brut Millésime 99, assemblage à parts égales de Chardonnay et de Pinot noir, de robe d’un bel aspect jaune et or, à dominante de noisette et d’abricot mûr, harmonieux, complexe, de belle structure, de mousse fruitée et abondante, tout en rondeur. Le brut rosé (45% Chardonnay, 28% Pinot noir, 7% vin rouge de vieilles vignes d’Ay et 20% de Pinot meunier), est un vin tout en finesse et structure, remarquable, de bouche intense et savoureuse aux arômes de petits fruits rouges frais, de belle robe, classique et distingué, parfait sur du chocolat, un Champagne qu’il faut apprécier sur une cuisine relevée ou sur un pigeonneau. Le brut (35% Pinot noir, 25% Chardonnay, 20% Pinot meunier et 20% de vins de réserve) est l’un des meilleurs de sa catégorie. Avec ses 4 ans de vieillissement, c’est un Champagne d’une effervescence soutenue et fine avec une mousse crémeuse. La bouche est vive, avec des arômes de pomme et de poire, d’une belle harmonie fraîche et savoureuse, tout en distinction. Propriétaire notamment du Château Rahoul dans les Graves et du Château de Ricaud en Loupiac. Exceptionnel rapport qualité-prix.

Alain THIÉNOT

Parc d’Activités Rue Joseph Cugnot
51500 Taissy
Téléphone :03 26 77 50 10
Télécopie : 03 26 77 50 19
Email : infos@thienot.com
Site : www.thienot.com

Corbières Château Vaugelas

CORBIÈRES Château VAUGELAS

Toujours à la tête des Premiers Grands Vins Classés avec ce Corbières Le Vaugelas 2005, de jolie robe grenat pourpre, avec ces arômes de mûre confiturée et de garrigue, fort bien élevé, un vin harmonieux et parfumé, de bouche puissante, de belle garde. “Château Vaugelas, précise Olivier Bonfils, est un très joli vignoble de 120 ha d’un seul tenant dans l’appellation Corbières, à côté de Lézignan-Corbières. Son très beau terroir est composé de galets roulés de la plaine de l’Orbieu. Sa rénovation a démarré en 1996, et aujourd’hui, 20 ha de vignes ont été replantés. L’encépagement se réparti en 1/3 Syrah, 1/3 Grenache, 1/3 de Vieux Carignan et 5 ha de Mourvèdre. Ce terroir très caillouteux associé au climat chaud et ensoleillé donne des vins typés, de caractère, assez corsés. La vinification est assurée au château dans un superbe chai où logent 400 barriques. Le vin présente une belle robe d’un rouge profond aux reflets noirs, au nez complexe d’épices et de notes minérales. En bouche, il est volumineux et gras avec des tanins riches et soyeux à la fois. On retrouve des nuances de griotte, de violette, de cannelle et de torréfaction et une longue finale qui promet une belle évolution.” Le 2004 est une vraie réussite, coloré, avec ces notes de cerise et d’humus, persistant, de bonne charpente, ample, bien élevé, de très bonne évolution. Le Corbières cuvée Prestige 2006 est dans la lignée, d’une belle charpente, un vin avec de la matière et des tanins mûrs, aux arômes de fruits rouges, délicatement épicé. Le Corbières cuvée Fût de Chêne 2006, avec ces notes persistantes de fumé, de cassis et d’épices, aux tanins puissants mais très fins, complet, un vin de belle charpente, est bien corsé en bouche comme il le faut.

Château VAUGELAS

(CORBIÈRES)
Olivier Bonfils

11200 Camplong-d’Aude
Téléphone :04 68 43 68 41
Télécopie : 04 68 43 57 43
Email : chateauvaugelas@wanadoo.fr
Site : www.chateauvaugelas.com

Saumur Château de Brézé

SAUMUR Château de BRÉZÉ

Exceptionnel Coteaux de Saumur Clos de Bonnenouvelle Vendanges Tardives 2005, pur Chenin, tout en bouche, très parfumé, un vin puissant et corsé, typé, avec des arômes de fruits confits et de fruits secs (noisette), dense et équilibré, d’excellente évolution. Très beau Saumur rouge cuvée Colbert 2005 (100 % Cabernet franc issu d’un sol calcaire et argilo-calcaire), Liger d’Or 2007, un vin corsé et gras, aux tanins puissants, très équilibré, au nez où dominent les épices. Le Saumur blanc cuvée Dreux Brézé 2005, médaille d’Or au concours mondial de Bruxelles, élevé 12 mois en fûts de chêne, aux notes caractéristiques de noisette, est un vin de belle robe, avec des nuances de poire. Le Clos de l’Étoile rouge 2005 (Cabernet franc sur terroir argilo-calcaire) est très typé, un vin de bouche pleine et riche, aux nuances complexes de petits fruits noirs (cerise, cassis), puissant et savoureux, de belle évolution. Savourez aussi ce Saumur Clos de la Rue blanc sec 2005, marqué par son terroir et son Chenin, au nez subtil (fleurs blanches, pêche…), tout en rondeur et persistance, avec une note de fraîcheur séduisante. À la suite, ce Saumur blanc 2005 cuvée Maillé, d’un bel équilibre, liquoreux et vif à la fois, gras, aux senteurs persistantes de fleurs et de fruits frais, un vin très aromatique qui s’accorde parfaitement sur du saumon fumé. Beau Saumur rouge 2006 cuvée Prince Condé, de couleur profonde, intense et complexe au nez comme en bouche (mûre, épices…), aux tanins très équilibrés. Le Saumur cuvée Spéciale Comte de Colbert brut Méthode Traditionnelle (60% Chenin, 20% Cabernet franc et 20% Chardonnay, vendanges manuelles, rendements réduits, pressurage traditionnel, extraction des premiers jus, seconde fermentation en bouteilles pendant un an), est remarquable, de belle couleur jaune ambré, avec des reflets verts typiques, au nez ample très typé Chenin, aux arômes de coing et de tilleul, d’une belle vivacité aromatique.

Château de BRÉZÉ

(SAUMUR)
Comte de Colbert
BP 3
49260 Brézé
Téléphone :02 41 51 62 06
Télécopie : 02 41 51 63 92
Email : vins.chateaubreze@wanadoo.fr
Site : www.vinsdesaumur.com

Languedoc-Roussillon : Les Vins du Siècle

En Languedoc, on va se contenter des producteurs qui élèvent des vins racés et typés, dans l’ensemble du territoire, des Corbières à Saint-Chinian, de Faugères en Minervois, en passant par les Coteaux-du-Languedoc, Fitou ou vins de pays, à des prix remarquables. Des grands vins ici, il y en a, mais les terroirs sont connus et ne s’étendent pas. La force de ces vins est d’avoir su conserver leur spécificité qui se dévoile au travers des cépages de la région, chacun s’exprimant au mieux selon les sols d’alluvions, d’ardoise, de schiste ou de calcaire, en bénéficiant d’un beau rapport qualité-prix.

Trois cas de figure définissent la région :
– Il y a les vignerons qui, et depuis longtemps, ont toujours su maîtriser les rendements, vinifier et élever leurs vins, en respectant leur spécificité, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue. Daumas-Gassac en est le fer de lance, suivi par des Corbières (la famille Gualco, Grand-Caumont, Vaugelas, Fontsainte…), puis des Minervois (Fabas, Barroubio…), et aussi d’autres appellations (Nidolères, Mas Chichet, Mire-L’Étang, Antech…). C’est le noyau dur des grands vins du Languedoc, même si certains ont tendance à l’oublier. La plupart sont à la tête de leurs appellations respectives, et le fait de s’y maintenir mérite un coup de chapeau.

– Il y a ensuite les propriétaires, dans toutes les appellations, qui ont évolué plus récemment vers une recherche qualitative semblable, notamment ces dernières années. Ils ont cru en leur région et je les ai soutenus dès le début. On retrouve ici les grandes valeurs sûres (Aigues-Vives, Malautié, Saint-Martin-des-Champs, Peyregrandes…) et quelques caves. On les retrouve tout naturellement dans le haut du Classement.

– Il y a enfin ceux qui ne sont pas installés depuis longtemps dans la région ou des propriétés qui ont été reprises par des vignerons d’autres régions ou les enfants. On les défend avec plaisir car ils s’attachent également à produire des vins typés et de qualité, à des prix très abordables (6 à 12 e). Attention à ceux qui pourraient se laisser piéger à développer des vins de vinification plutôt que de terroir.

Et puis, il y a donc quelques producteurs, marchands et grands groupes qui nous (et vous) font croire que leurs vins ressemblent à quelque chose. Ces vins de mascarade (en Coteaux-du-Languedoc et en vins de cépages notamment), où l’on parle de “vins à haute expression” (expression de la méthode de vinification et du bois neuf surtout…), qui “sentent le goudron ou le café” (cela donne envie, non ?), la réglisse (on n’est pas loin de l’écœurement)… Idem pour les cuvées de vins blancs totalement fabriquées dans les chais où l’on est fier de vous faire sentir “la mangue et autres fruits exotiques”. Il s’agit donc de ne pas confondre l’ensemble d’une progression qualitative certaine et le développement de ces vins “fabriqués” et “putassiers” qui attirent les investisseurs comme des mouches, et sont, hélas, soutenus par des “critiques”, notamment américains (ce sont les mêmes qui soutiennent les “vins de garage” bordelais). Ce problème s’étend aux vins de cépages, où je ne vois toujours pas l’intérêt de planter des cépages qui se plaisent mieux dans des régions beaucoup plus froides (les bonnes exceptions existent), ni à se lancer dans des vinifications sophistiquées pour pouvoir remplir un dossier de presse… et mentionner des prix inexcusables sous prétexte que l’on peut mettre sur une étiquette les noms de Chardonnay ou de Merlot, ou que l’on croit qu’il suffit d’acheter des barriques neuves et se payer les services d’un œnologue “tendance” pour faire un grand vin.

Le Classement 2009 vient donc récompenser ceux qui le méritent.

CHÂTEAU DU GRAND CAUMONT
CORBIERES

Laurence Rigal
Château du Grand-Caumont
11200 Lézignan-Corbières

Téléphone : 04 68 27 10 82
Télécopie : 04 68 27 54 59
E-Mail : grandcaumont@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/grandcaumont

CHÂTEAU DES PEYREGRANDES
FAUGERES

Marie-Geneviève Boudal – Benezech
11, chemin de L’Aire
34320 Roquessels

Téléphone : 04 67 90 15 00
Télécopie : 04 67 90 15 60
E-Mail : chateaudespeyregrandes@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/chateaudespeyregrandes

CHATEAU SAINT-MARTIN-DES-CHAMPS
SAINT-CHINIAN

Pierre & Michel Birot
Route de Puimisson
34490 Murviel-Lès-Béziers

Téléphone : 04 67 32 92 58
Télécopie : 04 67 37 84 49
E-Mail : chateausaintmartindeschamps@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/saintmartindeschamps

En Roussillon, La générosité du Banyuls, son velouté et son bouquet en font un vin de classe auquel le vieillissement donne une rude saveur et une robe topaze aux reflets d’or. La région est donc le royaume des vins doux naturels (VDN), les grands Banyuls, les Maury, les Muscats ou les Rivesaltes, puissants au nez comme en bouche, suaves et envoûtants. Grâce au mutage qui consiste, pour conserver au jus de raisin une partie de ses sucres, à lui ajouter, en cours de fermentation, une proportion d’alcool d’origine vinique à 96° (5 à 10 % du volume du moût) afin de stopper l’action des levures. Un procédé qui intervient plus ou moins tôt sur la fermentation selon que l’on veut obtenir un vin doux naturel de type doux ou de type sec.

En Côtes-du-Roussillon, on trouve des rouges à la belle robe rubis, aux odeurs de griotte et de framboise, ronds et fruités. Les Côtes-du-Roussillon-Villages (25 communes) sont plus corsés, d’une agréable structure tannique et de bonne garde. Quelques agréables vins blancs aussi, au bouquet floral, nerveux et frais, issus du Maccabéo.

Voici les incontournables :

DOMAINE DE LA CASA BLANCA
BANYULS

Hervé Levano et Laurent Escapa
16, avenue de la Gare
66650 Banyuls-sur-Mer

Téléphone : 04 68 88 12 85
Télécopie : 04 68 88 04 08
E-Mail : casablanca@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/casablanca

DOMAINE DE NIDOLERES
COTES-DU-ROUSSILLON

Pierre Escudié

66300 Tresserre

Téléphone : 04 68 83 15 14
Télécopie : 04 68 83 31 26
E-Mail : domainedenidoleres@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/domainedenidoleres

MAS CHICHET
VIN DE PAYS

EURL Mas Chichet
9, rue des Lilas
66200 Théza

Téléphone : 04 68 22 16 78
Télécopie : 04 68 22 70 28
E-Mail : maschichet@vinsdusiecle.com

www.vinsdusiecle.com/maschichet

Calon-Ségur au sommet

SAINT-ESTÈPHE Château CALON-SÉGUR

Saint-Estèphe 2005 est exceptionnel, un très grand vin, gras, parfumé, bien typé, corsé, au nez intense, de bouche concentré avec des nuances de truffes et de réglisse, puissant et racé à la fois, qui mérite une cuisine élaborée et surtout un peu de patience, tant il est prometteur. Le 2004 est fantastique, d’une grande fraîcheur que lui apporte le terroir justement, un millésime d’un grand classicisme, d’une grande finesse mais puissant, un vin très intense, très parfumé (fruits cuits, réglisse…), d’évolution lente. Très beau 2003, encore fermé, plus exubérant (c’est le millésime qui veut cela), volumineux, d’une belle couleur pourpre, charnu et parfumé, au nez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière. Le 2002 est superbe, très classique, une réussite, très puissant, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, un vin gras et distingué, aux tanins fermes, de garde, bien sûr. Exceptionnel 2001, aux nuances épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des nuances de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes. Prix très sages, et largement justifiés.

Château CALON-SÉGUR

(SAINT-ESTÈPHE)
Denise Gasqueton

33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 30 08
Télécopie : 05 56 59 71 51
Email : calon-segur@calon-segur.fr


Le premier magazine Webvin

ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT
L’actualité du vin chaque semaine par e-mail
E-Mail :

Les trois Puisseguin-Saint-Émilion qui comptent

Établi sur un superbe tertre naturel dominant la Barbanne, face au célèbre plateau de Saint-Émilion, Puisseguin associe dans son nom le mot “puy”, qui signifie “mont”, à celui de Seguin. À 40 km au nord-est de Bordeaux et à 9 km au nord-est de Saint-Émilion, le vignoble s’étend sur des collines arrondies. Il conjugue les atouts d’un microclimat sec, attesté par la présence de nombreux chênes verts, d’exposition sud dominante et de sols argilo-calcaires où la vigne peut s’enraciner profondément. Le Merlot représente 70 % de l’encépagement, aux côtés du Cabernet franc (20 %) et du Cabernet-­Sauvignon. Voir le Classement des satellites de Saint-Émilion.

Château CHENE-VIEUX

Château CHENE-VIEUX

(PUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION)
Sce Y.Foucard et Fils

33570 Puisseguin
Téléphone :05 57 74 63 15
Télécopie : 05 57 25 36 45
Email : foucardetfils@orange.fr

Vignoble de 11 ha acquis en 1937, avec un sol argilo-calcaire et une répartition idéale de 79% Merlot, 12% Cabernet-Sauvignon et autres cépages, avec des vignes de 25 ans. Beau Puisseguin-Saint-Émilion 2006, tout en bouche, fin et corsé à la fois, associant structure et distinction, gras, de couleur pourpre, avec des notes de framboise et de fumé, aux tanins moelleux. Remarquable 2005, de charpente à la fois puissante et souple, avec des arômes de fruits rouges complexes (griotte, mûre), de bouche dominée par des nuances persistantes de griotte, de cannelle et de fumé, un vin de garde. Le 2003 développe des notes persistante de cassis et de poivre, un vin ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois.Goûtez le Lalande-de-Pomerol Château de Musset, très bien élevé, au nez de myrtille, de violette et d’épices douces, où la puissance s’allie à la finesse, un vin de couleur profonde aux reflets violacés.

Château HAUT-SAINT-CLAIRPUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION Château HAUT-SAINT-CLAIR

Château HAUT-SAINT-CLAIR

(PUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION)
Yannick et Andrea Le Menn

33570 Puisseguin
Téléphone :05 57 74 66 82
Télécopie : 05 57 74 51 50
Email : chateau.haut.saint.clair@orange.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateauhautsaintclair

Au sommet. Ces propriétaires sympathiques couvent leur petit vignoble dont les vignes ont 35 ans. Les cépages Merlot (65%), Cabernet franc (25%) et Cabernet-Sauvignon (10%) sont associés à ce terroir argilo-calcaire et à des soins minutieux (effeuillage, raisins triés avant égrappage, macérations longues, élevage en barriques, dont 1/3 est renouvelé chaque année…).“Les 2006 et 2004, nous dit Yannick Le Menn, sont des millésimes plus atlantiques avec des arômes floraux, alors que 2005 et 2003 sont des vins de type plus méridional, aux arômes de fruits noirs. En fait, les 2006 et 2004 sont des vins plus “féminins”. Ils ont chacun leurs caractères propres mais ils se ressemblent car les conditions climatiques étaient similaires, deux millésimes assez classiques du Bordelais qui présentent une belle élégance et de la complexité. Ils ont été “encadrés” par des millésimes très médiatiques et c’est dommage, car je suis sûr, que, lorsque l’on ouvrira ces bouteilles, dans quelques années, on aura beaucoup de plaisir à les déguster.” Il n’a pas tort puisque son Puisseguin-Saint-Émilion 2006 est tout en bouche, fin et gras, mêlant structure et rondeur, bien charnu, un vin très parfumé (violette, cerise noire) qui poursuit sa belle évolution. Beau 2005, où s’entremêlent harmonieusement les épices et le cassis, un vin où la souplesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits en finale, aux tanins riches, charpenté, qui poursuit sa belle évolution. Le 2004 est très classique, coloré et corsé, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration en bouche, aux notes de groseille, d’humus et d’épices. Remarquable 2003, de bouche classique, corsé et gras, aux tanins présents et fondus à la fois, un vin où dominent les fruits mûrs et le poivre. Savoureux 2002, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la cannelle. Goûtez leur excellent second vin, la cuvée Moulin Saint-Clair. Très beau rapport qualité-prix-typicité.


Château VAISINERIEPUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION Château VAISINERIE

Château VAISINERIE

(PUISSEGUIN-SAINT-ÉMILION)
Bernard Bessède

33570 Puisseguin
Téléphone :05 57 43 43 82 et 06 08 89 06 58
Télécopie : 05 57 43 01 89
Email : pauline.lacombe@chateauxenbordeaux.com
Site : www.chateau-vaisinerie.com

Au sommet de son appellation. Ce propriétaire se passionne pour son vignoble et a, tout de suite, estimé le potentiel de cette belle propriété de 25 ha dont 11,50 de vignes sur un très intéressant plateau couvert de gros morceaux de calcaire affleurant sur une épaisseur de 20 cm recouvrant la roche mère, un terroir typique du Saint-Émilionnais. On se fait donc plaisir avec ce Puisseguin-Saint-Émilion 2006, tout en nuances aromatiques, de robe grenat, aux tanins puissants mais savoureux, au nez complexe où dominent les épices et la groseille, tout en bouche, un joli vin qui demande un peu de patience. Le 2005 est très représentatif de ce grand millésime, très coloré et intense au nez comme en bouche (griotte, cannelle, sous-bois…), volumineux et ample, avec beaucoup de matière, aux tanins riches, très prometteur. Le 2004 est riche et classique, puissant, rond, ferme, bien élevé, tout en nuances aromatiques. Belle cuvée Quercus 2005, un vin dense, de couleur profonde, complexe , finement bouqueté (pruneau, épices), avec des tanins mûrs et bien fermes à la fois.


Le premier magazine Webvin

ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT
L’actualité du vin chaque semaine par e-mail
E-Mail :

Les meilleurs Sauternes de l’année

Depuis 10 ans, une série de millésimes exceptionnels s’est exprimée, atteignant les sommets avec les 2007, 2005, 2001 ou 1999. Ici, la facilité n’est pas de mise, et il faut toute la passion des propriétaires pour élever ces grands vins, où la douceur s’exprime à plein, de la plus fine à la plus intense. On accède alors à ces vins hors normes, uniques au monde, dont les prix sont très justifiés.

Cru D'ARCHE-PUGNEAU

Cru D’ARCHE-PUGNEAU

(SAUTERNES)
Jean-Francis Daney

33210 Preignac
Téléphone :05 56 63 50 55 et 06 84 84 30 66
Télécopie : 05 56 63 39 69
Email : francis.daney@free.fr
Site : http//arche.pugneau.free.fr

Un remarquable Sauternes 2005, tout en onctuosité, d’un bel équilibre, liquoreux et vif à la fois, aux senteurs persistantes de fruits confits et d’une très jolie finale aux connotations subtiles de miel et de rose, de bouche profonde, de garde. Le 2004 est onctueux, aux notes fruitées et florales intenses, très bien équilibré, d’une grande harmonie en bouche, qu’il faut attendre pour profiter de son potentiel réel. Le 2003, de robe dorée, riche et concentré, est classique et savoureux, au nez intense et frais, où dominent les fruits mûrs, les fleurs et le pain d’épices. Le 2002, aux nuancess subtiles, avec des notes de pain grillé et de rose, est finement onctueux. Le 2001 est dense, avec ces arômes de fleurs et de citron, gras, de bouche profonde, très harmonieux, d’une longue finale, et poursuit une fort belle évolution comme ce 2000, d’une grande puissance aromatique (pain grillé).


Château BASTOR LAMONTAGNESAUTERNES Château BASTOR LAMONTAGNE

Château BASTOR LAMONTAGNE

(SAUTERNES)
Directeur : Michel Garat

33210 Preignac
Téléphone :05 56 63 27 66
Télécopie : 05 56 76 87 03
Email : beauregard@chateau-beauregard.com
Site : www.chateau-beauregard.com

Superbe 2005, de belle robe dorée, à la bouche fondue, aux connotations de fleurs blanches, d’une onctuosité raffinée, tout en nuances en bouche (pain d’épices, pomme mûre), riche et complexe, très persistant. Le 2004 est très élégant, d’une grande complexité d’arômes, avec en bouche des notes de fruits confits (citron). Les Remparts de Bastor, le second vin, est plus rond, plus fruité, tandis que ce Cru Bordenave, pur Sémillon, issu de 2,50 ha plantés de ceps de 45 ans, est concentré, intense, d’évolution lente. Château BEAUREGARD : Cette superbe propriété de 13 ha d’un seul tenant bénéficie d’un emplacement privilégié sur le versant sud du célèbre plateau de Pomerol, sur un sol de graves argileuses, de sables, de graviers et de crasse de fer en sous-sol, qui sont les caractéristiques des meilleurs terroirs de l’appellation. Superbe Pomerol 2004 (80% Merlot et 20% Cabernet franc, vignes de 35 ans en moyenne), un vin tout en bouche, bien épicé comme il le faut, avec des notes de cerise confite, aux tanins très équilibrés et satinés, de bouche dense et ample, poursuivant son évolution. Le 2001 est superbe actuellement, très typé, intense, avec ces senteurs de fuits noirs macérés et des nuances poivrées. Remarquable, le second vin, Le Benjamin de Beauregard (60% Merlot et 40% Cabernet franc), dans les mêmes millésimes. Château PAVILLON BEL-AIR : à la tête de son appellation. “Ce château est un vignoble de 8 ha, précise Michel Garat, sur le fameux plateau de Néac, que nous avons racheté en 2003. Nous retrouvons les cépages traditionnels Merlot et Cabernet franc. Le travail à la vigne ou lors de la vinification est assuré par l’équipe de Beauregard, c’est dire la qualité des soins apportés (vendanges manuelles, enherbements des vignes, nouveaux palissages, même type d’élevage, passage en barriques…). Il n’est pas question de faire les mêmes vins qu’au Château Beauregard à Pomerol, bien au contraire, le terroir de Lalande-de-Pomerol donne des vins plus vivaces, d’une belle fraîcheur, “croquants”, très fruités avec des tanins soyeux, qui possèdent une personnalité propre.” Évidemment, on se fait plaisir avec ce Lalande-de-Pomerol 2006, de belle couleur grenat profond, ample et élégant, avec des nuances de groseille et de fumé, de bouche savoureuse et charnue. Très beau 2005, riche et parfumé avec une pointe d’épices, qui présente un bouquet complexe où s’entremêlent des notes de fumé et de fraise des bois bien mûre. Excellent 2004, classique et très représentatif de ce millésime, racé, au nez de violette et de sous-bois, franc, ample, corsé et souple à la fois, aux tanins fermes, de bouche savoureuse. Le 2003, d’un beau rouge sombre, est charpenté, avec des tanins mûrs bien présents, très aromatique et ample, avec de la persistance. Château SAINT-ROBERT : une référence avec ce Graves cuvée Poncet-Deville rouge 2006, très représentatif de ce millésime, généreux, aux tanins savoureux, au nez légèrement épicé, un vin ample et distingué, de bouche riche, aux nuances de mûre et d’humus en finale. Le blanc 2006 est harmonieux, très séduisant, au nez subtil dominé par les fruits secs et une touche de coing, suave en bouche, un vin agréable et charmeur.


Château COUTET

Château COUTET

(SAUTERNES)
Philippe Baly

33720 Barsac
Téléphone :05 56 27 15 46
Télécopie : 05 56 27 02 20
Email : info@chateaucoutet.com

Ce chaleureux propriétaire élève ce formidable Sauternes 2005 (79% Sémillon, 20% Sauvignon blanc et 1% Muscadelle), un grand vin rare, d’une très grande complexité au nez comme en bouche, avec des nuances d’agrumes confits, de miel et d’aubépine, gras, envoûtant, un véritable gouffre d’arômes, de grande évolution. Le 2004 est très typé, d’une belle couleur dorée, un vin gras, de charpente souple, tout en élégance, avec des arômes complexes de pain grillé, de muscade et de fruits confits, très harmonieux, puissant et onctueux. Le 2001 est splendide, de belle couleur aux reflets or, très harmonieux, mature, aux arômes de fruits blancs, avec en bouche des notes subtiles de miel, de pain d’épices, de rose et de citron confit, d’une grande persistance, associant charme et structure.


Château FILHOTSAUTERNES Château FILHOT

Château FILHOT

(SAUTERNES)
Comte Gabriel de Vaucelles

33210 Sauternes
Téléphone :05 56 76 61 09
Télécopie : 05 56 76 67 91
Email : filhot@filhot.com
Site : www.filhot.com

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. “Le 2008 a connu des vendanges dans des conditions difficiles, pout dit Gabriel de Vaucelles. Il a fallu attendre et bien surveiller la vigne. La qualité est bonne mais avec de tout petits volumes (les plus faibles depuis 5 ans pas plus 15 000 bouteilles). La qualité du premier vin ressort relativement bien, avec un bon équilibre proche du 2004, ce sera un millésime très correct mais moins riche que le 2007 ou le 2005.” Splendide Sauternes 2007, un grand vin distingué, intense et subtil, avec ces nuances de pêche de vigne, de rose et de brioche, de bouche persistante, de grande garde. Très beau 2005, dense et velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes d’agrumes très mûrs et de pain grillé, intense, de bouche pleine et d’une grande élégance, d’une longue finale, de grande évolution. Le 2003 est d’une douce onctuosité, aux senteurs caractéristiques de noisette et de miel, alliant souplesse et structure, dense, opulent, qu’il faut bien sûr laisser évoluer pour profiter de son potentiel.


Château HAUT-BERGERON

Château HAUT-BERGERON

(SAUTERNES)
Famille Lamothe

33210 Preignac
Téléphone :05 56 63 24 76
Télécopie : 05 56 63 23 31
Email : haut-bergeron@wanadoo.fr

Une propriété de 32,43 ha sur des graves argileuses et sablonneuses sur Sauternes et argilo-calcaires sur Barsac (90% Sémillon, 8% Sauvignon et 2% Muscadelle, âge moyen des vignes 50 ans). Très beau Sauternes 2006, de bouche intense où l’on retrouve l’acacia et les agrumes, charmeur, un vin puissant et racé, tout en suavité. Le 2005, médaille d’Or Paris 2007, où la structure s’allie à l’élégance, est de bouche ample, aux nuances de chèvrefeuille et de petits fruits cuits (abricot, pamplemousse), un vin séduisant. Beau 2004, de robe dorée, au bouquet puissant de petits fruits confits, typé, à la bouche fondue.


Château HAUT-CLAVERIE

Château HAUT-CLAVERIE

(SAUTERNES)
Philippe Sendrey

33210 Fargues-de-Langon
Téléphone :05 56 63 43 09
Télécopie : 05 56 63 51 16
Email : vignoblesendrey@free.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/chateauhautclaverie

Un Sauternes 2005, de belle robe dorée, au bouquet puissant de petits fruits confits, de bouche onctueuse à la finale vive et fraîche, d’une douce onctuosité, gras, qu’il faut bien sûr laisser évoluer pour profiter de son potentiel. Le 2003, puissant, tout en arômes (pain brioché, citronnelle), est un vin racé, riche et complexe, très persistant, d’une grande onctuosité. Le 2002 est excellent, au nez à dominante de fleurs blanches et de petits fruits secs, un vin tout en finesse, de bouche dense, d’une longue finale. Goûtez le Graves rouge Château La Mourasse, régulièrement réussi.


Château de MALLE

Château de MALLE

(SAUTERNES)
Comtesse Nancy de Bournazel

33210 Preignac
Téléphone :05 56 62 36 86
Télécopie : 05 56 76 82 40
Email : chateaudemalle@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaudemalle
Site : www.chateau-de-malle.fr

Nancy de Bournazel est une référence dans la région et se passionne, aux côtés de son fils, pour son superbe Sauternes 2004, aux notes de rose et de petits fruits confits, un vin d’un très bel équilibre, riche et fin à la fois, savoureux, dense et bien velouté, dominé en bouche par des nuances de brioche. Très beau 2003, gras, aux senteurs persistantes, de bouche suave, tout en subtilité d’arômes, de teinte dorée, avec des notes de tilleul et d’abricot très mûr. Superbe 2001, de belle robe, ample, tout en bouquet, d’un bel équilibre, aux connotations florales subtiles, à la bouche fondue où se retrouvent des odeurs de pain d’épices et de pêche surmûrie, associant puissance et souplesse, idéal sur un foie gras poêlé. Excellent Graves Château de Cardaillan rouge 2006, coloré et charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus et d’épices caractéristiques.


Château MONT-JOYE

Château MONT-JOYE

(SAUTERNES)
Franck Glaunes

33720 Barsac
Téléphone :05 56 71 12 73
Télécopie : 05 56 71 12 41
e-mail : courrier@mont-joye.com

Un remarquable Sauternes 2005, onctueux et persistant, aux nuances aromatiques complexes (rose, acacia, miel…), très équilibré, fondu en bouche, de belle garde. Le 2003, puissant et dense, avec des notes de noisette et de miel, associant souplesse et structure, est un vin tout en finesse, d’une longue finale, à prévoir sur un poulet en sauce.


Château SAINT-AMANDSAUTERNES Château SAINT-AMAND

Château SAINT-AMAND

(SAUTERNES)
Anne-Marie Facchetti-Ricard

33210 Preignac
Téléphone :05 56 76 84 89
Télécopie : 05 56 76 24 87
Email : chateausaintamand@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateausaintamand

Incontestablement à la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Dans la même famille depuis 2 siècles. Amand était évêque à Bordeaux au Ve siècle; sanctifié, son nom fut donné à la propriété. L’histoire dit que, pour protéger les gens du village, une fontaine miraculeuse fut alors installée et aurait provoqué plusieurs guérisons. “En 2008, la vendange est très concentrée pour ceux qui ont attendu, précise cette propriétaire charmante et passionnée, mais peu de jus. Les vendanges ont débuté mi octobre, le vent avait bien asséché le raisin et il a fallu attendre un peu de pluie pour un bon développement du botrytis. Peu de quantité mais un millésime très correct.” Remarquable Sauternes 2007, un vin racé, avec ces notes de pomme mûre et de noix, au nez fleuri, de bouche suave et puissante, d’une très belle persistance aromatique, avec des nuances d’agrumes et de tilleul, très bien équilibré en finale. Beau 2005, puissant et dense, avec ces notes de noisette et de miel, associant souplesse et structure, un vin tout en finesse, d’une longue finale, encore très jeune, de garde. Superbe 2000, tout en bouquet, fin et savoureux, opulent et bien velouté, de belle couleur, au nez riche et bien présent dominé par des notes de pain grillé. Très beau 98, ample et souple, de belle robe dorée, au bouquet puissant de petits fruits confits, typé, à la bouche fondue, aux connotations de fleurs blanches.


Château SIMON

Château SIMON

(SAUTERNES)
Jean Dufour

33720 Barsac
Téléphone :05 56 27 15 35
Télécopie : 05 56 27 24 79
Email : chateau.simon@worldonline.fr

Cinquième génération de vignerons pour ce domaine de 17 ha (85% de Sémillon, 12% Sauvignon et 3% Muscadelle). On se fait plaisir avec son Sauternes 2005, moelleux et frais en bouche, d’une belle onctuosité, aux nuances de brioche et de fruits jaunes macérés, un vin tout en finesse, aux senteurs persistantes. Le 2004, de jolie robe dorée, de bouche complexe, allie rondeur et structure, finement floral, tout en souplesse. Le 2003 est une réussite, gras, aux senteurs tenaces, onctueux, tout en finesse aromatique, très équilibré, de très bonne garde. Le Graves rouge, élevé en fûts, charnu, sent bon la griotte et les sous-bois, un vin de bouche puissante et souple à la fois.


Château VALGUY

Château VALGUY

(SAUTERNES)
Grands Vignobles Loubrie
4, chemin de Couitte
33210 Preignac
Téléphone :05 56 63 58 25
Télécopie : 05 56 63 58 25
Email : grandsvignoblesloubrie@orange.fr

Valeur sûre encore avec ce Sauternes 2005, issu d’un vignoble de 4,16 ha, marqué par son Sémillon très majoritaire (85%, 10% Sauvignon et 5% Muscadelle), bien élevé 18 mois en barriques, suave, tout en subtilité d’arômes, de belle teinte dorée, aux nuances de fruits bien mûrs, d’une belle ampleur. Excellent Graves rouge 2006, coloré, au nez de petits fruits rouges frais (groseille, cerise noire), légèrement épicé, persistant en bouche, de très bonne charpente. Joli Graves blanc Cailloux de Valguy (élevage sur lies fines avec bâtonnages, 60% Sémillon, 40% Sauvignon), de teinte pâle, finement floral, de bouche ample et suave., un vin à déboucher sur une parillada de poissons.

Champagne Aspasie

ASPASIE

On se fait vraiment plaisir avec ce Champagne Aspasie brut de fût, riche et complexe, qui associe fraîcheur et charpente, au nez de pain brioché, une cuvée très équilibrée, raffinée, tout en nuances, parfaite au cours d’un repas. Le Blanc de blancs brut est de robe dorée, finement bouqueté, de bouche persistante, avec ces notes florales subtiles auxquelles s’ajoutent les fruits secs, tout en arômes, un Champagne vraiment très abordable, très charmeur. Excellent brut rosé, de bouche intense et de teinte soutenue, à déboucher sur des mets épicés ou des crustacés.

ASPASIE

Rémi Ariston
4 et 8 Grande-Rue
51170 Brouillet
Téléphone :03 26 97 43 46
Télécopie : 03 26 97 49 34
Email : contact@champagneaspasie.com
Site : www.champagneaspasie.com

Champagne Bonnet-Gilmert

BONNET-GILMERT

Un excellent Champagne cuvée Précieuse d’Ambroise, vieillissement 1 an en fûts, tout en harmonie, parfumé, associant puissance, distinction et persistance, de bouche mûre et crémeuse, avec une finale délicatement épicée. Le Champagne brut cuvée de Réserve Grand Cru Blanc de blancs est bien parfumé, riche et rond, très fin, au nez subtil et persistant (fruits frais, amande). Joli brut cuvée de Réserve Grand Cru Blanc de blancs Millésime 2003, vignes de 40 ans, un Champagne classique, de belle robe, aux arômes de fruits et de noix fraîche, un très joli vin, dense, de belle mousse persistante.

BONNET-GILMERT

Denis Bonnet
16, rue de la Côte
51190 Oger
Téléphone :03 26 59 49 47
Télécopie : 03 26 59 00 17
Email : contact@champagne-bonnet-gilmert.com
Site : www.champagne-bonnet.com

Champagne Pierre Peters

Pierre PETERS

Beau Champagne Blanc de blancs Perle du Mesnil, alliant des notes florales et fruitées, d’une grande franchise au nez comme en bouche, où la finesse des Blancs de blancs s’exprime pleinement dans ce Champagne. Mousse légère, arômes délicats. Un Champagne très agréable sur une cuisine légèrement relevée. Superbe cuvée Spéciale Millésime 99, qui fait l’objet d’un soin tout particulier, un vin précieux qui fleure le tilleul, de bouche suave, alliant des notes florales et fruitées, d’une grande franchise au nez comme en bouche. La cuvée Millésimée l’Esprit de 2003, assemblage des plus jolis crus de la Côte des Blancs, élaborée uniquement les meilleures années, au nez minéral, raffinée et complexe, aux nuances de beurre frais, d’amande et de céréales, avec une finale intense et très persistante, subtilement épicée, ample et distinguée, de robe dorée, d’une grande finesse, un Champagne très harmonieux en bouche, savoureux. Le brut cuvée de Réserve est bien parfumé, riche et rond, très fin, au nez subtil et intense (fruits frais, amande), très abordable. L’Extra-brut est une cuvée réellement exceptionnelle, un Champagne très typé par son Chardonnay, où l’on retrouve toute la finesse des grands Blancs de blancs, au bouquet très fin, délicatement citronné et épicé, qui exhale des senteurs légères fleuries (rose) et de pêche, de bouche acidulée et élégante, aux saveurs de citron vert et de narcisse, ample, très distingué. Convivialité oblige, Rodolphe et François Peters mettent à votre disposition un cellier de dégustation qui vous permettra de partir à la découverte de ces très beaux vins.

Pierre PETERS

François et Rodolphe Peters
26, rue des Lombards – BP 10
51190 Le Mesnil-sur-Oger
Téléphone :03 26 57 50 32
Télécopie : 03 26 57 97 71
Email : champagne-peters@wanadoo.fr
Site : www.champagne-peters.com