– Pomerol : quelques-uns des plus grands vins de Bordeaux sont ici…

A Pomerol, les terroirs signent les vins. On a beau planter du Merlot aux quatre coins de la planète, nulle part ailleurs ce cépage fragile ne s’exprime aussi bien que sur ces sols de graves, argilo-marneux, crasse de fer…, d’autant plus que les hommes de cette région savent particulièrement faire ressortir dans leurs vins de velours leur chaleur naturelle et leur passion.

Guide des vins
Millesimes

Classement Pomerol

Château BELLEGRAVE

Château BELLEGRAVE

(POMEROL)
Jean-Marie Bouldy

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 20 47
Télécopie : 05 57 51 23 14
Email : chateaubellegrave@wanadoo.fr

Vignoble de 7,5 ha, sur un plateau de graves fines, 75% Merlot et 25% Cabernet franc. Savoureux Pomerol 2006, fidèle à lui-même, coloré et complexe, au nez à la fois intense et subtil où s’entremêlent la griotte mûre et une touche épicée bien caractéristique, de bonne charpente, bien corsé et persistant au palais comme il le faut. Très beau 2005, corsé, aux tanins riches, de bonne charpente, au nez de mûre et de sous-bois, un vin riche en couleur comme en matière, dense et tenace qui associe structure et souplesse, de bouche dominée par la groseille et les épices. Le 2004 est savoureux en bouche, structuré, gras, intense en arômes comme en charpente, un vin délicieux, aux tanins fins.

Château BOURGNEUF-VAYRON

Château BOURGNEUF-VAYRON

(POMEROL)
Xavier Vayron
1, le Bourg Neuf
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 42 03
Télécopie : 05 57 25 01 40
Email : chateaubourgneufvayron@wanadoo.fr

Un vignoble de 9 ha (90% de Merlot, 10% de Cabernet franc). La fille des propriétaires, Frédérique, les a rejoints comme responsable technique. Le Pomerol 2006 est riche et corsé, ample, aux tanins fermes et ronds à la fois, d’une grande harmonie en bouche, où se mêlent la griotte et l’humus, dense, de très bonne évolution comme ce 2005, intense, puissant, de belle attaque charnue, généreux et persistant, aux arômes prononcés de petits fruits rouges cuits, un vin suave et harmonieux, très prometteur, d’un beau volume en bouche souligné par des tanins fins, d’une grande persistance. Remarquable 2004, charnu, aux tanins souples, au nez intense (mûre, épices), très harmonieux.

Château La CABANNEPOMEROL Château La CABANNE

Château La CABANNE

(POMEROL)
J.P Estager
33-41, route de Montaudon
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 04 09
Télécopie : 05 57 25 13 38
Email : estager@estager.com
Site : www.estager.com

On est bien au sommet avec leur Pomerol 2006, de belle robe pourpre soutenu, aux notes d’épices, de truffe et de cerise noire, harmonieux, séveux, très équilibré. Très beau 2005, de bouche puissante et dense, aux tanins présents, aux notes persistantes de truffe, de cassis et d’humus, un vin qu’il faut laisser évoluer pour profiter de son potentiel réel. Le 2004, au nez complexe où dominent les groseilles et l’humus, associant puissance et souplesse, un vin charnu, aux tanins riches, de belle bouche, pleine et soyeuse, commence à s’apprécier particulièrement bien. Savoureux 2003, mêlant structure et finesse, un vin où la complexité s’allie à la suavité, de garde. Le 2001, de bouche puissante et dense, aux tanins bien fondus, est un vin où s’entremêlent des notes de petits fruits rouges à noyau bien mûrs, d’humus et de réglisse. Le 2000 est très typé, très bien élevé, de bouche ronde, un vin tout en harmonie, riche en couleur comme en matière, aux tanins structurés.

Château Le CAILLOU

Château Le CAILLOU

(POMEROL)
André Giraud

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 06 10
Télécopie : 05 57 51 74 99
Email : contact@vins-giraud-belivier.com
Site : www.vins-giraud-belivier.com

Le Château Le Caillou appartient depuis plus d’un siècle à la famille Bélivier de Pomerol qui le transmet, en 1975, à la famille Lucien Giraud. En 1905, le domaine de Lacombe y fut annexé et en 1974, le Clos Lacombe. Aujourd’hui, c’est André Giraud qui conduit cette propriété. C’est à une parcelle dénommée par le cadastre “Le Caillou” que ce vignoble doit son nom. Les 7 ha de vignes d’âge moyen de 30 ans sont particulièrement bien situés sur le plateau de Pomerol, sur un sol sablo-graveleux riche en crasse de fer bien typique (75% Merlot et 25% Cabernet franc). Très charmeur, le Pomerol 2006, de couleur pourpre, au nez confit, aux tanins très harmonieux, est un grand vin typé, avec des nuances de cassis et de cuir, d’une grande richesse. Le 2005, de belle robe soutenue, un vin très parfumé, au nez de fruits macérés et d’humus, bien typé, corsé, de belle charpente, un vin qui allie structure et rondeur en bouche, de belle garde. Savoureux 2004, de couleur grenat, aux tanins délicieux, très bien élevé, tout en nuances aromatiques, avec des notes de cerise confite et de poivre. Beau 2003, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et les petits fruits rouges, ample et gras en bouche, très équilibré, un vin charnu, d’excellente évolution.

Château CERTAN de MAY de CERTANPOMEROL Château CERTAN de MAY de CERTAN

Château CERTAN de MAY de CERTAN

(POMEROL)
Odette Barreau

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 41 53
Télécopie : 05 57 51 88 51
Email : chateaucertandemay@vinsdusiecle.com
Site : www.vinsdusiecle.com/chateaucertandemay

À la tête des Premiers Grands Vins Classés. Odette Barreau et ses enfants peuvent être fiers de ce cru hors du commun, l’un des plus grands Vins de Bordeaux (et donc du monde), qui possède un atout très rare par rapport à d’autres crus : son exceptionnel rapport qualité-prix-typicité. Humilité et convivialité sont également de mise ici, et tout cela représente ce qu’il y a de meilleur dans le vin. Exceptionnel 2005, corsé et généreux, de bouche puissante et ample, avec ces nuances bien caractéristiques de fruits mûrs et de réglisse, de charpente solide et fine à la fois, de grande évolution. Superbe 2004, associant concentration aromatique et souplesse, corsé et typé. Le 2003 est un grand vin, racé, d’une belle couleur grenat, charnu et parfumé, au nez persistant de petits fruits rouges mûrs, de cuir et de sous-bois, avec beaucoup de matière, de garde. Le 2002 est remarquable, complexe, de couleur pourpre soutenu, très typé, très corsé, aux tanins puissants et équilibrés, au nez intense, de bouche harmonieuse et persistante, de garde. Splendide 2001, avec des notes de fruits noirs et de cuir, très riche, aux tanins très équilibrés, d’une grande élégance en bouche, où la charpente vient s’allier à la finesse, de grande évolution. 2000 : très grand millésime, de teinte écarlate, au nez de fruits rouges confits et de cuir, un vin splendide, complexe, très structuré, de lente évolution. 99 : d’un beau carmin brillant, des arômes de tabac blond, d’amande grillée et de chocolat. La bouche ronde dès l’attaque présente des tanins fondus qui se mêlent aux arômes grillés, d’une belle longueur, de très belle évolution. 98 : très grand vin classique, de robe sombre, complet, avec une belle matière présente et savoureuse, au nez dominé par le cassis, le cuir et la truffe, de belle garde. 97 : tout en bouche, au nez où dominent les groseilles et l’humus, associant puissance et finesse, charnu, un vin très harmonieux et très équilibré. 96 : charmeur, puissant, ample et souple à la fois, d’une structure de “cathédrale”, très élégant, très riche en arômes, aux nuances de truffe fraîche, de garde. 95 : de robe rubis intense, aux arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, charnu, complexe, aux tanins puissants et soyeux à la fois. Grand potentiel de garde. Même propriétaire que le Lussac-Saint-­Émilion Château Poitou.

Joseph JANOUEIX SA  Château la CROIXPOMEROL Joseph JANOUEIX SA  Château la CROIX

Joseph JANOUEIX SA Château la CROIX

(POMEROL)
Jean-François Janoueix
37 rue Pline Parmentier – BP 192
33506 Libourne
Téléphone :05 57 51 41 86
Télécopie : 05 57 51 53 16
Email : info@j-janoueix-bordeaux.com
Site : www.josephjanoueix.com

Au sommet. Jean-François Janoueix est chaleureux, respecté et respectable. Superbe Pomerol 2007, aux tanins bien présents, soyeux, un vin ferme et très équilibré, tout en bouche, persistant et riche, au nez de fruits cuits (griotte, prune) et d’humus, avec une bouche veloutée et dense, qui devrait tenir toutes ses promesses. Le 2006, un grand vin aux senteurs subtiles mais intenses de violette, de truffe et de cassis, est tout en bouche, où l’on retrouve la cerise noire et les épices, un vin d’une grande personnalité, d’excellente garde. Le 2005 est un grandissime millésime où la complexité est exacerbée, avec des nuances de cuir, de cacao, de griotte confite, un vin aux tanins fermes et ronds à la fois, gras et corsé d’une belle finale. Le 2004, de couleur grenat, d’une belle concentration en bouche, aux notes de cuir et d’épices, allie distinction et richesse. Superbe 2003, ample et distingué, gras, encore fermé, dense, aux tanins ronds, à la fois riche et souple, d’une belle finale en bouche, avec ces nuances subtilement poivrées. Le 2002, d’une grande finesse, développe un nez subtil où dominent les fruits cuits, aux tanins denses, d’une jolie finale, de garde. Superbe 2001, très typé, très représentatif de ce grand millésime où la distinction prédomine, un vin mêlant finesse aromatique, ampleur et charpente, avec des tanins puissants et soyeux à la fois. Le 2000, riche et parfumé, très bien vinifié, est caractéristique de ce grand millésime, puissant, aux tanins soyeux mais bien présents, parfait sur une daube. À ses côtés, il y a le Pomerol Château La Croix-Toulifaut 2007, de robe grenat soutenu, bouqueté et persistant, aux tanins très bien équilibrés, de bouche chaleureuse dominée par la framboise, qui associe une charpente réelle à une jolie souplesse, à déboucher sur un agneau rôti. Le 2006, un vin avec beaucoup de structure, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise confite et d’humus, de charpente très élégante, tout en nuances aromatiques, de robe soutenue. Très beau 2005, typé et intense, au nez de fruits surmûris, épicé, persistant, charpenté, de bouche souple et charnue à la fois, mêlant concentration et finesse, prometteur. Mêmes propriétaires que le Château Haut-Sarpe à Saint-Émilion. Remarquable rapport qualité-prix-typicité.

Ets DUCLOTPOMEROL Ets DUCLOT

Ets DUCLOT

(POMEROL)
Jean-François Moueix
3, rue Macau
33027 Bordeaux
Téléphone :05 56 48 01 29
Télécopie : 05 56 81 18 87
Email : intendant@moueix-export.fr
Site : www.chateauprimeur.com

L’INTENDANT : Vente au détail de grands vins de Bordeaux Une tour climatisée de 12 m de haut, contenant plus de 15 000 bouteilles (1200 casiers) : – les 150 crus et leurs différents millésimes représentent un choix exceptionnel (500 références). – d’une sélection rigoureuse à moins de 15 euros au rez-de-chaussée, on entre dans l’escalier des seconds vins pour accéder aux crus classés répartis selon des niveaux géographiques et hiérarchiques. Le dernier étage de la tour est réservé aux vieux millésimes.

Château HAUT FERRAND

Château HAUT FERRAND

(POMEROL)
Henry Gasparoux et Fils
Chemin de la Commanderie
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 21 67
Télécopie : 05 57 25 01 41
Email : contact@chateau-ferrand.com
Site : www.chateau-ferrand.com

À la tête des Deuxièmes Grands Vins Classés. Un vignoble de 4,5 ha (70% Merlot et 30% Cabernet franc). Remarquable Pomerol 2007, très typé, concentré et charnu, un vin riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins équilibrés, élégant. Le 2006 est très réussi, corsé et charpenté, avec des arômes puissants et persistants de griotte et de framboise macérées, un vin ample, complexe, étoffé, qui poursuit son évolution. Beau 2005, de bouche pleine et riche, aux nuances délicates de fruits des bois et de fumé, typé, un beau vin qui convient particulièrement aux plats épicés. Le 2004 est un vin où la finesse prédomine, avec ces notes très caractéristiques de cuir et de fruits légèrement confits, aux tanins amples comme le 2003, généreux, coloré, au nez dominé par l’humus et le cassis, ample et gras en bouche, très équilibré, un vin charnu, savoureux, très charmeur par sa rondeur et son équilibre, d’excellente évolution. Idéal actuellement, il y a aussi, ce beau 2001, au nez intense (truffe, cuir, humus), avec ses notes fumées et réglissées, des tanins mûrs et suaves, d’une finale longue et savoureuse et le 2000, très harmonieux, avec des senteurs intenses de groseille et d’épices, un vin de très bonne bouche, de robe grenat, tout en arômes, alliant richesse et finesse, avec de l’étoffe et de l’élégance. Le Pomerol Château Ferrand (12 ha) est un vin de caractère, très parfumé (griotte, réglisse), d’une belle structure, volumineux, aux tanins veloutés.

Château LAFLEUR du ROY

Château LAFLEUR du ROY

(POMEROL)
Laurent Dubost
Catusseau
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 74 57
Télécopie : 05 57 25 99 95
Email : sarl.dubost.l@wanadoo.fr

Une propriété familiale située à 60 m d’altitude, exposée au sud-ouest, qui possède de vieilles vignes de 40 à 45 ans, et l’encépagement à prédominance de Merlot noir (85%) est complété par du Cabernet franc (10%) et du Cabernet-Sauvignon (5%). On peut être satisfait ici de ce Pomerol 2007, un vin coloré et charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, d’une jolie concentration, aux notes de groseille, d’humus et d’épices, un millésime ferme en bouche, subtilement bouqueté, aux nuances de truffe et de pruneau, non encore à maturité bien sûr. Le 2006, riche en couleur comme en arômes, un vin aux notes de fruits rouges frais, d’humus et de cannelle, aux tanins puissants et harmonieux, qui devrait tenir toutes ses promesses. Beau Pomerol 2005, issu d’un terroir typique de sable graveleux comportant une sous-couche de crasse de fer (alios), de robe rubis profond, avec ces arômes de fruits surmûris, d’épices, de cuir, bien caractéristiques. Un vin charnu et bien charpenté, aux tanins riches et savoureux à la fois. Même propriétaire que le Bordeaux Supérieur Château Bossuet.
LE VIN DE A à Z  : ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

Château MAZEYRES

Château MAZEYRES

(POMEROL)
Direction : Alain Moueix
56, avenue Georges-Pompidou
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 00 48
Télécopie : 05 57 25 22 56
Email : mazeyres@wanadoo.fr
Site : www.mazeyres.com

Un vignoble de 20 ha de vignes qui appartient à la Caisse de retraites de la Société Générale. Le vin est typé par un sol de graves et de sables de la terrasse de Pomerol (sous-sol de graves ou de molasse riche en crasse de fer, 80% Merlot, 20% Cabernet franc). Vous aimerez ce Pomerol 2007, au nez de fruits noirs, de vanille et d’épices, avec des tanins fins et concentrés à la fois, d’une belle finale, marqué par une bouche aux notes de cassis, de framboise et de vanille, souple et dense. Excellent 2006, de belle robe grenat, de très bonne base tannique, gras, très équilibré, riche et charnu, au nez dominé par le cassis mûr et le fumé, de belle structure, un vin ample et riche comme nous les aimons. Le 2005, de robe pourpre, un vin volumineux, au nez dense avec des notes de cerise noire et de réglisse, classique et bien concentré, alliant finesse et structure, de fort belle évolution.

Clos du PÈLERIN

Clos du PÈLERIN

(POMEROL)
Josette et Norbert Égreteau
3, chemin de Sales
33500 Pomerol
Téléphone :05 57 74 03 66
Télécopie : 05 57 25 06 17
Email : egreteau.norbert@orange.fr

Ce vignoble de 3,5 ha est dans la famille depuis 3 générations, essentiellement planté de Merlot (80%), le Cabernet franc et le Cabernet-Sauvignon se partageant à parts égales les 20% restants. Josette et Norbert conservent toutes les traditions bordelaises et c’est leur fille cadette Laetitia qui reprend l’exploitation. Le Pomerol 2006 est très classique, fin, élégant, avec de la matière, de belle couleur soutenue et des arômes de fruits rouges intenses, d’une jolie finale, un vin bien charnu, épicé, tout en bouche, de très belle évolution. Beau 2005, dense, coloré et bouqueté, avec ces notes de petits fruits noirs confits et de fumé, de bouche chaleureuse et puissante, de bonne base tannique. Le 2004, de couleur rubis, très bien élevé, est très équilibré, aux tanins fermes, au nez dominé par les fruits mûrs et les sous-bois, de bouche flatteuse et riche à la fois. Le 2003 est de robe pourpre, corsé, au nez intense de petits fruits rouges bien mûrs et de cuir, qu’il faut laisser s’épanouir. Excellent 2002, un vin parfumé, harmonieux, au nez subtil et intense à la fois, un vin de bouche étoffée, avec des notes épicées, aux tanins bien répartis. Savoureux 2001, riche en couleur, où se mêlent la truffe, le poivre et la groseille, dense, aux tanins soyeux, bien corsé comme il se doit, épicé en bouche. Goûtez aussi le Château La Maréchaude 2006, issu de 5 ha situés au cœur de Lalande-de-Pomerol qui reçoit les mêmes soins attentifs, un vin de couleur grenat, avec beaucoup de charpente, tout en bouche, très équilibré, au nez de cerise et d’humus, d’excellente évolution.

PETRUS

PETRUS

(POMEROL)
Jean-François Moueix
Duclot – Rue Macau
33027 Bordeaux
Téléphone :05 56 50 25 62
Télécopie : 05 56 50 85 07
Email : duclot@duclot.fr

Hors-Classe. Grandissime Pomerol 2005, puissant, très complexe, d’une très grande structure, aux arômes persistants et subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, de truffe, de cuir, très structuré, avec des tanins soyeux mais intenses, tout en distinction, de grande évolution. Le 2004 est splendide, dans la grande tradition bordelaise, et l’on ne peut que regretter que ce millésime se situe entre les 2005 et 2003, la mode risquant de le laisser à l’écart. À ses côtés, ce 2003, un vin dense, tout en harmonie, riche au nez, avec ces notes de mûre et d’humus, et des senteurs de cuir et de pruneau en bouche, aux tanins fermes mais toujours très savoureux, de grande garde. Le 2002, intense et chaleureux, très charpenté mais très élégant, est de robe foncée, aux nuances de vanille et de cassis, un vin racé et corsé, concentré au nez comme en bouche. Le 2000 possède une structure hors normes. Puissance et distinction, chaleur et ampleur, une très grande complexité d’arômes (cuir, griotte confite…), un vin d’une grande harmonie, d’une très belle matière en bouche, majestueux, de très grande garde. Le 98 est exceptionnel. D’un très grand classicisme, de couleur intense avec des senteurs de truffe, de champignon, un côté animal, de cuir, vraiment superbe, complexe, de lente évolution. Le 97, de robe pourpre foncé, aux arômes prononcés de musc, de truffe, de fraise des bois, aux tanins soyeux, de bouche généreuse, est un vin à parfaite maturité.

Château PLINCE

Château PLINCE

(POMEROL)
Scev Moreau

33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 68 77
Télécopie : 05 57 51 43 39
Email : plince@aliceadsl.fr
Site : www.chateauplince.fr

Une propriété qui se distingue par une longue allée qui aboutit à un parc entourant une très belle demeure du XIXe siècle, berceau de la famille des propriétaires. Le vignoble de 8,66 ha est planté sur un sol sablonneux avec graves en fond et crasse de fer (72% Merlot, 23% Cabernet franc et 5% Cabernet-Sauvignon, âge moyen du vignoble 26 ans). Beaucoup aimé ce Pomerol 2007, médaille d’Or au Concours agricole de Paris, classique, de robe sombre, complet, avec une belle matière présente et savoureuse, au nez dominé par le cassis, le cuir et la truffe, de belle garde comme le 2006, tout en bouche, où dominent les groseilles et l’humus, associant puissance et finesse, charnu, un vin très harmonieux et très équilibré. Le 2005 est un vin qui associe puissance et finesse, au nez complexe et persistant de fruits très mûrs, de bouche savoureuse où l’on retrouve les sous-bois et la griotte confite, bien charnu, de très bonne évolution. Le 2004 est dense et corsé en bouche comme il le faut, subtilement bouqueté, au nez de truffe et de pruneau. Le 2003, où la structure prédomine, au nez puissant avec des notes de truffe et d’humus, a beaucoup de corps, une très bonne charpente, des tanins harmonieux, et commence à très bien se goûter. Excellent 2002, aux nuances de petits fruits macérés, ample et harmonieux, dense et coloré. Remarquable 2001, aux tanins équilibrés, à la fois puissants et savoureux, un vin de couleur pourpre, corsé, ferme et d’une belle intensité, épicé, qui poursuit son évolution.

Clos RENÉ

Clos RENÉ

(POMEROL)
Scea Garde-Lasserre

33500 Pomerol
Téléphone :05 57 51 10 41
Télécopie : 05 57 51 16 28

Une propriété familiale de 11 ha (60% de Merlot, 30% de Cabernet franc et 10% de Malbec). Tout en bouche, ce Pomerol 2006 est une réussite, savoureux, bien charnu, riche en bouquet comme en matière, tout en bouche, aux tanins très équilibrés, ferme et complet, très élégant comme il se doit, tout en couleur et en matière, avec ces notes très caractéristiques et persistantes de griotte, d’humus et de cannelle au palais. Superbe 2005, une grande valeur sûre, de robe soutenue et brillante, tout en nuances aromatiques, aux notes de truffe, de prune et de groseille, un vin puissant, typé, élégant, qui allie structure et rondeur, richesse et distinction, de très belle garde. Le 2004, avec ces senteurs de violette et de fumé, aux tanins souples, est un vin gras et de belle charpente, harmonieux en bouche, que l’on peut commencer à savourer sur un gibier d’eau. Goûtez son Pomerol Château Moulinet-Lasserre 2005, très classique de ce millésime, avec de la matière, aux arômes de fruits rouges intenses, d’une finale riche.

Château de VALOIS

Château de VALOIS

(POMEROL)
Vignobles Leydet
Rouilledinat
33500 Libourne
Téléphone :05 57 51 19 77
Télécopie : 05 57 51 00 62
Email : frederic.leydet@wanadoo.fr

Vignoble de 7,66 ha (âge moyen des vignes 25 ans, 77% Merlot, 19% Cabernet franc, 3% Cabernet-Sauvignon). On se fait plaisir avec ce Pomerol 2007, dense et velouté, encore très fermé, corsé, charnu, aux tanins fermes et soyeux à la fois, typé, tannique, riche, associant structure et finesse, de belle robe intense, au nez complexe, très équilibré. Le 2006 est un vin riche en bouquet comme en matière, aux tanins équilibrés, de belle robe pourpre soutenu, aux notes de cuir et de cassis confit. Le 2005, bien classique, un vin fin et velouté, avec de la matière, de belle couleur soutenue, au nez où dominent les baies rouges et la cannelle, d’une belle finale, qui a toutes les qualités d’un grand vin de garde. Le 2004, très parfumé avec ces notes de mûre et de griotte, est riche en couleur, aux tanins soyeux mais denses, de très bonne garde. Goûtez le Saint-Émilion GC Château Leydet Valentin, avec ces nuances de fruits rouges bien mûrs et une touche d’épices, dense en bouche.

* Joyeuses Fêtes avec un (vrai) Champagne pour le réveillon !

Voici le véritable visage de la Champagne, qui tient compte de la qualité, du prix, de la régularité, de la force des terroirs, de l’art des assemblages, de l’accueil et de la passion des hommes et des femmes. C’est ce qui fait tout son intérêt : récompenser les meilleurs, les plus connus, toujours au sommet (pas tous) comme les autres. Alors, on entre dans le plaisir pur, celui qui “excite” nos papilles et font de ces cuvées, de la plus distinguée à la plus voluptueuse, des vins uniques, que nul n’ose même tenter de copier. Du grand art, comme on l’aime.

LES INCONTOURNABLES SONT DANS MILLESIMES

Le vignoble champenois est établi sur le calcaire. Les grands crus reposent, en général à mi-coteau, sur une mince couche d’éboulis provenant des pentes tertiaires, où affleure la craie du crétacé supérieur avec ses fossiles caractéristiques (bélemnites), en un bloc atteignant 200 m d’épaisseur et parfois davantage. Cette assise est recouverte par une couche de terre meuble et fertile, d’une épaisseur variant entre 20 et 50 cm. La craie en sous-sol assure un drainage parfait permettant l’infiltration des eaux en excès, tout en conservant au sol une humidité suffisante. De plus, elle a la faculté d’emmagasiner et de restituer la chaleur solaire, jouant ainsi un rôle régulateur extrêmement bénéfique à la maturité, complémentaire de l’action stabilisatrice des bois et forêts déjà notée.

Actualité du vignoble
Classement Champagne
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

C’est enfin à la craie, avant tout, que les vins de Champagne doivent leur finesse et leur légèreté. Sur les coteaux orientés au midi ou au sud-est qui l’abritent de leurs épaulements, la vigne prospère, protégée des vents du nord, généreusement offerte au soleil. La lumière, d’une exceptionnelle intensité, est réverbérée par cette terre claire qui réfléchit la chaleur du soleil : les grappes mûrissent entre les rayons et leurs reflets.

Top Vignerons Région Champagne

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

Prix d’Honneur

Jacques Busin
René Geoffroy
Famille Gimonnet (Pierre Gimonnet)
Guy Larmandier
Famille Leclerc-Briant
François Peters
Famille Margaine

Prix d’Excellence

Claude Baron (Baron Albert)
Luc Busin
Famille Cadel
Famille Chiquet (Gaston Chiquet)
Philippe Cheurlin (De Lozey)
Harard Fringhian (Château de Boursault)
Stéphane Jacquet (Clérambault)
Michel Labbé

Satisfecits

Audoin de Dampierre
Pascal Bardoux
Famille Bourgeois-Boulonnais
Jean-Pierre Fleury
Pierre Gobillard
Daniel Prin
Bertrand Robinet (Michel Lenique)

LIRE LA SUITE ET VOIR Les LAUREATS ET LES ESPOIRS

– Fêtes : un vrai Champagne est un grand vin, pas un « truc qui mousse »…

Franchement, j’ai rarement eu autant de plaisir que cette année en débouchant ces cuvées champenoises. De la plus fantastique (Krug rosé, en l’occurrence) à la plus abordable, on sent que les Vignerons et maisons retenus sont parvenus à une maîtrise certaine de leur art, chacune, bien entendu, évoluant dans des sphères qualitatives différentes. Mon Classement 2011 est donc entièrement actualisé, et vous montre le véritable visage de la Champagne, qui tient compte de la qualité, du Prix, de la régularité, de l’accueil et de la passion des hommes. C’est ce qui fait tout son intérêt ; récompenser les meilleurs, les plus connus comme les autres, ceux qui respectent les consommateurs. L’image de marque n’est plus suffisante, c’est la régularité qualitative et des Prix justifiés (ou pas) qui comptent. Vous allez retrouver notamment ces grands coups de cœur dans la catégorie des Deuxièmes Grands Vins Classés, particulièrement riche.

Un bon Champagne c’est charmeur, un grand Champagne, c’est toujours un plaisir exceptionnel, que l’on n’a d’ailleurs jamais pu copier ailleurs. Les hommes et les femmes, les assemblages et les terroirs font, là comme partout, toujours la différence.

LES VINS DE L’ANNEE SONT DANS MILLESIMES

Il faut considérer le Champagne comme un vin à part entière : les très grandes cuvées de prestige (celles que l’on retrouve dans le Classement dans la catégorie des Premiers Grands Vins Classés, puis dans une bonne partie des Deuxièmes Grands Vins Classés) sont des cuvées de Champagne que l’on boit comme un grand vin, en les associant à des moments du repas, sur des plats appropriés. On a la chance d’accéder ainsi aussi bien au summum de la finesse qu’à celui de la complexité et de la vinosité. Bien que l’on en parle moins (à tort), le terroir, les sols ont toute leur importance en Champagne, apportant une spécificité réelle et différente selon que l’on se trouve à Cramant ou à Épernay, à Ay ou à Bouzy, dans l’Aube ou la Marne. À cela s’ajoute la proportion des cépages, et chaque maison, cave ou vigneron, possède alors les facultés de créer véritablement une cuvée légère ou puissante. Et puis, ce qu’il ne faut pas occulter pour comprendre la différence entre une grande cuvée et une autre, ce sont, outre l’art fondamental de l’assemblage que signe la main de l’homme, les incontournables Vins de réserve, que l’on ajoute à des Vins plus jeunes. On ne fait un grand vin que si l’on a du stock, l’exception confirmant la règle.

Millesimes
Vins du Siècle

Comme partout également, on trouve aussi des cuvées bas de gamme, qui changent de nom et d’étiquette selon leurs distributeurs, et des cuvées de concours qui masquent l’ensemble de la production, faute de savoir-faire ou d’approvisionnements adéquats. Certaines négociants sont dans ce cas, de plus en plus de producteurs se réservant leurs meilleures cuves ou raisins pour vendre en direct (on les comprend). Il y a aussi des cuvées bien trop chères, difficilement cautionnables, donc. Attention aussi aux nombreuses marques qui appartiennent à certains “faiseurs”. Ceux qui ne sont plus que des noms sur une étiquette ne font pas partie de cette hiérarchie, comme d’autres, qui sont dirigés par des responsables de groupes qui vendent du Champagne comme de la lessive…

Bien lire l’étiquette

En plus de l’appellation Champagne, le nom du producteur et éventuellement l’indication du millésime, de la teneur en sucre (brut, sec…) et l’adresse de la marque ou du lieu de production, vous lirez sur les étiquettes de Champagne les initiales suivantes : N. M. (marque principale appartenant à un négociant-manipulant), M. A. (marque “secondaire” appartenant à un négociant-manipulant ou à un négociant qui commercialise le Champagne d’un autre négociant ou d’un vigneron, ce qui leur permet d’écouler leurs bas de gamme), R. M. (récoltant-manipulant. Champagne vinifié et vendu par un propriétaire ), C. M. (coopérative de manipulation. Champagne de coopérative).

Guide des vins
Millesimes

Le Champagne à table

S’il est bien sec, à l’apéritif ; s’il est demi-sec ou doux, au cours d’un repas ou en dessert (fruits et pâtisseries). Les inconditionnels peuvent faire tout un repas au Champagne, délaissant néanmoins les viandes rouges ou le gibier. Un vin idéal avec des crustacés, ou, s’il est plus charpenté (une cuvée de Prestige), sur un poisson en sauce ou un feuilleté de turbot. Le Champagne rosé s’apprécie sur une viande blanche ou sur un gâteau au chocolat (pas trop sucré).

CLASSEMENT 2011 CHAMPAGNE

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHARLES HEIDSIECK (Millénaire)
KRUG (Grande Cuvée) (r)
MOËT ET CHANDON (Dom Pérignon)
POL ROGER (Sir Winston Churchill) (r)
TAITTINGER (Comtes de Champagne) (r)
ALAIN THIÉNOT (Grande Cuvée)

BOLLINGER (RD)
DEVAUX (D) (r)
ELLNER (Réserve) (r)
LAURENT-PERRIER (Grand Siècle)
PHILIPPONNAT (Clos des Goisses)

CANARD-DUCHÊNE (Charles VII)
RENÉ GEOFFROY (Volupté)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
GOSSET (Grand millésime) (r)
PIPER-HEIDSIECK (Rare)
ROEDERER (Cristal)
DE SOUSA (Caudalies)
DE TELMONT (O.R.1735)

Pierre ARNOULD (Aurore)
PAUL BARA (Réserve) (r)
Pierre PETERS (Spéciale Millésime)
RUINART (Dom Ruinart) (r)
DE VENOGE (Princes)

DEUXIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LOMBARD (Millésime) (r)*
Philippe de LOZEY (Réserve)*
RALLE (Réserve)*
René RUTAT (Millésimée)
Maurice VESSELLE (Millésimé)*

Michel ARNOULD (Grande Cuvée)*
BARON ALBERT (La Préférence) (r)
BARON FUENTÉ (Cuvée Prestige) (r)
BOURDAIRE-GALLOIS (Prestige)*
Guy CADEL (Grande Réserve) (r)
De CASTELNAU (Millésimé)*
CHARPENTIER (Terre d’Émotion)
CLÉRAMBAULT (Grande Époque)*
Philippe DUMONT (Prestige)*
Pierre GOBILLARD (Prestige)*
LAURENT-GABRIEL (Prestige) (r)*
LENIQUE (Millésime) (r)*
Pierre PAILLARD (Millésime)*
VAUTRAIN-PAULET (Grande Réserve)*

GATINOIS (Millésime)*
MORIZE (Grande Réserve) (r)
Jean-Michel PELLETIER (Anaëlle) (r)
THÉVENET-DELOUVIN (Carte Noire)*

BOURGEOIS-BOULONNAIS (Premier Cru) (r)*
Christian BOURMAULT (Grand Éloge)*
Michel GENET (Grand Cru)*
Rémy MASSIN (Prestige)*
PRESTIGE DES SACRES (Privilège)*

Henry ABELÉ (Millésimé)*
ASPASIE (Brut de Fût)*
AUTRÉAU-LASNOT (Millésimé)
BARDOUX (Millésimé)*
BRIXON-COQUILLARD (Prestige)
Éric BUNEL (Millésime)
DE CARLINI (Grand Cru)
FLEURY (Fleur de l’Europe)*
LANCELOT-ROYER (Chevaliers)
SIMART-MOREAU (Millésimé)
Veuve Maurice LEPITRE (Heritage)*

J.CHARPENTIER (Pierre-Henri)
Guy CHARLEMAGNE (Millésimé)*
CUILLIER (Grande Réserve)*
Daniel ETIENNE (cuvée Spéciale)
FENEUIL-POINTILLART (Premier Cru)
FOLLET-RAMILLON (Harmonie)
Philippe GAMET (Millésimé)*
MALETREZ (Premier Cru)*
MALLOL-GANTOIS (Grande Réserve)*
OLIVIER Père & Fils (Millésimé)*
PLOYEZ-JACQUEMART (Passion)*

BAILLETTE-PRUDHOMME (Millésimé)*
BAUDRY (Millésimé)*
BONNET-GILMERT (Millésimé)*
BOUCHÉ (Millésimé)*
CARREAU (Préembulles)*
Roger COULON (Prestige) (r)*
GRASSET-STERN (Millésimé)
HENIN-DELOUVIN (Grand Cru)*
HUGUENOT-TASSIN (Réserve)*
HUOT (Carte Noire)*
JANISSON ET FILS (Grand Cru)*
JACQUART (Nominée)
Paul LAURENT (Fondateur)
Jean-Pierre LEGRET (Millésimé)*
Pierre LÉTÉ (Extra)
MOUZON-LEROUX (Millésime)
PANNIER (Égérie) (r)
Hubert PAULET (Risléus)*
THIERCELIN (Carte Noire)*

(AGRAPART (Millésime))
Michel BEAUCHAMPS (Éliane)*
Florent BERGERONNEAU (Prestige)
(Franck BONVILLE (Grand Cru)*)
Bernard GIRARDIN (cuvée BG)
Louis DUCREY (Brut Premier Cru)
(Nicolas FEUILLATTE (Palmes d’Or))
Laurent LEQUART (Prestige)
LAVAURE-HUBER (Sélection)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
Jacques BUSIN (Réserve) (r)*
Gaston CHIQUET (Blanc de Blancs) (r)*
DELAUNOIS (Sublime)*
GONET-SULCOVA (Grand Cru) (r)*
LECLERC-BRIANT (Les Crayères)*
LEGRAS et HASS (Blanc de Blancs)*
Charles MIGNON (Grande Cuvée)*
Pierre MIGNON (Madame)*
PRIN (Prestige)*
VINCENT D’ASTRÉE (Millésimée)*

AUDOIN DE DAMPIERRE (Grand Vintage)*
BEAUMONT DES CRAYÈRES (Fleur de Prestige)*
BONNAIRE (Millésimé)*
Edouard BRUN (Élégante)
Christian BUSIN (Uzès) (r)*
Daniel CAILLEZ (Héritage)*
CHARDONNET (Réserve)*
DRAPPIER (Grande Sendrée)
GIMONNET Pierre (Fleuron)*
HAMM (Signature) (r)
MÉDOT (Blanc de blancs)
Jean MICHEL (Spéciale)*
PERSEVAL-FARGE (Jean Baptiste)*
PREVOTEAU-PERRIER (Adrienne Lecouvreur) (r)*
ROYER (Grande Réserve)
Michel TURGY (Blanc de blancs)
VOLLEREAUX (Marguerite)
Zoémie DE SOUZA (Merveille)*

BARDY-CHAUFFERT (Réserve)*
CHÂTEAU DE BOURSAULT (Prestige) (r)
COUTIER (Henri III)
DANGIN (Prestige)
DEROUILLAT (Réserve)*
Didier GOUSSARD (Esprit d’Élégance)*
Michel LABBÉ (Prestige)
Guy LARMANDIER (Grand Cru)*
LASSALLE-HANIN (Grande Réserve)*
ROBERT-ALLAIT (Prestige)
UVCB (Grande Réserve)
Veuve LANAUD (Pétrosses)*
WIRTH et MICHEL (Brut)

Paul BERTHELOT (Blanc de blancs)
BLONDEL (Blanc de blancs) (r)
BROCARD (Réserve)*
CHAUDRON (Blanc de blancs)
FANIEL-FILAINE (Eugénie) (r)
Léon LAUNOIS (Grand Cru)*
Xavier LORIOT (Élégance)*
GABRIEL-PAGIN (Grande Réserve)*
MARGAINE (Spécial Club)
PENET-CHARDONNET (Extra Réserve)*
PETITJEAN-PIENNE (Millésimé)*
Marc RIGOLOT (Blanc de blancs)
VERRIER (Fleuron)*

Jil ACCARIES
BARTHÉLÉMY (Blanc de blancs)
BOUTILLEZ-VIGNON (Premier Cru)
Brigitte BARONI (Prestige)*
BROCHET-HERVIEUX (Millésime)
CHAPUY (Grand Cru)*
COLLIN-GUILLAUME (Millésimé)
FLEURY-GILLE (Grande Réserve)*
JEAUNAUX-ROBIN (Extra)
Julien CHOPIN (Carte d’Or)*
Robert CHARLEMAGNE (Réserve)
COLIN (Grand Cru)
Lucien LEBLOND*
MARGUET (Grand Cru)
PEHU-SIMONNET*
PHILIZOT (Millésimé)*
RUFFIN (Nobilis)*

(ALFRED GRATIEN (Paradis) (r))
René JOLLY (Cuvée Spéciale RJ) (r)*
Albert de MILLY (Premier Cru)*
Samuel PAVEAU (Millésimes)
(QUATRESOLS-GAUTHIER (Premier Cru))
SAINT-GALL (Millésime)
(Michel TIXIER (Suprême))
(J.-L. VERGNON (Millésimé)*)

LIRE LA SUITE

* Ce que vous devez savoir sur les terroirs et les vins du Médoc

Si les vins du Médoc sont réputés, ce n’est pas pour être des vins intouchables à cause de leur prix ou des micro-cuvées qui n’existent que pour rafler de bonnes notes à des concours et ne correspondent plus à la grande tradition médocaine. Ces pratiques sont une honte pour la majorité des grands vins de la région, qui sont des vins fermés dans leur jeunesse, typés par leur terroir, et qui demandent d’évoluer dans le temps pour s’exprimer, en fonction de chaque millésime, respectant ainsi la nature. La force du terroir est la base de tout. Les autres sont sans intérêt, et les prix sont souvent déments.

Le vignoble s’étend du nord au sud sur quelque 80 km. Protégé de l’océan Atlantique par une importante forêt de pins, bordé par le vaste estuaire de la Gironde, le Médoc jouit d’un microclimat relativement chaud et humide, très propice à la culture de la vigne. On y compte huit appellations :

– Haut-Médoc

Superficie : 4 680 ha (3 764 en 1990), 27 % du vignoble médocain, 346 viticulteurs dont 195 en coopératives et 151 indépendants.

– Listrac

Situé entre Moulis et Saint-Julien, le vignoble de Listrac possède 3 magnifiques croupes de graves pyrénéennes à l’ouest, une croupe de graves garonnaises à l’est et un plateau sur socle calcaire sur la partie centrale qui font la richesse de ce terroir frère de celui de Moulis. Les pentes naturelles favorisent le bon drainage des sols. La relative fraîcheur du climat, liée à la situation ventée et proche de la forêt, favorise la maturation lente et régulière propice aux grands vins. Les croupes graveleuses sont majoritairement plantées de Cabernet-Sauvignon qui donne toute son impétuosité au Listrac, tandis que, sur le plateau calcaire, domine le Merlot dont le fruité et la chair enrobent à merveille ses vins.

Actualité du vignoble
Classement Médoc
Classement Saint Emilion
Classement Saint Emilion Satellites
Classement Pomerol
Classement Graves
Classement Sauternes
Classement Côtes-de-Bordeaux
Classement Bordeaux Supérieur
Tout savoir sur le vignoble
Vignerons sélectionnés

– Margaux

À Margaux prédominent les graves garonnaises, sur un plateau central de 6 km de long sur 2 km de large. Au sud-est, le vignoble domine les terres basses de l’estuaire. Son versant oriental est légèrement échancré par des vallons secs qui le festonnent en croupes successives. Les graves de Margaux ont été étalées en nappe par une ancienne Garonne au Quaternaire ancien. De belle taille, elles sont associées à des galets de dimension moyenne qui constituent le plus bel ensemble günzien du Haut-Médoc. C’est sur cette nappe ancienne, qui repose sur un soubassement tertiaire calcaire ou argilo-marneux, que sont installés les meilleurs crus médocains. Beaucoup de graviers et de cailloux, des sols pauvres retenant mal l’eau, une vigne profondément enracinée, toutes les conditions de réussite sont réunies.

– Médoc

Superficie : 5 700 environ ha (4 018 en 1990), 29 % du vignoble médocain, 613 viticulteurs dont 440 en coopératives et 173 indépendants.

– Moulis

À mi-chemin entre Margaux et Saint-Julien, l’appellation Moulis prend la forme d’un étroit ruban de 7 km de long, perpendiculaire à la Gironde. On y rencontre des graves garonnaises et pyrénéennes pures à l’argilo-calcaire.

– Pauillac

Pour les gourmets, l’agneau de Pauillac est une chair délicate très recherchée. Ce sont des “laitons”, des agneaux qui n’ont jamais brouté d’herbe ; ils bénéficient d’un label AOC depuis 1985. Si le commerce portuaire est à l’origine de sa prospérité, il a fallu attendre le xviiie siècle et l’abandon du privilège de Bordeaux pour que Pauillac renaisse comme port du vin. Son modelé exceptionnel caractérise le terroir : le nombre élevé et le moutonnement de ses croupes en font une réussite morphologique tout à fait unique. Des conditions très favorables y ont facilité la dissection de la nappe de graves. Ces graves garonnaises, maigres, dont la pauvreté est l’essence même d’une grande richesse, bénéficient d’un drainage naturel très efficace (voir le Classement).

Guide des vins
Millesimes

– Saint-Estèphe

L’appellation est située au centre du Médoc, tout près de l’estuaire de la Gironde, équidistante de Bordeaux et de la pointe de Grave. Son sol est caractérisé par la diversité remarquable de la composition de ses couches, conséquence de son modelé accidenté, et un excellent drainage naturel. Partout il est semé de quartz et de cailloux roulés, mêlés à une terre légère et sableuse en surface qui confère aux vins une finesse toute particulière. Quant au sous-sol, il est constitué du fameux calcaire qui affleure à l’ouest de la commune. Des vins très typés, marqués par leur terroir, intenses, du plus grand des grands crus à celui qui sera très abordable.

– Saint-Julien

Le terrain est pratiquement le même sur l’ensemble de la commune. Seule la proximité plus ou moins grande du fleuve peut entraîner quelques variations climatiques. En fait, la nappe de graves de Saint-Julien-Beychevelle prend la forme d’un grand rectangle de près de 5 km de longueur sur 3,5 km de largeur. Et la nappe alluviale est particulièrement bien disséquée en croupes de graves garonnaises du quaternaire ancien.

Vins du siecle
Vins du siècle

CLASSEMENT MEDOC

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LATOUR
MOUTON-ROTHSCHILD

MONTROSE

CALON-SÉGUR
CLERC-MILON
GRAND-PUY-LACOSTE
PICHON-COMTESSE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
LAFITE
MARGAUX

LÉOVILLE-BARTON

BRANE-CANTENAC
LANGOA-BARTON

DEUXIEMES GRANDS VINS CLASSÉS
CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BATAILLEY
BEAU SITE
HAUT-BATAILLEY
LA GALIANE
LYNCH-BAGES*
MALESCOT-SAINT-EXUPÉRY
PONTET-CANET
RAUZAN-SÉGLA
TALBOT
TRONQUOY-LALANDE*

LA BÉCASSE
FONBADET*
FONTESTEAU
FOURCAS-HOSTEN
(PICHON-BARON)
PEZ*
PREUILLAC

(BEYCHEVELLE)
BROUSTERAS
ESTEAU*
HENNEBELLE
LESTAGE-DARQUIER*
LE MEYNIEU*
LA PEYRE*
POUJEAUX
ROQUEGRAVE*
TAFFARD DE BLAIGNAN*

CASTÉRA
(DACHER de DELMONTE*)
HAUT-BELLEVUE*
PONTAC-LYNCH
TOUR MARCILLANET

BÉJAC-ROMELYS
BOIS CARRÉ*
COUDOT
LES MOINES*

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CLAUZET
DESMIRAIL*
HAUT-MARBUZET
MALLERET
(RAUZAN-GASSIES)
TOUR DE BY

ARGILUS DU ROI
DOYAC
FOURCAS-DUPRÉ
(GRUAUD-LAROSE)
LAMARQUE
MAUCAILLOU
MURET
(SOCIANDO-MALLET)
TOUR-DU-ROC

LE BOURDIEU
(GLORIA)
HANTEILLAN
LISTRAN
PATACHE D’AUX*

BOIS DE ROC
GRAVIERS
PANIGON
(PHÉLAN-SÉGUR)
PLANTIER ROSE*
POMYS
REYNATS
SAINT-AHON*
(SIGOGNAC*)
SOULEY-SAINTE-CROIX

BEAUVILLAGE*
CHALET DE GERMIGNAN*
(LAULAN-DUCOS*)
LESTRUELLE*
MAZAILS*

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
DOMEYNE
GRAVES DE LOIRAC
HAUT-BRISEY
LA TESSONNIÈRE*
TOUR DU GOUA*
VIEUX GADET*

(CAPDET)
ESCOT
LAUGA
SIORAC
(TOUR DES TERMES)

LE BEYAN*
(LABADIE*)
LAGORCE BERNADAS
(SAINT-AUBIN)

BÉHÈRÉ
(CARCANNIEUX)
DUPLESSIS
FERRÉ
LALANDE

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
AGASSAC
(CARONNE-SAINTE-GEMME)
(FOURCAS DUMONT)
GRANGES D’OR*
LACOMBE-NOAILLAC
NOAILLAC
POMEYS
(SÉRILHAN*)
(TOUR DE PEZ)

(BALAC*)
(DONISSAN)
GOBINAUD
GRAND BRUN
(PEYREDON-LAGRAVETTE)
LE TEMPLE*

(HAUT-DURIEZ)
LANESSAN
LARRIVAUX*
MICALET*
SIRAN
TOUR CASTILLON

DUTRUCH-GRAND-POUJEAU
FONRÉAUD
HAUT-BLAIGNAN
(GARANCE HAUT-GRENAT)
(SÉNILHAC)
(VIEUX CHÂTEAU LANDON)

* Loire : les hommes et les femmes de talent !

Grâce à des cépages spécifiques (Chenin, Sauvignon, Cabernet franc, Melon…) qui s’expriment pleinement dans ces terroirs de silex, de tuffeau, de craie marneuse, de marnes kimméridgiennes…, les vignobles de Loire conservent une très grande authenticité qui -à elle seule- mérite que l’on s’y attache. Les vins sont divers, du rouge le plus gouleyant à celui qui demande de la patience, des blancs secs aux moelleux, des demi-secs aux rosés, des Crémants à des bruts tout en finesse aromatique. On a le choix, si l’on sait frapper à la bonne porte…
Derrière une étiquette, il y a un viticulteur (ou une viticultrice) et c’est fondamental de ne pas les dissocier. Je sais tout-de-suite, lors de mes déplacements à travers les vignobles (et je passe l’année à faire cela) si un propriétaire est réellement passionné par son vin, ou non. Cela se “sent”. Ces hommes et ces femmes savent ce qu’ils ont à faire, se passent d’un magicien pour fabriquer une cuvée (très) spéciale, et ne perdent pas leur temps à frimer ou en jonglant avec leurs tarifs… Respectant les anciens, ils travaillent, connaissent la force de leur sol, se servent à bon escient des techniques les plus modernes, sans perdre leur âme. Ils ont des valeurs, aiment leur vin, comme moi, comme vous. Et c’est tout ce qui compte, non ?
Partagez cet article Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Face Book Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Wikio Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Digg Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Delicious/ Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Yahoo! Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Google Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Technorati Ajouter: Top+Vignerons+R%26eacute%3Bgion+Val+De+Loire �  Live-MSN

Top Vignerons Région Val De Loire

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

Prix d’Honneur

Famille Dumange (Clos de l’Épinay)
Famille Mardon
Michel Morilleau
Jean-Max Roger
Jean-Jacques Teiller

Prix d’Excellence

Famille Duveau (Guilloterie)
Famille Jamet (Vigneau)
Christian Lauverjat
Famille Sourdais (Bouchardière)

Satisfecits

Famille Barillot
Jean-Charles Borgnat (Commanderie)
Famille Gilbon (Beaurepaire)
René Lamothe (Trottières)
Famille Landrat-Guyollot
Catherine Nolot (Rochettes)
Philippe Pichard (Chapelle)
Marc Rideau (Amandiers)
Anne-Cécile Roy
Michel Thomas
Jean-Philippe Thomson (Bidière)

Lauréats

Patrice Barc

* Le Classement des Graves

Prolongement des terres du Médoc, le vignoble des Graves a été de tout temps rapproché historiquement et géographiquement de celui du Médoc. Là aussi la terre est graveleuse (le mot “graves” vient de là), pauvre, mais secourue par un climat exceptionnel et des vignerons qui ont écrit l’histoire du Bordelais.

Le 9 septembre 1987, un décret reconnaissait l’appellation d’origine contrôlée Pessac-Léognan. Le terroir se compose de terrasses construites par la Garonne lors des grandes crues millénaires qui ont apporté une grande variété de débris caillouteux, venus parfois de très loin, notamment des Pyrénées ; ces débris, multicolores, usés au point d’être polis, voire luisants, après la pluie, sont plus ou moins enrobés de terre ou de limon. Les graves de Pessac-Léognan reposent donc sur un sous-sol d’argile, de sable, d’alios, de calcaire et de faluns. Elles sont témoins des cours anciens de la Garonne, mis en place depuis la fin de l’ère tertiaire puis durant le quaternaire au fur et à mesure que passaient les époques glaciaires. Ces graves, composées de graviers, galets roulés par les eaux, ont une épaisseur variant d’une vingtaine de centimètres à 3 m et plus. La variété du cailloutis est exceptionnelle avec des quartz et quartzites ocre, blancs, rouges et roses, des jaspes, agatoïdes, silex et lydiennes… savant mélange harmonieux et chatoyant. Réfléchissant parfaitement le rayonnement solaire, la grave redistribue progressivement la chaleur sur les grappes. Inscrits dans un relief mamelonné, les dépôts de graves forment des croupes particulièrement bien dessinées dans le paysage, bénéficiant d’une excellente exposition avec des pentes toujours assez fortes pour assurer un drainage naturel. Celui-ci est renforcé par un réseau hydrographique important de petits cours d’eau et d’affluents de la Garonne.

Pour les Graves, il existe une variété importante de styles de vins. Cela va des crus réellement (et historiquement) exceptionnels, issus des territoires de Pessac, Martillac ou Léognan, mais aussi ceux de Podensac ou Portets, certains d’entre eux, dans les appellations Pessac-Léognan comme dans celle des Graves, bénéficiant d’un remarquable rapport qualité-prix-plaisir, d’autres crus atteignant des prix difficilement cautionnables. C’est évidemment le berceau des grands vins blancs de la région bordelaise.

Guide des vins
Millesimes

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
HAUT-BRION (PL) (b)
LA MISSION HAUT-BRION (PL)

HAUT-BAILLY (PL)
SMITH-HAUT-LAFITTE (PL) (b)

D’ARDENNES
GRAND BOS
GRANDMAISON (PL)
MALARTIC-LAGRAVIÈRE (PL) (b)
TOURTEAU-CHOLLET (b)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
CHEVALIER (PL) (b)

CARBONNIEUX (PL) (b)
LATOUR-MARTILLAC (PL) (b)

BROWN (PL) (b)
CHANTEGRIVE (b)
LUCHEY-HALDE (PL)
DE MAUVES (b)
RAHOUL
SEGUIN (PL)
SOLITUDE (PL)
LE TUQUET (b)

DEUXIEMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
(FIEUZAL (PL))
HAUT-CALENS
HAUT-LAGRANGE (PL)
HAUT-PLANTADE (PL)
MIREBEAU (PL)
PICQUE-CAILLOU (PL)
ROUGEMONT
SAINT-AGRÈVES

(GAZIN-ROCQUENCOURT (PL)*)
LAFARGUE (PL)
LE PAPE (PL)*
PEYREBLANQUES*

CALLAC
(MALLEPRAT (PL))
(TRIGANT (PL)*)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
TOULOUZE (Graves de Vayres)*

D’ARRICAUD
BLANCHERIE
BRONDELLE (b)
PIRON
ROSE SARRON
SAINT-ROBERT

(BOUSCAUT (PL))
(COUHINS (PL))
GRAND ABORD*
SANSARIC

CAILLOUX DE VALGUY
CALENS*
GRAVIÈRES

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
ARGUIN
(CABANNIEUX)
MAGNEAU (b)*
LA MOURASSE*

(BEAUREGARD-DUCASSE*)
BEAUSITE*
(CAZEBONNE)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BICHON-CASSIGNOLS
(HAUT-SELVE)
QUEYRAT
(NAVARRO)
TOUR BICHEAU*

LE BOURDILLOT*
LES CLAUZOTS
(GAILLAT)

– La typicité des vins et spécialités gourmandes de la région Centre

C’est ici, dans le Centre, que l’on trouve les poulets du Gâtinais, les dindons de Sologne, les dindes fermières de Jaligny-sur-Besbre, le gros gibier de la forêt de Sologne, les agneaux de Valençay. L’Auvergne nous apporte les veaux et agneaux du Velay et, bien sûr, le porc, élément indispensable pour les différentes spécialités charcutières.

En fait, Centre et Auvergne ont un point commun en matière gastronomique : les produits typés. Nombreuses sont par exemple, dans ces deux régions, les charcuteries. En Touraine, les différentes rillettes, celles de Tours, Vouvray et Blois, sont exclusivement au porc. Celles de Chartres sont au lapin, celles de Chissay au porc et à l’oie, alors que celles de Montargis sont à la volaille.

Les rillons, autre spécialité tourangelle, composés de morceaux de porc ou d’oie, sont cuits longtemps dans la graisse. L’andouille, préparée différemment selon les lieux, reste toujours fort appréciée. Il existe, parallèlement à l’andouille traditionnelle, un dérivé : le sabourdin, préparé à partir de boyaux de bœuf, de la poitrine, de l’estomac, de la gorge de porc, accompagnés de vin rouge, d’où son nom d’andouille rouge de Loire.

Autres spécialités de ces régions : la fraise de veau, les tripes ussonaises, le jargeau au vin blanc. Le boudin fait également partie des spécialités régionales, tel le « gogue » fait à partir de mie de pain trempée dans du lait, avec des feuilles de bette, des œufs et de fines herbes.

L’Auvergne, quant à elle, se distingue par ses saucisses. On en trouve de toutes sortes : sèche, fraîche, au foie, et même le sabardin, sorte de saucisson à cuire. Il y a aussi le jésus du Cantal, très sec, le bitore, autre saucisson du Forez, ainsi que le « saucisson des cousins », composé d’abats et de morceaux de porc.

Le jambon tient largement sa place dans la charcuterie du Centre et de l’Auvergne. D’abord par sa variété. On trouve dans ces régions des jambons de pays, de montagne, séchés à l’air libre, le jambon blanc de Bourbonnais, celui de Lezoux parfumé au madère et enrobé de pâte à pain ou de pâte brisée.

Pour tout savoir sur les vins de Loire, cliquez ICI

Pour les Classements des meilleurs vins rouges de Loire, cliquez ICI

Pour les Classements des meilleurs vins blancs de Loire, cliquez ICI

Pour le Top Vignerons de Loire, cliquez ICI

D’autres spécialités donnent à cette région son originalité : les grattons, variété de rillettes, les grillons, morceaux de porc cuits dans la graisse, les tripons, cuisinés différemment selon qu’ils sont de Saint-Flour, d’Aurillac, de Mauriac, de Chaudes-Aigues ou de Maurs ; il y a également le melsat, sorte de boudin blanc, et la jambonnette d’Yssingeaux, composée de petits morceaux de couenne de porc sur lesquels sont étalés chair à saucisse, jambon, herbes. On coud alors les bords afin de former des petits coussins qui seront cuits dans un bouillon fortement épicé, puis mis à sécher. Ce plat se déguste chaud ou tiède, accompagné de lentilles.

Vins du siecle
Guide du Terroir

Les soupes ont une certaine importance dans ces pays. Outre le pot-au-feu, il y a la traditionnelle soupe aux pommes de terre appelée soupe grasse aux truches ou tartouffe, terminologie du Berry. Il y a aussi la mitonnée, faite à base de légumes cuits et de bouillon de bœuf, à laquelle on ajoute de la crème fraîche. Également courantes sont les soupes à la citrouille, aux orties ou bien encore au potiron. La soupe peut être aussi un moyen pour utiliser le pain rassis avec la fameuse « trempée au vin », pain rassis saupoudré de sucre et recouvert de vin rouge – un moyen d’éviter de perdre le pain. Chères à l’Auvergne aussi, les soupes à l’ail, au saucisson, aux choux, aux navets, avec du lard, appelée « brezou » ; aux marrons, c’est le cousinat. Alliant légumes et soupe, les cuisiniers de cette région ont conçu une soupe regroupant toutes sortes de légumes, l’oulade. Il existe aussi des soupes froides faites à base de poireaux et de pommes de terre, comme la « vichyssoise ».

Millesimes
Millesimes

Côté fromages, le moins que l’on puisse dire c’est que ces régions sont riches à la fois en variétés et qualité. Nous avons le choix entre tous les chèvres aux noms réputés : sainte-maure, valençay, crottin de Chavignolle, levroux. A déguster chaud ou froid selon les goûts avec un sancerre blanc pour mieux l’apprécier. Mais il ne faut pas se leurrer : le Berry, par exemple, a ses spécialités fromagères, le tournon-Saint-Pierre, le troo et le montoire, fabriqués dans la région de Vendôme…

LIRE LA SUITE


* Uniquement en Novembre 2010 : plus de 150.000 lecteurs et 2,7 millions de pages vues…

Je ne joue pas au Poker et je n’aime pas le bluff. Encore moins le mensonge. A l’heure où certains concurrents « perdent les pédales » et où d’autres margoulins du net vous racontent n’importe quoi sur leur audience, frimant dans des manifestations privées, je préfère (rien ne m’y oblige) vous livrer nos chiffres réels sur la fréquentation de nos sites…

Durant le SEUL mois de Novembre 2010, nos 4 principaux sites sur le vin ont eu : 151.869 VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS (on ne compte donc pas ceux qui reviennent) et 2.709.182 PAGES VUES/AFFICHAGES !!!

De quoi faire pâlir d’envie ceux qui ne sont pas dans le GUIDE ou MILLESIMES, non ?

Voici, JOUR PAR JOUR, ce que cela donne :


Sources officielles AWSTATS Advanced Web Statistics 6.7

Awstats Web Site

Guide des vins
Guide des vins

SITE GUIDE DES VINS

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 38.535

NOMBRE DE PAGES VUES : 192.202

Jour Visites Pages Hits Bande passante
01 Nov 2010 1244 6191 40794 560.45 Mo
02 Nov 2010 1131 5134 36756 500.27 Mo
03 Nov 2010 1166 5936 39737 549.05 Mo
04 Nov 2010 1131 5200 36054 503.18 Mo
05 Nov 2010 1190 5245 35975 504.33 Mo
06 Nov 2010 1239 5981 42308 576.79 Mo
07 Nov 2010 1337 6743 41510 612.41 Mo
08 Nov 2010 1068 4989 35146 498.75 Mo
09 Nov 2010 1126 5443 37720 520.04 Mo
10 Nov 2010 1188 8501 38180 704.79 Mo
11 Nov 2010 1416 7268 49059 654.57 Mo
12 Nov 2010 1608 7152 48759 661.81 Mo
13 Nov 2010 1185 5874 38041 536.53 Mo
14 Nov 2010 1222 6316 40279 567.94 Mo
15 Nov 2010 1200 5749 37992 543.58 Mo
16 Nov 2010 1215 6092 38713 552.11 Mo
17 Nov 2010 1316 6089 41765 582.83 Mo
18 Nov 2010 1343 7049 43834 658.70 Mo
19 Nov 2010 1377 6347 44245 609.15 Mo
20 Nov 2010 1406 6766 46098 631.96 Mo
21 Nov 2010 1531 7720 48574 690.81 Mo
22 Nov 2010 1311 7370 41358 661.83 Mo
23 Nov 2010 1291 6576 41327 614.25 Mo
24 Nov 2010 1392 7333 43530 662.73 Mo
25 Nov 2010 1386 6657 45065 614.11 Mo
26 Nov 2010 1381 6645 44381 626.88 Mo
27 Nov 2010 1388 6560 44237 611.59 Mo
28 Nov 2010 1307 6558 43883 621.73 Mo
29 Nov 2010 1214 5952 39903 562.81 Mo
30 Nov 2010 1226 6766 39729 604.08 Mo
Moyenne 1284.50 6406.73 41498.40 593.34 Mo
Total 38535 192202 1244952 17.38 Go

Millesimes
Millesimes

SITE MILLESIMES

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS 36.357

NOMBRE DE PAGES VUES/AFFICHAGES : 2.321.170 (plus de 2 MILLIONS !!!)

Jour Visites Pages Hits Bande passante
01 Nov 2010 1279 78111 176823 2.00 Go
02 Nov 2010 1230 57917 150383 1.70 Go
03 Nov 2010 1165 70640 164651 1.75 Go
04 Nov 2010 1166 63842 172112 1.98 Go
05 Nov 2010 1275 65654 202497 2.02 Go
06 Nov 2010 1274 68414 171664 1.82 Go
07 Nov 2010 1287 76756 177829 1.91 Go
08 Nov 2010 1061 71018 165086 1.64 Go
09 Nov 2010 1141 58567 152395 1.83 Go
10 Nov 2010 1169 73694 166488 1.81 Go
11 Nov 2010 1287 82902 224896 2.65 Go
12 Nov 2010 1374 74178 227903 2.57 Go
13 Nov 2010 1186 74827 172382 2.09 Go
14 Nov 2010 1128 71508 170470 1.73 Go
15 Nov 2010 1184 68192 170678 1.88 Go
16 Nov 2010 1146 64627 160405 1.90 Go
17 Nov 2010 1244 72528 175532 1.99 Go
18 Nov 2010 1337 81738 233499 2.91 Go
19 Nov 2010 1257 81471 237977 2.68 Go
20 Nov 2010 1360 88220 206473 2.16 Go
21 Nov 2010 1306 87479 201845 2.25 Go
22 Nov 2010 1203 80954 188805 2.35 Go
23 Nov 2010 1180 82804 185016 2.04 Go
24 Nov 2010 1188 91240 190164 1.96 Go
25 Nov 2010 1217 92070 244331 2.52 Go
26 Nov 2010 1249 94011 251160 2.63 Go
27 Nov 2010 1201 89676 202081 2.14 Go
28 Nov 2010 1255 97497 203181 1.96 Go
29 Nov 2010 1084 82637 182289 2.17 Go
30 Nov 2010 1104 77998 172915 1.83 Go
Moyenne 1217.90 77372.33 190064.33 2.10 Go
Total 36537 2321170 5701930 62.88 Go

Vins du siecle
Vins du siècle

SITE LES VINS DU SIECLE

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 16.339

NOMBRE DE PAGES VUES : 41.855

Jour Visites Pages Hits Bande passante
01 Nov 2010 560 1375 10967 128.13 Mo
02 Nov 2010 529 1265 10600 121.87 Mo
03 Nov 2010 544 1242 11298 127.99 Mo
04 Nov 2010 591 1349 26983 320.95 Mo
05 Nov 2010 521 2478 12926 198.62 Mo
06 Nov 2010 484 1141 11345 123.06 Mo
07 Nov 2010 532 1322 11144 128.35 Mo
08 Nov 2010 466 1205 10658 120.45 Mo
09 Nov 2010 514 1221 10811 118.86 Mo
10 Nov 2010 476 1156 9936 116.67 Mo
11 Nov 2010 523 1434 16074 173.02 Mo
12 Nov 2010 551 1322 12737 142.36 Mo
13 Nov 2010 464 1061 9221 104.75 Mo
14 Nov 2010 473 1217 10288 117.24 Mo
15 Nov 2010 516 1231 10430 120.79 Mo
16 Nov 2010 518 1256 10357 120.92 Mo
17 Nov 2010 608 1725 12300 150.52 Mo
18 Nov 2010 666 1598 26945 296.36 Mo
19 Nov 2010 574 1828 13386 174.72 Mo
20 Nov 2010 619 1445 11658 134.64 Mo
21 Nov 2010 627 1440 12190 139.45 Mo
22 Nov 2010 588 1381 11622 135.81 Mo
23 Nov 2010 500 1192 11657 134.20 Mo
24 Nov 2010 580 1345 11445 133.07 Mo
25 Nov 2010 573 1328 11607 138.28 Mo
26 Nov 2010 559 1281 11086 122.51 Mo
27 Nov 2010 576 1308 10708 119.87 Mo
28 Nov 2010 584 2071 11722 151.73 Mo
29 Nov 2010 516 1113 10188 114.45 Mo
30 Nov 2010 507 1525 9940 124.48 Mo
Moyenne 544.63 1395.17 12407.63 145.14 Mo
Total 16339 41855 372229 4.25 Go

Journal du Vin
Vinovox

SITE VINOVOX

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 60.638

NOMBRE DE PAGES VUES : 153.955

Jour Visites Pages Hits Bande passante
01 Nov 2010 2058 5078 8401 40.55 Mo
02 Nov 2010 1918 4457 7664 42.06 Mo
03 Nov 2010 1981 5195 8688 47.66 Mo
04 Nov 2010 1986 4609 10324 93.40 Mo
05 Nov 2010 2021 4688 9455 81.95 Mo
06 Nov 2010 2057 5027 8700 62.40 Mo
07 Nov 2010 2042 5230 9037 59.05 Mo
08 Nov 2010 1812 4547 8246 52.36 Mo
09 Nov 2010 1861 4801 8191 49.81 Mo
10 Nov 2010 1919 4572 8068 54.62 Mo
11 Nov 2010 2102 5727 11561 87.97 Mo
12 Nov 2010 2389 5962 10732 105.77 Mo
13 Nov 2010 1912 4769 7805 42.92 Mo
14 Nov 2010 1858 4835 8053 45.09 Mo
15 Nov 2010 1956 4864 8168 58.39 Mo
16 Nov 2010 1946 4942 7982 40.90 Mo
17 Nov 2010 1985 5106 8309 42.36 Mo
18 Nov 2010 2196 5781 11940 101.33 Mo
19 Nov 2010 2089 5225 9821 86.94 Mo
20 Nov 2010 2151 5519 8963 49.05 Mo
21 Nov 2010 2216 5733 9426 55.92 Mo
22 Nov 2010 1974 4916 8110 41.42 Mo
23 Nov 2010 2027 5196 8466 53.35 Mo
24 Nov 2010 2048 5231 8218 40.40 Mo
25 Nov 2010 2130 5669 11160 83.87 Mo
26 Nov 2010 2095 5579 10315 80.27 Mo
27 Nov 2010 2063 5296 8617 47.66 Mo
28 Nov 2010 2043 5381 8539 40.99 Mo
29 Nov 2010 1900 4969 7999 45.86 Mo
30 Nov 2010 1903 5051 8034 52.25 Mo
Moyenne 2021.27 5131.83 8966.40 59.55 Mo
Total 60638 153955 268992 1.74 Go

Journal du Vin
Dietetique

NOS NOUVEAUX SITES DE 2010

Par intérêt personnel comme par développement externe, nous avons investi dans plusieurs sites cette année. Il y en aura d’autres.

– Racheté en FEVRIER / SITE DIETETIQUE

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 19.914

NOMBRE DE PAGES VUES : 39.763

– Racheté en SEPTEMBRE / SITE 00SEL

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 4.554

NOMBRE DE PAGES VUES : 128.003


– Créé en OCTOBRE (parti de ZERO) / SITE GUIDE DU TERROIR

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS : 1.255

NOMBRE DE PAGES VUES : 17.633

– Racheté en OCTOBRE / SITE CINETV

Audience Mois de Novembre 2010

VISITEURS/LECTEURS DIFFERENTS 1.314

NOMBRE DE PAGES VUES : 12.551


* Quand le vin devient une poudre mise en gélule…

Vous ne rêvez pas !

Le vin est le produit obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique, totale ou partielle, de raisins frais, foulés ou non, ou de moûts de raisins. L’élaboration et la conservation du vin dépendent en partie des facteurs “hasard” et “chance”. La réglementation de la Communauté Européenne a établi un “Code du Vin” afin de limiter le nombre de traitements physiques et chimiques et afin de sauvegarder cette science qu’est l’oenologie. Mais avait elle prévu cette “contre facon”?

L’œnologie: danger ou nouvel avenir ?

Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche- France), déjà ville de réputation touristique et vinicole, n’a pas fini de faire parler d’elle. La Société Française de Distillerie (SDF), coopérative regroupant 20000 petits producteurs, y est installée: ses ingénieurs et ceux de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) ont réussi, à partir des vins rouges du Roussillon, à concentrer les composés polyphénols du vin en une poudre mise en gélule! Cette découverte française est dévoilée par nos voisins britanniques dans leur quotidien The Times. Ces gélules sont déjà distribuées sous la marque French Paradox. Leur commercialisation, toujours d’aprés le Times, a vu le chiffre d’affaire de la société augmenter de 1 million de Francs.

Situation paradoxale dans notre pays réputé pour sa gastronomie et ses bons vins !

On nous dit : « Saviez-vous que les plus grands chefs cuisiniers s’accordent à dire que le vin apporte caractère et onctuosité aux sauces et autres mets ?
Afin de faire de ce leitmotiv une vérité, SFD s’engage à sélectionner pour vous, selon des critères rigoureux, les crus qui sont à la base de ses poudres de vin blanc et rouge.
C’est un produit naturel, sans alcool et dont la caractéristique organoléptique principale est la suivante : une saveur fraîche de vin. On peut les utiliser (ces poudres, ndlr) aussi bien pour des sauces au vin que pour des plats cuisinés, des compositions aromatiques, dans les marinades, dans les soupes ou comme exhausteur de goût.
Nouveauté oenologique justifiée ?

En 1970, des qualités avaient été reconnues au vin rouge, suite à une enquête épidémiologique sur les maladies cardio-vasculaires. La France, malgré des facteurs de risques plus importants (hypertension, cholestérol, cigarettes, stress), avait un taux de mortalité plus faible que les USA. La justification avancée était: les vertus du vin.
A Bordeaux, un congrès médical avait pour thème “Sang et Vin”. Le professeur Serge Renaud a rapporté les résultats d’une longue enquête débutée en 1978 sur 34000 Français: “ la consommation régulière et modérée de vin diminue de 30% les risques cardio-vasculaires”…

LIRE LA SUITE

* Mes coups de cœur en Languedoc-Roussillon

En Languedoc, Les 2008 à 2003 sont réussis, les 2002 et 2000 savoureux. Je soutiens les hommes et les femmes qui s’attachent à élever des vins typés par ces terroirs de garrigues, maîtrisant les rendements, respectant leur spécificité. Les terroirs ont le potentiel pour que l’on y élève tout naturellement de grands vins racés, sans vouloir copier telle ou telle appellation plus connue avec des cépages inappropriés. Pour certains, l’exagération des prix et certaines renommées bien trop récentes commencent à se dégonfler comme des baudruches…

LIRE LA SUITE

Top Vignerons Région Languedoc-Roussillon

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

Prix d’Honneur

Famille Gualco (Étang des Colombes)
Famille Laboucarié (Fontsainte)
Pierre Martinolle (Martinolle-Gasparets)
Famille de Thélin (Saint Geniès du Ménestrol)

Prix d’Excellence

Jean-Noël Bousquet (Grand-Moulin)
Pierre Escudié (Nidolères)
Raymond Miquel (Barroubio)

Satisfecits

Véronique Cuculière (Mingraut)
Famille Greuzard (Herbe Sainte)
Famille Mégé (Reynardière)
Gilles Nouaille

Lauréats

Famille Bonfils (Vaugelas)
Paul de Chefdebien (Abbaye des Monges)
Famille Knysz (Karantes)
Famille Pacaud-Chaptal (Croix Chaptal)
Famille Panman (Rives-Blanques)
Famille Pagès (Clotte-Fontane)
Famille Serris (Pique-Perloup)
Guilhem Viaud (Bergerie du Capucin)

Espoirs

Famille Boyer (Croix Belle)
Anthony Dufour (Pacalis)

– Le grand art de l’Alsace : les spécialités du terroir « collent » aux vins

Agricole, industrielle, touristique, l’Alsace peut en plus s’enorgueillir d’une certaine richesse culturelle qui fait affluer vers Strasbourg un grand nombre d’amateur d’art.

Côté culinaire, l’Alsace est célèbre pour sa fameuse choucroute. Dans les viandes, c’est le porc qui est en tête, suivi de près par les volailles : oies, dindes, ainsi que le bœuf et le gros gibier à poil. La charcuterie tient également une bonne place dans un menu alsacien. Vous y trouverez foie gras en pâté ou en brioche, jambons sous la cendre, en croûte, différentes saucisses souvent servies avec des frites, des saucissons ou cervelas strasbourgeois, des boudins dont la « zungenwurst » à base de langue écarlate et de lardons, très poivrée ; le « gefelter saünäge » , autre préparation typique composée d’estomac de porc farci ; ou encore les « waedele », saucisses au foie.

A goûter également : les saucisses à l’anis, les « galerei », tête pressée en gelée, l’andouillette d’Épinal, le « grienerspeck », lard vert salé, le « burenspeck », lard fumé, le « judespeck », lard des juifs, à base de plat de côte de bœuf fumé, les « gendarmes », paire de saucisses dures, ou encore le « presskopf », mélange de tête de veau et de porc auquel sont adjoints cornichons, ail, riesling.

Peu ou pas de poissons de mer, mais, en revanche, une quantité de poissons d’eau douce. Ainsi pourrez-vous déguster des carpes, gardons, sandres, brochets, truites, mais aussi des escargots dans la région de Barr. Dans cette région où l’hiver est le plus souvent rigoureux, les soupes sont fort prisées : aux lentilles, à la bière avec cannelle et crème, à l’orge perlée, aux choux rouges, aux abattis d’oie, aux œufs et épinards, aux grenouilles, aux écrevisses, ou bien aux jets de houblon.

Sur le plateau de fromages alsacien, il ne peut manquer le munster, qu’il vaut mieux consommer fermier pour pouvoir l’apprécier pleinement. Il y a aussi le fromage blanc, le « bibbelkäse ». Le pain, dans cette région, a la particularité d’être souvent sucré ; en effet nous trouvons des pains à la cannelle, au pavot, aux épices, des bretzels salés ou sucrés, destinés aux fêtes de Noël et du Nouvel An, la « nexjohrweke », la « birewecke ». Une tradition encore, le pain de Sainte-Agathe à faire le 5 février. Les hommes, femmes et animaux le consomment afin que l’année leur soit bénéfique

Côté pâtisseries, là aussi un gâteau hautement traditionnel : le « kougelhopf ». C’est une pâte levée enrichie de beurre, de raisins secs et d’amandes. Mais on peut également se régaler avec les « anisbreedle », petits fours parfumés à l’anis, les macarons, les tuiles, les pains d’épices, les chocolats et les truffes au marc de gewurztraminer, sans délaisser les mirabelles confites du Ballon d’Alsace, les beignets de Carnaval, « schenkele » ou « fasenachskiehle », et les typiques de Noël : le « Christsolle » en forme de bébé langé, les « bredles » aux découpes d’anges, cœurs ou étoiles. Quant au « kougelhof », préparé dans un moule spécial au moment de Pâques, il prend la forme d’un agneau blanc et est vendu dans les pâtisseries de la région.

Proverbe alsacien : « Manger et boire unit le corps et  l’âme. »

Guide des vins
Millesimes

LE VIN DE A à Z

Cliquez sur une LETTRE pour avoir accès au vocabulaire et à l’Encyclopédie mondiale du vin.


ABCDEFGHIJ KLMNOPQRS TUVWXYZ

LES MEILLEURS VINS D’ALSACE

Le vignoble s’étend du nord au sud sur plus de 170 km. Son parcours est un pur bonheur : des villages fleuris aux winstubs, des collines ondulées, où se dressent fièrement les vignes prêtes au combat comme des troupes de légionnaires romains à la multitude des crus, les uns plus typés que les autres. L’homme vient s’associer à un terroir hors du commun, où l’on élève des vins sans concurrence, avec cette typicité exceptionnelle. Abrité des influences océaniques par le massif vosgien qui lui procure l’une des pluviosités les plus faibles de France (450 à 500 mm d’eau par an), le vignoble d’Alsace bénéficie d’un climat semi-continental ensoleillé, chaud et sec. Ce climat est propice à une maturation lente et prolongée des raisins, et favorise l’éclosion d’arômes d’une grande finesse. La géologie alsacienne représente une véritable mosaïque, du granite au calcaire en passant par le gneiss, le schiste, le grès… On ne peut pas confondre un vin d’Alsace avec un autre cru, tant les terroirs laissent s’exprimer particulièrement, ici, le Riesling, là, le Gewurztraminer ou le Pinot Gris. Attention à la complexité des crus et lieux-dits et lisez bien les étiquettes, pour ne pas confondre les clos, les Grands crus ou les ­communes, et à la dépersonnalisation de quelques vins, notamment en Riesling, qui commencent à être bien trop ronds et loin d’une typicité réelle, où la nervosité devrait être de mise. Appréciez en tout cas l’extraordinaire convivialité des hommes de la région et les vrais vins typés dont les meilleurs atteignent une typicité rare et procurent la joie du vin, à des Prix très sages.

Le point sur les millésimes

En Alsace, les millésimes 2010 et 2009 sont très prometteurs, le 2008 est nettement plus réussi que le 2007, particulièrement difficile (il y a de rares exceptions), les 2006, 2005, 2004, 2002 et 2001 sont savoureux, le 2003 a été plus délicat à vinifier (en Vendanges Tardives, misez sur les 2006, 2004, 2001, 2000, 1997 ou 1989). Il existe une réelle convivialité des hommes de la région et leurs vins atteignent une typicité rare, procurant la joie du vin, à des Prix qui ont tendance à monter. Attention à la complexité des terroirs, voire à l’amalgame entre des crus et des lieux-dits. Il faut rechercher la fraîcheur et la vivacité, au détriment de vins trop souples, avec trop de sucrosité, qui deviennent de plus en plus “douceâtres”. Un Riesling, un vrai, doit être sec et vif.

Pour tout savoir sur les vins d’Alsace, cliquez ICI

Pour les Classements des meilleurs vins d’Alsace, cliquez ICI

Pour le Top Vignerons d’Alsace, cliquez ICI


Guide du terroir
Guide du Terroir


* Pour mieux comprendre les Classements des vins de l’année

Lorsque, en 1985, j’ai été le premier à remettre en cause le « fameux » Classement des vins du Médoc, qui datait de 1855, cela avait créé quelques sautes d’humeur et de nombreux soutiens. Il m’a semblé ensuite logique de développer des classements pour toutes les régions de France, pour la grande majorité des appellations.
En revanche, et c’est contraire à la mode, je me suis toujours refusé à « noter » un vin. La raison en est simple : c’est pour moi une négation de ce « Sang de la Terre et du Ciel » que de l’affubler d’une note. Ce serait oublier la main de l’homme et la dimension humaine et subjective du vin. Faire cela, c’est comme si on notait un acteur de cinéma ou des peintres contemporains de 1 à 20. C’est une facilité pour attirer le chaland, qu’il me serait simple d’appliquer si je ne respectais pas autant les vignerons, que j’aime rencontrer car ils ont aussi leur importance (convivialité, passion…).
Choississez une région pour voir un classement :
Mes Classements évaluent les meilleurs rapports qualité-prix-plaisir. Ils tiennent compte de tous les producteurs : vignerons, négociants et caves coopératives. Ils sont ouverts à tous. Trois points sont à retenir :
1 – Mes Classements ne sont pas figés et contiennent une hiérarchie interne.
2 – L’évaluation d’un cru se fait sur de nombreux millésimes.
3 – Chaque Classement est propre à une région.

Mes Classements ne sont pas figés et ont une hiérarchie interne

Les 1ers grands vins classés
Le sommet, même il s’agit de « comparer » non plus uniquement l’image de marque mais une réelle et très grande régularité qualitative. Aux côtés de crus incontournables, quelques autres atteignent des sommets, selon les années, notamment pour récompenser un savoir-faire et un rapport qualité-prix indéniable. Il est impératif de suivre la hiérarchie interne de chaque classement, les premiers des Premiers Grands Vins classés étant supérieurs aux autres Premiers. On l’aura compris, ce sont de grands “coups de cœur”.
Les 2es grands vins classés
À Bordeaux (MédocGraves et Saint-Émilion, précisément), en Bourgogne et surtout en Champagne notamment, c’est la catégorie qui réserve le plus de surprises, et les coups de cœur y sont également nombreux. À elle seule, cette catégorie est une véritable hiérarchie, et de nombreux producteurs y évoluent selon les derniers vins dégustés. Aux côtés de certains « grands » crus (ou marques) historiques qui parviennent à se maintenir au plus haut niveau, des vins moins connus y figurent, grâce à la régularité qualitative et un exceptionnel rapport qualité-prix-plaisir. Certains vins peuvent d’ailleurs atteindre des sommets (ils ont alors un *), et d’autres méritent largement leur place grâce à un rapport qualité-prix-typicité exceptionnel, même s’il faut savoir aussi respecter la hiérarchie interne de cette catégorie, qui bouge régulièrement. En tout cas, de grandes valeurs sûres, et l’on peut noter que certains domaines, dont la notoriété n’existait pas il y a quelques décennies, parviennent, chacun dans sa catégorie, à s’imposer et à devenir incontournables.
– Les 3es grands vins classés
C’est une position « d’attente » où l’on trouve des vignerons qui élèvent des crus qui n’ont pas été suffisamment dégustés et qui peuvent détrôner des vins plus connus dans les dégustations à l’aveugle. Ces producteurs peuvent donc monter en grade, bénéficiant d’un *.
D’une manière générale, le fait même d’être dans ces Classements implique une haute tenue qualitative. Les vins ne sont intrinsèquement pas comparables, le Classement ne fait donc que les situer les uns par rapport aux autres, selon l’évolution des millésimes. Les « premiers » des Deuxièmes Grands Vins classés, par exemple, sont très proches de la catégorie Premiers Grands Vins classés. Il faut donc bien sûr tenir compte du prix pour comprendre qu’un très grand cru, sur le plan du terroir, mais très cher, peut être dans une catégorie semblable qu’un autre cru, peut-être moins connu, plus modeste, mais dont le rapport qualité-prix est excellent. Cela ne remet bien entendu pas en cause le très haut niveau qualitatif du vin le plus réputé (et donc le plus cher). Dans tous les cas de figures, certains vins classés peuvent mériter mieux dans des millésimes précis (ils sont indiqués alors par un *).
L’évaluation d’un cru se fait sur de nombreux millésimes
Un « grand » vin, ou plutôt un vin digne de ce nom, se mesure uniquement sur son potentiel d’évolution, sa régularité qualitative, même dans des millésimes délicats ou difficiles à maîtriser comme 2007, 2003, 2002, ou 1997. Ces critères sont la base même de ces Classements, remaniés chaque année, qui tiennent compte de l’évolution des millésimes précédents et peuvent être remis en cause par la qualité des prochaines cuvées et des prix.
La plupart des producteurs retenus ont été suivis depuis 30 ans, ce qui permet de se faire une véritable idée de la régularité qualitative. C’est la seule chose qui compte pour pouvoir juger tel ou tel cru, et ne pas se laisser prendre par une cuvée spécialement « arrangée ». Quelques châteaux repris récemment sont classés en tenant seulement compte des deux ou trois derniers millésimes, et leur évolution viendra conforter ou non leur place actuelle. Ils sont indiqués entre parenthèses pour l’instant, tout comme les propriétés qui viennent d’être reprises.
Les Classements ne sont donc pas statiques : ils se veulent le reflet d’une situation globale dans une appellation, qui tient compte de paramètres fondamentaux : typicité des crus, caractéristiques propres, qualité des vinifications et de l’élevage, homogénéité et régularité qualitative des cuvées, évolution des millésimes, politique qualitative des propriétaires, rapport qualité-prix… Les absents le sont principalement quand les dégustations effectuées n’ont pas été suffisantes pour pouvoir situer le vin, le but n’étant pas d’en oublier volontairement.
Chaque Classement est propre à une région
Intrinsèquement, les vins ne sont pas les mêmes. Chaque cru retenu possède son propre caractère et demande à être apprécié en tant que tel, sans faire de véritable comparaison avec tel ou tel autre. Aucun Classement n’est donc à comparer avec un autre, et il ne doit pas y avoir de rapprochement entre une région ou une autre.

On se doute bien qu’un Premier Grand Vin Classé de Chinon n’est pas au même niveau qualitatif qu’un Premier Grand Vin Classé du Médoc.C’est au sein d’une même région ou appellation qu’il faut comparer les vins. Un Deuxième Grand Vin Classé du Languedoc ne joue évidemment pas non plus dans la même catégorie qu’un Deuxième Grand Vin Classé de Bourgogne. On peut décliner les exemples et on aura compris qu’unBeaujolais Classé n’est pas à rapprocher d’un Pomerol au même niveau dans son Classement propre, idem pour un Sancerre et un Pessac-Léognan, un Bandol et un Vosne-Romanée, un Minervois d’un Pauillac, etc.
Ainsi, dans les Classements de Bordeaux et de Champagne, j’ai également classé les vins en deux catégories, « puissance » et « élégance », pour mieux prendre en compte justement le caractère propre de chaque vin et éviter des comparaisons hasardeuses.
Les Classements sont © Patrick Dussert-Gerber. Tous droits réservés. Reproduction interdite.

* Les Saint-Emilion qui comptent

Ici, quelque 1 000 crus s’échelonnent du Premier Grand Cru classé à la simple AOC Saint-Émilion, en passant par le Grand Cru classé et le Grand Cru (5 500 ha environ).

Voici ce qu’il faut retenir :

– Le secteur le plus simple à définir, historiquement et géologiquement, c’est celui du plateau qui culmine à quelque 100 m d’altitude, caractérisé par des coteaux et des pentes aux expositions variées et aux sous-sols tout aussi variés (dépôts marins et continentaux, calcaires marins à astérie, molasse…), qui font la diversité de son terroir et la typicité de chaque cru. C’est le territoire du château Ausone qui domine la côte de Saint-Émilion en regardant la plaine, issu d’un sous-sol de molasses et de sables éoliens.

LES MEILLEURS SAINT-EMILION DE L’ANNEE

– Le deuxième secteur est celui qui se rapproche de Pomerol. Ici, les châteaux possèdent leur propre personnalité, et les sols sont des graves profondes, plus ou moins riches en argiles, en silices et en sables selon les sols, en alios en sous-sols.

– Le dernier secteur s’étend sur la plaine de la Dordogne, autour de Libourne (les sables), des communes de Vignonet et de Saint-Sulpice-de- Faleyrens, des territoires issus de formations alluviales qui se trouvent de l’autre côté de la nationale Libourne-Castillon, où les sables sont également omniprésents, avec des graviers. On y fait généralement des vins plus souples, l’exception confirmant bien évidemment la règle.

Guide des vins
Millesimes

VOIR AUSSI

LES AUTRES VINS DU LIBOURNAIS ET DE BORDEAUX

Classement 2011 Saint Emilion Satellites

Classement 2011 Pomerol

Millesimes
Vins du Siècle

Partagez cet article Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Face Book Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Wikio Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Digg Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Delicious/ Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Yahoo! Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Google Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Technorati Ajouter: CLASSEMENT+SAINT-EMILION � Live-MSN
e_saint-emilion.jpgIMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements
Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom (en BLEU)

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
CHEVAL BLANC
TROTTEVIEILLE

GUADET
HAUT-SARPE
LAROQUE

PIGANEAU

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
BÉLAIR
MAGDELAINE

LA MARZELLE

BALESTARD-LA-TONNELLE
CADET-BON
CANTENAC
MAUVINON
CLOS TRIMOULET

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
LA TOUR DU PIN FIGEAC*

LA CLOTTE*
GRAND-CORBIN-DESPAGNE*
GUILLEMIN-LA-GAFFELIÉRE
HAUT-ROCHER
CLOS DES PRINCE
PUY-RAZAC
LA ROSE POURRET*
(LA SERRE)
TOUR SAINT-PIERRE*
VIEUX-POURRET*

DARIUS
GRAND-CORBIN*
MAUVEZIN
PETIT FAURIE DE SOUTARD
(LA TOUR-FIGEAC*)

GUEYROT
PETIT MANGOT

CROIX DE BERTINAT
(LANIOTE)
MONLOT
(ROL DE FOMBRAUGE)
SAINT-GEORGES-CÔTE-PAVIE
(SANSONNET*)

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
FERRAND-LARTIGUE*
LA GRÂCE-DIEU LES MENUTS
ORISSE DU CASSE
CLOS DE SARPE
VIEUX-SARPE

FERRAND
FONROQUE*
FRANC-POURRET
GRAND-LARTIGUE*
CLOS LABARDE*
LAPLAGNOTTE-BELLEVUE
MANGOT
ROSE-TRIMOULET*

CAPDEMOURLIN*
CLOS DES MENUTS*
LA GARELLE
HAUT-PLANTEY
HAUT-VILLET

(LA COUSPAUDE)
FLEUR MORANGE*
LA GRAVE-FIGEAC
(ROL VALENTIN)

CROIX D’ARMENS
LE DESTRIER
FAURIE DE SOUCHARD
LAVALLADE
MELIN

TROISIÈMES GRANDS VINS CLASSÉS

CATEGORIE A
Priorité à la puissance
BÉARD-LA-CHAPELLE*
BARRAIL-DES-GRAVES
CADET SOUTARD
CARTEAU
GROS CAILLOU
HAUT-SEGOTTES
LA FLEUR PICON*
MONT BELAIR
VIEUX-RIVALLON

LA GRACE-DIEU
GRAVET-RENAISSANCE*
PONTET FUMET

CATEGORIE B
Priorité à l’élégance
TOUR GRAND FAURIE*

BADETTE*
BEAULIEU-CARDINAL
(LA BONNELLE*)
(CÔTE-PUYBLANQUET*)
FRANC-GRACE-DIEU
HAUTES-GRAVES-D’ARTHUS*

DE LA COUR
(MOULIN-GALHAUD*)
PEYROUTAS*
SAINT-VALÉRY