– Les meilleurs vins du Midi Toulousain-Pyrénées s’associent parfaitement aux spécialités régionales

Ce sont des régions connues pour leur bonne chère, aux spécialités rustiques et solides. La viande la plus utilisée est l’agneau, préparé sous toutes ses formes. Le lait, lui sert à la fabrication du roquefort ; les peaux rejoignent les usines d’où elles ressortent transformées en gants… Dans le Rouergue, on ne fait pas mentir les proverbes, la preuve, « tout est bon dans le mouton » ! Cette cuisine utilise aussi le porc, les oies et canards, ainsi que les veaux élevés sous la mère.

Le gibier à poil (lièvre, sangliers, et une race de chamois en voie d’extinction, les isards, que l’on peut rencontrer dans les Hautes-Pyrénées)  et le gibier à plumes (grives, palombes, bécasses et perdrix) ont une place prépondérante.

Pour tout savoir sur les vins du Sud-Ouest, cliquez ICI

Pour les Classements des meilleurs vins du Sud-Ouest, cliquez ICI 

Pour le Top Vignerons du Sud-Ouest, cliquez ICI

Évidemment, dans ces pays, nombreuses sont les spécialités charcutières : foie gras d’oie ou de canard, confits, magrets –toujours de ces même volailles– et même confits de porc, et tout ce qui en découle : jambons crus, cuits, saucissons, saucisses, ainsi que des préparations typiques tels le « cambayou », jarret de porc salé, le « coustellou », travers de porc, le « said », panne de porc à consommer rance dans une soupe. Les boudins n’ont pas été oubliés, le blanc appelé « melsat », le noir (« galabart ») et l’andouillette, saucisse à base de couenne. Pour Pâques, les habitants des ces régions dégustent au petit déjeuner, accompagné de radis, le « fetze », saucisse de foie de porc conservée deux mois dans la saumure puis séchée. Le mouton, si prisé, se retrouve sous forme de tripes, de gras-double. A goûter particulièrement celles du Rouergue, avec du jambon. Mais si vous préférez, il y a les ballotines de dinde, les cailles farcies au foie gras que l’on trouve dans le Lot, à Cahors, et qui sont toujours très appréciées.

En revanche, peu de poissons dans ces régions, principalement des truites, des sandres, des brochets, goujons et saumons que l’on pêche dans l’Adour.

 

Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

Guide Accords Mets et Vins

Bien que dans le Lot, le marché de la truffe soit très important, nous ne retrouvons pas ce légume dans les plats régionaux, ou vraiment très rarement. Les soupes, elles, sont très variées, le plus souvent à base de fèves avec du lard, du jambon, de la mie de pain, de la menthe et de l’ail, ou seulement avec du lard légèrement ranci placé dans une boîte trouée, c’est alors la « gargoutière ».

La soupe aux choux a plusieurs variantes : en Ariège on rajoute du confit, dans l’Aquitaine on lui adjoint du porc et des haricots, c’est l’« ouillade ». Elle peut être préparée avec une carcasse d’oie ou agrémentée de pain et de morceaux de fromage de Laguiole trempés dans l’huile, devenant alors « soupe de laguiole ». Le pot-au-feu de poule régional, le « mourtaïrol », est préparé avec du safran. Il peut être également cuisiné à partir de bœuf haché, de légumes et de marrons, mais reste toujours parfumé au safran, c’est ce qui fait son originalité. Une autre spécialité aveyronnaise à goûter les pour les soirs de grand froid : la soupe aux châtaignes, appelé « bajanne rouergate ».

Le fromage est bien entendu le grand maître, surtout avec le roquefort qui porte le nom du pays où il est produit. Acheté directement dans les caves, il est particulièrement enthousiasmant, à base de lait de brebis et fort crémeux. Une autre spécialité faite à base de lait de vache, le laguiole, qui comporte quelques similitudes avec le cantal, la seule différence provenant des laits –ce sont les vaches de race Aubrac qui donnent leur lait pour le laguiole et celles de Salers pour le cantal.

Peu d’originalité en ce qui concerne le pain, un seul sortant du lot, le « pain ravaille » fabriqué à Foix. Ce n’est pas le cas des pâtisseries, qui occupent une place certaine. On trouve la fouace, la pompe à huile, sorte de galette non levée à l’huile et aux noix, surtout dans la ville de Rodez. Il y a également le gâteau aux noix caramélisées de Cahors, la croustade aux pommes et aux pruneaux. Cette préparation a une particularité : sa pâte feuilletée doit être aussi fine que du papier à cigarettes, elle est donc fort légère, à savourer tiède.

De Tarbes nous vient le gâteau à la broche, de Montcuq nous viennent les gaufres, d’Albi des navettes aux amandes et de petits bonbons à l’anis, les « jeannots », ou d’autres du nom de « briques ». Si vous passez par Montauban, goûtez les brioches décorées d’angélique, les « coques », et les dragées de Vabre, les pralines. A Toulouse, ville célèbre pour ses violettes, ne passez pas à côté des violettes confites. A Auch, vous découvrirez de petits gâteaux secs, les « dollars de Capéran », ou les fruits aux épices. Mazamet est le fief du « cuirot », autre friandise. Les douceurs de Bigorre, quant à elles, portent bien leur nom charmant de châtaignes, chardons, hussardes ou encore bigourdettes.

Nous avons gardé pour le final les pruneaux à l’Armagnac, dont la réputation n’est plus à faire. Autre digestif à base de prunes, la prune de Souillac. Pour avoir son maximum d’arômes et être plus digeste, cette préparation est préalablement chauffée dans le verre puis flambée. C’est loin d’être évident à faire, il faut une sérieuse habitude !

CLIQUEZ SUR UNE IMAGE

LES VINS DU SUD-OUEST

(voir aussi Région Grand Sud-Ouest – Aquitaine)

On peut regretter l’arrivée de cuvées surchargées par le bois et “fabriquées” pour avoir une bonne note auprès de “critiques”, ceci facilitant une hausse de Prix totalement incautionnable. Je me méfie des cuvées et des communications spéciales Malbec, qui mettent trop le cépage en avant, et de quelques vins de mode dans cette région où les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. Ne vaut-il pas mieux montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran ?

Dans cette région du Sud-Ouest, les cépages et les sols ont une véritable influence, une véritable présence historique. De quoi montrer sa propre personnalité quand on en a comme c’est le cas à Cahors ou à Madiran. À quoi bon avoir de beaux cépages de caractère comme leTannat, le Cot, La Négrette ou le Gros Manseng si c’est pour “lisser” les vins et les dépersonnaliser au point que l’on ne sait plus ce que l’on goûte ? La complexité des terroirs et des climats est pourtant bien réelle dans la région, et prouve que l’on ne fait pas la même qualité, selon les aléas de la nature, au fin fond du Béarn ou dans le Lot. C’est ce qui compte, et crée la typicité.

En Périgord, les vins retenus sont racés comme nous les aimons, marqués par des terroirsspécifiques et des cépages appropriés. C’est vrai en Pécharmant, en Côtes-de-Bergerac, enMonbazillac ou en Côtes-du-Marmandais.

 


* L’amour du vin en Alsace !

Si le Champagne est bien sûr incontournable, vos repas de Fêtes sont aussi l’occasion de décripter la complexité des vins d’Alsace (et des Crémants, superbes), selon les plats désirés : du foie gras d’oie (alsacien, bien sûr) au plateau de fruits de mer, faites-vous plaisir en associant tel Riesling avec tel plat, le Gewurztraminer avec un autre, sans oublier les Vendanges Tardives… Du grand art.

Car la géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grés… Des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains, à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres, l’homme vient donc s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle, alliée à une convivialité rare.

Actualité du vignoble
Classement Alsace
Tout savoir sur le vignoble

QUELS PLATS AVEC UN ALSACE ? CLIQUEZ ICI

Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

Les meilleurs vins d’Alsace

Cliquez sur le nom pour accéder GRATUITEMENT aux commentaires de dégustation du GUIDE DUSSERT-GERBER

Domaine des 7 VIGNES
André ANCEL
BAUMANN-ZIRGEL
Charles BAUR
Claude BERGER
BESTHEIM
Domaine Paul BLANCK
Domaine Claude et Christophe BLEGER
Marie-Claire et Pierre BORÈS
Domaine BROBECKER
Cave vinicole de CLEEBOURG
Domaine de La CROIX de MISSION
Fernand ENGEL et Fils
Domaine René FLECK et Fille
Charles et Dominique FREY
PIERRE FRICK EARL
Domaine Armand GILG et Fils
Bernard HAEGELIN
Domaine HAEGI
Louis HAULLER
Domaine Victor HERTZ
Émile HERZOG
HUBER et BLÉGER
CAVE de HUNAWIHR
Jacques ILTIS & Fils
Cave KAES
Jean-Louis KAMM & Fils
Domaine Damien KELHETTER
KIRSCHNER
Georges KLEIN et Fils
Domaine Robert KLINGENFUS
René KOCH & Fils
Vignoble des 2 LUNES
Vignobles MUHLBERGER
Château D’ORSCHWIHR
Vignobles Pierre REINHART
Domaine du REMPART
Domaine Edmond RENTZ
Domaine SAINT-RÉMY
SCHAEFFER-WOERLY
Lucien SCHIRMER & Fils
Charles SCHLÉRET
Domaines SCHLUMBERGER
Domaine Aline et Rémy Simon
Domaine SOHLER Philippe
Earl STINTZI
André VIELWEBER
Domaine Laurent VOGT
ZOELLER

Ou vous pouvez chercher par région :

Alsace 
Beaujolais 
Bordeaux
Bourgogne
Champagne
Jura 
Savoie
Languedoc 
Provence-Corse
Sud-Ouest-Périgord
Val de Loire
Vallée du Rhône

Ou vous pouvez choisir de consulter l’index des producteurs en cliquant sur la première lettre du nom recherché
A – B – C – D – E – F – G – H – I – J – K – L – M – N – O – P – Q – R – S – T – U – V – W – X – Y – Z

– Les vins de la presqu’île du Médoc ont de quoi faire rêver

Cette presqi’île du Médoc fait pâlir d’envie le monde entier pour ses vins rouges. Il y a pourtant des crus (connus) incautionnables, des micro-cuvées dont les tanins sont plus dus aux barriques qu’à la réelle structure des vins, et, pour cela, il s’agit de savoir faire le bon choix.

Du plus grand (Léoville-Barton, Montrose, Calon-Ségur, Grand-Puy-Lacoste…) au plus abordable, de Margaux à Saint-Julien, du Haut-Médoc à Moulis, voici ceux qui méritent le respect, garants, chacun dans son style, d’un exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. Des valeurs sûres, et des hommes et des femmes qu’il faut soutenir, garants de la grande tradition médoquine !

 

Châteaux CASH & CARRYMÉDOC Châteaux CASH & CARRY

Châteaux CASH & CARRY 

(MÉDOC)
Président : Patrice Gurria
137, avenue du Président Wilson
93210 Saint-Denis La Plaine
Téléphone :01 55 93 40 90
Télécopie : 01 55 93 40 91

Château BEYZAC

Château BEYZAC 

(HAUT-MÉDOC)
Earl Les Granges de Civrac
23, route des Granges
33340 Civrac-en-Médoc
Téléphone :05 56 41 58 73
Télécopie : 05 56 41 55 87
Email : jeanpaulroland@hotmail.com
Site : www.chateaubeyzac.e-monsite.com

Vignoble de 15 ha sur sol argilo-calcaire et graves. Un encépagement à parts égales de Cabernet-Sauvignon et de Merlot, et un élevage 100% en barriques dont 33 % de neuves. LeHaut-Médoc 2009, de belle matière, au nez puissant de cassis et de sous-bois, très dense, auxtanins veloutés et soyeux, avec des notes intenses en bouche de fruits surmûris et d’épices. Le 2008, un vin avec des notes de groseille et de cuir, est tout en bouche, de belle robe soutenue, bien équilibré, parfumé, alliant finesse et charpente, de garde comme en atteste ce 2002, aux notes de cassis mûr et de fumé, très bien élevé, riche, typé, classique.

 

Château de CASSANAHAUT-MÉDOC Château de CASSANA

Château de CASSANA 

(HAUT-MÉDOC)
Earl Autet
Domaine de Cassana
33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 73 90 24 et 06 16 14 71 05
Email : fabien.autet@gmail.com
Site : www.chateau-de-cassana.com

Un petit vignoble de 3 ha, dont la philosophie est de retrouver un vin de terroir authentique, un des rares vignobles à cultiver 5 cépages : Cabernet-Sauvignon,MerlotCabernet francPetit Verdot et Carmenère. Les travaux de la vigne et les vinificationssont réalisés de façon traditionnelle en famille et avec des amis, en limitant à son strict minimum l’emploi de produits. On y élève ce Haut-Médoc 2009, au nez persistant (griotte, violette), très équilibrégras, aux tanins mûrs, riche en couleur comme en matière, aux senteurs de fraise et d’humus, avec une pointe de poivre, tout en bouche. Le 2008, au nez de fruitsrouges et d’épices caractéristique, est de belle charpente, ample, aux nuances de mûre et de poivre, tout en souplesse mais puissant, de garde. Le 2007, médaille d’Argent au concoursBordeaux vins d’Aquitaine et de Bronze à Mâcon, est coloré, bien typé, fin et corsé à la fois, finement épicé, un vin harmonieux et puissant, savoureux en finale. Excellent 2006, de boucheronde et ample, de jolie robe, tout en arômes, où dominent des notes de cassis, de griotte et d’épices.

Domaine CHALET de GERMIGNAN

Domaine CHALET de GERMIGNAN 

(HAUT-MÉDOC)
Luc Monlun
139, avenue de la Boétie
33320 Le-Taillan-Médoc
Téléphone :05 56 05 01 39 et 05 56 05 41 94
Télécopie : 05 56 95 82 34
Email : monlun.luc@wanadoo.fr

Un domaine de 6 ha de vignes et un Haut-Médoc 2009 (Cabernets majoritaires), de belle robegrenat, très représentatif du millésime, aux notes de fruits rouges cuits et de cannelle, dense, bien charpenté, prometteur. Le 2008 est de robe pourpre, aux tanins riches, alliant une structure réelle à un joli velouté en bouche, corsé et épicé, d’excellente évolution. Le 2007, de belle robe, associe une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumée, légèrement épicé. Le 2006, classique de son appellation, est un vin riche et complet, aux taninsbien mûrs, de jolie robe, au bouquet subtil et intense à la fois, aux senteurs de sous-bois et defruits rouges macérés, corsé, bien tannique. Goûtez le très bon Bordeaux rosé Med Rosé, de belle teinte, franc et gourmand.

Château de COUDOTHAUT-MÉDOC Château de COUDOT

Château de COUDOT 

(HAUT-MÉDOC)
J. Blanchard

33460 Cussac-Fort-Médoc
Téléphone :05 56 58 90 71
Télécopie : 05 57 88 50 47
Email : ch.coudot@wanadoo.fr

Toujours une valeur sûre avec ce Haut-Médoc 2009, auxtanins puissants mais soyeux, au nez complexe et subtil, dominé par des nuances de griotte et de poivre, un vin amples et persistants en bouche, aux tanins harmonieuxet riches, très classique du millésime. Le 2008, avec des arômes de fruits rouges et d’épices, est un vin aux tanins veloutés, de bouche puissante et parfumée. Le 2007, médaille d’Argent au concours des Vignerons Indépendants 2010 et de Bronze au concours de Lyon, savoureux, subtil et souple, est de bouche persistante aux nuances de fumé caractéristiques. Beau 2006,Cru Artisan, médaille d’Argent au concours de Bordeaux vins d’Aquitaine 2008, de belle couleursoutenue, ample au palais, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, gras et savoureux, aux tanins fermes, d’excellente évolution.

Château DOYACHAUT-MÉDOC Château DOYAC

Château DOYAC 

(HAUT-MÉDOC)
Earl Max de Pourtalès

33180 Saint-Seurin-de-Cadourne
Téléphone :05 56 59 34 49
Télécopie : 05 56 59 74 82
Email : chateau.doyac@wanadoo.fr
Site : www.chateaudoyac.fr

Un vignoble de 25 ha, sur un terroir de sables et d’argilesur un socle calcaire, avec une moyenne d’âge desvignes 20 ans (70% Merlot et 30% Cabernet-Sauvignon). Savoureux Haut-Médoc 2010, élevé en barriques durant 12 mois (dont 25 % de bois neuf), un vin où s’entremêlent les saveurs de sous-bois et de fruits surmûris, aux tanins savoureux, un vin riche et solide, tout en bouche,typécharpenté et harmonieux, vraiment prometteur. Remarquable 2009, associant couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, un vin aux tanins présents, de bouche ample avec cette saveur d’épices persistante. “Le 2009, nous précise Max de Pourtalès, doit sa qualité au bel été et à un mois de septembre exceptionnel. Grâce à l’état sanitaire parfait des raisins, nous avons pu attendre la maturité et vendanger tard. Les taninssont beaucoup plus fondus que le 2008, et malgré le degré d’alcool un peu élevé, on est séduit pas une belle fraîcheur. Les 70% de Merlot, dans l’assemblage, donnent du fruité au vin, où l’on retrouve des arômes de fruits rouges, c’est d’ailleurs la particularité de notre sol très calcaire. Notre terroir confère au vin ces arômes délicieux de fruits rouges. Le 2009 offre une belle robe rouge sombre, une texture dense, une trame bien serrée sans agressivité. Il a bénéficié du même élevage par moitié en barriques dont 30 % de bois neuf. Malgré le degré d’alcool élevé, l’équilibre est parfait avec une belle longueur. en bouche. Un vin très fin au potentiel de garde mais qui, grâce auxtanins très mûrs sera séduisant rapidement. On a déjà du plaisir à le déguster maintenant. Il en est de même pour le deuxième vin,Château La Madronière, plus souple grâce à sa grande majorité de Merlot dans l’assemblage (90%).” Excellent 2008, classique de cemillésime typiquement médocain, de couleur intense, aux senteurs épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ses connotations de pruneau, aux tanins fermes, très bien élevé. Le 2007 est une réussite, aux notes de mûre et de cuir, riche et complet, aux tanins harmonieux, un vin puissant, de très bonne garde. Savoureux 2006, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux nuances de prune et de truffe, avec des tanins denses qui commencent à se fondre, de garde. Remarquable 2005, decouleur pourpre soutenu, d’une belle complexité d’arômes (cannellefraise des bois, épices…), un vin intense, aux tanins fermes. Le 2004, corsé et fort en couleur comme en matière, au nez subtil de fruits à noyau, légèrement épicé, est tout en bouche, de très bonnegarde. Le 2003 allie puissance et souplesse, riche et fin, bien structuré, complet et très parfumé, de bouche harmonieuse et persistante.
Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

Le Guide Accords Mets et Vins


Château d'ESTEAU

Château d’ESTEAU 

(HAUT-MÉDOC)
Serge Playa

33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 59 57 02
Télécopie : 05 56 59 59 60
Email : playa.serge@neuf.fr
Site : www.chateaudesteau.com

Le domaine s’étend sur 4 ha sur des sols de graves garonnaises. La plantation, d’une densité élevée (10 000 pieds/ha) a un âge moyen de près de 40 ans. Les vendanges sont manuelles et les travaux du sol mécaniques. Élevage en barriques de 20 mois, avec 20% de fûts neufs chaque année. Cela donne ceHaut-Médoc 2009, d’un grand classicisme, de couleur pourpre, bien corsé mais très fin, avec ces notes de mûre et de cassis, qui mêle finesse et charpente. Le 2008, un vin de belle teinte foncée, est parfumé (cassis), où la souplesse prédomine, aux tanins fondus mais bien présents, classique de ce millésime, degarde, bien entendu. Le 2006, charnu, avec des arômes de sous-bois et de groseille, est riche et persistant en bouche, gras, aux tanins mûrs, de couleur profonde, mêlant structure et élégance, de bonne garde. Le 2005, au nez de cerise noire et d’humus, est classique, un vin où la structure s’allie à la finesse, de couleurgrenat aux reflets violacés, aux tanins fermes et veloutés, de garde.

Château FONTESTEAUHAUT-MÉDOC Château FONTESTEAU

Château FONTESTEAU 

(HAUT-MÉDOC)
Dominique Fouin

33250 Saint-Sauveur
Téléphone :05 56 59 52 76
Télécopie : 05 56 59 57 89
Email : info@fontesteau.com
Site : www.fontesteau.com

Remarquable Haut-Médoc Cru Bourgeois 2009, issu des Cabernet-Sauvignon (45%), Cabernetfranc (30%) et Merlot (25%), au nez dominé par le cuir et les framboises, d’une belle intensité en bouche, qui allie distinction et richesse, un beau vin ample et très savoureux, d’une belle finale. Le 2008 est de couleur pourpre, avec des arômes de fruits et d’épices, soyeux et dense,harmonieux, de belle charpente, de garde également. Le 2007 est équilibré et fin, très typé, classique de son terroir, avec une attaque ronde et soyeuse en bouche. Le 2006, corsé, bienéquilibré, est persistant, au nez dominé par les sous-bois et les petits fruits noirs très mûrs, unvin complet qui séduit par sa richesse aromatique, de très bonne garde. Le 2004 est tout en bouche, charmeur, au nez subtil, avec ces notes de fumé et de cassis, aux tanins puissants mais fins. Profitez aussi des sept chambres du gîte.

Château HENNEBELLE

Château HENNEBELLE 

(HAUT-MÉDOC)
Pierre Bonastre
21, route de Pauillac
33460 Lamarque
Téléphone :05 56 58 94 07
Télécopie : 05 57 88 51 13
Email : pierre.bonastre@wanadoo.fr
Site : www.chateau-hennebelle.com

Beau Haut-Médoc 2009, au parfum de griotte et de sous-bois, d’une belle couleur profonde,corsé et ample, de bouche puissante, très typé, un vin charnu et structuré. Le 2008, riche encouleurcorsécharpenté, est un vin qui sent bon les fruits cuits et les sous-bois, de bouche puissante, prometteur. Le 2007 associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et corsé, aux tanins bien équilibrés, un vin fermeet parfumé, très réussi. Excellent 2006, aux arômes de pruneau et de petits fruits rouges, aux tanins qui commencent à se fondre, gras, avec des notes de fruits surmûris et de pruneau, bien typé, de robe rubis profond, associant structure et élégance, de bonne garde. Beau 2005, dense bien charpenté et souple avec des nuances fondues d’humus, de petits fruits mûrs et d’épices, un vin de bonne bouche et d’une belle intensité.

Château HOURTIN-DUCASSE

Château HOURTIN-DUCASSE 

(HAUT-MÉDOC)
Scea des Vignobles Marengo
BP 89
33250 Pauillac
Téléphone :05 56 59 56 92 et 06 73 37 43 43
Télécopie : 05 56 59 52 77
Email : contact@hourtin-ducasse.com
Site : www.hourtin-ducasse.com

Vignoble de 30 ha, dont 25 de vignes d’un âge moyen de 15 à 20 ans. Une sélection rigoureuse des raisins et des cuves amènent à une production d’environ 80 000 bouteilles. Beaucoup aimé ce Haut-Médoc Cru Bourgeois 2009, classique, beaucoup de fruit, belle matière, vin charnu, parfumé, tout en bouche, savoureux, d’excellente garde. Le 2008 mêle puissance et distinction, très classique, aux puissants arômes de fruits rouges marqués par une finale de fraise et cerise, de bouche suave, bien soulignée par des tanins vifs. Le 2007, médaille de Bronze au concours Féminalise de Beaune, tout en senteurs, d’une belle ampleur, sent les fraises des bois et l’humus, de bouche charpentée et souple à la fois. Le 2006 est plus riche, de bouche séveuse, avec des parfums subtils (cassishumus), puissant mais distingué, avec une finale très harmonieuse. Le 2005 développe un nez puissant dominé par les fruits rouges cuits, un vinintense, de garde. Goûtez le joli rosé Les Roses de Marie 2010, un vin gourmand, franc et vivace.

Château de LAMARQUEHAUT-MÉDOC Château de LAMARQUE

Château de LAMARQUE 

(HAUT-MÉDOC)
Pierre-Gilles et Marie-Hélène Gromand d’Évry

33460 Lamarque
Téléphone :05 56 58 90 03
Télécopie : 05 56 58 93 43
Email : lamarque@chateaudelamarque.fr
Site : www.chateaudelamarque.com

Cette forteresse médiévale aux grandes murailles dont les murs les plus anciens datent du XIe siècle. Aristocrates, chevaliers et maréchaux se sont succédés dans ce haut lieu historique jusqu’au Comte de Fumel qui l’acheta en 1841, c’est son descendant direct Pierre-Gilles Gromand d’Évry qui l’habite aujourd’hui avec son épouse. Remarquable Haut-Médoc 2009, gras, tout en complexité au nez comme en bouche, avec des connotations de pruneau, légèrement épicé comme il le faut, qu’il faut laisser se faire. Le 2008 est un beau millésime, de robe intense, qui mêle concentration aromatique et délicatesse en bouche, avec ces arômes caractéristiques d’épices (cannelle, muscade) et de griotte, aux tanins très équilibrés, d’excellente évolution. Le 2007, au nez complexe où prédominent la groseille et les sous-bois, mêlant structure et charnu, un vin qui développe au palais des notes de fruits rouges cuits, de cannelle et de fumé, destanins soyeux, tout en bouche. Savoureux 2006, aux puissants arômes de fruits rouges marqués par une finale de fraise et cerise, de bouche suave, bien soulignée par des tanins vifs, nets, un vin d’une belle persistance, très prometteur. Beau 2005, charpentécharnu, de robe pourpre soutenu, au nez légèrement épicé, suave au palais, avec des nuances de cerise et de réglisse.

Château le MEYNIEU

Château le MEYNIEU 

(HAUT-MÉDOC)

Domaines Pedro
33180 Vertheuil
Téléphone :05 56 73 32 10
Télécopie : 05 56 41 98 89
Email : ddompedro@aol.com
Site : www.domaines-pedro.com

Une propriété de 45 ha dont 30 de vignes. Beau Haut-Médoc 2009, au nez dominé par l’humus et les petitsfruits rouges, ample et gras en bouche, bien équilibré, un vin charnu et structuré, d’une belle longueur. Le 2008, coloré, riche et parfumé (cassis, fumé), mêlant finesse et structure, aux tanins soyeux, de bouche savoureuse où l’on retrouve les fruits macérés et les sous-bois, de garde. Le 2007, aux nuances de mûres et de grillé, aux tanins d’une grande suavité et une belle ampleur en bouche, vraiment réussi. Le 2006, aunez de cassis et d’humus, de couleur profonde, un vin ample, associant rondeur et richesse, très parfumé, bien typé, aux notes giboyeuses et de mûre, aux tanins riches et soyeux à la fois. Le 2005, corsé et rond à la fois, de robe grenat profond, un bien joli vin qui développe des notes de fruits cuits bien caractéristiques, de bouche puissante et souple, de bonne base tannique, de garde. Goûtez leur Saint-Estèphe Château Lavillotte 2008, tout en couleur et en matière, aux senteurs persistantes d’humus et de cerise noire, un vin très équilibré, avec des nuances subtilement poivrées. Le 2007, au bouquet complexe, aux connotations de petits fruits cuits légèrement épicés.

Château REYNATS

Château REYNATS 

(HAUT-MÉDOC)
Jean-Claude Gallier
2, chemin des Noyers
33250 Cissac-Médoc
Téléphone :05 56 59 58 30
Télécopie : 05 56 59 58 30
Email : contact@chateaureynats.com
Site : www.chateaureynats.com

Domaine de 5 ha plantés sur sol argilo-calcaire et graveleux, vignes de 25 ans en moyenne (45% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot, 10% Cabernet franc, 5% Petit Verdot), la totalité de la production est élevée en fûts de chêne (35 % debarriques neuves). Très bien classé pour ce Haut-Médoc Cru Bourgeois 2009, bien charnu comme il se doit, un vin qui sent bon la griotte et les sous-bois, séduisant, d’un beau volume en bouche souligné par des tanins fins et denses à la fois. “Le 2009 est L’année de rêve, précise-t-on. Une fleur précoce, homogène et simultanée sur l’ensemble de la propriété, des conditions météorologiques idéales : beau temps sec tout l’été, quelques gouttes de pluie début septembre, et pour finir, des vendanges sous un soleil radieux avec des nuits fraîches.” Le 2008, de robe soutenue, un vin bien charnu, aux senteurs de groseille et d’humus bien caractéristiques, de très bonne évolution. Excellent 2007, de robe pourpre, au nez persistant, avec des nuances de cuir et de cassis, aux tanins fermes, tout en bouche. Le 2006, où dominent la groseille et les épices, tout en complexité aromatique, aux tanins harmonieux, allie richesse et velouté. Goûtez le Grand vin du Château Reynats, issu des meilleures et plus anciennes parcelles, plus riche en Cabernets de 60 à 70 % environ, qui révèle de puissants arômes de fruits rouges et d’épices, aux tanins enrobés, un vin riche et généreuxtypé.

Château SAINT-AHONHAUT-MÉDOC Château SAINT-AHON

Château SAINT-AHON 

(HAUT-MÉDOC)
Françoise et Nicolas Chodron de Courcel
Caychac 57, rue Saint-Ahon
33290 Blanquefort
Téléphone :05 56 35 06 45
Télécopie : 05 56 35 87 16
Email : info@saintahon.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateausaintahon
Site : www.saintahon.com

Propriété de Charles de Montesquieu au XVIII siècle, leChâteau Saint Ahon, est l’un des cinq derniers domaines viticoles de la commune de Blanquefort, établi sur 40 ha, dont 31 de vignes, l’ensemble situé à 25 minutes du centre de Bordeaux. En 2003, Nicolas et Françoise Chodron de Courcel choisissent de quitter Paris avec leurs enfants pour s’installer à Saint-Ahon et redessiner un avenir à la propriété dans le contexte bien engagé de la crise viticole. En 2011, le Château s’est diversifié avec la création d’une boutique et d’un parcours œnotouristique familial et ludique Les Jardins de Mirabel. Ces activités viennent compléter l’hébergement (gîte et aire de camping-car) et le réceptif (salle attenante au chai à barriques) déjà mis en place. Coup de cœur pour leur Haut-Médoc Cru Bourgeois 2009, de belle robe pourpre, aux tanins mûrs mais tout aussi riches, dominé par le cassis et la framboise, bien charnu comme il le faut, un vin qui développe beaucoup de volume, très prometteur. Le 2008, charpenté, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, aux taninspuissants, au nez complexe où dominent les fruits mûrs, le cuir et les sous-bois, mérite un peu de patience. Le 2007, bien charnu, de bouche ample et parfumée, tout en persistance d’arômes (fruits rouges mûrs, cannelle), tout en charme, est à apprécier sur une omelette aux truffes. Beau 2006, médaille d’Or au concours de vins de Bordeaux et de Bronze à Mâcon en 2009 de couleur soutenue, au nez complexe, aux notes de fraise des bois, d’humus et de poivre, un vin corsé et charpenté, aux tanins harmonieux mais puissants, de belle charpente, charnu et prometteur. Remarquable 2005 (60% Cabernet-Sauvignon, 28% Merlot, 10% Cabernet franc et 2% Petit Verdot), médaille d’Argent à Mâcon, un vin de belle robe soutenue, avec ce charnu et cette pointe d’épices spécifiques, de bouche puissante et soupletannique, de garde. Le 2004, médaille d’Argent à Mâcon également, est très représentatif de ce millésimeclassique bordelais, où la distinction est prédominante, un vin qui allie couleur et structure, avec ces nuances de cerise noire et de truffe, aux tanins mûrs et bien présents à la fois, parfait actuellement.

Château TOUR-MARCILLANET

Château TOUR-MARCILLANET 

(HAUT-MÉDOC)
Vignoble Ponsar-Mahieu

33112 Saint-Laurent-Médoc
Téléphone :05 56 59 92 94
Télécopie : 01 43 20 14 75
Email : info@chateau-tour-marcillanet.fr
Site : www.chateau-tour-marcillanet.fr

Excellent Haut-Médoc 2009, de robe très foncée, au bouquet subtil et intense à la fois avec des notes boisées élégantes et finement épicées, avec des tanins puissants mais soyeux. Le 2008, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux nuances de fruitsmacérés et de cannelle, très équilibré au nez comme en bouche. Le 2007, de belle robe, de bonne base tannique, persistant, ample et corsé, avec ce nez subtil dominé par la fraise mûre, d’une très belle structure, est un vin qui mêle charme et richesse.

Château TOUR-du-ROCHAUT-MÉDOC Château TOUR-du-ROC

Château TOUR-du-ROC 

(HAUT-MÉDOC)
Philippe et Emmanuel Robert
1, rue de l’Église
33460 Arcins
Téléphone :05 56 58 90 25
Télécopie : 05 56 58 94 41
Email : tourduroc@wanadoo.fr
Site : www.chateau-tourduroc.com

Un propriété familiale depuis plusieurs générations, qui s’étend sur 12 ha de croupes graveleuses très bien exposées (pas de désherbage chimique, vendanges manuelles, vinification traditionnelle avec longue cuvaison de 3 semaines, élevage en fûts de chêne pendant 12 mois…). Beau Haut-Médoc 2009, très équilibré, aux arômes d’épices, de violette et de poivre, un vin alliant unefinesse tannique à une rondeur en bouche persistante, d’une très jolie finale. Le 2008, médaille d’Argent au concours des Grands Vins à Mâcon 2010, aux tanins denses, aux senteurs de cerise noire et d’humus, est ample et structuré, très persistant, de belle évolution. Le 2007, médaille d’argent au concours Bordeaux Vins d’Aquitaine 2009, aux connotations de petitsfruits à noyau et d’épices, riche, charnu et dense, avec de la matière et des tanins, un vin puissant, d’une belle harmonie en bouche, très réussi. Beau 2005, intense et coloré, auxarômes de cassis, de cannelle et de poivre, corsé, ample, avec des tanins très structurés, un vin riche en arômes, de fort belle évolution. Le 2003 commence à très bien se goûter, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, bien équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente élégante, de fort bonne garde. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

Château FOURCAS-DUPRÉLISTRAC Château FOURCAS-DUPRÉ

Château FOURCAS-DUPRÉ 

(LISTRAC)
Directeur : Patrice Pagès

33480 Listrac-Médoc
Téléphone :05 56 58 01 07
Télécopie : 05 56 58 02 27
Email : info@fourcasdupre.com
Site : www.fourcasdupre.com

Un remarquable Listrac 2009, qui développe un boiséfondu avec beaucoup de volume, un nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau et les épices, un vinde bouche flatteuse et longue à la fois. Le 2008, de jolie robe grenat, est un vin intense, auxtanins mûrs mais très structurés, qui sent bon la groseille, le pruneau et l’humus, tout en charpente, qui poursuit son évolution. Le 2007 est très parfumé, alliant une bonne base tannique à un velouté charmeur, un vin où élégance et puissance en bouche s’harmonisent très bien, où dominent la fraise des bois et le cuir, de bonne garde. Le 2006 est dense, classique de ce beau millésime médocain, savoureux, corsé, tout en souplesse, de bouche ronde, un vin qui séduit par son intensité, avec ce nez marqué par les fruits noirs, des tanins fins et structurés, de garde. Le 2005, de couleur pourpre, est tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille et de cuir, et des tanins très équilibrés comme à son habitude, de garde. Joli Listrac Les Hautes Terres de Fourcas Dupré, au nez persistant (griotte, violette), très réussi, très classique, aux tanins fermes et soyeux à la fois, corsé au palais.

Château FOURCAS HOSTENLISTRAC Château FOURCAS HOSTEN

Château FOURCAS HOSTEN 

(LISTRAC)
Renaud et Laurent Mommeja
2, rue de l’Église
33480 Listrac-Médoc
Téléphone :05 56 58 01 15
Télécopie : 05 56 58 06 73
Email : contact@fourcas-hosten.com
Site : www.fourcas-hosten.com

Les 46,67 ha de vignoble sont plantés pour 45% deMerlot, 45% de Cabernet-Sauvignon et 10% de Cabernetfranc. Son terroir, typique de son appellation, se révèle particulièrement intéressant avec sa composition de 2/3 de graves pyrénéennes et 1/3 argilo-calcaires, sur un sous-sol d’argile et d’alios. La vinification est traditionnelle avec contrôle des températures et de nombreuxremontages, et l’élevage s’effectue en barriques de chêne durant 12 mois. “Nous avons unnouveau chai de vinification depuis le millésime 2010, nous dit-on, avec des cuves de petites contenances (50 à 100 hl) en ciment sur mesure et en bois, une réception de vendange avec 2 tables de tries ainsi qu’une winery de chez Pellenc. chai traditionnel et moderne à la fois qui fonctionne de manière gravitaire.” Vous apprécierez comme nous le Listrac 2009, aux taninssavoureux, très bien élevé, tout en senteurs aromatiques, avec des notes de cerise confite et d’épices. Le 2008, classique, dense, très bien charpenté, riche et rond à la fois, aux nuances defruits mûrs, fondu mais puissant en bouche. Excellent 2007, tout en couleur et en matière, aunez subtil dominé par des arômes persistants de fruits rouges, de prune et de cerise noire, unvin très équilibré, de bouche ample et finement tannique, riche et généreux, bien typé. Goûtez Les Cèdres d’Hosten 2009, qui se goûte très bien, un millésime très classique, très parfumé avec des notes de mûre, riche en couleur. Excellent 2008, issu d’une sélection de vignes plusjeunes, un vin plaisir idéal dès les premières années, les Cèdres d’Hosten vieillissent en cuves pour préserver leur fruit et leur fraîcheur.

Château DESMIRAIL

Château DESMIRAIL 

(MARGAUX)
Denis Lurton

33460 Cantenac
Téléphone :05 57 88 34 33
Télécopie : 05 57 88 96 27
Email : contact@desmirail.com
Site : www.desmirail.com

Propriété de 30 ha (60% Cabernet-Sauvignon, 39% Merlot et 1% Cabernet franc). SuperbeMargaux 2009, de robe grenat soutenu, bien parfumée (pruneau, violette), de bouche séveuse, de bonne charpente, avec des tanins mûrs, un vin typé et de très bonne évolution. Très beau 2008, corsé, de couleur soutenue, riche, mêlant structure et bouquet, intense au nez comme en bouche (fraise des bois, épices), avec une structure très équilibrée, de très bonne garde. Le 2007 est harmonieux, très élégant, au bouquet subtil et intense à la fois, dominé par l’humus et les petits fruits rouges frais, ample. Le 2006, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, est riche et savoureux au palais, concentré, parfumé, typé.

Château la GALIANEMARGAUX Château la GALIANE

Château la GALIANE 

(MARGAUX)
Christiane Renon

33460 Soussans
Téléphone :05 57 88 35 27
Télécopie : 05 57 88 70 59
Email : chateaulagaliane@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulagaliane
Site : www.scea-rene-renon.com

Le Château La Galiane doit son nom au Général Anglais « Galian » qui depuis ce lieu commandait les troupes anglaises pendant l’occupation de l’Aquitaine au XVe siècle. Exploitation familiale depuis plusieurs générations, sa superficie de 5 ha, plantée de 50% de Cabernet-Sauvignon, 45 % deMerlot et 5% de Petit Verdot, présente un parfait équilibre, très classique et traditionnel de l’appellation Margaux. Le vignoble est réparti sur des croupes de fines graves. “Pour cemillésime 2011, nous raconte Christiane Renon, un printemps sec et chaud a provoqué un stress hydrique précoce à la vigne, et notamment des températures élevées sur avril et mai. La pousse importante a demandé une réaction très rapide et beaucoup de travail à la vigne, pour ne pas se laisser déborder. Certains ont eu des parcelles gravement grêlées fin mai-début juin. Un été en dents de scie avec de gros coups de chaleur ont rendu le mûrissement très hétérogène, ce qui a nécessité un tri important pour ne garder que le meilleur. Les vendanges ont débuté 15 jours plus tôt qu’à l’habitude soit le 14 septembre. Les quantités sont relativement raisonnables, surtout pour nos vieilles vignes. Je garde en mémoire une année très prenante, avec beaucoup de travaux en vert, une surveillance constante et un tri très sérieux. Le résultat est au rendez-vous, je dirais même que je suis agréablement surprise. Les vins sont bien équilibrés, fruités avec une bonne structuretannique. Bien qu’il soit encore un peu tôt, je peux dire qu’ils ont de la rondeur et qu’ils donneront beaucoup de satisfaction aussi bien à garder qu’à boire un peu jeune. Pour ma part un millésime de vigneron, très intéressant.” On patiente en savourant son remarquableMargaux Cru Bourgeois 2009, coloré, de bouche puissante, aux tanins mûrs, un vin qui sent bon la groseille mûre et l’humus, tout en rondeur, de bonne charpente, structurée et fine à la fois, de très bonne garde. Le 2008 est une réussite, tout en couleur et en matière, au nez de griotte et de fumé, riche et gras, intense, d’un bel équilibre, un vin aux tanins bien présents mais soyeux, prometteur. Le 2007, est de belle robe soutenue, au nez légèrement épicé, avec des nuances de mûre, un vin très équilibré, persistant, alliant une jolie charpente à une rondeur séduisante en bouche. Son Margaux Château Charmant, dont le vignoble de 5 ha est planté sur des croupes de fines graves, possède des ceps de vigne centenaires, la culture se fait par une fertilisation réalisée à base de fumure organique. Le 2009, aux arômes de fruits rouges mûrs dominants, de bouche ronde soutenue par de jolis tanins, est un vin classique et bien charpenté. Puissant 2008, de robe grenat, où dominent la griotte et les épices, un beau vin classique qui allie charpente et souplesse, aux tanins bien fermes, au nez complexe. Le 2007, d’une belle robe grenat profond, est très aromatique, au nez fin dominé par des notes de réglisse et de cassis, un vin dense, de bouche ample avec une touche épicée en finale, qui se goûte très bien aujourd’hui.

Château BEAUVILLAGE

Château BEAUVILLAGE 

(MÉDOC)
Éric Bugada
8, rue Hagnac
33340 Couquèques
Téléphone :05 56 41 59 24
Télécopie : 05 56 41 39 76
Email : chateaubeauvillage@orange.fr

Une propriété familiale depuis trois générations successives de viticulteurs passionnés, entièrement dévoués à leur terre (22 ha, vignes de 35 ans, 50% Cabernet-Sauvignon, 50%Merlot noir). Bien apprécié le Médoc cuvée Réservée 2006, classique, riche en couleur, alliantfinesse et structure, aux tanins soyeux mais présents, un vin velouté, de belle matière. Le 2005, au nez persistant avec des nuances de cerise noire, de cuir et d’humuséquilibré, de très bonne bouche, aux tanins savoureux et présents, un vin qui séduit par sa fermeté et sa rondeur.

Château BOIS CARRÉ

Château BOIS CARRÉ 

(MÉDOC)
David Renouil
1, rue de Mazails
33340 Saint-Yzans-de-Médoc
Téléphone :05 56 09 08 12 et 06 08 68 45 61
Télécopie : 05 56 09 04 21
Email : vanessadavid33@hotmail.fr

Vignoble de 6 ha (50 % Merlot, 50 % Cabernet-Sauvignon), planté sur des croupes caillouteuses, sablo-argileuses et argilo-calcaires. Valeur sûre avec ce Médoc 2009 (1/3 debarriques neuves), typé, de belle robe pourpre, avec des arômes de griotte et d’humus, un vintrès savoureux, de bouche ample, gras, très classique. Puissant 2008, charnu, tout en nuancesaromatiques (fruits macérés, vanille), un vin complexe où dominent les fruits mûrs, le cuir et les sous-bois, avec une finale persistante, de garde. Le 2007, médaille de Bronze au concours deMâcon 2009, alliant structure et présence aromatique, avec des tanins mûrs et fermes à la fois, riche en couleur comme en matière.

Château le BOURDIEU

Château le BOURDIEU 

(MÉDOC)
Guy Bailly
1, route de Troussas
33340 Valeyrac
Téléphone :05 56 41 58 52
Télécopie : 05 56 41 36 09
Email : guybailly@lebourdieu.fr
Site : www.lebourdieu.fr

Un vignoble de 38 ha planté sur un sol de formation caillouteuse mêlée de sable et d’argile(c’est ce que l’on appelle des “croupes”). Bien typé, le Médoc 2009 (50% Cabernet-Sauvignon, 50% Merlot), au nez subtil dominé par des arômes persistants de fumé, d’humus et de cerise noire, très équilibré, ample, de belle présence tannique, un vin, très prometteur. Le 2008 estferme et persistant, aux senteurs de mûre et de poivre, aux tanins très bien équilibrés, alliant structure et élégance en bouche où prédominent le cassis et les sous-bois, un vin de garde. Le 2007, de bouche dense, avec des notes prononcées de mûre et de griotte, riche en couleur, développe des tanins fondus et très savoureux. Beau 2006, médaille de Bronze au Challenge International des Vins de Blaye 2009, charpenté, aux nez de mûre et de sous-bois, dense, avec ses nuances d’humus et de cassis en finale. Le 2005 est puissant, coloré et intense au nezcomme en bouche (fruits mûrs et poivre), ample, avec de la matière, aux tanins riches, un vin qui devrait tenir toutes ses promesses.

Château des BROUSTERAS

Château des BROUSTERAS 

(MÉDOC)
Renouil Frères
2, rue de l’Ancienne douane
33340 Saint-Yzans-de-Médoc
Téléphone :05 56 09 05 44
Télécopie : 05 56 09 04 21
Email : chateaudesbrousteras@terre-net.fr
Site : www.chateau-des-brousteras.com

Le vignoble de 26 ha, cultivé, avec amour et passion, par la famille Renouil depuis 1960, se situe à quelques foulées de l’estuaire de la Gironde. Ici les vinifications se font dans le respect des méthodes ancestrales. Il en est de même pour le vieillissement qui s’effectue en barriquesde chêne merrain 12 à 18 mois selon le millésime. Coup de cœur pour ce Médoc Cru Bourgeois 2009, issu de 50% Merlot, 45%Cabernet-­Sauvignon, 5% Cabernet franc, élégant, avec des arômes de fruits rouges intenses et de fumé, de bouche dense, tout enfinesse, un vin de couleur profonde, tout en nuances d’arômes (cassiscannelle) en finale. Le 2008, complet, très parfumé, bientannique, est un vin complexe, de garde. Le 2007 allie puissance et souplesse, avec ce nez où dominent le pruneau et une pointe de poivre, équilibré, avec des tanins ronds. Le 2006, un vin de couleur pourpre, au bouquet développé avec des nuances giboyeuses, aux notes fruitées de framboise et de prune, complet, aux tanins amples et très équilibrés, d’excellente évolution. Superbe 2005, aunez à la fois complexe et intense dominé par les petits fruits noirs, aux tanins bien présents et savoureux, un vin tout en charpente, d’une finale persistante.


Château DAVID

Château DAVID 

(MÉDOC)
Sabine Coutreau
40, Grand-Rue
33590 Vensac
Téléphone :05 56 09 44 62
Télécopie : 05 56 09 59 09
Email : chateaudavid@free.fr

Depuis janvier 1996, Sabine Coutreau représente la cinquième génération de viticulteurs sur la propriété, un domaine sur sol de sables graveleux. Le vignoble de 13 ha est composé de 50% Cabernet-Sauvignon, 40% Merlot 5% Cabernet franc et 5% Petit VerdotVinification selon les méthodes traditionnelles médocaines, et vieillissement de 12 à 18 mois en fûts de chêne. Cela donne un Médoc Cru Bourgeois 2008, aux tanins très élégants mais bien fermeségalement, bien marqué par son terroirgras et persistant, intense en arômes comme en structure, avec ces nuances de cassis et de sous-bois et de réglisse, un vin de charpentesouple et très structurée, de très bonne garde.

Château les GRAVES de LOIRAC

Château les GRAVES de LOIRAC 

(MÉDOC)
M.et Mme Gillet
21, chemin du Centre
33590 Jau-Dignac-et-Loirac
Téléphone :05 56 09 48 97
Télécopie : 05 56 09 48 97
Email : lesgravesdeloirac.chateau@wanadoo.fr

Une exploitation familiale de 8 ha de sol graveleux (66% Cabernet-Sauvignon et 34% Merlotnoir, élevage 8 à 12 mois en fûts de chêne). Excellent Médoc 2009, de couleur pourpre, riche et élégant, tout en bouche, bien épicé, avec des notes de groseille, d’excellente évolution comme le prouve le 2006, d’une jolie robe rouge sombre, au bouquet intense, un vin ample, avec desarômes de réglisse et de mûre, aux tanins denses mais souples, de bouche étoffée, mêlant cegras caractéristique à des notes finement épicées.

Domaines LAPALUMÉDOC Domaines LAPALU

Domaines LAPALU 

(MÉDOC)
Jean-Michel Lapalu
1, rue du 19 Mars
33340 Bégadan
Téléphone :05 56 41 50 18
Télécopie : 05 56 41 54 65
Email : info@domaines-lapalu.com
Site : www.domaines-lapalu.com

Savoureux Médoc Château Patache d’Aux 2009,généreuxcorsé, aux tanins savoureux et riches à la fois, avec cette bouche bien charnue et séduisante dominée par les fruits à noyau et la réglisse. Le 2008, aux notes de pruneau et de sous-bois, est un vin puissant, de très bonne bouche, de fort bonne évolution. Le 2007, auxtanins denses, allie structure et charme, souplesse et richesse, aux notes de fruits mûrs avec des nuances de truffe en finale, équilibré, où la souplesse prédomine, tout en nuances. Le 2006 est un vin de belle couleurcorsévelouté, parfumé, avec ces notes de mûre et de sous-bois, aux tanins fermes et ronds à la fois. À ses côtés, leur Médoc Château Lacombe Noaillac 2009, parfumé (mûre,humus), ample, généreux et persistant, aux tanins très bien équilibrés, un vin qui allie rondeur et charpente, avec une belle structure. Le 2008, bien typé, est de couleur soutenue, parfumé, aux tanins fermes, au nez complexe de cassis et d’épices. Beau Haut-MédocChâteau Liversan 2009, charpenté et harmonieux, caractéristique de ce que doit être un vin de cette appellation, au nez présent avec des notes de violette, de réglisse et de pruneau, aux tanins amples. Le 2008, finement bouqueté, mêle une bonne base tannique à unvelouté dense, un vin qui mérite un peu de patience. À la suite, le Château Lieujean 2009 est un vin coloré, aux arômes persistants de petits fruits rouges mûrs, avec des tanins souples et très équilibrés, un vin bien structuré, charmeur et puissant. Le 2008, prix des Vinalies 2010, est parfumé, avec beaucoup de matière, mêlant souplesse et charpente, de garde.

Château les MOINES

Château les MOINES 

(MÉDOC)
Claude Pourreau
9, rue Charles Plumeau
33340 Couquèques
Téléphone :05 56 41 38 06
Télécopie : 05 56 41 37 81
Email : mail@chateau-les-moines.com

Un vignoble de 30 ha (75% Cabernet-Sauvignon, 25% Merlot, avec une moyenne d’âge desvignes de 26 ans, plantées sur une bande de calcaire riche en fossiles). Tout en bouche, cet excellent Médoc Prestige 2007, élevé en barriques, s’apprécie parfaitement actuellement, très élégant, gras et riche, au bouquet intense avec ces notes de sous-bois et de fruits rouges frais, un vin de bouche ample et fondue. Savoureux 2006, de belle robe rubis soutenu, un vin trèsharmonieux, complet, au nez de fruits rouges et une pointe d’épices caractéristique, charnu en bouche, tout en subtilité, un vin qui se goûte très bien aujourd’hui, de bonne garde. Le 2005, élevé en barriques, est de jolie robe grenat profond, dense et très parfumé (petits fruits rouges, cuir), avec des tanins ronds et présents, un vin équilibré qui emplit bien la bouche, aux nuances de fumé typiques, d’une belle finale.

Château de PANIGON

Château de PANIGON 

(MÉDOC)
Georges Dadda

33340 Civrac-en-Médoc
Téléphone :06 86 18 63 85
Télécopie : 05 56 41 37 00
Email : dwl.france@orange.fr

Toujours très bien classé. Un beau coup de cœur pour ce Médoc Cru Bourgeois 2009, pas moins de 4 médailles pour ce millésime dont une d’Argent au concours général Agricole Paris 2011, et une d’Or au Shangaï Wine Compétition, élevage 12 à 18 mois 100% en barriques dont 33% de neuves, de couleur rubis sombre, riche et structuré, au nez légèrement épicé, aux tanins présents qui commencent à peine à se fondre, très équilibré, riche et charnu. Beau 2008, médaille de Bronze au Decanter Awards, ainsi qu’au concours International deMâconcorsé, intense en couleur comme en arômes, qui fleure bon les fruits mûrs et la réglisse, finement tannique. Le 2007, de très bonne bouche, est bien charnu, aux tanins harmonieux, avec des nuances de fruits surmûris et d’épices, de belle couleur cerise noire, riche et velouté au palais avec de la personnalité. Goûtez le Médoc Château Amour 2009, médaille d’Argent au Win Event Hong-Kong 2011, élevage de 6 à 8 mois 100% en barriques, de jolie robe grenat, charpenté, de bouche persistante, au nez de fruits mûrs, avec des tanins souples et très équilibrés, d’une jolie finale. Très agréable Rosé de Panigon, de belle robe soutenue, aux notes deframboise, de bouche florale et fruitée, tout en harmonie, à ouvrir sur un bouquet de crevettes ou une quiche.

Château TAFFARD de BLAIGNANMÉDOC Château TAFFARD de BLAIGNAN

Château TAFFARD de BLAIGNAN 

(MÉDOC)
Cédric Moreau
10, rue de Hontane
33340 Ordonnac
Téléphone :05 56 09 00 00
Télécopie : 05 56 09 04 28
Email : contact@taffarddeblaignan.com
Site : www.taffarddeblaignan.com

Le vignoble s’étend sur 18 ha sur un sol argilo-calcairerelativement plat par suite des dépôts alluvionnaires des terrasses fluvio-marines de la fin du Tertiaire. Lescépages sont le Merlot et le Cabernet-Sauvignon à parts égales. Si Henri Cadillac a pris sa retraite, il supervise toujours l’exploitation du domaine, et c’est dans la continuité de son travail, que le nouveau directeur, tout en amenant ses idées et ses compétences au vignoble poursuit une politique qualitative certaine en respectant l’environnement. On le voit avec ce Médoc 2010, d’un beau rouge profond, au nez persistant, aux connotations d’humus et de petits fruits noirs bien mûrs, tout en finesse tannique, ample et de bonne structure, velouté en finale. Le 2009 allie richesse et harmonie, aux notes de fruits rouges mûrs (prune, cerise), aux tanins à la fois riches et soyeux, qui poursuit son évolution. Très représentatif de ce millésime classique bordelais, le 2008, est intense et velouté, avec des notes subtiles de mûre et de truffe, auxtanins fermes mais souples, chaleureux, de très bonne garde. Goûtez l’excellent Second VinChâteau Taffard 2010 (vinification en cuves en acier inoxydable, avec contrôle des températures, dont la fermentation alcoolique est suivie de 3 à 4 semaines demacération, puis fermentation malo-lactique après pressurage des marcs). Excellent 2008, de robe grenat soutenu, parfumé et persistant, aux tanins équilibrés, un vin classique de ce millésime, qui poursuit son évolution. Beau rapport qualité-prix-typicité.

 

Château La TOUR de BYMÉDOC Château La TOUR de BY

Château La TOUR de BY 

(MÉDOC)
Frédéric Le Clerc
5, route de la Tour de By
33340 Bégadan
Téléphone :05 56 41 50 03
Télécopie : 05 56 41 36 10
Email : info@latourdeby.com
Site : www.la-tour-de-by.com

Une place particulièrement enviable dans le Classementpour ce grand Médoc 2009, un vin au nez subtil dominé par les petits fruits rouges à noyau, le poivre et les épices, aux tanins mûrs, d’une belle harmonie en bouche avec des nuances de fruits macérés, d’une bonne tannique soyeuse, de très belle évolution. Le 2008, qui sent la framboise et la cannelle, d’une grande harmonie, est généreux et persistant en bouche, de bellegarde. Beau 2007, de robe grenat, charnu, au nezcomplexe (cerise, épices…), ample, aux notes d’humus, de pruneau et de cassis au palais, un vin tout en bouche, aux tanins mûrs. Le 2006, toujours marqué par ces senteurs très spécifiques de fumé, riche en couleur, au nez délicat où se mêlent la mûre et le cassis, ample et solide, de bouche puissante, avec des nuances de groseille et de truffe, aux tanins soyeuxcharnu comme il se doit, de belle charpente. Superbe 2005, à la fois plein et distingué, aux notes persistantes de fruits mûrs (cassis et framboise) et de réglisse, un vin qui allie concentration aromatique, ampleur des tanins et distinction en bouche, de belle garde. Le 2004 est toujours particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveursfruitées, avec ce nez caractéristique d’épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux tanins présents. Beau 2001, où l’élégance prédomine, avec ces petites nuances d’humus et de fraise des bois mûre, de couleur pourpre, aux tanins présents et délicieusement fondus.


Château LESTAGE-DARQUIER

Château LESTAGE-DARQUIER 

(MOULIS)
Brigitte et François Bernard
42, Chemin de Giron
33480 Moulis-en-Médoc
Téléphone :05 56 58 18 16
Télécopie : 05 56 58 38 42
Email : chateaulestagedarquier@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaulestagedarquier

Le vignoble de 10 ha, dont 8,5 en production, est sur la croupe graveleuse Ouest du Grand Poujeau et bénéficie d’une très grande qualité de terroir : 50% Cabernet-Sauvignon, 45%Merlot noir, 5% Cabernet franc et Petit Verdot, élevé en barriques (renouvelées par 1/3 tous les 3 ans, durant 8 à 12 mois selon les millésimes, le reste du temps en cuves inox. Qualification Agriculture Raisonnée et certification Terra Vitis depuis 2004. “Le 2011, nous raconte Brigitte Bernard, est une année qui a démarré très fort, avec un printemps chaud et sec, mais qui a été suivi par un été froid et maussade. Heureusement nous n’avons pas eu à subir de gros orages ni de grêle. Nous n’avons pas fait de traitements excessifs, mais il fallait être vigilant à l’oïdium, de ce côté là, on peut dire que la culture était relativement facile. Les vendanges ont commencé le 15 septembre pour se terminer en fin de mois, il fallait rentrer tout sans tarder pour garder le raisin le plus sain possible. Pour nous, une vendange de Merlot avec une petite récolte de Cabernets, les rendements étaient moyens, un peu comme en 2002. Ce millésime 2011, moins concentré que les 2009 et 2010, est bien sur le fruit, sera bien rond et très agréable à boire, il ferait penser au 2007. Il faut de beaux millésimes comme 2011 pour pouvoir attendre des millésimes comme 2009 et 2010, chaque millésime a sa place.” Beau Moulis Terra Vitis 2010, puissant, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue, aux arômes de fruits rouges intenses, d’une jolie finale, de garde. Le 2009, aux nuances de cerise noire et d’épices, est de belle charpente, riche, charnu, tout en subtilité. Le 2008 est de couleur grenat, complexe, avec des nuances de fruits rouges cuits, un vin tannique et charnu.

Château MAUCAILLOUMOULIS Château MAUCAILLOU

Château MAUCAILLOU 

(MOULIS)
Philippe Dourthe

33480 Moulis-en-Médoc
Téléphone :05 56 58 01 23
Télécopie : 05 56 58 00 88
Email : chateau@maucaillou.com
Site : www.chateau-maucaillou.com

Maucaillou s’étend sur 70 ha de vignes d’âge moyen de 25 ans (58 % Cabernet-Sauvignon, 35 % Merlot et 7 % de Petit Verdot). C’est le fief de la famille Dourthe qui y consacre son énergie depuis de nombreuses années et a constitué une formidable entité en plus du vignoble et des chais : école du vin, salle de réception, chambres d’hôte, musée des arts et métiers de la vigne et duvin… Les terroirs viticoles qui portent les vignes de Maucaillou sont constitués de belles croupes d’alluvions du Quaternaire provenant en grande partie de la nappe graveleuse garonnaise de Güntz (80% de Graves de Güntz et 20% d’argilo-calcaire). Superbe Moulis 2009, riche au nez comme en bouche, aux nuances de fraise des bois, d’épices et d’humus, auxtanins très équilibrés et savoureux, de belle évolution. Le 2008 est très typé, d’une bellecouleur foncée, le bouquet est intense, arômes de baies rouges soulignées par des notes de poivre, un très grand vin généreux et charnu, complet et complexe, de très belle garde. Remarquable 2007, très belle couleur rouge soutenu pour ce vin ample et soyeux avec une très belle matière, tout en bouche, élégant et riche à la fois. Le 2006 est un grand vin, parfumé, associant couleur et matière, très équilibré, aux tanins mûrs et structurés, au nez de cassis, de griotte et d’épices, ample, de belle évolution. Très beau 2005, de couleur profonde aux reflets violacés, avec des arômes aux nuances bien particulières de petitsfruits mûrs (cassis, cerise noire…), de cuir et de truffe, un vin très dense, complexe, fondu, de grande garde.

Château FONBADETPAUILLAC Château FONBADET

Château FONBADET 

(PAUILLAC)
Pierre et Pascale Peyronie

33250 Pauillac
Téléphone :05 56 59 02 11
Télécopie : 05 56 59 22 61
Email : pascale@chateaufonbadet.com
Site : www.chateaufonbadet.com

Pascale Peyronie, et son père, Pierre, “couvent” ce vignoble de 20 hectares situé entre les territoires des “Premiers”. Un vrai coup de cœur pour son Pauillac 2009, réunit concentration aromatique et souplesse en bouche, marqué par ces senteurs très spécifiques de fumé, avec ces nuances de groseille et de truffe, aux tanins soyeuxcharnu comme il se doit, de bellegarde. Le 2008 est de couleur foncée, aux notes de fruits rouges bien mûrs (griotte, framboise…), un vin aux tanins très équilibrés, de bouche pleine, de belle garde. Le 2007 est structuré, très élégant, de bouche ample, tout en arômes, aux connotations de mûre et de griotte, un joli vin corsé, aux nuances d’épices en finale, aux tanins harmonieux mais amples à la fois, un vin de bouche soyeuse. Beau 2006, ample, de couleur intense, racé, aux tanins riches et bien équilibrés, aux connotations de cassis, de mûre et de poivre, tout en bouche, rond et velouté, prometteur. Grand 2005, avec beaucoup de matière, au nez subtil où dominent les petits fruits cuits et la réglisse, mêlant richesse et souplesse des tanins, concentration et subtilité aromatique, avec ce côté charnu très caractéristique et tout en charme. Beau 2004, charnu, riche et généreux, de belle robe intense, au nez complexe, légèrement épicé, avec, en bouche, des notes de cassis, de sous-bois et de réglisse, aux tanins ronds mais présents. Le 2003 est puissant, dense et riche, avec ces nuances de cuir et de fruits confits, de belle charpente, alliant distinction et structure, de belle base tannique. Goûtez le Second Vin, l’Harmonie de Fonbadet 2008, aux tanins très élégants mais bien fermes également, au nez complexe (cuir, framboise, mûre), légèrement épicé, vraiment très agréable.

Château GRAND PUY LACOSTEPAUILLAC Château GRAND PUY LACOSTE

Château GRAND PUY LACOSTE 

(PAUILLAC)
Domaines François-Xavier Borie
BP 82
33250 Pauillac
Téléphone :05 56 59 06 66
Télécopie : 05 56 59 22 27
Email : dfxb@domainesfxborie.com
Site : www.haut-batailley.fr

Au sommet. Les 55 ha de vignes (75% Cabernet-Sauvignon, 20% Merlot et 5% Cabernet franc) sont situés tout autour du château, sur une belle croupe très graveleuse. Exceptionnel Pauillac 2009, particulièrement charmeur, coloré et puissant, aux saveurs fruitées, avec ce nez caractéristique de prune, d’épices et de sous-bois, exhalant des notes persistantes, aux tanins présents, prometteur. Le 2008, très représentatif du classicisme de ce grand millésime bordelais, est un grand vin très ferme, un vin tannique, associant structure et élégance, au bouquet concentré, aux nuances épicées, un vin charnu, dense et velouté en bouche, vraiment très prometteur. “Pour le 2008, nous dit François-Xavier Borie, nous avions privilégié la bonne aération des grappes sur le pied, de petits rendements, un bon contrôle du vignoble tout au long de la saison. Le 2008 présente de la structure, une grande longueur en bouche et offre un beau potentiel de garde.” Remarquable 2007, toujours très racé, au nez de prune et de framboise cuite, de robe grenat soutenu, un grand vin alliant puissance et souplesse, de bouche dominée par de très belles notes de fruits mûrs avec des notes de poivre, d’une grand subtilité, avec des tanins soyeux, très équilibré, de très bonne garde. Beau 2006, très typé, aux tanins mûrs etfermes à la fois, de bouche très parfumée (fraise des bois), riche et fondue à la fois, au nez où se mêlent la truffe et l’humus, biencharnu comme il se doit. Exceptionnel 2005, d’une grande complexité d’arômes, un vin dominé par la fraise des bois et la réglisse, puissant, d’une finale persistante aux nuances de fumé, de mûre et d’épices, qu’il faut laisser se faire pour développer tout son potentiel. “Le 2005 est sûrement la plus grande réussite depuis 25 ans, poursuit François-Xavier Borie, cela a été un millésime excessivement facile pour le viticulteur, si j’ose dire, c’est un vin qui a beaucoup d’amplitude, de charme, de complexité, on est vraiment dans la typicité de Grand-Puy-Lacoste, d’un très grand Pauillac. Il est d’un grand potentiel de garde, mais également très agréable dès maintenant tant l’on est séduit par ce fruit qui explose en bouche. C’est d’ailleurs une caractéristique des très grandsmillésimes, en effet, quand le vin est déjà formidable dans sa jeunesse. C’est un millésime que j’apprécie beaucoup surtout avec cettesève, cette trame si dense, c’est vraiment un vin à très fort potentiel, et l’exceptionnelle qualité du millésime fait penser à des 1989, 1982 et même à des 1947.” Le 2004, de couleur très profonde, avec des tanins intenses, un nez complexe où l’on retrouve les fruitscuits (cassis, groseille, mûre) et l’humus, avec cette finale subtilement poivrée qui fait tout son charme, un vin très distingué, de bellegarde. Le 2003 est toujours l’un des vins les plus séduisants de ce millésime, d’une belle robe de couleur intense et soutenue, d’un très bel équilibre en bouche, riche et concentré, un grand vin complet et ample, racé, avec ces notes caractéristiques de petits fruitsrouges frais, d’épices et de truffe. Le 2002 est une grande réussite, redégusté cette année, aux notes persistantes de sous-bois et de mûre, un vin qui allie structure et souplesse, aux tanins denses, qui se goûte remarquablement (parfait sur un lièvre ou de l’agneau), d’excellente évolution. Très beau 2001, de bouche riche et charnue, tout en subtilité d’arômes (griotte, humus…), ample et séveux en finale, aux tanins savoureux. Exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. château HAUT-BATAILLEY Toujours à la tête des Deuxièmes Grands vins Classés. Les 22 ha de vignes de 35 ans (75% Cabernet-Sauvignon, 22% Merlot et 3% Cabernet franc) bénéficient des mêmes conditions d’élevage que Grand-Puy-Lacoste. “Le 2010 est vraiment remarquable, nous précise François-Xavier Borie, unassemblage dominé par le Cabernet-Sauvignon (78%). Le vin est d’une belle robe rouge sombre. arômes de fruits noirs intenses, deraisins bien mûrs. Jolie fraîcheur en bouche, attaque progressive qui dévoile des tanins aux grains raffinés. Très belle structure bien équilibrée, beaucoup d’ampleur, d’élégance, de finesse dans ce grand millésime, très prometteur.” Superbe Pauillac 2009, d’une bellecouleur profonde et dense. arômes de fruits et d’épices. Belle structure élégante en bouche, vin bien équilibré qui présente une grande subtilité. L’ensemble très charmeur montre son côté séducteur. Très classique, le 2008, chaleureux, de couleur foncée, est riche et distingué, aux tanins puissants, un vin où dominent la prune et les sous-bois, tout en bouche, de garde. Beau 2007, avec cecharnu caractéristique, cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin de belle teinte grenat, puissant et persistant, volumineux, aux tanins veloutés, d’une belle finale, de très bonne évolution. Savoureux 2006, charnu, tout en nuancesaromatiques, de robe grenat, au nez vivace où dominent des notes de griotte, de musc et d’épices (cannelle, poivre), aux taninsdenses, un vin de fort belle expression qui récompensera les patients. Superbe 2005, très typé, concentré et charnu, très parfumé (griotte, musc, épices), ample, aux saveurs à dominante de fruits noirs, un vin qui est riche et chaleureux, de garde. Beau Pauillacchâteau Lynch-Moussas 2008, très équilibré, aux tanins bien fermes, de bouche où dominent la myrtille et les sous-bois.

Château L'ARGILUS du ROI

Château L’ARGILUS du ROI 

(SAINT-ESTÈPHE)
José Bueno
Rue de Brame Hame
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 73 49 78
Télécopie : 05 56 59 53 74
Email : largilus@chateaulargilusduroi.com
Site : www.chateaulargilusduroi.com

Un domaine de 5 ha. Encépagement 55% Merlot, 40% Cabernet-Sauvignon, et 5 % Petit Verdot, l’élevage se fait en barriques durant, selon les millésimes, 12 à 24 mois. Très savoureux Saint-Estèphe 2009, charpenté, avec ces notes bien marquées de cerise mûre, de poivre et de musc, de bouche souple et fondue, aux tanins très équilibrés et enrobés. Le 2008 est un vin d’une grande harmonie, de bouche très puissante avec des notes de fumé et de cerise noire, d’un grand équilibre, très bien corsé et équilibré, très prometteur. Le 2007 est une réussite, de couleur intense, de bouche étoffée, aux notes de mûre, d’humus et de cuir, tout en nuances d’arômes, tout en couleurferme, de bouche puissante et distinguée. Excellent 2006, tout en finesse aromatique (cerise noire, groseille, poivre blanc), de robe pourpretypé et délicatement tannique, associant structure et finesse.

Château CALON-SÉGURSAINT-ESTÈPHE Château CALON-SÉGUR

Château CALON-SÉGUR 

(SAINT-ESTÈPHE)
Mme Hélène de Baritault

33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 30 08
Télécopie : 05 56 59 71 51
Email : calon-segur@calon-segur.fr

Incontestablement au sommet. Calon-Ségur est l’un desvins les plus racés de Bordeaux, et bénéficie, pour un tel niveau qualitatif, d’un rapport qualité-Prix qui devrait en faire réfléchir plus d’un. Les références historiques ne manquent pas à Calon, qui doit son nom à une petite embarcation utilisée au Moyen Âge pour transporter le bois d’une rive à l’autre, le village s’appela d’ailleurs Saint-Estèphe-de-Calon pendant longtemps. Le domaine s’étend sur 94 ha de vignes sur le terroir deSaint-Estèphe, et regroupe les Châteaux Calon-Ségur, Marquis de Calon (seconde marque de Calon) et CapbernGasqueton, un Grand Cru Bourgeois tout en finesse. Exceptionnel Saint-Estèphe 2009, à la tête de son appellation, aux arômes persistants et subtils de petits fruitsrouges mûrs à noyau, très structuré, avec des tanins soyeux mais denses, un grand vin puissant, harmonieux, complexe et charmeur. Le 2008 est l’archétype de ce que doit être un grand vin typé de Bordeaux, concentré, de robe foncée, avec beaucoup de structure, au nezcomplexe où prédominent le cassis, la groseille et le cuir, charpenté et gras, de bouche puissante dominée par les fruits cuits à noyau et les sous-bois, de grande garde. Très grand 2007, avec des arômes bien présents defruits noirs et rouges, ample et gras, un vin qui a beaucoup de charme et d’élégance, de couleur profonde, structuré, avec des taninsmarqués mais qui se fondent bien par la suite, d’une belle persistance, prometteur. Le 2006 est l’une des plus belles réussites de la propriété, marqué par son terroir, où la structure prédomine, au nez puissant avec des notes de truffe et d’humus, bien charnu comme il se doit, généreux et très harmonieux, dense et coloré, de grande garde, Exceptionnel 2005, un très grand vin, gras, parfumé, bientypécorsé, au nez intense, de bouche concentrée avec des nuances de truffes et de réglisse, puissant et racé à la fois, qui mérite une cuisine élaborée et surtout un peu de patience, tant il est prometteur. Le 2004 est fantastique, d’une grande fraîcheur que lui apporte le terroir justement, un millésime d’un grand classicisme, d’une grande finesse mais puissant, un vin très intense, très parfumé (fruitscuits, réglisse…), d’évolution lente. Très beau 2003, encore fermé, plus exubérant (c’est le millésime qui veut cela), volumineux, d’une belle couleur pourprecharnu et parfumé, au nez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière. Le 2002 est superbe, très classique, une réussite, très puissant, de robe grenat intense, au bouquet complexe où se marient des notes fruitées et de sous-bois, un vin gras et distingué, aux tanins fermes, de garde, bien sûr. Exceptionnel 2001, aux nuances épicées, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des nuances de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes, de lente évolution. Le 2000, un grand vin, est encore très jeune, racé, tout en puissance, avec beaucoup de matière, des arômes de fruits rouges surmûris et de cuir, d’un grand potentiel d’évolution. Remarquable 1999, qui associe structure et finesse, de couleur grenat, ample et parfumé, bien corsé, aux tanins bien équilibrés, un vin ferme et persistant. Le 1998 est un très grand vin, tannique, puissant, concentré mais tout en finesse, très structuré, harmonieux, aux notes complexes (mûre, truffe…). Le 1997 est de bouche fondue, riche, séduisant avec des notes de mûre, très parfumé, très rond, un vin ample au nez comme au palais, aux tanins mûrs, d’une jolie finale. Beau 1996, aux arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, de couleur profonde, un vin très riche, aux tanins très équilibrés, de garde. Le 1995 est particulièrement savoureux, d’une grande intensité en bouche (cuir, griotte confite, sous-bois…), gras et dense, un grand vin parfumé, tout en bouche, de grande évolution, vraiment superbe. Prix très sages, et largement justifiés.

Château CLAUZETSAINT-ESTÈPHE Château CLAUZET

Château CLAUZET 

(SAINT-ESTÈPHE)
Baron Velge
Leyssac
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 34 16
Télécopie : 05 56 59 37 11
Email : clauzet@chateauclauzet.com
Site : www.chateauclauzet.com

Superbe Saint-Estèphe 2009, à l’expression aromatiquetrès prononcée (prune cuite, griotte) alliant finesse et structure, de bouche pleine, aux tanins bien fermes, de belle matière, dense en finale. Le 2008 est un vin puissant et corsé, aux notes de pruneau et de sous-bois, de très bonne bouche, bien typé, de couleur grenat, d’une belle concentration de parfums, un cru qui allie distinction et richesse, de garde. Le 2007, de couleur rubis intense, où dominent la groseille et les épices, tout en complexité, avec des tanins ronds et harmonieux, très séducteur. Beau 2006, mêlant richesse et velouté, de belle couleur grenat, intense, corsé, très parfumé, qui sent bon la griotte et les sous-bois, à déboucher sur unrôti de porc. Le 2005, superbe, de belle base tannique importante et très équilibrée, un vin complexe et dense, de robe soutenue,charnu, avec ces notes persistantes de fumé et de fruits macérés, de garde. Le 2004 est remarquable, distingué, très parfumé, avec ces nuances de fruits mûrs et d’épices, un vin de très belle bouche, gras et corsé, aux tanins harmonieux, d’excellente évolution.

Château MONTROSESAINT-ESTÈPHE Château MONTROSE

Château MONTROSE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Gérant : M. Delmas Directeur : M.Glumineau

33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 30 12
Télécopie : 05 56 59 71 86
Email : chateau@chateau-montrose.com
Site : www.chateau-montrose.com

Au sommet. Formidable Saint-Estèphe 2009, où la distinction se conjugue avec la matière, la fraîcheur à la structure, au nez complexe à dominante de fruits noirs et d’humus, aux tanins puissants et moelleux à la fois, degarde. “Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose, poursuit Nicolas Glumineau, Directeur Technique : des vins de longuegarde mais qu’on aura plaisir à déguster sans attendre de nombreuses années. Le 2009 est vraiment unmillésime exceptionnel. Dans ma carrière de directeur et d’œnologue je verrai rarement un tel niveau qualitatif. À la dégustation, il y a l’élégance, la fraîcheur, l’équilibre, la structure du vin emplit la bouche sans aucune aspérité, c’est un vin qui conserve à la fois de la finesse et de la souplesse, les tanins sont onctueuxsoyeux, le vin très présent, très persistant, cette belle longueur en bouche laisse une impression exceptionnelle. Un très grand vin qui symbolise ce que nous essayons de faire à Montrose : des vins de longue garde mais qu’on aura plaisir à déguster sans attendre de trop nombreuses années.” Le 2008 est un millésime droit, ample, puissant, précis, d’un parfait équilibre entre onctuosité et fruité, un vin riche et complexe, d’une belle trame qui confère au vin du soyeux en finale, de garde, l’un des très grands vins de la propriété. Beau 2007,gras, avec des arômes persistants et puissants, un vin structuré et charpenté avec beaucoup d’élégance, aux connotations de violette, de cuir et de sous-bois très caractéristiques, intense, ample et corsé à la fois. Tout aussi séduisant, il y aussi ce Second Vin, La Dame de Montrose 2009, alliant une finesse tannique à une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, d’une très jolie finale avec des notes d’épices et de fraise des bois surmûrie. Le 2008, riche en arômes, d’une belle structure avec beaucoup d’élégance, aux notes de fruits, de cannelle et d’humus, très équilibré au nez comme au palais, est un vin qui permet d’avoir une bonne idée de la grandeur du premier vin. Le 2007 s’apprécie particulièrement bien en ce moment, très classique, au nez de cassis, ample en bouche grâce à des tanins soyeux et puissants à la fois, à ouvrir sur une cuisine épicée.

Château la PEYRE

Château la PEYRE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Vignobles Rabiller
Le Cendrayre
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 32 51
Télécopie : 05 56 59 32 51
Email : vignoblesrabiller@wanadoo.fr
Site : www.chateaulapeyre.fr

Un vignoble de 8 ha. Raymond Rabiller, mon père, a créé cette propriété à partir de quelques parcelles, précise René Rabiller, achetées en rente viagère dans les années 1946-47, pour environ un hectare. Il était alors ouvrier boulanger et ma mère épicière. En 1973, mon père décidait de devenir viticulteur à part entière après avoir acheté cinq autres hectares de vignes. Toute la récolte était alors apportée à la Cave Coopérative de Saint-Estèphe. À cette époque, je faisais mes études au Lycée Technique de Talence, puis à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tarbes jusqu’en 1975. Arrivé à la retraite, mon père hésitait à vendre ses vignes. Je lui offris la solution de revenir au pays prendre la relève. Ainsi, en 1986, je devins viticulteur, bientôt rejoint par mon épouse en 1993. Mes plus vieilles vignes ont traversé le gel de 1956. Elles ont donc plus de 53 ans. La plupart des parcelles ont trente ans d’âge. Nos vignes sont plantées à une densité élevée avec des rangs espacés d’un mètre.” Une belle réussite avec ce Saint-Estèphe 2009, avec ce nez complexe où prédominent les fruits macérés et les épices, de charpente ample, aux tanins intenses mais savoureux, corsé et gras. Le 2007 se goûte parfaitement, avec un bouquet persistant etcorsé, aux notes de sous-bois et de griotte, très bien structuré, un vin ample, d’un remarquable équilibre, de bouche fondue où domine le pruneau confit. Excellent 2006, un vin de couleur profonde, tout en nuances d’arômes (cassiscannelle), un vin gras, riche et biencharnu.

Château PLANTIER ROSE

Château PLANTIER ROSE 

(SAINT-ESTÈPHE)
F. Conte
Leyssac 51, rue du Médoc
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 36 16
Télécopie : 05 56 96 06 42
Email : chateauplantierrose@hotmail.com
Site : www.chateauplantierrose.com

Vignoble de 9,5 ha, sur un terroir de graves et de sables (moyenne d’âge des vignes de 30 à 35 ans). L’encépagement se compose majoritairement de Cabernet-Sauvignon, puis de Merlot et d’un peu de Petit Verdot. Vous apprécierez comme nous le beau Saint-Estèphe 2009, CruBourgeois, fort bien élevé en fûts de chêne durant 18 mois, de robe brillante et soutenue, aux senteurs de fruits rouges cuits, avec une bouche riche qui dévoile des tanins fondus mais bien présents, d’une belle longueur. Le 2008 est corsé, très parfumé (cassis, poivre, humus…), de bouche puissante, aux tanins riches, un vin de robe intense, de garde.

Château POMYSSAINT-ESTÈPHE Château POMYS

Château POMYS 

(SAINT-ESTÈPHE)
Mr Arnaud
Leyssac
33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 32 26
Télécopie : 05 56 59 35 24
Email : pomys@orange.fr
Site : www.chateaupomys.com

Vignoble de 12 ha, avec une moyenne d’âge des vignesde 25 ans (60% de Cabernet-Sauvignon, 30% de Merlotet 10% de Cabernet franc, vendanges manuelles et vieillissement en fûts de chêne durant 12 à 18 mois). Beaucoup aimé ce Saint-Estèphe 2009, riche en couleur, au nez de cassis et de poivre, ample en bouche grâce à des taninssoyeux et puissants à la fois, tout en finesse mais corsé, intense, harmonieux aux papilles, un vin d’excellente évolution et long en bouche. Le 2008, de belle charpente, mêle concentration aromatique, rondeur des tanins et persistance en bouche, avec ces notes deprune et de fumé, un vin de couleur pourpre, riche et élégant, tout en bouche, de garde. Le Saint-Estèphe Château Saint-Estèphe 2009 est un vin tout en arômes et structure, d’une belle ampleur, bien équilibré, qui sent la fraise des bois et l’humus, aux tanins fermes etsoyeux à la fois, de bouche complexe. Excellent 2008, riche, aux tanins présents, d’une belle persistance en finale, un vin d’une grande complexité aromatique. On vous accueillera avec plaisir à l’hôtellerie Pomys*** pour une halte conviviale et luxueuse. Dix chambres avec petit déjeuner, des salons spacieux et une salle de réunion, séminaires… et un restaurant gastronomique.

Château TRONQUOY-LALANDESAINT-ESTÈPHE Château TRONQUOY-LALANDE

Château TRONQUOY-LALANDE 

(SAINT-ESTÈPHE)
Hervé Berland Directeur : Yves Delsol

33180 Saint-Estèphe
Téléphone :05 56 59 61 05 et 06 67 89 81 81
Télécopie : 05 56 59 63 05
Email : chateau@tronquoy-lalande.com
Site : www.tronquoy-lalande.com

Non loin des sommets. Un grand Saint-Estèphe 2009, de très belle matière, aux connotations de cerise, de sous-bois et d’épices, un vin puisant mais déjà charmeur, qui mêle richesse et souplesse, généreux, de belle évolution. “Les vendanges 2009 s’étaient déroulées dans d’excellentes conditions, rappelle Yves Delsol. Les raisins étaient rentrés au cuvier avec une grande richesse de tanins, trèsaromatiques et fruités. Le cépage Petit Verdot était parfaitement équilibré avec beaucoup de complexité. L’élevage en barriques s’est fait dans le nouveau chai.” Le 2008 est très expressif du potentiel de garde de ce millésime, de robe pourpre, aux connotations de fruitscuits et de cuir, de bouche ample, intense, épicée, un vin très corsé, d’un très bel équilibre, tout en charpente, un grand vin classique et typé, lent à se faire.

Château LÉOVILLE-BARTONSAINT-JULIEN Château LÉOVILLE-BARTON

Château LÉOVILLE-BARTON 

(SAINT-JULIEN)
Anthony Barton et Lilian Barton-Sartorius

33250 Saint-Julien-Beychevelle
Téléphone :05 56 59 06 05
Télécopie : 05 56 59 14 29
Email : chateau@leoville-barton.com
Site : www.leoville-barton.com

Anthony Barton est l’une des grandes figures de la région, loin des modes et garant de la grande tradition médocaine où l’élégance prime. Les vins sont certainement l’archétype de ce que doivent être des grands crus de Saint-Julien. Leurs qualités s’expriment plus par une très grande élégance plutôt que par une puissance ou une concentration qui risqueraient de masquer la typicité du terroir. Formidable Saint-Julien 2009, très racé, séducteur, de bouche puissante et dense, aux tanins présents, aux notes d’humus et de réglisse, un vin qu’il faut laisser évoluer pour profiter de son potentiel réel. Le 2008 est un grand vin typé, au bouquet subtil et intense, avec ces nuances de sous-bois et de cassis mûr, de bouche ample et fondue, aux tanins élégants mais puissants, très classique, de belle garde. Le 2007 est tout en distinction, avec ce charnu caractéristique, aux senteurs de griotte, de mûre, avec cette pointe d’épices et cette charpente à la fois puissante et souple, un vin decouleur intense, aux tanins savoureux, de très bonne garde. Le 2006 est l’une des plus belles bouteilles de la région, de couleur rouge sombre, avec des arômes de cerise et de chocolat, une note réglissée et épicée, à la finale persistante, un grand vin très équilibré, très distingué, très fin, de belle évolution. Superbe 2005, de robe pourpre, au bouquet subtil et persistant à la fois, avec des notes typiques de cerise noire, de poivre et d’épices, de bouche ample et fondue, tout en finale, de belle garde. Formidable 2004, l’un des plus beauxvins de la presqu’île dans ce millésime de grande race, où l’élégance vient épauler une structure complexe, un très grand vin, très classique comme on les aime, où le terroir s’est exprimé tout particulièrement, qu’il faut savoir attendre. Le 2003 est très représentatif de ce millésime atypique, un vin charmeur, velouté, riche, qui permet d’attendre l’évolution des millésimes qui l’entourent comme ce superbe 2002, concentré, dense, un grand vin savoureux, riche en couleur comme en charpente, aux tanins fermes et fins à la fois. Exceptionnel 2001, un grand vin distingué, très fin, ample, aux connotations de cerise confite, de sous-bois et de cannelle, un vin auxtanins enrobés, qui poursuit sa belle évolution. Le 2000 est un superbe vin, de couleur soutenue, de bouche puissante, riche, très délicat, bien charnu, de garde. Remarquable 99, avec des nuances épicées et giboyeuses, un vin complet, aux tanins présents etharmonieux. Possédant sa propre personnalité, le Château Langoa-Barton 2009, aux arômes de fruits rouges cuits, de truffe, d’épices et de sous-bois, est un vin ample, d’un remarquable équilibre en bouche, avec beaucoup de matière, de garde, naturellement. Trèstypé, le 2008 est superbe, un vin ample et fondu à la fois, de robe grenat soutenu, parfumé, aux tanins riches et très équilibrés, et poursuit son évolution. Beau 2007, aux tanins très soyeux mais fermes également, au nez complexe (fraise des bois, cuir), d’une belle intensité en finale, un vin riche en couleur, classique, alliant finesse et charpente, ample et persistant en bouche. Le 2006 poursuit sa belle évolution, développant des nuances de mûre et d’humus, un grand vin charnu, très fin. Le 2005 est d’une belle robe pourpre, trèstypé, associant finesse et concentration, au nez très intense (mûre, cassis), de bouche subtilement épicée, un vin complexe, d’une belle finale, de garde. Beau 2004, au nez de cerise confite et d’humus, aux tanins présents et soyeux à la fois, prometteur. Ample, puissant, le 2003 se caractérise par une charpente solide et des nuances de fruits cuits, de base tannique importante et très équilibrée, au nez complexe et subtil à la fois, dominé par la griotte, la mûre et les sous-bois, à savourer sur une bécasse par exemple. Le 2002 est très riche, de couleur soutenue, structuré et puissamment parfumé (fraise des bois, épices) au nez comme au palais, un vin corsé et tout en bouche, d’excellente garde. Beau 2001, généreuxcharnu, avec des arômes de cassis, de violette, decannelle, de cuir. Les prix peuvent toujours faire rougir un bon nombre d’autres crus

* Les vignerons de Loire qui sont incontournables


De nombreux coups de cœur cette année, tant la région fourmille de vins qui possèdent une typicité exacerbée, associée à un rapport qualité-prix réellement exceptionnel et une complexité due bien sûr à ces sols différents, les uns plus spécifiques que les autres.
avec ideevins, accordez vos vins avec les plats
Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins


TOUTES LES PHOTOS SONT CLIQUABLES
Le vignoble du pays nivernais

Les vignobles du Centre sont installés sur des plateaux et des coteaux datant de l’ère secondaire (principalement) et de l’ère tertiaire. Abandonnés il y a 70 millions d’années par la mer, leurs sols se composent aujourd’hui d’une grande variété de sédiments calcaires et argileux sur lesquels les vignerons ont fait le choix de planter un nombre restreint de cépages de qualité.

– A Menetou-Salon, le vignoble est planté sur des sols calcaires et des sédiments calcaires du jurassique supérieur sur une côte (cuesta) dont les pentes assez raides à l’ouest (Morogues) s’adoucissent en direction de l’est.

– Des coteaux de marne calcaire à pentes moyennes et de hautes terrasses de sables et de graves produisent les vins de Reuilly.

– En Sancerrois, des formations géologiques très différentes s’étendent de part et d’autre de la faille de Sancerre. A l’ouest, on trouve deux formations datant du jurassique :

– les “terres blanches” de nature argilo-calcaires qui représentent 40 % du vignoble et se trouvent sur les collines les plus élevées de la partie occidentale du Sancerrois, les “caillottes”, terres très pierreuses et calcaires.

À l’est, on est en présence de formations crétacées non calcaires (sols bruns d’érosion) sur les versants est, et de terres argilo-siliceuses datant du tertiaire Eocène appelées “silex” sur les versants ouest des collines. Ces terres très siliceuses représentent 20 % du vignoble.

En général, les caractéristiques de tous ces sols sont les suivantes :

– Des pentes fortes à très fortes (de 30 à 60 %)
– Une très importante proportion de cailloux

– D’où un très faible volume de terre fine exploitable par les racines

– Des réserves d’eau relativement faibles suivant les types de sols et leur profondeur.

Le vignoble de Touraine
 
Selon les degrés d’érosion et d’évolution des coteaux, on peut trouver les types de sols suivants :

– Les “Bournais”, riches en limon, dérivés de l’argile à silex et de sables miocènes. Ce sont des terres froides et plutôt humides qui sont peu utilisées pour la culture de la vigne.

– Les “Perruches”, argilo-siliceuses, aptes à porter la vigne. Elles conviennent plus particulièrement à la production de vins rouges (Touraine).

– Les “Bournais Perrucheux”, sols intermédiaires entre ceux précédemment décrits.

– Les “Aubuis”, terres argilo-calcaires, chaudes, perméables et fertiles, qui recouvrent les roches calcaires de “tuffeau” turonien. Elles conviennent particulièrement à un cépage comme le Chenin (Vouvray, Montlouis).

– Les “Varennes”, sols des vallées constitués d’alluvions modernes. Ils permettent, sur des parties sableuses, un bon épanouissement de la vigne (Chinon, Bourgueil).

Située en zone septentrionale, la région de Touraine subit beaucoup les influences océaniques. Hivers doux, fortes gelées exceptionnelles côtoient des débuts d’automne généralement beaux sous lesquels les cépages les plus tardifs arrivent aisément à maturité. Il faut noter que la notion de millésime garde tout son sens dans cette région : en effet, l’importance de l’ensoleillement et de la pluviométrie varie beaucoup selon les années et les vins peuvent être fort différents.

Le vignoble de l’Anjou-Saumur

Quatre ensembles principaux composent le sous-sol des terroirs d’Anjou et de Saumur, sur environ 17 000 ha :

– Un socle schisteux d’âge briovérien pour la partie sud, sur la rive gauche du Layon.

– Un plateau schisteux de composition variable recouvert de sables et de graviers d’Anjou, les faluns et les limons, pour la partie nord, sur la rive droite du Layon. Plus précisément, si l’on part du Layon aux sols argileux, riches et humides pour monter sur les coteaux, on trouve quatre zones successives :

– Sols peu évolués sur schistes de pentes fortes laissant pénétrer les racines qui trouvent potassium, magnésium et peu de phosphore, satisfaisant le Chenin, le Cabernet franc et le Cabernet-sauvignon.

– Sols sur schistes du silurien peu altérés, plus épais, avec un horizon intermédiaire limoneux argileux, convenant moins bien au Chenin et aux vins liquoreux, mais excellent pour les vins rouges qui peuvent atteindre de très hautes qualités.

– Sols sur altérites du silurien que l’on trouve dès que l’on s’approche du plateau où les schistes sont altérés sur environ un mètre d’épaisseur avec recouvrement sableux ou limoneux. La vigne y pousse très bien, pour favoriser les grands vins liquoreux ou les rouges de l’Anjou.

– Sols sur sables et graviers d’Anjou, formation d’âge pliocène, avec beaucoup de gravies de quartz roulés ocrés. La vigne y trouve peu, mais suffisamment d’eau.

– Un socle cristallin constitué de roches volcaniques ou volcano-sédimentaires appelées spilites vertes, dans plusieurs endroits, comme par exemple dans la vallée du Layon.

– Un plateau sédimentaire dans lequel prédomine la craie tuffeau en Saumurois encore appelé “l’Anjou blanc”. Ses sols sont constitués de calcaire affleurant dans la zone sud de “la côte” ou de sol blanc argilo-sableux vers l’ouest, mais toujours sur sous-sol de tuffeau.

 

Le vignoble du pays nantais

Le vignoble nantais représente, en ce qui concerne le Muscadet, le Gros-Plant et le Coteaux-d’Ancenis-Gamay, une surface d’environ 16 000 ha. L’aire de production s’étend géographiquement le long de la vallée de la Loire en amont de Nantes ainsi qu’à l’est et au sud-ouest du département de la Loire-Atlantique. Ses limites extrêmes n’atteignent la Vendée et le Maine-et-Loire que pour une faible part de la production.

On distingue le Muscadet de Sèvre-et-Maine au sud-est de Nantes, le Muscadet des Coteaux de la Loire, et le Muscadet des Côtes de Grandlieu. Le vignoble, monocépage (Melon), possède un sous-sol composé de roches de l’ère primaire, et se particularise par un système complexe de failles. On y trouve des roches mères éruptives (35 % de gabbros et granites) ou des roches mères métamorphiques (65 % de gneiss, micaschistes, éclogites, amphibolites et prasinites). Du fait de la variété des substrats géologiques et de leur altération, les sols viticoles sont très variés. Cette diversité induit des différences notables de précocité et de rendement. Les vins récoltés sur schistes, micaschistes, gneiss du bassin versant de la Loire et du marais de Goulaine sont généralement précoces et tendres. On les trouve, entre autres, sur les communes du Landreau, du Loroux-Bottereau, Haute-Goulaine et certaines communes des coteaux de la Loire. Les vins récoltés sur le secteur est (Vallet, Mouzillon, Gorges, Corcoué sur Logne…) et issus de terrains de gabbros et roches vertes, sont plus tardifs.

Top Vignerons Région Val De Loire

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)


 

Prix d’Honneur

Famille Duveau (Guilloterie)
Famille Jamet (Vigneau)

Prix d’Excellence

Lionel Gauthier-Lhomme (Viking)

Satisfecits

Patrice Barc
Frédéric Bourillon
Henry Marionnet (Charmoise)
Famille Rezé (Jarnoterie)
Marc Rideau (Amandiers)
Anne-Cécile Roy

Lauréats

Famille Fouassier
David Girard (Champarlan)
Famille Laurent
Famille Luneau (R de La Grange)
Philippe Pain (Commanderie)
Pierre Picot (Chaillot)
Yves Provost

– Champagne : comment faire le bon choix ?

Comment se fait la prise de mousse ? Quels sont les meilleurs maisons et vignerons ? Quels plats avec le Champagne ? Qu’est-ce que la liqueur de tirage… ?

TOUTES LES PHOTOS SONT CLIQUABLES
L’histoire du Champagne

L’existence de la vigne en Champagne remonte aux temps les plus anciens. Déjà les légions du grand César contribuèrent à en développer la culture. Au Moyen Âge, le vignoble fut illustré par saint Rémi, apôtre des Francs et évêque de Reims, grand précurseur de la renommée du vin “de rivière”, définissant à l’époque les vignobles des versants qui dominent les berges de la Marne aux environs d’Épernay et d’Hautvillers, et servi aussi bien, selon Roger Dion, dans son Histoire de la vigne et du vin en France, à un festin que décrit le Tournoi de Chauvency, qu’aux côtés du vin de Beaune “sur les tables d’apparat qu’on dresse à Reims en 1321 pour le sacre de Charles IV, en 1328 pour le sacre de Philippe VI”. On y distinguait d’ailleurs les autres crus d’Ay, de Cumières et de Damery (voir les poèmes d’Eustache Deschamps).

La montagne de Reims, quant à elle, ne connaîtra la gloire que plus tard, vers la fin du xvie siècle. Il n’était pas question alors de vin de mousse, ni de vin de “Champagne”, mais d’un vin tranquille dénommé “vin de France”, appartenant à une province viticole dont l’étendue correspondait à la partie du massif tertiaire parisien qui se déploie au nord de la Beauce, de Mantes à la montagne de Reims, en passant par les coteaux du Laonnois et du Soissonnais. Déjà, l’on se rendait compte des bienfaits des relations publiques pour aider les heureuses dispositions de la nature, en faisant appel (au grand dam des Bourguignons qui monopolisaient le marché des vins de qualité) à la faveur des puissants.

Du pape Léon X à François Ier, d’Henri VIII d’Angleterre au bon roi Henri, sire d’Ay et de Gonesse, Boileau et Louis-Roger Brûlart, marquis de Villery, plus tard, les grands du royaume se mirent à promouvoir (objectivement ou non) le vin de Champagne, rouge surtout. Le médecin Le Paulmier se plut à décrire cet engouement en précisant que les vins issus du Pinot noir (les “clairets”) “tiennent le premier rang en bonté et perfection sur tous les autres vins…”. Prenant la vedette aux modèles bourguignons, celui de Beaune était dès le xve siècle le vin rouge et noble par excellence. La renommée du vin de Champagne acquiert ses lettres de noblesse au Grand Siècle (XVIIe siècle).

Aux historiens de l’époque le soin de s’engager en disant que le vin rouge de Champagne fut supérieur à celui de Beaune. Pas sûr que le climat moins indulgent du premier ait pu réellement gêner la qualité du second. Qu’importe ! La destinée de la région de Champagne en profita pour s’affermir, et l’on sait aujourd’hui que le pays ne s’orientait que vers la production d’un tout autre vin, propre à lui-même et non concurrent des seigneurs rouges de la Bourgogne. Passons sur les efforts et l’habileté des vinificateurs du moment qui parvinrent peu à peu à “faire” du vin gris, presque blanc, tant au château de Sillery qu’à l’abbaye d’Hautvillers. Passons encore sur les hautes recommandations dont bénéficièrent les crus champenois. Même Chaptal laisse entendre qu’ils n’en ont point manqué quand il écrit que les vins sont largement redevables de leur célébrité aux grands seigneurs qui accompagnèrent Louis XIV à son sacre. Ce qui prouve aussi que leur qualité était bien réelle. “En outre, on remarque bien vite, poursuit Roger Dion, qu’en dépit de la précaution qu’on prenait de loger les vins gris dans des futailles neuves, le contact du bois, à la longue, ne leur était pas bon (…) et que le moyen le plus sûr de préserver leurs arômes était de les conserver en des flacons de verre, soigneusement bouchés.” En parallèle, on s’aperçut que dans son récipient de verre, le vin, de lui-même, devenait mousseux. Intervint le légendaire mais réel Dom Pérignon, procureur de l’abbaye d’Hautvillers, à qui revient surtout le mérite d’avoir amélioré la culture de la vigne, créé les assemblages de différents raisins, et sans doute maîtrisé humainement et régulièrement cette effervescence (voir “la méthode champenoise”).

C’est l’avènement du vrai vin de Champagne tel que nous le connaissons, dont Voltaire témoigne en 1736 et Alfred de Vigny en 1853 (“dans la mousse d’Aï luit l’éclair d’un bonheur”). Les vins tranquilles sont devenus vins de joie, et l’effet réjouissant de leur pétulance les fit rapidement adopter. Une dernière chose qui nous permettra d’enchaîner : durant toute cette belle histoire, le sens commercial des négociants de la région de Champagne, qui déployèrent toute leur énergie à maintenir ou développer leurs ventes en France et à l’étranger, fut bien sûr l’autre facteur d’importance qui contribua – avec le caractère distinctif du vin à mousser – à porter la bonne parole.

Le vignoble de Champagne

Le vignoble champenois (32 000 ha) comporte quatre zones : la montagne de Reims, la vallée de la Marne, la Côte des blancs et les vignobles de l’Aube. Les trois premières, correspondant aux arrondissements de Reims et d’Épernay, au cœur même de la région champenoise, en forment la partie essentielle, celle où se situent les crus les plus réputés. Les vignes y serpentent à flanc de coteau en un long ruban de 120 km, sur une largeur de 300 m à 2 km.

– La montagne de Reims fait partie de la falaise de l’Île-de-France. Elle constitue le versant méridional de la vallée de la Vesle, et s’étend jusqu’à la vallée de la Marne qu’elle surplombe à hauteur d’Épernay. C’est un vaste plateau, à faible relief, d’une longueur variant de 20 à 25 km et d’une largeur variant de 6 à 10 km. Parmi ses meilleurs crus on peut citer Ambonnay, Beaumont-sur-Vesle, Bouzy, Louvois, Mailly-Champagne, Sillery, Verzenais et Verzy.

– Dans la vallée de la Marne les vignobles sont établis principalement entre Tours-sur-Marne et Dormans, et se prolongent jusqu’à Château-Thierry et au-delà, c’est-à-dire jusque dans l’Aisne. On y trouve des crus renommés tels que Ay et Mareuil-sur-Ay.

– La Côte des Blancs, ou côte d’Avize, ainsi appelée parce qu’elle produit presque exclusivement des raisins blancs, est orientée face à l’est. C’est une seconde falaise perpendiculaire à la montagne de Reims, moins élevée, qui, au sud d’Épernay et de la Marne, s’étend sur environ 20 km nord-sud. Les meilleurs crus en sont Avize, Cramant, Oger et Le-Mesnil-sur-Oger. Elle se prolonge par la Côte de Vertus, la région de Congy et la Côte de Sézanne.

– Séparé de l’ensemble marnais par la plaine de Champagne, le vignoble de l’Aube est établi dans la région de Bar-sur-Seine et de Bar-sur-Aube.

Le climat champenois

Hivers assez doux, printemps incertains, étés chauds, automnes relativement beaux. Cependant une influence septentrionale et continentale s’exerce déjà, dont l’âpreté et la rigueur sont adoucies par celles des effluves maritimes provenant de la Normandie, de la Picardie et de l’Île-de-France voisines. La température moyenne annuelle est de 10 °C. Les forêts et les bois qui couvrent les plateaux environnants entretiennent une certaine humidité et tendent à stabiliser les températures. C’est un rôle modérateur essentiel car la vigne doit sa vigueur à cette humidité constante. Le vignoble est planté à une altitude qui varie entre 130 et 180 mètres, ce qui la préserve dans une certaine mesure des gelées de printemps associées aux brumes matinales qui s’attardent dans les vallées.

LES MAISONS ET VIGNERONS A NE PAS MANQUER 

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires des producteurs retenus dans le GUIDE DUSSERT-GERBER cette année

Henry ABELÉ
Jil ACCARIES
Michel ARNOULD et Fils
Pierre ARNOULD EARL
ASPASIE
AUTRÉAU-LASNOT
Jean BAILLETTE-PRUDHOMME
Paul BARA
BARON-FUENTÉ
Brigitte BARONI
BEAUMONT des CRAYÈRES
Alain BERNARD
Fabrice BERTEMÈS
Hubert BILLIARD
BONNAIRE
BOULARD-BAUQUAIRE
BOURDAIRE-GALLOIS
BOURGEOIS-BOULONNAIS
Christian BOURMAULT
BRESSION Sébastien
Michel BROCARD
Edouard BRUN & Cie
Daniel CAILLEZ et Fils
CANARD-DUCHÊNE
Lionel CARREAU
de CASTELNAU
Guy CHARBAUT
Guy CHARLEMAGNE
CHARPENTIER SCEV
J. CHARPENTIER
Étienne CHÉRÉ
CHEVROLAT
Gaston CHIQUET
Julien CHOPIN
Paul CLOUET
COLIN
COLLET
Vincent COUCHE

LES VINS DU SIECLE

R.H. COUTIER

Paul DANGIN et Fils
Jacques DEFRANCE
André DELAUNOIS
DÉROUILLAT
Veuve A. DEVAUX
DIDIER-DUCOS et Fils
Les CONFIDENCES DE DOM CAUDRON
DOM PÉRIGNON
DRAPPIER
ELLNER
Nicolas FEUILLATTE
FLEURY Père et Fils
FLEURY-GILLE
FOISSY-JOLY
R. GABRIEL-PAGIN Fils
GALLIMARD Père & Fils
GATINOIS
Pierre GIMONNET et Fils
GOSSET
H. GOUTORBE
GRASSET-STERN
HAMM
Charles HEIDSIECK
HENIN-DELOUVIN
L. HUOT Fils
JACOB Robert
JEAUNAUX-ROBIN
KRUG
LAFORGE-TESTA
LAMBLOT
P. LANCELOT-ROYER
Guy LARMANDIER
LAURENT-GABRIEL
LECLERC-BRIANT
LEGRAS et HAAS
Michel LENIQUE
Veuve Maurice LEPITRE
Laurent LEQUART
LEQUEUX-MERCIER
LOMBARD et Cie
Bernard LONCLAS
Xavier LORIOT
Philippe de LOZEY
Olivier et Laëtitia MARTEAUX
Rémy MASSIN et Fils
MÉDOT
Claude MICHEZ
Charles MIGNON
Pierre MIGNON
Le sol champenois

Le vignoble champenois est établi sur le calcaire. Les grands crus reposent, en général à mi-coteau, sur une mince couche d’éboulis provenant des pentes tertiaires, où affleure la craie du crétacé supérieur avec ses fossiles caractéristiques (bélemnites), en un bloc atteignant 200 m d’épaisseur et parfois davantage. Cette assise est recouverte par une couche de terre meuble et fertile, d’une épaisseur variant entre 20 et 50 cm. La craie en sous-sol assure un drainage parfait permettant l’infiltration des eaux en excès, tout en conservant au sol une humidité suffisante. De plus, elle a la faculté d’emmagasiner et de restituer la chaleur solaire, jouant ainsi un rôle régulateur extrêmement bénéfique à la maturité, complémentaire de l’action stabilisatrice des bois et forêts déjà notée. C’est enfin à la craie, avant tout, que les vins de Champagne doivent leur finesse et leur légèreté. Sur les coteaux orientés au midi ou au sud-est qui l’abritent de leurs épaulements, la vigne prospère, protégée des vents du nord, généreusement offerte au soleil. La lumière, d’une exceptionnelle intensité, est réverbérée par cette terre claire qui réfléchit la chaleur du soleil : les grappes mûrissent entre les rayons et leurs reflets.

La culture

Au sein d’une zone délimitée par la loi française du 27 juillet 1927 (35 000 ha d’appellation dont seulement 31 000 plantés en 1995), les plantations nouvelles comme les replantations sont réglementées : le droit de plantation nouvelle résulte d’une autorisation ministérielle accordée très parcimonieusement ; le droit de replantation nécessite d’avoir préalablement arraché, à l’intérieur d’une même exploitation, une vigne d’une surface égale. Au sein d’une même commune ayant droit à l’appellation Champagne, les plantations ne peuvent s’effectuer que dans les parcelles expressément délimitées et non pas sur tout le territoire de la commune comme tel est le cas dans la plupart des autres régions vinicoles.

Une réglementation des plantations favorise une meilleure maturité du raisin et donc une amélioration de la qualité : un écartement inférieur ou égal à 1,50 m entre les rangs de vigne ; une distance de 0,90 m à 1,50 m entre les pieds de vigne d’un même rang ; la somme des écartements et des distances doit être inférieure à 2,50 m. Ces dispositions ont pour but de limiter la vigueur de chaque pied ainsi que sa charge, de sorte que la récolte totale soit répartie sur un plus grand nombre de souches. Une hauteur maximale, par rapport au sol, des bourgeons situés à l’extrémité des prolongements et ce, en fonction du système de taille adopté : taille courte en Chablis et en Cordon : 0,60 m ; taille Guyot et taille de la vallée de la Marne : 0,50 m. Ces dispositions ont pour but de maintenir les raisins assez près du sol pour favoriser leur maturation grâce aux effets bénéfiques de la craie belemnite (rétrocession de la chaleur et de l’humidité emmagasinées). Une réglementation de la taille qui doit être courte et en fonction du terroir et du cépage :

– La taille Guyot et la taille vallée de la Marne sont interdites pour les grands crus (100 %) et les premiers crus (99 à 90 %) ; seules les tailles en Chablis et en Cordon de Royat sont admises pour ces crus car elles donnent des raisins de plus grande qualité.

– La taille du Chardonnay et du Pinot noir doit être impérativement effectuée en Chablis, Cordon de Royat ou Guyot. La taille de la vallée de la Marne est seulement autorisée pour le Pinot meunier.

LES MAISONS ET VIGNERONS A NE PAS MANQUER 

Cliquez sur le nom pour accéder gratuitement aux commentaires des producteurs retenus dans le GUIDE DUSSERT-GERBER cette année

MOËT et CHANDON
MONDET
MOREL Père et Fils
MORIZE Père et Fils
Yvon MOUSSY
Étienne OUDART
PANNIER
Hubert PAULET
Jean-Michel PELLETIER
Alexandre PENET
PERSEVAL-FARGE
Pierre PETERS
PETITJEAN-PIENNE
PHILIPPONNAT
G. PIERRARD
PIPER-HEIDSIECK
PLOYEZ-JACQUEMART
POL-ROGER
PRESTIGE DES SACRES
PRIN Père et Fils
QUATRESOLS-GAUTHIER
Eugène RALLE
Gaston REVOLTE
ROBERT-ALLAIT
ROYER Père et Fils
RUFFIN & Fils
René RUTAT Père & Fils
SADI-MALOT
SENDRON-DESTOUCHES
SIMART-MOREAU
SOURDET-DIOT
de SOUSA et Fils
Zoémie de SOUSA
TAITTINGER
de TELMONT
THÉVENET-DELOUVIN
Alain THIÉNOT
Diogène TISSIER et Fils
J.-M TISSIER
Frédéric TORCHET
Michel TURGY
VARNIER-FANNIÈRE
Jean-Marc VATEL
Jean VELUT
VERRIER & Fils
Maurice VESSELLE
VINCENT D’ASTRÉE
VOLLEREAUX
Pascal WALCZAK
WIRTH & MICHEL
La méthode champenoise

La méthode de la prise de mousse est rattachée généralement au nom de Dom Pérignon, génie gustatif du xviiie siècle, qui réalisa les premiers vins “tumultueux”, emprisonnés dans les bouteilles épaisses, aptes à résister à des pressions de quelque 6 kg. Elle consiste à additionner au vin tranquille obtenu après de subtils coupages et assemblages une liqueur de tirage dont la dose de sucre est définie selon le type de produit que l’on désire, et d’un levain de levures sélectionnées. Le vin est immédiatement embouteillé et mis en cave à une température de 10 à 12 °C. Une seconde fermentation alcoolique va s’effectuer. Elle durera des mois, et maintiendra le gaz carbonique sous pression dans les bouteilles qui sont alors posées sur des “pupitres” qui permettent de varier à l’infini la position des bouteilles. C’est l’opération de remuage qui consiste à incliner et à tourner les bouteilles. Certains spécialistes “manipulaient” 30 000 à 40 000 bouteilles par jour (aujourd’hui, ce sont surtout des gyropalettes automatiques qui le font) ! Quand le dépôt est rassemblé vers le goulot, il est expulsé à basse température. À la place des centilitres de liquide dégorgés (de 4 à 8), on rajoute une liqueur de complément, la liqueur d’expédition, constituée de vins vieux et de sucre dont la dose varie selon le type de mousseux recherché : brut, sec… Cette vinification ne ressemble à aucune autre puisque les opérations de coupage et de chaptalisation sont les déterminants d’une production de qualité.

La liqueur de tirage

La dose de la liqueur de tirage varie selon le type de “vin de mousse” recherché. Liqueur de tirage : il faut 4 g/l de sucre pour faire 1 kg de pression durant la seconde fermentation.

– Pour un Champagne : 6 kg de pression, ou 6 “atmosphères”, soit 24 g/l de sucre.

– Pour les autres mousseux : 4 kg de pression, soit 16 g/l.

– Pour les pétillants : de 1 à 2 kg de pression, soit de 4 à 8 g/l de sucre.

Les raisins du Champagne

Le champagne provient de l’utilisation exclusive de trois cépages :

– Le Pinot noir qui apporte au vin corps et longévité. Le roi bourguignon et champenois. Richesse aromatique, intensité et suavité en bouche. Des vins de très belle évolution. Difficile d’en attendre autant quand on essaie de le planter ailleurs.

– Le Pinot meunier (noir également).

– Le Chardonnay (blanc) qui lui confère finesse et légèreté. Le cépage de référence bourguignon et champenois, abusivement planté un peu partout. Très grand cépage, parfaitement adapté aux sols et climats de la Bourgogne, qui produit les plus grands vins blancs secs du monde.

L’étiquette

En plus de l’appellation Champagne, le nom du producteur et éventuellement l’indication du millésime, de la teneur en sucre (brut, sec…) et l’adresse de la marque ou du lieu de production, vous lirez sur les étiquettes de Champagne les initiales suivantes : N. M. (marque principale appartenant à un négociant-manipulant), M. A. (marque “secondaire” appartenant à un négociant-manipulant ou à un négociant qui commercialise le Champagne d’un autre négociant ou d’un vigneron, ce qui leur permet d’écouler leurs bas de gamme), R. M. (récoltant-manipulant. Champagne vinifié et vendu par un propriétaire ), C. M. (coopérative de manipulation. Champagne de coopérative).

Vins et Gastronomie - Accords mets vins : Idée vins, votre guide cuisine et vins., Idée vins

Le Champagne à table

Pour le Champagne, s’il est bien sec, à l’apéritif ; s’il est demi-sec ou doux, au cours d’un repas ou en dessert (fruits et pâtisseries). Les inconditionnels peuvent faire tout un repas au Champagne, délaissant néanmoins les viandes rouges ou le gibier. Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).

– Les meilleurs vins, produits et spécialités de l’Aquitaine

J’ai été content de profiter de la venue de mon ami Erick de Sousa (Champagne De Sousa) à Bordeaux pour dîner, avec mon épouse et la sienne, à La Tupina, de mon autre ami (de 30 ans), Jean-Pierre Xiradakis. Le resto est toujours aussi sympa, la fraîcheur des produits bien réelle, les ris de veau superbes, un service au top, bravo !

Il faut dire que la simple évocation des régions landaise et bordelaise met nos papilles gustatives en état d’alerte. Nous sommes prêts à succomber à une bonne tranche de foie gras agrémentée d’une bonne bouteille. Eh oui, il n’y a pas que ces mets réputés à juste titre, il y en a d’autres : l’agneau de Pauillac, celui du Béarn, les poulets et canards de Barbarie des Landes, les bovins provenant du Béarn, les oies et le petit gibier, grives, ortolans, palombes, lapins de garenne, sans oublier le porc qui, comme vous le verrez plus loin, est utilisé sous forme de jambons principalement dans les Pyrénées et le Périgord.

Pour tout savoir sur les vins de Bordeaux, cliquez ICI

Pour les Classements des meilleurs vins de Bordeaux, cliquez :

Classement Médoc
Classement Saint Emilion
Classement Saint Emilion Satellites
Classement Pomerol
Classement Graves
Classement Sauternes
Classement Côtes-de-Bordeaux
Classement Bordeaux Supérieur

Pour le Top Vignerons de Bordeaux, cliquez ICI


En dehors des foies gras d’oie et de canard au demeurant succulents, relevons comme autres spécialités le cou d’oie farci, les confits d’oie du Périgord, ceux de canard du Lot-et-Garonne, de nombreux jambons, dont le fameux jambon de Bayonne, les andouillettes du Béarn et du Périgord. Cette dernière se différencie de la précédente par sa préparation : on utilise une partie de l’estomac qui la compose hachée, l’autre partie étant coupée en fines lanières. Dans le Béarn, en revanche, l’andouillette est essentiellement composée de lanières de panse de porc. Cette région culinaire n’a pas oublié la recette du boudin, avec une particularité, celui de Quercy préparé à base d’orange.

Dans le Bordelais on trouve également les grattons, morceaux de porc confits dans la graisse. Cette spécialité se retrouve en Périgord, où ils sont appelés grillons. Les tripes sont également fort appréciées dans ces régions. Goûtez celles produites dans le Bordelais, au sauternes ; d’autres au safran que l’on trouve dans le Quercy, ou liées au jaune d’œuf à Tarbes. Le gras-double n’est pas non plus oublié et chaque région a ses propres accommodements. A Bayonne on lui rajoute du jambon, des poireaux, tomates, et autres légumes, le tout relevé de piment rouge. A Bagnères-de-Bigorre, les tripes sont mélangées aux abats de veau et sont présentées sous forme de tresses, d’où leur nom de « trescats ». Cette région est riche en spécialités charcutières, ainsi trouve-t-on de l’« ambote gascone » composée de poumons, foie, cœur, ris d’agneau mis à cuire avec du vinaigre, des épices, des câpres et des cornichons. Une autre spécialité typique, l’« amanguette » des Landes, est composée d’abats de pieds de mouton qui cuisent dans le gras du jambon. Une recette qui allie bon mets et bon vin : les « abignades de la Chalosse », boudins d’oie mijotés dans le vin rouge.

Quant aux poissons, ils ne sont pas réellement exempts de cette tradition culinaire. Outre la baudroie, le mulet, le merlu, la morue, c’est surtout le thon qui remporte tous les suffrages. Et principalement à Saint-Jean-de-Luz où l’on pratique la pêche thonaire. Un pêcheur guette sur une hauteur l’arrivée d’un banc de thons, le signale aux bateaux mis en attente. Ceux-ci entourent alors le banc, déploient leurs filets et poussent les poissons vers la rive où ils sont harponnés.

Arcachon est réputé pour ses huîtres, c’est le fief de la région. Les amateurs peuvent venir en déguster même en dehors des mois autorisés, c’est-à-dire les mois en « R ». Cette région regorge de rivières, il est donc bien naturel que les poissons d’eau douce aient leur place dans la tradition culinaire. On y trouve des saumons, murènes, carpes, anguilles, sandres, brèmes, aloses, sans négliger les gardons, goujons, vairons et la lamproie qu’il est agréable de déguster « à la bordelaise ».

viaGuide du Terroir.fr : les produits et spécialités du terroir, la France gourmande.

* Les produits et spécialités du terroir de la région parisienne

Paris, ville aux monuments célèbres et prestigieux, est également, avec sa région, Ile-de-France, une étape gastronomique. Pour les viandes nous retiendrons, dans la région parisienne, le département des Yvelines, mis en exergue par Houdan, où sont élevés les poulets dont la cher est si appréciée. En période de chasse, nous retrouvons, à moins de cinquante kilomètres de la capitale, un assez vaste éventail de petit gibier à plume ou à poil. Le gros gibier, bien que rare, n’est pas tout à fait inexistant. La charcuterie n’occupe pas une place prépondérante : mis à part le pâté en croûte de Houdan à base de volailles, de porc et de veau, on trouve à Paris du boudin rouge additionné d’oignons et de fines herbes, des rillons et des boudins blancs préparés avec des blancs de volailles, du lard, du lait, de la chapelure, des blancs d’œuf et des épices. Pour Noël, on rajoute des truffes, ce qui les rend plus moelleux. Il y a aussi le fameux jambon de Paris dont le meilleur est celui dit « au torchon », les rillettes à base essentiellement de porc et le saucisson à l’ail.

En provenance du Val-de-Marne, les poissons. Nogent est l’endroit idéal pour aller déguster une bonne friture. Dans l’Essonne, à Méréville plus exactement, on pratique l’élevage de la truite.

La soupe, quant à elle, a laissé la place aux consommés et veloutés, comme le « crécy » préparé à base de carottes, le « doria » au concombre, le « choisy » à la laitue fraîche et croûtons, le « francillon » aux quenelles de volailles et œufs pochés, le « saint-germain » aux petits pois, le « condé » aux haricots secs, le « conti » aux lentilles ainsi que le « germiny » à l’oseille. N’oublions pas la traditionnelle soupe à l’oignon gratinée ou la petite marmite composée de légumes, de boulettes de chou, d’os à moelle, de viande de bœuf et de poulet.

Le plateau de fromages est très riche. C’est de Seine-et-Marne que nous viennent tous les fromages de brie. Outre le coulommiers et celui de Melun d’un diamètre similaire, voici le brie de Meaux, plus grand mais moins épais, et celui de Montereau. Tous les quatre ont un point commun : une superbe onctuosité. Le coulommiers existe dans une deuxième version, affinée : il est entouré de feuilles de fougère et porte le nom de « gougeru ». La région de Fontainebleau nous apporte son fromage blanc enrichi de crème. Il se présente enveloppé de mousseline et se déguste sucré, c’est le « fontainebleau » –ou sa variante, dans des moules en forme de cœur, au nom charmant de « cœur à la crème ». Pour déguster ces moelleux fromages, quels pains adopter ? Une « baguette » ou pain «parisien » bien croustillant, certes, mais vous trouverez de nombreux pains artisanaux dans les boulangeries parisiennes.

Gardons-nous de délaisser les légumes. Aux alentours de Paris, de nombreux légumes sont cultivés. Choisissez entre les haricots d’Arpajon (une foire aux haricots a lieu chaque année en septembre), les flageolets d’Étampes, les oignons blancs des Yvelines, ainsi que les échalotes, les épinards (en banlieue ouest), toutes les salades cultivées pratiquement aux portes de Paris, le pissenlit, la mâche, les champignons de l’Oise (eh oui ! l’Anjou n’a pas le monopole des champignonnières), les petits pois de Croissy ; les tomates de Montlhéry, dont la foire a lieu en septembre ; les asperges d’Argenteuil, les potirons de Leuville-sur-Orge, dont les foires se tiennent en octobre ; sans oublier les petits pois de Clamart, avec la foire en juin.

Autre spécialité de Seine-et-Marne : la moutarde de Meaux.

viaGuide du Terroir.fr : les produits et spécialités du terroir, la France gourmande.

 

– L’accord idéal des plats avec un Meursault

 

LE TOP MEURSAULT
Sce du Domaine du Château Charles BLONDEAU-DANNE PèreMEURSAULT Sce du Domaine du Château Charles BLONDEAU-DANNE Père

Sce du Domaine du Château Charles BLONDEAU-DANNE Père 

(MEURSAULT)
Alexandra et Denis Blondeau-Danne

21190 Saint-Aubin
Téléphone :03 80 21 31 46
Télécopie : 03 80 21 91 96
Email : a.d.blondeaudanne@free.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/blondeaudanne

Incontestablement au sommet. Denis Blondeau-Danne, qui sait mettre toute sa passion et son talent dans l’élevage de ses grands vins, associant la tradition rigoureuse de la grande Bourgogne à des vinifications soigneusement maîtrisées, est très attaché à la qualité de la matière première sans laquelle un grand vin ne peut s’exprimer. Pour s’en assurer, il y a ce Criots-Bâtard-Montrachet Grand Cru 2009, la plus petite parcelle des grands crus des Montrachets, les Criots, diminutif des Crais : terreblanche, dans un sol peu profond, qui donne un vin ample, puissant, parfumé… Un grand vin au nez superbe (fleurs, noisette, fougère), d’une finale bien persistante où se décèlent de pain grillé, de bouche savoureuse aux nuances d’agrumes, un vin très expressif. Le Puligny-Montrachet Premier Cru La Garenne 2009 est racé, au nez complexe et puissant (acacia, fougère, pomme), associe finesse et structure, ampleur et distinction, un vin tout en persistance aromatique, tout en bouche. Rare et beau MeursaultPremier Cru La Pièce sous le Bois rouge 2005, typé par ce terroir particulier, de bouche puissante, aux tanins fondus, avec ces notes bien caractéristiques de petits fruits mûrs légèrement épicés, un vin qui demande à se fondre. Goûtez le Volnay 2007, bien parfumé avec des notes de réglisse et de fraise mûre, aux tanins fermes et souples à la fois, dense, d’une belle longueur, de bouche puissante et corsée, et le Puligny-Montrachet, aux nuances d’aubépine, tout en bouche, un vin de jolie teinte, intense, parfumé. Beau MeursaultPremier Cru La Pièce sous le Bois blanc 2009, d’une grande complexité aromatiquesuave comme il se doit, qui sent les noisettes et lesfleurs blanches, tout en finale, de belle robe brillante. Excellent Saint-Aubin Premier Cru Les Combes rouge 2009, équilibré, très parfumé (petits fruits rouges fraishumus…), ample, très charmeur.


Domaine Guy BOCARD

Domaine Guy BOCARD 

(MEURSAULT)

4, rue de Mazeray
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 26 06
Télécopie : 03 80 21 64 92
Email : domaineguybocard@gmail.com

Coup de cœur pour le Meursault Vieilles Vignes 2009, assemblage de plusieurs parcelles complémentaires de Chardonnay plantées de 1950 à 1970, un élevage en fûts de chêne surlies fines, typé, avec des arômes discrètement minéraux, un vin frais et équilibré, de bouche légèrement citronnée, pleine d’élégance. Le 2008 sent la noisette grillée, de robe jaune aux reflets d’or, puissant et élégant à la fois, ample au palais, idéal sur un saumon fumé. Le Meursault Les Narvaux 2008 est séduisant, mêlant finesse et structure, de bonne bouche, fleurant bon les amandes et le lis, ample et persistant comme il se doit. Remarquable Meursault Charmes Premier Cru 2005, provenant d’un élevage traditionnel en fûts de chêne sur lies fines, mise en bouteille sans filtrage, où l’on retrouve toute la force de sonterroir, d’une belle complexité d’arômes (amande, pain brioché), un grand vin gras, racé et typé, de bouche onctueuse. Il y a aussi cetAuxey-Duresses Premier Cru 2009, pur Pinot Noir sur sol limono-argilo-calcaire exposé plein sud, aux tanins amples, très parfumé (mûre, épices…), associant gras et intensité, un vin riche et souple à la fois, de très bonne charpente.


Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils

Domaine Bernard DELAGRANGE et Fils 

(MEURSAULT)
Philippe Delagrange
10, rue du 11-Novembre
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 22 72
Télécopie : 03 80 21 68 70
Email : bernard.delagrange@wanadoo.fr
Site : www.grands-vins-de-bourgogne.com

Une exploitation familiale depuis plusieurs générations (vignoble de 23 ha). On y goûte cesuave Meursault Premier Cru Charmes 2009, aux connotations d’agrumes et de fleurs fraîches,typé, de bouche pleine et parfumée, très bien vinifié, marqué par son terroir, tout en charme. LePommard Premier Cru Poutures 2009, de robe soutenue, charpentégras et charnu à la fois, aux tanins bien présents, est un vin qui fleure les épices et les petits fruits à noyau, de bonne évolution comme en atteste le Beaune rouge 2007, épicé, corsé, de robe grenat, distingué, de couleur soutenue, délicat, charpenté, au nez concentré de griotte, d’une belle finale. L’Auxey rouge 2009, de robeintense, tout en bouche, aux nuances de framboise, de pruneau et de cannelle, un vin dense et harmonieux. Le Volnay Premier CruCaillerets 2009, de robe grenat profond, au nez complexe où dominent les fruits cuits, est légèrement épicé, légèrement poivré, tout en bouche et très subtil comme nous les aimons. Excellent Beaune Boucherottes Premier Cru rouge 2009, un vin très équilibré avec des arômes persistants de fruits mûrs et de sous-bois, bien charnu au palais. Faites une étape dans le restaurant Le ­Pommard (place de l’Europe à Pommard, tél. 03 80 22 08 08), une très bonne occasion d’apprécier les spécialités bourguignonnes.
Robert AMPEAU et FilsMEURSAULT Robert AMPEAU et Fils

Robert AMPEAU et Fils 

(MEURSAULT)
Michel Ampeau
6, rue du Cromin
21190 Meursault
Téléphone :03 80 21 20 35
Télécopie : 03 80 21 65 09
Email : ampeau@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/ampeau

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Dans la famille Ampeau on est vigneron hors pair de père en fils; ici le vin est affaire de passion et de grand art. Ils ne proposent que du vin à maturité, bon à être savouré, c’est dire à quel point le respect et la passion qu’ils portent à leurs Vins. Des Vins rouges envoûtants par leur suavité, bien équilibrés, volumineux et pleins en bouche, avec des tanins bien fondus, typés avec beaucoup de charme et qui développent une grande persistance et complexité aromatique avec des notes defruits rouges, d’épices d’humus. Les Blancs évoluent parfaitement, très équilibrés et très typés, intenses, classiques et très élégants. Excitez vos papilles avec ce grand Pommard 1989, complexe et puissant, fondu en bouche, de couleur grenat, savoureux, aux tanins soyeux, au nez de violette et de truffe, mêlant rondeur et charpente. Le Volnay Premier Cru Santenots 1999, typé, très élégant, tout en bouche, aux notes de cerise mûre et de cuir, légèrement épicé, d’une grande harmonie, est un grand vin riche et dense comme il le faut. SplendideMeursault Charmes 1996, marqué par son terroir, aux nuances de petits fruits frais et de pain grillé, d’une belle onctuosité, de bouche puissante, dense, tout en nuances, un vin alliant finesse et structure, à déboucher sur une langouste. Le Meursault Premier CruPerrières 1997, charmeur, avec beaucoup de finesse aromatique, est de bouche harmonieuse, aux nuances de miel et de noix fraîche. Le Beaune Clos du Roi rouge 1997, parfumé au nez comme en bouche, savoureux et puissant, un vin complexe et équilibré à la finale délicate et persistante, est étonnant par sa structure finale en bouche. Il y a encore ce Meursault Premier Cru La Pièce Sous le Bois 1995, d’une grande complexité aromatique (fruits secs), très équilibré, gras en bouche, riche et structuré, avec ces saveurs si caractéristiques de fruits jaunes mûrs et de pain grillé en finale. Le Savigny-Lès-Beaune 1996, aux nuances de fruits rouges et de torréfaction, structuré et gras en bouche, aux tanins fins et élégants, d’une belle longueur.

* Quels vins avec les huîtres, chaudes ou froides ?

CLIQUEZ POUR ACCEDER AUX ACCORDS METS ET VINS

Huîtres au beurre d’aromates

Huîtres au four

Hûitres chaudes à la sauce safranée

Huîtres chaudes, sabayon au caviar et au concombre

Huîtres farcies

Huitres chaudes panées à l’oseille

Huitres en coquilles, beurre au caviar

Huitres chaudes à la bretonne

Huîtres chaudes

Huîtres en gelée d’eau de mer

Huîtres gratinées au Champagne

Huîtres chaudes aux épinards

Huîtres en gelée et mousse de persil

Huîtres pochées au caviar

– Pomerol, le velours du Bordeaux

Château BELLEGRAVE

Château BELLEGRAVE 

(POMEROL)
Jean-Marie Bouldy

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 20 47
Télécopie : 05 57 51 23 14
Email : chateaubellegrave@wanadoo.fr

Vignoble de 7,5 ha, sur un plateau de graves fines, 75% Merlot et 25% Cabernet franc. Un vrai coup de cœur pour ce Pomerol 2009, charnu et charpenté, de bouche ample, au nez complexe (cuir, mûre, poivre), riche, tout en puissance et finesse, un vin de belle couleur, très prometteur. Le 2008, où se mêlent la griotte et l’humus, est un vin classique comme nous les aimons, intense et complexe, de très bonne charpente, de belle matière, qui mérite un peu de patience. Le 2007 est vraiment remarquable aujourd’hui, aux nuances de cerise noire et de poivre, de belle structure, un vin bien charnu et bientypé. Le 2006, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée bien caractéristique, est biencorsé et persistant au palais comme il le faut. Très beau 2005, solide, aux tanins riches, au nez de mûre et de sous-bois, un vin riche en couleur comme en matière, dense et tenace qui associe structure et souplesse, de bouche dominée par la groseille et les épices.


Château Le CAILLOU

Château Le CAILLOU 

(POMEROL)
André Giraud

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 06 10
Télécopie : 05 57 51 74 99
Email : contact@vins-giraud-belivier.com
Site : www.vins-giraud-belivier.com

Le Château Le Caillou appartient depuis plus d’un siècle à la famille Bélivier de Pomerol qui le transmet, en 1975, à la famille Lucien Giraud. En 1905, le domaine de Lacombe y fut annexé et en 1974, le Clos Lacombe. Aujourd’hui, c’est André Giraud qui conduit cette propriété. C’est à une parcelle dénommée par le cadastre “Le Caillou” que ce vignoble doit son nom. Les 7 ha de vignes d’âge moyen de 30 ans sont particulièrement bien situés sur le plateau de Pomerol, sur un sol sablo-graveleux riche en crasse de fer bien typique (75% Merlot et 25% Cabernetfranc). Une réussite avec ce Pomerol 2009, au nez subtil où dominent les fruits très mûrs et le fumé, alliant rondeur et charpente, un vin riche, dense et persistant, très prometteur. Le 2008, parfumé (cassis, myrtille), est un vin classique, ample et solide, de bouche puissante, ample et fondue, d’excellente évolution. Le 2007, de couleur pourpre, au bouquet développé avec des nuances fruitées et giboyeuses, complet, aux tanins harmonieux, tout en bouche, fin et corsé à la fois, gras, bien charnu. Le 2006, decouleur pourpre, au nez confit, aux tanins très harmonieux, est un grand vin typé, avec des senteurs de cassis et de cuir, d’une grande richesse. Le 2005, de belle robe soutenue, un vin très parfumé, au nez de fruits macérés et d’humus, bien typécorsé, de belle charpente, un vin qui allie structure et rondeur en bouche, de belle garde. Savoureux 2004, de couleur grenat, aux tanins délicieux, très bien élevé, marqué par des connotations délicates, où prédominent la cerise confite et le poivre.


Château CERTAN de MAY de CERTANPOMEROL Château CERTAN de MAY de CERTAN

Château CERTAN de MAY de CERTAN

(POMEROL)
Odette Barreau

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 41 53
Télécopie : 05 57 51 88 51
Email : chateaucertandemay@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucertandemay

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Odette Barreau et ses enfants peuvent être fiers de ce cru hors du commun, l’un des plus grands Vinsde Bordeaux (et donc du monde), qui possède un atout très rare par rapport à d’autres crus : son exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. Humilité et convivialité sont également de mise ici, et tout cela représente ce qu’il y a de meilleur dans le vin. Très grand Pomerol 2009, de belle couleur profonde, nez fruité, très belle attaque, dense, charnu, joli fruité. Bonne concentration beaucoup de fraîcheur en finale, encore fermé, bien sûr. Superbe 2008, avec cenez où domine le pruneau, associant structure et élégance, parfumé, dense, aux tanins bien présents, bien corsé, finement épicé, classique de son appellation, un vin riche et complet. “Pour le 2008, nous raconte Jean-Luc Barreau, j’avais vendangé tard, les 4 et 6 octobre pour leMerlot et le 11 au matin pour le Cabernet franc et l’après-midi par le Cabernet-Sauvignon. La maturité s’était beaucoup accélérée à partir du 15 septembre, nous avons eu des journées chaudes et, grâce à nos très faibles rendements (32 hl/ha), nous obtenons une très belle qualité. Nous avions moins de décalage de maturité par rapport au 2007. Depuis six ans, nous travaillons en agriculture raisonnée et avons le label Terra Vitis. Nous avons été très vigilants durant tout l’été car nous ne traitons pas n’importe comment, c’est très précis et contraignant. Nous avions pris la précaution de ne pas trop extraire et, malgré cela, la couleur est très foncée, preuve d’une belle maturité. Nous avions des taux d’anthocyanes très élevés, supérieurs au 2007. J’avais commencé ma vinification tout en douceur, privilégiant des remontagesfréquents et très courts (7 à 8 remontages par jour durant 4 à 5 minutes). Notre équipement en remontage automatique, avec thermorégulation, permet plus de souplesse et de précision.” Le 2007, riche en couleur, bien charnu, qui sent bon la griotte et les sous-bois, de bouche puissante, vraiment réussi, un vin qui allie ampleur et souplesse. Superbe 2006, dans la lignée du 2005, qui a une robe sombre et violine, le nez révèle un joli fruit, avec des nuances toastées, un vin d’une grande finesse et élégance. En bouche, il est charnu, d’une belle structure, bien équilibré, un vin tout en “dentelle” avec une belle finale soyeuse et veloutée, d’un très beau potentiel de garde, à boire avant le 2005. Exceptionnel 2005, corsé et généreux, de bouche puissante et ample, avec ces nuances bien caractéristiques de fruits mûrs et de réglisse, de charpente solide et fine à la fois, de grande évolution. Superbe 2004, associant concentration aromatique et souplesse, corsé et typé. Le 2003 est un grand vin, racé, d’une belle couleur grenat, charnu et parfumé, aunez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière, de garde. Le 2002 est remarquable, complexe, de couleur pourpre soutenu, très typé, très corsé, aux tanins puissants et équilibrés, au nez intense, de bouche harmonieuse et persistante, de garde. Splendide 2001, avec des notes de fruits noirs et de cuir, très riche, aux tanins très équilibrés, d’une grande élégance au palais, où la charpente vient s’allier à la finesse. Le 2000 est un très grand millésime, de teinte écarlate, aunez de fruits rouges confits et de cuir, un vin splendide, complexe. Même propriétaire que le Lussac-Saint-Émilion Château Poitou.


Clos RENÉ

Clos RENÉ 

(POMEROL)
Scea Garde-Lasserre

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 10 41
Télécopie : 05 57 51 16 28

Une propriété familiale de 11 ha (60% de Merlot, 30% de Cabernet franc et 10% de Malbec). CePomerol 2009, encore très jeune naturellement, au nez de cassis et de truffe, aux tanins fermes, bien charpenté, ample en bouche, un vin racé et dense, prometteur. Le 2008, dominé par lecassis et les sous-bois, est un vin puissant, harmonieux, aux notes fruitées et vanillées en finale, alliant une bonne base tannique à une finesse persistante. Le 2006 est savoureux, bien charnu, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins très équilibrés, ferme et complet, très élégant comme il se doit, tout en couleur et en matière, avec ces notes caractéristiques de griotte, d’humus et de cannelle au palais. Superbe 2005, une grande valeur sûre, de robe soutenue et brillante, tout en nuances aromatiques, aux notes de truffe, de pruneet de groseille, un vin puissant, typé, élégant, qui allie structure et rondeur, richesse et distinction, de très belle garde. Goûtez son Pomerol Château Moulinet-Lasserre 2008, decouleur intense, ample et parfumé, aux connotations de cassis et d’humus, un vin bien charnu, ferme et persistant en bouche, élégant, dense.

Château HAUT FERRAND

Château HAUT FERRAND 

(POMEROL)
Henry Gasparoux et Fils
Chemin de la Commanderie
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 21 67
Télécopie : 05 57 25 01 41
Email : contact@chateau-ferrand.com
Site : www.chateau-ferrand.com

Remarquable Pomerol 2009, aux connotations caractéristiques de fruits frais, de cannelle et d’humus, ample, un vin corsé, ferme et persistant en bouche, de très bonne évolution. Le 2008, de belle couleurcorsé, est charpenté, avec une dominante de fruits rouges et une pointe de fumé, encore très jeune. Beau 2007, très typé, concentré et charnu, un vin riche en bouquetcomme en matière, tout en bouche, aux tanins équilibrés, élégant. Le 2006 est très réussi,corsé et charpenté, avec des arômes puissants et persistants de griotte et de framboisemacérées, un vin ample, complexe, étoffé, qui poursuit son évolution. Beau 2005, de bouche pleine et riche, aux nuances délicates de fruits des bois et de fumé, typé, un beau vin qui convient particulièrement aux plats épicés. Le 2004 est un vin où la finesse prédomine, avec des notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits, aux tanins amples. Idéal actuellement, il y a aussi, ce beau 2001, au nez intense (truffe, cuir, humus), avec ses notes fumées et réglissées, des tanins mûrs et suaves, d’une finale longue et savoureuse et le 2000, harmonieux, avec des senteurs intenses de groseille et d’épices, un vin de très bonne bouche, de robe grenat, tout en arômes, alliant richesse et finesse, avec de l’étoffe et de l’élégance. Leur Pomerol Château Ferrand 2009 (12 ha) est un vin de caractèrecorsévelouté, parfumé, avec des notes subtiles de sous-bois et de truffe, aux tanins fermes mais souples, déjà velouté mais qui demande un peu de temps pour dévoiler son réel potentiel.

Vignobles et Domaines<br />
Jean-François JANOUEIXPOMEROL Vignobles et Domaines<br />
Jean-François JANOUEIX

Vignobles et Domaines Jean-François JANOUEIX 

(POMEROL)
Jean-François Janoueix
37 rue Pline Parmentier – BP 192
33506 Libourne
Téléphone :05 57 51 41 86
Télécopie : 05 57 51 53 16
Email : info@j-janoueix-bordeaux.com
Site : www.josephjanoueix.com

Au sommet. On s’en rend compte avec ce Pomerol 2009, de couleur pourprecharnu comme il se doit, aux taninsfermes et savoureux à la fois, très bien élevé, tout en nuances aromatiques avec des notes de poivre, de truffe, de griotte et d’épices, intense et charmeur, trèstypé, de garde. Superbe 2008, de robe grenat soutenu, parfumé et persistant, aux tanins riches, très équilibrés, un vin corsé, aux notes de cassis mûr, d’épices et de fumé, très bien élevé, riche et savoureux en bouche. À ses côtés, il y a le Pomerol Château La Croix-Toulifaut 2009, charmeur, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et la fraise des bois, de belle couleur rubis profond, charnu, de bonne base tannique, riche, ample et structuré, d’une belle finale. Le 2008 est très parfumé, ample, d’une grande harmonie avec des arômesde fruits surmûris, d’épices, de cuir. de garde, naturellement. Excellent 2007, aux tanins très bien équilibrés, de bouche chaleureuse dominée par la framboise, qui associe une charpente réelle à une jolie souplesse, à déboucher sur un agneau rôti. Le 2006, un vinavec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue. Très beau 2005, typé et intense, au nez de fruits surmûris, épicé, persistant, charpenté, de bouche souple et charnue à la fois, mêlant concentration et finesse, prometteur.

Château LAFLEUR du ROY

Château LAFLEUR du ROY 

(POMEROL)
Laurent Dubost
Catusseau
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 74 57
Télécopie : 05 57 25 99 95
Email : sarl.dubost.l@wanadoo.fr

Une propriété familiale située à 60 m d’altitude, exposée au sud-ouest, qui possède de vieillesvignes de 40 à 45 ans, et l’encépagement à prédominance de Merlot noir (85%) est complété par du Cabernet franc (10%) et du Cabernet-Sauvignon (5%). Une propriété de 4 ha créée en 1958 par Yvon Dubost et son épouse, Pâquerette. Domaine situé à 60 m d’altitude, exposé ausud-ouest, vieilles vignes de 40 à 45 ans, et encépagement à prédominance de Merlot noir (85 %) complété par du Cabernet franc (10 %) et du Cabernet-Sauvignon (5 %). Leur fils Laurent peut être satisfait du Pomerol 2009, issu d’un terroir typique de sable graveleux comportant une sous-couche de crasse de fer (alios), un vin typé ce millésime chaleureux, de bouche dense, aux nuances de framboise cuite, d’humus et de réglisse, d’une structure soutenue, de belle évolution. Le 2008 est puissant et complexe, avec des saveurs intenses (fruits cuits, poivre…), aux tanins présents, riche en couleur, encore très jeune, bien sûr. Le 2007 est un vin coloré etcharnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus et d’épices, un millésime ferme en bouche, subtilement bouqueté, aux nuances de truffe et de pruneau, commence à très bien s’apprécier sur un magret.

Château MAZEYRESPOMEROL Château MAZEYRES

Château MAZEYRES 

(POMEROL)
Direction : Alain Moueix
56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 00 48
Télécopie : 05 57 25 22 56
Email : mazeyres@wanadoo.fr
Site : www.mazeyres.com

Un vignoble de 25,5 ha de vignesSol de graves et desables de la terrasse de Pomerol (sous-Sol de graves ou de molasse riche en crasse de fer, 80% Merlot, 20% Cabernet franc). Mazeyres est un magnifique manoir du XVIIIème siècle, entièrement restauré et parfaitement mis en valeur dans un bel écrin constitué d’arbres et de magnolias centenaires. Des fouilles ont permis d’exhumer de très belles poteries datant du IIIème siècle, vestiges de l’époque gallo-romaine et précieusement conservées au château. Quatrième génération de viticulteurs et négociantslibournais, Alain Moueix dirige la propriété et apporte son expertise et son savoir-faire issus duterroir. Une importante restructuration du vignoble a permis d’optimiser le potentiel qualitatif de chaque parcelle et d’adapter les techniques culturales. Ce Pomerol 2009 est un grand vin, de belle robe rubis soutenu, un vin très harmonieux, complet, au nez de prune et de violette et une pointe d’épices caractéristique, charnu en bouche, tout en subtilité. Beau 2008, qui allie puissance et distinction, parfumé, charpenté, un vin d’une jolie concentration, aux connotations de petits fruits mûrs et de truffe, de bouche ample. Excellent 2007, au nez de fruits noirs, de vanille et d’épices, avec des tanins fins et concentrés à la fois, d’une belle finale, marqué par une bouche aux notes de cassis et de vanille.

Clos du PÈLERINPOMEROL Clos du PÈLERIN

Clos du PÈLERIN 

(POMEROL)
Josette et Norbert Égreteau
3, chemin de Sales
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 74 03 66
Télécopie : 09 70 61 56 76
Email : egreteau.norbert@orange.fr

Ce vignoble de 3,5 ha est dans la famille depuis 3 générations, essentiellement planté de Merlot (80%), leCabernet franc et le Cabernet-Sauvignon se partageant à parts égales les 20% restants. Josette et Norbert conservent toutes les traditions bordelaises et c’est leur fille cadette Laetitia qui reprend l’exploitation. Le Pomerol 2009 mêle finesse et structure, au bouquet concentré, de couleur profonde, de bouche fondue où domine le pruneau confit, corsé, aux tanins enrobés. Le 2008 est de belle matière, de truffe et de cuir, d’un équilibre soyeux, complexe, avec ces nuances de fruits rouges bien mûrs et une touche decannelle caractéristique. Le 2007, très parfumé, très rond, ample au nez comme en bouche, très réussi, aux tanins fondus, permet d’attendre l’évolution des millésimes précédents. Beau 2006, très classique, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et des arômes defruits rouges intenses, d’une jolie finale, un vin bien charnu, épicé, de très belle évolution. Le 2004, de couleur rubis, très bien élevé, est très équilibré, aux tanins fermes, au nez dominé par les fruits mûrs et les sous-bois, de bouche flatteuse et riche à la fois. Excellent 2002, de robeintense, aux tanins savoureux, tout en velours, est bien persistant en bouche, au nez complexe où dominent la cerise noire, le cuir et les sous-bois. Goûtez le Château La Maréchaude 2008, issu de 5 ha situés au cœur de Lalande-de-Pomerol qui reçoit les mêmes soins attentifs, un vin de couleur grenat, avec beaucoup de charpente, tout en bouche, au nez de cerise et d’humus.

PETRUSPOMEROL PETRUS

PETRUS 

(POMEROL)
Jean-François et Jean Moueix
VIDELOT 3, Rue Macau
33027 Bordeaux
Téléphone :05 56 50 25 62
Télécopie : 05 56 50 85 07
Email : duclot@duclot.fr
Site : www.chateaunet.com

Hors-Classe. On ne peut que s’enthousiasmer sur cePomerol 2007, un grand vin, de robe brillante, très complet, avec une belle matière présente et savoureuse, aux senteurs de petits fruits noirs (cassis,prune), de cuir et de violette, de belle garde. Le 2006 est succulent mais encore fermé, avec ce nez légèrement épicé, avec des tanins bien présents qui commencent à peine à se fondre, aux nuances de myrtille et de truffe. Grandissime 2005, puissant, très complexe, d’une très grande structure, aux arômes persistants et subtils de petitsfruits rouges mûrs à noyau, de truffe, de cuir, très structuré, avec des tanins soyeux mais intenses, tout en distinction, de grande évolution. Le 2004 est splendide, dans la grande tradition bordelaise, et l’on ne peut que regretter que ce millésime se situe entre les 2005 et 2003, la mode risquant de le laisser à l’écart. À ses côtés, ce 2003, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des senteurs de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes mais toujours très savoureux, de grande garde.

Château PLINCEPOMEROL Château PLINCE

Château PLINCE 

(POMEROL)
Scev Moreau

33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 68 77
Télécopie : 05 57 51 43 39
Email : plince@aliceadsl.fr
Site : www.chateauplince.fr

Une propriété qui se distingue par une longue allée qui aboutit à un parc entourant une très belle demeure du XIXe siècle, berceau de la famille des propriétaires. Le vignoble de 8,66 ha est planté sur unsol sablonneux avec graves en fond et crasse de fer (74% Merlot, 26% Cabernet franc, âge moyen du vignoble 28 ans). Beaucoup aimé ce Pomerol 2008, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, un très joli vin, riche et parfumé en bouche, avec ces nuances subtiles de pruneau confit, qui mêle structure et velouté. Le 2007, classique, est de robesombre, avec une belle matière présente et savoureuse, au nez dominé par le cassis, le cuir et la truffe, de belle garde. Après une médaille d’or au Concours Agricole de Paris pour lemillésime 2000, le Château Plince vient d’obtenir cette même récompense pour le 2007. Le 2006, tout en bouche, où dominent les groseilles et l’humus, est charnu, très harmonieux et très équilibré. Le 2005 est un vin qui associe puissance et finesse, au nez complexe et persistant de fruits très mûrs, de bouche savoureuse où l’on retrouve les sous-bois et la griotte confite, de très bonne évolution. Le 2004 est dense et corsé en bouche comme il le faut, subtilement bouqueté, au nez de truffe et de pruneau. Remarquable 2001, aux tanins équilibrés, à la fois puissants et savoureux, un vin de couleur pourprecorséferme et d’une belle intensité, épicé, qui poursuit son évolution comme ce 1998, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue, aux tanins puissants, au nez complexe où dominent les fruits mûrs, le cuir et les sous-bois.

Château de VALOIS

Château de VALOIS 

(POMEROL)
Vignobles Leydet
Rouilledinat
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 19 77
Télécopie : 05 57 51 00 62
Email : frederic.leydet@wanadoo.fr

Vignoble de 7,66 ha (âge moyen des vignes 25 ans, 77% Merlot, 19% Cabernet franc, 3%Cabernet-Sauvignon). Un excellent Pomerol 2009, parfumé et complexe, avec des arômes defruits noirs, d’épices, un vin très harmonieux, de bouche ferme, qui marie élégamment unefinesse tannique à une rondeur persistante. Le 2008 est très classique, très parfumé, un vinbien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d’humus, bien charnu comme il le faut. Excellent 2007, dense et velouté, encore très fermé,corsécharnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, typé, riche, associant structure et finesse, de belle robe intense, au nez complexe, très équilibré. Le 2006 est un vin généreux en bouquetcomme en matière, aux tanins équilibrés, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de cuir et de cassis confit. Le 2005, velouté, avec de la matière, de belle couleur soutenue, au nez où dominent les baies rouges et la cannelle, d’une belle finale, a toutes les qualités d’un grand vinde garde. Goûtez le Saint-Émilion GC Château Leydet Valentin 2009, un joli vin à dominante de pruneau et de cannelle, riche et savoureux en bouche, concentré et parfumé en finale.
  • COUPS DE CŒUR

 

* Coteaux du Languedoc, Corbières… quels plats avec les meilleurs vins du Languedoc ?

En rouge, le vin est marqué par des connotations fruitées et épicées caractéristiques qui lui permettent de tenir sur le gibier, les saucisses, le lièvre, avec un brie, sur les cassoulets du pays voire sur les pâtés à base de viande de mouton, qui sont légèrement sucrés. Le rosé se déguste sur les terrines ou un poulet basquaise, et les blancs avec les Poissons, des volailles rôties ou sur un lapin à la moutarde.

Faugères (Rouge)

LES MEILLEURS VINS DU LANGUEDOC

Cliquez sur l’appellation pour accéder gratuitement aux commentaires des vignerons retenus dans le GUIDE DUSSERT-GERBER cette année

CORBIÈRES
COTEAUX-DU-LANGUEDOC
DUCHÉ D’UZÈS
FAUGÈRES
FITOU
IGP LANGUEDOC
LANGUEDOC
MALEPÈRE
MINERVOIS
MUSCAT-DE-MIREVAL
PIC SAINT-LOUP
SAINT-CHINIAN

Corbières (Rouge)

Minervois (Rouge)

Saint-Chinian (Rouge)

COUPS DE CŒUR