– MEDOC : LE CLASSEMENT POUR COMPRENDRE UN CLASSEMENT !  

En Médoc, le Classement « officiel » qui date de… 1855 ! n’est plus vraiment représentatif du réel plaisir que l’on a aujourd’hui (je l’ai adapté dès 1985).

Trois raisons pour le comprendre :

– Le Classement de l’époque était surtout celui du négoce, pas forcément celui des terroirs et des hommes. Un seul exemple : qui peut douter de la place de Lynch-Bages, alors que ce n’était qu’un modeste « 5e Grand Cru » dans le Classement de 1855, même si on peut on constate des irrégularités depuis quelques millésimes  ?

– Les extensions de vignobles en 160 ans ont bouleversé les donnes : les territoires, à de rares exceptions près, ne sont plus les mêmes.

– Les progrès et les efforts des hommes (et des femmes), depuis quarante ans, notamment de ceux et celles qui ont su mettre plus à profit le terroir que des sophistications œnologiques acrobatiques, ont permis l’émergence de propriétés (en Haut-Médoc et Médoc, notamment) où l’on élève aujourd’hui des vins remarquables, à prix doux.

Il y a donc des vins surcôtés et beaucoup trop chers en Médoc, d’autres trop concentrés, d’autres trop dépersonnalisés, souvent appartenant à des propriétaires imbus de cette notoriété, condescendants, et qui ne comprennent pas grand chose à la réalité des choses, tant ils sont habitués à ne goûter que leur propre vin, à investir dans des cuves, dans des trucs, agrémentant leur chai de machins… en oubliant l’essentiel : le rapport qualité-prix-régularité-plaisir (c’est long, je sais, mais il s’agit bien de tout cela).

Un exemple : à 35 €, comment ne pas placer Haut-Marbuzet dans la catégorie des Premiers Grands Vins ? Outre les millésimes récents, toujours parfaitement maîtrisés par Henri Duboscq lui-même (et ses fils), on atteint vraiment les sommets, aujourd’hui, avec des millésimes comme 1989, 1986 ou 1982.

Et c’est là le secret d’un grand vin : son potentiel de longévité, rien d’autre.

On est loin des ersatz noirs comme de l’encre, sirupeux comme de la confiture, flatteurs à souhait les deux premières années et fardés comme personne, devenant insignifiants, au bout de 10 ans…

Clauzet, toujours à Saint-Estèphe, est un vin tout aussi séduisant, élégant, très abordable, et les millésimes 2009, splendide, 2008 ou 2004 le prouvent aisément.

Pas mal d’autres vins de l’appellation Saint-Estèphe, très étendue, ne tiennent pas la comparaison « qualité-prix » avec des Haut-Médoc, surtour dans une dégustation « à l’aveugle »…

Parmi le sommet des sommets, Latour est certainement le vin le plus fantastique qui soit, à tel point que son second vin, Les Forts de Latour, « écrase » littéralement d’autres crus à la réputation usurpée (un bon nombre anciennement classés seconds, troisièmes, etc). C’est dire à quel niveau nous sommes avec le Premier Vin.

C’est d’ailleurs à Pauillac que l’on retrouve la plus forte concentration de vrais vins typés du Médoc : Latour, Lynch-Bages, Pichon Comtesse, qui renoue avec une très grande élégance sous l’impulsion intelligente de Nicolas Glumineau, Mouton, bien sûr, puissant, dense, complexe, avec Clerc-Milon, l’archétype du Pauillac, Batailley, très typé, tout en distinction, tout en arômes, comme Grand-Puy-Lacoste, qui sait marier la structure à l’élégance.

En Margaux ou à Saint-Estèphe, l’homogénéité est beaucoup moins de mise : les sols sont très variés, l’orientation des vignes également (être ou non près du fleuve change beaucoup de choses à Saint-Estèphe). Lascombes, classé Premier, outre une série remarquable des derniers millésimes (et un splendide 2008, notamment), est très différent de Brane-Cantenac, parfois décevant (c’est la raison de ses « parenthèses », j’attends une verticale pour reconfirmer ou non sa place en Premier), ou de Cantenac-Brown, un formidable vin dont la progression a commencé lorsqu’il était sous la houlette de Jean-Michel Cazes (Lynch-Bages) et se poursuit sous la direction de José Sanfils, dont la priorité reste la distinction (millésimes 2012, 2011, 2009 ou 2008, très classique d’un grand Margaux). C’est certainement l’un des crus qui peut monter dans le Classement très prochainement.

Montrose a toujours été un vin splendide, et cela continue, aussi bien sur les 2014, 2012, 2011 (très typé), 2010 ou 2005, bien sûr, exceptionnels.

Dans la catégorie des Seconds Vins Classés, les coups de cœur sont nombreux, tant on accède à des vins garants de prix sages et d’une réelle régularité qualitative. Et peu importe les appellations, tant un bon nombre de ces crus ridiculisent d’autres vins (beaucoup) plus chers. Je veux parler de Mayne-LalandeLa MoulineMongraveyLa Bridane et Fourcas-Dupré.

Tronquoy-Lalande (mêmes propriétaires que Montrose) est un vin qui mérite ses lettres de noblesse, d’une grande finesse mais qui se targue aussi d’un beau potentiel d’évolution, il peut monter en Premiers. Haut-Batailley et Beau Site sont les grandes références de cette hiérarchie, et un cru comme Calon-Ségur a tout le potentiel de monter également en grade. Là encore, je patiente pour une verticale.

Suivent Fonbadet (Pascale Peyronie peut en être fière), Villegeorge, où Marie-Laure Lurton a toujours élevé l’un des meilleurs vins de son appellation, typé, classique mais charmeur comme on les aime, Galiane, un Margaux tout en suavité, Rollan de By et Lagrange confirment leur haut niveau qualitatif.

Feuilletez gratuitement MILLESIMES en ligne comme le vrai magazine en tournant les pages CLIQUEZ ICI 

A la suite, toujours de beaux coups de cœur avec Petit Bocq, Le Bourdieu, toujours très classique, comme Fontesteau ou Le Meynieu, grandes valeurs sûres de la région, depuis bien longtemps.

Et puis Raux, Hennebelle, Caronne Sainte-Gemme, Saint-Hilaire, Panigon, Hourtin-Ducasse, David, Pomys, Cambon La Pelouse… bref, ceux que vous allez trouver dans la seconde partie de cette hiérarchie.

Voilà de quoi se faire plaisir, dans toute la gamme ce prix, dans tous les styles, aujourd’hui, sans se référer à 1855 !

En comprenant cela, on comprend le Classement de 2017, qui va changer et encore évoluer, durant nos dégustations pour la préparation de MILLESIMES puis du GUIDE DES VINS.

Rien n’est figé dans le vin !

Les Classements du site sont réactualisés en permanence en fonction des dernières dégustations, découvertes, coups de cœur, déceptions…

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR (Hors Classe)
MOUTON-ROTHSCHILD

GRAND-PUY-LACOSTE
MONTROSE
PICHON-COMTESSE

CLERC-MILON

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(LAFITE-ROTHSCHILD)
(MARGAUX)

BATAILLEY
LASCOMBES

CLAUZET
HAUT-MARBUZET

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BEAU SITE
(CALON-SÉGUR*)
FONBADET
LA GALIANE
HAUT-BATAILLEY
LYNCH-BAGES*
TRONQUOY-LALANDE

AGASSAC
CAMBON LA PELOUSE
CHANTEMERLE
CISSAC
CLEMENT PICHON
COUDOT
DAVID
FONTESTEAU*
FOURCAS-HOSTEN
HAUT COTEAU
HENNEBELLE
HOURTIN DUCASSE*
LAGORCE BERNADAS
LE MEYNIEU*
LES MOINES
RAUX
(ROSE BRANA)
SAINT-HILAIRE

BEYZAC*
BOIS CARRÉ*
(BROUSTERAS)
LA CROIX*
LAMOTHE-CISSAC
GRAVES DE LOIRAC
HAUT BARRAIL*
TOUR DU HAUT MOULIN*

ESTEAU
(LAFON ROCHET*)
TEMPLE DE TOURTEYRON

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(BRANE-CANTENAC*)
CANTENAC-BROWN*
BRIDANE
COS LABORY
DESMIRAIL*
FOURCAS-DUPRÉ
LAGRANGE
LÉOVILLE-BARTON*
MAYNE LALANDE
MONGRAVEY
LA MOULINE
ROLLAN DE BY
VILLEGEORGE

LE BOURDIEU
CARONNE-SAINTE-GEMME*
DEVISE D’ARDILLEY
DONISSAN
DOYAC
LAYAUGA DUBOSCQ
MAUCAILLOU
PANIGON
PETIT BOCQ*
PLANTIER ROSE
POMYS
REYNATS
SAINT-AHON
TOUR-DU-ROC

ESCOT*
HOURBANON*
(LAMARQUE*)
LOUSTEAUNEUF*
LUSSAN*
LES MARCEAUX*
MARQUIS DE TERME*
SAINT CHRISTOLY*
SOULEY-SAINTE-CROIX
VITICULTEURS FORT MEDOC

MOULIN ROUGE
(TOUR DE BY*)

CROIX du TRALE
GRANINS-GRAND-POUJEAUX*

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
DOMEYNE
(GORRE*)
PONTAC-LYNCH
TOUR SIEUJAN

TOUR MARCILLANET

LABADIE
SIORAC

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
(POUJEAUX)

FAUGEROUX
LARRIVAUX
LE TEMPLE*

SENILHAC

SÉRILHAN
(SIGOGNAC)

Choississez une région pour voir un autre classement :
ALSACE LANGUEDOC-ROUSILLON
BEAUJOLAIS PROVENCE-CORSE

BORDEAUX

BOURGOGNE

VAL DE LOIRE

CHAMPAGNE VALLEE DU RHONE
SUD-OUEST-PERIGORD

À propos de Patrick DUSSERT-GERBER

D’origines alsacienne et savoyarde, Patrick Dussert-Gerber est né en Algérie en 1956 dans une famille exploitant la terre, dont des vignobles. Il écrit, édite et dirige le prestigieux magazine annuel Millésimes et le Guide Dussert-Gerber des Vins de France (39e ennée), reconnu comme la référence indispensable pour les amateurs et les professionnels, et consacré par le prix Gutenberg (équivalant aux Césars du cinéma) comme le meilleur guide des vins. Vinovox (www.vinovox.com) est un nouveau média vidéo exceptionnel (mini site, qrcode intégrable sur contre-étiquette...). Il est incontournable sur Internet avec www.millesimes.fr, www.vinsdusiecle.com, www.ideevins.com et www.guidedesvins.com, et gère plusieurs dizaines de blogs et sites qui regroupe quelque 3 millions de visiteurs par an. Marié, trois enfants, épicurien, cet ancien boxeur, joueur d’échecs, levé tôt et couché tard. Centres d’intérêts : littérature, politique, art contemporain, civilisations anciennes, nautisme.
Ce contenu a été publié dans Divers. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.